FRIC, SECURITE

Le Piège Internet Se Referme…

Internet

Impôts, sécurité sociale et maintenant élections !

On le sait, l’Etat est en faillite.

Il faut trouver ici et là des économies à gratter.
Dans cette optique, un rapport réalisé par « l’IGA » (« Inspection générale de l’administration ») a été remis au ministère de l’Intérieur.
Rendu public ce jeudi par « Le Parisien », il détaille d’une part « l’absence de fiabilité des listes électorales » – 506.000 personnes auraient eu la possibilité de voter deux fois – et le coût pharamineux des derniers scrutins pour la collectivité.
Ainsi « le coût total de la présidentielle et des législatives de 2012 s’est élevé, pour l’Etat et les communes, à 604 millions d’euros… dont 70 % à la charge du budget national« , nous dit le quotidien.

Sachant que l’essentiel de cette dépense (203 millions d’euros) est englouti dans « la propagande officielle imprimée« , c’est-à-dire les professions de foi des candidats, l’objectif du ministère de l’Intérieur est évidemment de réduire les coûts par la dématérialisation de l’information, voire des scrutins.
Confier l’envoi des documents à Internet aurait amélioré quelques lignes budgétaires en 2015 (on estime l’économie à 130 millions), mais les députés et sénateurs renâclent.
Pour l’instant.

De même, certains voudraient que le vote électronique devienne la règle, mais un rapport du Sénat rendu au printemps dernier a alerté sur le manque de fiabilité des machines à voter comme du vote Internet.

On en veut pour preuve le « pataquès » des élections internes au PS ou à l’UMP.

On imagine alors le sérieux d’un vote strictement électronique à l’échelon national…
Et l’on imagine très bien aussi que la réticence des élus porte moins sur la peur des fraudes qu’ils pratiquaient déjà largement au temps du papier que sur l’aspect sociologique :
La tranche la plus âgée de la population est celle qui se rend le plus volontiers aux urnes, c’est aussi celle qui est le moins rompue au numérique et qui, dit-on, vote le plus à droite…

Côté ministère des Finances, cette fois, on est aussi en train de nous contraindre au tout numérique.
Le dernier document reçu, qui concerne la « cotisation foncière des entreprises« , stipule ainsi :

« Le paiement de la CFE-IFER par voie dématérialisée est obligatoire pour tous les redevables. Vous devez payer votre imposition par prélèvement ou par télérèglement«.

Pour les contrevenants, une majoration de l’impôt de 0,2 %.
En 2015, tous les avis d’imposition seront envoyés par voie électronique.

Sur le papier, ou plutôt sur l’écran, tout cela est merveilleux :
pratique, rapide, économique et même écologique.
Dans les faits, c’est beaucoup plus inquiétant car TOUS les sites, a fortiori s’ils contiennent des données sensibles, sont susceptibles d’être piratés.
Et quoi de plus sensible que les sites administratifs et gouvernementaux, souvent mal ficelés qui plus est !
Nous voilà donc contraints par l’Etat français d’offrir à toutes les mafias de la planète les secrets de nos comptes bancaires, leur contenu, le détail de notre situation de famille, de notre santé, de notre patrimoine, de nos options politiques, sachant que nos goûts alimentaires, vestimentaires ou culturels sont déjà livrés en pâture à tous les marchands de par le monde.

Une info-cadeau, pour finir.
Recevant la semaine dernière un client qui s’était fait pirater sa carte bancaire et prélever 800 euros depuis l’Indonésie, la banquière lui a dit en confidence :

« N’achetez pas vos billets sur le site de la SNCF.
Il vient encore d’être piraté
« .

Vous le saviez ?
Moi non plus.

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 23/11/2014

Quelle pagaille et quelle dépense en cas de panne !

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43