Archive | 02/06/2015

Un Rêve Impossible, Sait-On Jamais ?

pollution-300x290 (1)

Chefs d’entreprise, entrepreneurs,
BARRONS-NOUS !

Les lois s’empilent, les conditions empirent, et les jurisprudences nous sont de plus en plus défavorables.

Il nous faut maintenant justifier de la non-augmentation des salariés !

Le droit du travail, les CHSCT, les impôts et taxes, plus rien n’est à notre avantage.
Je propose donc que chacun d’entre nous, les preneurs de risques, les faiseurs de rêves, les créateurs, les magiciens qui savent convaincre les investisseurs, partions de France, que nous allions sous d’autres cieux employer d’autres femmes et d’autres hommes, en les payant mieux que leur industrie locale ne les paie, parce que nous conserverons nos clients habituels, aux tarifs habituels.

Je propose qu’on déshabille entièrement la France de toutes ses entreprises privées,

ne laissant à la République qu’une coquille vide,

un grand cimetière de chômeurs par millions,

que l’État ne saura plus comment nourrir.

Lorsqu’une femme veut que son mari ingrat constate de visu l’importance réelle de ses efforts quotidiens et de sa présence discrète, il lui suffit de quitter le foyer une semaine pour que l’homme pleure.
Il faut faire de même avec nos entreprises.
Il faut vider la France, la vider de ses employeurs, la vider de ses riches, la vider de ceux qui travaillent de janvier à août pour payer les impôts.
Il faut que nous partions tous, afin d’assécher une bonne fois pour toute les ressources financières de cet État qui distribue à vau-l’eau le fruit de notre travail.
Et des millions pour l’AME.
Et des millions pour les « réfugiés ».
Et des millions pour les chômeurs.
Et des millions par-ci, par-là.
Des subventions aux associations.
Des subventions à la presse collaborationniste.

Nous ne voulons plus payer sans choisir où va notre argent.

Car c’est bien de notre argent qu’il s’agit !

Nous ne voulons plus prendre de risques et développer des entreprises pour nourrir des syndicats et employer des invirables.
Mais comme nous voulons rester dans la légalité, et puisque la grève de l’impôt est interdite, alors nous devons partir.
Quitter la France.
Vider les ressources de la République qui nous hait tant.
Montrer à la France à quoi elle ressemblerait sans nous.

Partons.
Laissons les clefs à Juppé, Sarkozy, Hollande, Valls, Mélenchon, etc.

Regardez ce qu’est devenue l’Algérie
après notre départ.

Ça vous donnera une idée de ce qui attend la France lorsque nous serons partis.

Partons, et recommençons ailleurs.
Nous savons le faire.
Je trouve même que c’est motivant.

Robin de La Roche

http://www.bvoltaire.fr/  du 02/06/2015

Hélas, ce n’est qu’un rêve, et aller où, avec qui ?
Peut-être en Russie, avec tous les Français anti-mondialistes, islamophobes, bref autochtones, il doit bien y avoir de la place à condition d’y être acceptés.
Mais que se passerait-il de vos séniors et de leurs retraites ?
Ils sont de plus en plus nombreux et une loi serait vite votée pour les en priver en punition de vos départs.
Et ne voyez-vous les vautours qui n’attendent que ça, que la place soit vide pour investir les lieux ?
USA, Qatar ou autre pour mettre ce qui reste en esclavage pire que ce chaos actuel !
Ne désertons pas !
Même si l’été est proche, hivernons sur place dans une économie de mouvements.
Pas besoin de partir pour qu’il y ait du chômage, il explose à nouveau et nous sommes toujours sans le sou, après la Grèce, c’est notre tour !
Les rats anglais veulent quitter le navire, l’Europe bat de l’aile.

Notre France Fut Aussi Un Royaume !

chambord-republique-300x181 (1)

« Secrets d’Histoire »
célèbrerait-il trop
les rois ?

Après s’en être pris au « Métronome » de « Lorant Deutsch » ainsi qu’au jeu « Assassin’s Creed Unity », le front de gauche ressort sa guillotine médiatique.
Cette fois, c’est l’émission « « Secret d’Histoire » » présentée par « Stéphane Bern » sur« France 2″ qui s’est attirée les foudres révolutionnaires des héritiers de Robespierre.
Dans une lettre adressée à la nouvelle présidente de « France Télévisions« , « Delphine Ernotte » (pas encore en fonction), « Alexis Corbière » et « Jean-Luc Mélenchon » ont tenu à l’« alerter » sur les contenus de l’émission.

Prenant acte du succès de celle-ci, et lui reconnaissant une grande qualité de production, les deux hommes commencent leur plaidoirie en regrettant le portrait qui a été dressé, le mardi 19 mai, du roi Louis XVI, volontairement rebaptisé « Louis Capet » comme au bon vieux temps du tribunal révolutionnaire.

Dénonçant :

« les contenus idéologiques de ces émissions et le choix très orienté des sujets »,

le « Front de Gauche » constate que :

« depuis 2008, France 2 a diffusé 88 épisodes différents de “Secrets d’Histoire”.
Sur ces 88 opus, plus de 60% sont consacrés exclusivement à des monarques et leurs favorites.
Sur les moins de 40 % restant, dont l’essentiel est consacré à des artistes (écrivains et peintres), ou des personnages folkloriques et très secondaires de l’histoire universelle (…) seulement 5 émissions, soit 6% (!) de la totalité, ont été consacré à des personnalités ou des lieux liés à la République. »

Diantre !

La République ne serait donc qu’une petite partie, récente de surcroit, de l’histoire de France ?

« Corbière » et « Mélenchon » semblent en tout cas le découvrir, avec d’autant plus d’aigreur que, comme ils l’ont rappelé eux-mêmes, l’émission de « Stéphane Bern », aussi centrée sur l’Ancien Régime soit-elle, attire 3 à 4 millions de téléspectateurs à chaque rendez-vous.
Réflexe victimaire oblige, le communiqué rappelle également que seul un tiers des émissions est consacré à des femmes, « qui ne sont souvent présentées qu’à titre de “femme de…” ou “favorite d’untel” », et regrette qu’aucun des personnages principaux ne soit de couleur.

Y aurait-il un roi de France « noir de peau » que « Stéphane Bern » occulterait ?

Et de poursuivre en regrettant que l’on consacre deux épisodes à Jésus, quelques autres à des sujets religieux, et aucun aux philosophes des Lumières, aux « figures du combat pour l’émancipation laïque », ou encore à la « grande famille intellectuelle du socialisme et communisme, qui a tant marqué l’histoire de France ».…..

« D’une façon déséquilibrée, chaque épisode valorise de façon quasi systématique et outrancière des rois et reines, et même la principauté d’opérette et paradis fiscal de Monaco, au détriment de tous ceux qui ont lutté pour l’égalité et la justice »,

estiment-ils avant d’exiger que la présidence de « France Télévisions »

« fasse un rappel à l’ordre aux producteurs et concepteurs de ces émissions ».

Et de conclure que :

« Finalement, “Secret d’histoire” tient plus de la basilique Saint Denis que du Panthéon ».

Dans un communiqué« France 2″ s’est défendu de ces accusations venues tout droit de la fin du XVIIIèmesiècle en rappelant que hormis « Secret d’Histoire », la chaîne proposait « régulièrement en première partie de soirée des grands documentaires événementiels » ou encore des fictions consacrés à des sujets plus « républiquement corrects ».
En résumé, non contents que la République règne sans partage depuis 1870, il faudrait désormais, pour Messieurs « Corbière » et « Mélenchon », qu’elle oublie totalement les siècles d’Histoire qui l’ont précédée.
En agissant de la sorte, les deux hommes se comportent,comme ils l’ont fait avec « Lorant Deutsch », en véritables petits commissaires politiques épurateurs de l’Histoire, donnant ainsi raison à la formule tristement célèbre de « Saint-Just » :

 « Ce qui constitue la République,
c’est la destruction totale
de ce qui lui est opposé. »

france2

http://www.ojim.fr/  du 01/06/2015

Mille fois merci à « Stéphane Bern » quand il nous permet de nous échapper d’un environnement chaotique, violent, polyglotte, inquiétant à toute heure et partout !
Nous retrouvons aussi quelques bribes de notre Histoire Nationale, Traditionnelle, Culturelle, Linguistique, qui disparaît au fur et à mesure des modifications concernant notre enseignement scolaire et au delà.
Heureusement que la « TNT » nous offre d’autres chaînes que celles de « France-Télevisions » pour, à de rares exceptions, ne pas regarder  des téléréalités fictives, des mises en conditions trop flagrantes, etc…ou des publicités devenues vraiment trop longues et trop fréquentes !

Le Carnaval des Diplomates !

masques-300x300 (1)

Diplomatie

Réussir une omelette sans avoir à casser des œufs, c’est le rêve, à ce jour encore inaccompli, de tout cuisinier…donc de tout diplomate.
En attendant qu’il devienne réalité, la moindre des qualités que l’on attend d’un ambassadeur est qu’il soit plus proche du chat que de l’éléphant, en d’autres termes qu’il soit capable de se déplacer dans un environnement fragile sans fracasser au passage toute la porcelaine.

J’avoue tout ignorer des critères qui ont amené le président Obama à choisir un certain Monsieur « Shapiro » pour être le ministre des États-Unis à Prague.
Compte tenu des pratiques nord-américaines dans ce domaine, il est probable que Monsieur « Shapiro » a contribué à alimenter les caisses du Parti démocrate.
Vu sa conduite, il est clair que ce personnage, qui se fait apparemment une haute idée de son pays et de ses fonctions, n’est pas plus fait pour représenter celui-là que pour assumer celles-ci.

Apprenant que le président de la République tchèque, « Miloš Zeman », assisterait le 9 mai prochain à Moscou aux cérémonies commémoratives de la capitulation du IIIe Reich, Monsieur « Shapiro », qui ignore peut-être que l’URSS a joué un certain rôle dans la défaite du régime nazi, mais qui a bien compris que Monsieur Poutine n’est pas dans les petits papiers de son gouvernement et qui considère visiblement comme quantité négligeable le pays même auprès duquel il est accrédité, s’est permis de trouver «étrange» que Monsieur « Zeman » ait accepté l’invitation du président russe.

À cette manifestation d’arrogance, le président tchèque a répondu comme il convenait. Il ne serait pas normal, a-t-il observé, que le représentant de la Tchéquie à Washington s’immisce dans le programme des voyages à l’étranger du président américain.
Pour ce qui concerne Monsieur « Shapiro », qu’il sache que la porte du château de Prague lui est désormais fermée et qu’elle le restera tant que Barack Obama n’aura pas réparé l’affront en recevant l’ambassadeur de Tchéquie à la Maison-Blanche.
On peut être le chef d’un État de second rang et avoir le sens et le souci de sa dignité.

Faut-il déduire de cet incident que la courtoisie doit l’emporter sur toute autre considération dans la pratique des relations internationales ?
En aucune façon, et le « pape François » n’a pas hésité à qualifier de «génocide» le massacre d’un million et demi d’Arméniens, il y a cent ans, par la Turquie, au risque d’irriter Ankara, où l’on persiste à nier le crime et à en accuser implicitement les victimes.
Voilà qui tranche, n’est-ce pas, avec la prudence et les manières feutrées que l’on prête ordinairement, non sans raison, à la diplomatie vaticane.
(La différence est tout de même d’importance ! Notre Pape est Chef d’Eglise – non représentant – et dans l’Etat du Vatican ! Ce n’est pas de la diplomatie, c’est une affirmation dont il n’est pas le premier Chef d’Etat à prendre la responsabilité. pelosse)

Au même moment, la Curie romaine prouvait pourtant qu’elle n’avait rien perdu de sa virtuosité légendaire dans la pratique du billard à deux ou trois bandes.
Alors que le souverain pontife avait donné un signe non équivoque d’ouverture et de tolérance en s’interrogeant sur le droit qu’il aurait de juger et de condamner l’homosexualité, les bureaux du Saint-Siège opposaient un silence éloquent à la demande d’accréditation de l’ambassadeur nommé par Paris tout en faisant « fuiter » des indiscrétions sur les mœurs prêtées à notre représentant.
«Étrange»attitude, peu compatible avec la déclaration du pape et avec la réalité.
Sans disposer de données statistiques précises, il paraît assez peu vraisemblable que Monsieur Stefanini soit le seul spécimen laïque ou religieux à Rome susceptible de pratiques sexuelles hétérodoxes.
Il fut du reste un temps où les couloirs, les coulisses, les caves et les ors du Vatican abritaient volontiers des amours qui n’osaient pas dire leur nom.
De Michel-Ange à Roger Peyrefitte, la liste en est fournie.
Mais il ne s’agit pas de cela :
En faisant barrage au diplomate français, c’est le pape lui-même et ses orientations novatrices dans ce domaine que vise une arrière-garde qui se veut gardienne de la tradition, et qui vient là de marquer un joli coup.

La politique étrangère ne souffre pas l’amateurisme dont notre classe politique et notre diplomatie donnent, hélas, quotidiennement l’exemple.
Dernière bévue en date :
A peine « Hillary Clinton » avait-elle annoncé sa candidature à la présidence des États-Unis, Nicolas Sarkozy, Manuel Valls et Christiane Taubira faisaient connaître leur soutien à l’ex et peut-être future première dame.
Pourquoi pas, dira-t-on, et ce genre d’ingérence n’a rien d’exceptionnel.
C’est exact, mais comment diable des professionnels de la politique intérieure aussi expérimentés n’ont-ils pas songé que, le jour venu et le cas échéant, un certain « Jeb Bush » saurait se souvenir de leurs prises de position ?

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 14/04/2015

Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le 14/04/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43