Archive | 13/05/2015

Il Est Mortel De Contredire Le Coran !

expression-300x300 (1)

Un islamisme destructeur et criminel.

C’est au tour du Bangladesh d’être le théâtre d’une barbarie très probablement islamiste, ces derniers jours.
Le corps du blogueur américain d’origine bangladaise, « Avijit Roy », athée fondateur du blog « Mukto-Mona » (« libre pensée »), a été retrouvé couvert de sang, jeudi dernier.

Il a été tué à coups de machette à Dacca, après avoir reçu de multiples menaces de la part des islamistes.
Sa femme a même été blessée dans l’attaque commise par deux agresseurs encore non identifiés.

L’homme avait le malheur de défendre l’athéisme.
Selon son père, il aurait effectivement reçu de nombreux messages « menaçants » par courriels ou par le biais des réseaux sociaux, de la part d’islamistes rendus fous par ses écrits.

« Avijit Roy » ne mâchait pas ses mots ni ses attaques dans la dizaine de livres qu’il avait écrits. Le dernier s’intitulait en effet « Biswasher Virus », le « virus de la foi ».

L’attaque n’est pas la première.
En 2013 déjà, un autre blogueur athée, « Ahmed Rajib Haider », avait également été tué à coups de machette par un groupe islamiste inconnu.
Un meurtre qui avait d’ailleurs provoqué de grandes manifestations dans ce pays de 160 millions d’habitants à 90 % musulman.

Jeudi dernier, le couple se trouvait à bord d’un pousse-pousse lorsqu’ils ont été pris en embuscade par deux assaillants qui les ont entraînés sur le trottoir avant de les frapper à coups de machette.
Si les islamistes sont visés, c’est parce que plusieurs de leurs organisations réclament depuis longtemps l’exécution publique des blogueurs athées ainsi que l’adoption d’une loi interdisant tout écrit critique vis-à-vis de l’islam.

Une nouvelle illustration du problème fondamental que les islamistes ont avec la liberté.

Les athées sont capables d’insulter ce que les islamistes (comme tous les croyants) ont de plus précieux.

Les islamistes, eux, répondent en assassinant.

Quelle étrange conception de l’amour de Dieu !

Il n’est pourtant pas difficile de comprendre que si Dieu nous a créés libres de le choisir ou non, ce n’est pas à l’homme de surpasser Dieu en refusant cette liberté, aussi douloureuse soit-elle à constater.

Des yézidis, des chiites, des chrétiens… et maintenant cet athée.
Morts parce qu’ils refusaient de prononcer la profession de foi islamique.
Ils auraient pu le faire par peur ou par contrainte, sans la moindre adhésion de l’âme.

Un homme qui aime et choisit un trésor peut légitimement désirer que les autres le découvrent et l’aiment à leur tour.
C’est tout le sens de l’élan missionnaire ou simplement charitable.
Qu’un gouvernement n’encourage pas le blasphème est une chose, que des hommes le punissent par la mort en est une autre…
Quel intérêt peut-il y avoir à contraindre à l’amour ?

Il n’y a pas une once d’amour dans la soumission à Dieu que prônent ces islamistes, parce qu’il n’y a aucune liberté.

Il n’y a que crainte malsaine et servilité mortelle.

Cette même haine de la liberté malheureusement partagée par l’athéisme communiste en URSS autrefois, en Chine, en Corée du Nord ou dans tout pays communiste aujourd’hui.

Cet homme partageait avec les journalistes de « Charlie Hebdo » la même détestation de la foi.
Mais « Charlie » est devenu muet devant les autres victimes de la barbarie islamiste, ne trouvant pas même le courage d’élever la voix pour un camarade de lutte.

Un camarade mort à cause de ce même islamisme destructeur et criminel encouragé et pratiqué par l’Arabie saoudite et le Qatar, sans que ne s’élève la moindre voix « humaniste ».

La vie n’a décidément que peu de prix au regard d’intérêts financiers ou politiques : les « Charlie » haut placés n’en finissent pas de prouver l’hypocrisie de leur « résistance ».

Charlotte d’Ornellas

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/05/2015

Ce Que Deviennent Toutes Nos Villes !

biques

Entre ghetto ethnique
et mixité destructrice

Depuis quelques semaines, les parents d’élèves des écoles du quartier du « Petit Bard à Montpellier » manifestent leur colère.

Ils réclament plus de mixité :

Mixité scolaire, sociale mais également ethnique.
Il faut dire que le quartier reflète mal le « multiculturalisme » et le « vivre ensemble » avec une population très homogène.
Nul besoin de « fichage » pour s’en rendre compte, il suffit d’aller à la sortie des écoles du quartier pour s’apercevoir que l’on doit être proche des 95 %, voire 100 % d’élèves « arabo-musulmans » (selon la terminologie admise, puisque celle employée par la fondation Jean-Jaurès) et que les seuls « blancs » dans ces établissements sont les enseignants.

Dans ce quartier, le Grand Remplacement de « Renaud Camus » n’est pas en cours, il est déjà terminé.

Face à cette situation de ghetto ethnique, faut-il pour autant promouvoir la mixité ? Faut-il ouvrir le quartier vers le reste de la ville en envoyant notamment les enfants du « Petit Bard » dans les autres écoles de Montpellier comme le réclament les parents d’élèves ?
Pour y répondre, il faut absolument se pencher sur les cas similaires qu’il y a eu à Montpellier et dans la région.

Car oui, le phénomène de ghettoïsation n’est pas nouveau à Montpellier et dans la France en général.
Prenons ainsi le cas du « quartier de La Paillade. »
La construction de la ligne 1 de tram reliant le quartier au centre-ville de Montpellier a eu pour conséquence directe la rapide dégradation du quartier de la gare.
Désormais, les dealers étaient, grâce au tram, au cœur de la ville sans que, pour autant, la situation s’améliore à La Paillade.
Autre exemple :
L’initiative de mettre la ligne de train Nîmes/Le Grau-du-Roi à 1 € l’été afin de permettre aux « jeunes » d’aller à la plage a eu des conséquences inattendues avec l’explosion des vols et agressions dans les commerces de la station balnéaire au point que certains commerçants ont choisi de fermer leur boutique à l’arrivée des trains.

Le choix de promouvoir la mixité sociale et, disons-le, ethnique n’est pas récent.

Depuis des années, les politiciens locaux ont eu l’intelligence de disperser les populations maghrébines des quartiers « sensibles » de Montpellier et Nîmes vers les petites villes et villages de la région.
Les conséquences ont été douloureuses avec l’apparition de trafics en tous genres et l’explosion du repli communautaire.
L’exemple le plus célèbre restant, bien entendu, Lunel, qui est depuis devenue une place importante du trafic de drogue, d’armes et du djihadisme international.

Et on s’étonne que, dans tous ces villages autrefois socialo-communistes, le vote Front national atteigne des records.

Il y a peu de chance que des initiatives pour promouvoir la mixité dans le quartier du « Petit Bard » aboutissent à des résultats plus positifs.
Si l’Éducation nationale venait à modifier la carte scolaire afin de permettre aux enfants du quartier d’aller dans d’autres écoles, comme le souhaitent les parents, il y a fort à parier que cela entraînerait d’importantes difficultés pour ces établissements sans pour autant résoudre le problème de fond.

Alors que faire ?
Il n’y a pas de solutions miracles et le problème de quartiers comme celui du « Petit Bard » à Montpellier ne sera pas résolu par quelques initiatives sans lendemain.
Tout au mieux celles-ci permettront d’apaiser les populations pendant un temps (celui des élections régionales, par exemple), mais pour nos dirigeants qui veulent vraiment agir sur le long terme.

Il n’y a d’autre solution que de remettre en cause la pensée dominante en ce qui concerne l’immigration.

Jordi Vives

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/05/2015

Ce Serait Une Toute Nouvelle Drogue ?

esclavage-1-300x189 (1)

Le vertige de la repentance.

Ah, qu’il est bon de se faire acclamer aux antipodes quand on n’est pas aimé chez soi !

Et qu’il est doux à notre président d’aller quérir chez les déshérités le pardon des offenses !

Et que je t’inaugure le Mémorial ACTe pour « porter l’apaisement et le pardon » – valeur 83 millions d’euros – là où l’on n’a pas été foutu d’installer l’eau courante !
Et que je jette des promesses à tout va pour voir renaître des sourires d’émail blanc sur les faces sombres.

Hollande et la repentance… pente vertigineuse s’il en est.
Emporté par son discours inaugural devant le mémorial de l’esclavage, le président s’est laissé aller pour nous :

« Quand je viendrai en Haïti, j’acquitterai à mon tour la dette que nous avons. »

Et de rappeler que :

« la monarchie de Charles X […] réclama à la jeune République d’Haïti une indemnisation d’État de 150 millions de francs-or afin d’indemniser les colons qui le réclameraient. »

Il oublie de dire que l’affaire avait surtout profité aux banques américaines et qu’elle servit de prétexte à l’occupation de 1915 à 1934.
Mais les Américains n’ont pas le même goût que nous pour la repentance.

Rembourser, donc ?
C’est dit, c’est entendu, c’est enregistré.
Applaudissements de la foule et mine réjouie du Président qui salue à tout va comme un cabot sur une scène de kermesse.
C’est donc « acté », pensent les Haïtiens.

Sauf que l’entourage du Président s’avise qu’il a sorti une énorme ânerie, et c’est parti pour le rétropédalage.

À peine le discours fini, Hollande l’assure :
Rembourser les 17 milliards d’euros qu’ils réclament, « ça, c’est impossible ».
Et d’ajouter :

« Les Haïtiens ne veulent pas la charité.
Ils ne veulent pas de cette forme d’assistance, ils veulent des moyens de réussir. »

Rembourser, c’est nouer des « partenariats », renforcer des « échanges commerciaux et éducatifs ».
Echange, en bon français, ça veut dire donnant-donnant :
Et ils nous donnent quoi, les Haïtiens ?
Leur misère ?
Ah oui, j’oubliais : des bananes bio.
Après que la France a laissé polluer les bananeraies des Antilles par des tonnes de pesticides (interdits ailleurs depuis bientôt vingt ans !), et devant l’impossibilité de dépolluer ses îles, elle va acheter des bananes aux Haïtiens.
Et peut-être aussi leur faire un prêt pour acheter des Rafale, qui sait ?

François Hollande dit qu’on ne l’a pas compris.

Au contraire, on ne l’a que trop bien compris.
Ainsi l’écrivain haïtien « Lyonel Trouillot », qui écrit dans « Le Point » :

« La France nous a fait violence.
Il lui faudra, déjà sur le passé colonial, reconnaître pour crime ce qui ne fut qu’un crime.
Ne plus adopter l’oubli comme stratégie d’autodéfense.
Ne plus chercher de justification à la barbarie coloniale.
La reconnaître comme telle. »

Jacques Chirac, très porté lui aussi sur la repentance et qui a fait du 10 mai la journée officielle de la commémoration de la traite et de l’esclavage, avait pourtant, en 2003, répondu au président Aristide :

« Avant d’évoquer des contentieux de cette nature, je ne saurais trop conseiller aux autorités haïtiennes d’être très vigilantes sur, je dirais, la nature criminelle et antidémocratique de leurs actions et de leur régime. »

Car celui d’Aristide, comme pratiquement tous ceux qui l’avaient précédé depuis l’indépendance de l’île, était des plus corrompus qui soient.

Et nous en savons quelque chose, nous, Français, qui avons hébergé sur notre sol « Jean-Claude Duvalier », alias « Bébé Doc », fils de « Papa Doc », devenu lui aussi « président à vie » à l’âge de 19 ans, expert en assassinats et tortures en tout genre, trafiquant de corps (il vendait des cadavres à des écoles de médecine étrangères), d’organes et de drogue.
Bien que son épouse Véronique Roy et lui-même n’aient jamais obtenu officiellement l’asile politique, nous les avons néanmoins couvés du 7 février 1986 au 16 janvier 2011.
Sous les présidences de Messieurs François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Monsieur Hollande,
qui connaît désormais tous les secrets de l’État,
peut-il nous dire pourquoi ?

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/05/2015

Vertige, douceur, débit rapide, Flamby serait-il sous l’influence d’une drogue bizarre ?
Une chose est sure, qu’il veuille faire pardonner des offenses que ce soit les siennes, celles de ses promesses non tenues au peuple Français auxquelles viennent s’ajouter celles prononcées en Haïti.
Un éléphant dans un magasin de porcelaines, que de gaffes !
La France n’a pas fait de guerre de Sécession, non ?
La Louisiane n’est plus Française.
Devrons-nous nous repentir d’avoir battu les sarrazins à Poitiers ?

Le Peuple De France A Bien Mal Voté.

france-noie (1)

Normal 1er a tout faux !

Le  9 mai, on défilait à Moscou.
La Russie célébrait le 70e anniversaire de la victoire chèrement acquise par le peuple russe contre le nazisme.
« Vladimir Poutine », après avoir assisté au défilé impressionnant d’une armée retrouvant sa puissance, a participé à un cortège de 250.000 personnes, avec comme eux, à la main, le portrait d’un combattant de la grande guerre patriotique, son père quant à lui.

Pendant ce temps, notre président, encore émoustillé par sa visite chez les rois du pétrole, ces grands défenseurs des droits de l’homme, et après avoir déposé des fleurs aux pieds de la statue du Général, s’en est allé chercher quelques soutiens chez ses électeurs des Antilles.

Après avoir donné une leçon, comme c’est son habitude, pour stigmatiser l’insuffisance des aides aux pays pauvres face aux risques climatiques, il part inaugurer un centre consacré à la mémoire de l’esclavage en Guadeloupe, un monument de la repentance.
Peut-être aurait-il pu y inviter ses hôtes princiers du Golfe afin de les informer d’un sujet dont ils ignorent tout, à l’évidence.
Vous avez dit « Zanzibar » ?
Comme c’est bizarre !

Le périple se poursuivra à Cuba, cette démocratie exemplaire, alliée marxiste inconditionnelle des Soviétiques et dont l’armée a porté la guerre sur la terre africaine, pendant que les opposants, les intellectuels notamment, croupissaient en prison.
Ses dirigeants sont les mêmes, et toujours communistes.
La gauche française, l’héritière inconsolable de 1793, n’a jamais caché sa sympathie pour cette dictature.
Du royaume wahhabite à La Havane, on chercherait en vain la ligne qui permet à François Hollande de donner sans cesse, « urbi et orbi », des leçons de morale politique.

Si on résume, les Français devraient se battre la coulpe sur leur passé et leur présent, mais les régimes criminels seraient fréquentables ?

Non !
Pas tous !
Il y a « Assad » à Damas et « Poutine » à Moscou !

C’est la raison pour laquelle notre Président a boudé, comme ses collègues occidentaux, la commémoration de la victoire russe de 1945.
« Poutine » était venu l’année dernière commémorer le débarquement en Normandie, et dans son discours du 9 mai, il a remercié avec élégance les États-Unis, le Royaume-Uni et la France pour leur participation à la victoire contre le nazisme.
L’absence des chefs d’État ou de gouvernement occidentaux à une manifestation qui fait vibrer les Russes au plus profond d’eux-mêmes est une faute, une insulte qui renforce le pouvoir de Poutine et accroît les risques de conflit.

Le Président russe n’était pas seul.
Il avait à ses côtés les chefs d’État des deux pays les plus peuplés de la planète :
la Chine et l’Inde.

On peut, certes, mesurer le degré de démocratie de la France et de la Russie.
On peut aussi comparer leurs dirigeants.
« Vladimir Poutine » incarne l’unité du pays, intègre tout son passé depuis la Russie tsariste et orthodoxe jusqu’à la victoire de son peuple sous le régime communiste.
François Hollande est une contradiction ambulante.
Réclamant l’unité du pays dans « l’esprit du 11 janvier », il n’hésite pas à condamner le maire de Béziers au nom des valeurs de la République, que celui-ci n’a nullement enfreintes, alors qu’il est à l’étranger, et dans un royaume particulièrement intolérant.

Alors que le chômage vient encore d’augmenter en France, quand celle-ci pourtant ne respecte pas les critères européens pour la dette et le déficit, le voilà qui rappelle à l’ordre le brillant vainqueur des élections britanniques.
Il insistait sur la 5e place de la France dans l’économie mondiale.
Pas de chance, c’est aujourd’hui le Royaume-Uni, auquel il voudrait donner des leçons.
Il annonçait l’inversion de la courbe du chômage.
On a eu celle des accidents de la route ou celle des détenus en prison.

François Hollande se trompe de politique,
mais il se trompe aussi sur sa fonction.

On peut critiquer la politique de « Poutine »,
non la manière dont il habite son rôle et son statut.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/05/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43