Archive | 22/04/2015

La « Licra » Ne Sait Plus Quoi Inventer.

licra-300x183 (1)

Le mot « maghrébin »
est une injure raciste !

Où le culot, la mauvaise foi, la malhonnêteté le disputent à la bêtise, la démagogie, et l’insondable inculture de ceux qui sont censés rendre la justice dans notre pays.

Pauvre Justice et pauvres de nous, Français de souche européenne !!!

Le 1er avril (non ce n’est pas un poisson !) avait lieu à Périgueux, le procès d’une commerçante de la ville pour des faits d’injure publique par voie électronique et de provocation à la haine raciale (tiens donc, les races existent encore!).

Les faits :
Le 17 avril 2013 cette femme avait publié un commentaire sur la page « Facebook » du leader de l’opposition municipale de l’époque « Philippe Cornet » décédé depuis.
L’élu avait critiqué le fait que son fils, gérant du bar le « VIP » avait été empêché de participer à une réunion sur la charte de la nuit, alors en cours d’élaboration.
C’est l’élu, délégué à la tranquillité publique « Mostafa Moutawakkil » qui avait signifié au gérant du bar qu’il ne pouvait pas participer à cette rencontre.
Le texte agacé de « Philippe Cornet » avait donné lieu à des commentaires de diverses personnes sur « Facebook », dont la commerçante jugée ce 1er avril qui avait évoqué   »ce maghrébin » qui se « permet » de refouler le jeune homme.
Le commentaire avait été retiré mais une polémique s’en était suivie.
Le maire de l’époque, « Michel Moyrand », avait exprimé dans un communiqué sa « colère » et sa « consternation », parlant de « relents inadmissibles ».
« Philippe Cornet », qui avait assuré qu’il ne cautionnait   »absolument pas les termes employés », avait déploré que le communiqué du maire   « crée une polémique inutile et stérile ».
La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) avait porté plainte, tout comme l’élu visé. L’affaire a été jugée le 1er avril, délibéré le 6 mai. Affaire à suivre …

Tempête dans un verre d’eau !

Que voilà bien une belle bande de « dhimmis » et d’incultes !

Wikipédia

Le Maghreb (en arabe : المغرب al-Maghrib, « le Couchant ») est la partie occidentale du monde arabe correspondant à l’espace culturel arabo-berbère, soit la région d’Afrique du Nord comprise entre la mer Méditerranée, le Sahel, l’océan Atlantique et l’Égypte.

Les premiers conquérants musulmans ont appelé Djazirat al-Maghrib, c’est-à-dire « Île du Couchant », les pays isolés du reste du monde arabe à l’ouest du Golfe de Syrte.
Avec la colonisation française, le Maghreb au sens strict désignait le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Aujourd’hui, afin d’éviter toute confusion :
-on utilise les termes « Petit Maghreb » pour se référer à ces trois pays,
-et « Grand Maghreb » pour se référer à un espace qui inclut également la Mauritanie et la Libye, ainsi que le territoire contesté du Sahara occidental.
La région de Kidal au Mali et la région d’Agadez au Niger, peuplées principalement de Touaregs et de Maures sont culturellement proches du reste du Maghreb.
La limite orientale est elle plus floue, en effet, la Cyrénaïque, en Libye, reste fortement influencée par le Machrek tandis que Siwa est une oasis berbérophone en territoire égyptien.
Le Maghreb occupe une superficie d’environ cinq millions de km² partagés entre le bassin méditerranéen et le désert du Sahara qui recouvre la majeure partie de son territoire.
La population d’environ 90 millions d’habitants est de ce fait très inégalement répartie et concentrée principalement sur les plaines littorales.
Situé à la croisée du monde arabe et des civilisations méditerranéenne et africaine, le Maghreb forme depuis plus d’un millénaire une unité géographique caractérisée culturellement par la fusion d’éléments arabo-berbères.
Ses habitants, appelés« Maghrébins », descendent principalement des Berbères qui ont pour la plupart été arabisés entre le VIIIe siècle et nos jours.
Bien qu’éloignés l’un par rapport à l’autre par divers aspects, le Maghreb et le Machrek sont néanmoins liés par la langue arabe et la culture islamique.
L’histoire contemporaine du Maghreb est marquée par la colonisation française, espagnole et italienne mais aussi par sa proximité avec l’Europe de l’Ouest.
Depuis 1989, une tentative de rapprochement politique et économique a été initiée avec la création de l’Union du Maghreb arabe.

Le Maghreb est une réalité géographique et politique.

Où se trouve l’injure ?

En quoi qualifier une personne par son appartenance à ses origines est-il une injure ???

Devrions-nous porter plainte lorsque nous sommes qualifiés d’Européens ?

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com/ du n° 404, le 22/04/2015

On ne va pas leur dire qu’ils sont des « fromages blancs » !

Consommer Avec Grande Modération.

colere-cochon-283x300 (2)

A l’imam de Villetaneuse

Dans tout homme il y a un cochon qui sommeille !

A mon frère Mehdi,

Salam âlik, labess âlik,

Nous sommes frères puisque nous croyons au même dieu créateur de l’univers.

Alors, frère Mehdi, je viens te faire part de mes réflexions suite à la lecture de ton sermon du 5 avril 2013 (déjà 2 ans !) traitant de la consommation de la viande de porc et de ses conséquences sur les humains.

Moi-même, spécialiste de la nutrition animale, je suis en accord total avec tes « savants » pour dire que l’alimentation a un impact direct sur n’importe quel individu.
Sans parler de sous-nutrition, une simple carence fruste en vitamine A (contenue dans les végétaux verts sous forme de provitamine A) peut entrainer des troubles de croissance, des troubles de la vision (héméralopie, cécité),
une carence en lysine (un des principaux acides aminés) va se répercuter sur le développement musculaire,
de-même avec les minéraux et les oligo-éléments :
une carence partielle en fer et c’est l’anémie qui s’installe lentement et entraine un changement de comportement.

Mais ensuite je ne suis plus du tout d’accord avec ce que racontent « tes savants musulmans » (des oulémas je suppose), dont tu ne donnes aucun nom, aucune référence, peut-être par crainte qu’on ne leur demande des preuves tangibles ?
Ne s’agit-il pas d’un certain « Souhail Amzir » qui a écrit la même chose sur le site ‘ Islam de France’ : « les interdits en islam » ?
C’est vrai qu’en islam on peut dire ;

« tout est bon….pour avoir raison »

en employant la Taqiyya.

Si on applique le principe que :

« la nourriture a un impact sur le comportement et le tempérament de l’être »,

sans la moindre recherche, sans la moindre expérimentation, sans preuve, tout peut être dit mon frère, même les plus énormes « conneries » au nom de Dieu.

Les chinois mangent du chien …..alors les chinois aboient,
ils montrent les dents quand ils sont en colère,
ils mordent parfois,
ils peuvent transmettre la rage…. !
Les arabes musulmans mangent beaucoup de mouton…..
alors ils se mettent à bêler,
ils sentent fort le suint
et vivent toujours groupés,
en troupeaux compacts,
les mâles ont des cornes qui poussent (c’est pour cela que leurs femmes se cachent).
Ne sont-ce pas là des affirmations farfelues comme le sont, cher frère, tes affirmations sur les consommateurs de viande de porc ?

Nulle part dans le Coran n’existent de tels écrits insultants mais dignes de son auteur.
Dans les sourates 2 et 16 il est simplement dit :

« il vous est défendu de vous nourrir de cadavre, de sang et de la chair du porc, ainsi que toute nourriture sur laquelle aurait été invoqué un autre nom que celui d’Allah. ;
mais si quelqu’un y était contraint qu’il le fasse, pas comme impie et transgresseur.
Allah le lui pardonne ».

J’en conclus deux choses :
– Qu’Allah n’interdit rien d’autre que la consommation de viande de porc :
aucune objection portant sur la manipulation, le transport et le commerce de cette denrée alimentaire.
– Qu’Allah est moins ….. que mon frère Mehdi !

J’ai également conclu que les seules personnes au monde qui, selon « tes Savants », ont le comportement et le tempérament de bons êtres humains : ce sont les « anthropophages ».
Eh oui ! Ne mangeant que de la chair humaine en plus des végétaux ils restent ‘humains’, ils gardent le comportement des humains :
ils sont propres et ne sentent pas mauvais,
ils ne s’embrassent pas et ne copulent pas devant tout le monde,
ils ne sont pas malades et vivent vieux.
Alors j’ai décidé de faire comme eux, c’est-à-dire manger de l’humain mais de l’humain ‘sain’ donc des petits musulmans qui n’ont jamais mangé de porc.
Qu’en pensent « tes savants » ?
J’aimerai au moins connaitre ton point de vue sur ce choix.

Frère Mehdi, j’ai encore deux choses à te dire et elles ne vont pas te réjouir :

– Moi qui suis né en Tunisie j’ai toujours mangé du cochon (du hallouf) même au cours de ma jeunesse tunisienne et en France je me régale avec du jambon de Bayonne, de l’andouille de Vire, de la saucisse de Morteau, etc.
D’ailleurs en France on dit « dans le cochon tout est bon ».
Des millénaires avant les gaulois le porc occupait le pays et il n’y a pas un atome de terre de France qui n’ait pas transité par un porc.
Alors toi mon frère, que je suppose né en France, tu vis en terre impure, au milieu de gens malsains ; quel châtiment quotidien, bien plus atroce que la « géhenne » !
Le contenu de ton sermon révèle un drame intérieur et je pense que tu serais bien plus heureux « fi dar al islam », dans le pays de tes origines, comme cela s’est produit pour moi !
Que t’en semble ?
Mais pourquoi ne pas manger du cochon ?
C’est actuellement la viande la plus saine qui existe dans les pays occidentaux car la filière est extrêmement bien suivie sur le plan sanitaire et il n’y a aucun risque de zoonose.
Allah doit savoir cela, c’est la Vérité.

Le mouton par contre est porteur de nombreuses maladies microbiennes (fièvre aphteuse, encéphalopathie spongiforme, brucellose,…) et de beaucoup de parasites internes et externes (distomatoses, strongyloses, cysticercoses, galles, poux ….).
Il peut même transmettre la rage comme cela se produit en Tunisie, à Borj Cédria (banlieue sud de Tunis)

– En deuxième info.
Je dois te dire des choses délicates, infâmes, mais vraies :
en France et dans les pays industrialisés 100% d’un porc sont utilisés,
dans l’alimentation directe,
dans l’industrie agro-alimentaire,
dans l’industrie des cosmétiques,
dans l’industrie chimique et pharmaceutique.
Il est quasiment impossible d’éviter le porc dans la vie courante !
Allah ne l’avait pas prévu !

Les restes du porc à la sortie des abattoirs prendront 185 destinations différentes, et pas seulement pour usage alimentaire mais :
-pour la fabrication de gomme pour la clarification de jus de fruits,
-dans la fabrication de la réglisse et des bonbons,
-aussi dans la gélatine que l’on trouve dans les crèmes fouettées, yaourts et certains beurres,
-dans un certain nombre de médicaments (par exemple : les analgésiques, les cachets multivitaminés…).

Les acides gras extraits de l’os de porc sont utilisés dans :
-les shampoings,
-les revitalisants,
-les lotions pour le corps,
-les fonds de teint
-et les crèmes pour le visage.
La glycérine à base de graisse de porc est aussi un ingrédient des dentifrices… !

La peau de cochon très similaire à la peau humaine est parfois utilisée pour des patients brûlés.
Les porcs apportent une grande contribution à la médecine :
Avec l’insuline qui permet de traiter quotidiennement les diabétiques, sinon ils meurent (et les musulmans ne sont pas exemptés d’être diabétiques), avec les valvules cardiaques de l’animal pour remplacer celles d’un malade.

Vois-tu mon frère Mehdi, le fonctionnement complexe de l’industrie agro-alimentaire mondiale et de l’industrie de transformation fait en sorte qu’il est impossible d’éviter le PORC !
Maintenant que tu sais toutes ces vérités évite de tromper tes fidèles et de les maintenir dans l’ignorance animale.

Et pour t’achever je t’informe qu’en 2007, des généticiens français, américains et suédois ont mis en évidence la proximité génétique entre le porc et l’homme :
presque 99% de leurs génomes sont communs !;
nous sommes donc plus proches du porc que du singe ((98,5%).
Tu sais bien que dans tout homme il y a un cochon qui sommeille !

Image de prévisualisation YouTube

Voilà mon frère quelques réflexions et informations récentes pour ta gouverne car je pense qu’il ne faut pas vivre avec des connaissances datant de plus de 14 siècles ! c’est de l’arriération mentale (et non de « l’arrièrement » comme tu le dis).
Tu profites de la science moderne :
pour te faire soigner et opérer,
pour te déplacer autrement que sur le dos d’un âne,
en prenant l’avion par exemple,
en utilisant les techniques modernes de communication…
Alors, ne sois pas hypocrite – Allah n’aime pas les hypocrites – et surtout ne provoque pas la haine par des discours et des sermons malhonnêtes et mal intentionnés, sinon l’Enfer t’attend !

Pierre Le Jeune

http://ripostelaique.com/  du n° 404, le 22/04/2015

 

 

Je Ne Suis Pas Charlie, Je Suis Zoulou.

poing-254x300 (1)

Je ne veux pas chez moi 
des migrants africains 

Contrairement à mes habitudes, étant invité chez des amis, j’ai droit ce mardi à RMC et à RTL.
Depuis ce matin, nous n’avons qu’un sujet à l’antenne :
Les pauvres migrants africains.
Et un seul son de cloche :
Tout est de la faute de l’homme occidental, il faut donc empêcher les malheureux de se noyer, et les accueillir.
Bien évidemment, nous avons droit au développement de ces pays, que nous avons le devoir d’aider à sortir de la misère…
Successivement, nous avons eu en mission :
- »Borloo », qui paraît aller mieux,
- »Gattegno », toujours aussi tête à claques,
-l’ineffable « Bourdin »,
et les grandes « Consigny » et « Soubié ».
Chose peu surprenante, dès qu’on donne la parole aux auditeurs, le son de cloche est tout autre, beaucoup moins compassionnel et beaucoup plus pragmatique.

Sans doute aucun de ces donneurs de leçons n’a lu «Le Camp des Saints» de « Jean Raspail ».
Probablement que les bobos compassionnels, bien planqués dans leurs appartements de riches et leurs digicodes, n’auront pas à assumer les conséquences de leur discours.
Je l’avoue, je suis sans doute un monstre, mais je n’ai aucune envie que ces gens là mettent les pieds chez moi, dans mon pays, et pas davantage en Europe.
Je suis plutôt dans l’état d’esprit des ouvriers Français du début du 20e siècle, qui, pour défendre leur travail, leur seule richesse, cassaient la gueule aux ouvriers italiens que le patronat utilisait contre eux.
Ils ne se posaient pas de questions inutiles, ils allaient à l’essentiel :
Il y avait danger, ils repoussaient le danger.
Le sort de mon pays, de mes enfants, de ma civilisation m’importe davantage que celui de ces Africains, victimes par ailleurs de passeurs mafieux, à qui la France n’a rien à offrir, sauf des aides sociales.
Je ne veux pas que, par leur présence massive, ils aggravent le sort de mes compatriotes.
Je n’ai pas envie que leur présence accentue tous les travers qu’une immigration massive, en période de chômage de masse, sans assimilation, pose à notre pays.
Je sais pertinemment que la très grande majorité de ces gens ne travailleront jamais, et n’amèneront rien de positif à la France.

J’en ai marre que mes cotisations sociales servent à financer la venue de centaines de milliers de personnes qui par ailleurs n’ont jamais cotisé.
J’en ai assez de la surdélinquance étrangère, il suffit d’aller au tribunal un après-midi pour le vérifier.
Je ne supporte plus de savoir que sur tous ces nouveaux venus (rien que des hommes) se trouvent forcément des soldats d’Allah, et de futurs « Merah ».
Je ne supporte plus de me dire que mon quotidien sera davantage menacé, ainsi que celui de mes enfants et petits-enfants, et des personnes les plus vulnérables.

Je trouve d’autant plus insupportable les leçons de morale qui nous sont données que tous les journaleux qui nous font le grand numéro de repentance obligatoire, nous font croire que nous serions responsables, nous Français, du drame libyen, et donc devrions en assumer les conséquences.
Ces gens là sont d’un culot ahurissant, oubliant de préciser qu’ils étaient tous favorables à l’intervention Sarkozy-BHL en Libye, (n’est-ce pas Fourest ?), et que tous poussaient à éradiquer le régime à « Bachar », avec le résultat qu’on constate.

Je l’avoue, je suis plus sensible à la mort de la petite « Chloé », à celle des victimes de « Merah », -au sort de nos compatriotes tués pour un mauvais regard,
-agressés sauvagement en meutes gratuitement,
-victimes de l’enfer quotidien du vivre ensemble,
-violées parce que proie infidèle facile,
que du sort de milliers de clandestins, que je ressens comme des envahisseurs avec qui je ne me sens aucune communauté de destins.
Je n’ai aucune envie de vivre ensemble avec eux, et je ne veux pas subir leurs coutumes.

Dans le même esprit, je pense à l’avenir de mes enfants, de mes petits-enfants, de mes amis, de mon pays et je n’ai aucun état d’âme à dire qu’il faut repousser les migrants qui déferlent sur nos côtes.
Je n’ai pas envie que ma civilisation disparaisse, que mon mode de vie se transforme, qu’il y ait sous mes yeux un changement de peuple, que j’ai l’impression de changer de continent quand je sors de chez moi.
Je ne veux pas davantage me retrouver minoritaire dans mon quartier, de ne plus entendre parler français dans ma rue.
Je ne supporte pas l’idée que mes compatriotes qui ont choisi de quitter les grandes agglomérations urbaines subissent, à cause des migrants africains, ce qu’ils ont fui quelques années plus tôt…

Je l’avoue donc, j’attends d’un gouvernement au service des Français qu’il empêche, par tous les moyens, les clandestins de mettre le pied sur notre territoire.
Si, par la même occasion, nous arrivons à éviter des drames, tant mieux, sinon, tant pis, nous n’avons aucune responsabilité dans ces noyades, les seuls coupables sont ceux qui leur laissent de l’espoir.
Nous n’allons pas, sous ce prétexte, aller les chercher sur les côtes libyennes, comme le suggèrent les islamo-collabos d’Amnesty, tout de même !

Dans «Le Camp des Saints», de « Jean Raspail », la flottille arrive sur les côtes de l’Afrique du Sud, et tente de convaincre le gouvernement de les accueillir.

La réponse des dirigeants est sans ambiguïté :

« Si vous approchez, on vous coule ».

Je dois être un monstre, mais c’est la réponse que j’attends d’un dirigeant politique digne de ce nom :

Qu’il protège notre peuple avant de nous faire des leçons d’universalisme à deux balles.

Puisque toute la bobocratie et les curés nous font des leçons d’humanisme, rappelons-leur que la meilleure façon d’éviter les naufrages serait de faire savoir aux candidats qu’ils n’ont aucune, je dis bien, aucune chance de mettre les pieds sur nos terres, et qu’ils devront donc faire demi-tour, dans toutes les circonstances.

J’avoue, pour finir, que le problème de la surnatalité africaine n’est pas mon problème, mais celui des Africains eux-mêmes, que je n’en suis pas responsable et que je n’ai pas à subir les conséquences de leur irresponsabilité.

J’aimerais enfin que l’Europe cesse de considérer ces populations avec un regard colonialiste, les considérant comme inférieurs à nous.
Ils sont différents, qu’on les laisse résoudre leurs problèmes  et qu’on cesse de les humilier en leur imposant notre assistanat.

Pour toutes ces raisons, je trouve criminels les arguments qui nous sont opposés pour nous culpabiliser, et j’accuse ceux qui les profèrent de vouloir accélérer la fin de notre modèle civilisationnel, par haine d’eux-mêmes et repentance post-coloniale.

La France a suffisamment souffert, depuis trente ans, d’une politique migratoire folle. 
Non seulement il ne faut pas aggraver les choses, mais il est urgent de les inverser en renvoyant chez eux des nouveaux venus qui n’ont pas leur place en France, notamment quand ils veulent y imposer l’islam et des méthodes tribales qui ne font pas partie de notre civilisation.

Je n’ai aucune honte à proférer ces propos qui feraient s’évanouir d’indignation toutes les pleureuses que j’écoute gémir depuis ce matin, et je n’ai qu’un regret, à l’heure où je finis cet article :
Ne pas être sur le plateau des « Grandes Gueules » pour balancer ces quelques vérités au visage de l’insupportable avocate bobo « Soubié » et de toute la clique politico-médiatique.

Paul Le Poulpe

http://ripostelaique.com/  du n° 404, le 22/04/2015

En Afrique du Sud, il y a des affrontements entre les Zoulous locaux et les immigrés voisins accusés de leur voler leur travail.
Pourquoi accueillir des migrants africains quand leurs états ne réussissent pas à se calmer ?
Le continent est assez vaste pour que chaque ethnie puisse y vivre en paix…si personne ne vient à nouveau semer la zizanie…suivez ma pensée !

Toujours Silence Complet Des Médias.

anc2 (1)

Boule de feu dans l’arc-en-ciel.

En Afrique du Sud, les dernières violences « xénophobes » ont pris une telle ampleur que le Malawi a décidé d’évacuer ses ressortissants et que le Mozambique a demandé fermement aux autorités sud-africaines d’assurer la protection de ses nationaux.
Quant au président Zuma, il vient d’annuler une visite officielle à l’étranger afin de suivre l’évolution de la situation.

Un peu partout dans le pays, notamment au Natal et dans la région de Johannesburg, les immigrés africains qu’ils soient Malawites, Mozambicains, Somaliens, Zimbabwéens, Soudanais ou encore Nigérians sont en effet pris pour cible, lynchés ou forcés à se réfugier dans les camps militaires cependant que leurs biens sont systématiquement pillés.
Au Natal, les pogroms ont été encouragés par le roi des « Zulu » et ailleurs dans le pays par le propre fils du président Zuma…
Dans la « nation arc-en-ciel », au pays de « Nelson Mandela », des Noirs massacrent donc d’autres Noirs, et qui plus est, des Noirs immigrés…
Voilà de quoi déstabiliser les bonnes âmes qui pensaient, la main sur le coeur et abreuvées de certitudes morales, qu’une fois le régime blanc d’apartheid balayé, les fontaines sud africaines allaient laisser couler le lait et le miel de la société post-raciale…

Un peu plus d’un an après la mort de « Nelson Mandela », le culte planétaire quasi religieux rendu à sa personne apparaît donc en total décalage avec les événements.
Le réel est en effet de retour – une fois de plus et comme toujours -, balayant au passage le mythe-guimauve de la « nation arc-en-ciel » fraternelle et ouverte au monde.

Dans un pays où le chômage touche environ 40% des actifs et où le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire est inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994, dans un pays où 18 millions de Noirs sur une population de 53 millions d’habitants, ne survivent que grâce aux aides sociales, le Social Grant, quoi d’étonnant à ce qu’éclatent des violences xénophobes, les étrangers étant accusés de prendre le travail des plus pauvres ?

L’échec économique sud-africain est en effet total -je développe ce point dans le chapitre IV de mon dernier livre « Osons dire la vérité à l’Afrique ».
Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine, l’Afrique du Sud s’est en effet classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland.

Pris dans la nasse de ses propres mensonges, de ses prévarications, de ses insuffisances, le parti gouvernemental, l’ANC -le parti de « Nelson Mandela- », ne pourra pas éternellement mettre en accusation le « régime d’apartheid » afin de tenter de dégager ses responsabilités dans la faillite de ce qui fut un pays prospère.

D’autant plus qu’en Afrique du Sud, une presse libre existe.
Et elle ne se prive pas d’écrire qu’en deux décennies, l’ANC a dilapidé le colossal héritage laissé par le régime blanc et a transformé le pays en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité encore en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits.

En France, faire un tel constat est considéré comme une insulte à la nation « arc-en-ciel » et à la mémoire de « Nelson Mandela ».

Bernard Lugan

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 21/04/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43