Archive | 04/12/2014

« Rivarol » Est A Nouveau Condamné.

rivarol-300x83

Quelle insupportable police juive de la pensée !

Les juges de leur République ont infligé une nouvelle condamnation à l’encontre de « Rivarol » cet après-midi.
Jérôme Bourbon, le directeur de publication de l’hebdomadaire nationaliste, été condamné à verser 2 000 euros d’amende pour une prétendue « provocation à la haine envers les juifs ».
Il devra verser encore 1 500 euros à la LICRA et 1 000 euros LDH et SOS Racisme au titre des dommages et intérêts et des frais de justice, soit un total de 6 500 euros.

« Par leur excès, leur outrance et la stigmatisation qu’elles traduisent, de telles expressions incitent au rejet »

a prétendu le tribunal.

« Nous vivons en pleine tyrannie juive ».
« Nous sommes en effet dirigés, étouffés, opprimés par une minorité qui se croit tout permis »

avait écrit Jérôme Bourbon dans deux articles le 16 janvier, consacrés notamment aux procès à répétition contre Dieudonné, qualifiant le Conseil d’État de «tribunal rabbinique ».

Comme pour justifier ces propos, comme aux heures les plus sombres de l’histoire européenne, quand les Juifs Trotzky ou Yagoda organisaient des délations et des massacres à l’échelle continentale, le groupe extrémiste juif « Ligue contre le racisme et l’antisémitisme » (LICRA) (fondation : Bernard Lecache ; présidence : Alain Jakubowitz ; secrétaire général Roger Benguigui) avait dénoncé des propos dissidents auprès de la police politique.

Le parquet de Paris, aux ordres d’Israël, avait immédiatement lancé des poursuites, qui s’achèvent sans surprise par une condamnation.

La justice d’occupation a multiplié les condamnations contre Jérôme Bourbon ces derniers mois, la dernière étant en septembre.
Mais il est interdit de rappeler, comme lui-même le disait dans les propos incriminés :

« Nous vivons en pleine tyrannie juive.
[…]Nous sommes en effet dirigés, étouffés, opprimés par une minorité qui se croit tout permis ».

Marie Mansard

http://jeune-nation.com/  du 04/12/2014

 

chard (1)

Nous Sommes Chez Nous A Hayange.

creche.1jpg

Des décorations traditionnelles
pour nos fêtes de Noël !

Bravo, une fois de plus, à Fabien Engelmann, pour cette décoration de Noël illuminant LA vierge d’Hayange, renvoyant à nos traditions et à notre civilisation gréco-romaine ET chrétienne.
On trouvera sur le site de la ville l’histoire de cette Vierge que n’a jamais réussi à remplacer l’oeuf repeint…
Son histoire montre à quel point elle appartient au patrimoine de la ville et de ses habitants dont les ancêtres se sont cotisés pour la faire faire et l’édifier en bonne place et à quel point elle est symbole d’espoir.
Elle n’appartient donc pas qu’aux chrétiens et à la tradition chrétienne, elle fait partie de l’héritage des Hayangeais, fussent-ils athées.

« La statue de Notre-Dame de Hayange est la grande œuvre de Monsieur l’Abbé « RIFF », archiprêtre hayangeois, mais l’idée initiale revient à Madame « JUNGER », née « Catherine HUMBERT ».
Cette dernière, dans son testament, fit un legs de 15 000 Francs (2286,73€) au Conseil de Fabrique. Selon son désir, une partie de cet argent devait servir à faire élever sur la côte des Vignes une statue de la Vierge dominant la paroisse de HAYANGE.

L’Abbé « RIFF » prit ce projet à cœur et fît une quête dans toutes les maisons de la paroisse.
Une fois les fonds réunis, il choisit un emplacement d’où la Vierge dominerait HAYANGE, la vallée, et la région 
Puis accompagné du Père « LEGLISE », il se rendit sur les collines de VAUDEMONT, à Notre-Dame de SION, dont il choisit la Vierge pour modèle.
Il en fit la commande.

Les travaux commencèrent le 19 mai 1903 et furent achevés fin octobre de la même année.
La statue seule coûta 12 000 Francs (1819,37€). 
En fonte coulée dans les usines locales, d’un poids de 6 tonnes et ½, elle dresse ses 7 mètres sur un piédestal de granit haut de 14 mètres.

L’abbé « RIFF » mourut le vendredi saint 1904 avant son achèvement.
C’est donc l’Abbé « BESNARD » qui prépara l’inauguration qui eut lieu le 2 octobre 1904.

Durant de longues années, tous les 15 août, Notre-Dame de Hayange devint un lieu de pèlerinage.
Les bombardements ont épargné la statue, mais le temps laissa son empreinte de rouille sur l’édifice.
Pour le restaurer, une souscription publique fut lancée.
Les dons affluèrent de partout, notamment celui de « Jean-Paul BELMONDO », acteur principal du film « l’Héritier » dont les premières images montrent la Vierge de Hayange.
La restauration eut lieu en 1982.

Un éclairage l’illumine désormais la nuit.
Telle une apparition, elle veille, les bras ouverts sur cette vallée (durement touchée par la crise), dont elle reste le symbole et l’espoir
. »

Bravo à Fabien d’avoir si bien su choisir la meilleure façon de souhaiter un joyeux Noël aux Hayangeois.
On profitera de l’occasion pour le féliciter pour son élection au Comité Central du FN, élu dans les 30 premiers sur 100 parmi 400 candidats par les 22 329 votants.
A 35 ans le Maire d’Hayange a montré le respect et l’admiration mérités,  qu’il a su susciter chez ses pairs.
On ne peut que regretter qu’il n’ait pas été reconduit au bureau politique mais on ne s’en étonnera guère.
On se doute que sa lucidité sur l’islam ne doit pas trop être appréciée par le camp Philippot ou  Dussaussaye

Il est affligeant de voir des intelligences comme celle de Philippot, si lucide sur l’Europe, si  épris – du moins il le dit- de souveraineté populaire prendre le contre-pied des aspirations majoritaires des adhérents du FN.
22000 votants et un bureau politique majoritairement hostile aux « desiderata » anti-islam, des militants…
Ce n’est pas rassurant pour les tenants de la démocratie… ni pour les amoureux de la France !

 Christine Tasin

 

joyeux noël

http://ripostelaique.com/  du 04/12/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43