Archive | 08/04/2015

Le F.N. Ne Suffit Plus Aux Ragots.

web (1)

Les ragots courent !

Nicolas Sarkozy, le président de l’UMP, s’en serait violemment pris à François Fillon et à François Bayrou.

« François Bayrou, c’est comme le sida : quiconque le touche meurt ! »

Cette comparaison d’un goût douteux, on la doit à « Nicolas Sarkozy ».
C’est en tout cas ce qu’affirme « le Parisien », qui rapporte ces propos tenus par le chef de l’UMP lors d’une discussion avec des proches.
Une façon pour l’ex-président de la République d’exprimer tout son mépris pour le patron centriste du MoDem, qu’il n’hésite pas à faire siffler par les militants UMP lors de ses discours.
Via Twitter, la conseillère en communication de Nicolas Sarkozy, « Véronique Waché », dément la tenue de ces propos, « attribuées (sic) de façon inadmissible et mensongère ».
Comme le rappelle le « Lab d’Europe 1″, ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy emploie le champ lexical de la maladie pour qualifier « François Bayrou ».
En juillet 2014, il ironisait ainsi au sujet de la sévère pneumonie dont était victime « Jean-Louis Borloo ».

« T’as passé cinq ans avec Chirac, t’as pas eu un rhume.
Cinq ans avec moi, pas une grippe.
Tu passes un an avec Bayrou, on a failli t’arracher un poumon. »,

se gaussait-il.

Visiblement très en forme, « Sarko » aurait aussi allumé, d’après le « Canard enchaîné », un vieil ennemi à droite :  »François Fillon ».

« Je le veux à terre et sans oxygène »,

aurait-il déclaré au sujet de son ex-Premier ministre.
Nicolas Sarkozy le tiendrait en fait responsable de sa mise en examen dans le cadre de l’affaire des pénalités de l’UMP.

« L’histoire dans l’histoire, c’est bien Fillon [...].
C’est lui qui a tenté, via son avocat « Sureau » [...] d’accélérer la procédure judiciaire par l’intermédiare du secretétaire général de l’Elysée ["Jean-Pierre Jouyet", ndlr]. »

Connu pour ses crises de nerfs, Nicolas Sarkozy, on s’en souvient, avait promis en 2006 de pendre « Dominique de Villepin » à un « croc de boucher », alors qu’il le soupçonnait d’agir en coulisses pour le faire chuter.

http://www.linternaute.com/  du 08/04/2015

La Clairvoyance De Vladimir Poutine.

les-voleurs (1)

Est-ce si effrayant que cela ?

Le discours le plus cours jamais prononcé par Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine, le président russe, s’est adressé à la Dūmā  relativement aux rapports tendus avec des minorités en Russie :

« En Russie chacun doit vivre comme des russes.
N’importe quelle minorité,
de n’importe où,
si elle veut vivre en Russie,
marcher et manger en Russie,
devrait parler le russe
et devrait respecter les lois russes.

S’ils préfèrent la Loi de la Sharia et vivre selon les préceptes musulmans alors nous leur conseillons d’aller vivre là où telle est la loi nationale.

La Russie n’a pas besoin de minorités musulmanes.

Les minorités ont besoin de la Russie et nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux ni n’essaierons de changer nos lois pour les adapter à leurs désirs, peu importe leurs hurlements contre notre prétendue « discrimination ».

Nous ne tolérerons pas de manque de respect à notre culture russe.

Nous devrions savoir tirer les conséquences des suicides de l’Amérique, l’Angleterre, la Hollande et la France, si nous voulons survivre en tant que nation.

Les musulmans reprennent ces pays mais ils ne prendront pas le contrôle de la Russie.

Les coutumes russes et nos traditions ne sont pas compatibles avec leur manque de culture ou leurs coutumes primitives.

Lorsque cette honorable assemblée  pense à créer de nouvelles lois, elle doit prendre essentiellement  en considération l’intérêt national russe et, considérant que les minorités musulmanes ne sont pas des russes, elle ne doit pas prendre en compte la « Sharia », la loi des musulmans. »

C’est par une ovation debout de cinq minutes que les membres de la Dūmā ont salué ce discours de Vladimir Poutine.

Le temps est venu pour nos leaders élus de prêter attention à ses conseils.

Autre Que Réseau Social

Ils Sont Vraiment Dans La « Dèche » !

militaire_djihadiste (1)

D’ex-militaires français
reconvertis dans le djihad..

Un ancien commando des forces spéciales aurait été en contact avec les frères Kouachi au Yémen.
Au total,neuf ex-militaires, dont certains combattent en Syrie, ont été identifiés par le renseignement français.

Les faits.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé en janvier 2015 de nouvelles mesures pour répondre aux  »failles sécuritaires » révélées par les récents attentats.
Le chef du gouvernement évalue à «près de 3000» le nombre de personnes à surveiller en France.
Au total 2680 emplois supplémentaires vont être créés pour lutter contre le terrorisme au cours des trois prochaines années.
Un projet de loi sur le renseignement sera présenté au Parlement début avril.
Par ailleurs, la baisse des effectifs militaires sera réduite de 7500 postes d’ici à 2019, mais cette mesure n’est pas encore financée.

Neuf anciens militaires français ayant rejoint les réseaux djihadistes ont été, à ce jour, identifiés par les services de renseignement.
Comme l’Opinion le révèle, l’un d’entre eux est même un ancien des forces spéciales.
Issu d’une famille originaire de Tunisie de confession musulmane, né en 1974 en Seine-Saint-Denis, il s’était engagé au 1er RPIMa de Bayonne, l’un des régiments d’élite de l’armée française, rattaché au Commandement des opérations spéciales.
Il y a notamment suivi le stage « Rapas » (recherche aéportée et action spécialisée), où sont formés les commandos.
A l’issue de son engagement de quatre ans, il a quitté l’armée comme caporal, et rejoint, en 1998, des sociétés de sécurité privée françaises.
Pour l’une d’entre elles, il a notamment travaillé à la protection de sites pétroliers dans la péninsule arabique.
C’est alors qu’il s’est progressivement radicalisé, en 2011, se laissant pousser la barbe et adhérant à l’idéologie salafiste.
Licencié, il a attaqué son employeur aux prud’hommes pour discrimination.
Il disparaît ensuite des écrans radars, même si sa présence est signalée en Mauritanie, au Liban, en Israël et au Yémen.
Dans ce dernier pays, les services de renseignement estiment qu’il a pu être en contact avec les frères Kouachi, dans le cadre d’ »Al Qaïda » dans la péninsule arabique (« Aqpa »).
Il n’est en revanche pas établi qu’il se soit rendu en Syrie ou en Irak.

Les services considèrent comme possible qu’il soit aujourd’hui revenu en France.

Pour les terroristes, ce quadragénaire est une recrue de choix, du fait de sa formation militaire puis de son expérience d’une dizaine d’années dans la sécurité et la protection.
Le stage « Rapas », qu’il a suivi dans son ancien régiment, est l’un des plus sélectifs de l’armée de terre – comparable à la sélection pour le GIGN ou les commandos-marine.
Les militaires y acquièrent des techniques de combat, de tirs, de sabotage, de survie etc.
Cet ancien de Bayonne n’est pas le seul ex-militaire français a avoir rejoint les rangs djihadistes, comme l’a également confirmé le journaliste « Didier François », sur Europe1.

Selon plusieurs sources, ils seraient « une demi-douzaine», «moins d’une dizaine».
A ce jour, selon nos informations, neuf ont été formellement identifiés, dont l’ancien des forces spéciales.
Dans la plus grande discrétion, la « Direction de la sécurité et de la protection de la Défense » (« DPSD », ex- »Sécurité militaire ») suit ces dossiers de près, tout comme la « DGSE » (« renseignement extérieur ») et la « DGSI » (« sécurité intérieure »).
De son coté, « Radio France Internationale » assure que parmi la «dizaine d’anciens militaires français» présents en Syrie, «l’un d’eux a d’ailleurs mis ses compétences au service d’un encadrement de jeunes jihadistes français».

La présence d’anciens militaires dans les rangs djihadistes, pour dangereuse qu’elle soit, n’est pas massive.
Ils représentent moins de 1% des jeunes Français impliqués dans les réseaux djihadistes.
Mais leur expérience peut leur être précieuse.
Le ministre de la Défense « Jean-Yves Le Drian » a assuré mercredi que «les cas d’anciens militaires tentés par une aventure jihadiste sont d’une extrême rareté».
Toutefois, dans son entourage, on estime que la «vigilance» est indispensable.

Selon les chiffres fournis en décembre par Bernard Cazeneuve lors d’un conseil des ministres, «1200 ressortissants français ou résidents habituels en France sont en lien avec les filières terroristes en Syrie et en Irak».
Depuis lors, ce chiffre aurait encore augmenté, le Premier ministre Manuel Valls parlant de 1400 personnes «concernées».
Selon le « Figaro », 393 personnes sont présentes en Syrie-Irak, où 60 auraient déjà trouvé la mort. Environ 230 personnes seraient en transit vers ce théâtre et 240 de retour, dont 190 en France…..//

//…En juin 2013, une enquête sur la base navale de Toulon, à la suite d’un vol de matériel militaire, avait permis de découvrir que le frère d’un jeune marin avait rejoint la Syrie.
Il était lié à la «cellule de Cannes» qui avait attaqué à la grenade une épicerie juive à Sarcelles.

Au ministère de la Défense et dans les armées, on reconnaît être préoccupé par ces «processus de radicalisation» qui touchent certains jeunes militaires, au même titre que d’autres jeunes Français.
De source militaire, on rapporte que des jeunes, déployés dans le cadre de « Vigipirate » pour assurer la protection de lieu de cultes juifs auraient dit, en désignant une synagogue :

«On saura sur qui tirer !»

De tels cas sont, heureusement, très rares, mais les moyens de surveillance vont être renforcés rapidement, avec notamment la création de 65 postes au sein de la « DPSD ».
Ce service de la Défense se concentre sur les militaires en activité, pas sur les anciens.
Fussent-ils des forces spéciales

Source :
Jean Dominique Merchet -
Secret Defense

http://infos.fncv.com/  du 04/04/2015

Serait-ce discriminatoire de ne pas permettre certains stages aux musulmans ?
Il semblerait que les anciens militaires soient aussi suspects si ce n’est plus.

Les Recettes Des Pubs Baissent Moins

publicites (1)

 Les médias et les publicités

L’ »institut de recherches et d’études publicitaires » (« IREP ») a rendu ses chiffres.
Ils concernent les recettes publicitaires des médias et les dépenses de communication des annonceurs.
Les recettes continuent de baisser de 330 millions d’euros (2,5%) pour atteindre 13 milliards d’euros.
La baisse était de 500 millions d’euros chacune des deux années précédentes (soit un milliard d’euros).

Dans le détail, les recettes publicitaires dans la presse continuent de baisser
avec -8,7% en 2014 contre -8,4% en 2013 en général,
-10,1% dans la presse quotidienne nationale,
-7,9% dans la presse quotidienne régionale,
-5% dans les hebdomadaires régionaux,
-8,7% dans la presse magazine,
-7,8% dans la presse spécialisée,
-11,4% dans la presse gratuite dont plusieurs titres sont de plus en plus fragilisés, la publicité étant le nerf de la guerre,
et surtout -14,5% dans la presse gratuite d’information.
La presse des collectivités locale voit aussi baisser ses recettes publicitaires de 3%.
Partout, la baisse est soutenue par l’effondrement continu des petites annonces, ancienne vache à lait des journaux qui est de plus en plus famélique :
-9,9% dans les quotidiens nationaux,
-12,3% dans la presse régionale,
-11,3% dans les hebdomadaires régionaux,
-8,9% dans les magazines et
-9,2% pour les gratuits.

Dans d’autres médias les recettes baissent aussi:
notamment pour le cinéma (-9,6%),
les annuaires (-5,4% dont une chute de 17% pour les éditions papier),
le courrier publicitaire (-9,2%);
la télévision stagne (-0,1%)
tandis que le mobile voit ses recettes pub augmenter de 35% et l’affichage digital de 20.8%.

Du côté des annonceurs l’absence de reprise a douché les espoirs et les dépenses de com’ ont baissé de 1,4% dans les grands médias et de 1,7% hors média.
L’industrie dont les dépenses de communication baissent de 5,3% se détourne de la presse quotidienne régionale (-20,4%) et d’internet (-20,9%)
pour les foires (+2,5%) ainsi que l’événementiel (+4,5%).

Les entreprises du secteur des biens et de la consommation se détournent des magazines (-6,4%) et d’internet (-16,8%).
On retrouve la même tendance dans la distribution où la com dans la presse recule de 2,6%.
Enfin les entreprises du secteur des services laissent tomber les mailings (-12,3%)

pour internet (+19,7%) et les promotions (+4,5%).

http://www.ojim.fr/  du 07/04/2015

Heureusement leur baisse continue !
Cela n’empêche pas nos médias de nous inonder d’entractes tournés, semble-t-il, sur d’autres continents ou destinés à une classe sociale minoritaire.
Pauvre France qui a perdu son parc industriel national et sa population autochtone travailleuse !
Pauvre France qui paye des taxes pour des heures de pub qui ne la concernent pas ou des feuilles de chou mensongères !

Le Front National Et La Famille Le Pen.

famille-pen

Un nouveau parti légitimiste.

Le vieux lion a encore fait des siennes.
Les deux souris disent haut et fort leur désapprobation devant sa « énième » provocation, en espérant conjurer les cris d’orfraie du camp des bien-pensants.

Il sera dit que « Jean-Marie », après avoir toute sa vie subi l’opprobre des gens respectables, ne bénéficiera pas de leur indulgence quand, rendu dans le grand âge, il ne peut raccrocher les gants et continue à dire le fond de sa pensée, conneries comprises.
Remarquons, du reste, à propos de ce nouveau détail et du rappel à l’ordre de la part des « demoiselles Le Pen » que cela corrobore l’idée que l’on ne peut décidément pas tout dire dans notre beau pays.

Il vous vient parfois des intuitions dont on cherche, après coup, à retrouver l’étiologie.
C’était au soir du congrès du FN à Lyon en décembre 2014.
Les commentateurs mal intentionnés ironisaient sur le clan « Le Pen » trustant les places au comité central, à quoi « Florian Philippot », moins bien élu, répondit que les militants en avaient décidé ainsi.

Les adversaires les plus obtus du FN étant ses meilleurs ambassadeurs, je me suis demandé si ce n’était pas là la force nouvelle du FN, depuis la nomination de la fille à la tête du parti, l’ascension rapide de la nièce dans le cœur des militants et les embardées continues du père, sans oublier le gendre, les épouses successives et les autres filles qui ont fait parler d’elles.

Quand il s’agit de républicanisme, on peut se sentir agacé que le FN se résumât à une affaire de famille, d’autant que les « fils et filles de » sont partout aujourd’hui, sans les devoirs et les bonnes manières qu’on doit attendre d’héritiers nés avec la cuillère d’argent entre les dents.

Sauf que les places conquises par « Marine Le Pen » ou « Marion Maréchal-Le Pen » doivent moins à la figure du patriarche qu’à leurs mérites personnels, légitimées par des élections régulières, en interne au FN ou devant la nation.
Si les militants et électeurs plébiscitent les « Le Pen », dans un pays allergique aux privilèges et dont le peuple fit la révolution pour cela (tout en ne cessant de chercher des passe-droits, ceci expliquant cela), il y a de bonnes raisons à ça.

Ces raisons tiennent à l’essence même de notre nation, de son histoire et de ses manques.
La famille « Le Pen », jusque dans ses bisbilles, restitue ce que fut le principe monarchique et l’attachement à l’unité et la continuité du pays contenues dans la transmission dynastique du pouvoir que nous avons symboliquement perdues en guillotinant le roi.

Nous n’avons cessé, même à gauche, de vouloir renouer avec la légitimité monarchique, appelée légitimiste, et le paradis perdu de notre union, derrière un chef qui ne tirât sa légitimité des clivages partisans, depuis nos institutions installées dans les palais des Bourbons, jusqu’aux prérogatives du monarque républicain de notre Constitution ou la longévité hors norme de notre personnel politique, sans oublier le rôle, unique, des épouses et concubines de nos Présidents.

En notre période d’incertitudes, de changements trop rapides, de dilution de notre identité, de destruction des institutions, d’éclatement de la famille, jamais le besoin de cohésion, de stabilité, de repères familiers n’a été aussi grand, ce à quoi répond, en république, une légitimité héréditaire sanctifiée par l’élection.

Le FN a muté.
De populiste et bonapartiste aux origines, il prend les contours d’un nouveau parti légitimiste.
Il transgresse le clivage droite-gauche.
Il tente de renouer avec l’union sacrale d’autrefois entre le peuple et ses représentants.

Stephan A. Brunel

http://www.bvoltaire.fr/  du 07/04/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43