EDUCATION, FRANCIA

Faisons Un Petit Rappel Historique.

francmacon (1)

À l’heure de la prétendue
mondialisation heureuse.

Quand Louis XV arriva au pouvoir, les finances publiques (sinistrées sous Louis XIV par la cause de guerres à répétition) avaient été assainies par la Régence.
Vint alors la « Pompadour », charriant des banquiers, des rapaces, des faiseurs d’argent par tous les moyens.
Et la dette de la royauté commença de nouveau à se creuser.
Des petits malins entreprirent alors d’expliquer au roi qu’on pouvait enrichir tout le monde sans appauvrir personne.
Les « Quesnay », « Turgot », toute l’« Encyclopédie » pour ainsi dire, tentèrent de démontrer à la royauté qu’en cessant d’établir le pouvoir sur ce qui était, pour préférer des «valeurs sûres» comme le «profit», la «raison», etc. on allait arranger tout le monde… le libéralisme économique.
Les Lumières, c’est le libéralisme, la «main invisible» d’ »Adam Smith » et les élucubrations éclairées empruntées aux Britanniques.

Dénué de naïveté, Louis XV se laissa tout de même tenter par l’expérience de l’économie libérale.

Cela mit les Français dans la rue, à partir de 1763.

Il revint donc sur sa décision et rétablit la police des grains qui avait été momentanément suspendue.
Dans l’Ancien Régime, cette police présente dans toutes les villes faisait le tour des marchés pour veiller à ce que personne n’exagère sur les prix.
Un marchand exagérant ses marges était considéré en tant que criminel.
Autres temps, autres mœurs !

Sous le jeune Louis XVI davantage influençable, « Turgot » libéralisa définitivement le prix des subsistances et de la farine (des spéculateurs en feraient bientôt monter le prix, comme outil forçant la population à l’insurrection révolutionnaire).
De là, ce ne fut plus la police qui allait régler le prix du grain, donc du pain, mais le sacro-saint marché.
Plus de contrôles, de règlements.
On objecta à « Turgot » que le prix du grain allait augmenter.
On lui demanda comment allaient faire les ouvriers dont le revenu n’augmentera pas.
Qu’allaient faire ces pauvres gens ?
Réponses :
-Ce n’est pas grave, ça se stabilisera,
-les salaires se fixeront «nécessairement» sur le prix des subsistances,
-si la cherté empêche l’ouvrier de nourrir sa femme et ses enfants, ce sont ces derniers qu’il faut mettre au travail (mai 1775).

Où « Turgot » est-il allé chercher ce «nécessaire» alignement des salaires sur les prix, si ce n’est dans son cerveau malade de dogmatique ?
Dès que ce libéralisme commença à être mis en pratique, les ouvriers sombrèrent dans une misère noire. Les enfants au travail, et les femmes.
De là au XIXe siècle, ces femmes abandonnant leur enfant ou le confiant à encore plus pauvres qu’elles pour aller vendre leur lait.
Une mère devait choisir entre se nourrir ou nourrir son enfant.
Manger ou materner et mourir de faim.
Abominable marché de la nourrice.

La théorisation de l’esclavage des enfants que l’on verra dans l’industrie et les mines au XIXe siècle :

C’est les Lumières.

Le «travailler plus pour gagner plus» était là…

Et les architectes du chaos de ces temps le firent payer à la monarchie en 1789.

Nevenka Vukovic

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/02/2015

lenainrepas-300x230 (1)

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43