Archive | 21/02/2015

Nous Préfèrons Notre Patrie De Coeur.

village-300x165 (1)

Préférer le village Français au village global ?

Pour désigner la patrie, la terre des pères, l’allemand, une langue foisonnante, dispose d’un très beau mot « Heimat ».
« Heimat » veut dire Patrie mais aussi beaucoup plus :
le village où j’ai grandi, la maison où je me sens chez moi.
La France pour moi donc.

Partout dans le monde – et surtout en Europe- on assiste à la renaissance de la patrie, de la nation, du « heimat ».
L’Ukraine vole en éclats parce que la minorité russophone ne peut ni ne veut vivre ensemble avec la majorité ukrainophone.
La Yougoslavie est morte dans le bruit et la fureur des armes, car les Bosniaques, les Kosovars, les Croates,  les Slovènes, les Monténégrins, les Serbes voulaient une maison à eux, leur « heimat ».
La Tchécoslovaquie a vécu car les Slovaques voulaient un Etat qui ne soit pas celui des Tchèques.

Une grande partie des Ecossais veulent être Ecossais et non pas Britanniques.

Les Flamands veulent se séparer des Wallons.

Et seule la constitution espagnole empêche la Catalogne de proclamer son indépendance.

Ce réveil des nations est communément qualifié de « national populisme » par des petits esprits qui essaient de nous convaincre que le marché mondialisé et quelques clics sur internet peuvent remplacer l’amour de l’endroit où l’on se sent chez soi.
Mais la réalité est plus forte que ces injonctions comminatoires.
Un vieux proverbe juif dit les choses comme il faut les dire.

« Si je ne m’aime pas moi-même, qui m’aimera ?
Et si je n’aime que moi, qui suis-je ? ».

Serait-il scandaleux d’aimer la France ?

De rêver dans la forêt de Brocéliande ?

D’être pétri d’admiration devant la Vierge Noire de Rocamadour ?

Un peu d’amour pour soi, pour ce qu’on est permet d’avoir de l’amour pour les autres…
La France, on le sait, est une République « une et indivisible » qui refuse le communautarisme et prône le « vivre-ensemble ».
Assimilation et intégration sont les mamelles de la République.
Ses mamelles sont vides ou plutôt nombreux sont ceux qui refusent d’y téter le bon lait républicain.

L’assimilation a échoué.

L’intégration n’a pas mieux réussi.

Et le « vivre-ensemble » est devenu le cache-sexe de haines cuites et recuites.

Et alors que fait-on ?
(« On » recule pour mieux sauter, on commet erreur sur erreur et ce n’est pas fini – pelosse)

Il existe en Europe plusieurs pays qui ne se sont pas décomposés et où vivent des minorités nationales.
La minorité nationale, selon les critères du Conseil de l’Europe, c’est un groupe d’hommes et de femmes qui ont un sentiment d’appartenance ethnique, une langue, une culture, une religion.
En Roumanie par exemple, la minorité nationale hongroise, a des écoles où la première langue est le hongrois,  et des journaux dans sa langue.
Les Hongrois de Roumanie aiment naturellement la Hongrie mais respectent les lois roumaines.
Et ceux que la suprématie roumaine insupporte sont libres, et ne s’en privent pas, de partir pour la Hongrie.

Sur le territoire Français réside une population qui correspond aux critères de minorité nationale tels que définis par le Conseil de l’Europe.
Son identité est fortement structurée.
Elle a des problèmes.
Et elle pose aussi des problèmes.

Elle est Française tout autant que la minorité hongroise en Roumanie est roumaine.
La République « une et indivisible » n’étant plus qu’une abstraction déconnectée du pays réel, pourrait-on envisager pour cette population un statut de minorité nationale ?

Une révolution, un bouleversement à coup sûr.
Le buste de Marianne en  tremblerait un peu.
Mais tout vaut mieux qu’un « statu quo » qui ressemble à un face à face.
Cette population serait libre d’aimer sa patrie de cœur, son « heimat » qu’il s’agisse de l’Algérie, du Maroc, ou de la Tunisie.

Elle serait libre également, au cas où les lois françaises lui paraîtraient trop contraignantes,

d’y partir.

Benoît Rayski

http://www.atlantico.fr/  du 21/02/2015

Partir et ne pas revenir dans notre « Heimat », bien sûr !

Certains Risques Des Grandes Tours.

dubai-300x201 (1)

Incendie dans un gratte-ciel à Dubaï.

Un incendie a ravagé samedi la partie supérieure d’un des plus hauts gratte-ciel de Dubaï, The Torch, forçant des centaines de résidents à évacuer leurs appartements, selon la défense civile.
L’incendie, qui a été maîtrisé après deux heures d’intervention des pompiers, n’a pas fait de victimes, selon un communiqué de la Défense civile.
Sept personnes ont cependant été soignées sur place après avoir inhalé de la fumée.
Une vingtaine d’étages du gratte-ciel, qui en compte 79, ont été touchés par les flammes attisées par les vents, et des débris de l’immeuble se sont écrasés sur la rue, selon des vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux.
Le feu a causé d’importants dommages à des appartements de luxe occupés notamment par des expatriés, et a provoqué l’évacuation de centaines d’habitants d’immeubles voisins dans le quartier Dubaï Marina. Le feu s’est déclaré au 51e étage de la tour résidentielle qui fait 336,1 mètres de haut, a indiqué la Défense civile.

 Image de prévisualisation YouTube

Un habitant, « Mehdi Ansari », a déclaré que l’alarme incendie s’était déclenchée vers 02H00 du matin (22H00 GMT).

« J’ai vu qu’il y avait du feu et que des parties du bâtiment étaient en train de s’effondrer.
J’ai immédiatement emmené ma femme et notre bébé »,

a-t-il ajouté, en précisant avoir pris avec lui des «objets importants».

« Quand nous sommes descendus par l’escalier, il était plein de fumée.
Il est devenu ensuite de plus en plus bondé et enfumé, les lampes se sont éteintes et certaines personnes ont paniqué ».

Des équipes de la Défense civile ont commencé à dégager les débris après que les pompiers furent parvenus à éteindre l’incendie et à empêcher que celui-ci se propage à des immeubles voisins.
Les centaines d’habitants de « gratte-ciel » proches ont ensuite pu rejoindre leurs habitations.
Monsieur « Ansari », qui habite au 27e étage de la tour « Torch », a salué le travail des pompiers.

«C’était un incendie gigantesque et le vent rendait les choses encore plus difficiles.
Le feu était hors de contrôle »,

a expliqué cet ingénieur de 30 ans.

« Certaines personnes ont dû descendre à pied une cinquantaine d’étages et elles n’étaient pas en très bonne forme »,

a précisé Monsieur « Ansari ».

« Les pompiers ont été époustouflants.
Ils sont arrivés sur place très rapidement et les médecins ont pris soin de tout le monde ».

Le quartier « Dubaï Marina », qui compte de nombreuses tours résidentielles, est très populaire auprès des expatriés.
L’émirat de Dubaï est connu pour ses immeubles gigantesques.
En 2012, un important incendie avait éclaté dans la tour « 34-Tamweel », provoqué par un mégot de cigarette jeté dans une poubelle.

Source AFP

http://www.lesechos.fr/  du 21/02/2015

Ne parlons pas des inconvénients !
Le manque de luminosité en bas, les pannes d’ascenseurs, la promiscuité, les heures de pointe, etc !

Faisons Un Petit Rappel Historique.

francmacon (1)

À l’heure de la prétendue
mondialisation heureuse.

Quand Louis XV arriva au pouvoir, les finances publiques (sinistrées sous Louis XIV par la cause de guerres à répétition) avaient été assainies par la Régence.
Vint alors la « Pompadour », charriant des banquiers, des rapaces, des faiseurs d’argent par tous les moyens.
Et la dette de la royauté commença de nouveau à se creuser.
Des petits malins entreprirent alors d’expliquer au roi qu’on pouvait enrichir tout le monde sans appauvrir personne.
Les « Quesnay », « Turgot », toute l’« Encyclopédie » pour ainsi dire, tentèrent de démontrer à la royauté qu’en cessant d’établir le pouvoir sur ce qui était, pour préférer des «valeurs sûres» comme le «profit», la «raison», etc. on allait arranger tout le monde… le libéralisme économique.
Les Lumières, c’est le libéralisme, la «main invisible» d’ »Adam Smith » et les élucubrations éclairées empruntées aux Britanniques.

Dénué de naïveté, Louis XV se laissa tout de même tenter par l’expérience de l’économie libérale.

Cela mit les Français dans la rue, à partir de 1763.

Il revint donc sur sa décision et rétablit la police des grains qui avait été momentanément suspendue.
Dans l’Ancien Régime, cette police présente dans toutes les villes faisait le tour des marchés pour veiller à ce que personne n’exagère sur les prix.
Un marchand exagérant ses marges était considéré en tant que criminel.
Autres temps, autres mœurs !

Sous le jeune Louis XVI davantage influençable, « Turgot » libéralisa définitivement le prix des subsistances et de la farine (des spéculateurs en feraient bientôt monter le prix, comme outil forçant la population à l’insurrection révolutionnaire).
De là, ce ne fut plus la police qui allait régler le prix du grain, donc du pain, mais le sacro-saint marché.
Plus de contrôles, de règlements.
On objecta à « Turgot » que le prix du grain allait augmenter.
On lui demanda comment allaient faire les ouvriers dont le revenu n’augmentera pas.
Qu’allaient faire ces pauvres gens ?
Réponses :
-Ce n’est pas grave, ça se stabilisera,
-les salaires se fixeront «nécessairement» sur le prix des subsistances,
-si la cherté empêche l’ouvrier de nourrir sa femme et ses enfants, ce sont ces derniers qu’il faut mettre au travail (mai 1775).

Où « Turgot » est-il allé chercher ce «nécessaire» alignement des salaires sur les prix, si ce n’est dans son cerveau malade de dogmatique ?
Dès que ce libéralisme commença à être mis en pratique, les ouvriers sombrèrent dans une misère noire. Les enfants au travail, et les femmes.
De là au XIXe siècle, ces femmes abandonnant leur enfant ou le confiant à encore plus pauvres qu’elles pour aller vendre leur lait.
Une mère devait choisir entre se nourrir ou nourrir son enfant.
Manger ou materner et mourir de faim.
Abominable marché de la nourrice.

La théorisation de l’esclavage des enfants que l’on verra dans l’industrie et les mines au XIXe siècle :

C’est les Lumières.

Le «travailler plus pour gagner plus» était là…

Et les architectes du chaos de ces temps le firent payer à la monarchie en 1789.

Nevenka Vukovic

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/02/2015

lenainrepas-300x230 (1)

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43