Archive | 29/04/2015

La Dèche Parle Trop Dans Nos Villes.

no_mosque_1jpg (1)

La mosquée El Fath sévit encore…

Alors que « Sid Ahmed Ghlam » est en prison !

« Joachim Veliocas », l’animateur de l’excellent site islamisation.fr, nous fait savoir que son site est actuellement piraté, et demande de faire suivre massivement cet article, que ses lecteurs ne peuvent plus consulter.
Naturellement, par solidarité militante, mais aussi parce que cet article est excellent, nous le portons à la connaissance de nos lecteurs, et souhaitons à « Joachim » de retrouver un site en état de marche au plus vite.

§§§§§§

Mon site étant HS, cette petite enquête sur la mosquée El Fath où enseigne « Sid Ahmed Ghlam » n’est plus en ligne, c’est fort dommage.

Merci de diffuser sur vos médias :

« Sid Ahmed Ghlam a » enseigné l’arabe à la mosquée El-Fath (La Conquête) de Saint-Dizier, ainsi que l’a affirmé sa soeur devant les caméras d’I-Télé.
En se renseignant sur les activités de la mosquée, tirant son nom de la sourate guerrière 48 du Coran, on remarque qu’elle a organisé un bus spécial pour que ses fidèles se rendent au Rassemblement annuel de l’UOIF qui regorge de littérature djihadiste (voir notre reportage [dès que disponible])

Aussi un séminaire d’apprentissage du coran a été dirigé par un cheikh de «Château Chinon» soit la ville où siège l’école d’imams de l’UOIF, l’« IESH aux orientations radicales »[dès que disponible] :

Parmi les références inquiétantes de la mosquée, on remarque sur sa page Facebook officielle qu’elle relaie une vidéo de l’ancien grand mufti d’Arabie Saoudite, Abdelaziz Ibn Baz’ (1910-1999) dont les « fatwa » récusent l’idée d’un jihâd seulement défensif :

« Allah lui (Mahomet) a révélé ses versets qui commandent le jihad contre tous et de ne pas rechigner à combattre tout le monde jusqu’à ce qu’ils entrent dans la religion d’Allah ou jusqu’à ce qu’ils paient la « jizya », s’ils font partie des gens de la « jizya » comme mentionné précédemment. » (…)
L’islam invite d’abord les mécréants à se convertir mais s’ils refusent, ils devraient payer la « jizya », et s’ils refusent, ils devraient être combattus tant que possible comme l’a déclaré le précédent hadith de Bourayda. »

Le Jihâd en tant que
concept uniquement défensif ?

« Allégation basée sur du vent ».

« Cheikh Salih Ibn Ahmad al-Masou’y  a réfuté ces allégations et invalidé ce que ces auteurs prétendent, que le jihad en islam n’est accompli que dans un but défensif.
Également, notre bien-informé frère « Abou al-A’la al-Mawdoudy » a écrit un traité sur le jihad et expliqué la fausseté de ces affirmations, en disant que cela est une allégation basée sur du vent. »

Extraits de  Majmou’ Fatâwa wa-Maqalât Moutanawi’a, ‘Abd al-‘Azîz Ibn Bâz, volume 3, p.190-201, Dâr al-Qâsim.

Aussi, dans une vidéo de la page Facebook de la mosquée El Fath (publiée 11 août 2014) on entend l’auteur expliquer qu’à la fin des temps une guerre totale éclatera entre les musulmans et les mécréants, et que nous entrons justement dans cette époque apocalyptique.
Gloups.

Une autre vidéo postée (le 8 octobre 2014) traite des signes de la fin des temps, où le Mahdi est attendu après la restauration du califat « dans les pays du Machrek, ça peut passer par l’Irak, l’Iran  ou le Pakistan, il a dit où apparaissent ces étendards noirs de ces pays là, il a dit si vous pouvez allez-y, même en rampant, parce qu’il y aura le califat d’Allah et le Mahdi (…) on a vu que 99% des signes de la fin des temps se sont passés déjà » explique « Adbelrahman » de la mosquée de la Guynemere à Creil, relayé sur la page de la mosquée de Saint-Dizier.

Ou comment faire comprendre aux fidèles que rejoindre « l’Etat Islamique » fait partie du dessein d’Allah…

La mosquée est toujours ouverte à cause du laxisme total du gouvernement socialiste redoutant la réaction de son électorat musulman en cas de mesures fermes adoptées à l’encontre des islamistes étrangers en France.

« Sid Ahmed Ghlam » est sous les verrous, mais sa mosquée parle toujours…

Joachim Veliocas 
Observatoire de l’islamisation,
le 27 avril 2015

http://ripostelaique.com/  du n° 405, le 29/04/2015

Bon courage, « Joachim », à ta disposition !

Toujours Si Gauches Nos Gouvernants.

ectasy (1)

La France voudrait-elle
la mort d’ »Atlaoui » ?

Soudeur de profession, et de son propre aveu en proie à des difficultés financières, il est parfaitement compréhensible que « Serge Atlaoui » ait répondu à une offre d’emploi alléchante – deux mille euros par semaine, au noir.
Se peut-il qu’aussi bien avant son départ pour l’Indonésie qu’après s’être rendu sur place, il ait cru travailler pour d’honnêtes vendeurs d’acrylique alors qu’il mettait en place les installations nécessaires à la fabrication d’ecstasy ?
Ne disposant d’aucun élément qui me permette de trancher dans un sens ou dans un autre, je me garderai bien d’en décider.
Toujours est-il que c’est en tant que trafiquant ou complice de trafiquants de drogue que notre malheureux compatriote a été arrêté, incarcéré, jugé et condamné à la peine capitale, conformément à la loi indonésienne, pour un délit qui, en France, lui vaudrait tout au plus entre deux et cinq ans de prison.

Il y a huit ans que « Serge Atlaoui », entre sursis accordés et recours rejetés, est tour à tour en proie dans le couloir de la mort aux affres de l’angoisse et aux tortures par l’espérance.
Dans l’attente d’une décision finale annoncée comme imminente, sa vie ne tient plus aujourd’hui qu’à un fil.
Si ce fil était coupé, ce serait la première fois depuis 1981 qu’un Français serait exécuté en vertu d’un arrêt de justice régulier.

Il est si souvent reproché, et à juste titre, à notre gouvernement de ne pas défendre avec assez d’ardeur et de constance les intérêts de nos ressortissants à l’étranger pour qu’on ne lui fasse pas grief de faire pour une fois son métier et son devoir.
De même que notre ministre des Affaires étrangères et nombre de personnalités s’émeuvent et se mobilisent pour tenter de sauver « Serge Atlaoui », il n’y a rien à redire et l’on ne demande qu’à croire que le seul souci qui les anime ne tient qu’à la simple humanité.

S’y prennent-ils comme il faut ?
C’est une tout autre affaire.

Pour le défenseur et la famille de « Serge Atlaoui », la police indonésienne n’est pas plus fiable que la justice indonésienne n’est impartiale.
L’une bâclerait ses enquêtes, l’autre aurait chargé « Atlaoui » et épargné ses recruteurs locaux.

Reprenant et amplifiant ces accusations, Monsieur Laurent Fabius – à qui il faudra bien un jour apprendre la diplomatie – et Monsieur François Hollande vont plus loin en mettant en question la législation indonésienne qui retarde, à leurs dires, sur celle des grandes démocraties occidentales et civilisées – suivez leur regard.

Et de menacer l’Indonésie de représailles, notamment économiques, si elle passait outre leurs représentations.

Ils ne s’y prendraient pas autrement s’ils souhaitaient la mort d’ »Atlaoui ».

Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait cru lui aussi pouvoir passer en force et arracher « Florence Cassez » à sa prison, au mépris de la sentence rendue par la justice mexicaine.
Tout ce qu’il y avait gagné fut une brouille durable avec le Mexique.
Mais sans doute ne connaissait-il pas ou n’avait-il pas médité, lui non plus, l’histoire des bourgeois de Calais.

On ne mettra pas en doute les bonnes intentions dont sont pavées les interventions de nos dirigeants actuels.

Qu’ils nous permettent de leur dire qu’elles sont contre-productives et deux fois imbéciles.

-Une première fois parce que l’Indonésie, modeste pays émergent peuplé de deux cent cinquante millions d’habitants, riche en ressources naturelles et en plein développement, n’attend ni ne redoute rien de la France, son dix-huitième partenaire commercial.
Nous aurions plus à souffrir qu’elle d’un refroidissement de nos relations.

-Une deuxième fois parce que ce n’est pas en affichant un mépris très français pour les policiers, les tribunaux et les lois d’un pays tiers que l’on gagne son opinion et que l’on amadoue ses autorités.
Si la peine de mort ne figure plus dans notre Code, elle est inscrite dans le droit indonésien et le président « Widodo » n’hésite pas à la faire appliquer, y compris, voire de préférence, à des étrangers.
Lorsque l’on a à solliciter une grâce de quelqu’un qui est en position de force, il est plus judicieux de faire appel à sa clémence que de montrer son arrogance.

Rien n’est dangereux comme un défenseur maladroit pour celui qu’il prétend défendre.
La France, dans cette affaire, soutient « Serge Atlaoui » comme la corde le pendu…

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 29/04/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43