Archive | juin 2015

Le Qatar Veut Faire La Loi Chez Nous?

méchanceté- 1

Le Qatar
défendeur en France  ?

Le Quatar « islamiste » attaque les Patriotes Français et « la caste » bien-pensante applaudit !

Les poursuites judiciaires intentées par le Qatar contre « Florian Philippot », parlementaire français, constituent une véritable ingérence dans notre vie démocratique.
Elles mettent en lumière la volonté de cet État de réduire au silence ceux qui s’opposent à sa politique de soutien au djihadisme et à son influence sur notre sol.

L’absence générale de réaction de la classe politique est indigne.
Elle confirme sa soumission à cette puissance étrangère pour laquelle tout peut se monnayer, et tout peut donc s’acheter.
Il est vrai qu’on imagine mal, par exemple, un Nicolas Sarkozy, dont le mandat avait été marqué par les avantages délirants accordés aux Qataris, se permettre de critiquer les émirs.
Hier encore, c’est Anne Hidalgo qui s’est illustrée en soutenant le Qatar dans ses démarches judiciaires visant à faire taire un élu de la nation.

Le maire de Paris a ainsi montré le vrai visage de cette « gauche » bobo dont la morale est à géométrie variable.

Impitoyable dans ses sermons avec les Français qui ne partagent pas ses lubies, elle se fait subitement muette, et même complice, vis-à-vis d’un État qui finance l’islamisme et le djihadisme dans plusieurs pays, punit l’homosexualité de coups de fouets et même d’emprisonnement, ou encore exploite des ouvriers dans des conditions insupportables pour préparer un Mondial dont les conditions d’attribution sont chaque jour davantage remises en question.
Enfin, la personnalité des deux avocats intervenant pour le Qatar dans cette affaire semble démontrer que les connivences se poursuivent jusque dans les prétoires !
En effet, Maître « Jean-Pierre Mignard », militant socialiste de très longue date, est connu pour être l’avocat mais aussi le conseiller de « François Hollande », tandis que son acolyte Maître « Francis Szpiner » a lui été l’avocat et conseiller de Jacques Chirac, mais aussi de Jean-François Copé et a même été candidat UMP à plusieurs reprises.

Face à cette allégeance qui fait honte à la France, le Front National démontre, en étant ciblé à travers l’un de ces vice-présidents, qu’il est le seul parti réellement libre.
Le Front National se bat pour la France et les Français, et n’a de comptes à rendre qu’à eux seuls.

Entre la soumission et l’indépendance, les patriotes, eux, ont fait leur choix !

Nicolas Bay

La Lettre du Front du 5 juin 2015

Image de prévisualisation YouTube

Nos palais de justice « républicains », notre magistrature « républicaine », le personnel de maintenance afférant à tout jugement, n’ont pas à se charger des poursuites par un pays étranger contre un élu Français.
Pourquoi ce Qatar ne s’adresse-t-il pas à Bruxelles, avec les mêmes avocats s’il le souhaite ?
L’UMPS pousse le bouchon un peu loin !

Scandale Dans L’Audiovisuel Français.

numero23- (1)

Qu’est-ce que c’est ?

« Numéro 23″ est dans le collimateur des sociétés de droits d’auteur.

Personne ne connaît vraiment la chaîne « numéro 23″ sur la « TNT », mais l’histoire de sa vente en cours, pour 88 millions d’euros, au « groupe nextradiotv » (« RMC », « BFMTV ») fait du bruit.

Des députés de diverses obédiences se sont émus de ce scandale et ce sont à présent les sociétés de droit d’auteur qui rentrent dans la danse en assignant la chaîne pour non-paiement de droits.
En attendant l’aval du « CSA », qui doit autoriser ou non la vente, cinquante « acteurs de la diversité » ont néanmoins publié une tribune dans « Libération » le 28 mai dernier afin de soutenir le projet éditorial de la chaîne.

L’histoire de « Numéro 23″ fait d’autant plus scandale… qu’elle est parfaitement légale.
La chaîne, qui s’était présentée comme le porte-drapeau de la « diversité » (origine, sexe, handicap) avait obtenu du « CSA » une fréquence gratuite en 2012.
Ensuite, elle a respecté les règles – deux ans et demi de diffusion, paiement de la taxe de 5% sur les plus-values des chaînes « TNT », mais pas ses engagements, puisque sa grille éditoriale comprenait des séries américaines ou encore des émissions sur les phénomènes paranormaux et le tatouage.
Mais c’est bien le fait de “faire une plus-value sur le domaine public“, à partir d’une fréquence obtenue gratuitement, qui choque l’opinion publique.
Sans parler de la diversité comme cache-sexe du business…
Légale, la transaction est donc choquante au plan moral, particulièrement dans un pays englué dans une crise profonde qui touche non seulement l’économie, mais aussi son modèle de société.

Pour mieux comprendre l’affaire, « Lyon capitale » a conçu une petite vidéo que l’on peut consulter ici.

Image de prévisualisation YouTube

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Selon la revue « Stratégies » du 29 mai dernier, plusieurs sociétés de droits d’auteur – comme la « SACEM », la « SCAM » ou la « SACD » – ont assigné en justice la chaîne « Numéro 23″ car elle n’a pas payé des droits dont elle devait s’acquitter.
Le préjudice est évalué à 1 million d’euros et une première audience doit avoir lieu le 18 juin…

 

http://www.ojim.fr/  du 05/06/2015

Refusons Enfin Cette Manipulation !

impuissance (1)

Le pouvoir et… l’impuissance.

Le Pouvoir, quelle tentation !
Pour les meilleurs, c’est le pouvoir de faire, de commander, de diriger, de bâtir et peut-être, pour les exceptions, de servir le Bien Commun…
Pour la légion des mauvais, c’est de s’asseoir sur un siège et de revêtir les attributs, de jouir des privilèges et de satisfaire ainsi un profond narcissisme.
Certes, toute la pensée libérale est fondée sur l’idée que le pouvoir tend à l’excès et qu’il faut impérativement le limiter.

« Tout pouvoir pense continuellement à se conserver, à s’affirmer, à s’étendre »

disait « Alain », et avant lui, « Montesquieu » établissait un célèbre principe :

« Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. »

Mais, le danger qui menace n’est plus celui-là.

Aujourd’hui, c’est l’impuissance du pouvoir qui est le problème le plus angoissant de nos sociétés, et particulièrement de la France.
L’appareil et l’apparat sont toujours présents.
Mais, l’agitation de surface ne conduit à rien.

Les exemples sont hélas trop nombreux.
En politique étrangère, les pays les plus riches et les plus puissants du monde ne parviennent pas à contenir le prétendu « Etat islamique » et se contentent de bombardements « homéopathiques » totalement inefficaces faute d’une intervention au sol et du courage des alliances indispensables avec l’ennemi de nos ennemis.
Pendant ce temps, les populations locales sont martyrisées et obligées de fuir.
Là encore, la situation libyenne s’étant détériorée, un flot d’immigrants se déverse sur une Europe passive en passant par un pays qui a sombré dans l’anarchie en raison de l’inaction qui a suivi une action intempestive.
En revanche, « Poutine » fascine et excite l’hostilité heureusement molle de nos « dirigeants » parce qu’il est encore un pouvoir authentique.
Le conglomérat européen, si hautain avec lui,  ne parvient toujours pas à résoudre la question grecque.
Les élections britanniques ont salué les résultats de la politique menée par Cameron.
Hors de l’Euroland, il a pratiqué une gestion clairement libérale de l’économie, très différente de celle de l’Europe continentale.
Le différentiel de croissance dit assez ce que peut produire le volontarisme des réformes lorsqu’un pays a sauvegardé l’essentiel de son indépendance, lorsqu’il y a encore un vrai pouvoir.

Le spectacle donné par le pouvoir en France oscille entre le grotesque et l’odieux.

Les rodomontades sur l’inversion de la courbe du chômage se sont éloignées.
Le « Président » au bout d’une longue phrase penaude et alambiquée nous dit une fois encore qu’il faut de la croissance, alors qu’elle revient un peu en Europe et s’importera chez nous.
Mais des fleurons parmi nos entreprises passent à l’étranger et la seule réponse à la montée du chômage est à nouveau le recours aux emplois aidés, c’est-à-dire à la dépense publique, comme si celle-ci n’était déjà pas responsable de notre effondrement.
Pendant ce temps, le pouvoir s’accroche à ses hochets et à ses rentes.
Ni Thévenoud, ni Lavrilleux ne songent à abandonner leurs sièges de députés national ou européen quelques soient leurs supposées turpitudes et l’inutilité de leur « pouvoir ».
L’entre-soi d’en-haut assure le recasement  des amoureux des belles chaussures ou des addictifs aux taxis.
La République a suffisamment de fromages pour que les rats qui prospèrent dans les cabinets soient toujours bien nourris.
Rien à voir avec le chômeur de cinquante ans jeté au bord du chemin !
Bien qu’en France, la Justice ne soit qu’une « autorité », on reste stupéfait devant le canard sans tête de l’affaire d’Outreau qui continue à courir  en ignorant l’innocence emprisonnée et en permettant à un juge pour le moins défaillant de conserver bonne conscience.
Rien à faire du monde d’en-bas qu’on appelle les justiciables…

Certes le conformisme de l’opinion tend à faire accepter l’inacceptable à la longue pourvu que la connivence du microcosme médiatique l’entretienne.
Parfois, lorsque l’occasion d’une élection, (ou mieux d’un référendum), en crée la possibilité, la révolte du bon sens et de la dignité s’exprime.
Mais, bien au-delà, la léthargie confortable du pouvoir devrait susciter une prodigieuse envie de révolution.
Comme l’écrivait le « comte de Saint-Simon » (et non le duc):

« l’incapacité est un crime aujourd’hui chez ceux qui consentent à se charger de diriger les peuples :
Mais quand l’ineptie veut de plus s’arroger le monopole de la pensée, on ne sait comment qualifier une telle monstruosité. »

On ne peut mieux dire.

Nous en sommes là.

Christian Vanneste

 

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 04/06/2015

padamalgam

Taisons – Le Quand Cela Craint Trop !

censure1

Troisième nuit de tensions à Tourcoing !

Voitures brûlées, poubelles incendiées et jets de projectiles contre les policiers : TROIZIEME nuit d’émeutes jeudi à Tourcoing dans le quartier de la Bourgogne, après la mort dimanche soir d’un jeune homme dans un accident.
20 personnes ont été placées en garde à vue.

C’est la troisième nuit consécutive de violences dans le quartier de la Bourgogne, à Tourcoing, jeudi, depuis que « Pierre-Elliott », 19 ans, est mort dans un accident de voiture dans la nuit de dimanche à lundi.
Le jeune homme se trouvait à bord d’une automobile qui fuyait un contrôle policier et qui a percuté un arbre.
Un autre passager est griévement blessé.
Ce qui inquiète les forces de l’ordre, c’est que le périmètre des incidents s’est élargi cette nuit.

Jeudi matin, le quartier de la Bourgogne à Tourcoing était calme

« Anne-Claire Gauchard » s’est rendu à Tourcoing jeudi matin.
Notre reporter a raconté ce qu’elle a vu sur France Bleu Nord à midi :

« Je n’ai pas vu de voitures ou de poubelles brûlées, pas de projectiles par terre. Juste la marque d’un jet de pierre sur la vitrine d’une petite épicerie.
Les habitants m’ont raconté qu’une dizaine ou une vingtaine de jeunes avaient tenté d’incendier un supermarché discount.
Des habitants qui ne parlent évidemment que de ces trois dernières nuits, très agitées
« .

Des habitants qui critiquent le dispositif policier mis en place :
Des chiens, un véhicule anti-émeutes, un hélicoptère, des CRS, tout ça pour limiter les violences, selon la Préfecture.
Mais pour les habitants, cela s’accompagne de provocations de la part des forces de l’ordre, ce qui attise plutôt la colère des jeunes.

De nouveaux quartiers concernés

Cette nuit, des accrochages ont eu lieu dans le quartier de la Bourgogne mais aussi à Epidème, Croix-Rouge et Pont-Rompu où les forces de l’ordre ont été visées par des jets de projectiles.
A Roubaix et Wattrelos, il y a également eu quelques incidents disparates, mais on ne sait pas encore si ces événements sont liés à la mort de « Pierre-Eliott ».

Pour le moment, les incidents n’ont heureusement pas fait de blessés, 20 personnes ont été placées en garde à vue.
Le procureur de la République de Lille, « Frédéric Fèvre » a annoncé la tenue d’une conférence de presse jeudi après midi à 16h30.

Un guet-apens tendu aux policiers ?

Les incidents ont démarré vers 22h.
Une quarantaine de personnes a voulu en découdre avec les forces de l’ordre, jetant des pierres et des projectiles enflammés.
Une vingtaine de voitures ont été incendiées, des poubelles également, pour attirer les pompiers dans des guet-apens.

Mais la soirée n’a pas dégénéré.
Le dispositif de sécurité était important :
une centaine de policiers était mobilisé, ainsi qu’un peloton de CRS, un véhicule anti-émeutes et un hélicoptère de la gendarmerie.
 Ce qui inquiète surtout les policiers, c’est qu’au fil des nuits, les incidents s’étendent géographiquement, à certains quartiers de Wattrelos et près de la frontière belge.

Inhumation de Pierre-Eliott jeudi

Une enquête administrative a été ouverte pour faire la lumière sur les conditions de la mort de Pierre-Eliott dimanche soir, a confirmé le maire de Tourcoing, l’UMP « Gérald Darmanin ».
Une marche en la mémoire du jeune homme a rassemblé une centaine de personnes hier dans le calme.
Il doit être inhumé jeudi.

Source : Marie Mutricy pour « France Bleu Nord »

Gaïa pour « Dreuz.info »

police (1)

http://www.dreuz.info/  du 04/06/2015

 

Il ne faut surtout pas en informer les autres régions,  cela va toujours très bien chez  ’madame la marquise’ !
Cela risquerait de donner des idées, qui sait ?

Mais pourquoi n’a-t-on pas le droit de savoir ce qu’il se passe en France ?

Le scandale de la « Fifa » ? Mais on était au courant ! De la fumée !
Des chiens écrasés pour détourner notre attention, les journaleux font un travail de maquillage !

L’ Education Et La Justice Du Chaos.

mur_des_cons- (1)

Justice Mur des Cons,
Justice à deux vitesses

 

Justice à deux vitesses, justice du mur des cons,

6 mois de prison ferme pour délit d’opinion.

Au nom du mantra du multiculturalisme,

« Boris Le Lay » se voit condamné pour racisme,

Pire, provocation à la discrimination,

Pour avoir dit qu’il n’y a pas de Celte noir

Ce qui serait une révolution pour l’Histoire

Et pour la génétique, là n’est pas la question.

Qu’importe le personnage, plutôt controversé,

Récidiviste de « dérapages » incontrôlés,

Qui, en ces temps de culte du fameux vivre-ensemble

Refuse d’aller au pas et privilégie l’amble…

Coupable désigné, pour des propos suspects

De non conformité au diktat érigé :

« L’immigration c’est bien, ça enrichit la France,

Ca paiera nos retraites », dixit nos chères instances.

Sans agréer ses dires, d’une France licratisée

Il lui faut reconnaître des positions « burnées ».

Malgré les  menaces et mesures de rétorsion,

Il maintient ses propos contre l’immigration.

Condamné pour avoir émis une vérité.

L’esprit « Charlie » ne ferait-il guère plus effet,

Ou serait-ce une sanction faite pour intimider ?

Quiconque ose critiquer aura la tête coupée ?

Quand on lit la sentence, également appliquée

Pour les faits divers ci-dessous répertoriés,

Agressions, fraudes, violences et autres joyeusetés,

Ca pose question sur la dite impartialité.

Ca interroge sur la liberté de pensée.

La déclaration des droits de l’homme falsifiée

Ou, bien plus grave, littéralement interprétée

Par une magistrature aux ordres, inféodée.

Mutirécidiviste, l’éternel délinquant

Sera absous par cette clique de bien-pensants.

On lui trouvera l’excuse de n’être pas natif

Du bon côté de la ceinture du périf,

On lui pardonnera ses quelques errements,

Faute à la société d’avoir nié son talent,

On battra notre coulpe « ad vitam aeternam »

De ne lui avoir inculqué respect des femmes,

On se flagellera d’une école élitiste,

Paternaliste, colonialiste, surtout raciste.

Par contre, n’aura pas droit à cette condescendance

Le de souche qui s’inquiète du futur de la France,

Tout ce multi, confessionnel et culturel

Qui présage et augure du multiconflictuel.

Le constater, l’écrire lui vaut déjà procès,

La dix-septième chambre s’en est fait spécialité.

En ces temps où l’on prône l’inversion des valeurs,

Où des mots sont traités avec plus de rigueur

Que des atteintes à des personnes ou/et aux biens,

De l’univers d’Orwell, nous ne sommes pas loin.

Justice du mur des cons, justice à deux vitesses

D’une garde des sceaux et d’une ministresse

Venues d’ailleurs, sans doute pour donner des leçons

Au pays qui aime bien « Audiard », ses citations…

mur_des_cons

Consulter :

(http://www.ledauphine.com/faits-divers/2014/04/04/six-mois-de-prison-ferme-pour-l-agression-d-un-jeune-de-18-ans)

(http://www.closermag.fr/people/news-people/samy-naceri-condamne-6-mois-de-prison-ferme-30314)

(http://www.atlantico.fr/pepites/beziers-six-mois-prison-ferme-pour-avoir-balance-chien-fenetre-981118.html)

(http://www.linfo.re/la-reunion/faits-divers/645685-feu-de-cannes-a-ste-anne-6-mois-de-prison-ferme-pour-l-incendiaire)

(http://www.24matins.fr/agen-6-mois-de-prison-fermes-pour-apologie-dacte-terroriste-dans-un-train-150108)

(http://www.tendanceouest.com/actualite-91375-6-mois-de-prison-ferme-pour-avoir-mutile-sa-compagne.html)

(http://www.newsauvergne.com/faits-divers-actualite-auvergne-letacuteessentiel-des-actualites–des-news-des-infos-en-auvergne—newsauvergnecom-ra4/les-cambrioleurs-violents-punis-de-6-mois-de-prison-ferme-actualite-auvergne-letacuteessentiel-des-actualites–des-news-des-infos-en-auvergne—newsauvergnecom-ac7463.html)

(http://www.acuite.fr/actualite/profession/65249/un-opticien-de-montbrison-condamne-pour-fraude-6-mois-de-prison-ferme)

(http://www.tendanceouestrouen.com/actualite-87642-6-mois-de-prison-ferme-pour-avoir-agresse-des-policiers.html)

 

Oreliane

 

http://ripostelaique.com/  du 04/06/2015

Sommes-Nous En Voie De Disparition?

-famille-bebes

Chômage et démographie !

Peu de choses m’exaspèrent autant, face aux divers journaux télévisés, où Dieu sait pourtant que les motifs d’exaspération ne manquent pas, que les autocongratulations rituelles sur l’excellente santé « prétendue » de la démographie française.

Elles sont exaspérantes à mes yeux pour deux motifs, à deux niveaux.

Il y a d’abord que ce dynamisme tant célébré de la démographie française, bien loin d’être un élément de force, et l’expression d’une résistance face au changement de peuple, en est en fait la manifestation même.

Qui naît en si appréciable quantité dans notre pays, en effet ?

Les rejetons des remplaçants, pas ceux des remplacés.
Il suffit pour s’en convaincre d’observer dans les journaux les listes des naissances et aussi celles des décès.
Je sais bien qu’on a reproché à « Robert Ménard » de tabler abusivement sur les prénoms pour se faire une idée opératoire des aspirations et des besoins divers de ses différentes catégories d’administrés, mais enfin il est peu vraisemblable, et même l’hypothèse est statistiquement négligeable, que « Benoît Lamagistère » exige de la viande halal, à la cantine du collège, et que « Saïd Ben Lassaouï » se fasse porter pâle samedi prochain pour cause de première communion.
Je ne dis pas que c’est exclu mais c’est peu vraisemblable.

Or, au premier coup d’œil à la chronique « carnet » des journaux, on constate sans aucun doute possible que les Jacques, les Benoît, les Philippe, les Léon, les Gérard et autres Maxime ont une fâcheuse tendance à passer l’arme à gauche, tandis que les Saïd, les Yacine, les Mamadou, les Yasmina, les Mohammed et les Chérif  mettent à naître et à proliférer, au contraire, une ardeur et un enthousiasme incomparables.

Ce que reflète avant tout le dynamisme tant vanté de la démographie « en France » (plutôt que « Française », dans ces conditions), c’est le Grand Remplacement.
Toutes les dispositions prises pour stimuler la natalité ont surtout constitué une formidable incitation à l’immigration de masse et elles précipitent le changement de peuple.
La nature même de la prétendue bonne santé de la démographie française fait que je n’y vois, personnellement, aucun motif de réjouissance.

D’autre part, et plus profondément, en toute indépendance de ses aspects ethniques plus ou moins souhaitables, faut-il nécessairement considérer que c’est une bonne santé pour la seule raison que c’est un dynamisme (relatif) ?

Le moins qu’on puisse dire est qu’il y a là matière à discussion.

Or, justement, sur ce point comme sur beaucoup d’autres, la discussion est ce qui est exclu d’emblée.

Il naît en France, proportionnellement, plus d’enfants que dans les autres pays européens :
Nous sommes « censés » nous en réjouir tous, sans exception.
Je conçois très bien qu’on le fasse, et je respecte ceux qui le font, d’autant qu’ils sont majoritaires parmi mes amis politiques, souvent natalistes ardents, au moins pour les « indigènes européens ».
Mais j’aimerais bien qu’il soit fait une place à l’opinion contraire, et pas seulement parce que c’est la mienne.

Je tiens pour ma part, en effet – j’ai souvent eu l’occasion de le dire -, que la terre n’en peut plus de l’homme,
-qu’aucune croissance, et surtout pas la croissance démographique, ne peut être poursuivie indéfiniment,
-que l’artificialisation a mangé en France l’équivalent de sept départements en dix ans,
-que la campagne disparaît,
-que la banlieue gagne et s’universalise,
-qu’il n’y a plus d’espace pour l’âme et pour la beauté,
-que les vieux peuples allemand, italien ou russe ont bien raison de témoigner la sagesse d’une déflation démographique modérée,
-que la France n’a jamais été si grande ni si belle qu’avec quarante ou cinquante millions d’habitants (à vrai dire, c’est plutôt vingt, mais je ne suis pas un extrémiste),
-que l’élément le plus agissant de puissance et de bonheur sera bientôt l’espace et non plus le nombre hébété,
-que donc ce serait folie d’essayer de faire autant d’enfants que les Africains mais qu’il faut bien plutôt les empêcher de faire les leurs en Europe – et si possible les dissuader d’en faire en si grand nombre de toute façon, dans l’absolu, où que ce soit.

À quoi on m’objecte toute sorte de choses, et par exemple que la croissance démographique est indispensable à la croissance tout court, laquelle, à son tour, est seule à même de réduire le chômage.
Je ne tiens pas plus que cela à la croissance tout court, mais l’exigence de réduction du chômage constitue un argument massue, auquel on ne peut rien opposer.
Il a servi à promouvoir bien des désastres, « écologiques », notamment, esthétiques, culturels, paysagers.
Mais voici que se présente sur le tard un allié inattendu et précieux, pour les thèses décroissantistes et les miennes.
À quoi serait due en effet, selon les plus récentes analyses économiques, la persistance irréductible, en France, d’un taux de chômage exceptionnel, aussi exceptionnel que ladite « bonne santé »démographique ?
Eh bien précisément à cette prétendue « bonne santé » :
Laquelle, jointe à l’effondrement du système scolaire, lui-même assez étroitement lié au changement de peuple, jette tous les ans sur le marché de l’emploi des bataillons toujours plus fournis de nouveaux travailleurs potentiels, pour lesquels il est impossible de trouver toujours plus d’emplois, d’autant qu’une importante proportion d’entre eux sont parfaitement inaptes au moindre.

Moralité brève (j’ai été trop long) :
-déflation démographique,
-restauration scolaire,
(par le biais de l’inévitable sécession des volontaires des trois ordres :
professeurs, parents d’élèves et élèves eux-mêmes)

-décolonisation,
-remigration.

Renaud Camus

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 03/06/2015

Quand Je N’ Avais Que Vingt Ans…

francais-de-souche

Qu’est-ce que c’était bien,
Notre France !

Quand j’avais vingt ans, je pouvais sortir seul le soir, et laisser mon vélo contre le mur d’un immeuble.
Le mur était sans tags, et mon vélo sans antivol.
Je retrouvais les deux tels quels, et ne m’en étonnais point.

J’entendais parler de politique, mais jamais de «laïcité», d’« immigration », d’« islam », de « regroupement familial », de « communauté musulmane », de « voiles », de « mosquées », de « halal », de « mixité sociale », de « quartiers sensibles », de « zones de non-droit », de « territoires perdus de la République », d’«accommodements raisonnables », de « fatwas » ou encore de « tolérance ».

Les valeurs de la France allaient de soi, et les menus des cantines scolaires aussi.

-Certes, le patronat exploitait le prolétariat, et les syndicats organisaient des journées d’action pour défendre les travailleurs.
-Certes, tout le monde ne vivait pas dans l’opulence, mais le « Secours catholique » et les « Petites sœurs des pauvres » œuvraient de leur mieux, sans qu’on les accusât de porter atteinte à la laïcité.

Les faits divers n’étaient pas des « incivilités », et lorsqu’ils étaient violents, il ne s’agissait ni de « terrorisme islamique », ni de « djihadisme», ni d’« obscurantisme », ni de « racisme », ni d’ « antisémitisme », ni de « xénophobie » :
C’était toujours des faits divers, que la loi savait sanctionner.

Les frontières jouaient leur rôle.
Les étrangers n’imposaient pas leur mode de vie.
Les « prières de rue » étaient inconnues.
Les illégaux étaient des « hors-la-loi », non des « sans-papiers », et les Français de souche étaient des Français, non des « souschiens ».

L’appartenance à « l’identité nationale » coulait de source, à telle enseigne que j’étais français sans le savoir !
Evidemment, la « préférence nationale » ne posait aucun problème, puisqu’elle était l’expression du bon sens !

L’Instruction publique faisait son travail, la « théorie du genre » ne polluait point les consciences, et les élèves craignaient (et respectaient) les professeurs.

En sortant du CM2, nous savions TOUS lire, écrire et compter.

Au lycée, celui qui n’était pas content avait le droit de le dire, et s’il arrivait qu’on le fît taire, on lui épargnait l’obligation de penser selon la pensée dominante.

L’Histoire était prise en compte dans sa dimension chronologique.
La « repentance » n’existait pas.
Le service militaire s’adressait à tous, y compris à « Johnny Hallyday ».
Nous chantions La Marseillaise, et n’entendions aucun sifflet.
Notre drapeau était respecté, et personne ne confondait « patriotisme » et « nationalisme ».

Les crèches et les arbres de Noël avaient, au même titre que le 14 Juillet, les honneurs de la nation.

La France n’éprouvait aucune honte à se dire la « fille aînée de l’Eglise », et chaque année, la « Saint-Sylvestre » donnait lieu à de magnifiques réjouissances.

Bref, nous étions des Français libres dans une France libre !

Mais c’était il y a cinquante ans !

Maurice Vidal

http://ripostelaique.com/  du  n° 399, le 19/03/2015

 

P.S.
Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le 19/03/2015.

Il Faudra Cesser De Tourner En Rond.

Illustration contrat de travail

Que faire des chômeurs feignants ?

Ces patrons qui embauchent des chômeurs bosseurs !

« Aujourd’hui, c’est plus facile de rendre compétent quelqu’un de travailleur que de rendre travailleur quelqu’un de feignant. »

C’est à partir de ce constat simple, d’une logique implacable, que « James Faricelli », fondateur d’ »Alyl Sécurité », a fait le choix de recruter tous ses salariés parmi d’anciens chômeurs.
Résultat de l’opération :
Une équipe de quinze CDI hyper motivée et un chiffre d’affaires triplé en trois ans, qui atteindra un million d’euros cette année.
Jusqu’ici, seuls deux postulants n’ont pas convaincu. À noter que l’entreprise ne perçoit aucune aide de l’État.

Outre la hausse de 0,7 % en catégorie A, les chiffres du chômage dévoilés lundi assènent une réalité alarmante :
2,3 millions de chômeurs de longue durée, dont 740.000 depuis plus de trois ans.
C’est long, trois ans.
Comme un mi-mandat de président normal.
Va-t-il enfin prendre le taureau par les cornes ?
Non, car les partenaires sociaux rejettent déjà en bloc les propositions du patronat, notamment celle portant sur l’assouplissement du CDI.
Elle est pourtant inéluctable, tant la fracture entre les salariés surprotégés et ceux surprécarisés s’amplifie.
Aujourd’hui, un tiers des actifs qui s’inscrivent au chômage le font à l’issue d’un CDD, qui représente 86 % des offres d’emploi.

Dans une Italie qui s’extirpe à grand-peine de treize trimestres de récession et qui affiche un taux de chômage de 13 %, « Matteo Renzi » a débroussaillé une législation qui comptait une quarantaine de contrats de travail en instaurant le« Jobs Act », un système de flexisécurité à protection croissante en fonction de l’ancienneté.
50.000 postes ont été créés depuis le début de l’année, mais le dispositif a surtout contribué à transformer moult CDD en CDI, permettant ainsi aux employés de faire des projets à long terme.
Un contrat de travail unique ne suffira pas à inverser la courbe.
Mais il apportera stabilité et émulation au salarié, qui consommera davantage et sera aussi plus productif.
Le gouvernement Valls, lui, préfère balancer 100.000 emploi aidés supplémentaires pour faire semblant d’agir, et encourager le travail précaire en lâchant du lest sur le CDD.

Chacun sait que la formation professionnelle est un enjeu crucial.
Le droit individuel à la formation a été remplacé par le compte personnel de formation, censé mieux profiter aux chômeurs peu diplômés.
Bilan :
Depuis son lancement début 2015, le second a formé 600 personnes en quatre mois… contre 200.000 pour le premier sur la même période en 2014.
Une « bombe à retardement »dénoncée par « le mouvement des Hiboux ».
Pour son porte-parole, « Arnaud Portanelli », c’est « une usine à gaz, avec des stades de validation énormes, complètement déconnectés de la réalité ».
Entre autres aberrations, la bureautique ne fait plus partie des formations dispensées.

De même, l’inefficacité de Pôle emploi est régulièrement pointée du doigt : 

« Ils m’avaient envoyé n’importe qui !
Des personnes qu’ils voulaient faire sortir du chômage mais qui ne correspondaient pas du tout au profil recherché ! »

se plaint une gérante de PME qui, comme beaucoup, se tourne désormais vers « leboncoin », devenu le troisième site de recrutement :

« J’ai mis une annonce et hop !
Le jour-même, je recevais déjà des candidatures. »

Comment espérer sortir les chômeurs de la galère tant que perdurera en France ce fonctionnement monolithique, inféodé aux syndicats et aux bureaucrates ?

Tant que l’on ne s’attaquera pas aux vrais problèmes comme l’immigration de masse, sachant que le taux de chômage des immigrés hors Union européenne s’élève en France à 21 % ?

Tant que les PME et TPE seront plombées par des charges sociales et une fiscalité voraces, une réglementation sclérosée ?

Il est temps de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière.

Eloïse Gloria

http://www.bvoltaire.fr/  du 03/06/2015

Image de prévisualisation YouTube

Près de la Gare D’Austerlitz

Où Est La Neutralité Des Journalistes ?

orwell- (1)

Révolution dans les médias ?

Vendredi 29 mai dernier, à l’occasion des dix ans du « NON » au « Traité Constitutionnel Européen » (« TCE »), la journaliste « Natacha Polony » a lancé le « « Comité Orwell » », un collectif de journalistes qui se donne pour mission la « Défense de la Pluralité » et « De la Souveraineté Populaire » dans les médias.

La date n’a pas été choisie au hasard.

Le 29 mai 2005, le peuple français rejetait, par 54,67 % des voix, la constitution européenne.

Un vote exprimant une opinion majoritaire pourtant absente des médias qui avaient majoritairement mené une campagne agressive pour le oui, ne laissant aucune place aux opinions opposées à la leur.

Le traité rejeté par les Français sera adopté au Parlement moins de trois ans plus tard, bel exemple de trahison des élites.

C’est donc à ce moment précis que s’est révélée la « fracture » entre les élites (européistes) et le peuple (souverainiste).

« Les élites, ou plus précisément les gagnants de la mondialisation, ont, en effet, majoritairement fait campagne et voté pour le “oui” à ce référendum alors que le peuple a, lui, plutôt voté “non” »,

précise « Natacha Polony », la présidente du Comité, au « FigaroVox ».

Et celle-ci d’évoquer un « naufrage médiatique » à cette occasion :

« 90% des médias et des éditorialistes ont ouvertement fait la promotion de ce traité constitutionnel – avec une virulence parfois inimaginable – ce qui a souligné qu’il existait quasiment un intérêt de classe divergent. »

Compte tenu de ce constat accablant, qui a pu se vérifier et se confirmer tout au long de la décennie suivante :

« Il nous a semblé important de nous interroger sur notre capacité à penser autrement les pratiques qui se présentent à nous dans notre métier de journalistes, notamment en ce qui concerne les questions de société et les questions économiques… en essayant de sortir de cet unanimisme ».

Si la chroniqueuse affirme que nous :

« nous trouvons dans une période qui devrait être un triomphe démocratique, il n’y a jamais eu autant d’organes d’informations et de libertés »,

sur le terrain du réel, c’est tout le contraire.

« Nous sommes dans une époque de manipulation des mots, de transformation des vérités, où l’on ne débat pas avec celui qui pense différemment mais où on l’ostracise »,

constate-t-elle.

Outre sa présidente, le « Comité Orwell » compte parmi ses membres fondateurs d’autres personnalités, comme l’économiste « Jean-Michel Quatrepoint ».
Il a été lancé à l’initiative d’ »Alexandre Devecchio », journaliste pour les pages « Débats et Opinions » du Figaro et responsable du site« FigaroVox ».

Quelles seront les missions concrètes de ce collectif ?
Sur« Atlantico », « Polony » explique sa volonté :

« d’intervenir dans chaque débat d’idées où il nous semblera que l’on retombe dans ce travers de l’ostracisation ».

Il sera également question de :

« mettre en avant des penseurs qui d’après nous ne sont pas assez entendus sur certains sujets »,
ou encore « mettre en place, par des tribunes, des conférences ou des colloques, une réflexion » hétérodoxe
(« Le Figaro »).

En résumé,

« faire en sorte de nourrir le débat d’idées en France »
afin de ressusciter le pluralisme et, surtout,
de « redonner confiance aux gens dans la profession journalistique ».

Un travail herculéen, sans doute, mais ô combien nécessaire.

 

http://www.ojim.fr/  du 03/06/2015

Un Rêve Impossible, Sait-On Jamais ?

pollution-300x290 (1)

Chefs d’entreprise, entrepreneurs,
BARRONS-NOUS !

Les lois s’empilent, les conditions empirent, et les jurisprudences nous sont de plus en plus défavorables.

Il nous faut maintenant justifier de la non-augmentation des salariés !

Le droit du travail, les CHSCT, les impôts et taxes, plus rien n’est à notre avantage.
Je propose donc que chacun d’entre nous, les preneurs de risques, les faiseurs de rêves, les créateurs, les magiciens qui savent convaincre les investisseurs, partions de France, que nous allions sous d’autres cieux employer d’autres femmes et d’autres hommes, en les payant mieux que leur industrie locale ne les paie, parce que nous conserverons nos clients habituels, aux tarifs habituels.

Je propose qu’on déshabille entièrement la France de toutes ses entreprises privées,

ne laissant à la République qu’une coquille vide,

un grand cimetière de chômeurs par millions,

que l’État ne saura plus comment nourrir.

Lorsqu’une femme veut que son mari ingrat constate de visu l’importance réelle de ses efforts quotidiens et de sa présence discrète, il lui suffit de quitter le foyer une semaine pour que l’homme pleure.
Il faut faire de même avec nos entreprises.
Il faut vider la France, la vider de ses employeurs, la vider de ses riches, la vider de ceux qui travaillent de janvier à août pour payer les impôts.
Il faut que nous partions tous, afin d’assécher une bonne fois pour toute les ressources financières de cet État qui distribue à vau-l’eau le fruit de notre travail.
Et des millions pour l’AME.
Et des millions pour les « réfugiés ».
Et des millions pour les chômeurs.
Et des millions par-ci, par-là.
Des subventions aux associations.
Des subventions à la presse collaborationniste.

Nous ne voulons plus payer sans choisir où va notre argent.

Car c’est bien de notre argent qu’il s’agit !

Nous ne voulons plus prendre de risques et développer des entreprises pour nourrir des syndicats et employer des invirables.
Mais comme nous voulons rester dans la légalité, et puisque la grève de l’impôt est interdite, alors nous devons partir.
Quitter la France.
Vider les ressources de la République qui nous hait tant.
Montrer à la France à quoi elle ressemblerait sans nous.

Partons.
Laissons les clefs à Juppé, Sarkozy, Hollande, Valls, Mélenchon, etc.

Regardez ce qu’est devenue l’Algérie
après notre départ.

Ça vous donnera une idée de ce qui attend la France lorsque nous serons partis.

Partons, et recommençons ailleurs.
Nous savons le faire.
Je trouve même que c’est motivant.

Robin de La Roche

http://www.bvoltaire.fr/  du 02/06/2015

Hélas, ce n’est qu’un rêve, et aller où, avec qui ?
Peut-être en Russie, avec tous les Français anti-mondialistes, islamophobes, bref autochtones, il doit bien y avoir de la place à condition d’y être acceptés.
Mais que se passerait-il de vos séniors et de leurs retraites ?
Ils sont de plus en plus nombreux et une loi serait vite votée pour les en priver en punition de vos départs.
Et ne voyez-vous les vautours qui n’attendent que ça, que la place soit vide pour investir les lieux ?
USA, Qatar ou autre pour mettre ce qui reste en esclavage pire que ce chaos actuel !
Ne désertons pas !
Même si l’été est proche, hivernons sur place dans une économie de mouvements.
Pas besoin de partir pour qu’il y ait du chômage, il explose à nouveau et nous sommes toujours sans le sou, après la Grèce, c’est notre tour !
Les rats anglais veulent quitter le navire, l’Europe bat de l’aile.

Notre France Fut Aussi Un Royaume !

chambord-republique-300x181 (1)

« Secrets d’Histoire »
célèbrerait-il trop
les rois ?

Après s’en être pris au « Métronome » de « Lorant Deutsch » ainsi qu’au jeu « Assassin’s Creed Unity », le front de gauche ressort sa guillotine médiatique.
Cette fois, c’est l’émission « « Secret d’Histoire » » présentée par « Stéphane Bern » sur« France 2″ qui s’est attirée les foudres révolutionnaires des héritiers de Robespierre.
Dans une lettre adressée à la nouvelle présidente de « France Télévisions« , « Delphine Ernotte » (pas encore en fonction), « Alexis Corbière » et « Jean-Luc Mélenchon » ont tenu à l’« alerter » sur les contenus de l’émission.

Prenant acte du succès de celle-ci, et lui reconnaissant une grande qualité de production, les deux hommes commencent leur plaidoirie en regrettant le portrait qui a été dressé, le mardi 19 mai, du roi Louis XVI, volontairement rebaptisé « Louis Capet » comme au bon vieux temps du tribunal révolutionnaire.

Dénonçant :

« les contenus idéologiques de ces émissions et le choix très orienté des sujets »,

le « Front de Gauche » constate que :

« depuis 2008, France 2 a diffusé 88 épisodes différents de “Secrets d’Histoire”.
Sur ces 88 opus, plus de 60% sont consacrés exclusivement à des monarques et leurs favorites.
Sur les moins de 40 % restant, dont l’essentiel est consacré à des artistes (écrivains et peintres), ou des personnages folkloriques et très secondaires de l’histoire universelle (…) seulement 5 émissions, soit 6% (!) de la totalité, ont été consacré à des personnalités ou des lieux liés à la République. »

Diantre !

La République ne serait donc qu’une petite partie, récente de surcroit, de l’histoire de France ?

« Corbière » et « Mélenchon » semblent en tout cas le découvrir, avec d’autant plus d’aigreur que, comme ils l’ont rappelé eux-mêmes, l’émission de « Stéphane Bern », aussi centrée sur l’Ancien Régime soit-elle, attire 3 à 4 millions de téléspectateurs à chaque rendez-vous.
Réflexe victimaire oblige, le communiqué rappelle également que seul un tiers des émissions est consacré à des femmes, « qui ne sont souvent présentées qu’à titre de “femme de…” ou “favorite d’untel” », et regrette qu’aucun des personnages principaux ne soit de couleur.

Y aurait-il un roi de France « noir de peau » que « Stéphane Bern » occulterait ?

Et de poursuivre en regrettant que l’on consacre deux épisodes à Jésus, quelques autres à des sujets religieux, et aucun aux philosophes des Lumières, aux « figures du combat pour l’émancipation laïque », ou encore à la « grande famille intellectuelle du socialisme et communisme, qui a tant marqué l’histoire de France ».…..

« D’une façon déséquilibrée, chaque épisode valorise de façon quasi systématique et outrancière des rois et reines, et même la principauté d’opérette et paradis fiscal de Monaco, au détriment de tous ceux qui ont lutté pour l’égalité et la justice »,

estiment-ils avant d’exiger que la présidence de « France Télévisions »

« fasse un rappel à l’ordre aux producteurs et concepteurs de ces émissions ».

Et de conclure que :

« Finalement, “Secret d’histoire” tient plus de la basilique Saint Denis que du Panthéon ».

Dans un communiqué« France 2″ s’est défendu de ces accusations venues tout droit de la fin du XVIIIèmesiècle en rappelant que hormis « Secret d’Histoire », la chaîne proposait « régulièrement en première partie de soirée des grands documentaires événementiels » ou encore des fictions consacrés à des sujets plus « républiquement corrects ».
En résumé, non contents que la République règne sans partage depuis 1870, il faudrait désormais, pour Messieurs « Corbière » et « Mélenchon », qu’elle oublie totalement les siècles d’Histoire qui l’ont précédée.
En agissant de la sorte, les deux hommes se comportent,comme ils l’ont fait avec « Lorant Deutsch », en véritables petits commissaires politiques épurateurs de l’Histoire, donnant ainsi raison à la formule tristement célèbre de « Saint-Just » :

 « Ce qui constitue la République,
c’est la destruction totale
de ce qui lui est opposé. »

france2

http://www.ojim.fr/  du 01/06/2015

Mille fois merci à « Stéphane Bern » quand il nous permet de nous échapper d’un environnement chaotique, violent, polyglotte, inquiétant à toute heure et partout !
Nous retrouvons aussi quelques bribes de notre Histoire Nationale, Traditionnelle, Culturelle, Linguistique, qui disparaît au fur et à mesure des modifications concernant notre enseignement scolaire et au delà.
Heureusement que la « TNT » nous offre d’autres chaînes que celles de « France-Télevisions » pour, à de rares exceptions, ne pas regarder  des téléréalités fictives, des mises en conditions trop flagrantes, etc…ou des publicités devenues vraiment trop longues et trop fréquentes !

Le Carnaval des Diplomates !

masques-300x300 (1)

Diplomatie

Réussir une omelette sans avoir à casser des œufs, c’est le rêve, à ce jour encore inaccompli, de tout cuisinier…donc de tout diplomate.
En attendant qu’il devienne réalité, la moindre des qualités que l’on attend d’un ambassadeur est qu’il soit plus proche du chat que de l’éléphant, en d’autres termes qu’il soit capable de se déplacer dans un environnement fragile sans fracasser au passage toute la porcelaine.

J’avoue tout ignorer des critères qui ont amené le président Obama à choisir un certain Monsieur « Shapiro » pour être le ministre des États-Unis à Prague.
Compte tenu des pratiques nord-américaines dans ce domaine, il est probable que Monsieur « Shapiro » a contribué à alimenter les caisses du Parti démocrate.
Vu sa conduite, il est clair que ce personnage, qui se fait apparemment une haute idée de son pays et de ses fonctions, n’est pas plus fait pour représenter celui-là que pour assumer celles-ci.

Apprenant que le président de la République tchèque, « Miloš Zeman », assisterait le 9 mai prochain à Moscou aux cérémonies commémoratives de la capitulation du IIIe Reich, Monsieur « Shapiro », qui ignore peut-être que l’URSS a joué un certain rôle dans la défaite du régime nazi, mais qui a bien compris que Monsieur Poutine n’est pas dans les petits papiers de son gouvernement et qui considère visiblement comme quantité négligeable le pays même auprès duquel il est accrédité, s’est permis de trouver «étrange» que Monsieur « Zeman » ait accepté l’invitation du président russe.

À cette manifestation d’arrogance, le président tchèque a répondu comme il convenait. Il ne serait pas normal, a-t-il observé, que le représentant de la Tchéquie à Washington s’immisce dans le programme des voyages à l’étranger du président américain.
Pour ce qui concerne Monsieur « Shapiro », qu’il sache que la porte du château de Prague lui est désormais fermée et qu’elle le restera tant que Barack Obama n’aura pas réparé l’affront en recevant l’ambassadeur de Tchéquie à la Maison-Blanche.
On peut être le chef d’un État de second rang et avoir le sens et le souci de sa dignité.

Faut-il déduire de cet incident que la courtoisie doit l’emporter sur toute autre considération dans la pratique des relations internationales ?
En aucune façon, et le « pape François » n’a pas hésité à qualifier de «génocide» le massacre d’un million et demi d’Arméniens, il y a cent ans, par la Turquie, au risque d’irriter Ankara, où l’on persiste à nier le crime et à en accuser implicitement les victimes.
Voilà qui tranche, n’est-ce pas, avec la prudence et les manières feutrées que l’on prête ordinairement, non sans raison, à la diplomatie vaticane.
(La différence est tout de même d’importance ! Notre Pape est Chef d’Eglise – non représentant – et dans l’Etat du Vatican ! Ce n’est pas de la diplomatie, c’est une affirmation dont il n’est pas le premier Chef d’Etat à prendre la responsabilité. pelosse)

Au même moment, la Curie romaine prouvait pourtant qu’elle n’avait rien perdu de sa virtuosité légendaire dans la pratique du billard à deux ou trois bandes.
Alors que le souverain pontife avait donné un signe non équivoque d’ouverture et de tolérance en s’interrogeant sur le droit qu’il aurait de juger et de condamner l’homosexualité, les bureaux du Saint-Siège opposaient un silence éloquent à la demande d’accréditation de l’ambassadeur nommé par Paris tout en faisant « fuiter » des indiscrétions sur les mœurs prêtées à notre représentant.
«Étrange»attitude, peu compatible avec la déclaration du pape et avec la réalité.
Sans disposer de données statistiques précises, il paraît assez peu vraisemblable que Monsieur Stefanini soit le seul spécimen laïque ou religieux à Rome susceptible de pratiques sexuelles hétérodoxes.
Il fut du reste un temps où les couloirs, les coulisses, les caves et les ors du Vatican abritaient volontiers des amours qui n’osaient pas dire leur nom.
De Michel-Ange à Roger Peyrefitte, la liste en est fournie.
Mais il ne s’agit pas de cela :
En faisant barrage au diplomate français, c’est le pape lui-même et ses orientations novatrices dans ce domaine que vise une arrière-garde qui se veut gardienne de la tradition, et qui vient là de marquer un joli coup.

La politique étrangère ne souffre pas l’amateurisme dont notre classe politique et notre diplomatie donnent, hélas, quotidiennement l’exemple.
Dernière bévue en date :
A peine « Hillary Clinton » avait-elle annoncé sa candidature à la présidence des États-Unis, Nicolas Sarkozy, Manuel Valls et Christiane Taubira faisaient connaître leur soutien à l’ex et peut-être future première dame.
Pourquoi pas, dira-t-on, et ce genre d’ingérence n’a rien d’exceptionnel.
C’est exact, mais comment diable des professionnels de la politique intérieure aussi expérimentés n’ont-ils pas songé que, le jour venu et le cas échéant, un certain « Jeb Bush » saurait se souvenir de leurs prises de position ?

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 14/04/2015

Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le 14/04/2015

Le WEEK-END Prochain, A Poitiers.

charlesmartelpoitiers-300x300 (1)

Rencontres Charles Martel
et congrès PS.

Nul doute que le week-end prochain, à Poitiers, toutes les caméras seront braquées sur une grande messe appelée congrès, qui confirmera que le PS a un nouveau « grand maître », Cambadélis !
On peut parier sans risque d’erreur que pas un media d’Etat ne se tournera vers l’initiative des « Premières Rencontres Charles Martel », impulsée par nos amis du « Cercle des Chats Bottés », association créée par notre co-fondatrice « Brigitte Bayle », aujourd’hui disparue, et présidée à présent par « Jacques Soulis ».

Deux « France » radicalement opposées seront séparées par quelques kilomètres.
Celle des soumis à l’islam et des collabos, incarnée par le PS et ses complices,
et celle des résistants, personnalisée par des intervenants fort différents, unis par l’amour de la France, de son histoire et de sa civilisation.
(http://poitou-info.fr/441/politique/les-rencontres-charles-martel-un-evenement-patriotique-intellectuel-et-militant-video/)

Image de prévisualisation YouTube

Nos amis de Poitou-Infos ont réalisé cette première vidéo.
Notre ami « Guy Sauvage » s’est déplacé à Poitiers.
Il a rencontré à son tour les courageux organisateurs, et nous propose de mieux les connaître, dans ce reportage qui confirme la sincérité de leur engagement.

Image de prévisualisation YouTube

Dans l’autre camp, 70 % des militants du PS, que certains gauchistes qualifient de Pourri et de Salaud, viennent, parait-il, de donner quitus à la politique menée depuis trois ans par « Le Guignol de l’Elysée » et celui qui sévit à Matignon depuis de longs mois, le fasciste déguisé en socialiste, Manuel Valls.
La plupart d’entre eux, contrairement aux animateurs du « Cercle des Chats Bottés », ne travaillent pas, et vivent fort bien sur la Bête, grâce à leur mandat et à leur docilité envers leur direction.
Bref, ce sont des « obligés », quand les patriotes poitevins sont des patriotes libres.

Au-delà du catastrophique bilan social, qui s’est traduit, depuis 2012, par 700.000 chômeurs de plus (sans parler de ceux qu’on cache) ainsi que par une baisse généralisée des revenus des Français et de leur protection sociale, c’est surtout l’accélération de l’islamisation de notre pays qui doit interpeller chaque compatriote.
Si 70 % de socialistes soutiennent cela, ils n’ont plus rien de socialistes.
C’est une preuve supplémentaire qu’il n’y a plus rien à attendre des militants de ce parti qui sert la soupe aux dominants et méprise les Français, auxquels ils préfèrent les nouveaux venus.

Ils ont nommé à la tête du PS :
-une véritable crapule politicienne,
-condamnée par la justice,
-spécialiste des coups tordus.

Cambadelis, en bon ancien trotskiste, au nom d’une vision internationaliste dévoyée, déteste la France, son hymne national et son Histoire.
Il masque cette haine derrière l’utilisation systématique du mot République.
Ce « voyou de la politique », défenseur de toutes les revendications communautaristes musulmanes, se comporte ouvertement en agent de l’islam.

Le « Guignol de l’Elysée » a multiplié les actes d’allégeance :
-à l’Arabie saoudite, faisant rire le monde entier avec son épée à la main,
-au Qatar, à qui il vend la France,
-à l’Algérie, à qui il fait repentance tous les trois jours.
Il a même armé l’Etat Islamique, obéissant en bon caniche à Obama qui voulait destituer Bachar.
Ce « minable » se comporte en agent de l’islam.

Le fasciste de Matignon, après avoir inauguré des mosquées en tant que ministre de l’Intérieur, ose réclamer la construction du double de ces lieux d’endoctrinement, avec le fruit de nos impôts.
Il impose à nos compatriotes à marche forcée un « vivre ensemble mortifère » pour notre mode de vie.
Il commémore l’ouverture d’écoles confessionnelles musulmanes, qu’il arrosera de subventions.
Cet « hystérique » se comporte en agent de l’islam.

La franco-marocaine de Grenelle, espèce de « Nabila » mise à la tête de l’Education nationale, s’est immédiatement mise au travail, imposant une réforme qui va accélérer la destruction de notre école, et favoriser une logique islamisatrice de la France, en niant la réalité de notre Histoire, lui substituant celle de la repentance et des autres peuples.
Elle avait commencé à cautionner la présence des accompagnatrices voilées.
Cette « obligée du roi du Maroc » se comporte en agent de l’islam.

Sommet de la forfaiture, le Parti socialiste s’est même fait représenter au dîner du « Collectif contre l’Islamophobie en France » (CCIF), en mandatant, au nom de « Cambadelis », une nommée « Corinne Narassiguin », porte-parole du parti.
Apparemment, les propos du porte-parole de cette officine ne dérangent pas les dirigeants de Solferino.
marwanmohammedccif

Votre « CORAN » dit que
la France n’est pas terre d’islam
mais terre de guerre.

On pourrait parler des :
-Taubira,
-Fabius,
-Touraine,
-de tous ces maires,
-députés
-et sénateurs qui se prosternent devant l’occupant, et méprisent leur peuple !

Nous n’oublions pas, naturellement, celle qui est devenue « notre grande amie », Anne Hidalgo, depuis sa plainte grotesque contre le dessinateur « Ri7″, suite à un dessin.
Cette grande laïque se distingue, tous les ans, en commémorant le ramadan à la mairie de Paris, et en gavant l’Institut des Cultures d’Islam  de subventions, tout en exonérant le CCIF de loyer impayés.

En face, il y a les vrais Gaulois, les héritiers d’Astérix, ceux qui refusent de capituler.
Ils en paient le prix fort, mais ils conservent leur dignité, souvent avec panache.
Interdits de médias (français), calomniés, insultés, diabolisés, nazifiés, ils incarnent une fidélité à une France dont ils ne veulent pas qu’elle meure.
Ils ne touchent aucune subvention, sont souvent harcelés de procès et de campagnes hostiles.
En outre, ils sont parfois attaqués par les nervis d’extrême gauche, milices d’un pouvoir qui les protège sans vergogne, malgré les nombreux actes de vandalisme dont ils se rendent coupables.

Trois grandes mouvances cohabiteront, lors de ces Premières rencontres Charles Martel, qu’animera notre fondateur « Pierre Cassen ».
La droite nationale, appelée par les médias extrême droite.
« Paul-Marie Coûteaux », « Richard Roudier », « Roland Hélie », « Pierre Vial », « Hugues Bouchu » ou « Carl Lang » incarnent, avec leur différence, cette sensibilité identitaire, européenne et patriotique.

La mouvance patriotique, jacobine et républicaine sera incarnée par « Christine Tasin » (qui se proclame toujours femme de gauche), qui vient de se livrer, depuis une semaine, à un formidable travail de réinformation sur le mémorial de Poitiers et ses mensonges historiques.
Elle a même pris les initiateurs de cet outil de propagande au service de l’islam en flagrant délit, montrant qu’ils s’étaient inspirés des travaux d’une nazie allemande, « Sigrid Hunke », ce qui devrait faire des vagues…
(http://resistancerepublicaine.eu/category/charles-martel/)

Et enfin, et ce sera l’invité surprise, « Joseph Fadelle », né musulman, converti au christianisme, vivant en France depuis 2001, auteur de l’inoubliable ouvrage « Le prix à payer » sera présent à ces premières rencontres.
Il incarne un autre pan de la Résistance, celle de ces hommes libres, qui, comme nos amis apostats « Pascal Hilout », « Salem Ben Ammar », « Hamdane Ammar », « Messin Issa », « Zohra Nedaa-Amal », « Hamid Zanaz » et bien d’autres, affirment leur amour de la France, de sa laïcité et de ses valeurs démocratiques, incompatibles avec le dogme totalitaire mahométan.
« Joseph » a choisi le christianisme, ce que des laïques comme nous respectons.

Pendant toute la journée, dans l’unité des patriotes, sous l’œil de caméras militantes qui feront de ces rencontres des outils de ré-information, une autre histoire de Poitiers et de Charles Martel sera racontée.
Dans le même esprit, à Béziers « Robert Ménard » avait osé braver les interdits sur la guerre d’Algérie et le 19 mars 1962.

Entre les islamo-fellateurs du PS et les Résistants des rencontres Charles Martel, il y a deux camps inconciliables, comme ceux qui opposaient « Pierre Laval » et « Jean Moulin ».

A nous d’assurer le succès de cette première initiative poitevine, qui en appellera d’autres, tous les ans, nous en sommes convaincus.

PREMIERES RENCONTRES CHARLES MARTEL

Il reste quelques places, si vous vous inscrivez suffisamment vite…

Frais d’inscriptions : 25 euros, apéritif et repas compris

Ecrire à :
rencontres.charles.martel@gmail.com

L’adresse ne sera communiquée aux inscrits que 3 jours avant l’événement.

Cyrano

Pour Qu’ Ils Résistent Mieux A L’ Islam.

latin

Faites enseigner
le latin à vos enfants

Nous savons que le serpent Najat Belkacem a décidé de faire disparaître les langues anciennes, façon radicale de faire disparaître notre histoire, nos racines et le sentiment national, donc l’Etat-nation.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/03/16/31003-20150316ARTFIG00372-disparition-du-latin-rien-n-est-plus-utile-que-les-matieres-qu-on-dit-inutiles.php

Nous savons depuis De Gaulle que les Français sont des veaux, mais au point d’affirmer majoritairement que l’éducation à la citoyenneté et aux règles du vivre ensemble  ce serait mieux que le latin, il y a un pas qui montre et le degré d’inculture des Français, et l’efficacité de la manipulation stalinienne des consciences et… le poids de l’islam.
Une fois de plus.

http://www.francetvinfo.fr/societe/education/bientot-la-mort-des-langues-mortes-a-l-ecole_885127.html

Même les parents ne sont pas convaincus et préfèrent au latin   »l’éducation à la citoyenneté, les règles du vivre ensemble ».

Actuellement, 20% des collégiens choisissent le latin, mais ils sont à peine 5% au lycée.

Pourquoi parler du poids de l’islam ici encore ?

Si les parents s’inquiètent de la citoyenneté et des règles du vivre ensemble c’est bien parce que, dans les villes comme à l’école, rien ne va plus.
Et si rien ne va plus, regardons les chiffres officiels des dysfonctionnements, qui n’ont rien de subjectif.
L’islam est non seulement la source du terrorisme islamique, comme son nom l’indique, mais également la source des plus grands dysfonctionnements de notre société (et on laissera pour la bonne bouche les problèmes économiques dus à une immigration et à son coût, ahurissants.)

Jack Lang en novembre 2014 écrivait que deux tiers des détenus étaient musulmans.

De là à penser que l’islam a un rapport avec l’insécurité il n’y a qu’un pas que je franchis sans état d’âme.

http://resistancerepublicaine.eu/2015/23-des-detenus-sont-musulmans-jack-lang-sera-t-il-poursuivi-par-le-mrap/

Le « Haut Conseil à l’Intégration », avant d’être dissous par Hollande et remplacé par  »« l’Observatoire de la laïcité »« , prêt à tuer la loi de 1905 et à imposer l’islam partout, faisait dans son  dernier rapport unedescription apocalyptique de nos établissements scolaires, à cause des revendications communautaristes  et politiques musulmanes .

http://resistancerepublicaine.eu/2011/rapport-du-haut-conseil-a-lintegration-cest-la-catastrophe-a-lecole/

Bref, l’islam est opposé à la citoyenneté et au vivre ensemble.

Il est donc légitime que les parents souhaitent que les enfants des autres qui vivent en France comme en Arabie Saoudite apprennent à le faire.
On leur susurrera que ce n’est pas en acceptant mosquées, voiles, barbus, halal et écoles coraniques que ça va s’arranger, et on leur conseillera d’inscrire en masse leurs enfants en cours de latin ou de grec.

D’abord parce que l’immense majorité des enfants français d’origine connaissent le vivre ensemble et les règles de la citoyenneté, le « Haut Conseil à l’Intégration » n’évoquant pas leur cas… Ils n’ont donc pas besoin de rééducation, eux. 

Ensuite parce que, accepter que, par la faute d’une minorité qui refuse nos règles et nos lois tout un pan de notre culture disparaisse, c’est du suicide délibéré.

Enfin parce que, bien au contraire de ce que fait Belkacem, le latin devrait être obligatoire pour que chacun, français d’origine ou descendant d’immigré, sache vraiment ce qu’est la citoyenneté et comprenne ce que signifie nation, res publica et citoyenneté.

Il n’y a pas mieux.
Allez le dire à Belkacem.

http://www.najat-vallaud-belkacem.com/contact/

C’est que, en même temps que l’on apprend la langue latine, les déclinaisons, l’art de la version qui rend fier de soi et développe l’esprit de synthèse tout en favorisant l’apprentissage des langues étrangères, on apprend l’histoire romaine et la civilisation qui va avec.

-Racontez en 5ème, aux latinistes de première année, la quête de « Enée », venu de Troie pour fonder la nouvelle Troie  et faire revivre la nation, obligé de quitter la belle « Didon » dont il est amoureux pour faire son devoir,
-racontez la fondation de Rome par « Rémus », obligé de tuer son frère qui, en enjambant le sillon qu’il vient de tracer, représentant les futures murailles de la ville, a mis en colère les Dieux infernaux enjambés.
La seule solution pour que la ville ne subisse pas la colère des Dieux consiste à tuer le fautif.
C’est la première leçon de civisme et de vivre ensemble, ne pas penser à soi, s’oublier pour l’ensemble, ne rien faire qui nuise à la Cité, aux autres citoyens.  

-Racontez en 4ème, aux latinistes de deuxième année,  l’histoire de « Lucrèce »,  violée par le fils du roi, qui se suicide de honte et qui est ô combien vengée par « Brutus » qui chasse les rois de Rome, devenus des symboles de l’intérêt personnel,  du non respect de la souveraineté populaire et donc de l’ennemi de la res publica, qui sera omniprésente pendant toute l’histoire de Rome, jusqu’à sa chute en 476 sous les coups des barbares.
-Racontez-leur encore l’histoire du consul qui met à mort son propre fils parce qu’il a désobéi aux ordres en prenant une initiative mettant en danger son armée, son pays.
Racontez-leur encore l’histoire de « Mucius Scaevola ».

http://resistancerepublicaine.eu/2015/ils-ne-pourront-jamais-nous-faire-taire-nous-sommes-des-millions-de-mucius-scaevola/

Vous avez dit citoyenneté ?
Respect d’autrui et de son pays ?
Faites du latin.

-Racontez-leur encore, en troisième, les guerres extérieures pour conquérir le monde, l’ouverture à toutes les religions, la citoyenneté offerte à tous les habitants de l’Empire, les guerres et les esclaves qu’elles procurent à foison qui amènent à ce que, à la fin de la République -moins 27-   la majorité des citoyens romains descendent d’esclaves et donc d’étrangers (sous la République, au bout de six ans un esclave pouvait racheter sa liberté, être affranchi et ses enfants devenir des citoyens romains ).
Les affranchis qui se multiplient sous l’Empire et sont tout-puissants aux côtés des empereurs, laissant se diluer le concept de citoyenneté  romaine vu comme des avantages… sans grands devoirs. C’est sans doute une des causes de la  conquête de Rome en 476, un empire où tout se dilue, où les valeurs se valent, où chacun pense plus à lui-même qu’à la res publica… sans parler de l’intoxication due au plomb, responsable également de la tragique diminution démographique…

Bref, faites faire du latin à vos enfants (et/ou du grec en troisième, je pourrais vous trouver tout autant d’excellentes raisons pour le faire, et je le ferai si ça intéresse certains).

Et si vos enfants ne font pas de latin, si vous n’avez jamais fait de latin, lisez Tacite, Tite-Live, Plutarque… et racontez-leur des histoires !
C’est fondamental et c’est le b.a-ba de la Résistance.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/ du 29/04/2015


Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le 29/004/2015

La Fin De La Terreur Il Y A 220 Ans.

tribunal-300x206 (1)

La fin du tribunal révolutionnaire.

C’est un anniversaire que ne fêtera pas la ministre (actuelle) de l’Éducation nationale, « Najat Vallaud-Belkacem », car s’il peut faire partie de sa culture, il n’entre (et n’entrera) pas dans les programmes d’histoire.
Le gouvernement de « Manuel Valls » aime trop les excès de la Révolution et aime valoriser les bienfaits de cette période pour commémorer le symbole de l’échec républicain.

En effet, le décret du 12 prairial an III (31 mai 1795), il y a tout juste 220 ans, supprimait le Tribunal révolutionnaire qui, après un peu plus de deux ans d’existence, a fait monter à la guillotine un nombre important d’innocents.
Rien que 2.800 à Paris si l’on en croit les historiens.
Sa suppression ne met pas fin à la Révolution (dont on constate encore les dégâts aujourd’hui), mais elle donne une bouffée d’air frais aux Français qui ne se voient plus systématiquement conduits au « Rasoir national » pour un oui ou pour un non.
Une première fois créé le 17 septembre 1792 puis supprimé en novembre 1792, il ressurgit avec la loi du 21 ventôse an I (10 mars 1793) quand « Georges Danton » proclame à la tribune de la Convention nationale :

« Soyons terribles pour dispenser le peuple de l’être. »

Sur son initiative et aussi celle des députés « Robert Lindet » (1746-1825) et « Robert Levasseur » (1747-1834), le tribunal criminel extraordinaire (sa véritable appellation) entame son œuvre de destruction. Son objectif :

« punir tous les ennemis du peuple ».

C’est-à-dire :

« tous ceux qui cherchent à anéantir la liberté publique, soit par la force, soit par la ruse »,

selon le décret de la Convention du 22 prairial an II (10 juin 1794) qui durcit encore plus la Terreur.
Dieu sait si la liste est longue, surtout après l’approbation de la loi des suspects approuvée le 1er jour complémentaire an I (17 septembre 1793).
Premiers visés par le décret et la loi :
-les prêtres réfractaires,
-les aristocrates,
-les parents d’émigrés
mais aussi,
-les étrangers coalisés, qui menacent le territoire,
-et les Vendéens qui se sont récemment soulevés pour « Dieu et le Roi ».

Pour ancrer sa légitimité et celle du jeune régime républicain, le tribunal criminel extraordinaire essaime ses « annexes » en province, dans presque chacun des départements.

La répression est impitoyable, notamment en Vendée où républicains convaincus et royalistes patentés finissent par être passés de vie à trépas et surtout au fil de l’épée sans aucune distinction.
Ainsi à Nantes, le sinistre « Jean-Baptiste Carrier » organise-t-il la répression de plus de 10.000 personnes, en organisant des mariages républicains, en fusillant des prisonniers, etc.

À Paris, le tribunal acquitte « Marat » le 4 germinal an I (24 avril 1793), qui trouve une mort plus glorieuse, dans sa baignoire, sous le couteau de « Charlotte Corday » qui, elle, n’obtient pas l’indulgence de cette instance judiciaire. Comme autrefois « Enguerrand de Marigny » pendu au gibet de Montfaucon, « Fouquier-Tinville », le plus célèbre et le plus retors des accusateurs publics, meurt dans ses œuvres le 18 floréal an III (7 mai 1795) – et ce n’est que justice -, annonçant ainsi le chant du cygne pour ce tribunal que personne n’a regretté mais qui a inspiré bien d’autres régimes.

Henri Saint-Amand

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 31/05/2015

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43