Archive | 18/02/2015

Une Vermine Qui Est Tenace !

copenhague (1)

Envahissant, toxique et meurtrier.

Le terrorisme, c’est comme le lierre, on ne le tue qu’à la racine !

Les deux attentats de Copenhague suscitent trois sentiments.
Le premier, sans doute le plus partagé, c’est l’angoisse ressentie désormais par beaucoup d’Européens et de Français, en particulier.
Les auteurs ne sont pas des terroristes internationaux membres d’un réseau qui pourra être anéanti en un coup de filet.
Ce n’est pas un arbre, mais un rhizome, un lierre qui se développe par le rebond des images.
L’immense immigration musulmane en est le terreau.
L’échec au moins partiel de son intégration produit chez certains de ses membres appartenant aux générations nées et élevées en Europe une régression identitaire fantasmée vers une forme de religion qui n’était pas celle de leurs ascendants.
Autrement dit, le danger peut naître partout et la menace peser sur tout un chacun.
C’est le processus même du terrorisme dont l’arme est la peur.
Celle-ci va d’abord atteindre les cibles désignées.
Les attentats de Madrid en 2004 avaient inversé le résultat prévisible des élections, donnant la victoire aux socialistes partisans du retrait des soldats espagnols d’Irak.
Aujourd’hui, les victimes sont pour la seconde fois, des « auteurs » de blasphème et des Juifs.
On peut imaginer chez les dessinateurs et les écrivains une tendance naturelle à l’autocensure à la suite de ces agressions.
Certains sont déjà fichés et condamnés à mort.
Dans ce monde inversé où les criminels prononcent et exécutent les peines capitales,
-soit il est trop tard et l’on est condamné à vivre sous une protection policière permanente, qui commence d’ailleurs à poser de sérieux problèmes d’effectifs aux Etats.
-Soit il est encore temps de se contenter de caricaturer le Pape, et la vie restera belle dans une société proclamant une liberté d’expression que les fanatiques seront parvenus à limiter dans les faits.
Pour les Juifs qui vivent en Europe et ne craignent pas d’affirmer leur croyance par les lieux qu’ils fréquentent ou les vêtements qu’ils portent, le risque est constant.
Que 70 ans après la fin du nazisme, et alors qu’Israël a été la réponse politique et historique à la Shoah, on puisse tuer des Juifs parce q’ils sont Juifs, et peut-être à cause d’Israël, donne le vertige.

« L’Histoire est un cauchemar dont j’essaie de me réveiller »

fait dire « James Joyce » à un de ses personnages.

Pourtant, le désir d’être à tout prix optimiste peut trouver des éléments rassurants dans la duplication des événements de Paris par ceux de Copenhague.
Un individu isolé sorti depuis peu de prison après un parcours de petite délinquance à copié les attentats commis à Paris :
mitraillade d’un forum consacré à la liberté d’expression, puis attaque d’un symbole juif. Contrairement aux « français », il ne semble pas avoir eu de contact ni de formation au Moyen-Orient. Le bilan est heureusement moins lourd.
Si l’on remonte aux attentats de Madrid en 2004 ou de Londres en 2005, le premier qui avait fait exploser une dizaine de bombes et tué 200 personnes, le second 56 personnes, avaient mobilisé des équipes de terroristes pour des actions coordonnées et destinées à tuer le plus possible de gens, de façon aveugle.
Chez les auteurs comme chez leurs victimes, le périmètre s’est restreint.
Le profil des criminels les rend cependant peu détectables, à moins de consacrer des moyens disproportionnés à la surveillance de personnalités dont la médiocrité semble être la marque principale.

Pourtant, il y a dans la séquence actuelle un ensemble de faits troublants.
L’utilisation superlative des événements par le pouvoir aux fins de regagner en popularité en appelant à la cohésion nationale derrière lui, alors qu’il n’a su ni prévoir, ni limiter les attentats, doit soulever des réserves.
Copenhague a été saisi comme une piqûre de rappel de « Charlie » afin de prolonger « l’esprit du 11/1″.
Il ne paraissait pas indispensable que le Ministre de l’Intérieur se précipitât au Danemark afin de souligner combien cette répétition frappait symboliquement la France.
Dans le même temps, comme l’a montré la récente fusillade de Marseille au moment même d’une visite du gouvernement, le plus effrayant est de savoir que dans nos démocraties laxistes, les armes circulent en quantités et que les « malfaisants », délinquants de droit commun ou terroristes, en sont beaucoup mieux fournis que les honnêtes gens.
La dénonciation de la faiblesse de nos démocraties soulève une autre crainte, celle de voir les exigences de la sécurité l’emporter sur la protection des libertés.
Depuis le vote de la dernière loi de programmation militaire, la surveillance administrative des connexions internet a été facilitée.
On peut en comprendre la raison en constatant le rôle du « web » dans la propagande djihadiste, mais aussi constater que ce recul des libertés est dans le fond une première victoire de la culture de nos adversaires sur la nôtre.

Enfin et surtout, le retentissement exceptionnel des derniers attentats ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt.

Ces actions isolées sont les échos d’un séisme beaucoup plus considérable, l’extension géographique du djihadisme salafiste et de ses massacres quotidiens à l’encontre notamment des Chrétiens.
L’impuissance des Etats les plus riches et les plus puissants du monde coalisés contre lui est un encouragement au terrorisme en Europe en même temps qu’elle lui laisse un espace d’accueil et d’entraînement.
L’Etat islamique vient de conquérir une ville en Irak.
Il ne recule plus en Syrie, étend ses métastases jusqu’en Libye, où 21 Coptes égyptiens ont été décapités par ceux que « nous » avons soutenus contre « Kadhafi ».
Le Yémen rejoint la Somalie dans l’anarchie propice à l’installation de foyers terroristes.
Le nord du Nigéria et ses voisins francophones, comme le paisible Cameroun, sont exposés aux exactions de Boko Haram.
La stratégie à usage interne des drones par le Président Obama ne peut évidemment anéantir un phénomène d’une pareille envergure.

C’est pourtant là qu’est la racine du mal qu’il faut éradiquer.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 18/02/2015

Différence entre Laïc et Religieux.

israel-1 (2)

Un réalisateur brise un tabou.

Un récent documentaire israélien brise le tabou de la masturbation masculine chez les juifs ultra-orthodoxes en explorant le combat qu’ils doivent livrer pour se conformer à ce précepte biblique:
« Tu ne répandras pas ta semence en vain ».

« Sperme sacré » expose le tabou des juifs ultra-orthodoxes sur la masturbation.

A l’origine du film , les inquiétudes d’un père, le réalisateur lui-même, qui ne sait pas comment aborder le sujet, et la sexualité en général, avec son fils de 10 ans.
« Ori Gruder », 44 ans et père de six enfants, n’est devenu religieux qu’à 30 ans.
Grâce à sa connaissance des deux mondes – laïc et religieux – il présente de façon accessible au grand public les tactiques développées par le judaïsme orthodoxe pour que les hommes résistent à leurs pulsions (le film n’évoque pas la question pour les femmes).
Chez les juifs orthodoxes, la « Halacha » (loi juive) règle toute la vie quotidienne, de l’alimentation à l’habillement.
Elle encadre aussi la vie intime, interdisant les relations sexuelles avant le mariage, car seul le sexe destiné à la procréation est considéré comme un commandement de Dieu.
Le documentaire détaille les précautions prises par les religieux pour éviter d’être stimulés, telle l’interdiction de regarder les femmes.
Un des rabbins interrogés explique comment les jeunes garçons apprennent à uriner sans toucher leur sexe et comment, à partir de 13 ans, ils portent, en guise de sous-vêtement, un large short spécialement conçu pour uriner sans se toucher.
Si, malgré ces précautions, les adolescents ont une érection, voici les remèdes préconisés dans le film par le rabbin « Yisrael Aharon Itzkovitch »:

« Enfoncer les ongles dans les jambes, se tenir sur la pointe des pieds, se livrer à des exercices de relaxation (…) respirer à fond, faire des sauts sur place et marcher rapidement ».

Le film a été tourné principalement en Israël, où environ 11% des 8 millions d’habitants passent pour ultra-orthodoxes, et partiellement en Ukraine.

Ignorance de la sexualité

« Ori Gruder » offre une rare plongée dans leur monde, filmant dans des endroits habituellement inaccessibles aux non-religieux :
bains rituels, salles d’études de « yeshivas » (écoles religieuses), cérémonies de mariage où hommes et femmes sont complètement séparés.
Dépassant le seul sujet de la masturbation, il dévoile la profonde ignorance de la sexualité chez les jeunes religieux.
Une scène met en présence un jeune homme sur le point de se marier et un « conseiller sexuel » chargé de lui donner un minimum de conseils.

« Toutes les positions sont permises mais nos sages ont tendance à dire que la meilleure c’est quand l’homme est au-dessus de sa femme, cela permet une plus grande union »,

explique le conseiller, rencontrant le regard perplexe du futur mari.
« Ori Gruder » expose son propre sentiment de culpabilité, détaillant comment, une fois devenu religieux, il s’est infligé une série de pénitences pour ses « péchés » passés.

« Je me suis immergé dans un bain rituel rempli de glace, j’ai beaucoup jeûné, donné beaucoup d’argent aux « ?uvres », et il y a une chose que je fais toujours :
une fois par an, je vais dans une petite station de ski et je me roule nu dans la neige »,

dit-il.

Le documentaire est rythmé par les entrevues d’ »Ori Gruder » avec son rabbin, qui lui donne au début le feu vert pour réaliser le film mais l’enjoint de le faire avec pudeur et retenue.
A la fin, le rabbin le félicite, estimant que sa demande a été respectée.
De fait, le réalisateur, tout en libérant la parole des religieux sur un sujet tabou, ne montre aucune image de la masturbation.
Le documentaire d’une heure est actuellement projeté dans les cinémathèques de Jérusalem et de Tel-Aviv, ainsi qu’à Londres et aux Etats-Unis.
Lors d’une récente séance à Jérusalem, la salle était remplie de spectateurs laïcs.

Pour ne pas être exposés au monde profane, les ultra-orthodoxes n’ont pas le droit d’aller au cinéma, de regarder la télévision ou de surfer sur internet.
Cependant, assure « Ori Gruder » dans le journal « Haaretz », nombre d’entre eux ont téléchargé son film sur internet et il circule aussi sur les téléphones portables d’étudiants de « yeshivas ».

rituel-juif(1)

Des juifs ultra-orthodoxes pratiquant le 17 septembre 2012 à Tel-Aviv le rituel du « Tashlikh », consistant à se débarrasser, le premier jour de l’an du calendrier traditionnel,  des péchés de l’année écoulée,  en les jetant symboliquement dans un point d’eau.

http://www.leparisien.fr/  du 10/02/2015

Que Deviennent Donc Nos Eglises ?

mosquée (1)

Le croissant mais pas la Croix en Hollandie.

La Fédération du Front National de la Sarthe communique :

«Les Saboliens, les Sarthois et les Français en général ont été stupéfaites d’apprendre qu’une mosquée a été inaugurée jeudi dernier à Sablé sur Sarthe par Madame le Préfet en personne,  « au nom de la laïcité » !

Les Français étaient  donc dans l’erreur :
Ils croyaient que la laïcité leur garantissait une neutralité de l’Etat par rapport aux religions, on leur explique maintenant qu’au contraire, il faut donner toute sa place à une religion et que ce message vaut bien le déplacement du plus haut représentant de l’Etat en Sarthe à l’inauguration d’une mosquée.

Ils pourraient se référer à cette conviction séculaire reposant sur la loi de 1905 qui garantit l’égalité des cultes en France, sans distinction aucune, qu’ils soient présents dans notre pays puis 50 ans ou depuis 2 000 ans :
Hélas, force est de regretter notamment, que la pose de la première pierre de l’ensemble diocésain au Mans le 25 janvier dernier n’a pas eu droit aux mêmes honneurs de la part de Madame le Préfet !
Le Croissant mais pas la Croix :
Tous ne sont pas égaux devant la laïcité.

Enfin, à l’heure où la France est attaquée sur son sol, blessée dans sa chair, vilipendée à l’étranger dans certains pays d’obédience musulmane, on aimerait être davantage informé sur l’origine des fonds (la presse a évoqué le Qatar) ayant servi au financement de la mosquée de Sablé :
Le « padamalgam » au nom de Charlie sert à justifier un réel aveuglement sur l’extrémisme.

Un simple rappel :
Le QATAR est reconnu par tous les médias nationaux et internationaux comme financeur du Califat qui décapite au couteau et brûle vivant des prisonniers innocents, dont des milliers de femmes et d’enfants.

La laïcité s’invite à l’inauguration d’un simple lieu cultuel musulman dans un pays aux racines chrétiennes deux fois millénaires, alors que, dans le même temps, deux  églises ont été profanées au Mans (ainsi St ALDRIC au MANS le 1er février 2015) dans l’indifférence totale de Madame le Préfet….
Imagine t on le bruit et la fureur si ce type d’agression avait eu lieu sur une mosquée !

Enfin, courant derrière et pour se justifier devant ses concitoyens ébahis pour la plupart d’apprendre l’existence de la mosquée, Monsieur le Maire de Sablé, européiste et UMP, qui a inscrit la destruction de l’église de la Rue Alain de Rougé à son programme, s’empresse pour sa part de souligner qu’aucun fonds communal n’a servi à la construction de la mosquée « mais qu’il vaut mieux savoir ce qui s’y passe » !
…Flagrant délit d’amalgame Monsieur le Maire !

Au résultat, rien de réjouissant cependant, cette nouvelle mascarade illustrant une nouvelle fois l’anticléricalisme endémique des socialistes et la complicité  ambigüe de l’UMP, présidée par un Nicolas SARKOZY conférencier des pays du Golfe les plus islamistes, dont le Qatar,  alors que ses liens financiers personnels avec ces pays ont été décrits par « Pierre PEAN » dans un livre d’enquête récent, mais occulté par les médias nationaux.

Le Front National reconnait à chaque religion sa place, mais rappelle que notre civilisation est historiquement et culturellement gréco-latine et judéo chrétienne,  et que ce rapport entre la foi et la raison la fondé la laïcité à l’européenne.

Le Front National réclame une véritable neutralité de l’Etat dans les affaires cultuelles et l’interdiction de leurs financements étrangers, ainsi que les moyens nécessaires pour démanteler les réseaux terroristes islamistes qui s’abritent derrière la communauté musulmane française. »

http://www.les4verites.com/  du 17/02/2015

la-croix-2-1024x768-500x375 (1)

Les Séniors ne Veulent Pas Céder !

agecanonix

« Agecanonix »
fait de la résistance !

Les vieux sont une chance pour la France.
Les constructeurs d’EHPAD vous le confirmeront, les fabricants de monte-escalier ou de tests « Alzheimer » aussi.
Les baby-boomers et leurs grands frères ont de l’or gris dans les poches.
Mais leur contribution au bonheur national n’est pas seulement économique.
On parle beaucoup de liberté d’expression, ils l’exercent.
Ce sont les derniers nababs du politiquement incorrect.

Même en laissant de côté « Johnny », champion de la gaffe, et « Brigitte Bardot », princesse de la provocation, les paroles des vieux détonnent aujourd’hui comme des pets de Belzébuth dans ce boudoir de bon ton qu’est devenu le débat public.

« Un Roland Dumas » reproche tout haut à « Manuel Valls » d’être influencé par sa femme juive.
Un « Michel Galabru » embarrasse la journaliste belge qui l’interroge en disant, de professionnels rencontrés dans certains films foireux :

« Ils étaient tous pédés. »

Et « Philippe Tesson » encourt une saisine du « CSA », une procédure pour incitation à la haine raciale et la réprobation du gratin des « Tartuffe »(s) politiques pour avoir lancé :

« D’où vient le problème de l’atteinte à la laïcité, sinon des musulmans ?
On le dit, ça ?
Eh ben moi, je le dis ! […]
C’est pas les musulmans qui amènent la merde, en France, aujourd’hui ?
Il faut le dire, quoi ! »


Ce qui est remarquable, quoi qu’on pense des propos des uns et des autres, ce sont les commentaires choqués et sentencieux des jeunes journalistes.
De même « Anouchka Delon » s’est-elle hautement désolidarisée de son père après que celui-ci a dit à « Anne-Sophie Lapix », en parlant du mariage gay :

« Oui, c’est contre-nature, je suis désolé.
On est là pour aimer une femme, pour courtiser une femme, pas là pour draguer un mec ou se faire draguer par un mec. »

Elle ne s’est pas griffé le visage ni lacéré la poitrine, mais elle avait l’air gêné de la bourgeoise devant un vieillard qui fait sous lui.

L’évidence d’hier est devenue le blasphème d’aujourd’hui.
La norme sociale a changé mais demeure contraignante.
Chacun revendique la liberté d’expression pour soi et nie celle de l’autre.
Et la fracture entre les générations révèle une rupture de civilisation.
De même que l’invasion a provoqué un Grand Remplacement physique, de même l’Éducation nationale et les médias produisent-ils un Grand Remplacement mental, tout aussi abyssal.
Ceux qui sont aux affaires ont sucé le lait d’une nouvelle intolérance.

Aussi la « lepénisation » des anciens croît-elle et,
avant de mourir, ils jettent la dernière lumière d’une étoile morte :

celle de la France qui s’en va.

Martin Peltier

http://www.bvoltaire.fr/  du 18/02/2015

Quand on ne sait pas on doit encore apprendre et se taire…en principe.
Quand on commence réellement à savoir, arrive alors l’âge où, « de nos jours », la vieillesse n’est plus très loin.
Donc on ne peut écouter que les « presque vieux » ou les « récents vieux ».
C’est vrai, nos vieux sont la seule chance pour sortir notre France de ce Chaos !

Où Est Le Vrai Respect Des Morts ?

tombes2-300x135 (1)

Pourquoi deux poids et deux mesures ?

L’acteur Roger Hanin, qui avait quitté Alger en 1948, mais s’était fait le complice des indépendantistes du FLN (décoré en 2000 par le président Bouteflika de la plus haute distinction nationale « Achir » pour son engagement, et celui de son père, en faveur de l’indépendance de l’Algérie), avait émis comme l’une de ses dernières volontés d’être enterré à côté de son père au cimetière de Saint-Eugène (Alger).

Cela n’a pu se faire et l’on a évoqué pour cet empêchement des problèmes techniques.

« Roger Hanin » a donc été enterré à 15 mètres environ de la tombe de son père, « Joseph Lévy ». « Kader », conservateur de ce cimetière, ne s’étend pas sur l’origine de ces problèmes techniques.
(Source : le quotidien « El Watan »).

En revanche, et malgré ma question restée sans réponse à « El Watan » et à une délégation des juifs d’Algérie, il est impossible de savoir si la tombe du père de « Roger Hanin » n’a pas été tout simplement profanée, comme des centaines d’autres tombes, et qu’il s’agit de la raison principale de l’impossibilité de donner suite au souhait de l’acteur décédé.

profane-alger (1)

250 tombes profanées dans le cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, c’est injustifiable et ignoble.
C’est la première fois avec une telle ampleur sur le sol de France et cet acte soulève l’indignation nationale.

Mais des questions se posent :

– Un cimetière profané en France est-ce plus grave qu’un cimetière profané dans un autre pays ?

– Un cimetière juif profané est-ce plus grave qu’un cimetière chrétien, ou d’une autre religion ?

Des centaines de cimetières sont profanés dans le monde, en France, en Algérie, et dans ce pays cela nous concerne puisqu’il s’agit de cimetières où reposaient des Français, mais cela ne réveille pas toutes les consciences en France… « en tous les cas pas les mêmes » !

valls1

Fin 2005, une délégation d’anciens de Mers-el-Kébir (Algérie) visite le cimetière où reposent les plus de 1.300 victimes de cette tragédie (3 juillet 1940).
Une découverte terrible les attend :
Le cimetière laissé à l’abandon depuis 1993 (date à laquelle le Souvenir français a cessé de s’en occuper pour raisons de sécurité) a été vandalisé et profané.
Plus une seule croix debout, les plaques ont été dévissées.
La tombe de l’amiral Darlan fracassée, le mausolée dans lequel sont déposés les ossements des marins non identifiés est à ciel ouvert.
La délégation des marins est révoltée (de nombreuses photos sont prises par l’un des participants, Raymond Quessada).

Le gouvernement français interpellé se permet, avec l’accord des autorités algériennes, de raser les tombes et de remplacer les croix par des blocs de béton afin de ne pas provoquer l’actuelle République algérienne alors que la très grande majorité des victimes est originaire de Bretagne, donc catholique.

tombes-4

En 1940, Mers-el-Kébir fut une honte pour de Gaulle et l’Angleterre, mais en 2005, ce fut une honte pour la France et pour son gouvernement d’avoir cédé à cette humiliation.

Il s’agissait là de la plus grande profanation d’un cimetière dans le monde et je ne me souviens pas d’une indignation nationale !

tombes3 (1)

Manuel Gomez

http://www.bvoltaire.fr/  du 18/02/2015

tombes (1)

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43