Archive | 25/01/2015

Nous Sommes En Danger Chez Nous !

pain france

La guerre civile aura bien lieu !

Il n’est pas question pour moi de me réjouir d’un fait que j’analyse et auquel je compte bien consacrer plus qu’un article.
Mais il est essentiel d’arracher le bandeau que porte aujourd’hui notre société face à la montée des périls qui se dessinent et qui, hélas j’en suis persuadé, vont nous conduire à une guerre civile soit larvée soit ouverte.

Mais d’abord, qu’est-ce qu’une guerre civile ?

Une guerre civile est la situation qui existe lorsqu’au sein d’un État, une lutte armée oppose les forces armées régulières à des groupes armés identifiables, ou des groupes armés entre eux, dans des combats dont l’intensité se prolonge dans le temps, dépassant ainsi la simple révolte ou l’insurrection.

Les causes d’une guerre civile sont multiples.
En analysant celles qui se sont enchaînées dans l’Histoire, nous trouvons quatre grands types d’éléments déclencheurs :
-les différends territoriaux,
-les conflits ethniques,
-les antagonismes religieux,
-les crises socio-économiques.
Souvent, d’ailleurs, certains de ces éléments se conjuguent entre eux lorsque le conflit éclate.
La gravité de la situation de la France de 2015 est que ces quatre données sont présentes dans notre société.
Jusqu’à ces derniers temps, on pouvait penser qu’il manquait la première composante, la composante territoriale.
« Christophe Guilluy », avec son livre La France Peripherique, Comment on a sacrifié les classes populairesNous Sommes En Danger Chez Nous ! dans FRANCIA, vient de démontrer que des territoires bien délimités existent et sont différenciables entre zones urbaines et zones périphériques.

Soyons honnêtes.
Nous le découvrons tous les jours et le sentons confusément :
La France est une vaste « Cocotte-Minute » dont les gouvernants et les médias ont refermé définitivement le couvercle de peur de voir une réalité politiquement incorrecte s’en échapper.
L’État gangrené au plus haut niveau refuse de voir la situation.
Il lui est donc impossible d’appliquer des remèdes puisqu’il nie la maladie.
Ainsi, nous avons, autour des zones rurales extra-urbaines, des villes « boboïsées » hérissées de logements sociaux et entourées de centaines de zones de non-droit.
Il suffit d’une étincelle pour que le conflit latent entre ces deux forces éclate au grand jour.

Pourquoi les manifestations, suite aux meurtres de Charlie Hebdo, ont eu un tel succès ?
Pas simplement pour défendre la liberté d’expression et encore moins pour soutenir l’hebdomadaire satirique.
Il s’agissait de montrer le ras-le-bol d’une population redoutant sa perte d’identité, qui ne supporte plus de voir des terroristes islamisés faire la loi et le djihad dans leur propre pays.
Même s’ils sont minoritaires, n’oublions pas que ce sont les minorités qui font les insurrections.
Or, une fois la situation radicalisée, la majorité ne peut que les rejoindre car coutumes et civilisation sont les mêmes.

D’un côté seront mis en avant :
Notion de cités, de clans, sentiment de non-appartenance à un pays, solidarité du monde musulman, ethnicité et paupérisme.

De l’autre, face à eux :
Le fait d’être incompris et même oublié, l’exaspération croissante, la civilisation chrétienne, l’affirmation identitaire, la défense d’une culture, la colère d’une classe moyenne qui s’appauvrit : les « Poor White Trash »(« pauvres petits blancs »-péjoratif), comme disent les Américains.

Le choc des civilisations ne va qu’en s’élargissant.
Plus le politiquement correct (« pas d’amalgame», « les premières victimes sont les musulmans », « la France est raciste », etc.) s’exprime dans les médias et plus une majorité de Français s’exaspère et exprime, à travers les réseaux sociaux ou les dialogues de rue, leurs ressentiments vis-à-vis d’une population immigrée ou d’origine immigrée qu’ils ne voient pas s’intégrer.

Les acteurs sont en place dans la tragédie qui se prépare, il ne manque que la force armée.
Quelle sera son attitude ?
Il est encore trop tôt pour le dire.

Jean-Pierre Fabre-Bernadac

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/01/2015

Ce Sont Vraiment Tous Des Charlots !

fluide-glacial-300x168 (1)

On a évité « la Troisième Guerre mondiale avec la Chine » !

Le dernier numéro du journal d’humour et de bande dessinées ne fait pas rire tout le monde.

« Péril jaune, et si c’était déjà trop tard ? »,

nouveau petit trésor de Fluide Glacial fait jaser la presse libre et indépendante, en Chine.
La couverture a pourtant toutes les raisons d’amuser :
Une caricature de français, béret sur la tête, tire un pousse-pousse avec un couple cosmopolite en diable…

Le « Global Times » a réussi un coup de force :
Alors que l’aventure « Charlie Hebdo » continue de provoquer des vagues de protestations et des manifestations violentes, auprès d’une minorité d’excités, c’est « Fluide Glacial » qui s’attire les foudres du journal chinois, proche du Parti communiste.

Dans un éditorial, la rédaction dénonce « un acte indécent » et de soupçonner un coup médiatique, pour tenter de profiter de l’éclairage dont bénéficie la France, depuis les attentats chez Charlie Hebdo.
Et avec une certaine condescendance, on affirme :

« les grands médias américains ont tous refusé de publier de nouvelles caricatures de Charlie Hebdo.
Cela suggère qu’il est temps de prendre du recul 
».

D’ailleurs, suivant les recommandations du média, la France aurait tout intérêt à ne pas faire de la liberté d’expression sa religion.

« Personne n’a l’intention de refuser la liberté d’expression »,

peut-on lire – venant d’un média proche d’un parti politique, cela prête déjà à sourire.
Mais le « Global Times » invite tout de même la société française à faire preuve d’un peu de retenue.

« Il est plus difficile pour les musulmans de changer leur foi que pour l’Europe d’ajuster son curseur sur la liberté d’expression. »

Et d’inviter la France à arrêter les caricatures de Mahomet, tout simplement parce qu’une nouvelle guerre sainte se profilerait gentiment.
Charb leur proposerait certainement d’aller se faire « enc*ler », mais ne faisons pas trop négligemment parler les morts.

Reste donc cette couverture de « Fluide » qui fait jaser.
Or, l’affaire prend un vilain tour parce qu’un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a pris connaissance de cette couverture.
Avec un sens aigu de la diplomatie, il demande que chacun fasse preuve « d’esprit d’ouverture et d’intégration ».
Mieux : il prône la tolérance, en se « fondant sur le respect mutuel », rapporte l’AFP.

La Troisième Guerre Mondiale est évitée.
Un soulagement

Alors, pourquoi s’en être pris aux Chinois dans ce numéro ?
Yann Lindingre, joint par téléphone, nous avoue s’être terré sous son bureau, de crainte, mais soulagé :

« de savoir que la Troisième Guerre mondiale a été évitée ».

Le rédacteur en chef de « Fluide » s’amuse surtout :

« de ce qu’un proche du parti a certainement décidé de laver l’honneur du pays.
Sauf que son ambassadeur a bien dit que cette histoire lui en touchait une, sans faire bouger l’autre ».

Plus sérieusement, le numéro avait été préparé en réaction au comportement du « FIBD ».
(« Festival International de la Bande Dessinée »)

« Nous avions proposé que, pour les 40 ans de « Fluide glacial », quelque chose de particulier soit fait.
Mais les organisateurs du Festival préféraient s’occuper de la délégation chinoise.
J’ai décidé qu’on allait accueillir la délégation à notre manière
. »

Le numéro contient d’ailleurs une prophétique histoire signée « Sanlaville », qui raconte l’attaque par… un terroriste chinois de la rédaction de « Fluide ».
Un gag préparé voilà deux mois, et qui méritait bien de figurer dans ce numéro.

« On n’aurait pas fait ça pour l’occasion, pas après Charlie. »

Le problème,

« c’est que tout est regardé par le prisme des attentats, désormais.
Sauf qu’on n’est pas un journal satirique qui réagit à l’actualité.
« Charlie » et « Siné » galéraient pour survivre.
Ici, c’est notre actionnaire « Gallimard » qui nous a sorti des moments durs qu’on a vécus.
Si l’on regarde dans la rue, y a pourtant des millions de personnes qui ont envie de se marrer avec « Charlie » 
».

Alors, promouvoir les auteurs « Fluide », leur donner une belle place pour ce numéro, c’est avant tout faire vivre l’humour à la française.

« On a un savoir-faire sur le vin et le fromage :
peut-être qu’il va falloir reconnaître celui sur l’humour maintenant ?
D’ailleurs, si les Chinois avaient vraiment lu le numéro, ils se seraient marrés.
 »

Après une pause de deux secondes :

« En fait, mon édito ne les aurait peut-être pas fait trop rire… »

« Fluide » est en tout cas fier :

« d’avoir l’écho nécessaire pour faire bouger les lignes dans l’Empire du Milieu.
On aurait bien aimé faire vivre ce numéro avec un dessinateur d’humour chinois, mais on n’en a pas trouvé :
c’est un signe, non ? 
»

La production de BD chinoise,

« c’est très bien, mais les mômes, aujourd’hui, ils ont certainement plus envie de se marrer.
On a des auteurs géniaux – même ailleurs que chez « Fluide », hein – et une grande tradition d’humour. Quand les albums français tirent la langue, parce qu’ils n’ont plus la cote, proposer une grande bouffée d’humour, c’est important 
».

Un humour dont on s’attendait à ce que les organisateurs d’Angoulême puissent faire preuve.

« Nous, on demandait que le Grand Prix soit accordé à « Charlie ».
Mais les organisateurs se sont enfoncés un peu plus, en expliquant que, malgré les événements, « Charlie » ne représentait pas l’avenir ni le futur de la bande dessinée.
C’est un peu naze…
 »

Nicolas Gary pour actua-litte.com

Les ancêtres des Français étaient des Gaulois mais ce genre d’humour douteux n’a plus lieu que dans les garnisons…fort peu nombreuses sur notre sol depuis la suppression du service militaire.
A qui donc s’adresse ce genre d’humour ?

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43