Archive | 21/06/2015

Nous Sommes En Terre De Guerre !!!

apostasieislam (1)

La valise ou l’apostasie

Pour ne pas être trop méchants avec les musulmans,
c’est-à-dire sans les atteindre physiquement,
il serait souhaitable de leur imposer
la valise ou l’apostasie.

En effet, par nature, si on peut dire, l’islam est monolithique.
Le coran, le livre fondateur de l’islam, (bien qu’il préexistait (ât) à toute autre religion (?)), est la parole d’allah écrite de toute éternité, et en changer un seul signe serait dénaturer cette parole sacrée.

Comme l’incompatibilité de l’islam avec la République est désormais évidente malgré les affirmations mensongères de certains de nos politicards et des chefs religieux musulmans, il nous faut trouver une solution pour éviter la boucherie [halal] qui nous menace comme une épée de Damoclès.

Par charité chrétienne ou républicaine, au choix, pour éviter aux musulmans de se faire étriper, et à beaucoup de citoyens français d’être égorgés, nous devons éradiquer l’islam de notre pays.

Dire aux musulmans que s’ils veulent continuer à bénéficier des avantages que leur offre notre République, ils devront renoncer à leur religion criminogène, ou partir.
Je pense que pour beaucoup de musulmans qui auraient déjà été tentés d’abandonner l’islam, ce serait facile, voire une délivrance, car ils ne seraient plus menacés de mort au motif d’apostasie, puisqu’ils seraient nombreux, protégés, et débarrassés de ceux qui auraient choisi de partir pour ne pas renier leur foi et qui auraient été susceptibles d’appliquer la sentence de mort à leur encontre.

Nous pourrions envisager une dérogation pour les vieux musulmans sur notre sol depuis longtemps, et qui n’auraient posé aucun problème.

Les minarets seraient détruits, et les mosquées transformées en salles de fêtes, en gymnases, musées, bibliothèques, bureaux ou écoles et pourquoi pas en églises, temples bouddhistes, maçonniques ou protestants, synagogues, etc.
Les imams pourraient même se faire curés ou rabbins pour prêcher au nom du Dieu unique, puisqu’ils prétendent qu’il s’agit du même.

On dissout les sectes religieuses considérées dangereuses pour la liberté de conscience et la liberté tout court, et il n’y a aucune raison pour ne pas faire la même chose avec l’islam, autrement plus dangereux pour la liberté et l’intégrité physique des citoyens.

Marc Larapède

http://ripostelaique.com/  du 21/06/2015

« Boubakeur » Est Un Parasite Imposé!

chartres-300x168 (1)

Notre civilisation n’est pas
un espace à conquérir !

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, plein de componction, a présenté la transformation d’églises en mosquées comme une possibilité somme toute assez logique.
Lorsqu’on travestit à ce point la réalité dans un débat, on ne peut qu’éveiller des doutes dans les esprits animés des meilleures volontés.

Certes, l’islam s’est plu à évoquer les religions du Livre puisque chrétiens, juifs et musulmans ont en commun l’Ancien Testament, et que Jésus et Marie sont cités avec déférence dans le Coran.

Mais sous cette apparence œcuménique se cache une réalité toute différente.
Monsieur « Boubakeur » nous dit que c’est le même Dieu.
Or, dans le Coran, Le Dieu trinitaire des chrétiens est clairement visé comme une conception « associationniste », qui est le péché le plus grave.
Il y a, par ailleurs, peu de rapport entre le message évangélique du Christ, celui de l’Amour, et l’exigence de soumission formulée par le Dieu vindicatif qui transmit ses volontés à Mahomet.

À part l’idée d’un Dieu créateur unique, les théologies n’ont guère de point commun.

Le président du Conseil français du culte musulman nous dit encore que les rites sont voisins et fraternels.
Or, il n’y a rien en commun en ce domaine.
D’abord, l’une des innovations essentielles du christianisme se situe dans l’approche des rites que résume saint Paul :

« La vraie circoncision est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. »

Le rite vient après la disposition de l’esprit.

La précision du Coran sur les obligations rituelles s’oppose radicalement aux Évangiles qui indiquent un chemin à suivre, non des règles à observer.
De plus, les textes de l’islam manquent singulièrement de fraternité à l’égard des chrétiens.
Ainsi, la sourate 9 :

« Tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les, et guettez-les dans toute embuscade. »

La religion musulmane présente une particularité historique à laquelle la situation actuelle ne fait pas exception.

Elle s’est répandue par la conquête, et a soumis les mécréants conquis à la dhimmitude.

La présence d’un grand nombre de musulmans sur le territoire français a bouleversé notre laïcité mêlée de christianisme, tous deux apaisés.
Paradoxalement, on parle davantage de cette religion minoritaire que de nos traditions catholiques. Lorsqu’on s’inquiète, à juste titre, de la menace qui pèse sur notre identité quand on évoque la transformation d’églises en mosquées, on devrait aussi s’interroger sur le renoncement à cette identité qui vient de notre ignorance et de notre mollesse.
La France couverte d’églises, de cathédrales, de couvents et d’abbayes, parcourue en tous sens par des pèlerinages et des processions, a laissé la place aux foules de consommateurs qui se pressent dans les hypers, si possible le dimanche.
La visibilité d’une minorité religieuse importée a réveillé le laïcisme au point de mettre en question les symboles chrétiens qui font partie de notre paysage culturel.
Au-delà de l’opposition entre deux religions qui n’offrent pas la même vision de l’humanité, et notamment de la femme, c’est une confrontation entre deux civilisations qui se déroule.

Il faut être à la hauteur de celle à laquelle nous appartenons.

Que les musulmans puissent pratiquer leur culte dans des conditions convenables est souhaitable.
Que la plupart souhaitent mener une vie tranquille et compatible avec notre mode de vie est probable.
Que certains trouvent dans leur religion des règles qui les aident à bien vivre en société est sans doute vrai.

Mais il est impératif de remettre les pendules à l’heure :
Celle du clocher de l’église, qui rappelle que notre vieille civilisation est romaine et chrétienne, et qu’elle n’est pas un espace à conquérir.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/06/2015

Normal 1er, Le Québec Te Regarde !

hollande-baise-la-france- (1) 

Le p’tit coq nain de Tulle

 

Comme une bénédiction, le pouvoir présidentiel
Aiguise bien souvent, l’appétit sexuel.
L’Élysée, ce palais, est une cage dorée,
Et pour s’en échapper, il a voulu ruser.
Voilà que, titillé par une envie pressante,
Grassouillet est allé retrouver son amante.

Hélas ! Un photographe par le scoop alléché,
Du haut de son balcon, a pris quelques clichés.
Ainsi, on a pu voir pépère emmitouflé,
A l’arrière d’un scooter, négligemment casqué.
La France est médusée, les Français sont perplexes,
Il est donc lui aussi un abonné du sexe ?

On avait échappé aux frasques de « D.S.K ».
Voilà que l’Élysée nous offre un autre cas…
Il n’a pas, on le voit, l’allure d’un Apollon,
Mais l’efficacité d’un fougueux étalon.
Tous ses vibrants discours n’étaient que du bidon,
La posture du dindon cachait un Cupidon ?

Entre deux « commissions » il s’en allait baiser,
Le monde, pendant ce temps, nous ridiculisait.
De Tulle jusqu’à Paris, de Paris jusqu’à Tulle,
Elles se sont succédées pour que Monsieur copule.
Maîtresses d’un instant, elles ne perdent pas au change,
Favorites pour un temps, ensuite elles engrangent.

Ségolène, à la banque, est bien sûr à l’abri,
Il a casé Anne à la mairie de Paris.
Finie la vie en rose avec sa Valérie,
Il faudra lui trouver un juteux petit nid.
Un carmel, un couvent, une belle abbaye ?
Afin d’éliminer une encombrante furie.
Il est parti à Rome, prendre l’avis d’un sage,
Et pour aussi, bien sûr, redorer son image.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Nous dire qu’il était NUL, qu’on s’était fait avoir,
Que si le blé manquait, c’était pas de sa faute,
Que tout son poulailler dansait d’une patte sur l’autre,
Grattait de ci de là, pondait des coquilles vides,
Plaçait tous leurs copains inutiles et avides,
De ne jamais rien faire, à part un peu de lard,
Que si l’on voulait bien, il n’était pas trop tard
Pour mettre le pays au niveau de la GRECE,
Et que de toute façon nous l’aurions dans… les fesses.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Les plumes en bataille, toujours reteintes en noir,
Nous dire: bande d’imbéciles, ne perdez pas espoir,
J’ai coulé la CORREZE, je n’en tire nulle gloire.
Patientez, patientez car je suis-là maintenant,
Pour couler la FRANCE aux bons emplacements.
J’ai pas beaucoup à faire, on m’aide constamment,
Les quarante inutiles s’appliquent à tous moments.
Et pendant ce temps-là, je m’occupe des poules,
Qui tournent autour de moi, vraiment, il y a foule !

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Dressé sur ses ergots du haut de son perchoir,
Fustigeant les rapaces, ses vils prédécesseurs,
L’empêchant lui et ses copains de faire leur beurre !
Le jabot de travers toujours évidemment,
Il aurait bien voulu se faire croire compétent.
Bien d’accord sur ce mot, en le coupant en deux
Sachant depuis longtemps qu’il nous restait les yeux
Pour pleurer sur la FRANCE, vidée, exsangue et nue
Par tous ces incapables, vivants comme des sangsues.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Il peut lisser ses plumes, vous vous êtes faits avoir.
Si l’important pour lui, ce n’est pas le chômage,
Il a bien trop à faire pour bouffer le fromage,
En s’occupant des gays, des drogués, et puis des émigrés,
Il faut bien sûr maintenant taxer les retraités,
Ceux qui ont voté pour lui, c’est bien pour leur malheur,
Il en a rien à foutre de tous les électeurs,
Maintenant qu’il a la place, il y met tout son cœur,
Pour vivre sur notre dos, comme toujours en douceur.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Il dit qu’il nous enfume, qu’on est de bonnes poires,
Qu’ils allaient nous presser comme de vulgaires citrons.
C’est bien fait pour notre gueule puisqu’on est assez con
Pour croire toutes les promesses qu’il ne veut plus tenir,
Il n’y avait pas de crise, il l’a pas vu venir…

Le p’tit coq nain de TULLE est un triste vautour,
Il s’est bien déguisé sous de jolis atours.
Il voudrait nous faire croire qu’il était SOCIALISTE,
Quand lui et ses copains sont tous CAPITALISTES.

Alors, n’attendez rien de ces tristes fumistes
Que des IMPOTS nouveaux ajoutés à la liste.

Un conseil pourtant : gardez quelques écus,
Achetez de la vaseline et planquez votre cul !

Autre Que Réseau Social

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43