EDUCATION, Toutes Religions

Les Guerres De Religions Millénaires.

passion (1)

Les Israëlites attendent
toujours le Messie

Les juifs persécutent les chrétiens depuis 2 000 ans !
« Saint Paul », dans sa Première Lettre aux Thessaloniciens, faisant un crime de la perfidie des juifs qui molestaient les premiers convertis de leur nation, dit :
(I Tes. II, 15-16)

15 – De ces Juifs qui ont mis à mort le Seigneur Jésus et les prophètes, nous ont persécutés, ne plaisent point à Dieu et sont ennemis du genre humain ,
16 –  Nous empêchant de prêcher aux nations pour leur salut : de sorte qu’ils comblent sans cesse la mesure de leurs péchés.

Nous avons vu comment les juifs empêchaient cette prédication, en paroles et en actes. Cette action perfide se perpétuera de la même façon dans les époques postérieures.
– « Saint Justin », dans son fameux «Dialogue avec le juif Tryphon» dit souvent que les juifs, après avoir tué « le Juste », et, avant « Lui », les Prophètes, déshonorent maintenant et apostrophent vivement les chrétiens, et quand ils le peuvent, ils vont jusqu’à leur ôter la vie. (XVI, CXXXIII).
– « Saint Basile » affirme qu’autrefois les juifs et les païens ont lutté entre eux, mais que maintenant, aussi bien les uns que les autres, ils luttent contre le christianisme.
Ainsi voyons-nous les juifs jusqu’à Smyrne en 155, réclamant des supplices pour « saint Polycarpe » (Martyrium Sancti Polycarpi).
En 250, nous les voyons insulter les chrétiens qui refusent d’apostasier (passion de saint Pionié).
En 304, on les trouve encore parmi les plus violents de ceux qui veulent obliger « saint Philippe » et son diacre « Hermès » à sacrifier aux idoles (passion de « saint Philippe d’Héraclée »),
et également dans les actes des martyrs de «  »saint Pons de Cimiez », – en l’an 261 et de « saint Marcien de Césarée ».
En Mauritanie en l’an 303, figurent les juifs en train d’exciter les païens contre les saint martyrs.

Ce sont aussi eux qui élèvent des calomnies contre les chrétiens pour susciter des persécutions de la part des païens comme l’affirment « saint Justin », « Tertullien » (Ad Marcionem III XXIII), « Origène » (C. cela VI, XXVII), et « saint Grégoire de Nazianze » (oratorio II contra Jud.)
Les juifs jouissent de collaborer avec « Julien l’Apostat » dans les terribles persécutions contre les chrétiens.
(Socrates, Histoire Eccl. III, XVII)
En Perse, disent les Actes de « saint Simon-bar-Sabae », « Patriarche de Séleucie », la persécution de « Sapor » est fomentée par les juifs, «ces perpétuels ennemis des chrétiens qui se trouvent toujours dans les temps de tempête, tenaces dans leur haine implacable, et qui ne reculent devant aucune accusation calomnieuse».

A Singarah, en l’an 390, l’enfant juif « Abdul Masich », qui s’était converti au christianisme, est décapité par son père !
En l’an 524, le roi des Hyniarites, « Dhom Nowas », juif, déchaîne, à l’instigation des juifs, une persécution criminelle contre les chrétiens.
(H.Leclerc, Les martyrs, Paris 1905, tome IV, p. 103)
A Antioche, en l’an 603, les juifs se précipitent sur les chrétiens, en tuent un grand nombre, et brûlent les cadavres.
En Palestine, en l’an 614, ils massacrent les chrétiens par milliers et incendient les églises et les couvents.
(Voir l’article de F. Vernet «Juifs et Chrétiens» dans le Dictionnaire d’apologétique).

A partir du XIIè siècle, ces persécutions diminuent, non pas que la haine se soit amoindrie, mais parce qu’étant donné la vigilance de l’Eglise et de l’Etat, les possibilités de les réaliser diminuent.
Cependant, nous voyons les juifs s’allier aux hérétiques dans la destruction du christianisme.
Par leurs intrigues, ils décident « Léon Isauricus » à sa campagne iconoclaste. Les juifs inspirent « les Cathares » et « les Vaudois » et s’allient à eux.

Une ordonnance de Philippe le Bel, du 6 Juin 1299, nous montre que les juifs cachaient les hérétiques en fuite (Donais, l’Inquisition, Paris 1906)
et en 1425, le duc de Bavière châtia les juifs de son duché, qui avaient fourni des armes aux « hussites » contre les chrétiens.
(Eglise hussite : église réformée tchèque)

Il n’est pas aventuré d’affirmer, avec le juif « Darmesteter » (« Les Prophètes d’Israël »), que tous les révolutionnaires de l’esprit (par conséquent les hérétiques) viennent à lui, à l’ombre ou en pleine lumière, pour recueillir l’arsenal criminel de raisonnements et de blasphèmes qu’il léguera ensuite à la postérité.
(Voir « Louis Dasté », « Les Sociétés Secrètes et les juifs », Paris 1912).

allianceantechrist (1)

Les juifs, s’ils veulent la disparition du christianisme, doivent aussi travailler à la destruction des Etats chrétiens, et c’est ainsi que nous les voyons à toute époque, occupés à la tâche de conspirer contre l’Etat qui leur donne l’hospitalité.
Jamais on ne les a vus s’assimiler au pays qui les a accueillis !
Au contraire, ils forment en son sein un foyer permanent d’espionnage, disposés à le remettre au premier ennemi qui se présentera.

L’accusation du ministre « Aman » au roi « Assuérus » contre les juifs captifs à Babylone a en tout temps et en tout lieu une surprenante actualité :

«Il y a un peuple, dit-il, répandu par toute la terre, qui se gouverne par des lois propres, et qui, s’opposant à la coutume de tout le monde, méprise les ordres des rois, et, par sa désunion, met le trouble entre les races.
Nation contraire à tout le lignage des hommes, qui suit des lois perverses et trouble la paix et la concorde des provinces».

En Espagne, en 694, en accord avec leurs frères d’Afrique, les juifs trament une conjuration pour ouvrir la péninsule aux Arabes.
En 711, ils s’allient avec les Arabes ! ! !
En852, ils livrent Barcelone.
En France, en l’an 507, ils accusent « saint Césaire », Evêque d’Arles, de vouloir livrer aux francs la ville occupée par les wisigoths, tandis qu’un juif, au nom de ses coreligionnaires, s’offre aux assiégeants pour les introduire dans la place.
Jusqu’au XIIè siècle, à Toulouse, dura la pratique de la « colaphisation » :
Le Vendredi Saint, le représentant de la communauté juive devait recevoir en présence du Comte une gifle, en châtiment de la trahison faite par les juifs en faveur des musulmans.
La même pratique existait à Béziers.
En l’année 845, la ville de Bordeaux fut livrée aux normands par les juifs,
et à la fin du XIIè siècle, ils se seraient entendus avec les mongols contre les chrétiens de Hongrie.

Abbé Julio Meinvielle

https://bibliothequedecombat.wordpress.com  du 01/07/2013

Il n’y a aucun anti-sémitisme, seulement un recueil de faits historiques et de traditions trop habilement déformés ou oubliés dans nos manuels scolaires ou touristiques.
Mais les noms de lieux restent, ils ne mentent pas !

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43