Islam, TROQUET

Est-ce Du Con Texte Ou Du Contexte ?

coran (1)

Le coup du contexte du Coran  !

Allah t’es pas fatigué qu’on se foute de ta gueule ?

Ben oui, il faudra s´y faire : le « Kouffar » moyen commence à s´informer.
Il lit.
Et se met à mesurer la distance qui sépare une “religion de paix” d’une doctrine de sang et de bêtise.

Entre autres, le très « flower power » verset “en religion point de contrainte” a fait flores. Abrogé « intra utero ».
Jamais appliqué, même si quelques islamo-féaux type « Aymeric Caron » le répètent « ad nauseam ».
Bref, « l´Islam Peace and Love tendance Woodstock », ça coince grave.
Surtout par les temps qui courent, entre enfants enterrés vivants et tournées générales de décapitations.

Mais le vice, ne manquant pas de ressources…pécuniaires ou autres, a réponse à tout.

Certes, quelques versets seraient vaguement empreints de bellicisme.
“Tuer”, “égorger”, “anéantir” augurent mal du côté « fleur bleue » qui aurait pu leur permettre de figurer sur une demande en mariage à l´ancienne.
Pas grave, il faut les lire “dans le contexte”.
Comme nous l´explique l´Immense « jack Lang », bénévole notoire et désinteressé chronique.
Et le tour est joué.

“Le contexte”.
Relativisation spatio-temporelle de la parole éternelle.
Pratique.
Gomme les aspérités et efface les risques de malentendus.

“Dans le contexte” En voilà une qu’elle est bonne.
Et le contexte en question, jusqu’où ne va-t-il pas se nicher !

Saviez-vous que si Allah redéfinit les positions selon lesquelles on peut besogner sa femelle, ce serait pour couper court à une vieille croyance juive qui disait que les enfants conçus “en levrette” étaient enclins à naître avec un bec-de-lièvre ?

LE CONTEXTE, vous dis-je !
Mais il est vrai que le « Mot Sacré » n’a pas été transmis que par le coeur.

Bon mais après tout, toute croyance étant par définition agrémentée de vagues lambeaux de superstition, sachons rester peuple.

Par contre, quelques détails chiffonnent un tantinet:

1/ Le Coran, incréé, est la parole de Dieu.
Et relativiser l´absolu, même avec “le contexte”, est par définition impossible, sauf à vouloir faire entrer le dieu en question dans une misérable enveloppe charnelle, ce qui serait le pire des anathèmes.

2/ Le Coran a été écrit APRES la mort du prophète.
Le “contexte” ayant évolué entre-temps, faites-moi penser à demander à Allah quel est l´intérêt d’avoir immortalisé un certain nombre de versets mort-nés, périmés avant même d´avoir rejoint les étals du rayon « Halal » du supermarché du coin.
Le “contexte” visait quelques milliers d´individus, et sur une période limitée.
Alors que des dizaines de milliards de fidèles sont censés être et avoir été concernés par une parole intangible.
Le “contexte” prend les musulmans pour des cons.
Et le pire, c´est que souvent, ça marche.

3/ Dieu ((Allah ?) a dicté le Coran eu égard au “contexte”.
L´ennui, c´est qu´en principe, « ce contexte », c´est lui-même, omnipotent, qui l´a défini.
Pour vous résumer:
Vous pouvez lire l´avenir et influer sur lui.
Vous savez que demain, vous risquez de vous couper un doigt en épluchant les patates.
Ben, l´avenir en question, vous le modifiez, non ?
Dieu (Allah ?), lui, aurait choisi de “s´adapter au contexte” et de courir à la pharmacie s´acheter du sparadrap, en prévision de l´accident.

Allah, t´es pas fatigué qu´on se foute de ta gueule ?

Jacques Vinent

http://ripostelaique.com/  du n° 395, le 16/02/2015

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43