Archive | mars 2015

Notre Vieille Terre Est Irritée.

seisme-300x221 (1)

Le début d’un pic sismique ?

Un tremblement de terre d’une magnitude de 7,5 a frappé au large de la Papouasie Nouvelle-Guinée et une alerte au tsunami a été émise peu de temps après.

L’épicentre du séisme de lundi matin se situait près de la ville de Rabaul dans le nord-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée selon le United States Geological Survey (USGS).
Il a initialement rapporté un tremblement de terre de magnitude 7,7 qui fut plus tard rétrogradé à 7,5.

Le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique à Hawaii a déclaré « des vagues de tsunami dangereuses sont possibles pour les côtes situées à moins de 1000 km de l’épicentre du tremblement de terre le long des côtes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les îles Salomon ».

Le puissant séisme a frappé à une profondeur de 40 km et a été suivi par deux autres tremblements de terre au large des côtes dans les environs qui ont été mesurés à des magnitudes de 5,7 et 5,0.

Sur place, « Mika Tuvi », de l’Hôtel Rabaul, a déclaré qu’elle et d’autres membres du personnel ont couru dehors quand le séisme a commencé – au cas où le bâtiment se serait effondré.

« Le tremblement de terre a tout secoué pendant environ cinq minutes, »

a-t-elle dit, ajoutant qu’elle n’était pas au courant des dommages pour l’hôtel ou ailleurs.
Elle a également déclaré que le personnel a depuis repris le travail, précisant qu’il n’y avait pas de clients à l’hôtel au moment du séisme.

Les fonctionnaires de la capitale, Port Moresby, travaillaient à contacter leurs homologues dans les provinces extérieures, mais il y a eu aucun rapport de dommages ou de blessures dans l’heure qui a suivie le séisme.

« Martin Mose », directeur par intérim du Centre national des catastrophes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, a déclaré à l’ »Associated Press » que personne n’avait rapporté avoir vu des vagues de tsunami.
Il a dit qu’à ce stade la situation semblait être sous contrôle.

Autres séismes importants dans les dernieres 24 heures :

-Séisme de magnitude 5,7 secoue le nord de l’Egypte

Selon le président de l’Institut Abou al-Alaa Amine cité par des médias, la secousse a été ressentie par les habitants du Grand Caire, de Marsa Matrouh, d’Alexandrie, de Port-Said et des gouvernorats du Delta.
L’épicentre de ce séisme a été localisé à 480km au nord de la ville de Marsa Matrouh et à 650 km de la ville du Caire, a précisé la même source :
http://www.radioalgerie.dz/news/fr/content/35113.html

Commentaire : Inhabituel dans cette région du monde.

-Séisme de magnitude 6 au Chili 

Un séisme de magnitude 6 a frappé samedi la ville de Calama, dans le nord du Chili frappé par ailleurs par des inondations, sans provoquer de dégâts ni de victimes selon les premiers rapports officiels.

Le tremblement de terre a été ressenti à 13h36 locales (17h36 HB), avec son épicentre à 43 kilomètres au nord-est de la ville de Calama, située elle à 1 600 kilomètres au nord de Santiago, selon le Centre sismologique national (CNS) de l’université du Chili

Belga

Commentaire : Le Chili est situé sur une importante faille et il est régulièrement secoué par des séismes.
L’an dernier, c’est cette région du monde qui a le plus été frappée par le pic sismique.

-Un 6,8 aux iles Samoa le 30 Mars à 08:18 UTC

La suite des évènements confirmera ou non le début d’une série d’importants séismes qui couvrirait tout le mois d’Avril.

À suivre…  

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/  du 30/03/2015

Que Se Passe-T-Il Donc Au Yémen ?

islam-565x250 (1)

Chaos ou K. O. pour « Obama » ?

L’Arabie saoudite n’a pas lésiné ni traîné dans son intervention contre les « Houthis » du Yémen.
Certes, ce pays est pour elle le dangereux et remuant voisin du sud, mais son voisin du nord, l’Irak, connait lui aussi la guerre.
Le contrôle d’une grande partie de son territoire par l’ »Etat islamique » n’est pas plus rassurant que la domination exercée désormais sur une vaste portion du Yémen par les milices « houthies ».
La retenue dans un cas, l’emploi massif de la force dans l’autre suscitent la réflexion.

En premier lieu, cette situation achève de peindre le bilan chaotique de l’action menée par le Président américain le plus nul de l’Histoire récente.
Le prix Nobel de la paix par anticipation et sympathie idéologique affiche le record absolu de désordres et de conflits engendrés par sa politique.
Une collection de guerres civiles s’est développée dans la partie du monde où il avait prétendu changer radicalement la vision américaine dans son discours du Caire.
Certes, les choses ont changé : elles sont devenues pires.
Le seul pays arabe qui semble avoir vraiment connu le printemps, la Tunisie, a retrouvé ses dirigeants d’avant la révolution, le dictateur corrompu excepté.
Pour cela, il a dû passer par la case islamiste et se trouve aujourd’hui confronté au terrorisme qui mine sa principale ressource, le tourisme.

« C’était bien la peine de changer de gouvernement »,

chante-t-on dans la fille de Mme Angot.
L’Egypte a renoué avec un régime militaire, mais doit combattre les menées islamistes dans le Sinaï. La Libye voit s’affronter deux gouvernements dans un chaos général.
L’ »Etat islamique » y a pris pied.
Le Liban et la Jordanie sont fragilisés par les tensions internes et l’afflux des réfugiés.
La Syrie ne sort pas d’une sanglante guerre civile entre les islamistes soutenus par les Turcs et le régime baassiste.
Il ne reste plus grand chose des gentils opposants démocrates et modérés, armés, en dépit du bon sens, par Obama.
L’ »Etat islamique » occupe presque la moitié de l’Irak et les Kurdes d’une part, l’armée nationale d’autre part peinent à le faire reculer.
L’armada occidentale se contente de piqûres de moustique aériennes.
Et voilà que le Yémen qui, lui aussi, avait connu le « Printemps » avec le départ du Président « Saleh » en 2012, sombre dans l’anarchie, avec le renversement du nouveau président, le maréchal « Hadi », la prise de la capitale, Sanaa, par les rebelles « houthis » et leurs avancées vers Aden et le sud du pays, arrêtées par l’intervention, cette fois énergique, de l’Arabie saoudite et d’une dizaine d’alliés.

Jamais sans doute, les deux symboles des partis politiques américains n’ont semblé plus pertinents.
Le Président « G.W.Bush » hier, la majorité du Congrès aujourd’hui semblent des éléphants dans le magasin de porcelaines moyen-oriental :
-invasion de l’Irak pour faire tomber Saddam Hussein,
-guerre à outrance contre la Syrie de Assad.
Quant à Obama qui n’a manifestement rien anticipé ni compris, buté, borné, refusant d’avancer, il reste fidèle à l’âne démocrate.
Son aviation en est à bombarder les forces de l’ »Etat islamique » tout en fournissant des armes aux opposants « modérés » à Assad, deux adversaires que combattent également les Islamistes.
Avec la même incohérence, elle bombarde les islamistes en Irak pour soutenir l’armée de Bagdad, renforcée par les milices chiites soutenues et équipées par Téhéran, l’allié de Damas.
Pour achever ce tableau surréaliste, où triomphe la logique des non-A d’Obama, les Etats-Unis apportent leur aide à l’offensive saoudienne au Yémen, contre les Chiites « houthis » opposés aux terroristes d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique implantés dans ce pays.
Dans le même temps, Washington qui soutient l’Arabie saoudite contre l’Iran au Yémen, et les amis de l’Iran au pouvoir à Bagdad contre des islamistes, eux-mêmes salafistes comme les Saoudiens, veut aussi trouver une sortie de crise nucléaire avec le régime des Ayatollahs.

Doit-on préférer l’ami de mon ennemi ou rechercher l’amitié de l’ennemi de mes amis ?

Doit-on aider ou écraser l’ennemi de mes ennemis parce qu’il n’est pas l’ami de mes amis ?

Ou l’on atteint le sommet du machiavélisme, ou l’on constate une absence de stratégie, que remplace un ensemble confus de contradictions..

Cette situation inextricable est un noeud que l’Histoire s’est plu à compliquer à l’extrême.
La rivalité des Perses et des Sémites est séculaire.
Elle a emprunté le visage de l’opposition entre les « Sunnites », arabes ou turcs et les « Chiites » iraniens.
Le « Chiisme » n’est pas qu’iranien, mais sous ses différentes formes, il s’appuie aujourd’hui sur L’Iran.
Le nationalisme arabe associé à des figures de dictateurs d’origine militaire a constitué une troisième force souvent alliée à l’URSS contre les Etats-Unis proches des pays plus religieux.
C’est cette troisième force qui a été ébranlée par l’action des Etats-Unis et de leurs alliés. Jusqu’en 1962, le Yémen était une monarchie religieuse « chiite ».
L’Egypte de « Nasser » y a fomenté un coup d’Etat militaire pour installer une dictature laïque dont le Président « Saleh » est devenu l’Homme fort.
L’Arabie saoudite avait soutenu les royalistes, mais mollement, car il étaient « Chiites ».
« Saleh » a rejoint le camp occidental avec l’Egypte et a bénéficié, à la chute de l’URSS, de l’unification avec le Sud-Yémen, demeuré l’allié de celle-ci.
En revanche, il n’a pas soutenu l’intervention des Occidentaux contre « Saddam ».
Le nationalisme arabe les reliait.

Par son histoire, le Yémen superpose tous les affrontements.
Les « Houthis »sont des Chiites zaydites, héritiers de l’ancien royaume et majoritaires au nord.
Le Président chassé de Sanaa par leur irruption, le maréchal « Hadi » est un sunnite du Sud, un ancien officier du Sud-Yémen pro-soviétique.
Les « Houthis »doivent leurs succès à la participation des troupes yéménites fidèles à l’ancien Président « Saleh », un zaydite du nord, officier nassérien avant ses 33 ans de pouvoir sans partage.
Au sommet de cette confrontation, il y a le vieux duel entre Américains et Russes que l’administration Obama a stupidement relancé.

Leurs « champions » sont les Saoudiens et les Iraniens.

Cette rivalité s’est muée en résurgence de la guerre de religion qui a marqué l’islam dès son origine entre « Sunnites » et « Chiites ».
Celle-ci est aujourd’hui utilisée par les dictateurs qui auparavant se situaient dans une logique nationaliste et laïque.
On comprend bien l’émoi de Washington devant la perspective de voir leur vieil allié wahabite menacé par l’Iran, devant le risque de voir Téhéran contrôler les détroits.
Mais ce qu’on ne comprend pas c’est l’incapacité des Etats-Unis à aller à l’essentiel et à y aller vite, d’abord en reconnaissant à la Russie la place qu’elle mérite, ensuite, en mettant fin à l’Etat islamique, étonnamment préservé et qui bénéficie de la complaisance, de l’inertie ou de la mollesse de prétendus alliés du monde libre, empressés de prouver leur solidarité avec tous les « Sunnites », même les plus intégristes.

Christian Vanneste

Pitoyable Populace De Hollandie !

coq-autruche-300x185 (1)

Ce soir je vous méprise

De Gaulle disait que les Français étaient des veaux….et il avait raison….même mille fois raison !
Vu ces pitoyables élections departementales, où 45 % à peine des Francais se sont déplacés pour voter…

C’est sûr c’est mieux de rester à table manger le poulet/frites dominical, suivi de la patisserie dominicale, et puis apres la petite promenade digestive dominicale, ou la sieste dominicale…et surtout, surtout, le soir on allume sa boite à conneries, et on continue à souffler, en se disant   « eh ben dit donc, on a eu du bol, hein, le FN n’est pas passé…. »,« heureusement qu’on n’a pas voté, hein, comme ça on pourra pas dire que c’est de notre faute, hein »…

PITOYABLE PEUPLE, pauvres Francais, vous vous rassurez en vous disant que vous n’avez surtout pas voté FN, alors que chaque jour, vous pestez, ralez, dégoisez, sur tous ces etrangers qui nous envahissent, profitent, abusent, etc. etc. mais vous faites ça devant vos télés bien sûr….

Car surtout surtout, le but est de NE PAS voter FN pour ne pas se sentir merdeux, hein !!!

Et c’est ainsi que les mêmes voleurs et escrocs, de Droite, ou de Gauche, reviennent inlassablement nous « enc..ler » avec le sourire….

Grâce à vous petit peuple de France, grâce à vous qui n’osez RIEN.

Je sais de quoi je parle, puisque je travaille pour vous, pour votre sécurité, pour que vous puissiez encore marcher dans les rues de votre pays…!
Et depuis 25 ans, je vous entends râler, pester, geindre, contre les injustices, les abus, les arnaques, et aussi contre ces etrangers, qui vous dérangent, qui vous menacent, qui vous volent, qui vous tabassent, qui violent vos filles, qui tuent votre sécurité sociale et votre CAF, qui prolifèrent, etc etc..oui depuis des années je vous entends râler….

Mais JAMAIS vous ne faites rien pour que cela change, jamais vous n’agissez, jamais vous ne réagissez….
Et quand on vous jette un flic en pature pour une soi-disant « bavure », là, là ,vous criez au scandale, vous exigez justice, vous criez vengance……
Mais vous ne leveriez surtout pas le petit doigt pour aider une jeune fille agressée, ou pour arrêter un voleur…

Non en fait vous les Francais, vous ne faites RIEN….

Et vous allez continuer à élire des voyous qui vous vomissent dessus et vous méprisent, parce que ça vous rassure, parce que vous les connaissez eux, parce que vous savez comment ils font eux, parce que c’est mieux c’est plus sûr, parce que on ne sait jamais ils pourraient changer, parce que, parce que….parce que vous êtes des VEAUX.

Je n’ose même pas penser à ce que ce sera en 2017, si on y arrive et si on peut encore voter..

Alors ce soir je vous méprise.

Geronimo

http://ripostelaique.com/  du n° 401, le 31/03/2015

Tiktature Zoocialiste Hollandaise.

tique-1000x648-300x194 (1)

Démocrature

Il est encore quelques pays de par le monde où le pouvoir, qui ne s’embarrasse pas de précautions, ne tire ce qu’il appelle sa légitimité que de l’hérédité, appuyée sur la force.
Beaucoup plus nombreux sont ceux où, soucieux de modernité et respectant des formes de droit qui ne sont que des apparences, le pouvoir prend la peine d’organiser des élections dont le seul défaut est de se faire sur la base d’une liste unique et, en cas de nécessité, de résultats truqués.
Chine, Corée du Nord, Vietnam, Ouganda, Cuba, bientôt Venezuela, la liste est encore longue des dictatures au visage plus ou moins habilement maquillé.

La France, Dieu merci, n’y figure pas.
Comme dans la plupart des pays occidentaux, la seule source du pouvoir y est le suffrage universel et, bien que l’on puisse y contester tel ou tel aspect du système, notamment les seuils de qualification ou les effets sur la représentativité des élus du scrutin majoritaire, la liberté de parole, la pluralité des partis, la diversité des candidatures et la régularité des dépouillements font que l’on peut classer l’Hexagone parmi les régimes démocratiques.
L’empilement des diverses instances politico-administratives est même tel que l’on vote chez nous presque plus souvent qu’à son tour.
N’avons-nous pas procédé, en l’espace d’un an à peine, à des élections municipales, puis à des élections européennes, puis à des élections départementales, et déjà les élections régionales se profilent à l’horizon de décembre prochain ?
Qui dit mieux ?

Seulement voilà, organiser des consultations électorales est une chose, tenir compte de leurs résultats en est une autre.
Or, le pli s’est pris sous la Ve République telle qu’on nous l’a peu à peu pourrie d’ignorer, voire de bafouer le verdict des urnes.
Et je ne pense pas seulement ici à ces présidents qui, élus pour réduire la fracture sociale, pour remettre de l’ordre dans la maison ou pour s’en prendre aux abus de la finance et mettre un peu plus de justice dans la société, se sont empressés, à peine en place, d’oublier les engagements auxquels ils devaient leur victoire.
Nous sommes ici dans le registre de la trahison ordinaire, banale, et que les coupables mettent sur le dos du réalisme, des difficultés rencontrées ou de l’impossibilité bien connue de réformer la France.
(Dès lors, pourquoi avaient-ils brigué la magistrature suprême ?)
Mais j’ai en mémoire, comme un très grand nombre de nos compatriotes, dont on assure trop vite qu’ils l’ont courte, le cas historique du référendum du 29 mai 2005, il y aura bientôt dix ans, qui vit une nette majorité de Français dire non à l’Europe, et le Président qu’ils eurent le tort de désigner par la suite annuler leur vote avec la complicité du Parlement.

Et surtout, au lendemain d’élections départementales désastreuses pour la majorité actuellement aux commandes, comment admettre que, pour la troisième fois consécutive, les électeurs aient très clairement et de plus en plus massivement désavoué le Président et l’Assemblée qu’ils ont élus il y a trois ans et que ni celle-ci ni celui-là n’en tirent la moindre conséquence.
On dira, et c’est exact, que le président de la République et, dans sa foulée, les députés sont élus pour un mandat de cinq ans que rien ne les oblige légalement à écourter.
Mais quand les députés ne font pas usage du droit qu’ils ont de censurer le gouvernement, quand le président de la République ne recourt pas davantage à la dissolution, quand son sentiment de l’honneur, son honnêteté, sa probité ne sont pas tels qu’ils l’amènent, mis en question, à répondre superbement par sa démission, quand il craint comme la peste de recourir au référendum qui tournerait immanquablement, il le sait – nous le savons tous -, au plébiscite contre sa personne et sa politique, on aboutit à la situation actuelle, qui va fausser et paralyser pour les deux ans à venir l’action gouvernementale.

Est-il logique, est-il moral, est-il supportable que le chef de l’État et sa majorité s’incrustent au pouvoir contre le sentiment nettement et répétitivement exprimé par le peuple ?
Élus, électeurs et régime souffrent également dans ce système boiteux qui n’est certes pas une dictature mais qui n’en est pas moins antidémocratique.

Je propose un nom pour ce dévoiement hypocrite de la démocratie :

La démocrature.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 31/03/2015

Vraie Série Noire Pour Les Avions.

maison-et-rue-sous-la-neige (1)

Catastrophe évitée de justesse.

Un avion s’est posé violemment sur la carlingue à l’aéroport d’Halifax (côte est du Canada) dimanche, faisant 23 blessés sur les 138 personnes à bord, après avoir perdu son train d’atterrissage en heurtant un réseau d’antennes en amont de la piste, en pleine tempête de neige.

« Ils ont été très chanceux de s’en tirer »,

a estimé dimanche soir « Daphné Booth », enquêtrice du « Bureau de la sécurité des transports » (« BST ») en estimant que le bilan aurait pu être dramatique.

Un Airbus A320 en provenance de Toronto (Ontario, centre-est du canada) avec 133 passagers et cinq membres d’équipage a atterri assez violemment dimanche à 00H43 (03H43 GMT) à l’aéroport Stanfield d’Halifax, faisant 23 blessés, dont le commandant de bord et son copilote.
Une seule personne restait hospitalisée dimanche soir.

A l’approche de la piste de l’aéroport d’Halifax, l’avion est descendu trop rapidement, avec une visibilité réduite par une tempête de neige qui balayait les côtes atlantiques du Canada.
L’appareil « a heurté un réseau d’antennes situées à 350 mètres » avant le début de la piste d’atterrissage, a déclaré « Mike Cunningham », enquêteur du « BST ».

Le choc avec le réseau d’antennes a provoqué « des dommages importants à l’avion » et « le train d’atterrissage principal a été arraché », a-t-il expliqué.

Privé de son train d’atterrissage, l’appareil s’est posé directement sur la carlingue, « a rebondi, puis a glissé sur environ 300 mètres » avant de s’immobiliser.

Moteur arraché

Evacués par les toboggans de sécurité, les passagers ont ensuite dû attendre dans le froid glacial sur le tarmac enneigé avant de pouvoir être rapatriés vers l’aérogare.

Pour certains passagers, encore sous le choc, la violence de l’atterrissage s’apparentait plus à un écrasement de l’appareil sur la piste.
L’avion « a heurté la piste, puis il a rebondi » avant ensuite de glisser, a déclaré l’un d’eux.

Le directeur général d’Air Canada, « Klauss Goersch » n’a pas voulu parler d’un écrasement, préférant parler d’ »un atterrissage rude ».
Les images de l’appareil diffusées par le « BST » montrent un avion reposant sur le ventre, directement sur la carlingue, un moteur arraché à une trentaine de mètres du corps de l’appareil, les ailes sérieusement endommagées.

« Nous ne connaissons pas les causes et nous ne voulons pas spéculer sur les raisons » de cet accident, a indiqué M. Goersch, s’en remettant à l’enquête du « BST ».

Selon des passagers, l’avion aurait volé en cercles au-dessus de l’aéroport avant de tenter de se poser, puis de glisser sur la piste.

« Il y avait plusieurs personnes en sang.
Tout le monde a pu sortir, mais le pire est qu’ils nous ont laissés dehors pendant une heure dans la neige qui tombait dru »,

a expliqué Lianne Clark à la télévision.

D’autres ont expliqué que pour s’abriter du froid, les passagers se pressaient par groupes sur le tarmac derrière des véhicules de sécurité.
De retour de vacances au soleil du Mexique, certains passagers étaient simplement vêtus d’une chemisette ou d’une robe.

Les autorités aéroportuaires ont estimé que l’acheminement des passagers vers l’aérogare avait pris 15 à 20 minutes.
La prise en charge a été compliquée par la rupture de l’alimentation électrique de la plateforme aéroportuaire concomitante à l’incident de l’Airbus.

Le porte-parole de l’aéroport d’Halifax, « Peter Spurway », n’a pas lié la panne électrique et la sortie de piste de l’avion.
Il a confirmé que l’éclairage de l’aérogare avait été assuré par des générateurs.

« Il n’y avait plus de courant, nous ne sommes pas sûrs qu’il y ait un lien entre la sortie de piste de l’Airbus et la panne.
« Il se peut qu’il y en ait un »,

a-t-il dit.

Après avoir été fermé au trafic plusieurs heures, l’aéroport d’Halifax a repris ses opérations dimanche avec une seule piste, la seconde devant rester fermée plusieurs jours pour l’enquête, et pour laisser ensuite le temps aux équipes techniques d’évacuer l’avion et ses débris.

Source : AFP.

http://www.linternaute.com/  du 30/03/2015

« Si Vis Pacem, Para Bellum ».

poutine-300x170 (1)

Vladimir Poutine
et le nucléaire.

Pour les médias occidentaux Vladimir Poutine est du pain béni.
Qu’il disparaisse pour quelques jours du champ des caméras ou qu’il prenne la parole à la télévision, il défraie systématiquement la chronique.
Ce que les journalistes appellent «un bon client».

Les récentes déclarations du chef de l’Etat russe, dans un documentaire diffusé dimanche dernier sur la chaîne de télévision Rossia 1, ont ainsi suscité une rafale de titres alarmistes.

« Poutine dit avoir agité la menace nucléaire en Crimée »

titre « Le Monde ».

« Crimée: Poutine était prêt à une confrontation nucléaire »,

affirme les Echos.
De quoi affoler le lecteur ignorant du dossier lequel, à la lecture d’une telle titraille, pourrait légitimement croire que nous sommes passés à deux doigts de l’holocauste atomique au printemps dernier.
Sauf qu’il ne s’est rendu compte de rien à ce moment-là.
Et pour cause :
La Russie n’a jamais exercé le moindre chantage nucléaire dans le dossier de la Crimée.
Si cela avait été le cas, chacun est bien conscient que l’OTAN, le Département d’Etat américain, Bruxelles, nos médias et les nouvelles autorités ukrainiennes auraient suffisamment hurlé au loup pour que nous les entendions.

D’ailleurs le quotidien gratuit «20 minutes», plus rigoureux que ses prestigieux confrères, l’indique clairement :

«Crimée: Il y a un an, Poutine réfléchissait à mettre en alerte les forces nucléaires.»

Le Président russe, loin de brandir ses missiles intercontinentaux tel Krouchtchev, s’est donc contenté, toujours selon « 20 minutes », d’envisager l’adoption d’une posture dissuasive s’il avait été confronté « à la tournure la plus défavorable qu’auraient pu prendre les événements », c’est-à-dire à une attaque des forces occidentales.
Ce qui revient à dire qu’il était prêt à faire ce que ferait logiquement tout chef d’Etat, Français, Américain ou autre, disposant du feu nucléaire, en cas de menace majeure contre son pays.
Pas de quoi se ruer aux abris.

La Russie, qui a procédé à plusieurs tests de missiles stratégiques en 2014, a, comme d’habitude, prévenu les Etats occidentaux de ces essais.
Côté « occidental » personne au sein des cercles décisionnels n’a jamais eu l’idée, à Washington ou ailleurs, de voler au secours de l’Ukraine et d’entrer en guerre.
Le risque que nous arrivions à un scénario de confrontation nucléaire avec la Russie était donc nul.
Vladimir Poutine admet d’ailleurs à demi-mot qu’il n’a jamais réellement envisagé d’en être réduit à mettre sur le pied de guerre son dispositif atomique :

« J’ai parlé avec mes collègues (occidentaux).(…)
C’était une position franche et ouverte.
Et c’est pourquoi, je ne pense pas que quelqu’un ait eu envie de déclencher un conflit mondial.
 »

Mais peu importe qu’il ne se soit rien passé, qu’il n’y ait jamais eu le moindre risque.
Dans le climat de paranoïa politico-médiatique actuel, vous accolez « Poutine » et « nucléaire » dans une phrase, vous avez votre petite crise de Cuba à peu de frais, un ersatz de frisson thermonucléaire à destination de ceux qui n’ont pas eu la chance de connaître la vraie guerre froide.
Le procédé, grossier, prête d’autant plus à sourire que les journalistes qui en usent ne semblent pas comprendre qu’il profite précisément à celui qu’ils haïssent : Vladimir Poutine.
Celui-ci gagne en popularité au sein du peuple russe à chaque attaque des « occidentaux ».
Les propos qu’il a tenus dans le documentaire évoqué « supra » ont à ce titre pleinement fonctionné.

Car la côte de popularité du Président russe, un an après l’annexion de la Crimée, reste solidement ancrée au-dessus des 80%.
En dépit des sanctions, des difficultés économiques, il est plébiscité.
Et Vladimir Poutine qui, aussi incroyable que cela puisse sembler en France, où l’on s’imagine que son pouvoir relève quasiment de la monarchie absolue, a besoin de ce soutien populaire pour conforter son pouvoir, sait parfaitement jouer du registre du dirigeant inflexible, qu’aucune pression n’atteint, pour entretenir cet état de grâce.

Les vols de bombardiers stratégiques russes, les manœuvres multiples des forces russes, s’inscrivent dans ce cadre, pas dans celui d’une éventuelle agression envers les pays Baltes ou d’une frappe des « Bear »sur Londres ou Paris.
De la pure gesticulation à double usage, diplomatico-électoral.
Car la Russie ne montre sa force que parce qu’elle est inquiète.

Les Russes, nous en sommes souvent inconscients en France et en « Occident », redoutent profondément une agression étrangère, crainte trouvant sa source dans les traumatismes du passé.
Nous fêtons cette année le 70ème anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie.
Les pertes cumulées du Royaume-Uni, de la France et des Etats-Unis au cours du second conflit mondial sont de l’ordre du million.
S’il n’est pas question de minorer le rôle des alliés, de se montrer ingrats envers les Américains, d’oublier l’admirable résistance des Britanniques, le sacrifice des résistants Français, celui, héroïque, de la Pologne, il faut se souvenir que ce sont les Soviétiques, et notamment les Russes, qui ont brisé les reins de la Wehrmacht.
Mais ils ont payé cette victoire de 27 millions de morts.
Chaque famille a payé le prix du sang et s’en souvient encore.
Chaque habitant de Leningrad, la ville de Poutine, se rappelle que le siège de la ville a provoqué la mort d’un million de ses habitants.
Que les gens ont dû quelquefois se nourrir de chair humaine pour survivre.
Que les enfants ont les premiers subi la famine.

Il en est resté une peur, une angoisse transgénérationnelle, entretenue par le culte des héros de la Grande Guerre Patriotique, pivot du patriotisme russe bien plus que la nostalgie, largement minoritaire, du communisme et de l’URSS.
Cette crainte, aujourd’hui, est entretenue par la guerre en Ukraine, les images de miliciens ukrainiens de la Garde nationale, arborant les runes SS sur leur uniforme.

Peu importe, pour les Russes, que ces fanatiques ne représentent qu’une infime minorité de leurs frères ukrainiens.

Peu importe que ces SS de pacotille n’aient aucune capacité de nuisance réelle contre la Russie.

Peu importe que l’OTAN, aujourd’hui à 130 kilomètres de Saint-Pétersbourg, de Leningrad, n’ait aucunement l’intention de rejouer « Barbarossa ».

Les Russes, compte tenu de leurs souffrances passées, n’évoluent pas dans le rationnel.
Eux aussi sont humains.
Eux aussi obéissent, réagissent, à des symboles.
Eux aussi, comme les Français, sont capables de ne pas discerner la réalité de la menace et de sur-réagir.

Mais ils sont à l’image de leur animal fétiche, l’ours, qui n’attaque l’homme que s’il se sent agressé.
A son image ils grognent.
Ils organisent des défilés géants sur la Place rouge.
Ils exaltent leurs anciens, bardés de médailles.

S’enorgueillissent des nouvelles armes que leurs médias leur présentent, blindés, missiles, avions, navires…
Sont à fond derrière leur Président parce qu’ils se disent qu’avec un homme de cette trempe à leur tête, nul n’osera les agresser.
Parce qu’ils ne rêvent, dans leur immense majorité, que d’une chose.
Ce n’est pas de l’Empire des Tsars à reconstituer, de la puissance soviétique à rebâtir.
C’est qu’on les laisse tranquilles et que l’économie redémarre.

La nouvelle doctrine de défense russe, sur laquelle nous reviendrons dans les prochaines semaines, est profondément révélatrice de cet état d’esprit.
Certes elle prévoit l’ouverture du feu atomique en premier dans le cas d’une attaque non nucléaire menaçant l’existence de l’Etat russe.
Mais cela n’a rien de nouveau par rapport à la précédente doctrine de 2010.
Rien de nouveau non plus par rapport à la doctrine française de «l’ultime avertissement» qui prévoyait, elle aussi, l’usage en premier de l’atome.

Et la comparaison n’est pas innocente.

Nous étions prêts à lancer des frappes nucléaires tactiques pendant la guerre froide parce que nous savions que nos seules forces conventionnelles n’étaient pas en mesure de nous protéger.
La Russie, aujourd’hui, est dans le même état d’esprit.
Le Kremlin est sans illusions sur les capacités de ses armées, malgré les efforts de modernisation en cours, en cas d’agression d’une puissance majeure contre son territoire.
Afin de mieux dissuader un tel scénario il prévient qu’il est décidé à défendre ses intérêts vitaux jusqu’au bout.
Rien de plus.

Si vis pacem para bellum.

Philippe Migault

http://fr.sputniknews.com/  du 19/03/2015

Si Nous Parlions de Nos Elections ?

cigare-valls-300x168 (1)

Du cigare de Valls
au rideau de fumée.

Sondages erronés, résultats illisibles, cacophonie orchestrée, après le brouillage médiatique, l’ »Observatoire des Journalistes » tente quelques éclaircissements.
Les élections départementales ont été l’occasion d’un grand cirque improbable où la plupart des grands médias, le soir des résultats du premier tour, paraissent avoir joué sans vergogne la partition qui leur avait été fournie par le gouvernement.
Un grand trucage parfaitement décomplexé qui révèle, encore une fois, les tentatives désespérées de farder la réalité auxquelles se livrent tous ceux qui participent à la nébuleuse majoritaire médiatico-politique.
Pourquoi ?
Parce que le sol se dérobe sous leurs pieds, traumatisme qui engendre naturellement un réflexe de déni qu’on tente de faire partager au plus grand nombre afin de l’entretenir au mieux.
Parce que ce déni bénéficie d’une grande force d’inertie, naturellement :
On imagine toujours les situations un rien pérennes comme éternelles.
Et puis tant que ce déni fonctionne, le pouvoir demeure entre les mêmes mains…
Sauver les apparences, voilà donc ce qui semble l’obsession des tenants du système, et pour ce faire, il se trouve que ceux-ci ont les moyens de fabriquer des apparences.
Et ce à quoi nous avons assisté tant durant la campagne des départementales que lors des résultats du premier tour, c’est à une gigantesque fabrique d’apparences ayant eu recours tant aux sondeurs qu’aux médias, à la rhétorique politicienne, aux découpages électoraux, aux auteurs de graphiques, tout cela dans l’élan d’une mobilisation générale pour jouer un scénario pré-écrit pariant sur la prophétie auto-réalisatrice, ou du moins, sur l’efficacité d’un tel cirque en termes de propagande.

Une Campagne Hystérisée

Nous l’avions déjà remarqué ici, le levier de l’antifascisme d’opérette est l’arme préférée des socialistes au pouvoir, et Valls y avait déjà eu recours à l’époque de l’ «affaire Dieudonné», même si lui-même avait dû en subir l’effet, déclenché par son propre camp, lors de l’ «affaire Léonarda», et combien même le levier avait déjà été employé sans la moindre précaution à l’occasion de l’ «affaire Méric»
Bref, quand Valls dût se demander quelle stratégie adopter en vue des élections départementales, il ne perdit pas quinze heures à tergiverser avant de revenir à ce levier pour l’actionner encore.
Avec ses coups de menton, sa violence verbale, son appel à «stigmatiser» un parti et donc ses électeurs, il ressemblait surtout à tel dirigeant du « Front Populaire » cherchant à nous rejouer la guerre d’Espagne.
Le grand ram dam habituel et le couplet de la «République en danger» et du «retour des années 30», dont on s’était déjà tellement servi à outrance deux ans plus tôt lors de la « Manif pour tous », furent à nouveau employés tout azimut, et sans craindre d’opérer le moindre amalgame diffamatoire.
On discrimina donc sans complexe une part importante de la population dont on semblait regretter cruellement, deux mois après que tout le monde eut été «Charlie», que celle-ci pût disposer d’une quelconque liberté d’expression.

Le levier et L’effet « 34″

Bien évidemment, cette tactique du levier antifasciste possède surtout des objectifs pro-socialistes, voire, elle constitue, pour le parti au pouvoir, la seule stratégie possible.
Celle-ci permet de mobiliser les électeurs de gauche, qui sont encore les seuls capables d’être dupes d’un tel bluff, mais surtout, cela permet de faire monter le Front National en radicalisant le débat et en jouant sur la montée aux extrêmes.
Inéluctablement écrasé par l’UMP, quel que soit le cas de figure, le PS a intérêt, dans les scrutins à deux tours de la plupart des élections françaises, à se retrouver en duel avec le FN pour espérer l’emporter.

Or, les sondages, en surévaluant le vote pour le parti de Marine le Pen, ont joué en faveur du scénario fallacieux que voulait vendre Valls : une réplique de 1934.
En effet, en 34, après les manifestations monstrueuses du 6 février qui virent défiler ensemble toutes les ligues droitières, fascistes ou assimilées, et firent redouter un coup d’état nationaliste et anti-parlementaire en France, la gauche s’organisa, se rassembla, profita des frayeurs que suscitait l’idée d’un semblable événement, et le Front Populaire parvint ainsi au pouvoir en 1936.

Double Abus et Sondages Outrés

Pour parodier cet « effet 34 », le premier ministre, qui reproche pourtant toujours à ses adversaires de rappeler les années 30, martèle l’idée d’un « Front National aux portes du pouvoir ».
Cette affirmation, clé d’un scénario à la « 34″, est pourtant doublement abusive.
-D’abord parce que le FN n’est pas un parti fasciste.
« Pierre-André Taguieff » a bien montré comment il appartient davantage à une tradition populiste et patriotique à la « Boulanger » ou à la « Poujade ».
Aujourd’hui, il resterait à le définir dans une mouvance européenne générale néo-populiste, anti-libérale et anti-immigration dont les contours ne sont pas encore clairement établis.
-Ensuite, parce que dans tous les cas, il n’est pas aux portes du pouvoir.
Si la progression de son parti est tout à fait remarquable, Marine Le Pen se trouve néanmoins encore très loin d’une possibilité de fédérer l’électorat suffisant pour prendre le pouvoir dans une démocratie représentative à scrutin majoritaire.
Quoi qu’il en soit, cette expression abusive de Valls aura été servie par des sondages prédisant le FN à des niveaux qu’il n’avait jamais atteint et jusqu’à dépasser la barre symbolique des 30% (quand bien même le FN aurait fait 30%, le pays ne risquait pas pour autant de se retrouver sous son emprise après les départementales !).
En somme, ces effets d’annonces symboliques en provenance des sondeurs et relayés par les médias, semblent avoir conféré quelques reliefs au scénario vallsien et permis d’en exagérer encore l’hystérie.

La « Gauche-Cigare » Salvatrice

Une fois ce scénario mis en place, le premier ministre, qui y tient le rôle principal et prétend s’engager personnellement pour faire barrage au Front National, va en jouer les fallacieuses péripéties jusqu’au bout.
Dans « Le Figaro » du 23 mars (la plupart des médias relaient la même anecdote), on apprend que Manuel Valls, lorsqu’il a découvert les résultats, s’est allumé un cigare dans ses bureaux de l’hôtel Matignon.

« Pourtant, le premier ministre ne fume quasiment jamais, mais là, quand il a découvert que le Front National n’était pas en première position, il s’est relâché. »

(Il se moque du peuple qui paie la campagne contre le tabac ! – pelosse)
Sens du détail et de la mise en scène, en ébruitant ces volutes triomphales, Manuel Valls conclue pour les caméras le drame qu’il a lui-même réalisé, en vainqueur ayant terrassé sous son talon l’hydre fasciste et méritant bien, dès lors, cette récompense ostentatoire dont les hommes de gauche, autrefois, affublaient toujours le capitaliste haï, en plus de la bedaine et du haut-de-forme. Sauf que cigare ou non, tout est du flan !
Non seulement parce que, comme nous l’avons vu, la situation n’avait pas grand’ chose à voir avec 1934, parce que la République n’était pas « en danger » et qu’il y a peu de rapport entre le parti de « Marine Le Pen » et les ligues anti-républicaines d’alors, mais de surcroît, le FN, en dépit des agressives gesticulations du premier ministre et contrairement à ce qu’il affirmera une fois consumé son cigare, est bien le premier parti du pays en termes de voix !
Sans doute la campagne de Valls aura-t-elle davantage mobilisé que prévu son propre électorat, mais pour le reste : poudre aux yeux !
L’idée-même que le FN ait «reculé» grâce au « caudillo socialiste » tient à une illusion d’optique, puisqu’en réalité, le parti de « Marine Le Pen » a encore progressé depuis les Européennes, simplement, il progresse moins que les sondages l’avaient prétendu…
Avancer moins qu’un myope l’a annoncé n’a jamais fait reculer personne !

La Victoire Pour Tous

Ainsi a-t-on assisté à « ce spectacle invraisemblable » le soir des résultats du premier tour des départementales :
Tous les partis avaient gagné !

Les socialistes triomphaient d’avoir vaincu la bête immonde, laquelle jubilait au contraire devant l’étendue de ses conquêtes, tandis que l’UMP brandissait sa coupe…
Au milieu de ces scènes absurdes, les journalistes ne permettaient en rien d’y voir plus clair, qui relayaient telles quelles les annonces de l’UMP et du PS, affichant à l’appui des graphiques qui variaient pourtant d’une chaîne à l’autre.
En fait, cette illisibilité des résultats, comme l’analysait justement « 20 minutes » le 23 mars, qui tenait aux présentations des candidats par binômes et au sein de blocs divers, permit aux politiques de lire ces résultats en fonction de leurs intérêts.
Tout devint subitement extraordinairement élastique.
Ainsi Valls put se féliciter du score de la majorité :

« qu’il a estimé à 28% des voix, en lui ajoutant les résultats de “ses alliés divers gauche et radicaux de gauche”.
Avec les suffrages des écologistes et du Front de gauche, «les blocs de droite et de gauche sont à égalité [à 36%] et le Front national est à 25%», a renchéri Stéphane Le Foll. »

Ce genre d’interprétations omettant le fait que le Front de gauche et les Verts n’ont pas voté la confiance au gouvernement, et qu’on pourrait tout aussi bien compter le Front National (s’il est d’ « extrême-droite », comme le martèlent les socialistes) à droite, et considérer alors une gauche qui ne serait qu’à 36% pour, minée par ses divisions, faire face à un bloc droitier en deux parts, mais à plus de 60%…

Avènement du Tripartisme

En fait, ces trafics divers témoignent essentiellement du fait que les grands partis traditionnels ont désiré créer un rideau de fumée pour dissimuler une réalité qui les heurte profondément.

Cette réalité, c’est tout d’abord le flagrant désaveu dont ils souffrent de la part de la population.
Pour parvenir péniblement à se situer entre 20 et 30% des suffrages, il faut aujourd’hui à l’UMP et au PS s’assimiler tous les petits partis situés dans leur hémisphère, où vont les électeurs qu’ils ne parviennent plus à attirer directement, afin de gonfler leurs scores de manière pour le moins discutable – en cette occurrence, cela est particulièrement vrai pour le PS.
Comment imaginer qu’un électeur de Mélenchon passe pour un soutien de la politique de Manuel Valls ?
Et c’est pourtant ainsi que furent tournées les choses…
Quant à l’UMP, qui se présenta comme le grand vainqueur du tournoi, et qui est déjà bâtie sur une alliance (RPR-UDF), il lui fallut encore les secours de l’UDI et du Modem pour dépasser un FN qui fut le seul authentique possesseur de ses voix.
Le taux d’abstention record, même s’il fut, encore une fois, inférieur à celui qu’on craignait, est un autre symptôme de ce désaveu.
En réalité, les deux grands partis s’effondrent, dispersent leurs voix, colmatent les brèches comme ils peuvent, suscitent le désintérêt de la moitié des électeurs et nourrissent le succès du seul parti à se présenter comme anti-système : le Front National.
La conséquence de ces mouvements divers, c’est que nous venons d’entrer dans un régime tripartite. Voilà finalement, la seule chose qu’il y avait à retenir de significatif lors de ce premier tour des départementales.
Et c’est bien parce que nous avons quitté le ring des duels, où il est si clairement aisé de départager le vainqueur et le vaincu, mais que nous nous trouvons devant cette configuration inédite où aucun résultat n’est plus binaire, que chacun peut tenter de s’attribuer une victoire relative.
Sauf que si on met cette situation en perspective avec les trente dernières années de vie politique française, nous ne pouvons qu’observer une défaite cuisante des partis de gouvernement qui viennent de perdre pour la première fois leur absolu monopole.

Fumée et Dissipation

« Libération » et « Le Figaro », qui jouèrent le rôle d’organes de leurs partis respectifs, reprirent à peu près ce que le PS et l’UMP développaient sur les chaînes de télévision lors de la soirée électorale.
Ainsi, chez Libé, on titre :
« La droite en tête, la gauche tient le coup, le FN reste haut »,
tout en précisant que :
« blocs tout compris, droite et gauche font jeu égal. » 
Manière d’exprimer l’idée que rien n’avait changé et que si le FN demeurait une menace, il s’agissait d’une menace contenue.
Mais rapidement, les internautes du site du « Figaro » commencent de contester la ligne officielle, ce qui donne lieu à un article où l’on relève que :

« Si dans ces départementales, chaque parti est tenté d’interpréter les résultats à sa manière, la progression du parti de « Marine Le Pen » est incontestable.
Et nos internautes ne sont guère convaincus que le pilonnage de Manuel Valls ait vraiment fait reculer le parti…
Pour nos lecteurs, comme Christelle, “il ne fait aucun doute que le FN a gagné ce premier tour”.
Et d’innombrables internautes de mettre en avant les chiffres du ministère de l’Intérieur. »

Puis c’est au tour des éditorialistes, même les plus à gauche, de venir corriger la confusion hypocrite de la soirée électorale, comme Frédéric Bonneau qui titre :

« Mirage électoral »

dans « Les Inrocks »pour moquer l’attitude du PS et de Cambadélis :

« À l’écouter, on commençait à se dire que les sondages ne servaient qu’à ça, au fond :
exagérer la catastrophe pour que les dirigeants socialistes puissent pousser un soupir de soulagement plutôt qu’un cri de dépit. »
.

Dans « L’Express », un article démontre même comment le FN est en réalité le vrai vainqueur du scrutin, et « Christophe Barbier » oppose aux mots d’ordre de la veille, une analyse bien différente :

 « Le FN grand vainqueur, la droite marche plus droit, la gauche en ruine. »

Puis Fut La Lumière

Dans « Marianne », le politologue « Laurent Bouvet » analyse les résultats comme une «installation très nette et d’ampleur du Front National dans le paysage politique français», tout en rappelant que «nous avons eu l’impression, durant la soirée électorale, dans certains commentaires de responsables politiques, et puis dans la presse également, que le FN avait perdu l’élection au premier tour.
Moi je pense que le FN a gagné.»

À « Contrepoints », le webzine libéral, on arrive aux mêmes conclusions, par conséquent, on s’étonne que «certains titres “amis” comme le « Figaro » (puissent) titrer, toute honte bue, que l’UMP de Nicolas Sarkozy remporte la victoire…», et l’on note donc que «le premier tour de ces élections départementales donna lieu à un sacré mensonge médiatique.»

Un autre consensus d’interprétation des résultats se fera donc finalement jour assez rapidement, doublement révélateur.
La victoire du Front National et la dissimulation de cette victoire derrière un rideau de fumée qui partit sans doute du cigare de Valls mais qui brouilla, en tout cas, toutes les télés le soir du premier tour ainsi que les journaux les plus proches des partis de gouvernement.

http://www.ojim.fr/  du 30/03/2015

 

fn-1456x648-300x133 (1)

Info Ou Intox, Bien Plus Plausible !

ane (1)

Le Copilote dépressif
converti à l’islam ?

lubitz-facebook-muslim-page_900_600

Les procureurs allemands disent que le copilote, soupçonné d’avoir délibérément fait s’écraser un avion de Germanwings dans les Alpes françaises, a dissimulé son état de santé à son employeur.

Mais pire que cela, le seul fait qu’il ait déclaré à sa petite amie, comme le rapporte la presse germanique, que la seule évocation de son nom allait « totalement changer le système » (sic) démontre, indépendamment de la vérification de la « rumeur » qu’il se serait converti (ou pas) à l’Islam-isme, qu’il avait, de longue date, planifié son crime de masse et qu’il s’identifiait complètement à la personnalité de base du « Kamikaze ».
Ceci n’a rien à voir avec un « simple » suicide :
Au-delà de l’acte de se donner la mort, il voulait, par-dessus tout, entraîner le monde dans sa chute, à la façon d’un petit « Hitler » dans son bunker, ou d’un « Mohamed Atta » aux commandes d’un avion s’écrasant sur les Twin Towers.
L’identification ne vaut que par les références historiques qu’il va puiser pour mourir et faire mourir les autres…
Il devient donc tout « naturel » que les fans de « Daesh » le prennent comme exemple, qu’il dédie ou non son acte à mahomet ou à l’islam en tant que tel… 

Selon les reportages des médias allemands, « Andreas Lubitz » suivait un traitement pour dépression, et avait reçu des soins en 2009, durant un an et demi, à la suite d’un épisode sévère.
« Lubitz » est supposé avoir verrouillé la porte à son copilote, à l’extérieur de la cabine de pilotage et fait s’écraser l’Airbus A320, avec 149 personnes à bord.

La police allemande a procédé à des fouilles à son domicile, et, quoiqu’elle n’a pas découvert de message suicidaire, elle a trouvé une prescription du médecin qui le place en arrêt-maladie le jour-même de ce crash.

Mieux, il connaissait parfaitement les Alpes pour y faire des stages de planneur depuis des années :

«Andreas a participé à un de ces stages dans les Alpes-de-Haute-Provence avec ma nièce, qui était une bonne amie à lui.
Il était passionné des Alpes et même obsédé.
 Je suis certain qu’il connaissait le secteur du crash car il l’avait survolé en planeur».

Sans que le fanatisme des admirateurs ne désigne quiconque comme coupable pour les motifs qu’on lui prête :
l’Etat Islamique ouvre une page facebook de louanges au copilote et meurtrier de masse allemand. 
Une autre page facebook a été ouverte :
Support for Andrew Lubitz, hero of the Islamic State.
(Elle a depuis été supprimée)

Mais Pamela Geller a pu faire une capture d’écran de la page, avant qu’elle ne soit supprimée.

Le Copilote de Germanwings serait un converti récent à l’islam

Un article paru le 26 mars dans le Magazine allemand « PI-News » (Politiquement incorrect car lié à Pegida), révèle qu’au cours de son interruption de ses fonctions d’une durée de six mois, à « Germanwings », le co-pilote « Andreas Lubitz », l’homme accusé d’avoir détourné et fait s’écraser l’Airbus A 320 dans les Alpes françaises, tuant 150 passagers à bord, se serait converti à l’Islam.
La compagne d’ »Andreas Lubitz » serait également de confession musulmane.

Voici la traduction française de l’article de « Michael Mannheimer » :

Toutes les preuves indiquent que :
[NDLR et bémol de la rédaction : on serait, néanmoins, curieux d’en prendre connaissance : fréquentation avérée de la mosquée radicale de Brême?]
Le copilote de l’avion Airbus, au cours de sa période d’interruption de six mois, pendant sa formation de pilote pour « Germanwings », s’est converti à l’islam, à la suite de quoi, soit obéissant aux ordres de radicaux ou musulmans fervents, soit interprétant de son propre chef, l’ordre en le tirant du « livre de la terreur », le coran, aurait décidé de perpétrer un massacre.

Alors que la mosquée radicale de Brême est au centre de l’enquête, là où de nombreuses conversions se déroulent souvent, on peut supposer – tout comme dans le cas de « Mohammed Atta », lors des attentats de New-York – qu’il ait pu directement recevoir des instructions de la part de l’entourage immédiat de la Mosquée.

Elle a récemment (le 5 décembre 2014) été fermée par la police pour soutien avéré à l’Etat Islamique

A l’époque :
La Ville-Etat de Brême a également fait interdire une association à laquelle la mosquée est rattachée, le club de la culture et des familles salafistes (KuF), a précisé le ministre de l’Intérieur, cité dans un communiqué.
L’association est aussi soupçonnée de faire de la propagande pour l’EI.
Ses locaux ont également été perquisitionnées, ainsi que 17 appartements]
.

Les convertis sont l’arme fatale de l’Islamisme, parce que leur parcours préalable n’éveille pas les soupçons et qu’il n’y a pas d’indication qu’ils puissent devenir des musulmans particulièrement violents.
Selon cette thèse, l’Allemagne se serait ainsi vu infliger son propre 11 Septembre, en modèle légèrement réduit.
Mais, selon les tenants de cette thèse, qui assimilent l’ensemble de l’islam à une vaste organisation terroriste passible de l’article du Code pénal 129a, on peut parier que les partisans de la R.A.T.P (Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix) se mettront d’accord pour imputer cet acte à « l’instabilité mentale » de l’individu (sa « dépression ») et que le mantra « Pas d’amalgame » sera repris par le choeur des « pas vu, pas pris ».

Bien évidemment, on peut entendre le pilote tambouriner à la porte, voire même tenter d’utiliser une hache, alors que « Lubitz » avait apparement verrouillé cette porte de l’intérieur.

La Police aurait relevé ce qu’elle désigne comme « une pièce à conviction importante » au domicile de Lubitz à Montabaur, en Allemagne, mais elle n’a pas révélé de quoi il s’agissait…

Source : Dave Gibson pour « universalfreepress.com »

Marc

http://jforum.fr/  du 29/03/2015

Derrière Ce « Crash » Des Alpes ?

rafale-300x150 (1)

« Explosion et fumée avant le crash »

Des témoins ont dit à l’Armée de l’Air Française, qu’ils avaient entendu une explosion et vu de la fumée sortant de l’avion de ligne A320 de Germanwings, peu avant qu’il ne s’écrase dans les montagnes près de Digne, Languedoc-Roussillon, a pu révéler I.B.Times.UK.

Un pilote d’hélicoptère de l’Armée de l’Air Française basée à Orange, à 30 minutes du site de l’accident, a dit à I.B.Times.UK que des témoins dans l’enquête sur l’accident lui ont dit «qu’ils avaient entendu une explosion et vu de la fumée».

Alors que les autorités Françaises n’ont pas confirmé ces dires, le pilote affirme que l’Armée de l’Air Française a reçu un certain nombre de déclarations corroborant ces témoignages.

Le pilote a également confirmé que des débris ont été trouvés en amont de l’accident – ce qui, dit-il, confirme le fait qu’un morceau de fuselage avait « été détaché de l’avion avant l’impact ».

«La zone de recherche est très localisée, mais une pièce a été trouvée en amont, ce qui est quelque peu troublant»,

a ajouté le pilote.
Les autorités françaises ont mobilisé 210 gendarmes de plusieurs départements, neuf hélicoptères pour les opérations de sauvetage, et deux de la base d’Orange – un pour le sauvetage, l’autre pour sécuriser le secteur aérien, pour s’assurer que de petits avions privés ne survolent le site, et l’ensemble du dispositif avait été déployé sur le lieu du crash le mardi 24 mars.

Un Vice-Président de Lufthansa dit que, «pour l’instant», la compagnie traite le crash de l’avion de Germanwings en France qui a causé 150 personnes comme un accident.

« Heike Birlenbach » a déclaré aux journalistes à Barcelone que pour l’instant «nous disons que c’est un accident.
Nous ne pouvons rien dire de plus pour le moment».

Source : Elsa Buchanan pour « International Business Times »

Caro
(Traduction Avic pour « Réseau International »)

http://reseauinternational.net/  du 27/03/2015

Non seulement il faut déguiser ce qui a pu se passer mais nos médias doivent rester politiquement corrects !
Le pilote a crié : « ouvre cette DAMNEE porte ! » ou en langage populaire : « ouvre cette PUTAIN de porte ! ».
Plutôt tendu entre les pilotes, et aucune mention des cris des passagers, rien d’étonnant d’un procureur aux ordres !

Notre Sécurité Maladie Est Détournée.

img14

Ils veulent ruiner
notre santé !

Les cotisants vont devoir faire l’avance du « Tiers Payant » s’ils veulent être soignés selon l’ordonnance de leur médecin !

Ces génériques qui inspirent si peu confiance envahissent nos pharmacies mettent en place une formule de soins « à bas coût » pour les personnes n’ayant que de faibles revenus.
Pendant ce temps là, ceux auxquels est attribuée la C.M.U. ou l’A.M.E. n’ont aucune contrainte.

 

z1

§§§§§§§§§§

z2

§§§§§§§§§§

z3

§§§§§§§§§§

z4

§§§§§§§§§§

z5

§§§§§§§§§§

z6

§§§§§§§§§§

z7

§§§§§§§§§§

z8

 

§§§§§§§§§§

z9

 

 

§§§§§§§§§§

z10

§§§§§§§§§§

z11 (1)

§§§§§§§§§§

z12

§§§§§§§§§§§§

img13

attention1

Autre Que Réseau Social

L’Avion France Est Bien Mal Piloté.

verité (1)

Valls nous fait penser à Lubitz.

En France, malgré une progression continue du taux de chômage, « Bobardland » annonce un déficit public moins pire que prévu en 2014 et une dette record de 95%.
La dette publique de la France a continué à augmenter en 2014 pour atteindre le chiffre record de 2 037, 8 milliards d’euros soit 95 % du PIB français, ce qui devrait résumer la situation de faillite politique du pays !
« Bobardland » peut donc se féliciter d’une baisse du déficit du PIB, à défaut d’une baisse du chômage, par rapport aux prévisions…
Malgré cela, Manuel Valls est tellement préoccupé par les élections départementales qu’il n’a pas le temps de s’occuper du chômage.

« Sophie Coignard » écrit que Manuel Valls est en campagne pour soutenir les candidats de la gauche.
C’est pourquoi Valls pense plus à la campagne pour les élections départementales qu’à ses fonctions, même si le Premier ministre doit avant tout conduire la politique de la France, comme le stipule la Constitution.

Quand Valls fume le cigare, comme un riche bobo parvenu, il essaye de nous enfumer !

C’est un comportement honteux, moralement et politiquement inconcevable, en plus d’être choquant !

Mais pas plus que le comportement irresponsable des pilotes de l’avion A 320.

Selon la mise en scène « médiatique » des « terrifiantes révélations du procureur de Marseille » , le copilote, un « soi-disant malade mental qui s’ignore », a agi en loup solitaire et il a intentionnellement détruit l’appareil, en provoquant délibérément le crash de l’A 320 d’Airbus de la compagnie « Germanwings ».

Si on en croit le Procureur de « Bobardland », le pilote était tout simplement en «abandon de poste» de pilotage :

« On peut vraisemblablement penser qu’il s’absente pour satisfaire à un besoin naturel« ,

a expliqué le procureur de « Bobardland ».
On notera que « c’est toujours le même « bobard » » pour les suicides à l’hôpital et pour les incendies dans les maisons de retraite.

La France socialiste de « Bobardland » ignore la responsabilité et la « conscience professionnelle » la plus élémentaire.

« Bobardland » cultive la culture de l’excuse de l’incompétence, de la paresse et de l’irresponsabilité au travail !

On demande pourquoi et comment le pilote a, en conscience, «abandonné son poste», pour un vol de si courte durée.
Sûrement pas pour « satisfaire à un besoin naturel » .

C’est pourquoi on doit mettre en cause la négligence coupable du pilote, son imprudence manifeste et la légèreté de son comportement irresponsable.
Les grèves des syndicats des pilotes ont apporté la preuve de l’irresponsabilité de cette corporation, qui « vole au-dessus de l’intérêt des usagers » et du bien public.

L’absence de conscience professionnelle du «pilote en goguette» lui aura donc coûté la vie. Mais elle a coûté aussi la vie aux autres passagers et employés de la compagnie qui n’y étaient pour rien…
« Bobardland » ne voit là rien d’anormal !

« Aucun élément ne milite en faveur d’un attentat terroriste »,

a insisté le procureur.
« Carsten Spohr », le patron de la compagnie allemande, maison mère de « Germanwings », ne sait rien, si ce n’est que l’avion a heurté une montagne, «pour des raisons inconnues et que tout le monde ignore», et une volonté délibérée du copilote de détruire l’avion.

« Bobardland » pense pouvoir affirmer que la piste terroriste n’est étayée par aucun élément, «les autorités allemandes ayant déclaré n’avoir décelé aucun contexte terroriste». 

C’est pourquoi la question du déséquilibre psychique du «copilote-fou-solitaire» est posée.

Avant «l’accident» (l’attentat), le vol de l’A 320 s’était passé comme prévu, indique « Thierry Vigoureux ».
Et avant de mourir, La Palisse était toujours vivant !
Bravo le journalisme de la presse «sous le choc» !

«L’avion décolle mardi à 10 heures de Barcelone…
Il reste en montée au-dessus de la Méditerranée.
La cabine est quasi complète avec 144 passagers…
L’Airbus arrive rapidement à son niveau de croisière.
Comme c’est la règle dans toutes les compagnies, l’avion vole sous pilote automatique
…»
«Comme tout va bien, que la météo dehors peut être qualifiée de «temps de curé», sans nuage, orage ou turbulence, le commandant de bord décide d’effectuer le briefing d’arrivée à Düsseldorf.
Il connaît déjà les dernières données météorologiques.
»
«Les tâches entre les deux hommes sont strictement réparties par les procédures de la compagnie.
L’un est PF, pilot flying, celui qui assure la trajectoire et la navigation.
L’autre est PNF, pilot non flying, et s’occupe de la gestion des systèmes (carburant, pressurisation, électricité, etc).»
«Le commandant de bord annonce :

«Les commandes sont à toi.»

C’est la phrase rituelle pour indiquer à son collègue qu’il devient PF…
Son collègue 
«a compris» .
Le pilote sort du cockpit
…»

C’est le début de la fin pour l’A 320 de Germanwings, avant le «temps de la curée» !
Il faut savoir que «la curée» signifie, à la fois la ruée vers des places ou des privilèges devenus soudain accessibles (par la chute du régime politique), et la part du gibier qui est «donnée aux chiens» , en récompense de fin de chasse, comme avec l’EI !
Le commandant de bord irresponsable a créé une machine à détruire la confiance !

«C’est le dernier contact radio émis par l’Airbus A 320-211.
L’avion est pris en charge par le centre de navigation aérienne d’Aix-en-Provence.
Il est à ce moment-là à 11 400 mètres d’altitude au-dessus de Bandol [Var].
Lors de ce dernier contact radio, à 10 h 30, le contrôle aérien avait indiqué au pilote de maintenir le niveau de vol à 11 400 mètres et de le recontacter ultérieurement.
Et à ce moment-là, le pilote a confirmé»
 …

Mais en France de « Bobardland », on n’a plus le droit de ne pas être d’accord et de déranger le régime de plus en plus autoritaire de Hollande, en contestant le « bobard » du «copilote-fou-solitaire».

Pourtant, la «Loi sur le Renseignement» de l’État-PS ne peut pas ne pas nous intéresser, avec le faux débat sur les moyens de lutter contre les terroristes, qui ne concerne pas le « bobard » du «copilote-fou-solitaire». .

La culture de l’excuse a toujours profité aux paresseux irresponsables et aux médiocres.

« Christine Tasin » écrit dans Résistance républicaine :

«Il est clair que le crash de l‘Airbus 320 n‘est pas un accident…
Le fait (est) que l‘un des pilotes n’ait pu rentrer dans le cockpit, que celui qui restait à l‘intérieur ait désactivé dans les 30 secondes suivant sa sortie… ne signifie qu‘une chose : le crash a été voulu
Mais de là à nous faire croire à un suicide pour ne pas prononcer le mot terrorisme et attentat islamique, il n‘y a qu‘un pas que je ne franchirai pas, laissant la presse aux ordres (de « Bobardland ») faire son sale boulot
»

Il reste clair que les 40 minutes 27 secondes écoulées du vol 4 U 9525, entre le décollage et le crash de l’A 320 de « Germanwings », ne peuvent «en aucun cas expliquer le soi-disant besoin pressant du pilote» , qui a en conscience «abandonné son poste» , pour un vol de si courte durée.

Peut-on parler à son sujet de «négligence criminelle» ?

Mais aussi, ne peut-on pas parler à son sujet de véritable «inconscience» criminelle ?

Thierry Michaud-Nérard

http://ripostelaique.com/  du n° 400, le  28/03/2015

Les Valets Ne Sont Que Des Cartes.

jeune-homme-paris-1456x648-300x133 (1)

Splendeurs et misères
des courtisans.

C’est l’histoire d’un jeune homme sans fortune qui, comme tant d’autres, études faites et diplômes en poche, monte de son Sud-Ouest natal vers les bords de la Seine.
Fort de sa bonne mine, riche de ses espérances et plus encore de ses ambitions, il est prêt à tout pour monter et ne doute pas un instant de faire son chemin dans une capitale qu’il toise d’égal à égale :

« À nous deux, Paris ! »

De fait, après avoir brièvement végété dans des emplois subalternes où il s’est fait les dents sur le parquet et déjà quelques relations, il saisit la première chance qui s’offre et accroche son esquif à la barque d’un ministre qui passait par là.

D’une Excellence l’autre, il gravit les degrés obscurs des cabinets et le préposé aux beaux-arts, qui ne se cache ni de ses préférences ni de sa sensibilité à tout ce qui est beau, après en avoir fait son bras droit au Palais-Royal, le fait connaître et apprécier au Château.
Le voilà promu, sans respect pour la plus élémentaire déontologie, à la direction d’un Institut sur lequel il exerçait précédemment sa tutelle.

Il y réussit, de l’avis général, en tout cas de celui de ses supérieurs qui seul lui importe car il est de la race de ceux qui ne se soucient guère de contenter leurs subordonnés et ne s’attachent à plaire qu’à ceux qui sont au-dessus d’eux.
Obséquieux avec les forts, méprisant avec les faibles.

De fait, lorsque la majorité change et passe des libéraux aux partageux, cette péripétie n’affecte en rien son ascension.
Il sait taper dans l’œil des Sages qui affichent leur indépendance en le propulsant à la tête de la radio nationale bien qu’il n’ait ni les titres ni les compétences ni l’ancienneté que suppose ce poste prestigieux.

Tout semble sourire à l’audacieux, quand la conjoncture se retourne brutalement contre lui.
Sommé par le gouvernement de faire plus avec moins et de présenter au plus vite un plan d’économies et de restructuration, ce qui suscite évidemment le mécontentement du petit personnel, il est pris en flagrant délit d’avoir fait rénover son bureau et commandé une nouvelle voiture de fonction.
Deux crimes inexpiables en ces temps d’austérité, au prix où sont le palissandre des cloisons, la moquette et le cuir des banquettes, et qui ont coûté il y a peu sa place au «patron» d’un grand syndicat.
La rumeur enfle, le « Canard » cancane, la « nomenklatura » ricane.
Et c’est alors que son ministre de tutelle, « Fleur Pellerin », et le Premier ministre le lâchent, que celle-là le convoque aux petites heures du matin, que celui-ci le presse dans les formes les plus humiliantes de rendre une copie digne de ce nom et de «prendre ses responsabilités».
Il se retrouve pris en tenaille entre une base qui le siffle et le hue – tout en sachant qu’il n’est, finalement, qu’un exécutant et que la réduction de son budget n’est pas de son fait – et une hiérarchie qui veut récupérer le pouvoir de nomination des présidents du service public de l’information et l’abandonne en rase campagne.
Le sol s’effondre sous ses pas, il ne trouve de défenseurs ni dans son ancien camp ni chez ses nouveaux maîtres.
Son sort semble scellé.
Aux dernières nouvelles, notre héros songerait à faire ses bagages pour Villeneuve-sur-Lot.

À Villeneuve-sur-Lot ?
Vous voulez dire à Angoulême ?
Balzac nous a déjà conté cette histoire dans« Le Père Goriot » et dans les « Illusions perdues ».
Mais non, le personnage dont il s’agit ici ne s’appelle pas « Rastignac ».
Ni « Cahuzac », natif lui aussi de Villeneuve.
Mais « Mathieu Gallet », moderne réincarnation de « Lucien Chardon », dit de « Rubempré ».
Un grand homme de province à Paris.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 28/03/2015

Une Semaine Electorale Eclipsée

propagande-565x250 (1)

Des  éditions spéciales
répétitives  et inconvenantes


Dans les coulisses de la conférence de presse du procureur
Légèrement tremblant, les yeux fuyants, le procureur de la République de Marseille, « Brice Robin », s’est installé dans une salle étriquée, à l’atmosphère tendue.
L’homme a eu du mal à contenir son humeur visiblement contrariée face à des journalistes de télé, de radio et de presse écrite aux nerfs éprouvés par la couverture non-stop de l’événement depuis mardi.
Pendant près de 2 heures, devant les dizaines de familles de victimes arrivées dans la matinée à l’aéroport de Marseille-Provence, il a dû expliquer les circonstances précises du drame à la lumière des écoutes de la boîte noire, reçue « tard dans la nuit », après que des fuites sont parvenues au «New York Times».
Une rencontre « digne », a-t-il décrit.
Une épreuve.
A deux reprises, il a également dit «regretter que les éléments de l’enquête ne lui aient pas été transmis plus rapidement», admettant cependant ne pas savoir quand le Bureau d’enquêtes et d’analyses avait finalement disposé de la retranscription de ces enregistrements du cockpit.
Un début de polémique est né après la conférence de presse du « BEA » , mercredi, à Paris qui n’a rien dévoilé du contenu de la boîte noire.
«Une farce», selon certains spécialistes.

http://www.lesechos.fr/ du 26/03/2015

§§§§§§§§§§

 Le copilote a caché qu’il était en arrêt de travail le jour de l’accident, selon le parquet de Düsseldorf.

« Des certificats d’incapacité de travail [...] déchirés, qui étaient récents et même datés pour le jour des faits appuient l’hypothèse qu’il a caché sa maladie à son employeur et à ses collègues de travail »,

ont déclaré les procureurs de Düsseldorf, qui ne précisent pas la nature de sa pathologie.
Des documents découverts lors de perquisitions menés dans son appartement de Düsseldorf et dans la maison familiale de la localité de Montabaur attestent par ailleurs que le copilote, âgé de 27 ans, suivait un traitement médical.
Aucun message relatif à un projet de suicide n’a en revanche été trouvé.

http://www.lesechos.fr/  du 27/03/2015

§§§§§§§§§§

Andreas Lubitz, copilote de l'Airbus A320 Germanwings Barcelone Dusseldorf

Andreas Lubitz

Toute la presse mondiale s’interroge aujourd’hui sur les ressorts profonds qui ont pu conduire le copilote de l’A320 de « Germanwings » à entrainer vers la mort ses 149 passagers.
Le journal allemand « Bild » a révélé que le jeune homme de 27 ans avait souffert d’une lourde dépression il y a quelques années et avait dû interrompre sa formation.
En revanche, l’information selon laquelle il aurait été récemment soigné pour cette même maladie au centre hospitalier universitaire de Düsseldorf a été démentie.
Il semble aussi, selon plusieurs organes de presse allemands et britanniques, que sa relation avec sa compagne était dans une phase difficile.
Par ailleurs, on a appris que ce passionné de vol à voile avait souvent pratiqué cet exercice au-dessus des Alpes, une région qu’il connaissait très bien et qu’il affectionnait.
Les enquêteurs vont maintenant se plonger dans les archives personnelles de ce fils d’un employé de banque et d’une mère organiste, qui vivait chez ses parents à Montabaur, petite ville de 12. 500 habitants située entre Francfort et Bonn.
Avec cette certitude :
Quelle que soit la forme de folie qui s’est emparée de lui, le « cas Lubitz » devra faire évoluer les règles de sélection des pilotes et de sécurisation des cockpits d’avions de ligne.

http://www.lesechos.fr/  du 27/03/2015

Andreas Lubitz, copilote de l'Airbus A320 Germanwings Barcelone Dusseldorf

La Folie des Hommes

 

§§§§§§§§§§

En attendant, il est bon que l’affaire occupe tout le monde entre les deux tours de l’élection départementale,

Ca évite d’avoir à parler des problèmes de la France et de la nouvelle déculottée socialiste de dimanche prochain.

http://www.minurne.org/  du 26/03/2015

Le Manque De Sécurité En Allemagne.

astrid-korten-300x200 (1)

Une écrivain Allemande
agressée et tabassée  !

Les douleurs, en particulier à l’estomac, s’estompent petit à petit.
Ca s’améliore.
Astrid Korten prend des analgésiques qui la soulagent.
Bien plus difficile est le rétablissement psychique, suite au choc et à la terreur qu’elle a dû subir il y a une dizaine de jours.

A la veille de l’ouverture du Salon du Livre de Leipzig, l’auteur fut agressée par deux hommes, peu après qu’elle ait tenu lecture de quelques passages de son nouveau livre, qui traitent du crime d’honneur.
Au cours de l’attaque, l’un des deux hommes hurle «qu’elle est l’ennemie d’Allah». « Astrid Korten » a dissimulée son agression durant une semaine.

« Je voulais passer ça sous silence afin de me protéger, ainsi que mes proches. »

déclare-t-elle

Après longue réflexion, des jours de doutes, elle s’est enfin décidée de rendre public cette agression.

« Je refuse de me laisser bâillonner »

lance-t-elle.
Elle sort désormais du silence et raconte pour la toute première fois ce qui s’est passé ce 11 mars 2015.

Lorsque la fiction devient réalité.

« Astrid Korten », 53 ans, est née aux Pays Bas à Heerlen et vit désormais à Essen. C’est à 13 ans, qu’elle écrit son premier roman policier : « Die Leiche im Brunnen » -Le cadavre dans le puits -.
L’écriture devient alors une passion.
Durant des années, elle travaille dans le marketing et fonde sa propre entreprise.
C’est en 2004, qu’elle change radicalement sa vie, pour se consacrer à sa passion.
Elle publie des romans, romans policiers, dont les plus récents sont :
-« Tödliche Perfektion » -Perfection mortelle-,
-« Eiskalter Schlaf » -Sommeil glacé- …
Son dernier ouvrage, parut en février :
-« Plan glacé, dans les filets de la vengeance ».

Elle confie :

« Jamais je n’aurai cru devenir victime à cause d’un thriller ».

Le personnage principal s’appelle Alma.
Alma, au creux de sa vie se remet en question.
Son travail, son mari et tout ce qui représentait sa vie privée.
Alma ne veut plus être la bonne fille.
Elle veut changer et rencontre, sur un chat internet, quatre femmes qui partagent ses instincts empreints de colères débridées.

Jusqu’à présent « le crime d’honneur » ne l’effrayait pas.

Les cinq protagonistes du livre perdent tout sens légal et se positionnent en tant que vengeresses des femmes.
La vengeance atteint son point culminant, lorsqu’elles planifient un meurtre de sang froid, contre un Afghan, « Farid Azraq », qui refuse la culture occidentale et décide un « crime d’honneur » contre sa fille.
Ce passage estime « Korten », est la mise en situation de deux systèmes.
D’un côté, la violence absolue masculine contre les femmes et de l’autre, la vengeance féminine de sang froid qui s’affrontent.
En thématisant le « crime d’honneur » aucun doute ne l’effleurait.
Depuis quelques semaines, « Astrid Korten », tient ses lectures, à partir de son livre, en particulier le passage sur le crime d’honneur, à Eschwege et Schweinfurt, les 9 et 10 mars.
Puis, elle se rend à la Foire du Livre de Leipzig qui commence le 12 mars.
Au soir du 11 mars, l’incroyable arrive.
« Astrid Korten », qui se rend à son hôtel se trouve soudain pressée par deux jeunes.

« Ils ont d’abord commencé par m’insulter.
Je n’ai pas réagi et continuais mon chemin vers l’hôtel, lorsque l’un d’entre eux me lance que je suis une ennemie d’Allah.
Il m’était alors devenu clair qu’ils en voulaient à mon nouveau roman. »

raconte-t-elle.

« Astrid Korten » appelle à l’aide et se trouve jetée au sol par un troisième agresseur qui la frappe violemment à coups de pieds dans l’estomac en criant :

« Chaque homme a le droit de vous frapper à coups de pieds, puisque vous affirmez que les musulmans tuent leurs filles ! »

Puis, ces hommes ont pris soudain la fuite.
L’écrivain titubant, rencontre un couple, les prie de l’aider, mais ils passèrent leur chemin sans aucun commentaire.

Dans un premier temps, « Astrid Korten », renonce à appeler la police et rentre à l’hôtel.

« Je n’ai rien dit à personne. J’étais comme paralysée, ne voulais pas faire d’histoires et j’avais peur.
J’ai essayé d’évacuer tout ça et n’ai pas changé mon programme de lectures. »

Le 14 mars, elle inscrit un post sur sa page Facebook :

« Malgré mon état nauséeux, brûlante de fièvre, bourrée de médicaments, je me suis remise en état et ai pu me rendre à la Mädlervilla, aujourd’hui chez « Victor ».
J’ai fait le plein.
Un public fantastique et une très bonne ambiance. »

Elle ne dit mot sur l’agression subie.
Jusqu’à maintenant.

« Une telle agression laisse des traces et me laisse stupéfaite, car j’ai dû vivre dans ma propre chair les idées qui animent de jeunes hommes, dont l’esprit est empoisonné par l’extrémisme. Cela me laisse profondément marquée en tant qu’être humain, mais aussi en tant qu’écrivain, d’un livre, dont le « crime d’honneur » n’est même pas le sujet principal, mais un des sujets. »

estime « Korten »

Terminée, l’innocence !

Elle ne peut plus passer sous silence cette affaire.
Jeudi soir, huit jours après l’attaque, elle se prononce pour la première fois publiquement :

« Il me paraît aujourd’hui totalement inapproprié de garder le silence, car l’intimidation aurait eu de l’effet.
Je méprise cette lâcheté à laquelle j’ai été confrontée et la condamne profondément.
Personne n’arrivera à me bâillonner.
Je respecte la loi fondamentale, ainsi que mes concitoyens et leur droit d’expression, c’est ce en quoi l’écrivain que je suis croit. »

« Astrid Korten » se soigne et prend des tranquillisants.

Entretemps elle a enfin porté plainte, mais les agresseurs n’ont toujours pas été arrêtés.

« Je ne pourrai plus me rendre à des lectures en toute innocence.
Désormais je me sentirai mal ».

dit-elle.
Ses prochaines lectures doivent se tenir en avril et mai.
Malgré la terreur éprouvée, « Astrid Korten » déclare :

« J’espère que cette agression ne sera pas montée en épingle pour criminaliser globalement les concitoyens musulmans.
Cela me tient beaucoup à cœur, que l’on rapporte les faits objectivement et non de manière tendancieuse. »

« Astrid Korten » travaille à un nouvel ouvrage qui traite de la criminalité économique.
Cela va durer quelques temps jusqu’à ce que le livre soit terminé, comme le travail sur elle-même, qu’elle doit mener sur son agression du 11 mars.

A sa place, j’aurais eu la haine, je n’hésite pas à le dire.
Que de bons sentiments …, dont je suis incapable  !
Surtout contre ce couple de passants indifférents.
(Et si ces passants étaient musulmans aussi, pourquoi s’étonner qu’ils n’aient pas réagi ? – pelosse) 

Source traduite : http://www.welt.de/

Sylvia Bourdon

http://ripostelaique.com/  du n° 400, le 25/03/2015

 

musulman-extremiste-et-musulman-modere-300x152

Il n’y a qu’un seul islam

On A Le Devoir De Ne Pas S’ Abstenir.

VOTE-BLANC

Au pire votez blanc…

Contre ceux qui ne font rien et ceux qui n’ont rien fait !

Pour la première fois, le ministre de l’Intérieur ne s’est pas présenté devant les médias pour officialiser les résultats définitifs du premier tour des élections du 22 mars 2015.

Les voici, enfin, selon la source du ministère de l’Intérieur :

departmentales-tour1

Si les Français savent encore compter, ils seront suffisamment lucides pour enregistrer, contre tout ce qui est affirmé sur les médias et par les politiciens :

Le Front national est bien le premier parti de France, n’en déplaise à tous les autres !

Fi donc de ces débats ridicules qui opposent ceux qui savent tout ce qu’il faut faire et ne font rien et ceux qui n’ont rien fait lorsqu’ils étaient au pouvoir, et qui savent à présent tout ce qu’il faudrait faire et ne le feront pas s’ils reviennent au pouvoir (j’espère que vous m’avez suivi).

Débats politiciens où la seule certitude affirmée par tous est que le premier parti de France n’est pas un parti républicain !
Il y a donc plus de 5 millions de Français antirépublicains puisqu’ils votent pour ce parti qui, toujours d’après tous les autres, doit nous entraîner directement à la catastrophe si, par malheur pour la France, il arrivait un jour au pouvoir !
Il y a donc plus de 5 millions de Français suffisamment stupides qui souhaiteraient cette catastrophe.

Pour leur éviter ce cataclysme inéluctable, tous les partis de gauche seront unis sur un front républicain et voteront pour l’UMP contre le Front National.

L’UDI, unie à l’UMP, votera également pour les socialistes contre le Front national.

L’UMP ne votera ni pour les socialistes ni pour le Front National.
Les 4.246.149 sympathisants feront donc la grasse matinée.

Il ne nous reste plus qu’à attendre le deuxième tour du 29 mars, pour vérifier si les partis politiques sont propriétaires des voix des électeurs ou si ces derniers sont suffisamment adultes pour décider pour qui ils voteront :

– Pour ceux qui ne font rien ?
– Pour ceux qui n’ont rien fait, et ne feront rien ?
– Pour ceux qui n’ont encore rien pu faire puisqu’ils n’ont jamais été au pouvoir ?

Manuel Gomez

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/03/2015

Votez La Ligue Du Sud A Bollène !

ligue-du-sud-300x300 (1)

La Ligue du Sud à Bollène !

Le Front national a décidé de ne pas présenter de candidats au second tour des élections départementales à Bollène (Vaucluse) où devait avoir lieu une triangulaire avec la gauche et la Ligue du Sud, a-t-on appris auprès de son secrétaire général, « Nicolas Bay ».

Ce désistement pourrait faire les affaires du Front national en vue d’une majorité départementale si le binôme Ligue du Sud, parti créé par le maire d’Orange Jacques Bompard, ancien du FN, l’emporte au deuxième tour, dimanche prochain.

Au premier tour, les candidats de l’union de la gauche sont arrivés en tête avec 36,45% des voix devant la Ligue du Sud, représentée notamment par Marie-Claude Bompard, maire de Bollène et épouse de Jacques Bompard, avec 32,66% et le FN avec 30,89%.

Lundi, Jacques Bompard avait adressé un appel à l’union au FN.

« A Orange comme à Bollène, nous devons faire l’union sur l’enracinement et le bilan d’une méthode qui fonctionne.
Pas sur une étiquette »,

avait-il écrit sur son compte Twitter.

Le FN peut espérer conquérir le Vaucluse à l’issue d’un premier tour qui lui a été très favorable.
Il est arrivé en tête dans 11 cantons sur 17, a gagné celui du Pontet dès le premier tour et sera présent partout au second tour.

Il doit encore en remporter huit pour s’offrir la direction du département, mais sept lui suffiront sans doute désormais si la Ligue du Sud gagne à Bollène, puisque ni la droite ni la gauche n’auraient alors de majorité, même associées.

Les candidats FN sont en ballottage très favorable dans les cantons de Carpentras, Cavaillon, Monteux, alors que le second tour à Orange opposera le binôme Front national au binôme Ligue du Sud.

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/03/2015

Les Livres De Classe Sont Nuls.

coran-islam

Et pourtant, c’est notre Histoire De France !

Un important rappel  très intéressant, car jamais étudié en classe dans sa chronologie.
Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans sur ce qui était appelé à devenir la France quelques années plus tard.
Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques.
Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu’à Sens.

En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par  »Eudes », le duc d’Aquitaine.
« Charles Martel » envoya des troupes pour aider  »Eudes ».
Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l’armée musulmane, qui se replia en désordre sur l’Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne.
On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu’Eudes était mérovingien.
Les Capétiens étaient en train de devenir rois de France et n’avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.

Les musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux d’attaquer la France en contournant les Pyrénées par l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l’ouest des Pyrénées.
15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732.

Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l’Aquitaine.
De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages.
(Ces bandes n’ont finalement été éliminées qu’en 808, par Charlemagne)
Les ravages à l’est ont continué jusqu’à ce qu’en 737 Charles Martel descend, au sud, avec une armée puissante, et reprend successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde,Béziers et met le siège devant Narbonne.
Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France obligea Charles Martel à quitter la région.

En 759 enfin,  »Pépin le Bref » reprit  »Narbonne » et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans.
Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l’ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d’Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans (Vous trouvez parfois des Arabes aux yeux bleus…..dûs à ces métissages forcés).
La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l’actuelle Garde-Freinet (le massif des maures).
Une zone d’environ 10.000 kilomètres-carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.

provence

En 972, les bandes musulmanes capturèrent  »Mayeul », Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre.
Le retentissement fut immense.
« Guillaume II », « comte de Provence », passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes.
En 990, les dernières furent détruites.

Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles……
La pression musulmane necessa pas pour autant.

Elle s’exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer.
Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dar al islam, et les femmes d’âge nubile dans les harems.
Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d’Espagne et celles de l’Afrique du Nord.

Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte.

Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l’Italie et de la partie nord de l’Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer par des actions de pirateries.

Ce n’est qu’en 1830 que la France , exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête !
Et à aller en afrique du nord  détruire définitivement  les dernières bases des pirates musulmans.
Ils débarquent à « Sidi Ferruch », dans la régence d’el djezaïr, dépendance turque.

Aujourd’hui, les biens pensants de la Politique nous bassinent en nous parlant de colonisation, en nous culpabilisant d’atrocités souvent mensongères.
Ce n’était pas du tout de cela qu’il s’agissait mais de notre survie à l’époque de l’intervention…

Vous savez ce qu’est devenue ensuite l’Algérie, et l’histoire ne s’est pas figée……

Ce qu’il y a de frappant, c’est qu’entre  »714″, la première entrée, et 1830, l’écrasement définitif des pirates barbaresques, il s’est écoulé  »plus d’un millénaire« , ce qui montre qu’ils ne renoncent jamais….

Et aujourd’hui, effectivement, ils reviennent en masse, par le biais  »pacifique » d’une immigration de peuplement,
qui exploite à fond les failles de nos lois,
de nos principes démocratiques,
et de nos avancées sociales…!

Autre Que Réseau Social

 

Ce n’est pas de la suite dans les idées, c’est porter une burqa !
Ils ne savent pas créer par eux-même, seulement exploiter ce qu’ils pillent sur toutes les « terres de guerre » qu’ils n’envahissent que depuis l’existence de leur coran !


Si on regarde bien,
l’islam a toujours été en djihad
depuis que le coran a pris racine. 

Votez Pour Le Seul Parti Unique !

abstention-large570 (1)

Le droit de vote,
un privilège boudé ?

L’abstention des électeurs, tel que le pays le manifeste une fois de plus, ne doit rien à l’abstinence.
Le refus n’est pas acte de pénitence, mais plutôt de sentence à l’égard d’un monde politicien qui déçoit.

Dans ces conditions, la démocratie qui s’exerce « a minima » est comme un vieux bonzaï tordu et épuisé, comparé à l’arbre généreux et bourgeonnant qui devrait illustrer une adhésion large et enthousiaste par l’expression dynamique des opinions et des choix corrélatifs.

Les résultats issus de ces scrutins amputés ne peuvent que laisser une majorité de citoyens dans la déception, et le parti gagnant, quel qu’il soit, soumis au diktat silencieux de cette large opposition.
Cette frilosité congénitale l’empêche d’honorer les promesses et programmes ambitieux dont il pensait faire la base solide d’un succès et qui restent vains.
Le cercle pernicieux se referme, qui ne s’ouvre que pour laisser aussi provisoirement la place à l’« opposant ».
Las, ce cercle est devenu carré de ses maltraitances répétées et un intrus s’est introduit par plusieurs angles, au grand désarroi des membres du club.

Certains prétendent rendre le vote obligatoire pour redynamiser une démocratie fatiguée et irritée.
Je pense que c’est une très fausse bonne idée.
D’abord parce que la contrainte est une forme de sanction qui brouillerait le slogan de liberté inscrit à l’entrée des édifices publics et rebramé avec élan depuis le 11 janvier.
De nombreuses entraves officielles et légales limitent déjà une belle part de cette liberté, et point n’est besoin d’en rajouter.

Mais davantage encore, les effets pervers seraient nombreux et prévisibles.
En premier lieu, cette mesure enverrait aux urnes des citoyens de fraîche date, des Français de circonstance, de frais majeurs tombés dans la nationalité à « l’insu de leur plein gré », des résidents épisodiques, des conjoints de mariages blancs, et pourquoi pas de faux électeurs, puisque aussi bien la contrefaçon est une expertise mondiale dans laquelle excellent certaines communautés.
Sans parler des étrangers à qui le Président a promis naguère l’accès aux urnes tricolores.

Le devoir ayant pour corollaire la sanction en cas de manquement, le défaut de vote devrait entraîner une amende, avec double peine pour les porteurs de procuration défaillants !
Imaginons le dispositif à mettre en place pour que les contrevenants soient poursuivis et s’acquittent de celle-ci.
Sans doute avec une nouvelle escouade de fonctionnaires du fisc formés à la traque, et des supplétifs chargés de récupérer le dû.
À l’instar des verbalisations pour port du voile en espace public ?

Et si toutefois l’ingéniosité sans limite des énarcho-technocrates accouchait d’un dispositif incontournable, nul doute que la détresse économique de tous les allocataires, assistés, économiquement faibles – comme disait ma grand-mère -, handicapés, dépendants et, pour tout dire, pauvres, entraînerait exception à la règle, sinon au début de sa mise en place, mais sûrement après les actions publiques et revendications bruyantes des associations protectrices des défavorisés qui veillent au grain.

L’alternative à un vote obligatoire est le bulletin blanc, un vrai, disponible avant l’isoloir pour être physiquement mis dans l’enveloppe et décompté avec les mêmes règles que les autres pour les conséquences du scrutin.
Probable que des citoyens qui voient rouge feraient à nouveau leur démarche vers le bureau de vote et ne laisseraient plus, par défaut d’implication, carte blanche involontaire à des candidats plus démagogiques que pédagogiques.

Henri Gizardin

http://www.bvoltaire.fr/  du 24/03/2015

 

Après les élections Européennes, les bulletins blancs ne devaient-ils pas être comptabilisés ?
Nous savons combien se sont abstenus, nous n’avons pas le pourcentage de bulletins blancs…bizarre, non ?
Le Front National a eu le courage de présenter ses candidats sans demander les voix d’un autre parti.
Il se bat seul car il veut vraiment sauver la France de ceux qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts.
Ne vous abstenez pas, si la France Nationale vous fait peur votez blanc !

Les Incohérences Ne Manquent Pas !

masques-300x300 (1)

Le cinéma français est-il raciste ?

Le cinéma est une grande famille, on le sait, mais dans laquelle il n’est pas interdit de se tirer la « bourre », fût-ce de la manière la plus bourrue.

De fait, une certaine « Amandine Gay », qui grenouille vaguement entre « téloche et ciné »– en tant que scénariste-documentariste, à en croire « Le Figaro » de ce dimanche dernier, voilà qui ne doit pas surcharger ses journées –, a-t-elle mis le feu aux réseaux sociaux, à propos d’une simple annonce de casting mise en ligne sur le site « Cinéaste.org ».
Annonce qui a d’ailleurs depuis été retirée, au vu de l’ampleur du scandale médiatique qui, malheureusement, nous occupe.

De quoi s’agit-il ?
De racisme, bien sûr.

Et voilà l’Armageddon qui survient.
Extraits choisis :

« Pour les besoins d’un film français et pour jouer aux côtés de grandes stars françaises, nous recherchons […] Le personnage de « Henri », un homme de 25-30 ans, caucasien (blanc très clair) sachant parler et se comporter comme une racaille du ghetto noir (cf « Joey Starr ») et parler bourgeois blanc (être né dans le 16e est un plus. »

Le reste est à l’avenant.
Pour le « Mamadou », censé être :

« agressif, comique sachant danser et faire des blagues de type Afrique centrale »

Et n’oublions surtout pas le « Rachid », programmé pour être :

« très vif, mince et un fin voleur, il doit savoir courir très vite et savoir parler avec un accent arabe, de type maghrébin, des traits arabes »

Après avoir massacré à la fois ponctuation et bon usage de la langue française, ces deux questions :

-La première consiste à savoir comment des directeurs ou directrices de casting peuvent se montrer aussi nigauds.
Eux qui, issus d’une profession de longue tradition «antiraciste», devraient savoir à quel point leur propre terrain est de plus en plus «glissant».
-La seconde se résume à comprendre pourquoi tant de journalistes – large spectre allant du « Figaro » aux « Inrockuptibles » – peuvent encore relayer de tels émerveillements enfantins.

Car oui, c’est ainsi, les règles du casting obéissent à une autre loi, que l’on pourrait ranger dans celles de l’ordre naturel.
Quand, en 2001, « Michael Mann » prépare son remarquable « biopic » sur « Cassius Clay », devenu plus tard « Muhammad Ali », c’est à « Will Smith » qu’il fait appel plutôt qu’à « Jean-Pierre Marielle ».
De même que quand, dans « Le Prophète » de « Jacques Audiard », fils du « Michel » que vous devinez, nous touchons du doigt la triste réalité du monde carcéral, ce sont des parrains corses que nous voyons et une large majorité de détenus plus ou moins français, mais à l’évidence d’ascendance africaine, Afrique du Nord et subsaharienne confondues.
Une telle réalité est certainement déplorable, mais c’est ainsi que va la vie.

Au fait, quand sera éventuellement mis en chantier un possible autre « biopic » consacré à « Marilyn Monroe », « Amandine Gay », dont l’épiderme a des surplus de mélamine à revendre, renversera-t-elle la table après avoir été écartée du casting, ayant été jugée peu plausible dans le rôle en question ?

Au lieu de piauler, la donzelle en question ferait mieux de se féliciter de la montée en force d’acteurs, pas tout à fait « gaulois », mais qui ont tout de même fait leur pelote dans le septième art français.
« Jamel Debbouze » en «Lucien» dans « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » de Jean-Pierre Jeunet, ça avait tout de même de la gueule.
Sans compter tous les autres, d’ »Omar Sy » à « Tahar Rahim », qui peuvent jouer, tour à tour, « gentils » et « méchants », « flics » ou « voyous » en n’ayant rien demandé à personne, et surtout pas à notre chère « Amandine ».

Et surtout pas à ce public qui, à la fin des fins, a, seul, le pouvoir de faire et défaire ces rois d’un moment.

Nicolas Gauthier

http://www.bvoltaire.fr/  du 24/03/2015

Oui le cinéma Français est raciste anti-autochtones, et nos médias aussi !
Les incohérences dont je parle sont les apparitions de silhouettes négroïdes systématiques, même quand on croyait encore que la terre était plate !
Il en va de Même dans le public interrogé ou dans les pubs qui nous inondent.
Le CRAN (subventionné par les Français qui paient des impôts) est passé par là !

Le PS A Bien Pris Une Belle Raclée !

internet (1)

Une raclée mémorable !

Tous les observateurs s’attendaient à une rude soirée pour le PS, et la fébrilité quasi pathologique de Manuel Valls depuis trois semaines laissait penser que les sondages non publiés devaient être aussi mauvais que ceux annoncés.
Ils n’ont pas été déçus car en dépit du déni du Premier ministre qui s’est félicité de l’efficacité de sa campagne hystérique, le PS a bien pris la raclée mémorable attendue.

Si l’on s’en tient à ces moyennes nationales de 21 % des voix pour le PS et de 35 % des voix pour le bloc de gauche mises en avant par les médias, le bilan de la soirée est déjà sévère.
En effet, comme le décompte du ministère de l’Intérieur englobe dans cette moyenne tout un tas de binômes divers gauche, le score du PS seul est, en vérité, bien inférieur à 20 % et le bloc de gauche ne représente plus qu’un tiers des Français contre plus de la moitié lors des scrutins précédents.

Mais, c’est surtout en termes de conséquences sur le nombre d’élus dimanche prochain que ce résultat doit être analysé.
Compte tenu du mode de scrutin qui ne qualifie pour le second tour que les deux binômes arrivés en tête ou les candidats ayant recueilli le suffrage de plus de 12,5 % des inscrits, le PS se trouve d’ors et déjà éliminé dans près de la moitié des 2.054 cantons en jeux.
À l’issue de ce premier tour, il ne peut guère espérer conserver plus d’une vingtaine de départements sur les 60 qu’il détient actuellement, et les Français peuvent fort bien encore saler l’addition dimanche prochain.

La déculottée du jour est sévère, mais celle du 29 mars pourrait être historique.

Elle devrait être d’une ampleur bien supérieure aux deux précédentes, à savoir que les élections municipales de mars 2014 avaient valu à la gauche l’élimination de dizaine de milliers de conseillers avec, pour conséquence, la perte de 21 sièges de sénateurs 6 mois plus tard, et les élections européennes du mois de mai dernier, où le bloc PS-EELV avait perdu un tiers de ses sièges, passant de 28 à 19 représentants à Strasbourg, tandis que le FN passait de 3 à 24 députés.

Alors, bien sûr, ce résultat ne va rien changer dans l’immédiat.
Les institutions non élues et non démocratiques comme la Commission européenne, la Cour européenne des droits de l’homme, le Conseil constitutionnel, les médias et les créanciers de la France, vont continuer à diriger notre pays comme avant.
François Hollande ne modifiera ni sa façon d’être ni sa politique et Manuel Valls restera peut-être même à son poste pour continuer à menacer la France et les Français au nom des valeurs de la République.

Qu’importe, nul ne peut plus aujourd’hui ignorer que le pouvoir exécutif et législatif n’a plus la moindre représentativité et, par conséquent, plus la moindre légitimité.
Les Français savent qu’ils sont, eux, la légitimité et s’ils se contentent de cette insurrection électorale, s’ils laissent ces gens saccager encore quelque temps notre grande nation alors que la moindre des dignités eût été de démissionner en bloc par respect pour la démocratie et pour la France, c’est uniquement parce qu’ils devinent l’extrême dangerosité de l’animal blessé.

La sagesse commande de le laisser encore s’épuiser avant de porter le coup de grâce.

François Falcon

http://www.bvoltaire.fr/  du 23/03/2015

Debout Les Mécréants De France !

france-noie (1)

Quand il est malvenu
d’être Français.

Bientôt Pâques.
La première volée de cloches vient de passer et déposer les résultats du premier tour des élections départementales aux sages et grands architectes de la République « Titanic », au grand dam de tous ses caciques, cloches et clochettes, creuses et tétanisées, manœuvrant d’une main de plus en plus tremblante, de plus en plus souvent belliqueuse, tantôt à bâbord, tantôt au centre toute ou vers une droite déboussolée, dans l’espoir démocratique d’esquiver le péril des tribords extrêmes.

Car tout ne va plus si bien dans la demeure, Madame la Marquise, Monsieur le Marquis, péril national en vue, la populace se réveille, la plèbe regarde, le populiste a compris, réagit, lucide !
Les invisibles deviennent visibles, trop visibles car de plus en plus audibles à travers le silence des isoloirs et des confessionnaux républicains.

Les temps sont, de fait, à la résurrection.
Mais avant la résurrection, la mort.
Ou plutôt la mise à mort par les défenseurs du réel d’une conception transgenre de cette France telle qu’imposée par les thuriféraires d’une République dite laïque, multiculturaliste, immigrationniste et « remplaciste ».
Depuis l’élection de François Hollande au poste de « présumé » Président, et la nomination de son Premier ministre en chef ibère de la « Republica Kommandantur », il est de plus en plus autant malvenu de se proclamer de France que de la confession de celui de qui, par le baptême, naquit la France.
On se proclame pourtant fervent laïque cinq fois par jour, on célèbre la République chaque vendredi et on casse la croûte une fois par année lunaire à l’occasion de la fin d’un jeune diurne alternant avec une ripaille nocturne.
On est républicain comme ça, chez ces gens-là.

-Dans cette République laïque et mondialiste, si je veux m’émanciper du joug de l’Europe, je suis un nationaliste, si je veux me libérer de la monocratie UMPS, je ne suis plus «républicain», si je me permets de critiquer l’islam, je suis islamophobe, le judaïsme, je suis antisémite.

-Mais dans cette République, si je critique le christianisme, je suis alors un progressiste.

-Dans cette République, si les cimetières sont musulmans ou juifs, on parle de profanation, s’ils sont chrétiens, il s’agit d’une simple dégradation.
Tout est dans la nuance.

Entre un dîner du « CRIF » et une rupture de jeûne à l’occasion du ramadan, le cœur de cette République – à défaut de dire son cul – balance entre casher et halal.

-Dans cette République, tremper un crucifix dans la pisse ou déféquer sur le Christ est synonyme de liberté artistique.

-Dans cette République, critiquer les dogmes contenus dans le Coran ou la Bible est une incitation à la haine.

-Dans cette République, qu’on ait fait son service militaire en Terre promise,
qu’on bénéficie des allocs sous le chaud soleil du bled,
que l’on soit exilé fiscal ou ancien indépendantiste, on se permet de faire la leçon de morale au Français de souche qui n’a, de terre promise, que sa terre natale.

-Dans cette République, nos consciences éclectiques et médiatiques nous menacent à tour de rôle de quitter la France, si le FN passe, si la vague immonde inonde.
Basta !

-Dans cette République, laïcité, liberté, égalité, fraternité, tout autant que UMP, PS et Cie et patriotisme, sont de nos jours autant d’oxymores autant qu’islam et islamisme ont toujours été un pléonasme.

-Dans cette République, il est de plus en plus malvenu d’être Français.

Dans cette République, ils ont tué la France,
comme d’autres ont assassiné le Christ !

Mais les deux sont déjà sur la voie de la résurrection !

Pierre Mylestin

http://www.bvoltaire.fr/  du 23/03/2015

Malgré Toutes Les Manipulations

fn-1456x648-300x133 (1)

Le FN demeure
le premier parti de France

L’annonce des premières estimations du premier tour des départementales n’a pas été seulement énormément décevante, elle m’a littéralement soufflée de rage contre mes concitoyens :
Ceux qui sont restés chez eux au motif que «cela ne sert à rien de voter»,
tout comme ceux qui une nouvelle fois quittent les bras chancelants du P.S. pour se précipiter dans ceux, incertains de l’UMP … dont ils avaient viré le chef en 2012 !

J’entends d’ici la voix d’outre tombe du Général de Gaulle ricanant :

« je vous l’avais bien dit : les Français sont des veaux ! ».

Comme il avait raison !

Comment ne pas avoir remarqué qu’en matière de boniments l’UMP comme le PS sont à égalité ?
Et qu’il faut avoir l’immense culot de Sarko, le roi des menteurs pour pavoiser et oser prétendre ce soir, que si les électeurs ont déserté le PS c’est parce « qu’on leur a trop menti » …?
C’est carrément l’hôpital qui se moque de la charité !

Pour un peu je croirais que les Français sont bien aussi stupides que le croient les pros de la politique, puisque, pour un nombre encore trop élevé, ils sont incapables de se faire eux-mêmes une idée valable de la situation, sans passer par les exhortations des uns et des autres.

Dans cette campagne de dénigrement insensé de tous contre un seul parti, y compris l’incroyable campagne d’un premier ministre qui a pourtant bien d’autre casseroles sur le feu, et qui a outrepassé son rôle de chef de gouvernement pour se transformer en VRP de son parti, nous avons eu droit à différentes sortes de manipulations, toutes aussi hideuses les unes que les autres.

Ce soir, l’UMP pavoise d’être le premier parti de France… oubliant qu’il a fallu selon les endroits, qu’il s’associe à l’UDI, au MODEM, au RPF pour obtenir la première place sur le podium… alors que seul il serait à n’en pas douter derrière le FN !

Ce soir le PS par l’intermédiaire de son premier ministre, déclare avoir fait un score « honorable » de second… devant le FN, alors que sans les voix du PRG, un expert à démontré sur France 2, que le PS seul serait en dessous du score du FN !

Mais ça ricane, ça se gausse sur le plateau, demandant à Philippot s’il n’est pas trop déçu de ne pas être le premier parti de France comme il l’avait annoncé… ce à quoi l’interpellé leur  clot le bec(momentanément hélas) en faisant remarquer que le FN n’est associé à aucun autre parti et que son score est donc bien évidemment le meilleur !

Marine ensuite enfonce le clou en claironnant que certains candidats FN sont passés au premier tour avec plus de 50 %, surtout dans les villes où les maires FN démontrent ainsi leur saine gestion… contrairement à tout ce qui se dit ou s’écrit pour leur nuire !

Et que n’a-t-il pas fallu supporter ces dernières semaines, de la part d’engeances sans honneur ?

- Par exemple dans le Val d’Oise, la distribution d’un tract diffamatoire dans les boites aux lettres, pour effrayer les électeurs en annonçant un véritable danger !
Tract qui malheureusement a sans doute rempli son office envers des citoyens fragiles, peu sûrs de leurs convictions et facilement influençables… telle la voisine d’une amie, décidée à voter FN et qui après avoir trouvé ce torchon a changé d’avis !

- Ou bien le tweet de SOS Racisme invitant les électeurs FN à marquer d’une croix le préféré du binôme, sachant que tout bulletin raturé ou surchargé est déclaré nul !

- Ou encore le montage d’un faux-tweet qui émanerait de MLP  recommandant à ses électeurs de mettre 2 bulletins dans l’enveloppe pour élire un binôme …
Le faussaire ignore que c’est seulement lorsqu’il s’agit de deux bulletins différents que le vote est nul !
Il paraît que Marine va porter plainte, ce ne serait que justice !

Cela c’est la façon de faire de la gauche quand elle est aux abois !

Les interventions intempestives, malvenues et illégitimes d’un arrogant premier ministre incapable de rester à sa place et de garder ses nerfs, montrant ainsi la voie de l’abjection à ses supporters.

Que dire également de ce bizarre incident dans le 4ème bureau de Gap où les bulletins du FN avaient disparu ?
(http://www.lemedia05.com/2015/19804/gap-les-bulletins-du-fn-avaient-disparu-au-bureau-4-lelection-pourrait-etre-annulee/)

A l’heure où j’écris, j’ignore les résultats du moment car très vite j’ai quitté les bla-bla habituels des représentants toujours satisfaits, quel que soit leur score, et ce soir ne fait pas exception, incapable de supporter l’écœurement qui me gagne en les écoutant appeler « tous » les citoyens à se réunir pour faire échec au FN.

Incapables de présenter un bilan satisfaisant, les uns et les autres n’ont d’autres moyens que la diffamation et les chausse-trappes pour s’en sortir une fois de plus en enfumant leur électeurs, les saoulant de nouvelles promesses … qui iront rejoindre les précédentes à la trappe dès que l’affaire sera dans la poche !

Messieurs Valls, Sarkozy et consorts, vous n’êtes qu’une bande de menteurs, interchangeables puisque sans honneur, et je vous prédis l’apocalypse pour vous et les autres un jour prochain, car la France n’est pas peuplée que de couards, de traîtres et de sans-cervelles, la preuve en est, ne vous en déplaise, l’excellent score du FN qui représente sur ce scrutin environ 1/4 des électeurs à lui tout seul.

Et même si c’est bien trop long à mon gré, le nombre de ces patriotes va grossir encore et encore, puisque dans votre immense vanité, malgré votre frousse de ces derniers jours, vous ne changerez rien à vos ignobles façons de faire et persisterez à nous mépriser, comme vous l’avez toujours fait.

Alors à mon tour j’en appelle à tous les vrais patriotes de France et demande à ceux qui se sont abstenus aujourd’hui, de se mobiliser et accomplir leur devoir de citoyen en allant voter dimanche prochain car c’est le seul moyen pour éliminer cette vermine qui pollue notre pays depuis bien trop longtemps… si l’on veut faire l’économie d’une révolte nationale qui ne pourrait qu’être sanglante.

N’oubliez pas que nos aïeux se sont battus pour obtenir le droit d’émettre leur avis, et que même si en apparence on n’en tient pas toujours compte, la frousse qu’ont montrée dernièrement les gauchistes comme les faux-droitistes, devraient vous persuader que nos voix comptent malgré tout.
Quant aux femmes si longtemps reléguées au second plan, n’existant que par leur époux, elles sont encore plus redevables à celles qui ont dû farouchement lutter pour nous obtenir à notre tour le droit de vote… alors soyez dignes d’elles et bougez-vous !

Rendez-vous dimanche prochain même heure !

Pour les résultats définitifs que j’espère encore meilleurs pour le camp de la vérité.

Josiane Filio

http://ripostelaique.com/  du n° 400, le 23/03/2015

 

departementales2015-1-300x154 (1)

Nos Gouvernants Frôlent Le Danger.

liberte (1)

Mise en coupe réglée d’Internet

Le front des libertés publiques est l’un des rares domaines où le gouvernement actuel ne chôme pas.
L’encre du dernier décret concernant les sites faisant l’apologie du terrorisme est à peine sèche qu’une première victime est déjà tombée :
le site « islamic-news », réputé pro-djihad.
Et celui-ci ne devrait être que le premier d’une (très) longue liste car au moins une cinquantaine de plateformes sont d’ores et déjà dans le collimateur du gouvernement.

Prenant acte d’une individualisation des parcours terroristes, la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme est dirigée contre les «loups solitaires» se radicalisant sur Internet.
Mais gare aux victimes collatérales…
La tentation est évidemment grande de s’en servir aussi contre des sites contestataires non liés à la mouvance islamique mais prônant l’activisme militant ou le soutien aux mouvements de libération nationale.

En réalité, tout est dans la manière de définir le «terrorisme», notion éminemment élastique…

caseneuve-300x183 (1)

À l’occasion des débats parlementaires de l’automne dernier, le projet de loi antiterroriste porté par Bernard Cazeneuve a été dénoncé comme inadapté à la menace qu’il prétendait éradiquer et fortement liberticide.
Renforçant la surveillance sur Internet, il permet, par son article 4, le blocage administratif des sites faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à commettre des actes terroristes.

L’apologie du terrorisme, comme l’apologie des crimes de guerre, était jusque-là réprimée par la loi sur la presse de 1881 qui encadre la liberté d’expression en France.
Le texte a sorti de ce périmètre législatif relativement protecteur les délits de «provocation aux actes de terrorisme» et d’«apologie du terrorisme», pour les intégrer dans un article spécifique du code pénal, considérant qu’il ne s’agit pas «d’abus de la liberté d’expression (…) mais de faits qui sont directement à l’origine d’actes terroristes», afin de les réprimer plus sévèrement tout en donnant davantage de pouvoirs aux enquêteurs travaillant sur ces dossiers, notamment pour infiltrer des réseaux et avoir recours à des écoutes et des sonorisations.
Le texte permet aussi la possibilité d’un blocage administratif, sans requérir l’aval d’un juge, de sites faisant l’apologie du terrorisme.

La procédure est expéditive :
Si l’éditeur et l’hébergeur d’un site ne répondent pas aux demandes de retrait de la police judiciaire, les fournisseurs d’accès à Internet (« FAI ») sont alors saisis pour bloquer l’accès sans délai.
Une mesure qui s’inspire des dispositions prévues pour les sites pédopornographiques et qui, à défaut d’être efficace, constitue une entrave de plus à la liberté d’expression.
Ce dispositif de blocage qui échappe à toute procédure contradictoire est en effet totalement opaque en plus d’être arbitraire :
Le ministère de l’Intérieur rend inaccessibles les contenus incriminés et n’a pas à motiver sa décision.

Ainsi, pas un début de preuve de la dangerosité du site « islamic-news » n’a été apportée.
Et, cerise sur le gâteau, en redirigeant les internautes vers une page d’accueil sous son contrôle, le ministère de l’Intérieur se donne les moyens de connaître les adresses IP des visiteurs de ces sites…

plus-de-liberte-242x300

Plutôt inquiétant quand on sait par ailleurs que le gouvernement envisage d’étendre le blocage administratif aux sites faisant la promotion de propos racistes ou antisémites, voire antisionistes, infractions qui seraient également sorties de la loi de la presse de 1881 afin de faciliter et durcir les sanctions à leur encontre.

Plus grave, le blocage concerne une infraction dont les contours sont toujours aussi flous :
La définition du terrorisme donnée par l’Union européenne est en effet assez large pour permettre la répression d’actions syndicales ou politiques non-violentes (grève illégale, blocage de systèmes informatiques, occupation de routes, de bâtiments publics ou privés pour manifester) :

« association structurée, de plus de deux personnes, établie dans le temps et agissant de façon concertée en vue de commettre des infractions terroristes (…) visant à menacer un ou plusieurs pays, leurs institutions ou leur population avec l’intention d’intimider ces derniers et de modifier ou détruire les structures politiques, sociales et économiques de ces pays ».

Le soutien à un mouvement social radical ou à une lutte comme celle du mouvement palestinien pourrait très bien tomber à terme sous le coup de l’inculpation d’apologie du terrorisme.
Le « CRIF » considère d’ores et déjà qu’une exposition photographique sur le « Hamas » fait l’apologie du terrorisme et a demandé son interdiction.

Le contrôle d’Internet est une constante préoccupation des gouvernements qui se succèdent depuis 10 ans car cet espace de liberté est aussi souvent un espace de contestation.

Mais jamais on n’était allé aussi loin dans les mesures liberticides.
Le prétexte de l’antiterrorisme justifie une surveillance sans précédent d’Internet et un renforcement du pouvoir exécutif en installant une justice administrative expéditive.
Cette reprise en main est bien utile au gouvernement pour faire diversion et resserrer les rangs dans un moment de crise économique, sociale et politique sans précédent.

Nicolas Bourgoin

http://www.polemia.com/  du 23/03/2015

Il Faut Espérer Le Plus Tôt Possible.

francais-de-souche

Le jour où
la France se réveillera.

Les révolutions sont un leurre !
Il suffit de constater que

« les fauteuils ont simplement changé de derrières »,

disait Giono.
Car les révolutions, de toutes les couleurs, sont des utopies, négations des réalités et du bon sens, issues des raisonnements d’idéologues dogmatiques, qui finissent immanquablement dans un bain de sang.
C’est la Révolution française qui a inspiré nombre de celles qui lui ont succédé dans le monde, la plus importante étant la révolution russe.
La chape de plomb sous laquelle le peuple russe a vécu pendant 77 ans (une vie d’homme) a explosé en 1991, comme le couvercle d’une « Cocotte-Minute » sous la pression spirituelle d’un peuple qui n’avait rien renié de ses attachements profonds à son sol, à son Dieu, à son Histoire, à sa culture, à ses traditions et à la mémoire de ses ancêtres.
Le président Poutine, si critiqué par la bien-pensance occidentale, ne fait que (bien) gérer le réveil de son peuple, en témoigne sa cote de popularité supérieure à 80 % – à comparer avec celle de notre président Français.

L’esprit des Lumières, qui a inspiré la Révolution française, me semble tout entier être inscrit dans ces phrases de Montesquieu :

« Aujourd’hui, nous recevons trois éducations différentes ou contraires :
celle de nos pères,
celle de nos maîtres,
celle du monde.

Ce qu’on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. »

Ce renversement des valeurs n’aura pas échappé à nos gouvernants «démocrates» et «républicains» pour réaliser combien il était facile de manipuler une masse d’individus plutôt que de diriger un peuple fier de ses origines, de sa terre et de ses traditions.
Ce concept « lumineux » aura conduit à la mondialisation (consistant à concentrer les moyens de production pour en diminuer les coûts) qui n’aura, elle-même, abouti qu’à créer, à force de délocalisations pour sans cesse trouver une main-d’œuvre moins chère, un conglomérat de nouveaux esclaves se donnant à bas coût pour survivre.
Le mondialisme, l’idéologie de la mondialisation, a pu ainsi instaurer le règne de la quantité et de l’uniformité, trouvant (inconsciemment ?) dans le « terrorisme » (concept vague qui dispense de désigner l’ennemi) un allié objectif pour détruire, à bon compte, les dernières résistances liées au monde de la tradition.

Les Français, dans ce mouvement de libération européenne initié par le peuple russe, ont-ils encore la volonté, la lucidité et le courage d’y trouver une place ?

Sont-ils encore en mesure de revenir à des comportements de bon sens qui incluent de retrouver leur fierté, leur dignité, l’amour de leur terre, de leurs pères, de leurs frères ?

De se remettre à l’œuvre pour redresser leur pays si profondément saccagé par des décennies de mensonges, de folies, de cupidité, de mépris, de veulerie ?

Certains frémissements récents pourraient laisser penser que tout n’est pas perdu et que, un jour peut-être plus proche que nous le pensons, la France se réveillera.

Pierre-Émile Blairon

http://www.bvoltaire.fr/  du 22/03/2015

L’ Inutile Justice De Notre France !

caseneuve-300x183 (1)

Pour la dépénalisation de l’injure.

Je l’avoue, c’est en écoutant notre Premier ministre que m’est apparue la nécessité criante d’une telle réforme.
Oh ! c’est vrai, cette injure ne résout rien.
Elle est même fort mesquine, presque autant que son propre objet.
Mais, que voulez-vous, face à cet être névrosé, presque possédé, censeur et ennemi du rire, façonné dans la plus pure argile du mépris, Français aux douteuses allégeances étrangères, et qui semble, aujourd’hui, relever moins de la neurologie que de l’exorcisme, oui, l’injure, dans sa brutalité stupide, a quelque chose de cathartique.
Chacun ses vices.

Et c’est précisément parce que l’injure est absurde que sa pénalisation est ridicule. Qu’est-ce, au juste, qu’un mot injurieux ?
Une coquille vide.
Une invective «qui n’impute aucun fait précis à la victime», nous dit la jurisprudence.
Autrement dit, un néant sémantique.

Si l’on vous qualifie d’«ignoble assassin» dans l’idée d’évoquer vos prétendus crimes, à vous qui ne feriez pas de mal à un moucheron – alors, soit.
Votre réputation est touchée, et c’est bien légitimement que vous agirez en diffamation.

Mais l’injure est tout autre.
L’injure, c’est le discours dépourvu de tout message,
c’est le langage aux confins mêmes de la communication.
Injurier, insulter, c’est ne rien dire – dans l’espérance souvent satisfaite de vous courroucer avec du vent.
L’on pourra vous traiter de «fils de pute» sans considération aucune pour la profession de votre génitrice, dont vous savez d’ailleurs très bien qu’elle fut une brave employée des postes.
Et pourtant, d’aucuns se trouveront blessés.
Ô non-sens des émotions humaines !

La tragique erreur du législateur fut de reconnaître à l’injure ce pouvoir de nuisance, extrinsèque à elle, et, par conséquent, totalement artificiel.
Aujourd’hui, l’injure publique est d’autant plus injurieuse qu’on la sait un délit.
Le droit a nourri le désordre en croyant le combattre.
En la prohibant, la loi a sacralisé l’injure, comme Gayssot le négationnisme.
Elle a naïvement accordé l’onction juridique à ces vulgarités qui n’ont pourtant de malveillance que celle que leur auteur voudrait leur conférer.

Paradoxalement, le pire tient sans doute aux circonstances aggravantes.
Si l’injure est homophobe, xénophobe ou antisémite, l’on risque davantage encore, jusqu’à 22.500 euros d’amende.
Qu’est-ce à dire, sinon que l’injurié a raison de se sentir blessé, « a fortiori » si c’est sa couleur de peau qu’on lui reproche ?
Qu’est-ce à dire, sinon que la loi sanctionne le délinquant à proportion de sa bêtise, et trouve l’injure d’autant plus préjudiciable qu’elle est grotesque ?

Interdire l’injure, et d’autant plus durement qu’elle est discriminatoire, ce n’est rien de moins que flatter et protéger les plus bas instincts de l’homme,
Sa vanité,
Sa susceptibilité.

C’est justifier nos réactions passionnelles, plutôt que d’encourager la seule indifférence qu’elle devrait nous inspirer.

N’attendons évidemment pas de Manuel Valls qu’il abroge cette loi.
Fidèle à son « ethos » de petit tyran tremblotant, il se serait bien plutôt empressé de la faire voter, si elle n’existait déjà.

Xavier Mignot

http://www.bvoltaire.fr/  du 22/03/2015

Les Belles Promesses Hollandaises !

hollandenoir (1)

Et toujours, ce même président !

Recevant à Matignon, en compagnie de « Marisol Touraine », les représentants des principaux syndicats de médecins et d’internes, vent debout contre le projet de généralisation du tiers payant, Manuel Valls a tenu à doucher d’éventuelles illusions de ses visiteurs, à soixante-douze heures des départementales :

« Après les élections, vous aurez en face de vous le même Premier ministre et la même ministre de la Santé ! »

Une version politique, en somme, du fameux vers de « Dante » :

« Vous qui entrez, renoncez à toute espérance ! »

Où l’on pourrait voir un exemple de plus de l’arrogance que l’on prête assez communément à l’ancien député-maire d’Évry.
Une façon de dire :

« Votez comme il vous plaît, je n’en ai rien, nous autres les socialistes, nous n’en avons rien à faire.
Défaite, déroute ou débâcle, les institutions nous protègent, et nous ne laisserons pas perdre une miette du gâteau que vous avez eu l’imprudence de nous offrir. »

Il est vrai qu’il n’y a pas plus de raisons que le Premier ministre donne sa démission le 23 ou le 30 mars que le 21, le 24, le 29 ou le 31.
Ni moins.
Ce gouvernement et ce président, minoritaires depuis longtemps, bravent en permanence leur impopularité et défient avec insolence le pauvre peuple qui n’en peut mais de les déloger avant le 6 mai 2017, terme du mandat de Monsieur Hollande qui, du reste, sur la base de la réussite de son premier quinquennat, ne dissimule guère son intention d’en briguer un second.

Mais, dira-t-on, où M. Valls, qui ne saurait ignorer qu’il est un fusible susceptible de sauter au gré des humeurs et des calculs de son président, puise-t-il l’imperturbable assurance qu’il affiche à tout moment ?
Certes dans la force de caractère qu’on lui prête généralement.
Mais plus encore, de toute évidence, dans celles (les assurances) que lui a prodiguées le chef de l’État, comme en son temps il en avait gratifié un certain « Jean-Marc Ayrault ».

« Mon petit Manuel, quoi qu’il arrive, quoi que disent, quoi que fassent les commentateurs, les sondeurs, les comploteurs et même les électeurs, n’ayez aucune crainte.
Vous pouvez compter sur mon soutien et sur votre maintien.
C’est moi qui vous le dis, sans restriction et sans réserve, les yeux dans les yeux et la main sur le cœur, en toute franchise, en toute loyauté et, si vous le permettez, en toute amitié, foi de président.
Vous pouvez me faire confiance. »

À la place de Manuel Valls, nous ferions déjà nos valises.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/03/2015

Qui Donc Est Accueilli En Europe ?

immigresitalie (1)

Combien de terroristes islamistes
dans le flux  des « migrants » ?

« Gilles de Kerchove », Coordonnateur de l’Union Européenne contre le terrorisme, vient de déclarer à Vienne en marge d’une réunion avec des ministres des nations des Balkans, d’Autriche et d’Italie :

« Nous devons être vigilants.
Il est relativement facile de pénétrer dans l’Union européenne quand on se mêle au flux de migrants »

Les écailles semblent être enfin tombées des yeux de certains eurocrates.
Le belge « Gilles de Kerchove », qui reconnaît avoir jusqu’alors « évité d’évoquer le risque d’infiltrations par voies humanitaires« , admet qu’il fallait désormais « être vigilant« .
Il a en outre reconnu que l’Europe, jusqu’ici confrontée à des infiltrations ponctuelles de terroristes de l’ »Etat Islamique », devait s’attendre à des attentats de « grande ampleur ».
Ce qui est intéressant c’est que le Coordonnateur a mis ses constatations en parallèle avec le fait que, selon « Eurostat » (« office européen de statistiques »), les demandes d’asile politique dans l’Union ont explosé en 2014 pour avoisiner le demi million (dont 20% de « syriens »).

C’est un premier pas.

Le raisonnement qui en découle n’est que de bon sens :
s’il y a – ou s’il est seulement possible qu’il y ait- nombre grandissant de suppôts de l’ »Etat Islamique » noyés dans la masse des « migrants » en provenance de pays islamisés, et si ces gens là sont d’évidence des terroristes potentiels formés au djihad, l’accueil massif des « migrants » constitue donc un danger et en vertu du simple principe de précaution il importe donc d’interdire et d’empêcher toute cette immigration dont, de toutes façons, l’Europe n’a aucune utilité.

Ne rêvons pas trop tout de même, même si les dirigeants de l’UE prennent conscience du risque grandissant de puissante pénétration djihadiste dans les fourgons de l’immigration allogène, il est peu probable qu’ils en tireront les conséquences qui s’imposent, des conséquences jugées indignes au nom des angéliques et castrateurs droid’lomes ou impensablement hostiles aux desiderata du « nouvel ordre mondial » lequel « in fine » vise à éradiquer le caucasien.

Et la politique du « grand remplacement » risque de continuer quelles qu’en soient les dégâts collatéraux… jusqu’à ce que le populaire « souschien » se débarrasse de toute cette engeance, au besoin « manu militari », et prenne son destin en main.

Yves Darchicourt

http://synthesenationale.hautetfort.com/  du 21/03/2015

Un Adieu Triste Et Déchirant

adieu1 (1)

Bravo ! Bravo ! Bravo !

Ce que vous avez fait est vraiment fantastique,  parole d’Allah !

Oui, vous avez su enfin exiler les tyrans qui oppressaient vos pays.

Oui, vous avez su conquérir votre liberté.

Oui, nous Français et Belges, dont les ancêtres avaient déjà fait cela

il y a quelques années,  sommes admiratifs pour votre courage et votre ténacité.

§§§§§§§§§§

Admiratifs et un peu tristes, car évidemment vous allez nous quitter !

§§§§§§§§§§

Mais c’est pour retourner chez vous bien sûr,

pour profiter pleinement de cette reconquête politique et économique,

pour rebâtir votre pays, grand et digne, juste et travailleur, social et intègre,

qui ne sera donc pas calqué sur le modèle occidental décadent

dont vous avez tant souffert chez nous.

§§§§§§§§§§

N’ayez pas le cœur serré, nous comprenons vos priorités :

Les maigres allocations et autres avantages sociaux

que nous vous octroyons sont si dérisoires par rapport

à la manne céleste que vous allez récolter en vos contrées enfin libérées.

§§§§§§§§§§

Nous comprenons qu’ayant tellement souffert

de notre envahissante chrétienté,

vous préfériez revenir à une république laïque et libre,

et que vous aspirez à occuper dorénavant

des postes à hautes responsabilités,rémunérés en conséquence,

et que vous aurez plaisir à retrouver

la douceur de votre climat sud-méditerranéen.

§§§§§§§§§§

Bien sûr, soyez convaincus que nous serons très tristes,

car vous allez beaucoup nous manquer.

Nous ne verrons plus de prénoms à consonnance maghrébine

dans les faits divers des journaux,

beaucoup de coutelleries devront fermer leurs portes,

les producteurs de moutons vont se reconvertir,

§§§§§§§§§§

SOS racisme et le MRAP vont mettre la clef sous la porte.

Les démineurs vont connaître le chômage,

les réduction d’effectifs vont frapper en masse nos forces de l’ordre,

les banlieues ne seront plus illuminées la nuit par les voitures incendiées,

le prix du café dans les bistrots va augmenter.

Mais nous sommes résignés, et nous surmonterons tout cela.

§§§§§§§§§§

Mieux, nous voulons même faire un geste pour vous remercier :

Aussi nous allons affréter tous les moyens de transport disponibles

pour que votre retour au pays se fasse dans les meilleures conditions.

§§§§§§§§§§

Allez sans vous retourner,

sans peur ni honte de nous abandonner

dans une situation financière critique,

rappelez-vous que nous aurons encore à gérer

tous les Roumains et les gens du voyage.

(oui, ceux qui circulent avec leurs luxueuses berlines d’importation

et leurs magnifiques maisons roulantes).

§§§§§§§§§§

Par contre, pour les prochaines fêtes de Pâques, de l’Ascension et de Noël

  (eh oui, nous y croyons encore),

envoyez-nous des dattes, du thé à la menthe, du coucous et du jasmin,

car, ici, après votre départ nous n’en trouverons plus !

§§§§§§§§§§

Et si jamais nous n’arrivons pas à nous passer de vous,

vous nous accueillerez.

§§§§§§§§§§

Vous allez certainement penser à mettre en place,

pour nous accueillir dignement,

des allocations spécifiques pour émigrés,

des mutuelles gratuites, la C.M.U., l’A.M.E.,

une priorité aux logements, etc…

§§§§§§§§§§

Vous serez ouverts à cette société multiculturelle

que vous revendiquiez à corps et à cris chez nous,

vous nous permettrez d’élever des cochons,

et vos forces de l’ordre supporteront

d’être insultées sans broncher.

§§§§§§§§§§

Nous revendiquerons nos droits, pas nos devoirs,

et si ça ne marche pas, alors on caillassera vos administrations

et on mettra le feu à quelques bagnoles.

§§§§§§§§§§

Et si vous ne nous construisez pas rapidement des églises,

nous brulerons vos mosquées.

§§§§§§§§§§

Merci de nous avoir appris comment faire.

§§§§§§§§§§

Après tout…

l’histoire est un éternel recommencement.

Autre Que Réseau Social

La Drogue Va Encore Progresser.

salle-de-shoot (1)

Reste le vote des sénateurs !

L’expérimentation de «salles de consommation de drogue à moindre risque» (« SCMR ») a été votée mercredi en commission par les députés.

Les « promoteurs » passent volontairement sous silence les effets négatifs de ces salles sur la prévention, la thérapie axée sur l’abstinence et la répression du trafic de drogues.
Ils ne parlent pas, non plus, des nuisances éventuelles pour les riverains, des toxicomanes qui déambuleront et consommeront dans les rues autour de la salle de shoot.
Pourtant, ils savent très bien qu’on ne peut pas « boucler » jour et nuit dans le même local un toxicomane qui s’injecte de la cocaïne jusqu’à vingt fois par jour et plus !

L’ouverture de salles de shoot :

– brouillera les messages de prévention adressés aux jeunes :
Les parents – et tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont chargés d’exercer l’autorité sur les plus jeunes – leur disent et leur répètent que la consommation de stupéfiants est mauvaise, dégradante, dangereuse, et peut- être mortelle.
Et voilà que le gouvernement va non seulement en tolérer le commerce et la consommation, mais encore va faire en sorte de faciliter son usage, le rendre «confortable».

– constituera un faux signal pour les toxicomanes :
Des professionnels des thérapies axées sur l’abstinence estiment que l’installation confortable des toxicomanes dans leur dépendance leur enlève toute motivation pour entreprendre un sevrage et un traitement de réhabilitation.
On lui dit en quelque sorte :

« Je te donne ce qu’il faut, mais fiche-moi la paix ! »

– ne résoudra en rien le problème des overdoses… :
le toxicomane ne planifie pas ses injections.
Il se pique quand il en ressent le besoin (jusqu’à vingt fois par jour et plus dans le cas du cocaïnomane fortement dépendant).
Le nombre de seringues abandonnées ne va donc pas diminuer, à moins d’installer des salles de shoot tous les 200 mètres et de les tenir ouvertes jour et nuit.

– … ni le problème des seringues abandonnées :
Il n’existe aucun lien avéré entre la présence des salles de shoot et la réduction du nombre de surdoses.
À Zurich, par exemple, qui compte plusieurs de ces locaux depuis les années 1990, le nombre de surdoses mortelles est passé de 45 en 1999 à 63 en 2005.
À Genève, qui dispose d’un local d’injection depuis fin 2001, le nombre de surdoses mortelles a doublé en 2005, passant de 5 à 10.
Autre exemple, à Sydney (Australie), le taux de surdoses dans la salle d’injection était trente-six fois plus élevé que dans les rues de Kings Cross, le quartier le plus mal famé de l’Australie.

– n’aura aucun impact sur le nombre d’infections virales (SIDA, hépatites) :
iIl n’existe, à ce jour, aucune preuve que les salles de shoot contribuent à réduire le nombre de cas d’infections virales du type VIH et hépatites B et C.
Toute injection est à haut risque du fait que la conscience du toxicomane est altérée sous l’effet de la drogue.

– constituera un puissant signal pour les dealers :
Une salle de shoot est une zone de non-droit où la consommation de drogues illicites est liée, dans les parages immédiats, au trafic de drogues.
Toute initiative qui «positive» la consommation de drogues la facilite et la banalise.

– nuira à la répression du trafic de drogue :
Une salle de shoot complique le travail de la police.
S’il observe un « deal », le policier ne pourra plus recueillir le témoignage du client pour confondre le trafiquant, car la consigne est de ne pas « stresser » les consommateurs dans les salles de shoot et ses environs.

Serge Lebigot

http://www.bvoltaire.fr/  du 20/03/2015

Qui Est Le Pire Ennemi De La France ?

fn-1456x648-300x133 (1)

C’est Vous,
Monsieur Manuel Valls !

Le dernier scrutin cantonal de 2011 avait été marqué par un taux d’abstention de 55 % et par ce qui fut alors considéré comme une forte poussée du FN :
15 % au 1er tour, soit environ 5 points de plus qu’en 2004.
Malgré celà, la gauche, incluant les Khmers verts et rouges raflait la mise en emportant 60 % des départements.
La droite était balayée.

Aujourd’hui, dans la foulée des municipales et des européennes de 2014, il ne fait aucun doute que la gauche subira en mars une déculottée magistrale, même en bénéficiant encore un peu de l’effet d’aubaine qu’elle a su honteusement susciter à son profit après la tuerie du 7 janvier 2015.

Le Premier ministre s’est lancé hier soir dans l’Aude à l’assaut de ce scrutin improbable, espérant sans doute « inverser la tendance » (c’est une obsession chez ces gens-là) en surfant sur une ligne stratégique qui ne surprendra personne, compte tenu des sondages qui donnent le FN largement gagnant avec autour de 30 % des suffrages.
A entendre notre « Mussolini au petit pied » éructer face à son public, il n’y plus qu’un seul ennemi en France, ce n’est ni le chômage, ni les « finances », encore moins l’islam sanguinaire…
C’est le Front National !

On a eu droit à tous les poncifs, à toute la logorrhée traditionnelle de la gauche hargneuse, vindicative et finissante :
la République, les Valeurs, le Progrès, le Rassemblement face à l’hydre fasciste et autres balivernes…
-Français, sachez le, si vous votez pour des Conseillers Départementaux FN, c’en sera fini de vos libertés, de la république, de la démocratie et de la paix civile,
-l’économie s’écroulera, le chômage explosera, les banlieues seront à feu et à sang,
-des tsunamis frapperont nos côtes,
-les fleuves déborderont de leurs lits et engloutiront nos villes,
-les volcans endormis se réveilleront et cracheront leurs ardentes entrailles,
-la forêt française se consummera dans un feu d’enfer,
-les avions tomberont comme des mouches,
-les vieux mourront de la canicule en été et de la froidure en hiver,
-les femmes accoucheront de bébés difformes, le bras droit levé vers le ciel et une croix gammée incrustée sur leurs petits fronts…

J’en oublie peut-être ?
Une nouvelle invasion des Uhlans, éventuellement ?
Le déluge ?
Une guerre nucléaire avec Poutine ?
Un débarquement d’humanoïdes envoyés par les Centauriens ?

Valls-21-500x797 (1)

Monsieur le Premier Ministre,
je vous le dis avec tout le respect dû à votre fonction,
le Peuple Français en a marre de votre incompétence,
de vos manipulations,
de vos mensonges
et de vos trahisons.

Car enfin…

QUI a laissé se développer une justice laxiste et partiale, favorisant les criminels et les assassins, méprisant les victimes, réduisant voire supprimant les peines de prison, libérant les individus les plus dangereux et poursuivant les citoyens honnêtes ?

C’EST VOUS !

QUI maquille la montée inexorable de la violence et de l’insécurité, qui protège le honteux Syndicat de la Magistrature, officine corporatiste marxiste et factieuse d’une profession qui devrait être exemplaire et impartiale ?

C’EST VOUS !

QUI a ignoré, méprisé, réprimé dans la violence les manifestations populaires hostiles à des réformes sociétales, aussi inopportunes qu’inutiles et dangereuses ?

C’EST VOUS !

QUI, tout en se réclamant frénétiquement des lumières, des droits de l’homme et de la république, mène une politique fascisante et réductrice des libertés, pourchassant, emprisonnant, faisant taire et tuant médiatiquement (en attendant mieux) ceux qui chantent une autre musique que la doxa officielle ?

C’EST VOUS !

QUI conduit une politique de classe, surprotégeant la caste privilégiée des haut-fonctionnaires et taxant sans répit et sans limite les travailleurs et les entreprises du secteur privé, créateur de richesses ?

C’EST VOUS !

QUI a déchiré dans les livres scolaires les plus belles pages de l’Histoire de France pour ne pas « offenser » les minorités hostiles et agressives qui méprisent et haïssent notre pays et ceux qu’ils nomment avec mépris les « Souschiens » ?

C’EST VOUS !

QUI pratique avec un plaisir manifeste les actes de « repentance », n’hésitant pas à tricher voire à tordre l’Histoire de la France, premier pas vers la destruction de notre culture et de notre patrimoine, à l’instar de ce qu’ont fait les « Talibans » et, plus récemment, les abrutis de l’Etat Islamique ?

C’EST VOUS !

QUI maquille les chiffres, baillonne et manipule la presse, refuse les statistiques ethniques et assure contre toute évidence que « l’immigration est une chance pour la France », et condamne ceux qui prétendent – ce que nul n’ignore – que la population carcérale est majoritairement musulmane ?

C’EST VOUS !

QUI s’acharne à détruire les valeurs de la France, tout en ayant fait semblant de les défendre le 11 janvier en bombant le torse dans une opération de communication abjecte visant à récupérer à son profit le prix du sang ?

C’EST VOUS !

QUI a soutenu, un temps, un ministre des finances corrompu, spécialiste de la fraude fiscale de grande ampleur, champion des placements douteux dans des paradis fiscaux, qui plus est menteur et parjure devant la représentation nationale ?

C’EST VOUS !

QUI s’acharne à écraser le Peuple Français sous les taxes, les impôts et les charges, en pire que ne l’ont jamais fait les seigneurs féodaux et les plus cruels monarques de « droit divin » ?

C’EST VOUS !

QUI, par incompétence rouerie ou paresse, s’est révélé incapable de comprendre et d’anticiper l’évolution du pays, du monde et du système économique et financier ?

C’EST VOUS !

QUI attend passivement une hypothétique reprise internationale pour éviter de faire les réformes pourtant nécesssaires au redressement ?

C’EST VOUS !

QUI a ouvert en grand les vannes de l’immigration massive pour accélérer « le grand remplacement » de la population Française dans le seul but de se reconstituer un électorat à sa botte ?

C’EST VOUS !

QUI anesthésie chaque jour un peu plus le peuple qui l’a élu, lui dissimulant la guerre civile endémique qui a déja commencé, refusant de prendre les mesures nécessaires pour protéger le personnes et les biens, qui sont les premières fonctions régaliennes de l’Etat ?

C’EST VOUS !

L’ennemi de la France, Monsieur le Premier Ministre, ce n’est pas le Front National, c’est vous !

corruption (1)

Aucun gouvernement, aucun régime, aucun parti n’aura autant mérité un procès public pour haute trahison que le votre.

valls-discours

En mars, les Français auront à coeur de «sortir les sortants», et d’envoyer massivement dans les territoires des représentants du Front National, ne serait-ce que pour adresser un message clair, dans les banlieues comme en Afrique et dans le monde entier, que l’immigration musulmane n’est plus la bienvenue en France, et que notre Patrie en colère a enfin décidé de reprendre en mains son destin.

Marc Le Stahler

http://www.minurne.org/  du 27/02/2015

elections2015-300x168 (1)

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43