FRIC, Médias

Dormez Bien, Braves Contribuables!

impots-300x200 (2)

l’État veille sur vous !

L’anesthésie fiscale est de retour !

Chaque année, la presse sur papier glacé ressort ses serpents de mer.
Le classement des meilleures universités,
des meilleurs hôpitaux,
des villes où il fait bon vivre.
Sans oublier les derniers maillots de bain les plus tendance.
La fiscalité n’échappe pas à ce phénomène.
Le serpent de mer de la retenue à la source de l’impôt sur le revenu refait ainsi régulièrement surface.

Le débat est à nouveau lancé depuis quelques jours par le gouvernement.
Avec l’argument clé à la base :
Tous les grands pays appliquent ce système !
Si les autres le font, pourquoi pas nous ? CQFD.
C’est oublier que l’impôt sur le revenu en France est particulièrement personnalisé.
A revenu égal, tous les contribuables ne paient pas le même impôt.
-Certains ont des enfants et les autres pas.
-Certains font des dons et d’autres emploient une femme de ménage.
-Certains engagent des dépenses pour la transition énergétique de leur habitation principale et d’autres réalisent des investissements dans le secteur forestier.
Tous ces actes donnent droit à diverses atténuations, réductions ou crédits d’impôt.
La retenue à la source implique la suppression de tous ces mécanismes ou… la nécessité de les porter à la connaissance de l’employeur.
Dans le premier cas, le contribuable verra son impôt augmenter.
Dans le second, il dévoilera sa vie privée.

Techniquement difficile, voire impossible, la retenue à la source est en plus philosophiquement nuisible.
Lorsqu’il déclare son revenu et qu’il paie son impôt lui-même, le contribuable souffre.
Il sent le poids de sa contribution.
Il reste donc en éveil pour tenter de limiter, autant que faire se peut, la charge du fardeau.
Des « jacqueries » de l’Ancien Régime à l’épopée de « Pierre Poujade », l’Histoire de France est là pour témoigner.
Avec la retenue à la source, le contribuable est anesthésié.
Il ne sent plus la douleur.
Il a même l’impression de ne plus payer d’impôt.
Sa vigilance s’estompant, le législateur peut augmenter plus facilement le cadeau légué par « Joseph Caillaux ».

L’exemple de la contribution sociale généralisée est là pour le démontrer.

Tous les contribuables, même les plus modestes, la paient.
Créée en 1991 sous le gouvernement de « Michel Rocard » avec un taux de 1,1 %, il s’élève aujourd’hui à 7,5 %.
Prélevée à la source, elle a pu augmenter de 700 % sans que personne ne s’en aperçoive.
Sans arme, ni haine, ni violence, le législateur a réussi le casse du siècle :
il a généralisé l’impôt sur le revenu à tous les contribuables en le faisant payer à ceux qui ne l’acquittaient pas.

Dormez bien, contribuables, l’État veille sur vous !

Maître Thierry Bouclier

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 23/05/2015

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43