FRANCIA, Médias

C’est « Poubelle » La Vie !

nouvelles-images-humour-rigolote-bonne-nuit-img

Un feuilleton  télévisuel ou « Marcel Pagnol » en Corée du Nord.

Marseille n’a jamais autant ressemblé à Beyrouth, Mossoul, Bangui ou Chicago.
Et pourtant, c’est dans une petite Provence de carton-pâte que chaque soir à 20 h 20, sur la télévision publique, « la vie est plus belle ».
Aujourd’hui, les Japonais, paraît-il, demandent aux Marseillais où se trouve le quartier du Mistral, comme on demandait jadis aux Moscovites où se trouvait le café Pouchkine chanté par Bécaud dans « Nathalie » – à la manière de Balzac mourant qui, dit la légende, appelait à son chevet le docteur « Bianchon », son médecin de papier.

À ceux de nos lecteurs qui ne connaîtraient pas « Plus belle la vie », je recommande vivement cette plongée en apnée dans une pensée unique arrosée d’huile d’olive.
Munissez-vous au préalable d’un grand verre de whisky et d’un exemplaire de Fahrenheit 451C'est , de « Ray Bradbury ».
Vous pourrez alors découvrir une galerie de personnages attachants, particulièrement « représentatifs » :
Ici, peu d’artisans, de petits employés, de chômeurs en fin de droit, mais aussi peu de financiers ou de chefs d’entreprise.
Des commerçants, des professions libérales, des profs, des journalistes.
Presque aucune famille au sens où on l’entendait autrefois :
Ce ne sont que divorces recomposables, mises en ménage hâtives et éphémères, couples homo « sympa » avec enfants adoptés issus de la diversité…
On note cependant le couple durable formé par deux policiers, un beauf raciste retourné dans le giron du politiquement correct grâce à une jolie gardienne de l’ordre d’origine algérienne…

Triomphe mou et silencieux de la classe moyenne supérieure, satisfaite d’idées simples, peu tentée par les extrêmes (forcément, dans un quartier marseillais qui ressemble à un clip du PS…) et assez peu sensible aux sujets internationaux et au temps long. En revanche, réactions épidermiques aux sujets « sociétaux », en conformité avec le catéchisme tacite de notre époque (par exemple, un épisode « spécial Charlie » tourné dans l’urgence, pour cocher la case de la respectabilité émotionnelle), messages « en l’air » conformes à la doxa médiatique (stop au libéralisme, halte à l’intolérance, vivrensemble et padamalgam, « riches de nos différences »« si t’es heureux comme ça », etc.).

Bref, dans ce quartier citoyen et solidaire, les situations se suivent et ne ressemblent à rien de connu dans les Bouches-du-Rhône.
Pas de vols à l’arraché, pas d’antisémitisme, pas de viols dans les transports, pas d’arnaques aux allocs, pas de problèmes pour les enseignants, pas de « babtous » (occidentaux) qui se font racketter, pas de voitures qui brûlent, pas de bâtiments en décrépitude, pas de doutes sur l’avenir… pas d’espérance, pas de beauté, pas d’idéaux non plus.
À ce stade, il est temps de finir votre whisky et d’ouvrir le livre que je vous ai conseillé.

Justement, dans « Fahrenheit 451″, la femme du pompier « Montag » se repaît des aventures télévisuelles d’une famille imaginaire, dont le quotidien en Technicolor lui fait oublier la grisaille du sien, crée du sens dans une vie vide, et l’empêche de lire des livres.
C’est l’occasion pour le régime de tenir en respect une population servile et lobotomisée, qui communie dans une réalité factice, et ne se révolte pas contre l’insupportable, parce qu’elle en a oublié jusqu’à l’idée.

Toute ressemblance étant fortuite, reprenez quand même un whisky.

Arnaud Florac

http://www.bvoltaire.fr/  du 26/01/2015

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43