Archive | 19/06/2015

Que Voici Un Triste Lyrisme Virtuel !

gaite-lyrique (1)

kapo valseur parle du virtuel.

« Manuel Valls » a dévoilé jeudi la « stratégie numérique » du gouvernement qui veut donner de nouveaux droits (« ? ») aux internautes et inscrire dans la loi la neutralité du net, en amont d’un futur projet de loi qui sera pour la première fois soumis au débat public.

Le « projet de loi » sur le numérique, porté par la secrétaire d’État « Axelle Lemaire », sera rendu public sur internet d’ici à juillet, avant même son passage en Conseil des ministres, afin que le grand public puisse proposer des « compléments » ou des « modifications », a annoncé le Premier ministre dans un discours à la Gaîté Lyrique à Paris.

C’est la première fois qu’un projet de loi gouvernemental est présenté au public par cette méthode, selon Matignon, qui l’a baptisée de « relecture publique ».

Une initiative proche avait cependant déjà eu lieu pour la proposition de loi (portée par deux parlementaires) sur la fin de vie en début d’année.

L’arrivée du texte sur le numérique à l’Assemblée nationale, maintes fois repoussée, est désormais prévue avant la fin de l’année, a indiqué Manuel Valls.

Les débats publics pourraient,

notamment, porter sur le principe

de la neutralité du net

qui devrait faire partie du texte.

« Je souhaite inscrire dans la loi une définition claire de la neutralité du net qui assure à tous un même accès aux réseaux pour tous les opérateurs  de l’internet»,

a annoncé jeudi le Premier ministre.

Ce principe exclut, par exemple, des accords selon lesquels des fournisseurs de contenu, comme « Netflix » ou « YouTube », devraient payer des sommes importantes aux fournisseurs d’accès internet pour permettre une connexion plus rapide à leurs clients.

Le projet de loi devrait aussi porter sur la maîtrise par les citoyens de leurs données personnelles, avec notamment un « droit à la portabilité » qui permettrait ainsi à un internaute de transférer son historique de données s’il change par exemple d’une plateforme de musique en streaming à une autre.

Manuel Valls a également annoncé vouloir collaborer avec les opérateurs télécoms pour garantir aux plus modestes « un droit au maintien de la connexion » à internet, indispensable pour rester connecté aux autres et mener des recherches d’emploi.

Ce droit devrait être défini par un dialogue avec les opérateurs et non dans le cadre du projet de loi.

Le Premier ministre a proposé en outre, pour poursuivre l’effort de mise à la disposition du public des données de l’État, d’inscrire « dans la loi l’ »open data » par défaut ».
Il a aussi annoncé l’ouverture prochaine par « Pôle Emploi » d’un « Emploi store » qui proposera des applications d’aide à la recherche d’emploi développées par le service public et des « start-ups ».

La stratégie numérique du gouvernement reprend certaines des 70 propositions contenues dans le rapport du Conseil national du numérique, qui synthétise la large concertation tenue dans le pays d’octobre à février 2015.

C’est le cas de l’exigence de « loyauté des plateformes » mis en avant par le CNN: Manuel Valls a souligné que l’Europe devait « définir de nouvelles obligations pour ces grands acteurs du numérique qu’on appelle les plateformes », telles que celles gérées par les géants américains du numérique comme Google, Apple ou Facebook.

Mais « nous devons d’ores et déjà envisager des dispositions en droit français pour garantir une information non biaisée, et des pratiques de référencement claire » qui viendraient « améliorer » les dispositions déjà prévues dans la loi Macron, a-t-il précisé.

Ces nouveaux géants du numérique, pour la plupart américains, sont :

« une poignée d’acteurs incontournables qui concentrent entre leurs mains un pouvoir considérable qui peut leur permettre de prendre l’ascendant sur les individus, les entreprises et les institutions »,

a souligné Benoît Thieulin, le président du CNN.

L’instance consultative propose ainsi la création « d’une agence de notation » de la loyauté de ces plateformes au niveau européen.
Un tel mécanisme veillerait ainsi à ce q’un magasin d’applications, comme l’ »App store d’Apple », ne favorise pas à outrance ses propres services.

Ces propositions interviennent alors que l’exécutif vient d’essuyer une salve de critiques des professionnels de l’internet et des défenseurs des droits, inquiets des menaces pour les libertés individuelles qui sont selon eux sont contenues dans le projet de loi sur le renseignement.

 

http://www.bvoltaire.fr/breves  du 19/06/2015

 

Sous prétexte de NEUTRALITE, le kapo valseur veut nous impliquer dans son projet de NEUTRALISATION de nos libertés d’expression !
Il veut légiférer sur ce dossier dans  six mois ?
Il doit faire du somnambulisme !

Belles Prunes Pour Cette Kermesse.

corsica-300x300 (1)

« Arabi  Fora »

À Prunelli-di-Fiumorbu, en Corse, deux enseignantes ont eu une bien curieuse idée pour la fête de l’école :

Les élèves devaient chanter « Imagine » de John Lennon en cinq langues, dont l’arabe.

C’était sans compter sur la réaction salutaire de certains parents qui ont manifesté, de manière virile, leur désaccord.

Pour eux, hors de question que leurs enfants puissent chanter, ne serait-ce qu’un couplet d’une chanson en arabe.

Le recteur d’académie, « Michel Barat », a alors dénoncé une« attitude inqualifiable contre les valeurs que représente l’école ».
« Dominique Sopo », le président de « SOS Racisme », a, pour sa part, dénoncé « le racisme au quotidien dans toute la splendeur de sa bêtise et de sa violence ».

Considérant qu’ils ne peuvent plus exercer leur métier sereinement, les enseignants de l’école primaire ont déploré – dans un communiqué « l’amalgame entre langue et religion » (sic).
Sauf que ce type d’initiatives démontre, avant tout, que le Grand Remplacement est tout sauf une théorie.
Il s’agit d’une réalité insupportable pour de très nombreux Français de souche qui vivent et constatent le Grand Remplacement dans leur immeuble, dans leur quartier, dans l’école de leurs enfants…
Surtout lorsqu’on découvre la déclaration de cette enseignante :

« Des parents ont précisé qu’ils ne voulaient pas que leur enfant parle arabe.
Nous étions prêts à l’entendre.
Sauf que certains ne voulaient même plus qu’ils viennent à l’école lors de cette demi-heure dédiée à la prononciation en arabe.
Et ça, ce n’est pas possible. »

La vocation de l’école républicaine est-elle donc d’enseigner à nos enfants comment prononcer des phrases en arabe ?

Quoique dans certains quartiers, cela pourrait malheureusement s’avérer bien utile…

Il faut surtout avoir conscience que tout ceci rentre dans une stratégie plus globale.

Ainsi, nombreuses sont aujourd’hui les écoles élémentaires qui proposent à nos enfants de suivre des cours d’arabe « gratuits ».

Dans une circulaire diffusée par la Direction générale de l’enseignement scolaire, on apprend que l’enseignement de l’arabe dans les écoles françaises fait partie d’un programme national du ministère de l’Éducation nationale.

Mais ce n’est pas tout.
Au nom du vivre ensemble, certaines écoles décident aussi de faire découvrir les joies de l’islam aux enfants.
Récemment, à Chalon-sur-Saône, les élèves de CM2 de l’école du Devoir se sont rendus en visite à la mosquée du centre-ville, où ils ont été reçus par l’imam Ahmed Belghazi.
Pour la presse locale :

« cette rencontre a été riche d’échanges, d’écoute et de partage.
Pour ces jeunes, les mots connaissance, respect et tolérance ont pris un sens encore plus fort. »

On appréciera, au passage, cette logorrhée en mode Bisounours qui tend à nous faire croire que l’islam est compatible avec les valeurs de la société française.
D’ailleurs, lors de la première réunion de l’instance de dialogue avec l’islam en France, qui s’est tenue le 15 juin, Manuel Valls a été très clair :

« L’islam est en France pour y rester.
Il faut donc mener le combat des consciences, et faire jaillir au grand jour ce qu’est la réalité de l’islam de France. »

Message reçu par « Amar Lasfar », le président de l’UOIF (« Union des organisations islamiques de France »), qui a demandé, dès le lendemain, que l’ »Aïd el-Fitr » et l’ »Aïd el-Adha » soient fériés en France.

Ils nous parlent d’intégration mais on nous demande plutôt, chaque jour, de nous intégrer aux autres.

Le vivre ensemble est-il donc synonyme de reniement de soi ?

L’intégration est-elle un concept destiné à favoriser la désintégration de l’identité Française ?

En Corse, des enseignants avaient prévu de faire chanter un couplet d’une chanson de John Lennon en arabe.

Et demain, va-t-on leur demander [aux enseignants, bien sur !] d’interpréter un appel du muezzin ?

Fabrice Robert

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/06/2015

fora (1)

Arabes Dehors

Le Danemark A Fini Par Se Réveiller !

danemark-2

Le Parti Populaire Danois.

Le « parti populaire danois » a recueilli 21,1% des suffrages lors des législatives jeudi.

Il se positionne ainsi comme le plus grand parti du bloc de droite et la deuxième force politique du pays, après la gauche.

Une conséquence de la polémique des quotas pour répartir les migrants au sein de l’Union européenne ?

Jeudi, le « parti populaire danois » (« DF »), formation de droite populiste hostile à l’immigration, a enregistré son meilleur score en recueillant 21,1% des suffrages à l’issue des élections législatives au Danemark.

Arrivé après les sociaux-démocrates (26,3%) et devant le parti de droite « Venstre » (19,5%), le « DF » devient pour la première fois le plus grand parti du bloc de droite, vainqueur des élections avec 90 mandats, contre 85 à la gauche.
Ceci ne signifie pas pour autant que « DF » participera au futur gouvernement.

« Protéger l’héritage culturel danois »

Outre ses position intransigeantes sur l’immigration, « DF » est en désaccord avec les autres partis de droite sur les questions européennes et les dépenses publiques en matière de protection sociale.
Fondé en 1995, dans l’intention de protéger « l’héritage culturel danois », ce parti n’a cessé de gagner en influence.
L’actuel dirigeant du parti, « Thulesen Dahl », a concentré son discours sur l’État-providence et l’aide à apporter aux Danois moins bien lotis, ce qui séduit son électorat de base, principalement des personnes de plus de 60 ans, issues de la petite classe moyenne.
L’un des coups de force du Parti populaire danois a été de décomplexer un discours restrictif sur l’immigration, la question clé des élections, au sein des plus grands partis de gauche comme de droite.
Mais l’électorat a jugé que la droite propose de meilleures solutions sur ces questions.

Rendre le Danemark moins attractif

Le gouvernement actuel, de gauche, a d’ailleurs annoncé un ensemble de mesures visant à diminuer l’attractivité du Danemark pour les demandeurs d’asile, dont une baisse des allocations pour les nouveaux arrivants et l’attribution d’un permis de séjour permanent exclusivement à ceux qui ont un emploi et parlent danois.
Conséquence notamment du conflit syrien, le nombre de demandeurs d’asile a plus que doublé entre 2013 et 2014, à 14 680 personnes.

http://www.lexpress.fr/  du 19/06/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43