Archive | 05/04/2015

Des Innocents Déclarés Coupables !

prison (2)

Le culte du bâillon se déchaîne !

Trouvez-vous normal, juste, raisonnable, admissible, compréhensible, tolérable qu’un individu, un citoyen paisible, soit condamné et incarcéré, non pour avoir commis quelque grave délit ou crime crapuleux,  mais uniquement pour avoir exprimé une opinion, sans jamais le moins du monde appeler à la violence, inciter à la haine ou à quelque débordement répréhensible ?

L’évolution des moeurs permet aujourd’hui :
-de s’affranchir de dogmes religieux,
-de nier l’existence de Dieu ou de ses prophètes,
-de les moquer de mille manières plus ou moins élégantes,
-de s’opposer à des théories scientifiques solidement installées comme celle du « Big Bang »,
-de prôner des pratiques sexuelles originales , que sais-je encore…
Mais il n’est pas permis, du moins sous nos cieux débordant de droits de l’homme et de démocratie, le monde dit occidental s’assimilant volontiers à la «communauté internationale», de mettre en doute un événement censé être de notoriété publique, s’étant produit des dizaines d’années auparavant et limité à une petite communauté se disant race élue, se réclamant d’un Dieu dont certains nient l’existence en toute légalité.

Cette communauté étayée par son cauchemar d’extermination fictive s’est emparée des leviers de commande des nations qu’elle investit, entre autres l’information et la finance et use outrancièrement de la loi pour faire barrage à toute information, découverte, recherche, bref à toute affirmation mettant en cause le dogme qui lui sert de colonne vertébrale.
Au mépris de la justice elle condamne aux galères le moindre impénitent, relève la plus insignifiante incartade susceptible d’alimenter une réflexion dissidente.
Plus s’accumulent les preuves de sa forfaiture plus résolument elle manie le fouet pour châtier l’impudent, en réalité le JUSTE.
Très récemment pour avoir exprimé leur opinion furent condamnés, à deux ans de prison un professeur de mathématiques, « Vincent Reynouard », à un an et six mois à Munich une avocate, « Sylvia Stolz », à un an un médecin autrichien le Docteur « Josef Koenigstaler ».
Menacés sont un bouddhiste américain « Brian Ruhe », un jeune révisionniste du Liechtenstein, etc…
Le culte du bâillon se déchaîne !

Les prisons surchargées par le flot croisant de perturbateurs de l’ordre public se voient encombrées de délinquants parfaitement honnêtes, de bonne réputation, corrects, respectueux même de leur geôliers, n’ayant jamais touché un seul cheveu d’un membre de cette communauté vindicative.

Il n’est pas discutable que celle-ci a subi une persécution douloureuse mais n’a-t-elle rien à se reprocher ?

Par ses représentants mondiaux, ne se dressa-telle pas résolument contre la nation qui entendait lui retirer son pouvoir de nuisance financier et économique ou tout au moins vouloir le réguler ?

Dès l’accession au pouvoir à Berlin d’un nouveau chancelier ne déclara-t-elle pas la guerre à l’Allemagne, « expressis verbis »,  » Judea declares war on germany « (Daily express 24 mars 1933) déclaration assortie d’un boycott radical des intérêts allemands dans le monde ?
Des millions d’êtres humains de toutes nationalités, pris dans le tourbillon d’un absurde conflit eurent à subir souffrances et deuils, mais il apparaît au fil de l’ouverture des archives que les plus coupables furent ceux qui se présentent comme les défenseurs du droit, de la justice et de la démocratie.
Ils furent d’horribles tueurs et ne reculèrent devant aucun crime, fussent-il l’utilisation de la bombe atomique, les ouragans de feu ravageant les villes allemandes et japonaises, le massacre de Katyn, les famines frappant les vaincus réduits à l’état d’esclaves, souvent sexuels, les tortures à l’issue des combats.

Prédation, spoliations, annexions, rien ne fut épargné au vaincu.

Les Romains pratiquaient le « Vae victis ».
On aurait espéré ne plus vivre cela dans nos pays «civilisés», de culture chrétienne pour la plupart, voués en paroles à la recherche d’un monde fraternel.

La justice divine, disait-on jadis, le juste retour des choses, ne manqueront pas hélas de frapper durement ceux qui se comportèrent comme des barbares, quel que soit leur camp et qui ne mettront pas au premier rang de leurs préoccupation le bien de l’humanité et une juste répartition des richesses de la terre !

Isaac Schlingelstein, le 21/03/2015

Autre Que Réseau Social

Tous Les Chrétiens Célèbrent Pâques.

pape (1)

Le Pape face aux barbares

Rendons hommage au « Pape François » pour son courage.
Lors du chemin de croix, il a osé s’exprimer clairement au sujet des persécutions dont sont victimes les chrétiens de par le monde.

«Aujourd’hui, nous voyons nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en « Toi », sous nos yeux ou souvent avec notre silence complice»,

a déclaré, de sa voix douce, le Saint-Père, qui est allé jusqu’à dénoncer la «furie djihadiste», sa «brutalité insensée» !

On est loin du honteux communiqué de l’Élysée qui, au sujet de la tuerie de l’université kenyane, omettait de préciser que la plupart des victimes furent froidement abattues du fait de leur appartenance au christianisme.
Aujourd’hui, nos grands médias accordent une place démesurée au projet de lycéens de s’attaquer à une mosquée de Montélimar.
Ce projet, s’il est confirmé, est bien sûr condamnable et ses concepteurs mériteront d’être punis.

Mais qu’est-ce qui est plus grave, entre un projet non exécuté et l’attaque de l’université de Garissa ?
Attaque durant laquelle un tri ignoble a été fait entre musulmans, dignes d’avoir la vie sauve, et chrétiens, à massacrer.
Que fait notre intelligentsia, si prompte à s’indigner lors de la tuerie de « Charlie Hebdo » ? Où sont les pétitions, les manifestations de rue et les pancartes «Je suis un étudiant kenyan chrétien» ?

Il est urgent de prendre conscience du péril qui menace le monde.

Ce péril, il faut oser dire son nom, comme l’a fait le pape.

Il se nomme djihadisme.

Par ses actions délibérément cruelles et odieuses, il n’est pas inexact de qualifier ce terrorisme islamiste de nouveau nazisme, voire de nazislamisme.
Cette vague monstrueuse n’a pas de frontières, elle sévit sur au moins trois continents avec des méthodes similaires, que ce soit au Nigeria, au Mali, au Kenya ou en Tunisie, au Pakistan, en Irak ou en Syrie, à Montauban, à Toulouse, à Bruxelles ou à Paris.

Le calcul électoraliste consistant à refuser de nommer ce péril, par crainte d’«amalgame», revient à faire la politique de l’autruche.
Les conséquences de cette politique sont désastreuses et elles le seront encore davantage demain.
Non, il ne s’agit pas de stigmatiser les musulmans, dont les droits individuels sont garantis par la Constitution française, comme ceux de tous les citoyens.

Il s’agit de dénoncer la minorité inculte prétendant parler au nom de l’islam.
En la dénonçant clairement, aucun amalgame n’est fait, bien au contraire.
Il s’agit même d’un service à rendre à la majorité des musulmans, qui a bien du mal à se faire entendre.
N’oublions pas que bon nombre des victimes de cette barbarie islamiste sont des musulmans, depuis les Nigérians du Nord jusqu’aux chiites ou aux soufis, de la Libye au Pakistan en passant par l’Irak.

Les communautés chrétiennes d’Orient et les Yazidis sont les premières victimes des nazislamistes de l’État islamique et il est juste de se solidariser avec eux.
Il ne faut pas rester « neutre », comme le voudrait la RATP, qui a interdit de mentionner les chrétiens d’Orient dans une campagne publicitaire pour un concert.
Les bourreaux de l’État islamique savent utiliser de manière redoutable les nouvelles technologies pour mettre en scène leurs crimes odieux.
Il convient d’utiliser les mêmes moyens qu’eux afin de les dénoncer et de démonter leur propagande mensongère et obscurantiste.
Pour cela, il faut dénoncer courageusement, comme le « Pape François » l’a fait durant la « Via Crucis », cette nouvelle barbarie.

Hervé Cheuzeville

http://www.bvoltaire.fr/  du 05/04/2015

Il Nous Prend Pour De Vrais Charlots !

cloches (1)

Notre semaine sainte est passée

Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d’ici deux ans !
Le président du « Conseil français du culte musulman », « Dalil Boubakeur », a appelé samedi à doubler le nombre de mosquées d’ici deux ans pour pallier le manque de lieux de culte pour les « millions de musulmans français ».

« Nous avons 2.200 mosquées.
Il en faut le double d’ici deux ans »,

a souhaité M. Boubakeur (qui est également recteur de la mosquée de Paris), lors du Rassemblement annuel des musulmans de France, organisé par l’Union des organisations islamiques de France (« UOIF ») au Bourget.

Pour les 7 millions de musulmans de France, les mosquées actuelles ne suffisent pas,

a souligné le président du « CFCM ».
Les estimations du nombre de musulmans en France varient de 4 à 5 millions.

« Il y a beaucoup de salles de prières, de mosquées inachevées, et il y a beaucoup de mosquées qui ne sont pas construites, je pense qu’il faut le double de mosquées »,

a-t-il insisté.

Le président du « CFCM » n’a pas précisé comment ces constructions pourraient être financées, un sujet sensible alors que le gouvernement cherche à éviter leur financement par des Etats étrangers.

« Il faut que le nombre de mosquées reflète le nombre de musulmans (…)
Nous avons le « droit » de construire des mosquées, (le droit) que les maires ne s’y opposent pas »,

a précisé son hôte, le président de l’UOIF, « Amar Lasfar ».

« Il y a de moins en moins de maires qui s’opposent systématiquement à la construction de mosquées »,

s’est-il toutefois réjoui.

Monsieur « Boubakeur » a également insisté sur la nécessaire formation des imams, annonçant avoir bon espoir d’aboutir bientôt à un accord avec « certaines universités parisiennes » pour le volet non-religieux de cette formation.

Ces cours auraient pour objectif :

« de transmettre des connaissances de la France, de la loi, des traditions françaises à nos imams, pour qu’ils aient une formation complète, religieuse et républicaine »,

a-t-il ajouté.

« Nous avons besoin d’une formation religieuse soutenue, acceptée et reconnue et nous devons faire tout pour que nos imams soient des modèles de paix et soient des modèles qui animent nos mosquées, qui sont des lieux de paix »,

a déclaré le président de l’instance qui représente le culte musulman en France.

http://actu.orange.fr/  du 04/04/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43