INSOLITE, LECTURE

Extraits Choisis Plus Que Centenaires.

circuler1-300x225 (1)

La pathologie de l’islam

Le type psychologique de l’islam ou de l’islamisme est diamétralement opposé à celui de la France et du Christianisme.
Pour expliquer cette différence, il me suffirait de faire la comparaison suivante :
La France est regardée dans le monde comme le chef-d’œuvre du Christianisme, d’où le titre de fille aînée de l’Église.
En d’autres termes, la France est la nation qui a le mieux mis en pratique les idées mères de la philosophie antique, qui a évolué, constamment, durant quarante siècles, dans l’orbite de la civilisation.
C’est elle qui a le plus travaillé, le plus produit, le plus lutté, le plus bâti, le plus orné, le plus perfectionné, etc.
Avec ses villes remplies de monuments et d’œuvres d’art de toutes les époques, de toutes les
proportions… avec ses villages, ses châteaux, routes, canaux, communications, chemins de fer,
télégraphes, ponts, ports de mer, son sol en continuelle production et labouré d’une extrémité à l’autre du territoire… enfin avec ses usines, ses manufactures, foyers industriels, foyers intellectuels, la France est bien le résultat des idées philosophiques de l’antiquité et du Christianisme.

Le Christianisme, ou si l’on veut le système philosophique, forme l’individu :
à produire un travail sur la surface de la terre, sur la mer et même dans les airs ; à surmonter toutes les difficultés, à parcourir les déserts les plus noirs et les plus brûlants, les pôles les plus inhospitaliers,
à dominer les éléments et les animaux,
à soulever des montagnes,
à creuser ou à combler des mers,
à pénétrer les forces physiques et les secrets de l’immensité.
Et chose curieuse !
Cette intelligence philosophique, si vaste, si élastique, si supérieure, se laisse aveuglément dominer par ce qu’il y a de plus grossier et de plus bas, de plus abject, de plus faux et de plus traître : l’israélitisme et l’islamisme.

L’islam ne peut produire aucun travail, ni bâtir aucune ville, ni labourer la terre, ni creuser un canal, ni naviguer, ni créer une industrie, ni élever un monument, ni étudier une science, ni porter secours à ses semblables, ni soigner un malade, ni combattre une épidémie, ni embellir une portion de terre, ni faire des routes, ni former des individus laborieux, ni organiser une société, ni constituer une famille, ni faire rien d’utile.
Tout son génie se résume en trois mots :

dominer, exploiter, détruire

Le principe fondamental de l’islam consiste à s’emparer violemment de tout ce qu’il trouve sur son passage, à le subjuguer, hommes ou choses, et à remplacer les noms et les dénominations de ces choses et de ces hommes par des noms et des dénominations de sa fantaisie.
Fait non moins étrange !
L’Islam a une puissance de décoloration extraordinaire, au point que tout homme ou toute chose qui tomberait sous sa dépendance ou sous son influence perdrait jusqu’à la dernière teinte de son origine, jusqu’aux traits caractéristiques de la physionomie.
Par exemple :
L’islam a pris des églises Chrétiennes, bâties par des Chrétiens, et en a fait des mosquées.
Il a changé le culte, la dénomination et a rendu l’édifice méconnaissable.
L’islam a contraint des individus laborieux et productifs à embrasser l’islamisme ?
Il a changé leurs noms, désagrégé leurs familles, altéré leurs facultés cérébrales, jusqu’à les faire douter qu’ils fussent jamais d’une autre origine.
L’islam exerce dans le cerveau humain l’action d’un poison narcotique qui atrophierait, avec une surprenante rapidité, les cases de la mémoire, comme un corrosif qui brûlerait certains lobes cérébraux qui en désorganiserait le mécanisme naturel, jusqu’à effacer le passé héréditaire de l’individu, et à le faire rétrograder vers une espèce particulière de bêtes fauves.

Les Musulmans, en général, ne peuvent être examinés autrement que comme une sorte de bêtes féroces : fauves, reptiles, rongeurs, à conformation humaine.[....]

L’islam ou l’islamisme ou le mahométisme, n’est pas à proprement parler, une religion comme le sont le Christianisme, le Judaïsme, le Bouddhisme, le Fétichisme.
Ces religions sont transformables mais indestructibles parce qu’elles dérivent et sont faites de tout un ensemble d’idées, d’instincts, de principes, d’habitudes systématisées, développées, fortifiées par une longue accumulation héréditaire…de traditions, étayées les unes sur les autres dans un passé de 50 ou 100 siècles…de coutumes cimentées, cristallisées, solidifiées.

L’islamisme, au contraire, n’est pas transformable mais il est destructible de fond en comble et, cette destruction peut s’opérer, dans le cerveau des 130 millions de Musulmans, avec la même spontanéité que celle qui l’a fait éclore, en 625, de l’ère chrétienne.

L’islamisme n’est pas une élaboration de l’esprit humain, ni le résultat du travail, des coutumes, des traditions, des principes d’une masse d’individus, ni l’œuvre de plusieurs générations successives.
L’islam est l’effet de la contagion d’une seule intelligence excentrique constituant une inversion morale, c’est l’œuvre d’un imposteur prodigieux sur un terrain sans obstacle, de l’espèce de « Cagliostro », de « Mesmer », de « Cornélius Herz », c’est le système cérébral d’un seul homme : « Mahomet », et d’un seul livre : le « Koran ».

Cette idée exige quelques développements.

L’islamisme n’a subi, depuis son apparition, aucune évolution, aucune amélioration, ne s’est adapté à aucun événement de l’histoire.
Il est tel qu’il fut à son début.
Les 130 millions de Musulmans d’aujourd’hui ont le même horizon intellectuel que les Musulmans du moyen-âge, le même que ceux de l’époque de Mahomet et tous, de nos jours comme dans les siècles antérieurs, sont formés au même moule ou si l’on veut, découpés sur le même patron que le Prophète.
Ils ont les mêmes passions, les mêmes manies, les mêmes vices, les mêmes extravagances, les mêmes défectuosités intellectuelles, les mêmes ardeurs, les mêmes impulsions, en un mot le même caractère, le même tempérament.

Tout Musulman, n’est qu’une silhouette de son prophète, sieur Mahomet 1.
( « Blaise Pascal » fait une réflexion curieuse (Art. XII)

« L’Alcoran (le Koran) dit que saint Mathieu était homme de bien.
Donc Mahomet était faux prophète, ou en appelant gens de bien des méchants ou en ne les croyant pas sur ce qu’ils ont dit de Jésus-Christ.
Ce n’est pas par ce qu’il y a d’obscur dans Mahomet, et qu’on peut faire passer pour avoir un sens mystérieux, que je veux qu’on en juge, mais par ce qu’il y a de clair, par son paradis et le reste.
C’est en cela qu’il est ridicule.
Tout homme peut faire ce qu’a fait Mahomet :
Nul homme ne peut faire ce qu’a fait Jésus-Christ. »)

Par exemple :
Mahomet ne savait pas naviguer et avait peur de l’eau.
Jamais l’islamisme n’a pu former des marins.
Il s’est cependant servi de marins non-musulmans.
« Men nezel elbahra morreyteni fkad kefer » — (celui qui s’embarque deux fois sur mer est un infidèle), dit dans le Koran, le Chamelier de la Mecque.
Mahomet avait une aversion pour la musique.
Jamais un Musulman n’a pu composer un petit morceau de musique quelque insignifiant qu’il fût.
Si les Musulmans n’ont aucune aptitude pour la mécanique, la navigation, les sciences, les arts, les travaux publics, la médecine, la botanique, l’astronomie, les mathématiques, l’architecture…s’ils sont obligés, pour l’administration de leurs finances, l’organisation de leurs armées, leur diplomatie, d’avoir recours aux chrétiens, aux persans, aux hindous, c’est parce que Mahomet ne connaissait rien de tout cela, et comme le Koran habitue l’homme à tourner de gauche à droite il est absurde de leur demander pourquoi ils ne tournent pas de droite à gauche.

Mahomet et le Koran sont les deux uniques colonnes ou plutôt les deux supports sur lesquels est assis l’édifice de l’islam.

Si quelque pouvoir énergique détruisait l’un ou l’autre support, l’édifice islamique s’écroulerait comme une vieille baraque de vieux plâtre.

Cet écroulement ne produirait ni révolte, ni réaction, ni protestation.

La reconstitution en serait impossible.

Daniel Kimon

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k133728m

 

 

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43