Archive | 16/12/2014

La Reconquista S’ Entrevoit Enfin !

le-coran-nuit-a-la-sante-mentale-251x300 (1)

L’embarras du
triste imam de Lunel…

Pourquoi s’étonner que le président de l’Union des musulmans de Lunel, responsable de la grande mosquée inaugurée il y quatre ans, ne condamne pas les jeunes gens de la ville qui sont partis rejoindre les rangs du Califat (nommé aussi Etat islamique en Irak et au Levant ou Daesh) et dont six sont déjà morts ?
Mettez-vous à sa place.

Comme toutes les « taupes » qui répandent l’islam chez nous dans nos mosquées, nos armées  nos prisons, à la télévision d’Etat.., la mission de ce notable musulman est double :

par le mensonge, la ruse, la dissimulation (la « taqiyya »), faire croire aux gogos de Français que l’islam n’est qu’une foi de la sphère privée, comme notre christianisme contemporain, et que son expansion ne menace nullement la cohésion nationale ;

en même temps, professer l’islam réel, totalitaire, aux immigrés venus de pays musulmans et aux autochtones convertis, les intégrer dans la « umma » (communauté islamique) en les encadrant, les formatant et les motivant pour le devoir sacré de tout musulman :
anéantir les autres civilisations par le peuplement, l’asservissement, la terreur, la guerre, le massacre.

Evidemment, les taupes du « djihad » par la « taqiyya » ne peuvent accomplir leur mission qu’aussi longtemps que les Français ne réagissent pas.
Jusqu’à maintenant, ils ont réussi, non seulement à endormir nos « élites », mais même à obtenir leur concours par la menace et en apportant massivement les voix de leurs frères aux politiciens clientélistes.
(François Hollande a été élu président de la République grâce au « survote » musulman – « Ifop » –, tout comme le maire de Lunel doit son maintien à la mairie en 2014 par sa complaisance à l’égard de la communauté musulmane si l’on en croit l’antenne locale du Front National.)

http://lunelfaitfront.wordpress.com/2014/12/10/a-lunel-le-front-national-sengage-clairement-contre-le-terrorisme-islamique/

Mais voilà que l’islam réel se dévoile, et il le fait avec fierté, avec ostentation, en utilisant tous les moyens de la communication mondialisée.
Etalant aux yeux de tous leurs égorgements, viols, mises en esclavages, déplacements de populations, les monstres de l’Etat islamique nous disent et répètent avec insistance qu’ils sont des musulmans authentiques, pieux , légalistes :
Ils conforment leur conduite aux commandements du Coran, livre d’Allah, éternel comme Lui, et à l’imitation de Mahomet, le « beau modèle » selon le Coran.
Un discours qui ne peut être réfuté par aucun connaisseur de l’islam, comme « Riposte laïque » l’avait démontré il y a déjà plusieurs mois.

http://ripostelaique.com/les-crimes-du-califat-islamiquement-corrects-et-meme-louables.html

Ces croyants irréprochables mettent nos taupes dans l’embarras.
Boubakeur, Ramadan, Chalgoumi, Chebel, Moussaoui, l’UOIF, Fils de France… ne savent que nous seriner :

« L’islam du Califat n’est pas le vrai islam ». (! ? !)

Une affirmation sans preuves, quand les « djihadistes » du Califat, eux, peuvent se référer aux textes qui fondent l’islam.

En refusant de se prononcer sur l’engagement des jeunes dans le « djihad » armé, le notable de Lunel reconnaît en toute candeur sa difficulté à tenir désormais son rôle à double face.

S’il approuve, il se dénonce comme soldat, jusque là clandestin, de la guerre islamique contre notre civilisation, il avoue avoir été une taupe.

S’il condamne, il renie publiquement sa religion, son credo, son code de conduite, sa morale et il heurte de front la majorité des Musulmans.

Alors, il se défile, misérablement.

Son attitude (au fait, est-il français, étranger, double national ?) montre clairement l’écartèlement auquel sont condamnés désormais les soldats de l’invasion musulmane par la « taqiyya », ainsi que leur collabos et idiots utiles.

Elle annonce que le temps est venu où leur double langage sera tout simplement impossible.

Alors, commencera la « Reconquista ».

René Marchand

http://ripostelaique.com/  du n° 386, le 16/12/2014

Europe Et Maroc Contre Clandestins.

belcaca

L’immigration est un problème pour l’Europe !

L’Europe va payer le Maroc pour lutter contre l’afflux de clandestins !
Alors que la France inaugure en grandes pompes ce lundi après-midi le musée de l’Immigration et que la jeunesse socialiste s’apprête à nous assener une énième campagne (ad nauseam) sur la richesse qu’elle représente pour nos contrées, c’est l’Europe qui prend un curieux contre-pied en forme d’aveu :
Oui, l’immigration (fût-elle clandestine) représente un problème pour l’Europe !

Sinon, pourquoi se déciderait-elle à payer le Maroc pour l’aider à stopper le flux de clandestins subsahariens qui le submerge ?

Petit Rappel

Ces centaines de milliers de migrants se précipitent dans l’espoir de passer en Europe, en prenant parfois tous les risques, d’abord parce que celle-ci (France incluse) représente une formidable richesse et une promesse d’avenir pour eux :
ce n’est pas un crime.
François Hollande s’étonnait il y a peu, au Canada, de ce que la France soit raillée ou se rabaisse elle-même :
eh bien, non, François !
La France représente une formidable richesse pour l’immigration !
Elle est fière de constituer une richesse pour l’immigration !
L’as-tu dit, hier après-midi, lors de l’inauguration ?

L’information est donc parue hier matin (15 décembre) dans l’intégralité de la presse néerlandaise :
L’Europe va payer le Maroc pour lutter contre l’afflux de clandestins (nulle trace pour l’instant dans la presse française).
« Algemeen Dagblad » titrait ainsi :

 « Le Maroc va prendre en charge les migrants de sorte à soulager la pression migratoire que subit l’Union européenne.
En échange, le Maroc recevra des subsides.
L’Union européenne travaille depuis un certain temps déjà sur un programme d’aide à l’intégration des migrants au Maroc. »

(Mazette : en France, le concept même d’intégration est désormais xénophobe !)

Le 27 mars de cette année, « Jeune Afrique » effectuait ce constat alarmant d’un afflux de clandestins vers deux enclaves espagnoles au Maroc, « Ceuta et Melilla » (où j’eus l’occasion de poireauter un week-end de 1992 au poste-frontière, en route vers « Tlemcen », en attendant un visa de transit marocain : « Melilla » n’était pas encore le dramatique cul-de-sac – Sangatte marocain – qu’elle est devenue, mais il régnait déjà un surréaliste marché noir à ciel ouvert à la frontière, loin, bien loin de Marrakech).

L’Europe est comblée de donner ainsi l’occasion au Maroc de bénéficier des bienfaits et des richesses des migrants :
Que ce soit l’occasion, pour le pouvoir et le peuple marocains, de leur exprimer une reconnaissance éternelle pour l’incommensurable richesse de leur apport, exactement comme l’on nous y force ici !
Sauf qu’ici, il n’est PAS question d’intégration !
Mais l’Union européenne affiche pour le coup une inconscience presque criminelle, en condamnant beaucoup d’Africains à subir au Maroc ce racisme que seule l’insondable idiotie utile européenne fait mine d’ignorer.
Que dire, en effet, de cette scandaleuse couverture de « Maroc Hebdo » du 8 novembre 2012 :

« LE PÉRIL NOIR :
Des milliers de Subsahariens clandestins au Maroc.
Ils vivent de mendicité, s’adonnent au trafic de drogue et à la prostitution.
Ils font l’objet de racisme et de xénophobie.
Ils posent un problème humain et sécuritaire pour le pays… »

Quant à « Awa », étudiante guinéenne à l’Institut supérieur du génie appliqué à Casablanca, elle confirme se faire insulter quotidiennement :

« singe »,« négresse »« sale Africaine » ou encore « esclave »

(Slate Afrique, 28/11/2012).

Silvio Molenaar

http://www.bvoltaire.fr/  du 16/12/2014

« Ils vivent de mendicité, s’adonnent au trafic de drogue et à la prostitution »…et en France ?
Bien sur qu’ils font de même mais profitent en plus de nos prestations sociales, du chômage et des largesses offertes par leurs associations.
Que l’inauguration de ce musée soit le glas d’une immigration dont nous ne voulons pas.

Et « CA » Représente Notre France ? ?

autocollanthollande1-300x300

Hollande inaugurait
le musée de l’immigration !

Ce traître, car il n’y a pas d’autres mots à utiliser, s’est permis d’insulter un peuple, le nôtre, réécrivant une histoire où, de tout temps, en France, les étrangers auraient été victimes de l’intolérance de nos compatriotes.
Bien évidemment, nous avons eu droit au coup des discours démagogues qui attisaient la haine, encore davantage quand l’autre n’a pas la même religion, ni la même couleur de peau.

Du début à la fin, c’est atterrant :

- Les immigrés ont construit la France (pendant que nos parents dormaient dans un hamac, probablement) ;

- La France accueille 200.000 immigrés par an, c’est pas assez ;

- Les immigrés rapportent de l’argent à la France (alors qu’ils nous coûtent de 42 à 84 milliards d’euros par an, selon les rapports de « Contribuables Associés » [42 milliards], de « Yves-Marie Laulan » [70 à 80 milliards], de « Gérard Pince » [71 milliards], de « André Posokhow » [84 milliards]

Alors que le communautarisme s’installe, alors que nos compatriotes sont agressés quotidiennement, la plupart du temps par de nouveaux arrivants, alors que les islamistes menacent notre laïcité et partent faire le « djihad » (voir Lunel), alors que la France a été, pendant des décennies, un pays d’accueil et d’assimilation (lire le livre « d’Elisabeth Lalesart », « pas de Voile pour Marianne »), celui qui est payé (et fort cher) pour défendre le pays et ses habitants leur crache dessus, et tient un discours compassionnel, alors qu’en période de chômage de masse, les immigrés (d’afrique) n’ont pas leur place en France, sauf s’ils amènent une valeur ajoutée.

hollande-du-balai-300x205

Mais le pire n’est pas là.
Le jour même où un islamiste, à Sydney, prenait en otage dans un café des dizaines d’Australiens, causant la mort de deux innocents, avant d’être abattu, alors que chaque journée qui se passe se traduit par des attentats ou des arrestations de réseaux djihadistes, voilà ce que cet islamo-collabo a osé dire :

« La peur sciemment installée d’une religion, l’islam, qui, d’une façon inacceptable, est présentée par certains comme incompatible avec la République ».
« Le fait nouveau, ce sont des vents mauvais qui soufflent de plus en plus, pas seulement en France, mais partout en Europe »,

a-t-il déploré, estimant qu’il fallait

« une fois encore reprendre le combat. »

Dans « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme » érigée en « grande cause nationale », la France « ne peut tolérer qu’un citoyen soit agressé pour sa religion, sa couleur de peau, ses origines », a-t-il souligné, avertissant que « rien ne doit être passé sous silence, rien ne doit rester impuni, rien ne doit être toléré ».

C’est ni plus ni moins une menace directement adressée à tous ceux qui se battent, quotidiennement, sur Internet, dans leur parti politique, dans leur association ou dans la rue, pour alerter nos compatriotes contre le cancer islamique, confirmé ce jour par le drame de Sydney.
-Comment ne pas comprendre, à la lecture de tels propos, que des magistrats serviles se permettent de fermer, sans le moindre préavis, un site comme Minurne Résistance ?
-Comment ne pas y voir un encouragement, pour les imposteurs de l’antiracisme, à multiplier les procès, pour les procureurs à accentuer les plaintes, pour les magistrats à taper encore plus fort contre les Résistants ?
-Surtout comment ne pas traduire ces propos, pour les islamistes, comme un blanc-seing qui leur est donné pour accentuer leur offensive contre la France et son modèle laïque ?

Ce discours d’Hollande est celui d’un traître au pays qu’il dirige.
Nous ne reprendrons pas, pour ne pas donner de mauvaises idées, la célèbre phrase de « Clémenceau », mais il est vraiment difficile de ne pas y penser.

La France ne s’en sortira pas sans se débarrasser au plus vite de ce Guignol et de sa clique, les Français ne sauveront pas leur pays et leur mode de vie sans mettre au pouvoir au plus vite un gouvernement de Salut Public, qui mette fin à l’immigration sauvage et à l’islamisation du pays, voulues par tous les Hollande d’Europe, de France et de Navarre.

Paul Le Poulpe

http://resistancerepublicaine.eu/  du 16/12/2014

Pas moins que dans certaines communautés, les Français ont toujours été méfiants à l’égard des étrangers mais il ne faut pas confondre immigrés d’Europe qui ont les mêmes gènes que nous et immigrés d’Afrique qui sont bien différents, de plus avec d’autres traditions.
Après une ou deux générations les enfants d’immigrés européens étaient complètement assimilés dans notre population Française alors que, depuis leur déferlement sur notre sol, les africains ont créé des zones de non-droit et nos rues, nos médias, nos écoles nous sont devenues étrangères…ils ne se sont pas intégrés et veulent nous chasser maintenant !
Mais nous sommes toujours chez nous, si leurs enfants BI-NATIONAUX ne sont pas satisfaits de nos lois en place bien avant leur naissance, qu’ils aillent dans le pays de leur autre nationalité !

Grande Muette Et Feuille de Chou !

Cochon

Tel est pris qui croyait prendre !

« Hervé Ghesquière », ce journaliste qui a été enlevé en 2009 en Afghanistan parce qu’il a voulu à tout prix rencontrer des Taliban au mépris des consignes de sécurité données par l’armée, ne manque pas de toupet au Touquet.

Il a, dans les colonnes des « Échos du Touquet » insulté le lieutenant-colonel et porte-parole des forces françaises en Afghanistan à l’époque des faits, Jackie Fouquereau, et l’a traité de lâche.
Le lieutenant-colonel « Fouquereau » a peu apprécié et a porté plainte en diffamation.
Et  »Ghesquière » a écopé d’une condamnation à 2 000 euros d’amende (avec sursis) pour diffamation bien méritée et le journal à 4 000 euros ferme.

Mais au delà, c’est l’attitude morale – ou immorale – du journaliste, qui pose un sérieux problème, entre l’arrogance, le mensonge et l’ingratitude.

Ingratitude moralement inexcusable vis à vis de l’armée qui les a sauvés
Maître « Jean Ennochi », l’avocat de « Jackie Fouquereau », a d’ailleurs relevé à l’audience que :

« le journaliste n’avait pas mené une enquête sérieuse et qu’il avait tenu des propos extrêmement graves pour un militaire, le traitant de « lâche » »,

dans l’Echos du Touquet.

Bref rappel des faits

  • Avec « Stéphane Taponier », « Ghesquière » était en reportage pour « FR3″ lorsqu’ils ont été kidnappés le 30 décembre sur une route de l’est de l’Afghanistan.
  • Mais quelques jours après leur capture, des rumeurs commencent à faire surface, les journalistes auraient en réalité fait preuve d’une coupable imprudence.
  • Le président Nicolas Sarkozy, confirmant que la rumeur reflétait la réalité, dénonce une « imprudence vraiment coupable », et rappelle qu’« il leur avait été très clairement demandé de ne pas s’aventurer ainsi à cause des risques ».
  • Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée dénonce lui une « chasse au scoop à tout prix ».
  • Le 17 janvier 2010, il ajoute que les journalistes font « courir des risques à beaucoup de nos forces armées, qui, du reste, sont détournées de leurs missions principales ».
  • Enfin, le général « Jean-Louis Georgelin », chef d’état-major des armées françaises, tempête que la recherche des deux journalistes a coûté plus de 10 millions d’euros :

    « Nous avons déjà dépensé plus de 10 millions d’euros dans cette affaire …
    Je donne le chiffre parce que j’appelle à la responsabilité des uns et des autres »

    ajoutant que

    « plusieurs soldats seraient morts lors des opérations visant à les secourir ».

  • Ceci sera confirmé par le journaliste « Jean Paul Ney », qui écrira :

    « Hervé, Stéphane, je vais vous faire une révélation: un homme est mort pour empêcher vos ravisseurs de vous faire passer au Pakistan, il s’agit de « Jonathan Lefort », un militaire de 28 ans intégré aux forces spéciales et positionné non loin de la frontière avec le Pakistan.
    Il a donné sa vie pour vous sécuriser, c’est ça le scoop. 
    La moindre des choses Hervé, surtout toi, serait de reconnaitre ton erreur.
    « 

  • Dans un commentaire du « Figaro », une personne qui apporte des détails troublants, affirme même que les journalistes se sont  rendus « sans protection dans une zone à risque contrôlée par les talibans, pour « assurer les talibans de la compréhension et du soutien de la presse et de la gauche française dans leur lutte ».
  • Là encore, « Jean Paul Ney » confirme cette mise en cause, lorsqu’il écrit :

    « Quand on est journaliste sur une zone de guerre, de surcroit embarqué avec des militaires, on évite de ressortir son militantisme et de parler mal à des hommes et des femmes qui risquent leur vie chaque jour, encore une fois Hervé, tu sais très probablement de quoi je parle ».

Pourtant,  »Ghesquière », dans un entretien à l’AFP le 30 juin 2011, assurera n’avoir pris « aucun risque inconsidéré ».

« On n’est pas allés à l’aventurette pour risquer nos vies.(…) On était bien préparés, on a pris le minimum de risques possibles »,

ajoute Hervé Ghesquière.

Et il mentait…

Mensonge ! explique le site « Infodéfense », en publiant un document et un témoignage qui apportent la preuve que les journalistes ont été avertis par un militaire une heure avant leur enlèvement sur la route menant à Tagab.

Lors d’une interview à l’Echo de Touques, « Hervé Ghesquière » déclarait à propos de l’officier Jackie Fouquereau :

« Je l’ai appelé des dizaines de fois, je lui ai laissé des messages, des sms, je suis allé chez lui et j’en suis même arrivé à lui envoyer des lettres en recommandé pour le rencontrer.
Depuis notre retour, il me fuit, « Jackie Fouquereau » est un lâche »

Lors de son procès, il tentera pourtant de soutenir que le terme de « lâche » est :

« à comprendre dans le sens que son acte était lâche car il refusait seulement de me voir et c’était le seul, pas l’homme en tant que tel ».

Et il mentait…

Le juge rejettera cet argument.
Un journaliste travaille avec les mots, et s’il se réfugie derrière une mauvaise connaissance de leur sens pour se défendre, c’est qu’il ment.

« il me fuit, Jackie Fouquereau est un lâche, cela ne veut pas dire son acte était lâche ». 

« J’attends que la justice reconnaisse le bien-fondé de ma démarche.
Je fais confiance à la justice pour pointer les responsabilités des uns et des autres »
,

déclara Ghesquière quelques jours avant l’audience à « l’AFP »..
Pourtant, il cachait le fond de sa pensée…

Et il mentait…

Après la confirmation de sa condamnation, le 8 décembre dernier, il déclare à « La Voix du Nord », avec mépris :

« J’ai l’impression qu’un ex-militaire est mieux entendu par la justice qu’un journaliste. Je le regrette amèrement.
La justice est une affaire d’hommes, elle n’est pas infaillible, elle est juste respectable.
 »

Avant le jugement, Ghesquière a confiance dans la justice.
Et après qu’elle confirme sa condamnation de première instance, il l’accuse d’être partiale et de préférer un ex-militaire à un journaliste ?
Il lui reproche de ne pas être infaillible ?

De toute évidence,  »Ghesquière » est trop déformé par la façon dont il pratique son métier, où la désinformation des faits, les approximations tendancieuses et les contre vérités font partie de l’équipement du militant.
Trop habitué à ne jamais rendre de compte de ses écarts avec la déontologie, « Ghesquière » a cru que la justice serait sa complice.

« Jackie Fouquereau » a déclaré, en prenant connaissance de l’arrêt en appel :

« C’est la fin d’une longue épreuve.
C’est la victoire de la vérité sur le mensonge. »

Affirmatif !

Rémi Fayard pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 15/12/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43