Archive | 01/06/2015

Le WEEK-END Prochain, A Poitiers.

charlesmartelpoitiers-300x300 (1)

Rencontres Charles Martel
et congrès PS.

Nul doute que le week-end prochain, à Poitiers, toutes les caméras seront braquées sur une grande messe appelée congrès, qui confirmera que le PS a un nouveau « grand maître », Cambadélis !
On peut parier sans risque d’erreur que pas un media d’Etat ne se tournera vers l’initiative des « Premières Rencontres Charles Martel », impulsée par nos amis du « Cercle des Chats Bottés », association créée par notre co-fondatrice « Brigitte Bayle », aujourd’hui disparue, et présidée à présent par « Jacques Soulis ».

Deux « France » radicalement opposées seront séparées par quelques kilomètres.
Celle des soumis à l’islam et des collabos, incarnée par le PS et ses complices,
et celle des résistants, personnalisée par des intervenants fort différents, unis par l’amour de la France, de son histoire et de sa civilisation.
(http://poitou-info.fr/441/politique/les-rencontres-charles-martel-un-evenement-patriotique-intellectuel-et-militant-video/)

Image de prévisualisation YouTube

Nos amis de Poitou-Infos ont réalisé cette première vidéo.
Notre ami « Guy Sauvage » s’est déplacé à Poitiers.
Il a rencontré à son tour les courageux organisateurs, et nous propose de mieux les connaître, dans ce reportage qui confirme la sincérité de leur engagement.

Image de prévisualisation YouTube

Dans l’autre camp, 70 % des militants du PS, que certains gauchistes qualifient de Pourri et de Salaud, viennent, parait-il, de donner quitus à la politique menée depuis trois ans par « Le Guignol de l’Elysée » et celui qui sévit à Matignon depuis de longs mois, le fasciste déguisé en socialiste, Manuel Valls.
La plupart d’entre eux, contrairement aux animateurs du « Cercle des Chats Bottés », ne travaillent pas, et vivent fort bien sur la Bête, grâce à leur mandat et à leur docilité envers leur direction.
Bref, ce sont des « obligés », quand les patriotes poitevins sont des patriotes libres.

Au-delà du catastrophique bilan social, qui s’est traduit, depuis 2012, par 700.000 chômeurs de plus (sans parler de ceux qu’on cache) ainsi que par une baisse généralisée des revenus des Français et de leur protection sociale, c’est surtout l’accélération de l’islamisation de notre pays qui doit interpeller chaque compatriote.
Si 70 % de socialistes soutiennent cela, ils n’ont plus rien de socialistes.
C’est une preuve supplémentaire qu’il n’y a plus rien à attendre des militants de ce parti qui sert la soupe aux dominants et méprise les Français, auxquels ils préfèrent les nouveaux venus.

Ils ont nommé à la tête du PS :
-une véritable crapule politicienne,
-condamnée par la justice,
-spécialiste des coups tordus.

Cambadelis, en bon ancien trotskiste, au nom d’une vision internationaliste dévoyée, déteste la France, son hymne national et son Histoire.
Il masque cette haine derrière l’utilisation systématique du mot République.
Ce « voyou de la politique », défenseur de toutes les revendications communautaristes musulmanes, se comporte ouvertement en agent de l’islam.

Le « Guignol de l’Elysée » a multiplié les actes d’allégeance :
-à l’Arabie saoudite, faisant rire le monde entier avec son épée à la main,
-au Qatar, à qui il vend la France,
-à l’Algérie, à qui il fait repentance tous les trois jours.
Il a même armé l’Etat Islamique, obéissant en bon caniche à Obama qui voulait destituer Bachar.
Ce « minable » se comporte en agent de l’islam.

Le fasciste de Matignon, après avoir inauguré des mosquées en tant que ministre de l’Intérieur, ose réclamer la construction du double de ces lieux d’endoctrinement, avec le fruit de nos impôts.
Il impose à nos compatriotes à marche forcée un « vivre ensemble mortifère » pour notre mode de vie.
Il commémore l’ouverture d’écoles confessionnelles musulmanes, qu’il arrosera de subventions.
Cet « hystérique » se comporte en agent de l’islam.

La franco-marocaine de Grenelle, espèce de « Nabila » mise à la tête de l’Education nationale, s’est immédiatement mise au travail, imposant une réforme qui va accélérer la destruction de notre école, et favoriser une logique islamisatrice de la France, en niant la réalité de notre Histoire, lui substituant celle de la repentance et des autres peuples.
Elle avait commencé à cautionner la présence des accompagnatrices voilées.
Cette « obligée du roi du Maroc » se comporte en agent de l’islam.

Sommet de la forfaiture, le Parti socialiste s’est même fait représenter au dîner du « Collectif contre l’Islamophobie en France » (CCIF), en mandatant, au nom de « Cambadelis », une nommée « Corinne Narassiguin », porte-parole du parti.
Apparemment, les propos du porte-parole de cette officine ne dérangent pas les dirigeants de Solferino.
marwanmohammedccif

Votre « CORAN » dit que
la France n’est pas terre d’islam
mais terre de guerre.

On pourrait parler des :
-Taubira,
-Fabius,
-Touraine,
-de tous ces maires,
-députés
-et sénateurs qui se prosternent devant l’occupant, et méprisent leur peuple !

Nous n’oublions pas, naturellement, celle qui est devenue « notre grande amie », Anne Hidalgo, depuis sa plainte grotesque contre le dessinateur « Ri7″, suite à un dessin.
Cette grande laïque se distingue, tous les ans, en commémorant le ramadan à la mairie de Paris, et en gavant l’Institut des Cultures d’Islam  de subventions, tout en exonérant le CCIF de loyer impayés.

En face, il y a les vrais Gaulois, les héritiers d’Astérix, ceux qui refusent de capituler.
Ils en paient le prix fort, mais ils conservent leur dignité, souvent avec panache.
Interdits de médias (français), calomniés, insultés, diabolisés, nazifiés, ils incarnent une fidélité à une France dont ils ne veulent pas qu’elle meure.
Ils ne touchent aucune subvention, sont souvent harcelés de procès et de campagnes hostiles.
En outre, ils sont parfois attaqués par les nervis d’extrême gauche, milices d’un pouvoir qui les protège sans vergogne, malgré les nombreux actes de vandalisme dont ils se rendent coupables.

Trois grandes mouvances cohabiteront, lors de ces Premières rencontres Charles Martel, qu’animera notre fondateur « Pierre Cassen ».
La droite nationale, appelée par les médias extrême droite.
« Paul-Marie Coûteaux », « Richard Roudier », « Roland Hélie », « Pierre Vial », « Hugues Bouchu » ou « Carl Lang » incarnent, avec leur différence, cette sensibilité identitaire, européenne et patriotique.

La mouvance patriotique, jacobine et républicaine sera incarnée par « Christine Tasin » (qui se proclame toujours femme de gauche), qui vient de se livrer, depuis une semaine, à un formidable travail de réinformation sur le mémorial de Poitiers et ses mensonges historiques.
Elle a même pris les initiateurs de cet outil de propagande au service de l’islam en flagrant délit, montrant qu’ils s’étaient inspirés des travaux d’une nazie allemande, « Sigrid Hunke », ce qui devrait faire des vagues…
(http://resistancerepublicaine.eu/category/charles-martel/)

Et enfin, et ce sera l’invité surprise, « Joseph Fadelle », né musulman, converti au christianisme, vivant en France depuis 2001, auteur de l’inoubliable ouvrage « Le prix à payer » sera présent à ces premières rencontres.
Il incarne un autre pan de la Résistance, celle de ces hommes libres, qui, comme nos amis apostats « Pascal Hilout », « Salem Ben Ammar », « Hamdane Ammar », « Messin Issa », « Zohra Nedaa-Amal », « Hamid Zanaz » et bien d’autres, affirment leur amour de la France, de sa laïcité et de ses valeurs démocratiques, incompatibles avec le dogme totalitaire mahométan.
« Joseph » a choisi le christianisme, ce que des laïques comme nous respectons.

Pendant toute la journée, dans l’unité des patriotes, sous l’œil de caméras militantes qui feront de ces rencontres des outils de ré-information, une autre histoire de Poitiers et de Charles Martel sera racontée.
Dans le même esprit, à Béziers « Robert Ménard » avait osé braver les interdits sur la guerre d’Algérie et le 19 mars 1962.

Entre les islamo-fellateurs du PS et les Résistants des rencontres Charles Martel, il y a deux camps inconciliables, comme ceux qui opposaient « Pierre Laval » et « Jean Moulin ».

A nous d’assurer le succès de cette première initiative poitevine, qui en appellera d’autres, tous les ans, nous en sommes convaincus.

PREMIERES RENCONTRES CHARLES MARTEL

Il reste quelques places, si vous vous inscrivez suffisamment vite…

Frais d’inscriptions : 25 euros, apéritif et repas compris

Ecrire à :
rencontres.charles.martel@gmail.com

L’adresse ne sera communiquée aux inscrits que 3 jours avant l’événement.

Cyrano

Pour Qu’ Ils Résistent Mieux A L’ Islam.

latin

Faites enseigner
le latin à vos enfants

Nous savons que le serpent Najat Belkacem a décidé de faire disparaître les langues anciennes, façon radicale de faire disparaître notre histoire, nos racines et le sentiment national, donc l’Etat-nation.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/03/16/31003-20150316ARTFIG00372-disparition-du-latin-rien-n-est-plus-utile-que-les-matieres-qu-on-dit-inutiles.php

Nous savons depuis De Gaulle que les Français sont des veaux, mais au point d’affirmer majoritairement que l’éducation à la citoyenneté et aux règles du vivre ensemble  ce serait mieux que le latin, il y a un pas qui montre et le degré d’inculture des Français, et l’efficacité de la manipulation stalinienne des consciences et… le poids de l’islam.
Une fois de plus.

http://www.francetvinfo.fr/societe/education/bientot-la-mort-des-langues-mortes-a-l-ecole_885127.html

Même les parents ne sont pas convaincus et préfèrent au latin   »l’éducation à la citoyenneté, les règles du vivre ensemble ».

Actuellement, 20% des collégiens choisissent le latin, mais ils sont à peine 5% au lycée.

Pourquoi parler du poids de l’islam ici encore ?

Si les parents s’inquiètent de la citoyenneté et des règles du vivre ensemble c’est bien parce que, dans les villes comme à l’école, rien ne va plus.
Et si rien ne va plus, regardons les chiffres officiels des dysfonctionnements, qui n’ont rien de subjectif.
L’islam est non seulement la source du terrorisme islamique, comme son nom l’indique, mais également la source des plus grands dysfonctionnements de notre société (et on laissera pour la bonne bouche les problèmes économiques dus à une immigration et à son coût, ahurissants.)

Jack Lang en novembre 2014 écrivait que deux tiers des détenus étaient musulmans.

De là à penser que l’islam a un rapport avec l’insécurité il n’y a qu’un pas que je franchis sans état d’âme.

http://resistancerepublicaine.eu/2015/23-des-detenus-sont-musulmans-jack-lang-sera-t-il-poursuivi-par-le-mrap/

Le « Haut Conseil à l’Intégration », avant d’être dissous par Hollande et remplacé par  »« l’Observatoire de la laïcité »« , prêt à tuer la loi de 1905 et à imposer l’islam partout, faisait dans son  dernier rapport unedescription apocalyptique de nos établissements scolaires, à cause des revendications communautaristes  et politiques musulmanes .

http://resistancerepublicaine.eu/2011/rapport-du-haut-conseil-a-lintegration-cest-la-catastrophe-a-lecole/

Bref, l’islam est opposé à la citoyenneté et au vivre ensemble.

Il est donc légitime que les parents souhaitent que les enfants des autres qui vivent en France comme en Arabie Saoudite apprennent à le faire.
On leur susurrera que ce n’est pas en acceptant mosquées, voiles, barbus, halal et écoles coraniques que ça va s’arranger, et on leur conseillera d’inscrire en masse leurs enfants en cours de latin ou de grec.

D’abord parce que l’immense majorité des enfants français d’origine connaissent le vivre ensemble et les règles de la citoyenneté, le « Haut Conseil à l’Intégration » n’évoquant pas leur cas… Ils n’ont donc pas besoin de rééducation, eux. 

Ensuite parce que, accepter que, par la faute d’une minorité qui refuse nos règles et nos lois tout un pan de notre culture disparaisse, c’est du suicide délibéré.

Enfin parce que, bien au contraire de ce que fait Belkacem, le latin devrait être obligatoire pour que chacun, français d’origine ou descendant d’immigré, sache vraiment ce qu’est la citoyenneté et comprenne ce que signifie nation, res publica et citoyenneté.

Il n’y a pas mieux.
Allez le dire à Belkacem.

http://www.najat-vallaud-belkacem.com/contact/

C’est que, en même temps que l’on apprend la langue latine, les déclinaisons, l’art de la version qui rend fier de soi et développe l’esprit de synthèse tout en favorisant l’apprentissage des langues étrangères, on apprend l’histoire romaine et la civilisation qui va avec.

-Racontez en 5ème, aux latinistes de première année, la quête de « Enée », venu de Troie pour fonder la nouvelle Troie  et faire revivre la nation, obligé de quitter la belle « Didon » dont il est amoureux pour faire son devoir,
-racontez la fondation de Rome par « Rémus », obligé de tuer son frère qui, en enjambant le sillon qu’il vient de tracer, représentant les futures murailles de la ville, a mis en colère les Dieux infernaux enjambés.
La seule solution pour que la ville ne subisse pas la colère des Dieux consiste à tuer le fautif.
C’est la première leçon de civisme et de vivre ensemble, ne pas penser à soi, s’oublier pour l’ensemble, ne rien faire qui nuise à la Cité, aux autres citoyens.  

-Racontez en 4ème, aux latinistes de deuxième année,  l’histoire de « Lucrèce »,  violée par le fils du roi, qui se suicide de honte et qui est ô combien vengée par « Brutus » qui chasse les rois de Rome, devenus des symboles de l’intérêt personnel,  du non respect de la souveraineté populaire et donc de l’ennemi de la res publica, qui sera omniprésente pendant toute l’histoire de Rome, jusqu’à sa chute en 476 sous les coups des barbares.
-Racontez-leur encore l’histoire du consul qui met à mort son propre fils parce qu’il a désobéi aux ordres en prenant une initiative mettant en danger son armée, son pays.
Racontez-leur encore l’histoire de « Mucius Scaevola ».

http://resistancerepublicaine.eu/2015/ils-ne-pourront-jamais-nous-faire-taire-nous-sommes-des-millions-de-mucius-scaevola/

Vous avez dit citoyenneté ?
Respect d’autrui et de son pays ?
Faites du latin.

-Racontez-leur encore, en troisième, les guerres extérieures pour conquérir le monde, l’ouverture à toutes les religions, la citoyenneté offerte à tous les habitants de l’Empire, les guerres et les esclaves qu’elles procurent à foison qui amènent à ce que, à la fin de la République -moins 27-   la majorité des citoyens romains descendent d’esclaves et donc d’étrangers (sous la République, au bout de six ans un esclave pouvait racheter sa liberté, être affranchi et ses enfants devenir des citoyens romains ).
Les affranchis qui se multiplient sous l’Empire et sont tout-puissants aux côtés des empereurs, laissant se diluer le concept de citoyenneté  romaine vu comme des avantages… sans grands devoirs. C’est sans doute une des causes de la  conquête de Rome en 476, un empire où tout se dilue, où les valeurs se valent, où chacun pense plus à lui-même qu’à la res publica… sans parler de l’intoxication due au plomb, responsable également de la tragique diminution démographique…

Bref, faites faire du latin à vos enfants (et/ou du grec en troisième, je pourrais vous trouver tout autant d’excellentes raisons pour le faire, et je le ferai si ça intéresse certains).

Et si vos enfants ne font pas de latin, si vous n’avez jamais fait de latin, lisez Tacite, Tite-Live, Plutarque… et racontez-leur des histoires !
C’est fondamental et c’est le b.a-ba de la Résistance.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/ du 29/04/2015


Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le 29/004/2015

La Fin De La Terreur Il Y A 220 Ans.

tribunal-300x206 (1)

La fin du tribunal révolutionnaire.

C’est un anniversaire que ne fêtera pas la ministre (actuelle) de l’Éducation nationale, « Najat Vallaud-Belkacem », car s’il peut faire partie de sa culture, il n’entre (et n’entrera) pas dans les programmes d’histoire.
Le gouvernement de « Manuel Valls » aime trop les excès de la Révolution et aime valoriser les bienfaits de cette période pour commémorer le symbole de l’échec républicain.

En effet, le décret du 12 prairial an III (31 mai 1795), il y a tout juste 220 ans, supprimait le Tribunal révolutionnaire qui, après un peu plus de deux ans d’existence, a fait monter à la guillotine un nombre important d’innocents.
Rien que 2.800 à Paris si l’on en croit les historiens.
Sa suppression ne met pas fin à la Révolution (dont on constate encore les dégâts aujourd’hui), mais elle donne une bouffée d’air frais aux Français qui ne se voient plus systématiquement conduits au « Rasoir national » pour un oui ou pour un non.
Une première fois créé le 17 septembre 1792 puis supprimé en novembre 1792, il ressurgit avec la loi du 21 ventôse an I (10 mars 1793) quand « Georges Danton » proclame à la tribune de la Convention nationale :

« Soyons terribles pour dispenser le peuple de l’être. »

Sur son initiative et aussi celle des députés « Robert Lindet » (1746-1825) et « Robert Levasseur » (1747-1834), le tribunal criminel extraordinaire (sa véritable appellation) entame son œuvre de destruction. Son objectif :

« punir tous les ennemis du peuple ».

C’est-à-dire :

« tous ceux qui cherchent à anéantir la liberté publique, soit par la force, soit par la ruse »,

selon le décret de la Convention du 22 prairial an II (10 juin 1794) qui durcit encore plus la Terreur.
Dieu sait si la liste est longue, surtout après l’approbation de la loi des suspects approuvée le 1er jour complémentaire an I (17 septembre 1793).
Premiers visés par le décret et la loi :
-les prêtres réfractaires,
-les aristocrates,
-les parents d’émigrés
mais aussi,
-les étrangers coalisés, qui menacent le territoire,
-et les Vendéens qui se sont récemment soulevés pour « Dieu et le Roi ».

Pour ancrer sa légitimité et celle du jeune régime républicain, le tribunal criminel extraordinaire essaime ses « annexes » en province, dans presque chacun des départements.

La répression est impitoyable, notamment en Vendée où républicains convaincus et royalistes patentés finissent par être passés de vie à trépas et surtout au fil de l’épée sans aucune distinction.
Ainsi à Nantes, le sinistre « Jean-Baptiste Carrier » organise-t-il la répression de plus de 10.000 personnes, en organisant des mariages républicains, en fusillant des prisonniers, etc.

À Paris, le tribunal acquitte « Marat » le 4 germinal an I (24 avril 1793), qui trouve une mort plus glorieuse, dans sa baignoire, sous le couteau de « Charlotte Corday » qui, elle, n’obtient pas l’indulgence de cette instance judiciaire. Comme autrefois « Enguerrand de Marigny » pendu au gibet de Montfaucon, « Fouquier-Tinville », le plus célèbre et le plus retors des accusateurs publics, meurt dans ses œuvres le 18 floréal an III (7 mai 1795) – et ce n’est que justice -, annonçant ainsi le chant du cygne pour ce tribunal que personne n’a regretté mais qui a inspiré bien d’autres régimes.

Henri Saint-Amand

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 31/05/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43