Archive | 04/03/2015

Pas De Mécréants sur Notre Toile.

censure-chut-silence (1)

Nous le craignions.

Nous l’avions même dit à plusieurs reprises dans ces colonnes.
C’est désormais chose faite :
Au nom du fameux «esprit du 11 janvier» et de la défense de la liberté d’expression, la France socialiste a publié, le 6 février dernier, un décret permettant d’en finir avec la liberté d’expression sur internet, sans passer par une décision de justice.

Les médias des pays développés contemplent, effarés, cette décision et ne mâchent pas leurs mots pour critiquer ce remarquable recul des libertés publiques.

Même l’ »Arcep » (« autorité de régulation des communications électroniques et des postes »), pourtant autorité administrative française, a émis de cinglantes réserves.

En gros, ces réserves sont de deux ordres.
-D’une part, le blocage administratif sera aisément contournable par les terroristes.

-D’autre part, il ris­que d’entraîner «de possibles effets secondaires non souhaités» – en clair, la fin de nos libertés.

C’est très exactement le problème.
Cette prétendue lutte contre le terrorisme ne luttera, en réalité, que con­tre les honnêtes gens qui auraient le tort de ne pas être de l’avis du pouvoir.

Les lois françaises actuelles sont déjà dangereusement liberticides.

L’immense majorité des sites internet français contrevient à certains éléments du droit ubuesque que nous subissons.
Ce qui fait que toutes les personnes qui s’expriment publiquement, notamment sur internet, sont des condamnés en sursis.
L’arbitraire pèse comme une épée de Damoclès sur tous les dissidents.

Mais, enfin, il demeurait une dernière digue :
Pour condamner réellement, il fallait passer par la justice.
Et le pouvoir y regardait à deux fois, car faire condamner un opposant est une décision politiquement lourde.

Désormais, il sera donc possible de bloquer administrativement – c’est-à-dire sans décision de justice – les sites internet qui déplairont à la nomenklatura.

Oh, certes, pour le moment, il ne s’agit que des sites faisant l’apologie du terrorisme.
Mais qui fixera la limite, sinon le pouvoir en place ?

Quand vous voyez qu’une simple déclaration «Je ne suis pas Charlie», qui pouvait signifier une grande variété de positionnements idéologiques, a pu être interprétée comme une «apologie du terrorisme», le pire est à craindre.

Nous vivons décidément des temps orwelliens, où la langue ne sert plus à désigner la réalité, mais à manipuler les esprits.
Il n’est d’ailleurs pas anodin que la nouvelle promotion de l’ENA se soit intitulée, juste après les attentats de Paris, promotion Geor­ges Orwell.
Nos nouveaux oligarques, comme dans le magistral roman «1984», édictent des principes et imposent le contraire de ces principes, selon le modèle des slogans d’Orwell.

On ne dit plus désormais : «La liberté, c’est l’esclavage.»
Mais on le pense toujours et on le met en pratique ainsi :

«L’esprit du 11 janvier, c’est le blocage administratif des sites internet.»

Pour défendre la liberté d’expression attaquée par les islamistes, nous allons la supprimer sous les lois gauchistes.
Il fallait y penser !

Il est vrai que, si le sectarisme socialo-communiste supprime les libertés publiques, le terrorisme islamiste n’aura plus qu’à disparaître, puisqu’il n’aura plus rien à faire.

On se souvient que, voici quelques mois, « Christophe Barbier », éditorialiste de «L’Express», avait déclaré :

«ça se régule aussi, internet.
Entre nous, les Chinois y arrivent bien.
Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l’effort, aussi, de faire respecter la loi.»

Nous y sommes.

À ceci près qu’on voit mal pourquoi maintenir cette distinction périmée entre démocratie et dictature.

En Chine, nous avons une dictature démocratique.
En France, nous sommes dans une démocratie dictatoriale.

La nuance est subtile et risque fort d’échapper aux grossiers réactionnaires que nous sommes, amis lecteurs !

Il reste que Madame Taubira n’est pas Brejnev.
Elle peut certes envisager le blocage administratif de sites internet selon son bon plaisir.
Mais elle aura quelques difficultés à fermer les frontières numériques de la France.
(il serait d’ailleurs cocasse que ce gouvernement allergique aux frontières ne les rétablisse que pour internet !)
Et elle pourra difficilement empêcher qu’un vent de liberté souffle sur notre malheureux pays.

Lois liberticides ou non, les socialistes ont déjà perdu :
Leur vision archaïque du monde ne résistera pas à la reprise en main de son destin par la société civile – reprise en main largement facilitée par les nouvelles technologies !

Thieulloy-de-Guillaume

http://www.les4verites.com/  du 04/03/2015

Front National Et « Lega del Norte ».

ligue-300x148 (1)

Le Front National doit mobiliser autant que la « Legua del Norte ».

J’étais ce week-end à Rome, invité à un colloque sur l’islamisation et l’immigration. J’en ai profité pour assister, dans la foulée, au grand meeting organisé par La Ligue du Nord, sur le thème «Renzi à casa».(« Renzi à la maison » !)

Je suis encore sous le charme de ces trois heures.
D’abord par le nombre de manifestants :
40.000 selon la police, 60.000 selon les organisateurs.
Ensuite, les thèmes développés :
-non à l’Union européenne,
-sortie de l’euro,
-assez d’immigration,
-Lampedusa, cela suffit,
-halte à l’islamisation du pays.
On ne tourne pas autour du pot à la «Lega»

Quand j’ai entendu le premier intervenant, représentant le monde agricole, je me suis dit :

« Ils ont un orateur exceptionnel ! »

Puis j’ai entendu les dix suivants et suivantes, tout aussi formidables.
Aucun ne lisait son discours, il y avait une force de conviction, une qualité d’élocution, un sens de la harangue populaire que la dictature du politiquement correct n’a pas encore brisés.
Ajoutez à cela la beauté de la langue italienne, qui fait qu’on n’avait même pas besoin de tout comprendre pour se laisser bercer par la magie des mots.

J’ai découvert, comme dernier orateur, le nouveau chef de la «Lega del Norte», Matteo Salvini, lui aussi tribun hors pair.
Tout au long d’un discours de près d’une heure, il fut ovationné à de multiples reprises.
La majorité des participants était jeune.
Signe d’un souci unitaire du mouvement patriote, d’autres organisations affichaient leurs banderoles et drapeaux, comme « Fratelli d’Italia », la « Liga Italica » ou « CasaPound », dont le vice-président, « Simone Di Stefano », eut droit à la parole.

Un message amical de « Marine Le Pen » fut diffusé sur écran géant, et très applaudi.

Je ne pouvais m’empêcher de penser que la présidente du Front national, dont la montée dans les sondages affole l’ensemble du système politico-médiatique, aimerait sans doute pouvoir rassembler autant de monde sur une grande place parisienne.

En effet, le 1er mai, chaque année, avec une montée nationale, et une courte manifestation qui se termine place de l’Opéra, le nombre de manifestants n’a jamais atteint les 10.000 personnes.

6 millions de Français ont voté pour le FN en 2012, ce qui est déjà un acte de résistance, par rapport au matraquage médiatique contre ce parti que subissent nos compatriotes.
Se présenter à des élections sous cette étiquette peut signifier une mort sociale, des risques professionnels et physiques importants, pour le candidat ou sa famille.

Mais ces Français, contrairement aux Italiens, paraissent se résigner aux actes antidémocratiques et violents de prétendus antifascistes, qui, couverts par la gauche institutionnelle, ne cachent plus leur volonté de ne pas accepter le verdict des urnes.

Autre différence notable, alors que « Matteo Salvini » laisse un groupe comme « CasaPound » s’exprimer publiquement :
J’imagine difficilement Marine Le Pen donner le micro aux Identitaires…

Le jour où le FN, en plein Paris, sera capable de rassembler 60.000 personnes, prêtes à s’engager physiquement pour défendre le seul parti qui représente une alternative électorale à la dictature de l’Union européenne, à l’islamisation de notre pays et à l’immigration de masse, une nouvelle étape aura été franchie.
Elle sera nécessaire pour contrecarrer les calculs de certains, pour le soir du premier tour des présidentielles de 2017 :
Un plan de type présidentielles 2002, suscitant même des émeutes ethniques comme celles de 2005, contre le vote des Français.

Dans ce contexte, entre les deux tours, le scenario algérien de 1991 démangerait nombre de caciques PS ou UMP, surtout si les électeurs du FN restent aussi passifs qu’en 2002…

Pierre Cassen

http://www.bvoltaire.fr/  du 04/03/2015

Il Y A Danger Pour Nos Démocraties.

immigresitalie (1)

Des Patriotes Européens Parlent A Rome.

Invités par l’association « Una via per Oriana Fallaci », « Pierre Cassen », « Christine Tasin », « René Marchand » et la Suissesse « Mireille Vallette » sont intervenus, avant de rejoindre la manifestation de la Ligue du Nord, à quelques centaines de mètres de là.
Le député européen « Mauro Borghezio » prit également la parole.
Merci au caméraman suisse « Bernard Migy », à qui nous devons ces images exclusives.
(https://www.youtube.com/channel/UCYsPbK1S–4Z9MmTnxui_wA)
Martine Chapouton

http://ripostelaique.com/  du n° 396, le 04/03/2015

Ecoutons-les

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube
Comment se passe la guerre de l’islam contre la France

Image de prévisualisation YouTube
Pourquoi l’Europe ouvre ses portes aux musulmans

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 

(https://www.youtube.com/channel/UCYsPbK1S–4Z9MmTnxui_wA)
Ce lien contient d’autres vidéos qui ne sont pas de la seule journée du 28février dernier.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43