Archive | juillet 2015

Nouvelle France, nouveau français…?

rr-autocollant-porc

Novlangue…beurk !
Novfrance…beurk !

L’habitude de la dénégation contre toute évidence, du mensonge et de la mauvaise foi est fortement ancrée chez un certain nombre de musulmans.

Peut-on en rire ?
Si oui, ce n’est qu’à demi.
Et de ce pastiche du salmigondis que nous a offert sur « Facebook » l’une des protagonistes de l’agression de Reims ?
Espérons que dans l’avenir on n’entendra ou on ne lira rien de semblable sur le Net.
Là, ce ne serait pas drôle du tout.

Pauvre France !

« Moi ce ke je veu dire cé ke cé pas vrai qu on lui a coupé la tete.
Tout sa cé les sionistes et leurs mansonges comme dab.
La meuf elle été dans le parc et avec les sœurs on sé di qu elle avé l air d une pute.
On lui a parlai alor on lui a di des mot de jeunes et alor elle sé échaufé et elle nous a frappé. Toute lé 5 on a eu des ITT après les médias ils on pa arreté de nou stigmatisé parce kon est musulmane.
En France on a pas le droit d etre musulmanes.
On peu etre chretien, atée, boudiste di ce ke tu veu mais pas musulman.
La france cé un pays raciste ou y a ke les juifs ki on le droit de parler.
Alor cé pour sa kon a parlé a la meuf et kon lui a di de se rabiller.
Pass kelle été comme une pute et nou on est des filles bien, comme il fo ki respecte la Foi et kin jour la France ki est un pays de fils de pute elle sera musulmane.
Alor ce je ke di moi cé ke cé pas du tou religieux ce kon a fai.
Elle sé débattu et on a été obligé de se défendre.
An plus il faisé chaud et on été énervé.
Maintenan les medias et tout sa les juifs y nous accuse et elle la face de craie je sé pas qui lui a fai sa.
Ma main sur le Saint Coran kon etai pas la.
On étai trankille à la maison avec notre mère et nos frères et nos sœurs.
Maintenan y a autre chose ke je veu dire cest ke le couteau ki a servi il étai pas à nous on l’avé trouvé et on sé juste énervé kan elle a insulté le Prophète.
Et maintenan cé tout il faut plus nous prendre la tete avec sa.
On veu juste vivre la Foi trankil ché nous »

Marc Alexandre

http://ripostelaique.com/  du 31/07/2015

Ecouter également cette interview et le Français parlé par une des cinq agresseurs, qui bien évidemment se victimise à outrance :
(http://www.planet.fr/societe-affaire-du-bikini-a-reims-le-temoignage-dune-des-mises-en-cause.901860.29336.html?xtor=ES-1-885378["Planet-a-la-Une"]-20150729)
<h2Le témoignage d’une des mises en cause.

Une semaine après le lynchage d’une jeune femme dans un parc de Reims (Marne), « Nesrine Mook », l’une des cinq « auteures » présumées de l’agression, a souhaité livrer sa version des faits.

Peu à peu, les langues se délient et l’histoire se fait plus juste.
Dans une vidéo diffusée sur sa page « Facebook », celle qui se fait appeler « Nesrine Mook » a souhaité expliquer sa version des faits.
Sur les images, la principale mise en cause dans l’affaire dite du « bikini » de Reims (Mars) reconnaît avoir commis une grosse « erreur ».
Toutefois, elle précise qu’il n’y avait aucun motif religieux dans l’altercation opposant les deux groupes, confirmant les informations récemment délivrées par le parquet.

« Il n’a jamais été question de maillot de bain.
Je suis la première à aller bronzer en maillot de bain au parc Léo-Lagrange.
Il n’a jamais été question de cela »
,

confie-t-elle.
La jeune femme explique que la dispute s’est déclenchée pour « une question de physique ».

« Ma copine a bien dit « ce n’est pas l’été, il ne faut pas bronzer, ce n’est pas l’heure de sortir le maillot ».
La victime a dit « vu ton corps, je comprends que tu ne puisses pas te mettre en maillot »
,

détaille « Nesrine » qui dit avoir reçu une gifle en tentant de séparer les deux filles.

« Comment vous expliquez que cette personne a eu 4 jours d’ITT, alors que j’ai eu 10 jours d’ITT pour moi ? »,

ajoute-t-elle avant de conclure :

« Avec notre histoire, nous sommes des proies faciles (…)
Mais nous ne sommes pas des terroristes.
Je ne suis pas une terroriste, ni une policière islamique ».

Uniquement jugée pour « violences en réunion ».
« Nesrine Mook », ainsi que quatre autres jeunes filles, vont être renvoyées devant le tribunal correctionnel en septembre prochain pour avoir agressé mercredi dernier une femme de 21 ans, vêtue d’un maillot de bain au parc Léo-Lagrange.
Seul le motif « violences en réunion » a été retenu.

Le quotidien local « L’Union » suggérait en effet que le mobile de l’altercation était d’ordre religieux et moral.
Une version très vite démentie par le parquet de Reims.

Clémence Demay

http://www.planet.fr/  du 28/07/2015

Ce sont nos chances pour notre France, ça ?
Parlez de parasites qui ne se sentent forts qu’en groupe, parlent dans un jargon compris d’eux seuls, de vrais hordes destructices qui émigreront sur d’autres terres prospères quand tout sera ravagé…à croire que c’est leur mission !
Quel massacre de notre belle langue Française !

De L’ Inutilité De « La Bobosphère ».

bikinia (1)

Gare aux coups de soleil

Un Pot aux Roses nauséabond et farci d’amalgames !

1 – Charlie mais pas trop

La gauche morale n’a depuis quelque temps que ce mot à la bouche pour faire oublier ses anathèmes, sa pensée minéralisée, ses à-peu-près et ses hypocrisies :
Si les esprits tournent mal, c’est un coup de la « fachosphère ».

Cinq idiotes rouent de coups une autre fille qui bronze en bikini dans un parc de Reims en plein juillet au motif énigmatique que « cela n’est pas l’été » !
La presse « bobobienpensante » met douze heures à en parler et évite de donner le moindre prénom si ce n’est reconnaître que les coupables viennent des « quartiers ».
Cette ellipse est largement interprétée comme la confirmation que les harpies sont musulmanes.
Comme pour les statistiques ethniques, il s’agit d’une illustration des effets pervers de la censure qui ne fait que conforter les interprétations qu’elle veut interdire.

On ne combat le fantasme que par les faits, pas par le silence.

Toujours est-il que, s’appuyant sur une déclaration du Parquet qui indique que les coups et blessures n’auraient aucun mobile moral ou religieux, la presse « bobobienpensante » se ressaisit et, après une journée de doutes et quelques errements drolatiques de « Sos Racisme » accuse la « fachosphère » d’emballement nauséabond et autre amalgame. « Brrr »

Mais il subsiste un détail gênant.
Si la réaction pour raison vestimentaire ne tenait ni à la morale ni à la religion, sur quoi se fondait-elle ?
La demoiselle en bikini était elle mieux faite que ses assaillantes ?
De la pure jalousie donc ?
Sinon, sur quoi repose ce rejet du corps dévêtu si ce n’est sur des références morales ?
Juillet est bien en été, non ?
Les dénégations vaseuses d’une des cinq ne sont guère plus convaincantes.

Toute la philosophie pénale de la gauche est fondée sur l’idée que les individus peuvent être conditionnés par leurs milieux d’origine et d’évolution.
Ils ne peuvent donc être entièrement tenus pour responsables de leurs faits et gestes.
Ils sont les reflets de forces idéologiques qui souvent les dépassent ou de déterminants économiques qui les assujettissent.
Appliquons ce principe psychosocial à nos « agresseuses ».
On peut en déduire aisément, de la morale même de ceux qui veulent les absoudre, qu’elles ont été mues par des principes, une surdétermination religieuse qui les fait réagir au corps exposé d’autres femmes.
Autrement, elles les remarqueraient à peine si ce n’est pour s’en inspirer ou s’en moquer doucement.

Mais, comme il y a un mois pour la décapitation d’un pauvre malheureux, comme au moment de l’assassinat d’une joggeuse et sans parler des crimes de « Charlie Hebdo » ou des meurtres antisémites de ces dernières années, l’important pour le pouvoir et ses soutiers et soutiens idéologiques est de minimiser jusqu’à l’aveuglement le problème croissant que pose le conservatisme et la radicalisation musulmane en France.

La prétendue « fachosphère », dont la gauche définit les contours en fonction de ses mouvements d’humeur et de ses besoins, n’est que l’antidote sécrétée par le corps social, dans ses nouvelles artères et ses nouveaux réseaux, pour une information non épurée, triée ou censurée.
Il y a certes, comme dans toute ébullition, des débordements.
Mais il faut accuser ceux qui entretiennent le feu sous la marmite plutôt que ceux qui crient parce qu’ils sont ébouillantés.

Dans ce contexte, l’incroyable coup de force contre « Pierre Sautarel », l’animateur du site « Fdesouche », même si l’on ne partage pas toutes ses réactions, qui s’est vu convoquer par la « BRDP » (brigade de répression de la délinquance contre la personne) pour diffamation publique envers « Pierre Bergé », le tout avec perquisition à son domicile, porte fracturée, saisie de son smartphone et de son matériel informatique est une atteinte grave aux libertés.
« Sautarel » n’avait d’ailleurs fait que renvoyer à un texte figurant sur un autre site.
La saisie de ses biens est donc particulièrement inutile et inappropriée.
La disproportion de la réaction est assurément un moyen de l’intimider.
Tout animateur de site mentionnant un autre site est susceptible d’être ainsi menacé.

Ces faits, comme ceux de Reims, démontrent par « a contrario » l’utilité de la « fachosphère », comme ils disent.

2 – D’Angoulème à Pampelune

Les pérégrinations estivales sont parfois utiles à la réflexion politique dans la mesure où elles aident à raisonner simplement.
Passez donc par Angoulème, ville où tous les immeubles paraissent à vendre, qui s’étiole doucettement et coince sa bulle dans les quelques jours d’un festival de bandes dessinées, façades lépreuses se multipliant et commerces fermés partout.
Puis traversez la Charente, les landes et allez en Navarre, aux confins du pays basque espagnol, à Pampelune par exemple.
Vie exubérante, cafés et restaurants bondés, animation, sourires aux lèvres, immeubles pimpants. Inutile de scruter les chiffres de l’emploi : l’Espagne revit.
Un ami m’a signalé que produire une voiture en Espagne revient désormais 20 % moins cher qu’en Chine ! Le gouvernement espagnol a fait le choix difficile, puisqu’il acceptait les contraintes européennes, de serrer la ceinture de son secteur public et de réduire les salaires.
C’était dur mais cohérent.
En France, Hollande se veut fidèle à l’Euroland et sa monnaie mais n’ose pas toucher aux fonctionnaires ou expliquer aux Français qu’il faut baisser leurs coûts de production.
L’activité est donc en berne et le chômage se porte bien.
C’est en Espagne et pas en France que les emplois du léger mieux conjoncturel se créent.

3 – Primaires et viscéral

« Mou-Président » ne veut pas de primaires car il les perdrait.
Ne serait-ce pas moins douloureux, pourtant, que ce qui l’attend s’il refuse de s’y soumettre ?

Serge Federbusch

http://www.delanopolis.fr/  du 31/07/2015

Raz-Le-Bol Des Musulmans En Europe.

immigration-jeunes (1)

« Geert Wilders »
sur l’immigration.

Jetez ce plan de la Commission européenne aux ordures, plus aucun demandeur d’asile !

Discours du 11 juin 2015 de Geert Wilders, Leader du Parti pour la Liberté (PVV) au parlement néerlandais sur la crise européenne de l’immigration.

Image de prévisualisation YouTube

Traduction par « Rosaly »
(note de la traductrice :
La traduction française diffère parfois légèrement du texte anglais, car j’ai demandé à mon mari de vérifier le discours en néerlandais et j’ai donc apporté quelques petites modifications.)

 

Madame la Présidente,

Bruxelles veut nous contraindre à accueillir des milliers de demandeurs d’asile supplémentaires.
Ils utilisent des mots savants comme « redistribution » ou « relocalisation ».
En fait, cela signifie tout simplement plus de demandeurs d’asile, à la recherche du bonheur, plus d’islam aux Pays-Bas et, Madame la Présidente, plus de terroristes, car « ISIS » a déjà annoncé, que certains feraient la traversée en bateau parmi les réfugiés.

Madame la Présidente, à Bruxelles, ils sont devenus fous.
Leurs larbins à La Haye acquiescent avec quelques « oui … mais » ».
Au nom du ciel, comment cela est-il possible ?

L’année dernière aux Pays-Bas, il y eut un record de 24.000 demandeurs d’asile, mais ce n’était pas encore suffisant.
Ce gouvernement et Monsieur « Rutte » (Premier ministre) veulent en rajouter quelques milliers supplémentaires.

Chaque demandeur d’asile coûte annuellement aux Néerlandais 36.000 Euros par personne.
Rien que l’année dernière, les demandeurs d’asile ont coûté aux contribuables 876.000 millions d’Euros.

Et cela, Madame la Présidente, illustre bien les choix faits par Monsieur « Rutte » : dépenser des centaines de millions pour les demandeurs d’asile et démolir nos services de santé pour nos personnes âgées.
Et d’ici quelques semaines, sans l’ombre d’un doute, encore plus d’argent sera versé pour la Grèce, mais les Néerlandais, eux, devront travailler plus longtemps, tout en voyant leur assurance chômage diminuer.
Soins gratuits pour les demandeurs d’asile, Madame la Présidente, et droit prioritaire au logement social.
En même temps, le PM demande aux Néerlandais de bien vouloir patienter …

Madame la Présidente, Monsieur « Rutte » se définit comme le PM de tous les Néerlandais.
Il serait plutôt le roi des demandeurs d’asile, le bienfaiteur de l’Afrique et de la Grèce et … le démolisseur de notre système de santé.

Les Pays-Bas sont dirigés par une élite, dont les priorités sont arbitraires.
Le gouvernement a perdu tout contact avec la réalité.
Personne aux Pays-Bas, à l’exception de ces quelques 66 députés perdus, ne veut du plan de la Commission européenne.

Madame la Présidente, on doit stopper l’arrivée des demandeurs d’asile.
Plus un seul !
Trop c’est trop !
Nous en avons plus qu’assez dans notre pays.
Renvoyez-les, comme l’Australie, pays respectable, le fait.
Renvoyez-les, en toute sécurité, mais renvoyez-les.
Et laissez ces richissimes pays arabes du Moyen Orient, comme l’Arabie saoudite et les Etats du Golfe, qui ne font absolument rien, s’occuper d’eux ou payer, pour qu’ils soient pris en charge en Afrique.

Madame la Présidente, il est grand temps d’arrêter de faire sombrer ce pays.
Nous devons abandonner cette politique de frontière ouverte et cesser de faire entrer la moitié du monde dans notre pays.
Nous devons arrêter de distribuer notre argent.

Chaque année, des milliards et des milliards de notre argent sont encore et encore dépensés, pour le développement en Afrique, pour une politique d’asile des plus insensées, pour les élites étrangères de Bruxelles, ayant la tête dans les nuages.

Je demande au PM : arrêtez cela !
Dépensez cet argent ici aux Pays-Bas.

Dépensez cet argent pour nos gens,
ces gens que nous représentons ici.
Ce sont ces gens, qui nous ont élus .
Ce sont ces gens, que nous représentons.
Ce sont eux nos priorités et non les gens d’Afrique.

Madame la Présidente, trop c’est trop.
Jetez ce plan de la Commission européenne aux ordures.
Plus aucun demandeur d’asile.

Je terminerai avec la motion suivante :
le Parlement, ayant pris en considération les délibérations, demande au gouvernement de rejeter le plan « de relocalisation et d’installation» et d’assurer, qu’aucun demandeur d’asile supplémentaire ne soit autorisé à entrer aux Pays-Bas.

 

Le blog de Christine Tasin  du 31/07/2015

Non A La « Naze Charia Islamique » !

bikini

Police religieuse à la piscine

Des femmes sont agressées parce qu’elles sont en maillot de bain !

L’information ne vient pas de la « fachosphère » ni de « l’ultradroite » mais de   »Marianne » qui titre carrément :

« Oui, on observe l’émergence d’une police des mœurs« .

Extraits édifiants…

Et c’est une directrice de recherche du CNRS et membre de l’Observatoire rhônalpin de la laïcité, qui dit ce que nous nous tuons à répéter depuis des années…

« L’affaire du maillot de bain de Reims a agité les réseaux sociaux ce week-end.
Le parquet a fait savoir qu’il n’y avait aucune origine morale ou religieuse à l’altercation.
Pour « Jacqueline Costa-Lascoux », directrice de recherche du « CNRS » et membre de l’Observatoire rhônalpin de la laïcité, il est néanmoins naïf de ne pas vouloir voir qu’il y a aujourd’hui en France « l’émergence d’une police des mœurs qui vise principalement les jeunes femmes sur le thème de la pudeur ». »

« Réserve faite des résultats de l’enquête dans ce cas précis, on observe l’émergence d’une police des mœurs qui vise principalement les jeunes femmes sur le thème de la pudeur.

« Cachez ce sein que je ne saurais voir »,

les Tartuffe affirment leur présence !
Des incidents ont éclaté la semaine dernière à la piscine Mermoz à Lyon et dans plusieurs piscines du Grand Lyon où des filles en maillot de bain ont été agressées.
Des garçons voulaient les faire sortir de l’eau et ils ont proféré des injures racistes contre les vigiles qui intervenaient.
Ces jeunes gens portaient eux-mêmes des bermudas recouvrant un caleçon (pour cacher une virilité prête à s’exprimer car « une femme non couverte excite les hommes » disent-ils, reprenant pour ainsi dire les termes des mollahs du film du réalisateur « Mehran Tamadon », Iranien).
Des réseaux sociaux leur conseillent aussi le refus du bonnet de bain (« Ça fait kippa »).

L’obscurantisme est décidément insondable !

Ce sont évidemment les femmes, qui sont les premières visées.
Tous les intégrismes s’en mêlent.
Qu’elles soient en « civil », vêtues d’une « abaya » (uniforme des filles de « Boko haram ») ou d’un « niquab », elles sont surveillées :

« Dès que je sors dans mon quartier, je me couvre pour ne pas être embêtée et traitée de… Montrer son corps, c’est blasphémer »,

me confiait récemment une mère d’élève. »

Toujours des extraits

« En vérité, les témoignages des jeunes filles sont édifiants« .
(Recueillies dans le cadre du programme « Jeunes pour l’égalité » dans 23 lycées d’Ile-de-France (Convention Education nationale, Région Ile-de-France, ADRIC) depuis quatre ans – Marianne)

« Elles éprouvent un désarroi intérieur mêlé du dépit d’être assignée à une identité sexuée dont d’autres s’affranchissent.
Car cela n’a qu’un temps de se croire un parangon de pudeur tout en rêvant d’être comme les autres.
Cela n’a qu’un temps de penser que la reconnaissance passe par un vêtement qui isole des autres et que la soumission apportera la quiétude et la sécurité.
On observe déjà en Rhône-Alpes des mouvements de « dévoilement » chez des femmes (entre 30 et 40 ans) luttant pour leur autonomie.
La contradiction avec le monde qui les entoure engendre souffrance et violence.

« La pudeur, ça va avec la virginité au mariage et ça permet de gagner des points pour aller au paradis, me disait une lycéenne de Nanterre, mais il faut aussi lutter pour que les autres filles ne nous enlèvent pas nos fiancés, car les garçons ont des besoins…
Vous savez…
Ils sont attirés
 ».

Tiraillées entre l’espoir d’une vie toute tracée et la crainte d’être trompées, certaines se transforment en émissaires de l’ordre moral, toujours en groupes

Il y a bien, aujourd’hui, une répression qui s’exerce pour contrecarrer les avancées du droit dans le domaine des libertés fondamentales.
Les femmes en sont les premières victimes.

Ainsi, malgré l’ »omerta » et les dénégations organisées autour de l’affaire du maillot de bain de Reims (mais aucune nouvelle de la principale victime, fort étrangement…) des journalistes et des spécialistes habitués à nier en choeur se distinguent de la meute des bien pensants pour dire leur inquiétude.

Comment comprendre que l’affaire des jeunes filles agressées à la piscine parce qu’en maillot de bain et risquant donc de faire naître une érection chez les mâles n’ait pas été répétée en boucle à la télé et à la radio ?

Comment comprendre que le lien même de l’article de « Marianne » concernant les incidents dans les piscines lyonnaises n’évoque pas ces insultes à jeunes femmes en maillot de bain, mais juste des problèmes de « sécurité » ?
(http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Justice/Fait-divers/Piscines-de-Lyon-huit-nouvelles-interpellations-ce-week-end)

Il faut chercher une autre référence pour en savoir plus sur toutes ces incivilités et notamment celle-ci :
(Jeudi 9 juillet )
Un garçon de 13 ans est arrêté après avoir agressé sexuellement deux adolescentes de 14 et 15 ans à Décines.
http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Justice/Fait-divers/Incivilites-un-mois-de-juillet-agite-dans-les-piscines-lyonnaises

Ils vont continuer, été après été, ils savent, par expérience, qu’il suffit de fiche la pagaille et de développer l’insécurité pour gagner.
Ici on ferme la piscine, là on interdira la mixité…

Partout la « charia » sera imposée par des petits voyous payés pour rendre la vie impossible aux non musulmans et les obliger à appliquer la « charia ».

Plus que jamais il ne faut pas se déballonner, plus que jamais il faut porter des petites robes sexy, investir piscines et parcs en maillot de bain…
Plus que jamais se préparer au grand affrontement…

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/  du 30/07/2015

Après les Vacances Sera La Rentrée…

jacquerie(a)

Nos campagnes se fâchent !

Lorsque des agriculteurs qui travaillent beaucoup plus de 35 heures par semaine ne trouvent plus dans leur activité, la vente de produits évidemment indispensables à la vie, mais aussi l’entretien de nos paysages, une source de revenus acceptables et que beaucoup sont surendettés pour répondre aux exigences de la concurrence, mais aussi à l’accumulation de normes que notre administration fait appliquer avec zèle, la révolte éclate avec une brutalité que seul un gouvernement désinvolte pouvait ne pas prévoir.

L’année dernière, les intermittents du spectacle avaient obtenu le maintien de leurs avantages en perturbant les festivals de l’été.

Cette année, les paysans ont amené le pouvoir à Canossa en fermant la route des vacances. – Dans les deux cas, des Français ou des étrangers bienvenus – les touristes – ont servi d’otages.
– Dans les deux cas, l’intérêt catégoriel n’a fait aucun cas de l’image du pays et de l’intérêt général.
La loi et l’ordre ont été, comme le veut une habitude nationale, bafoués par des actions contre lesquelles le gouvernement n’a même pas osé réagir alors qu’elles portent atteinte à des piliers de notre droit. : la liberté de circuler ou la propriété.
La compréhension relative des Français revenait à dire :
Ils ont raison, mais ils feraient mieux de s’en prendre aux industriels, aux distributeurs et surtout aux pouvoirs publics, plutôt qu’à nos vacances.

Le ministre a émergé d’un dialogue éprouvant pour dire qu’il fallait garantir les prix et favoriser les produits nationaux.
Cette conclusion de bon sens accompagnée d’un plan d’urgence de 600 millions d’euros a apaisé très momentanément la colère, mais elle revêt une fois de plus la forme d’un expédient.
De tout temps, la France a été la première nation agricole européenne.
Nos gouvernements successifs ont usé d’un rare talent pour nous priver aussi de cette réussite.
Le recul de la politique agricole commune, la fin des prix garantis et le découplage des aides et de la production visaient à faire dépendre davantage les revenus agricoles du marché et de la vente des produits.

Si certains produits français très spécialisés et réputés ne sont guère menacés, en revanche la production de base est confrontée à des concurrences étrangères qui bénéficient d’une compétitivité supérieure, comme le porc allemand ou espagnol par rapport au breton.
Plutôt que de s’en prendre aux marges des transformateurs ou des distributeurs, qui sont aussi des entreprises françaises qui procurent des emplois, c’est une fois encore la compétitivité des entreprises agricoles qui est en cause.
Le plan d’urgence est un aveu puisqu’il comprend notamment une dotation de 50 millions d’euros au fonds d’allégement des charges, un report de l’impôt sur le revenu, une exonération des taxes foncières et un remboursement de la TVA.
L’agriculture est victime, comme toute notre économie, de dépenses publiques excessives, d’une fiscalité et de charges sociales déraisonnables.

Les États-Unis usent de protectionnisme.
L’idée de bon sens que la France devrait, au moins pour les marchés publics, pour fournir les besoins des collectivités territoriales et des établissements publics, faire de même, se heurte à la réglementation européenne.
Une agriculture moins taxée, moins imposée, moins soumise à des réglementations excessives, davantage regroupée pour négocier avec ses clients ou pour exporter, et bénéficiant d’une préférence nationale dans le secteur public devrait permettre aux agriculteurs de vivre et de bien vivre de leur travail et de leur savoir-faire.
Si on y ajoute une politique plus intelligente envers la Russie, l’horizon pourrait se dégager.

Le plan d’urgence est un ballon d’oxygène.

La révolte paysanne n’est pas qu’un feu de paille.

Elle pourrait embraser tout le pays.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/  du 30/07/2015

Le Fric & Notre Liberté D’ Expression.

dent-or (1)

Sans dents ou millionnaire ?

Perquisition musclée chez un responsable du site « Fdesouche ».

Porte fracturée, perquisition, interrogatoire…
Tel est le prix à payer pour avoir osé évoquer un article incriminant le millionnaire et homosexuel militant Pierre Bergé.

« Pierre Sautarel », l’un des responsables du site « Fdesouche », vient d’en faire la désagréable expérience.
Lundi 27 juillet, il a été convoqué par la police après avoir vu son appartement perquisitionné, son téléphone et son matériel informatique saisis.
Après un « interrogatoire musclé », celui-ci a pu mesurer la gravité du délit qui lui était reproché :
Un lien publié sur « Fdesouche » renvoyant à un article jugé diffamatoire par l’homme d’affaires.
Il s’agit d’un papier datant du 29 octobre 2014 et initialement publié sur le site« Panamza ».

Dans celui-ci « Panamza » pointe :

« L’impunité et l’opacité relatives à une longue investigation policière, menée en 2011/2012 par la Brigade de protection des mineurs de Paris et finalement classée sans suite, à propos de l’implication de Français dans des réseaux pédophiles au Maroc ».

D’après un prêtre cité par « VSD » :

« Des faits de “prostitution de mineurs” se seraient déroulés dans la luxuriante villa « Majorelle », propriété (depuis 1980) d’ »Yves Saint Laurent » et de « Pierre Bergé ». »

En juin 2015, l’auteur de l’article (et fondateur de « Panamza ») a été convoqué par la police suite à une plainte en diffamation de « Pierre Bergé ».

Quoi qu’il en soit, pour avoir simplement repris les premières lignes de l’article, « Pierre Sautarel » s’est visiblement retrouvé mêlé à la plainte, avec les conséquences musclées de l’on sait…

Parallèlement, la page « Facebook » de « Fdesouche » vient d’être bloquée.
 Sur leur site, les administrateurs déclarent que :

« Celle-ci existe encore mais nos possibilités de l’administrer ont été gelées ».

Aucun lien direct ne peut, pour l’instant, être établi entre les deux événements.

http://www.ojim.fr/  du 30/07/2015

Ce paquet de millions se présente comme une bâche couverte de pneus au milieu d’un champ : un tas de compost…propret dessus mais qu’est-ce que ça pue !
Les « bovins » s’en contentent pourtant.

Image de prévisualisation YouTube

« La Vilaine Lulu »
Signée Yves Saint-Laurent

La Politique Etrange Des Américains !

usa (2)

Des U.S.A. antichrétiens ?

Le Département d’Etat américain empêche les Chrétiens de témoigner des persécutions musulmanes qui leur sont infligées.
Alors que les persécutions des Chrétiens par les musulmans atteignent un niveau de brutalité sans précédent, le Département d’Etat américain a dévoilé sa politique de double standard à l’encontre des minorités chrétiennes persécutées.

« Soeur Diana », une influente Responsable chrétienne irakienne, qui devait se rendre aux USA en mai dernier, afin de plaider la cause des Chrétiens persécutés au Moyen Orient, se vit refuser son visa par le Département d’Etat américain, malgré le fait qu’elle ait visité les USA précédemment, notamment en 2012.

Elle devait faire partie d’une délégation de leaders religieux d’Irak, en compagnie, entre autres, de Sunnites, de Chiites, et de Yézidis, invités à Washington D.C. pour parler de la situation de leurs communautés respectives.

Chaque responsable religieux reçut un visa, à l’exception de la seule représentante chrétienne du groupe : « Sœur Diana ».

Lorsque ce refus fut de notoriété publique, de nombreux Américains protestèrent et certains écrivirent à leurs .députés.

Ainsi, l’ancien président de la Chambre, « Newt Gingrich », se référant au refus d’octroyer un visa à « Sœur Diana », déclara :

« Cette administration ne semble jamais trouver une bonne raison pour aider les Chrétiens, mais trouve toujours une excuse pour disculper les terroristes…
Comme ce refus injustifié attire l’attention, j’espère que le Secrétaire « Kerry » inversera la situation.
Dans le cas contraire, le Congrès devra mener une enquête et virer la personne, responsable de cette décision. »

Le Département d’Etat accorda finalement le visa à « Sœur Diana ».

Ce n’est pas la première fois que le Département d’Etat américain refuse d’octroyer un visa à un Leader chrétien, en provenance d’une région musulmane.
L’année dernière, alors que l’Institut américain pour la Paix invita tous les gouverneurs des Etats du Nord du Nigéria, à majorité musulmane, à une conférence aux USA, le Département d’Etat bloqua le visa du seul gouverneur chrétien de la région : « Jonah David Jang ».

Selon un avocat nigérian, défenseur des Droits de l’Homme, basé à Washington D.C., le problème de visa du gouverneur chrétien, était tout simplement dû à la « politique discriminatoire antichrétienne du gouvernement américain ».

Les USA insistent sur le fait que les musulmans sont les premières victimes de « Boko Haram » !
Ils affirment également que ce sont les Chrétiens, qui discriminent les musulmans de l’Etat du Plateau, l’un des rares Etats du Nord à majorité chrétienne.

Après avoir affirmé aux Autorités américaines que ces dernières ignoraient les 12 Etats-charia de la région, qui avaient institutionnalisé la persécution… le gouverneur chrétien rencontra subitement quelques difficultés pour obtenir son visa…

La question, qui demeure est la suivante:
Pourquoi les USA minimisent-ils ou nient-ils les attaques contre les Chrétiens ?

Un autre religieuse, « Sœur Hatune Dogan », apporta également son témoignage, lors de la réunion, et expliqua la raison pour laquelle le Département d’Etat ne souhaitait pas entendre de tels témoignages :
Ils vont à l’encontre du paradigme, que l’islam, c’est la paix.

« Sœur Hatune » déclara :

« Ce qui se passe dans les territoires de l’Etat islamique, ce que j’ai entendu, relèvent de la barbarie la plus cruelle qui ait jamais existé.
La mission de « Baghdadi » est de convertir le monde entier à la religion islamique et le conduire dans le « Dar Al Salaam », comme ils l’appellent.
L’islam n’est pas la paix.
Quiconque déclare qu’ »ISIS » n’a aucun lien avec l’islam est un menteur.
ISIS c’est l’islam, l’islam c’est ISIS…
Nous savons qu’il n’ y a pas de démocratie dans l’islam.
L’islam et la démocratie ne sont pas compatibles.
Ils s’opposent comme le blanc et le noir.
J’espère que l’Amérique le comprendra.
L’Amérique, avec l’aide d’autres nations occidentales, a le pouvoir aujourd’hui d’arrêter ce désastre. »

Extrait d’un article de « Raymond Ibrahim »
Traduit par « Rosaly »

Source :
U.S. State Dept. Bars Christians from Testifying about Persecution -http://www.gatestoneinstitute.org/6141/state-dept-bars-christian-testimony

 

Le blog de Christine Tasin

Notre Repentance Est Une Arnaque !

esclavage_moderne (1)

Femmes Esclaves
en Arabie Saoudite !

Plusieurs centaines de Mauritaniennes destinées à l’esclavage en Arabie Saoudite.

En ce début de 21e siècle, en cette fin de juillet 2015, « Aminetou Mint el Moktar », la célèbre présidente de l’Association de femmes chefs de famille de Mauritanie, l’ »AFCF », révèle un scandale la traite des femmes.

« 200 jeunes filles, récemment parties de Mauritanie, sont déjà sur place, en Arabie Saoudite.
Elles sont séquestrées dans des cours de maisons, victimes de toutes les formes de maltraitances physiques, psychologiques et sexuelles »,

affirme la présidente de l’ »AFCF » jointe par « L’Obs » en Mauritanie.

Dénonçant « une forme aberrante d’esclavage contemporain et une traite sexuelle », Madame « el Moktar » a porté cette affaire de trafic massif de femmes entre la Mauritanie et l’Arabie Saoudite devant la police et le Parquet de Nouakchott, la capitale mauritanienne.
La police judiciaire a ouvert une enquête après le dépôt d’une plainte d’une des mères des jeunes filles.

Complicité des autorités
mauritaniennes.

Trois cent autres esclaves mauritaniennes seraient prêtes à partir, selon « Aminetou Mint el Moktar », qui est en contact avec les familles et a réussi à s’entretenir au téléphone avec une des victimes en Arabie Saoudite.
Menacée de mort par les imams radicaux et esclavagistes dans son pays, « Aminetou el Moktar » a reçu, en 2006, le prix des droits de l’Homme de la République française.
Et, en 2010, elle a été distinguée par la secrétaire d’Etat américaine, « Hillary Clinton », pour son combat contre l’esclavage moderne.
Comme beaucoup de militants abolitionniste en Mauritanie, dirigée par la communauté arabo-berbère qui emploie des esclaves, elle a connu la prison.

Car la complicité dans le trafic qu’elle dénonce de certaines administrations mauritaniennes, qui ont fourni un grand nombre de passeports, semble avérée.
Les autorités saoudiennes, qui ont octroyé beaucoup de visas, pourtant normalement difficiles à obtenir, semblent elles aussi responsables.

« J’estime que le départ d’un tel nombre de personne, appartenant à la même communauté, ne peut passer inaperçu des autorités des deux pays »,

écrit Madame « el Moktar » dans un mail à « L’Obs ».
L’organisatrice du trafic a été entendue par la police mais laissée en liberté.

Des « maîtres » jamais condamnés

« Officiellement », ce sont des femmes mauritaniennes ordinaires qui viennent d’être envoyées en Arabie Saoudite pour y accomplir un travail « normal », de « domestique ».
Mais, en fait, ce sont des « harratines », de la caste des esclaves ou descendants d’esclaves de Mauritanie (près de 40% de la population).
Elles auraient simplement été « exportées ».
La Mauritanie est le dernier État au monde à avoir aboli l’esclavage en 1981.
Ce n’est qu’en 2007 que, sous la pression internationale, cette République islamique a criminalisé cette pratique largement répandue.
Mais, à ce jour, malgré quelque rares et très brefs séjours en prison, aucun maître n’a encore été condamné définitivement.
Il y aurait toujours de 150.000 à 300.000 esclaves dans ce pays peuplé de quelque 3,5 millions d’habitants.
Soit le plus fort taux d’esclaves au monde.

Les riches arabes saoudiens semblent avoir été tentés de « faire leurs courses » de chair fraîche et de « bois d’ébène » dans ce pays complaisant face à la traite humaine.
Beaucoup de jeunes filles de Madagascar, un des pays les plus pauvres au monde avec la Mauritanie, partent aussi en Arabie Saoudite pour devenir « domestiques ».
Où elles sont, en fait, réduites en esclavage.
Une fois arrivées, elles découvrent le travail vingt heures par jour, les maltraitances, la faim.

« L’Arabie Saoudite est réputé pour l’esclavage.
Accusés de crimes ou de péchés, des jeunes femmes des Philippines, d’Inde ou Pakistan sont parfois liquidées après avoir été séquestrées et violées et renvoyés chez elle dans un cercueil »,

assure Madame « el Moktar ».

Un « secret de polichinelle »

Ce n’est pas la première fois que l’on en parle de traite de femmes entre la Mauritanie et l’Arabie Saoudite.

« C’était un secret de polichinelle mais c’est la première fois que des cas avérés seraient nommément dénoncés »,

souligne « Mamadou Lamine Kane », un expert mauritanien qui travaille pour des « ONG » occidentales à Nouakchott.
Une Commission mixte entre la Mauritanie et l’Arabie Saoudite a été établie en 2011, notamment pour gérer les conflits sur les « domestiques ».

« Avec la mise en place de cette commission pour freiner la traite, la situation s’était améliorée »,

souligne « Aminetou Mint el Moktar ».
Selon la présidente de l’ »AFCF », les victimes choisies sont des proies faciles.

« Le danger guette nos filles issues des milieux défavorisés de Nouakchott et l’intérieur pauvre du pays »,

dit cette femme qui se bat depuis plus de 30 ans contre toute forme d’exploitation.
Certaines jeunes filles destinées au trafic sexuel sont victimes du mirage d’un travail à l’étranger, d’une bonne éducation à la Mecque.
D’autres sont vendues par leurs familles en détresse.

La République islamique de Mauritanie, dirigée par un régime très autoritaire, est soutenue par l’Occident et notamment par la France, pour sa lutte contre le terrorisme islamique dans la zone Sahara-Sahel.
Quant à l’Arabie Saoudite, qui finance l’islam radical, sa monarchie est aussi soutenue par l’Occident et par la France, dont elle est le premier acheteur d’armes.

Jean-Baptiste Naudet

http://actualites.nouvelobs.com/monde  du 29/07/2015

Et nos gouvernants ont le culot de demander aux Français de se repentir pour la traite négrière de nos lointains ancêtres !
Ils ne manquent pas d’air, ni ce roi d’un état esclavagiste qui dicte SA loi sur notre territoire !
Les « sans-dents » ne trouvent pas ça Normal…Poussif !

Le Fric Veut Museler Tous Les Médias.

danger-300x300 (1)

La vraie information
est en danger !

La plupart des grands médias français, tant dans la presse écrite que dans l’audiovisuel, sont détenus par quelques puissances financières.

Le dernier en date à avoir investi massivement dans le secteur est « Patrick Drahi », fondateur d’« Altice », géant des télécommunications.
Le milliardaire, dont la fortune est estimée comme la troisième plus importante du pays selon le magazine « Forbes », a construit sa fortune sur un endettement colossal qui interroge sur la véritable santé financière du groupe à long terme.
La filiale médias d’ »Altice », « Altice Media Group », détenait déjà des parts dans « Libération » ou « L’Express ».
Désormais, et grâce à un partenariat stratégique inédit avec le groupe « NextRadioTv », propriété d’« Alain Weill », « Patrick Drahi » contrôlera notamment « BFM TV » et « RMC ».
L’objectif est qu’ »Altice » rachète le groupe « NextRadioTV ».

« Patrick Drahi » dispose en effet d’une option de rachat de la totalité des actions conservées par « Alain Weill », à partir de mars 2019.

Dans le communiqué relatif au rachat, les investisseurs indiquent que :

«  »Alain Weill » et le groupe « Altice » seront associés dans une société dont « Alain Weill » détiendra le contrôle majoritaire avec 51 % du capital et des droits de vote et dont il assurera la présidence, à laquelle sera transférée sa participation dans « NextRadioTV », représentant 37,77 % du capital et 48,59 % des droits de vote. »

En somme, l’un des derniers groupes de médias indépendants en France tombe sous le contrôle d’une grande fortune.

Il n’y a d’ailleurs plus de grands médias indépendants.
Tous sont contrôlés par des investisseurs, qu’ils soient marqués à « droite » ou à « gauche ».
Lorsque les grands médias sont soumis à des intérêts, ils ne sont plus libres.
Qui peut désormais garantir que les médias institutionnels seront, à l’avenir, indépendants, et qu’ils présenteront une information pluraliste ?
Cela n’est déjà pas le cas aujourd’hui, mais le futur laisse présager du pire.
Dans les romans de science-fiction du genre « cyberpunk », les « mégacorporations » finissent par devenir plus puissantes que les États, contrôlant l’ensemble des secteurs économiques stratégiques, et monopolisant tous les secteurs.
Contenus et contenants sont même désormais possédés par les mêmes entités. D’ailleurs, « Patrick Drahi » cherche à réaliser le rêve de « Jean-Marie Messier » en se rendant maître d’un groupe hégémonique dans les télécommunications.

Dans ce contexte morose, l’actualité récente concernant le site « Fdesouche »interroge.
Durant les mois qui ont suivi les tragiques attentats de janvier, les Français ont massivement manifesté pour défendre les libertés d’opinion et d’expression.

Quelles réponses ont-ils reçues pour prix de leur engagement ?
Toujours plus de lois liberticides, toujours plus d’informations tronquées, toujours plus de « tycoons »  comme « Patrick Drahi » et, enfin, toujours plus de répressions policières à l’encontre des médias indépendants.

« Fdesouche » est un site de veille d’actualités, qui produit peu de contenu original.
Pour avoir relayé un article concernant « Pierre Bergé », sans émettre de commentaire spécifique, l’administrateur du site a été perquisitionné et a vu son matériel informatique et son téléphone portable confisqués.
Si c’est bien le cas, il y a là un abus de droit manifeste.
Les méthodes employées ont été particulièrement brutales, par rapport aux faits qui étaient reprochés à « Pierre Sautarel ».
Nous devons défendre les médias indépendants (au premier rang desquels « Boulevard Voltaire »), lesquels ne vivent ni des subventions ni des niches fiscales accordées aux journalistes, mais uniquement de leur dévouement sans borne pour un seul objectif : vous informer correctement.

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr/  du 29/07/2015

Parlons donc encore Français, surtout si notre langue, si belle, si riche, nous offre les mots adéquats !
Au sujet de « tycoons », n’avons-nous pas « magnats » ?
Qui plus est, le mot dans la bouche d’un français rappelle un qualificatif populaire plutôt dégradant alors que « magnat » invite à ouvrir un « magnum », non ?

Français Colonisés, Révoltez-vous !

lyberte- (1)

Révoltez-vous ! Révoltez-vous ! Révoltez-vous !

Qu’est-ce qui a déclenché le mouvement de révolte, en leur temps, dans les autres empires coloniaux ?

Pourquoi n’en survient-il pas chez nous ?

Est-ce parce qu’en France et en Europe la colonisation actuelle s’est faite progressivement, presque insensiblement ?
Parce qu’il n’y a pas eu de guerre de conquête à proprement parler, pas d’épisode militaire violent et traumatisant, comme la conquête de l’Algérie au temps de la monarchie de Juillet, à partir duquel le peuple soumis puisse se dire « Voilà, c’est fait, c’est officiel, à partir de maintenant nous sommes une colonie » ?

Mais en Tunisie et au Maroc non plus, il n’y a rien eu, de la part de la France, qui puisse vraiment s’appeler une guerre de conquête.
La guerre du Rif s’apparente plus à la répression (difficile) d’une révolte qu’à l’instauration militaire d’une colonie.

D’ailleurs, le Maroc et la Tunisie n’étaient pas officiellement des colonies.

Ces pays étaient bien considérés pourtant comme faisant partie de l’empire colonial français, et ils étaient représentés par des pavillons, comme ses autres régions, à l’exposition coloniale de 1931, de même que les territoires sous-mandat, qui eux non plus n’avaient pas été conquis militairement.

La conquête militaire n’est donc absolument pas un élément constitutif indispensable à la colonisation, au caractère de colonie d’un pays.
Son absence n’entraîne pas l’absence de révolte, de combat pour l’indépendance et la liberté, de soulèvement anticolonialiste.
Tout juste paraît-elle impliquer, si l’on se réfère encore au Maroc et à la Tunisie, que cette révolte s’opère sans violence majeure. Mais justement, nous ne souhaitons pas du tout la violence : tout juste la révolte, le refus clairement signifié et traduit dans les faits, la décolonisation de la France et de l’Europe – laquelle suppose nécessairement la remigration, ou démigration, puisque la migration, l’immigration a été la forme particulière, inédite à cette échelle, de cette colonisation-ci, celle de nos propres contrées.

Toutes les définitions sont approximatives par définition.
Il y a autant de colonisations que d’expériences historiques de la conquête et de l’asservissement des peuples par d’autres peuples.
Y a-t-il autant de décolonisations ?

Et qu’est-ce qui fait que chez nous, malgré les efforts de quelques-uns, le mouvement de soulèvement ne précipite pas, jusqu’à présent ?

Une donnée inquiétante à prendre en compte est que, de tous les empires coloniaux, l’empire colonial arabe est, avec le chinois, le seul à n’avoir jamais décolonisé, à l’époque moderne.
Il a certes évacué l’Espagne, mais c’était il y a six siècles, et il y avait fallu six siècles (et il est depuis lors revenu).
Même les conquêtes françaises et anglaises, « a fortiori » italiennes, au XIXe et au XXe siècle, se sont superposées aux siennes sans les remettre en cause.
On oublie trop que les croisades étaient des guerres de libération.
Les chrétiens d’Orient vivent, depuis un millénaire et plus, dans le deuil d’une indépendance et d’une liberté perdues, qui paraît évoluer de plus en plus vite vers l’éradication pure et simple.
Est-ce là le sort qui nous attend ?

Un trait spécifique de la colonisation en cours est l’incroyable passivité des populations en voie d’asservissement, et la non moins stupéfiante coopération, complicité, bien proche de la trahison, que témoignent ceux qui les gouvernent.
Il n’est plus temps de disserter ici sur les raisons de cette apathie létale, qui bien entendu sont complexes.
Mettons en avant pour cette fois celle qui suscite le plus d’indulgence, ou le moins de mépris : – L’incapacité à reconnaître ce qui survient pour ce que c’est vraiment, à savoir une colonisation, ;
l’absurde confusion de cette conquête coloniale avec une demande d’aide, de secours et d’asile, de la part d’individus si nombreux – des peuples entiers – qu’ils devraient être cent fois assez pour mettre fin dans leur propre pays, comme les peuples l’ont toujours fait, aux tyrannies et aux injustices dont ils se disent les victimes.

Nous serions encore cent fois assez, nous, « les indigènes de ce continent », pour mettre fin avant qu’elle affermisse son emprise à la domination coloniale qui s’instaure, et qui déjà prétend réguler nos tenues, nos mœurs, notre régime alimentaire, notre calendrier, notre horizon intellectuel et celui de nos fenêtres, la silhouette de nos villes, notre politique étrangère et notre politique tout court.
Il suffirait de se regrouper, de se nommer, de se compter, de se cotiser, de se serrer les coudes, d’abdiquer la peur et la fausse honte qui nous font tout accepter de conquérants innombrables, certes, mais de papier comme ils sont français, anglais ou italiens quand ils le sont.
Les collaborateurs à leur solde, les remplacistes de ces remplaçants, sont si veules et de convictions si fluctuantes, si opportunistes, si bien fabriquées pour être retournées avec le vent, qu’à la première alerte un peu sérieuse ceux-là se précipiteraient vers quelque Sigmaringen de l’Atlas ou riad enchanté de Marrakech, où déjà ils ont leurs habitudes.

Pour ma part je ne sais pas comment il faut vous le dire :

Révoltez-vous !

Révoltez-vous !

Révoltez-vous !

Renaud Camus

http://www.bvoltaire.fr/  du 29/07/2015

 

La Liberté Vaut Egalement Pour Nous !

bb-216x300 (1)

Et Dieu créa la femme !

« Femmes impudiques, effrontées de France et de Navarre, unissons nos forces pour bouter l’infâme, chassons « islam » hors de nos contrées ! »

« L’adoption systématique de tenues décentes ne nuirait pas tant moralement, intellectuellement qu‘esthétiquement. »

nous dit Pugnacité dans un des commentaires sous l’article de Claude Laurent.
(http://resistancerepublicaine.eu/2015/zougatta-qui-a-agresse-la-femme-en-maillot-de-bain-allo-quoi-jai-le-droit-daimer-la-grande-mosquee-de-reims-non/)

Tudieu !
Putain de bordel de merde, vous n’allez pas vous y mettre, vous aussi, « Pugnacité » !

Et pour faire appliquer ce code de « bonne conduite », iriez-vous jusqu’à préconiser l’instauration d’une « Police de la Vertu » du genre « muttawa » à la saoudienne, aidée dans sa tâche par la cohorte des biens pensants et des bigots, gardiens du bon goût – bon goût édicté par qui, je vous le demande !

Ne voyez-vous pas que ce sont toujours aux femmes que l’on demande d’être décentes ?

Même s’il m’arrive parfois de trouver vulgaires certaines tenues féminines, ou masculines – la vulgarité, comme la connerie, est la chose la mieux partagée au monde, et l’élégance à la française a fait long feu – il ne m’est jamais venu à l’idée de vouloir les proscrire !
De quel droit ?

La vulgarité, si tant est que l’on puisse la définir, n’a jamais tué personne que je sache.
Seule est victime, l’idée que chacun se fait de la distinction personnelle et de l’honorabilité. Parbleu, la belle affaire !

Alors que les milices de la vertu qui s’érigent en arbitre des élégances et qui désignent les coupables aux tribunaux et à la vindicte « populaire » s’accommodent sans mal du sang et de la crasse qui tâchent leurs tenues, ô combien correctes, codifiées par leur dogme puant de pseudo respectabilité !

On est toujours le con de quelqu’un et cela vaut pour la vulgarité aussi.
Alors le risque est grand qu’avec l’instauration d’un nouvel ordre moral personne ne soit à l’abri d’un jugement définitif qui vous envoie au peloton d’exécution.

Si votre regard est agressé, si votre conception du bon goût et de l’élégance sont heurtés, regardez ailleurs, changez de point de vue, mais de grâce, ne désignez pas de coupables.

Le droit à la « vulgarité », à «l’indécence » vestimentaire, est, selon moi, comme le droit au blasphème, un droit inaliénable de nos sociétés libres et démocratiques.

J’ai connu dans ma vie, et apprécié – solidarité de paria ! – nombres de femmes, et d’hommes, jugés de peu de vertu par leur tenue ou leur parler, dédaigneux du jugement porté sur eux par les « béni-oui-oui » et les « culs-bénits », qui en remontreraient à plus d’un résistant de pacotille par leur vertus couillues d’intrépidité et de courage.

Ils sont des nôtres, car jamais ils n’accepteront de renoncer à une once de leur liberté.

Aussi, je lance ce cri, tout à la fois ironique, facétieux et sérieux:

« Femmes impudiques, effrontés de France et de Navarre, unissons nos forces pour bouter l’infâme, chassons islam hors de nos contrées! »

Sans rancune, « Pugnacité », que j’aime à lire !

Sacrebleu !

Philippe Bescond-Garrec

Le blog de Christine Tasin

dieu-crea-la-femme

Il est certain qu’ »écrire est une arme » mais « c’est au pied du mur qu’on voit le maçon » !
Il n’y a pas grand monde qui bouge physiquement chez les autochtones.
Remarquez, si toute la gente féminine sortait fringuée comme des putes, maquillée à outrance, cela ferait peut-être un déclic.
Mais il faudrait que les mâles assurent afin qu’elles ne soient ni agressées ni violées… à moins qu’ils soient tous devenus de la jaquette ou froussards !
Je n’aime guère utiliser le langage ordurier mais…restons dans le style !

La Dhimmitude De Nos Islamophiles !

immigration-1-300x224 (1)

Nos islamophiles sont aveugles !

Les « réfugiés » viennent presque tous de pays musulmans…
Mais ça n’interpelle pas les islamophiles de…

Les « réfugiés » qui arrivent sur les côtes européennes par pleins bateaux proviennent quasiment tous de pays musulmans ou en voie d’islamisation.
Rien que cela devrait poser question à tous les inconscients qui se précipitent pour leur faire connaître la multitude des « droits » que leur octroient si généreusement et à crédit les malfaiteurs qui nous gouvernent.

Pourquoi donc ces gens fuient-ils ces pays où règne la « religion de paix, d’amour et de tolérance » ?

Et pourquoi ne vont-ils pas dans l’un de ces riches pays musulmans croulant sous les pétro-dollars et dont les régimes correspondraient au mieux avec leurs us et coutumes ?

Comment se fait-il que cette « religion de paix » provoque ainsi des exodes d’une telle ampleur ?

Partout où l’islam s’est installé, il l’a fait par la force armée, a démoli tout ce qui l’avait précédé et n’a rien construit à la place, sauf des mosquées.
Il n’est que de voir ce que fait l’ »État islamique » dans les sites archéologiques de Syrie, après avoir vu les bouddhas de « bâmiyân » démolis à l’explosif !

Prenons l’exemple de l’Algérie, qui devrait être l’un des pays les plus prospères d’Afrique et même du monde, avec le gaz, le pétrole, et aussi toutes les infrastructures laissées par les Pieds-Noirs concernant les communications, les administrations, l’eau, la santé, l’éducation, l’agriculture…
Laissée en état de puissance pétrolière et agricole, elle en est maintenant réduite à importer de la nourriture alors même que l’exploitation du sous-sol est en passe de devenir inopérante.
Pourquoi ?

Parce que rien dans le coran n’explique que l’on doive travailler pour se nourrir, se vêtir et se loger.

On y trouve référence aux butins pris aux non-musulmans, on y trouve la soumission, l’absence de libre-arbitre, la domination masculine sur les femmes, l’intolérance et la guerre.
Belle religion !
Rien d’épanouissant pour l’esprit ni pour le corps, la prospérité par le travail, la réussite sociale dans l’harmonie et l’audace créatrice apportant l’art et les inventions.

En France, où les idiots croient qu’il n’y a déjà pas assez de mosquées, il faut bien savoir qu’il existe une rivalité entre Algériens et Marocains pour le contrôle des mosquées, et une autre entre les Arabes et les Turcs.

Dans l’islam, il existe une véritable guerre entre les chiites et les sunnites, aggravée des prétentions des salafistes, des Frères musulmans et d’autres sectes mahométanes, modérée en apparence par le « soufisme » dont on peut penser qu’il n’est que l’une des formes de la « takkiya » destinée à donner à l’islam une apparence de spiritualité.

Dans l’islam, cette guerre interne se déroule tous les jours à coups d’explosifs, d’attentats-suicides, de mitraillages contre des mosquées et divers lieux publics.
Peu importent les victimes, seules comptent la vengeance et la domination d’une secte sur l’autre.

En France, nous n’avons pas besoin
de l’importation de ces guerres civiles internes à l’islam,
de ces abrutis qui s’expliquent à coups de bombes,
de cette idéologie de soumission servile et sans réflexion à laquelle nous ne devons rien que des problèmes depuis que son développement a induit sa prétention à gouverner au dessus des lois de notre République.

En France, nous n’avons pas besoin de l’anti-France et de tous les idiots qui défendent les prétentions de l’islam à s’imposer à notre peuple, à nos descendants et à notre civilisation.
Ceux qui trouvent à l’islam quelque avantage n’auront qu’à partir avec ceux que la défense de notre patrie, de nos valeurs, de notre République et de notre économie nous conduira forcément à faire repartir dans leurs terres historiques.

En France, nous avons besoin de retrouver la valorisation du travail, le respect de la  »Res Publica », la reconnaissance du bien privé acquis par l’effort, et, surtout, le droit du peuple Français à rester lui-même, dans sa civilisation et dans ses us et coutumes.

Daniel Pollett

Le blog de Christine Tasin du 29/07/2015

Les déferlantes d’immigrés annoncent une rentrée surprenante après des vacances volontairement amnésiques !
Nous aurons un automne plus que chaud !

§§§§§§

pensee (1)

Islamophilie ou inconscience ?

Monsieur « Bergé » ferait bien de faire très attention !

Oh, pour être un dhimmi il l’est !
Pour mettre son immense fortune au service des musulmans, pas de problème, il le fait depuis fort longtemps !

Je n’irai pas le traiter de crétin, parce-que j’imagine bien qu’il ne doit pas l’être, on n’accumule pas une fortune pareille en étant idiot c’est évident.

Mais c’est évident aussi qu’il n’a jamais ouvert un coran, sinon, étant homosexuel il défendrait NOS idéaux, et non pas ceux des musulmans !

Monsieur « Bergé » devrait savoir que nous, la sexualité des gens, NOUS on s’en moque (hors pédophilie bien sûr, mais je n’ai jamais entendu qu’il ait été pédophile, donc, il fait ce qu’il veut, c’est pas nos affaires).

Chez les musulmans c’est pas du tout la même chose, être homo…
C’est la peine de mort !

Bref, ce monsieur me fait penser à un type qui serait en train de préparer le noeud et la potence…
Sans se rendre compte que si les musulmans devaient prendre le pouvoir, il ferait partie des premiers à se balancer au bout de la corde !

Philippe Le Routier

Le blog de Christine Tasin du 29/07/2015

Le Chaos Dû Aux Dollars Saoudiens! ! !

ryad-300x165 (1)

Brouilles intestines
au sein de l’islam

« Wikileaks » révèle les dessous de la stratégie saoudienne pour exporter l’islamisme partout sur la planète !

Selon le quotidien américain « The New York Times », qui, [d'après] tri et étude des dizaines de milliers de documents diplomatiques saoudiens révélés par le site « WikiLeaks », l’Arabie Saoudite investit « des milliards de pétrodollars dans des organisations islamiques à travers le monde, pratiquant une diplomatie du chéquier ».
Le « New York Times » s’est intéressé à 60 000 documents, en attendant les 400 000 supplémentaires qui sont en attente de publication, selon « WikiLeaks ».
Ces fuites diplomatiques révèlent notamment que l’Arabie Saoudite dépense des sommes colossales pour combattre l’Iran chiite.

« Les Saoudiens craignaient que la levée des sanctions internationales contre l’Iran après la signature de l’accord nucléaire (16 juillet) donne davantage de moyens à Téhéran pour soutenir des groupes (chiites et pro-iraniens).
Mais les documents révèlent une compétition qui va bien au-delà, avec de profondes racines idéologico-religieuses »

peut-on lire dans le « New York Times ».

Consécutivement à la publication de ces documents diplomatiques par « WikiLeaks », le site « India TV » note par exemple que :

« dans la seule région du Kerala (en Inde), les Saoudiens ont donné 4,5 millions de riyals (1,1 million d’euros) à différents organismes ».

Selon le quotidien américain, cité par « Courrier International », il s’agit :

« d’un système d’influence que les autorités saoudiennes ont mis en place et financé par l’argent des pétrodollars.
Riyad a notamment accordé des moyens financiers à des prédicateurs à l’étranger, construit des mosquées, des écoles, des centres et soutenu des campagnes pour contrer des responsables et des médias à l’étranger qui étaient susceptibles de s’opposer à l’agenda du Royaume ».

D’après « Usama Hasan », chercheur en études islamiques à la fondation « Quilliam » à Londres, cité par le « New York Times » :

« il s’agit de milliers et de milliers d’organisations militantes et religieuses (…) directement ou indirectement financées par eux à travers le monde.« 

Source : http://www.atlantico.fr/

http://www.noterror.fr/  du 28/07/2015

Défendons Notre Civilisation Française.

chauprade (1)

Aymeric Chauprade  parle
sur Riposte Laïque

Quelques passages choc :

Il est désormais admis largement que la France est en guerre contre des musulmans.

Tout le monde chez nous, au Front national, quels que soient sa sensibilité, ses tropismes politiques prioritaires, se bat d’abord pour la défense de la civilisation Française, composante essentielle et fondatrice de la civilisation européenne.
Or, cette civilisation européenne est menacée par l’expansion démographique, idéologique, militaire même, des musulmans « djihadistes ».
Il n’y a que les imbéciles qui refusent d’admettre cette réalité.
Je l’ai entendue de la bouche même de nos amis Egyptiens musulmans qui font la guerre à cette hydre, la Confrérie des musulmans, et dont la composante « française » n’est autre que l’ »UOIF » (considérée comme une organisation terroriste par les Emirats arabes unis, alors même que notre gouvernement dialogue tranquillement avec elle).

La priorité de notre gouvernement n’est malheureusement plus d’assurer l’avenir des Français, elle est d’assurer l’avenir de « l’islam de France ».
C’est sans compter, cependant, sur le Front national qui lui, a le devoir impératif de ne jamais s’écarte de la priorité identitaire.

Le gouvernement répète, sans cesse, que la question n’est pas de savoir s’il y aura d’autres actes terroristes mais quand ceux-ci se produiront.
Mais sa priorité n’est pas de régler le problème terroriste !
Elle est de protéger la réputation des musulmans qui vivent en France, d’où le prêt-à-penser du « padamalgam » massivement diffusé par la classe politique et les médias.
Cela revient à dire qu’une partie conséquente de nos élites a choisi la soumission.

La perspective d’une France sous domination musulmane n’est plus à écarter mais je ne suis pas aussi pessimiste que « Michel Onfray ».
Une réaction reste possible et mon engagement politique repose d’abord sur ma ferme volonté de réagir face à l’islamisation de la France.
Et je pose la question à « Michel Onfray » :
On ne peut pas, d’un côté, faire un constat aussi pessimiste et, de l’autre, continuer à attaquer le Front national.

Donc je dis à « Michel Onfray », dont j’admire l’intelligence, que la pureté philosophique et le pessimisme c’est bien, mais à un moment donné, il y a des choix à faire, et il faut alors suivre une règle simple :
Quelle est la seule force politique qui pose la question essentielle de l’avenir de notre civilisation ?

Il faut se concentrer sur la priorité :
La civilisation avant l’économie, ce qui ne veut pas dire que le redressement économique de la France n’est pas impératif.
Mais une économie se répare bien plus facilement et rapidement qu’une civilisation.

Il faut avoir une volonté politique sans faille et un grand sens du Bien commun.
Rejeter les logiques communautaristes et clientélistes qui commandent le souci électif aujourd’hui.
Faire des sacrifices économiques s’il le faut.
Ce n’est pas parce que le Golfe arabe peut inonder la France d’investissements, qu’il faut accepter ce partenariat économique.
Il nous rapporte à court-terme, mais il nous détruit à long-terme.

Redresser la France sera douloureux, qu’il y aura des temps difficiles, des désillusions, mais que notre programme n’est pas de nous arrêter au bord de la route et d’attendre la mort.
Je refuse la fatalité du choix entre l’inaction et la guerre civile.
Un autre chemin est possible.
Le redressement.
Il passe par une révolution des esprits, une réforme économique et sociale profonde, une réaction vitale face à ce qui nous agresse pour ce que nous sommes.

La préoccupation de ce gouvernement n’est plus l’avenir des Français mais l’avenir de la réputation de « l’islam de France ».

Nous y sommes !

Image de prévisualisation YouTube

La France est en guerre !

Source : http://ripostelaique.com/

Le blog de Christine Tasin

Soyez Vigilants Quand Vous Achetez !

obsolescence-300x300 (1)

L’obsolescence programmée !

Présente dans la loi sur la transition énergétique, définitivement adoptée au Parlement cette semaine, l’obsolescence programmée devient une infraction punie de deux ans de prison et 300.000 euros d’amende.

Chacun a déjà connu ces situations:
Une batterie de téléphone en panne et devenue depuis introuvable,
une application de smartphone qui n’est plus adaptée à notre modèle,
une imprimante qui nous signale qu’un remplacement d’appareil est nécessaire.

L’« obsolescence programmée », une technique imputée aux distributeurs pour réduire volontairement la durée de vie d’un produit et inciter le consommateur à acheter davantage, est désormais un délit inscrit dans la loi.
La disposition est présente dans la loi sur la transition énergétique adoptée définitivement par le Parlement cette semaine.
L’Assemblée nationale a prévu, en cas d’infraction constatée, de frapper au portefeuille des entreprises avec une peine de «deux ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende».
Le montant pourrait même être porté à 5% du chiffre d’affaires annuel réalisé en France par la société contrevenante.

L’adoption d’un cadre juridique permet également de donner une définition plus claire à l’obsolescence programmée.
Selon le législateur :

«L’obsolescence programmée se définit par l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement».

Par rapport à sa première version, le texte a évolué.
« Delphine Lévi Alvarès », chargée de mission chez « Zero Waste France », un mouvement prônant une société le zéro gaspillage et le zéro déchet, explique :

«Même si on va dans le bon sens, la définition est très vague, la loi est très ouverte et donc difficilement punissable.
On aura donc des cas qui feront jurisprudence au fur et à mesure».

Les différentes techniques
d’obsolescence

• Par défaut fonctionnel

Il s’agit d’une technique visant à avancer la fin de vie d’un appareil.
On retrouve cette caractéristique essentiellement dans «les produits électriques ou électroniques comme les téléviseurs, les téléphones mobiles, les machines à laver ou les ordinateurs», comme l’explique le « Centre européen de la consommation » (« CEC ») dans un rapport daté de 2013.
Dans ce cas, le fabriquant fait en sorte que si une seule et unique pièce de l’appareil tombe en panne, l’ensemble de l’appareil cesse de fonctionner et doit être remplacé.
Par le passé, « Apple » utilisait cette technique avec ses premiers « iPod ».
Les batteries des appareils tombaient alors en panne au bout de 18 mois sans possibilité de réparation.
Le groupe avait été obligé de dédommager ses clients.

• Par incompatibilité

Cette technique est spécifique au domaine informatique et plus particulièrement avec les logiciels.

Là, le but est de rendre inutile un produit par le fait qu’il n’est plus compatible avec des versions ultérieures.

Le consommateur est, là aussi, obligé de racheter un appareil plus performant pour pouvoir continuer à utiliser le logiciel.
Le cas des applications mobiles est souvent cité.

• Par notification

Elle consiste à «concevoir un produit de sorte qu’il puisse signaler à l’utilisateur qu’il est nécessaire de réparer ou de remplacer, en tout ou en partie, l’appareil».
C’est le cas des imprimantes, l’imprimante rendant également obsolète les cartouches d’encre par exemple.

• L’obsolescence indirecte

On évoque souvent l’obsolescence indirecte comme la technique la plus poussée puisqu’elle consiste à rendre les produits obsolètes alors qu’ils sont fonctionnels.
C’est ce qui englobe les problèmes de chargeurs de téléphone portable, qui change pour une même marque d’un modèle à l’autre.
L’arrêt de la production de pièces détachées est souvent utilisé comme un outil puissant par les industriels, ce qui empêche toute possibilité de réparation.

• Par péremption

Cette technique est répandue dans le domaine alimentaire où, certains industriels raccourcissent la durée de vie des produits en indiquant des dates plus courtes alors qu’ils sont encore consommables.

 L’obsolescence esthétique

Le système ne nécessite là pas de pratique technique ou technologique mais joue plutôt sur la psychologie du consommateur.
L’objectif est alors de pousser le client à trouver un objet vieux ou démodé et de le remettre à la mode.

• L’obsolescence écologique

Le plan de changement d’ampoules en est un exemple et le « CEC » le présente comme une «dérive de la société de consommation».
On parle de «consommation éthique».
Le résultat serait alors des économies pour les consommateurs et une diminution de la pollution.
Le renouvellement de 25 millions d’appareils électroménagers de plus de dix ans par des appareils plus récents permettrait d’économiser alors 5,7 milliards de Kilowatts, soit la consommation annuelle des Parisiens.
C’est un exemple, et l’ancienne prime à la casse pour les voitures ou le plan de changement des ampoules vont dans ce sens.

http://www.lefigaro.fr/conso  du 25/07/2015

Ce mois-ci, « windows7″ n’a plus de mises à jour.
Dépuis que « windows8″ est sorti (en formule « bêta ») tous les PCs en étaient vendus équipés.
Vous pouvez acheter un logiciel de « windows8″ mais ne pourrez pas le charger sur votre disque dur suffisant pour « windows7″, votre équipement est « obsolète », il faut changer de matériel !
C’est ça l’obsolescence programmée !
Et où donc passent nos sous de pauvres consommateurs ?
Chez ces goinfres de banquiers…loin d’être pauvres, eux  !

L’ Espoir Aide Quand Même A Vivre !

chapeau (1)

Un fabuleux discours !

À la lecture de ce texte vous conviendrez que si chaque compagnie avait un président avec de tels principes… les relations de travail seraient harmonieuses.

Voici le discours d’adieu donné par le PDG de Coca-Cola :

« Imaginez la vie comme un jeu dans lequel vous jonglez avec cinq balles.
Ces balles représentent :
le travail,
la famille,
la santé,
les amis
et la vie spirituelle.

Vous vous rendrez compte rapidement que le travail est comme une balle en caoutchouc. Si vous la laissez tomber, elle rebondira et vous reviendra.

Mais les quatre autres balles :
La famille, la santé, les amis et l’esprit sont fragiles comme le cristal.
Si vous laissez tomber l’une d’elles, elle en sortira inévitablement éclatée, ébréchée, abimée, voire même brisée.

Jamais elle ne redeviendra la même.

Vous devez comprendre ceci :
Appréciez le plus précieux et efforcez-vous de l’atteindre.

Travaillez avec efficacité dans les heures normales de bureau et laissez le travail à temps.
Consacrez le temps nécessaire à votre famille et à vos amis.

Faites de l’exercice, mangez et détendez-vous de manière adéquate.

Et par-dessus tout, croyez en la vie intérieure, le spirituel, qui est le plus transcendantal parce qu’il est éternel.

Shakespeare disait :

« Je me sens toujours heureux, vous savez pourquoi?
Parce que je n’espère rien de personne, espérer fait toujours mal. »

Les problèmes ne sont pas éternels, ils ont toujours une solution.
Le seul qui ne se résolve pas est la mort.

La vie est courte, alors aimez-la!

Vivez intensément et rappelez-vous :

Avant de parler… écoutez!

Avant d’écrire… pensez!

Avant de critiquer… regardez-vous!

Avant de frapper… calmez-vous!

Avant de prier… pardonnez!

Avant de dépenser… gagnez!

Avant de baisser les bras… essayez!

Avant de mourir… vivez! »

Autre Que Réseau Social

Si Nous Allions De Reims A Marrakech.

france-maroc-300x180 (1)

Monsieur Hollande,
savez-vous ce qu’est le Maroc ?

La France demande au Maroc de former les « imans » de notre Nation… !

Je viens de lire dans mon journal local, « Var-Matin » du 21 juillet 2015 :

 « le Maroc forme nos imams compte tenu de l’urgence,une cinquantaine cette année, et 250 à 300 les prochaines années »

(« Mohamed Moussaoui », président de l’Union des mosquées de France).

BON !…

Quelques nouvelles du Maroc 

« 5 jeunes gens viennent d’être arrêtés à Marrakech pour ne pas avoir respecté le jeûne du ramadan …
Ils encourent entre un et 6 mois de prison…
2 hommes ont été condamnés il y a 3 jours à 2 mois de prison ferme pour rupture du jeûne.»

«2 jeunes femmes sont jugées depuis le 6 juillet pour… « outrage à la pudeur »…
Elles avaient été arrêtées parce qu’elles se promenaient en robe sur un marché…»

« le 19 juin dernier 2 jeunes Marocains étaient condamnés à 4 mois de prison ferme pour « outrage public à la pudeur » :
Ils s’étaient embrassés en public… »

Diable,
ça rigole pas trop.

Et le mot « Liberté » n’a manifestement pas le même sens là-bas que chez  nous.

Mais voilà pourtant un pays qui serait touché par une «  effervescence dans la modernité », « un pays du Sud où il se passe des choses merveilleuses, c’est chargé d’énergie, on sent qu’il y a une jeunesse, il y a du vital, on sent tout ça » selon « Bariza Khiari »,  sénatrice PS de Paris à la double nationalité algérienne et française.
Celle qui se présente, entre-autres comme « maghrébine » prête à « défendre avec la même vigueur la Tunisie, l’Algérie et le Maroc » répondait en ces termes le 29 mai dernier à « Jean-Pierre El Kabbach », lors de l’émission « Bibliothèque Médicis ».
On notera que la dite émission était diffusée depuis Fez, où se déroulait le « 21ème festival de musiques sacrées du Monde ».

Que ne ferait-on pas pour valoriser ce pays musulman présenté comme un modèle de « l’Islam du juste milieu » !

Et puis c’est une bonne opportunité de délivrer le message convenu :

«  Le Maroc a toujours été un pays de tolérance, de respect de l’autre et du vivre ensemble »

explique posément le Président du festival, Monsieur « Abderratif Zouitene » à « Monsieur Elkabbach » sans aucune réaction de sa part.

En êtes-vous bien certain Monsieur « Zouitene » ?

Il serait peut-être intéressant de rappeler un certain nombre de choses concernant le Maroc.

Comme par exemple le fait qu’au début du xxème siècle l’esclavage y était toujours pratiqué.

«Avant le protectorat, sans nécessiter de différends entre individus, le rapt de biens, de femmes, d’enfants, de bêtes était de coutume au pays.
L’esclavage était naturellement régi, codé, dans les coutumes et à tous niveaux dans la société marocaine, du potentat local au sultan, même les marabouts avaient aussi leur mot à dire.
A Marrakech, le glaoui prélevait, « pour lui-même », un individu sur 20.
Les marchés se tenaient ouvertement « place « Souq al Abidine », ou au « Souq Rhaba Kédima ».
 »
(Zwin up portail du Marrakech vivant- histoire)
(Les marchés aux esclaves ont été interdits par la France en 1920 et l’esclavage en 1922.)

Esclavage donc d’habitants du Maroc même, mais aussi esclavage de chrétiens européens enlevés au cours des razzias à partir de l’Andalousie
–  Ah ! L’Andalousie !
–  La farce de la merveilleuse civilisation ! –
Puis, lorsque les musulmans en auront fort heureusement été chassés,
au cours de raids pirates au départ notamment de Salé.

Et surtout esclavage de noirs arrachés aux populations d’au-delà du Sahel par la traite transsaharienne, oh combien meurtrière et castratrice, organisée par les négriers arabo-musulmans.

Femmes et enfants marocains, chrétiens d’Europe, noirs africains, mis en esclavage et objets des formes les plus violentes du racisme.
Magnifique exemple de respect de l’autre et du vivre ensemble n’est-il pas ?

Pendant plus de 1000 ans !

Et les juifs ?
Ils étaient, c’est vrai, tolérés… mais avec un statut inférieur.
Ils payaient un impôt particulier, dans le meilleur des cas, et vivaient dans des quartiers spéciaux dont les portes étaient fermées toute la nuit.
A Meknès par exemple :

«  il y a un poste pour les protéger contre la populace qui autrement les saccagerait.
Qu’ils viennent à injurier ou à maltraiter un Maure, quel qu’il soit, la mort les attend de sorte que les enfants peuvent les battre à loisir »
(Nouvelle Géographie Universelle, tome 4, ch.3, article 1 : Barbarie ; Paris 1807).

Les juifs marocains trouveront des conditions de vie meilleures pendant la durée du Protectorat Français.
Mais dès la création de l’État d’Israël ils quitteront massivement le pays, y compris clandestinement après  l’indépendance en dépit de l’interdiction de « Mohamed V ».
De 300 0000 en 1950 ils ne seraient plus que quelques milliers aujourd’hui.

C’est assez dire si les juifs marocains ont fui comme la peste la qualité de « la coexistence » et la « renaissance de la concorde d’El Andalous » qu’incarnait le Maroc aux dires de notre sénatrice « maghrébine » en mission au compte de l’islam.

Juste un petit complément.
Curieusement, personne  parmi nos énamourés du monde musulman en général et du Maroc en particulier n’évoque le fait que le Maroc est le premier producteur et exportateur vers l’Europe de cette « saloperie » qui alimente trafics et économie souterraine dans les quartiers de la diversité et participe à l’étouffement, à l’anesthésie de notre jeunesse :
Le kif, le cannabis, le hasch.

50 000 hectares dans la région du Rif produisent de l’ordre de 38 000 tonnes par an et font vivre un million de Marocains.
( « le Rif reste accro au kif », Libération monde, 29 avril 2014).

50 000 hectares c’est quand même difficile à ne pas voir quand il est possible en France de repérer une micro plantation de quelques pots.
Notre ministre de l’Education Nationale, par ailleurs marocaine et originaire du Rif connaît peut-être les raisons de cette cécité générale, aussi bien du royaume chérifien que des autorités des pays d’importation.

Tiens, le « Var-Matin » d’aujourd’hui( 24 juillet) nous apprend que :

«un Marocain en visite dans le Var a été condamné à 3 mois de prison avec sursis pour s’être masturbé publiquement sur la plage des Sablettes  ».

Le gros dégueulasse « n’avait pas l’habitude de voir des filles en maillot de bain » selon son avocate.

Islam du juste milieu qu’ils disent.
Dégage !
Du balai!
Là-bas si tu veux, mais pas chez-nous !

Jean Théron

http://resistancerepublicaine.eu/  du 25/07/2015

Et nos gouvernants laissent parler le « président de l’Union des mosquées de France » en leur nom ?
C’est vrai, « qui ne dit mot consent » !

hollande en hitler (1)

La une de l’hebdomadaire marocain
« Al Watan Al An », datée du 29 janvier 2015.

(Les français vont-ils faire renaître les camps de concentration d’ »Hitler » pour exterminer les musulmans ?)

Que vont raconter les « imans » formés au Maroc quand leurs journaleux se permettent ça ?

Jean-Marie Le Pen Encore Lui-Même !

lepen (1)

Ils s’acharnent,
le Menhir reste !

Jean-Marie Le Pen ira en correctionnelle pour avoir répété le 2 avril ses propos sur les chambres à gaz, « détail » de la Seconde Guerre mondiale, risquant une nouvelle condamnation après sa mise au ban du Front national qu’il a cofondé.

Le parquet, qui avait ouvert une enquête préliminaire juste après ces propos tenus sur BFMTV-RMC, a cité il y a quelques semaines Jean-Marie Le Pen à comparaître pour contestation de crime contre l’humanité, a précisé vendredi à l’AFP une source judiciaire.
La date du procès devant la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris n’a pas encore été fixée.

Condamnés par sa fille Marine, qui lui a succédé à la tête du Front national, ces propos, auxquels étaient venus s’ajouter d’autres tenus dans l’hebdomadaire à tonalité parfois antisémite Rivarol, avaient entraîné la suspension de Jean-Marie Le Pen du parti qu’il a longtemps incarné.
Mais cette suspension a depuis été annulée par la justice.

Au journaliste qui lui demandait s’il regrettait d’avoir qualifié les chambres à gaz nazies de « détail », ce qui lui a déjà valu d’être condamné, Jean-Marie Le Pen avait répondu:

« Pas du tout.
Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre, à moins d’admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz. »

Le journaliste l’avait alors relancé, demandant si « des millions de morts » pouvaient être qualifiés de « point de détail ».

« Je n’ai pas parlé de nombre de morts.
J’ai parlé d’un système.
J’ai dit que c’était un détail de l’histoire de la guerre »,

avait répondu Jean-Marie Le Pen, 87 ans.

Ses propos intervenaient alors que sa fille essaie de « dédiaboliser » l’image du FN depuis son accession à la tête du parti en 2011.

Ils avaient été vivement condamnés par la classe politique, y compris au sommet du FN, puisque Marine Le Pen s’était dite « en profond désaccord ».

Interrogé vendredi par l’AFP, Jean-Marie Le Pen a estimé que sa convocation devant le tribunal correctionnel était « une persécution supplémentaire ».

« Il faut s’attendre à tout.
Je ne suis pas très surpris. »

« Il y a un proverbe afghan:

« Tu as dit la vérité, saute sur ton cheval et cravache! »

»

s’est amusé le cofondateur du FN.

« Je croyais que des millions de Français avaient manifesté pour la liberté d’opinion, je croyais que ça allait jusqu’au droit au blasphème.
Est-ce un blasphème?
On est dans le domaine quasi religieux… »

a poursuivi l’eurodéputé.

Jean-Marie Le Pen a remporté récemment deux victoires judiciaires en faisant annuler sa suspension du parti, puis en faisant suspendre en référé le congrès par correspondance convoqué pour retirer des statuts du parti son titre de président d’honneur.
La cour d’appel de Versailles doit se prononcer mardi sur l’appel formulé par le FN au sujet de cette dernière décision.

Maître « Frédéric Joachim », le conseil du « Menhir », a indiqué à l’AFP vendredi « attendre sereinement » la convocation devant le tribunal correctionnel, « une occasion de défendre mon client contre les accusations dont il fait l’objet ».

« Alain Jakubowicz », président de la « Licra », a lui laissé entendre que son organisation pourrait se porter partie civile:

« On y sera parce qu’il est naturel qu’on y soit.
Je dirais que c’est le triste destin d’un triste sire »,

a-t-il dit.

La première des nombreuses sorties de Jean-Marie Le Pen sur le sujet remonte au 13 septembre 1987, quand il avait déclaré, suscitant un tollé général:

« Je n’ai pas spécialement étudié la question, mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. »

Il avait réitéré ces propos en 1997 en Allemagne, en 2008 au magazine Bretons, en mars 2009 au Parlement européen, et été condamné plusieurs fois pour cela.
Aucun responsable du FN n’avait réagi vendredi en fin d’après-midi.

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/07/2015

Ménagez-Vous, Monsieur Bricolage !

hollande-hilare

Un piston médiatique !

Une journaliste corrézienne pistonnée par François Hollande.

Selon « le Canard Enchaîné », François Hollande serait intervenu directement pour recaser une journaliste de « France Bleu Limousin ».
Fermée le 26 juin 2015 pour causes de restrictions budgétaires, la station locale faisait vivre quatre journalistes auxquels le chef de l’Etat, «toujours sensible aux affaires corréziennes», aurait promis qu’ils seraient recasés «où ils/elles voulaient.»

C’est ainsi qu’une journaliste vedette des ondes tullistes a explicitement réclamé une mutation à « France Bleu Pays Basque ».
Or dans cette station, le seul poste à pourvoir « était affecté d’avance à une pigiste régulière et incontestée, d’autant plus légitime qu’elle parle le basque », note l’hebdomadaire satirique.

Mais « Mathieu Gallet », PDG de « Radio France », n’a rien voulu savoir.
Soucieux de s’attirer les bonnes grâces présidentielles, il a exigé que la « protégée corrézienne »occupe le poste.
Tant pis pour la pigiste…

Une grave ingérence qui a fortement déplu aux syndicats, qui ont aussitôt dénoncé le scandale que constituait ce  « fait du prince ».
Dans l’embarras, « Mathieu Gallet » a alors appelé un conseiller de l’Élysée.
Les deux hommes ont trouvé un compromis :

Créer un poste supplémentaire, « spécialement » pour la « favorite » du Président.

Un paradoxe quand on sait que « Radio France » prévoit un vaste plan de restrictions budgétaires avec quelque 350 départs volontaires à la clé…

pistonnée

 

http://www.ojim.fr/  du 23/07/2015

« Du Bon Usage Du Référendum » !

referendum-300x150 (1)

Interroger le peuple ?

Voilà bien une idée saugrenue !

D’un coup de dés, le Premier ministre grec a propulsé le référendum au sommet de la pile des outils politiques.
Les Grecs ont dit « όχι – non », ce qui est leur droit le plus absolu, et « Tsípras » a entendu « ναί – oui ».
Contre leur volonté, ils s’apprêtent ainsi à boire la ciguë, comme leur ancêtre « Socrate ».
Dix ans plus tôt, la France avait rejeté la Constitution européenne, qu’un indécent tour de passe-passe lui a pourtant fait gober par la suite.

Interroger le peuple !
Voilà bien une idée saugrenue.
Lorsqu’on est boulonné à sa chaise que l’on n’a absolument aucune intention de quitter sauf révolution, c’est-à-dire violente mise à la porte, tous les moyens sont bons, y compris faire le contraire de ce que l’on dit, ou dire le contraire de ce que l’on fait.

Nous sortons à peine de la célébration du 14 juillet 1789 ou 1790, jours qui marquent, sans aucun doute, la transmission au peuple du pouvoir absolu du roi.
Depuis lors, le peuple est, dit-on, « souverain ».

Qu’avons-nous fait de cette souveraineté ?

Rien…ou à peu près !

Tous les cinq ans, nous sommes amenés à glisser un bulletin dans une urne, vase aussitôt refermé jusqu’au lustre suivant.
L’élu considère alors qu’il a reçu mission de mettre en chantier et de faire passer toutes les promesses qu’il a eu parfois le courage et souvent l’imprudence d’aligner pendant sa campagne.
Et le peuple est prié de se taire.

On nous rebat les oreilles avec les « valeurs de la République ».
Mais, tonnerre, la première de ces valeurs, ce n’est pas l’égalitarisme forcené, pas davantage le laïcisme omniprésent ou le mondialisme triomphant.
Cette valeur cardinale, qui transcende toutes les autres, c’est demander au peuple son avis sur les sujets importants qui le concernent directement.
Ainsi que son corollaire sans lequel cette valeur est nulle :
Ecouter la réponse et prendre les décisions politiques en conséquence.

C’est cela, l’esprit du 14 juillet.
Tout le reste, c’est du pipeau, de la poudre aux yeux, des simagrées, des gesticulations.

Qu’a-t-on fait de cette valeur de vérité, la seule qui vaille en démocratie ? Escamotée !
Comme la poussière sous le tapis.

Le champ actuel du référendum est juridiquement limité :
Les questions « sociétales » n’en font pas partie.
Quant à la procédure de mise en œuvre, elle est cadenassée.
Et pourtant !
En vertu de quoi le peuple n’a-t-il pas eu le droit de s’exprimer sur le mariage homo ou sur la peine de mort ?
Doit-il être muet, ou muselé, sur la location d’utérus, le commerce des bébés, la politique d’immigration, la fin de vie ?

Je rêve d’un référendum où l’on demanderait aux Français :

« Voulez-vous que le champ du référendum soit élargi à toutes les questions qui vous concernent ? »

Monsieur Hollande, vous qui vous dites audacieux…

chiche !

Yannik Chauvin

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/07/2015

Silence Absolu Du Pouvoir En Place

la-presse1 (1)

Ne pas déranger !

Silence des médias sur les violences du 14 juillet

Dans la nuit du 13 au 14 juillet 2015, jour de la fête nationale, la France a connu une EXPLOSION de violence relativement inédite avec de nombreux actes de vandalisme mais aussi, fait nouveau, de guérilla urbaine !

Pourtant, à moins d’habiter directement dans les villes concernées par les incidents, peu de Français en ont entendu en ont entendu parler.

Quelques articles dans la presse locale et régionale, quelques reprises dans les médias nationaux, trois fois rien…
Pourtant, il y avait matière à s’inquiéter.
Affrontements multiples avec les forces de l’ordre, nombreux commissariats assiégés, incendiés ou attaqués au mortier, centre commercial brûlé à Sarcelles, maison du maire attaquée au cocktail Molotov à Villeneuve-Saint-Georges, médiathèque brûlée, pompiers en intervention agressés…
Vous l’aurez compris : la France a connu une nuit bien agitée.

Mais à en croire le peu de traitement qui a été consacré à ces violences, il semblerait que médias et autorités se soient habitués à ce qui est presque devenu un « rituel ».
Malgré tout, les chiffres sont là pour souligner que le phénomène va en s’accroissant :
Cette année, pour cette seule nuit, on déplore plus de 700 voitures brûlées et 603 personnes placées en garde-à-vue.

Même « Claude Askolovitch » l’a remarqué :

« On est dans un été chaud, brûlant et inquiétant mais on n’en parle pas. »

Sur « i>Télé », le journaliste constate que :

« c’est le paysage urbain de notre pays aujourd’hui, un pays qui est en train de valdinguer ».
Pour lui, outre le silence médiatique,
« ce qui est nouveau et inquiétant, c’est le silence absolu du pouvoir ».

Un silence qui, d’après « Askolovitch », profite à la droite et à l’extrême-droite, dont les conclusions sur ces violences relèvent, toujours selon lui, de la « fantasmagorie ».

En attendant, les « incivilités » (comme les bouches à incendie sabotées, pour prendre un exemple d’actualité) et les violences en tout genre n’attendent ni la nuit du 14 juillet, ni une approbation médiatique inespérée pour grimper dangereusement…

De quoi creuser un peu plus le fossé qui existe entre le vécu des Français et le « roman médiatique » quotidien.

http://www.ojim.fr/  du 21/07/2015

Merci à la toile !
Nombreux sont ceux qui nous informent CORRECTEMENT, font de la ré-information quand celle des médias autorisés est tronquée ou faussée ou simplement passée sous silence.

Nos Médias Ne Nous Informent Jamais!

medias-300x152 (1)

Journalisme Actuel

Journaleux, pouvez-vous

vous regarder dans un miroir ?

 

statut AFP

 

Journaleux, pisse-copies et autres scribouillards,

Savez-vous ce que signifie « sens de l’honneur » ?

Connaissez-vous votre charte d’éthique par coeur ?

Et pouvez-vous vous regarder dans un miroir ?

Parce que si j’étais vous, je ne serais pas fière,

Je sais, on fait ce qu’on peut, mais il y a la manière.

Du journalisme, dites-vous, sorti des fosses d’aisance

Et de la socialie et de la bien-pensance.

Un idéal gangrené par l’anti-racisme

Vous vaut de vous complaire dans l’ethno-masochisme,

Sacrifiant au passage le Français sur l’autel,

L’Autre étant, par essence, une victime éternelle.

Qu’importe s’il tue, s’il viole et même s’il décapite,

C’est l’autochtone coupable, « mantra » qu’on lui récite.

Qu’importe s’il est l’auteur de violences, voies de faits,

Novlangue oblige, elles deviennent incivilités.

Facéties, trublions ont ainsi remplacé

Désordres et jeunes, qui étaient par trop connotés.

La forme, c’est ce qu’il reste quand le fond est mauvais,

Sous vos claviers, les infos sont succédanés.

Non que vous ne mettiez du bon coeur à l’ouvrage

Et de l’obstination, et volonté et rage,

Mais ça tend à manquer quelque peu de courage,

Tel que je le conçois, comme une vertu sage.

Comme l’Etat subventionne vos propres employeurs,

Que vous-mêmes êtes, de cette manne, les profiteurs,

On peut comprendre vos réserves, votre déférence

A l’égard de ceux qui vous aident à faire bombance.

C’est qu’on ne plaisante pas avec le progressisme,

Erigé en valeur suprême du socialisme,

Tout ce qui peut détruire l’ancien ordre établi

Sur les notions des « travail, famille et patrie »

Ignobles références d’une France décatie,

Rance, nauséabonde et autres arguties,

Vous êtes du modernisme, courroie de transmission,

Aux ordres, doigt sur la couture du pantalon.

Vous vous voyiez rebelles, dissidents, fier à bras

Quand vous obéissez à la divine « doxa »,

Mariage homo, euthanasie et GPA

Ont vos faveurs, c’est dire votre force de combat.

Vous n’êtes que des pantins, de pauvres marionnettes

Agitées par des doigts agiles et malhonnêtes.

Quand les Français auront compris ce subterfuge

Nul doute que vous serez les tout nouveaux transfuges,

Corée du Nord, Cuba sauront vous accueillir

A la hauteur de vos exploits, ce, sans médire.

Oreliane

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aides_%C3%A0_la_presse_en_France

http://ripostelaique.com/  du 20/07/2015

 

Image de prévisualisation YouTube

Que s’est-il vraiment passé

le 14 Juillet 2015 ?

 

 

Pour Essayer De Conserver Leur Tête?

dhimmi-300x235 (1)

La dhimmitude
envahit la planète

L’émir autoproclamé de l’État islamique, le sieur Abou Bakr al-Baghdadi, ne doit plus sentir son ego.
À force de décapitations, d’utiliser un bébé comme exercice de tir, de destructions de monuments historiques et d’églises, il a réussi à faire une telle peur à la planète que l’islam est devenue la préoccupation majeure de nos gouvernants.

« Bill de Blasio », maire dhimmi de New York, n’a-t-il pas décrété que les écoliers new-yorkais n’iraient plus à l’école pour respecter les deux jours sacrés de l’islam : l’Aïd el-Fitr et l’Aïd al-Adha ?
Pire encore :
« Barack Obama »,
dont on connaît l’origine musulmane de ses ancêtres directs, et son prénom arabe qui signifie « bénédiction », s’apprêterait à déclarer jour férié pour toutes les écoles des États-Unis cette fête de fin du ramadan.
Et cerise sur la « Grosse Pomme » : tout le haut de l’Empire State Building s’est paré de couleur verte, la couleur emblématique de l’islam.
Le journal « 20minutes » s’est empressé d’annoncer que le gratte-ciel new-yorkais se parait de différentes couleurs à chaque fête religieuse, mais, quand on sait que les musulmans ne représentent que 0,6 % de la population américaine, on peut aisément se demander pourquoi leur accorder une telle faveur.
Surtout sur un symbole aussi emblématique que l’Empire State Building, qui vient d’ailleurs de perdre à nouveau son record de hauteur avec le nouveau World Trade Center qui le dépasse de 160 mètres.

Imaginez la tour Eiffel étincelante de ses dix mille ampoules soudainement vertes pour célébrer la fin du ramadan…
Madame « Hidalgo », qui adore rompre le jeûne, va-t-elle, l’an prochain, nous concocter de telles illuminations ?
Après l’Empire State Building, immeuble mythique de New York, la tour Eiffel, monument mythique de Paris aux couleurs de l’islam ?

Mieux encore :
Comme l’on sait notre Président aussi islamophile qu’américanophile, on peut s’attendre à ce que l’Aid el-Fitr soit déclaré jour férié avant son espéré départ de l’Élysée, en 2017.

La dhimmitude de nos dirigeants est tout azimuts, de Riyad à Washington.
Nous en vivons les effets tous les jours que leur allah fait.
L’islam s’implante à la vitesse d’un TGV.
Avec une immigration légale ou non, massive et incontrôlée.
Un islam de moins en moins modéré, et de plus en plus arrogant, tant les mesures prises pour contrôler ses excès ne sont plus respectées.
Profusion de femmes voilées des pieds à la tête,
de voiles sur les têtes brunes de tous âges,
de publicité halal,
de produits halal,
de manifestations communautaristes,
– de profanations du drapeau français,
de piscines fermées ou « communautarisées », etc.

Combien de temps allons-nous rester passifs ?

Allons-nous un jour, au vu de la démographie galopante chez les non-Européens, devoir accepter la charia ?

Comment allons-nous sortir de cet état de fait ?

Allons-nous, enfin, imposer nos lois à ceux qui ne se sentent pas français ?

L’exemple de cet Empire State Building glorifiant l’islam le temps d’une nuit ne peut que nous conduire à la fermeté la plus absolue envers cette religion qui, quoi qu’en dise M. Boubakeur, n’a qu’un seul objectif :

nous soumettre au coran.

À moins qu’une onde de choc ne vienne secouer nos élus actuels et futurs, pour qu’enfin soient respectées les lois de la République française et que des dispositions draconiennes de contrôle de l’immigration ne soient enfin adoptées par ce Parlement endormi…

La France sera mathématiquement sous domination
d’une religion qui lui est étrangère dans moins de 50 ans.

Floris de Bonneville

http://www.bvoltaire.fr/  du 20/07/2015

Au fil de ma revue de presse quotidienne j’ai constaté qu’il y avait, « en France », une foule de communautés…excepté une : la communauté des Français Autochtones.
Car il faut quand même préciser… maintenant la nationalité française est accordée à trop de gens qui sont déjà dans d’autres communautés.
Les autochtones pourraient se retrouver dans la « Communauté des Franciens ».( tiré de « Rex Franciae », roi de France) puisque nos ancêtres vivaient sous la royauté.
A moins qu’on choisisse « Communauté des François » car ce n’est qu’en 1835, au XIXème siècle (récemment dans notre Histoire de France), que le François devint Français.
Nous savons que « nous sommes tous des enfants d’immigrés », mais ces immigrés ne nous ont pas été imposés et ils se sont intégrés à notre Patrie !
Ils venaient tous du vieux continent…pas comme aujourd’hui !

Un Placebo Pour L’ Opinion Publique !

terror-1

Vigipirate,
le « placebo » de la sécurité !

Les accords imposés à des pays par d’autres occupent le devant de la scène politique.

L’international est à la une.
On observera combien cette réalité relativise la démocratie.
Les peuples souverains ne le sont plus guère, et sans perdre la guerre, ils se soumettent néanmoins.
La réalpolitique triomphe puisque les responsables des pays qui comptent imposent leurs règles à ceux qui comptent moins.
Bien sûr, le degré de soumission dépend aussi de la taille du soumis.
Il est préférable d’être l’Iran que la Grèce.

Que deviendra l’accord grec auquel « Tsipras » avoue ne pas croire ?
Que fera l’Iran de celui qu’il a obtenu au grand dam d’Israël ?
Les parlements des pays concernés donneront un vernis démocratique à des processus marqués par les calculs à court terme des politiciens, Hollande ou Obama, par exemple, mais qui oserait affirmer que le premier a servi l’Europe et le second la paix au Moyen-Orient ?

C’est pourquoi, en contrepoint de ces fausses bonnes nouvelles qui peuvent donner envie de partir en vacances l’humeur joyeuse, je voudrais commenter une expérience vécue avant-hier dans ma ville de Tourcoing.
A la suite d’un accident mortel survenu au cours d’une fuite devant une intervention policière, des échauffourées et des incendies de véhicules avaient embrasé une partie de la ville au début du mois de Juin.

Il est donc urgent de montrer à la population que tous les moyens sont mis en oeuvre pour que règne désormais l’ordre républicain.
L’un de ces moyens repose sur le « Plan Vigipirate » destiné à prévenir les actes terroristes.
En centre-ville, déambulait donc, ce mardi, une patrouille composée de trois « bérets verts » sur pied de guerre, conduits par deux policiers plutôt bonhommes.
Cet imposant équipage croisa dans une rue piétonne une femme voilée de noir du haut en bas, dont les yeux seuls étaient visibles.
Bref, elle portait le type même du vêtement que la loi interdit dans l’espace public.

Le policier gradé qui commandait le groupe de surveillance esquissa un geste discret en direction de la contrevenante et continua son chemin.
N’ayant rien perdu de la scène, je l’interpellais- juste revanche- pour lui demander pourquoi il ne l’avait pas verbalisée.
Sa réponse tint en deux arguments :
D’abord, la patrouille agit dans le cadre de vigipirate et n’est pas là pour verbaliser les tchadors.
Ensuite, ça ne sert à rien, « on » leur paye les contraventions.

Cet événement en apparence insignifiant est essentiel car il révèle à lui seul combien notre société est devenue un décor où s’agitent des personnages fictifs mis en scène par des politiciens assez habiles pour faire croire que notre démocratie est autre chose qu’une falsification, un trompe-l’oeil destiné aux benêts que sont les citoyens et contribuables.
Résumons :
Scandalisés par cette offense à la laïcité et à la dignité de la femme que constitue le voile intégral, nombre de politiciens ont voulu interdire la burka ou le niqab .
J’avais rédigé une Proposition de loi en ce sens pour rappeler notamment que le seul principe qui pouvait être invoqué était celui de la sécurité dans l’espace public.
La liberté du vêtement pour des raisons d’ordre religieux ou liées au sexe appartient à chacun. Lorsque le masque permet d’échapper à la videoprotection, l’impératif de sécurité permet au contraire de l’interdire.
J’observe que les patrouilles de « vigipirate » n’ont sans doute pas bien compris la loi et laisseront passer une bombe vivante éventuelle sans encombre alors qu’un contrôle préventif aurait pu l’arrêter, ou tout au moins l’identifier afin de contribuer, même après coup, au renseignement.
Le rôle des caméras est dissuasif, mais aussi et surtout utile aux élucidations.
C’est pourquoi, lorsqu’on se trouve dans le cadre de « vigipirate », il faut verbaliser et démasquer les visages voilés.
Bref, la loi votée n’est pas appliquée, et ceux qui ne la respectent pas ont même le plaisir de narguer policiers et militaires.

La loi et le débat qui l’a entourée, un attrape-nigauds !

A force de ne pas donner suite au travail policier, on a dilapidé l’autorité des policiers et des gendarmes, découragé leur action, et fourni d’excellentes raisons aux moins motivés..
Etait-il utile en plaçant nos soldats dans une situation d’impuissance et sous la dépendance de policiers, de réduire aussi leur prestige pourtant justifié par des opérations réussies comme celle du Mali ?
L’armée est faite pour s’attaquer à l’Etat islamique et le détruire.
Elle n’a pas pour vocation de surveiller les édifices et les rues.
Non seulement cette présence est inutile et fera défaut là où l’attaque aura lieu, comme on l’a vu récemment à l’occasion d’une décapitation et d’une tentative d’attentat sur le site d’Air Products en Isère, classé Seveso, mais elle expose dangereusement des soldats, dont les effectifs sont devenus tragiquement insuffisants.
Récemment, un projet de décapitation d’un officier de Port-Vendres a été découvert.
Un vol important a également été commis sur un site militaire mal surveillé à Miramas.
Mais l’armée surveille la place de Tourcoing pour impressionner les Tourquennois, enfin, ceux qui n’ont pas la moindre idée d’attentat en tête…
De même des effectifs policiers limités empêchent bien sûr de suivre en permanence les individus dangereux.
Tous les auteurs d’attentats depuis « Merah » étaient « connus » des services de police, mais la surveillance a dû être relâchée faute de moyens.
Lorsqu’un ennemi est nombreux et peu prévisible, la défense est un leurre.

Il ne s’agit plus de sécurité, mais de guerre, dans laquelle l’attaque est la meilleure des stratégies.

Vigipirate est donc le placebo destiné à l’opinion publique pour lui faire oublier que l’Etat ne fait pas appliquer la loi, n’assure pas la sécurité des citoyens, et ne fait pas vraiment la guerre aux ennemis du pays.

Notre Etat fait lourdement semblant…

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/  du 18/07/2015

Vil Projet Des Sbires Du Mondialisme !

force-300x153 (1)

Les migrants, « une force » ?

Comment continuer à justifier le besoin d’immigration dont les conséquences délétères s’avèrent de plus en plus difficiles à occulter ?

Quels moyens reste-t-il à mettre en œuvre quand les mensonges ne passent plus, que les pseudo-explications ne trouvent plus d’écho, que la culpabilisation n’atteint plus ?

Eurêka, « Libération » a trouvé !

D’abord, permuter les causes et les conséquences.
Si l’immigration est devenue un problème pour les Européens, c’est à l’instigation de l’extrême droite qui a diffusé cette idée.
Pour « Libération » :

« Non, les migrants ne sont pas un fardeau ! ».

100.000 migrants supplémentaires prévus aux portes de la Méditerranée, dans une Europe comptant 500 millions d’habitants, soit une personne pour 5.000 habitants, mais où est le problème ?
Environ dix millions de musulmans en France, une immigration extra-européenne intarissable, dont les femmes ont un taux de fécondité trois fois supérieur à celui des femmes d’origine française, mais où est le problème, en effet ?
Et « Libé » de vanter fort à propos l’exemple de la Californie où, selon le recensement de juin 2014, y vivent 14,99 millions de Latinos contre 14,92 millions d’autochtones.
L’avis des Californiens sur la question ?
À « Libé »… on n’en dit mot !

Ensuite, il faut répéter que :

« non, les migrants ne viennent pas nous envahir, ni manger notre pain, ni prendre notre travail, ni piller nos ressources ».

Cela pourrait être vrai,
– si la France ne comptait pas 6,2 millions de chômeurs.
– Si des Français, faute de couverture sociale, ne renonçaient pas à se soigner.
– Si les sans domicile fixe ne se voyaient pas refuser logement ou repas au profit des migrants.
– Si la dette de la France n’avait atteint 2.300 milliards d’euros, déposant ainsi dans les berceaux 33.000 euros [de dettes] sur la tête de chaque nouveau-né.
– Si le Qatar et l’Arabie saoudite n’achetaient pas des pans entiers de notre territoire géographique, économique et sportif.

Enfin, l’argument massue de Libération :
A l’entendre, refuser l’immigration nous priverait de futurs « Marie Curie », « Georges Charpak », « Picasso », « Milan Kundera », qu’il n’a aucun scrupule à mettre sur le même plan que des sportifs et des hommes politiques.
(Ils ne nous donnerons jamais un autre « Vercingétorix » ou un autre « Clovis », les gaulois ne sont pas des caniches d’Obama – pelosse)

Si « Milan Kundera » ressent la France comme « la patrie de ses livres », un « Zidane », en revanche, est « fier d’être Algérien ».
Une « Hidalgo » considère le ramadan comme « faisant partie de notre patrimoine culturel » et une « Belkacem » ne voit pas d’inconvénient à répondre « Inch Allah » à la question d’un journaliste évoquant l’éventualité d’un ministre berbère en France…

Au sein de la foule des migrants bientôt répartis partout sur notre territoire,
– combien de « Marie Curie » et de « Charles Aznavour » – Français dans « sa tête et dans son cœur » – sur combien qui ne se sentiront jamais Français ?
– Combien de « Léon Schwartzenberg » ?
Surtout, parmi les migrants,
– combien de « Coulibaly » se seront glissés à bord des bateaux, dans le seul but de « tuer des Français par n’importe quel moyen » ?

Les migrants ne sont pas « un fardeau », donc, mais « une force ».
C’est bien là l’objet de nos craintes.

Caroline Artus

www.bvoltaire.fr  du 18/07/2015

Les « immigrés » que nous avions adoptés à l’époque, aux conditions de l’époque il faut le rappeler, venaient tous d’Europe, aimaient la France !
« Libération » a trouvé de bien mauvais exemples !

Non Au Génocide De Notre Europe !

migration-300x195 (1)

 Faire de l’Europe
un continent-monde

Notre loge européenne organise l’invasion migratoire.

Le continent est frappé par la crise économique.

Politiquement, l’Union européenne est un néant antidémocratique.
Les mensonges se succèdent les uns aux autres, François Hollande assimilant l’Europe à l’Union européenne et l’Union européenne à la zone euro, omettant de préciser que de nombreux pays européens n’appartiennent ni à l’Union européenne ni à la zone euro.

Mais la priorité de ces pathétiques dirigeants reste la même :
Faire de l’Europe un continent-monde, censé accueillir un flux migratoire d’une importance jamais vue dans l’histoire de l’humanité.

L’intégration est en panne ?
Nous n’avons plus les moyens de mettre au travail ces nouveaux venus ?
Le terrorisme islamiste menace chaque jour un peu plus ?
Pas grave, vous allez encore devoir recevoir chez vous des clandestins.

Si l’on écoute les spécialistes de la vie politique européenne, « Viktor Orbán » est un affreux dictateur xénophobe.
Il faut dire que le président hongrois a été réélu avec près de 60 % des voix, un score qui fait des envieux, tant François Hollande est décrédibilisé à mi-mandat.
Il faut dire, aussi, que monsieur « Orbán » est un dirigeant à l’écoute de son peuple, intransigeant sur la question migratoire !
Il n’entend pas céder face à Bruxelles et sait le danger que l’immigration fait peser sur sa nation.
Budapest sera protégée des funestes volontés bruxelloises.
Pas Paris.

Le 16 juillet 2015, la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures a voté un « mécanisme d’urgence » pour relocaliser 40.000 demandeurs d’asile, se trouvant en Italie et en Grèce, vers d’autres pays de l’Union.
Ce nouveau système permanent prend en compte la « solidarité » et le « partage de la responsabilité entre États membres ».

Ils sont incapables de faire preuve de solidarité réelle avec la Grèce, mais lorsqu’il s’agit des migrants, tout le monde doit se mettre en ordre de bataille.

Pourtant, la véritable solidarité avec les Italiens serait de rendre impossible toutes nouvelles arrivées de personnes en provenances des pays extra-européens.

La fameuse politique australienne du “No Way”, que l’on pourrait traduire en Français par « On ne passe pas ».

Puisque l’Europe semble incapable de prendre les mesures qui s’imposent en matière migratoire, il faut que la France puisse sortir au plus vite de l’espace Schengen.
Les idées défendues par les députés européens sur le site « europa.ue » sont édifiantes :

« Les députés proposent que les demandeurs d’asile aient la possibilité, avant d’être relocalisés, d’établir un classement des États membres par ordre de préférence, et de motiver leurs choix selon des critères comme les liens familiaux, sociaux et culturels tels que des compétences linguistiques, un séjour, des études ou des expériences de travail antérieurs dans le pays.
Les États membres concernés devraient être informés des préférences des demandeurs et seraient autorisés à indiquer leurs préférences concernant les demandeurs qui les ont sélectionnés.
Des officiers de liaison nationaux pourraient faciliter la procédure en organisant des entretiens avec les demandeurs. »

Faudra-t-il bientôt demander aux clandestins s’ils préfèrent le foie gras d’oie au foie gras de canard ?

Cette politique viole les souverainetés nationales des Etats membres de l’Union, en leur imposant des quotas de migrants non consentis.

Au-delà du caractère suicidaire de ces mesures, le procédé politique est choquant.

Disons « NON » à l’Union européenne de Bruxelles qui est une machine à détruire notre civilisation en organisant scientifiquement une invasion migratoire d’une ampleur inédite.

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/07/2015

France, La Guerre Civile Est Déclarée !

emeutes-banlieue-300x133 (1)

En toute impunité  !

En juillet 2015, ce sont 17 gendarmeries et commissariats qui ont été attaqués !

À Dinan, samedi, une bande de 30 « jeunes » (vous aurez compris de qui il s’agit, même au cœur de la Bretagne) a pris d’assaut la gendarmerie transformée en camp retranché.
Rien que dans les 15 premiers jours de juillet, ce sont 17 commissariats et gendarmeries qui ont subi les attaques de sauvageons.
À coups de mortiers, de cocktails Molotov, de fusils à plomb, de pierres.
Rien qu’aux Ulis, le commissariat a été assailli trois fois.
À Neuilly-Plaisance, cent « jeunes » ont assiégé le local de la police municipale.

Ainsi, en France, gendarmes et policiers sont régulièrement insultés, pris à partie, agressés par des « jeunes », souvent très jeunes, sans réaction et en toute impunité puisqu’ils savent qu’en cas d’interpellations, la justice s’empressera de les remettre dans la rue.
Même nos valeureux pompiers qui ont choisi de mettre leur vie en danger pour en sauver d’autres sont l’objet d’attaques commandos, souvent même d’embuscades.
Il arrive fréquemment dans nos cités que des « jeunes » incendient qui une poubelle, qui la voiture d’un voisin, appellent le « 18 » pour caillasser, dès leur arrivée, les soldats du feu.
Aux États-Unis, de tels actes sont considérés comme criminels et conduisent leurs auteurs tout droit en prison pour quelques années de réflexion, histoire de leur apprendre qu’on ne s’attaque pas impunément à ceux dont la devise est « sauver ou périr ».
Il leur faut du cran pour respecter leur autre devise, « courage et dévouement », car ils savent qu’appelés dans ces cités, ils auront à faire face à la haine brutale de ces jeunes Français de papier que la justice excuse sous prétexte que l’État ne leur a offert ni travail, ni éducation.

Car ces « jeunes » sont souvent issus d’une immigration de deux ou trois générations, parfois de double nationalité, qui n’ont pas spécialement demandé à être Français et dont ils n’ont pas adopté mais adapté la langue à leur culture.
Se glissent parmi eux quelques poignées de Français de souche dont les parents ont eu le malheur de devoir rester dans ce qui, désormais, porte le nom faussement rassurant de « quartier ».

Et que je t’insulte, que je te caillasse, que je te menace, que je brûle ta voiture de police.

Rien que de très normal, puisque les juges appliquent trop souvent avec beaucoup de rigueur les recommandations du ministère de la Justice et du syndicat du mur des cons.
Une rigueur qui permet à ces petits délinquants de recommencer, aussitôt libres de leur garde à vue, si par malheur passait par là le panier à salade, un vieux bus de la RATP recyclé GAV.
Les policiers sont furieux, mais peuvent-ils se rebeller ?

Ce laxisme officiel explique en grande partie pourquoi nos forces de police sont si peu considérées par ceux qui ont la haine de la France.
En s’en prenant aux représentants de l’ordre, au moindre uniforme,
(il y a, eu depuis janvier, 200 agressions répertoriées contre des soldats sur le territoire.
Merci, Vigipirate !)

C’est à la France que ces « jeunes » de 7 à 77 ans s’attaquent.

Et c’est bel et bien la faute de l’État qui oublie d’exercer ses fonctions régaliennes dans le seul souci d’éviter de provoquer les banlieues.

N’est-ce pas, Messieurs Hollande, Valls, Cazeneuve, et vous, Madame Taubira ?

Mieux vaut, en effet, interdire à nos forces de l’ordre, nos pompiers, nos soldats d’affronter ces sauvageons, ce qui serait mal perçu de leurs parents, futurs électeurs d’un certain Hollande…

Floris de Bonneville

http://www.bvoltaire.fr/ du 19/07/2015

Sain Réflexe De Défense Des Goyim

sionisme-275x300 (1)

L’énigme de l’antisémitisme

C’était en 1951 :

« Nous sommes inondés par les juifs »

faisait remarquer un agent d’immigration canadien à son collègue.
Il vérifiait les papiers d’un jeune couple avec un petit garçon. Mon père comprenait l’anglais. Il avait survécu de justesse aux Nazis.
Il s’agissait de sa bienvenue au Canada.
Heureusement, ce n’était pas un signe avant-coureur.
Nous rencontrâmes peu de discrimination et ma famille prospéra.
Néanmoins, mes parents voulaient s’assimiler.
Ils donnèrent à leurs enfants des noms à consonance anglaise et se mêlaient à peine à la communauté juive.
La mesure de notre observance juive était que ma mère allumait les bougies le vendredi et que nous célébrions les fêtes majeures.
Mes parents parlaient rarement de mes grands-parents qui avaient péri.
Ils semblaient considérer le fait d’être juif comme une malédiction.
Je me suis assimilé.
Il est donc ironique de constater que mon père, âgé maintenant de 85 ans, m’a renié parce que j’essaie de comprendre l’antisémitisme autrement que dans des termes simplistes.
Le fait que l’antisémitisme ne soit pas irrationnel ne justifie pas la politique Nazie de génocide.
Vous penseriez que les juifs voudraient comprendre ce qui s’est réellement passé.
Comment peuvent-ils autrement être sûrs qu’ils ne rencontreront plus le même sort ?

UN MÉCANISME DE DÉFENSE

L’antisémitisme n’est pas une haine irrationnelle ou une maladie dans l’âme du non juif, comme les juifs se l’imaginent.
Il s’agit d’un mécanisme sain de défense des nations principalement chrétiennes et musulmanes, des cultures, des races et des religions menacées par un processus graduel et insidieux d’extinction. (par exemple par le féminisme, la diversité, le gouvernement mondial).
La plupart des livres « antisémites » que j’ai vus sont remarquablement exempt de haine et de rancœur.
Ils ne préconisent pas la violence contre les juifs, mais présentent des mesures pour conserver le caractère national et racial semblables à celles qui sont pratiqué en Israël aujourd’hui.
Ils ont tendance à être raisonnables et à présenter les gentils comme des victimes irresponsables de l’intelligence supérieure juive.
« Léon de Poncins » serait même prêt à accepter une intendance juive SI elle était bénigne. La concurrence entre la vision du monde des « chrétiens » et des « juifs »  est le facteur central du développement du monde occidental.

« L’avènement du Christ fut une catastrophe nationale pour le peuple juif, en particulier pour la caste dirigeante »,

écrivit « Léon de Poncins ».

« Jusque-là, ils étaient les seuls à être les Fils de l’Alliance, ils avaient été ses seuls grands prêtres et ses bénéficiaires…
L’antagonisme irréductible avec lequel le judaïsme s’est opposé au Christianisme depuis 2000 ans est la clef et le ressort principal de la subversion moderne…
[Le Juif] a défendu la raison contre le monde mythique de l’esprit…
il était le médecin de l’incrédulité…
tous ceux qui étaient mentalement en révolte venait à lui en secret ou en plein jour… »
(« Le judaïsme et le Vatican », pp 111-113.)

« La question juive » a été un enjeu majeur depuis des centaines d’années.
Dès 1879, un écrivain allemand « Wilhelm Marr » a déploré qu’elle ne puisse pas être discutée avec honnêteté.

« Depuis 1848 si nous, allemands, critiquions la moindre chose juive, c’était suffisant pour nous faire entièrement mettre au ban de la presse.
Alors que le moindre sentiment de délicatesse est totalement absent chez les Juifs [lorsqu’il exerce la satire à l’égard des Allemands], il est exigé de nous que nous les traitions comme une pièce de verrerie fine ou des plantes très fragiles.  »
(« L’antisémitisme dans le monde moderne : Une anthologie » 1991, p.85)

THEODOR FRITSCH (1852-1934)

Appelé « le plus influent antisémite allemand avant Hitler »,  le livre le plus important de « Fritsch » « Handbuch der Judenfrage » 1896 (« Manuel de la question juive ») est passé par des dizaines de tirages, et a été enseigné dans les écoles allemandes à l’époque Nazie.
La plupart des exemplaires ont été détruits après la Seconde Guerre Mondiale.
Le « Manuel » a été traduit en anglais en 1927 et rebaptisée « L’énigme de la réussite du Juif » par « Ferdinand Roderich-Stoltheim », un nom de plume.
(pseudo de Théodor Fritsch – pelosse)
Il est extrêmement rare, les copies originales coûtent jusqu’à 1000 $.
« Fritsch » ne correspond pas à l’image des fauteurs de haine à la bouche écumante.
Son livre m’impressionne comme le travail d’un homme civilisé, d’un discernement spirituel considérable.
Son point central est que le judaïsme ne mérite aucun crédit pour le monothéisme parce que le Dieu juif n’est pas universel.

« Il s’agit d’une erreur fatale de nos théologiens de considérer le Dieu juif comme identique à celui des chrétiens.
Sous un examen approfondi, Jéhovah se trouve être le dieu exclusif de la juiverie et non pas, dans le même temps, celui des autres hommes. »

Il cite de nombreux passages de l’Ancien Testament pour démontrer que l’alliance entre les juifs et leur Dieu « recouvre un sens d’hostilité à l’égard de toutes les personnes non-juives. »
Par exemple :

« Demande-moi, et je te donnerai les nations païenne pour héritage et les parties les plus reculées du monde pour ta possession.
Tu les briseras avec une verge de fer… » (Psaumes 2.8.9)

En conséquence, le « Talmud » (le code de la loi juive) distingue un système de moralité pour les Juifs et un autre pour les païens, qui sont considérés comme du bétail ou des porcs. « Fritsch » cite de nombreuses références pour montrer qu’il est permis de mentir, de tricher ou de voler un Gentil. (pp. 57-65)
« Fritsch » conclut que l’antisémitisme est une réaction naturelle à ces attitudes hostiles qui sont effectivement pratiquées par beaucoup de juifs.
Étant donné que ces croyances sont tenues secrètes des non-juifs, dit-il, le judaïsme est une conspiration contre les non-juifs.
Son but est de servir l’Alliance, et d’atteindre la domination sur l’humanité en contrôlant la richesse.
Il affirme que tous les juifs font partie de ce schéma et qu’aucun ne peut s’en extraire.
Je respecte le droit des allemands et d’autres non-juifs à un foyer national, mais je pense qu’il a tort de juger tous les juifs sur une norme raciste.
Le caractère anti-gentil est nouveau pour bien des juifs qui subissent le lavage de cerveau, tout comme les gentils.
« Fritsch » aimerait-il être condamné pour ce que d’autres allemands (par exemple les Nazis) ont fait ou dit ?
Les juifs sont des individus et doivent être jugés sur leurs actions individuelles. La majorité est aliénée par le judaïsme et trouverait les passages bibliques cités ci-dessus répugnants.

CONCLUSION

Les juifs doivent réexaminer leur relation avec le judaïsme.

Je ne saurais exagérer l’importance du rejet juif du Christ.

Le Christ représentait un Dieu universel et une morale universelle.
Son enseignement représentait le prochain stade naturel, que les juifs auraient dû embrasser, tout en conservant leur intégrité raciale.
En rejetant l’enseignement du Christ, les Pharisiens ont placé le peuple juif dans l’opposition perpétuelle aux meilleurs intérêts de l’humanité, en travers du chemin ultime et inévitable de l’évolution spirituelle de l’homme.
Ils ont placé les Juifs dans un état de révolte métaphysique permanente qui, à un niveau personnel conduit à l’aliénation et au dysfonctionnement.

Le Christ a enseigné que Dieu est Amour.
L’amour est le plan directeur.
L’amour est la lumière.
Aime ton prochain.
Fais aux autres, comme tu voudrais qu’ils te fassent.

Quelle faute les Pharisiens purent-ils trouver à un évangile qui prêche la fraternité humaine et le fait de mettre les autres avant nous-même ?

Il les privait de leur revendication spéciale à être le « PEUPLE ELU » de Dieu et d’administrer la volonté de Dieu, qu’ils croient faussement être la leur.

https://henrymakow.wordpress.com  du 28/11/2012

Comme « Lucifer », les Hébreux contemporains de Jésus et leurs descendants qui n’ont pas voulu croire et ne veulent pas croire qu’il était le Messie annoncé par les prophètes, l’orgueil est le plus fort…malheureusement pour eux !

Il Y Aura Toujours Des Oeufs Cassés !

marranos (1)

Les Crypto-Juifs originels

Après que les Chrétiens aient repris l’Espagne aux Maures au 14ème siècle, ils voulurent «extirper tous les éléments non-Catholiques dans le pays et l’unir sous la domination Catholique.»
(Prinz, «Les Juifs Secrets», p.25)

Les Juifs vivaient en Espagne depuis le IVème siècle avant J.C. et avaient prospéré sous les Maures.
L’Église exigea que les plus de 400 000 Juifs présent se convertissent ou qu’ils quittent le territoire.
Parce que des milliers avaient été massacrés au cours des émeutes anti-juives de 1391, plus de 250 000 Juifs acceptèrent de se convertir et devinrent connu sous le nom de « conversos ».

Cependant, l’Église s’est vite rendu compte de son erreur fatale.

Comme on pouvait s’y attendre, la majorité de ces convertis n’étaient pas sincères. Ils furent appelés les «Marranes» de l’espagnol : «Marranos» (cochons).

Mais maintenant, ils étaient exonérés des impôts et des restrictions qui régissaient les Juifs.
Ils étaient plus influents et puissants que jamais.
Ils se sont mariés avec la noblesse et s’élevèrent aux plus hautes positions du gouvernement et de l’Église.
Le fondateur des jésuites, Ignace de Loyola, était un Marrane, et son successeur Diego Lainex l’était aussi.
La plupart des conversos pratiquaient le Judaïsme en secret et étaient considérés comme des «judaïseurs».

Les «Juifs avaient envahi l’Espagne de l’intérieur», écrit « Joachim Prinz ».
Le judaïsme n’était pas seulement incurable, il semblait être invincible…
Plutôt que de résoudre la «question juive», les conversions de masse avait créé un nouveau problème :
Une puissante classe moyenne composée de « Juifs secrets.» (42).

Les Marranes sont le modèle original pour les Francs-maçons et les Communistes.
Ils prétendent appartenir à un groupe déterminé.
Mais, comme les Francs-maçons, les Marranes employaient des poignées de main pour se reconnaître mutuellement et se réunissaient en secret la nuit pour répéter leurs dogmes subversifs.

EXCEPTIONS

Il y avait aussi de nombreuses exceptions, des convertis sincères comme sainte Thérèse d’Avila, la plus grande femme mystique Catholique.
Ironiquement, lorsque Ferdinand et Isabelle restaurèrent l’inquisition en 1478, les convertis sincères prirent les devants.

«Le plus célèbre d’entre eux est « Tomas de Torquemada », qui était issu d’une famille juive, tout comme son assistant tout aussi violent, « Diego de Daza ».» (39)

L’Inquisition est considérée comme l’un des événements les plus traumatisants de l’histoire juive. Mais elle n’avait aucun pouvoir sur les Juifs.
Elle ne visait que les convertis Chrétiens qui n’étaient pas sincères :

«Les Marranes… ne comparaissaient pas en tant que Juifs, mais en tant que Chrétiens hérétiques.
Le nombre de Marranes qui ont été exécutés est estimé à 30 000.
La même Inquisition punissait également les Musulmans («Morisques» de l’espagnol «Moriscos»).
Toutefois, aucun Juif non converti ne fut jamais appelé devant les tribunaux

Néanmoins, en 1492 Ferdinand et Isabelle expulsèrent tous les Juifs de l’Espagne.

Joachim Prinz fait une remarque sur l’incapacité :

«apparente des Juifs de comprendre ou de prévoir leurs propres catastrophes.
Les Juifs, dont l’histoire se compose de tragédies les unes après les autres, ne semblent jamais être préparés pour aucune d’entre elles.» (51)

LES CONSÉQUENCES

Le même processus fut répété au Portugal.

Bien que de nombreux Marranes ibériques renoncèrent à leur religion, bon nombre d’entre eux s’en furent et inondèrent l’Europe et le Nouveau Monde (Amérique) en tant que Juifs qui étaient en mesure de passer pour des Chrétiens, à savoir « les crypto-juifs ».

Selon « Prinz », ils ont prospéré partout où ils allaient.
Leur richesse était :

«stupéfiante …
A Bordeaux, Avignon, Nantes et Marseille, cela devint un compliment pour caractériser un homme d’affaires chrétien de «riche comme un juif.»

En Angleterre, il n’y avait que 100 familles marranes au début du 17ème siècle, mais :

«elles étaient parmi les marchands les plus prospère de Londres.»

En Allemagne, 40 familles Marranes participèrent à la fondation de la Banque de Hambourg en 1619.

«La fortune des Marranes d’Altona près de Hambourg, était estimé à près de six millions de marks et quelques-unes des plus belles maisons dans les environs d’Amsterdam appartenaient à des Marranes nouvellement arrivés.» (127)

Tout le monde savait qu’ils étaient Chrétiens par commodité.

«La fiction de leur allégeance chrétienne était un arrangement d’affaires…
[Leurs] établissements bancaires était une institution Chrétienne avec laquelle les Empereurs, les Ducs, les Évêques, et les chefs de gouvernement pouvaient faire des affaires en toute sécurité.» (130)

Inévitablement, ces banquiers Marranes et les commerçants agissaient de concert. Prinz raconte l’histoire du banquier Marrane (de la Maison de « Mendès ») « Joseph Nassi » (1524-1579) qui contrôlait l’Empire Ottoman en tant que conseiller du Sultan « Souleymane » et plus tard de son fils, « Salim ».
Il essaya de créer un foyer national juif près de Tibériade, mais aucun Juif ne voulait s’y installer. Plus tard, il conçu la «Stratégie Marrane».
Il ferait boycotter ou ruiner quiconque persécutait les Marranes. (141)

Lorsqu’un incendie a détruit le port de Venise en 1571, beaucoup soupçonnaient la Maison Mendes d’avoir payé des pyromanes pour y mettre le feu.

«Et tandis que la plupart de la ville était encore en flammes, « Joseph Nassi » conseillait au Sultan d’occuper l’île vénitienne de Chypre, la déclarant une possession turque.» (142)

CONCLUSION

La véritable histoire du monde est l’histoire de la façon dont certains riches banquiers juifs et leurs alliés non juifs francs-maçons ont conspiré pour établir la dictature de gouvernement mondial en train d’émerger.

Le contour de cette histoire devient visible.

Les Juifs ou les Marranes ont toujours dominé le commerce.
Leurs alliés naturels étaient les aristocrates locaux, qui leur fournissaient une protection.
Des mariages mixtes ont eu lieu.

Les familles royales d’Europe sont
probablement en partie juives.

Maintenant, nous assistons à une résurgence du système féodal, où les masses doivent servir ce petit réseau consanguin de super-riches pervers et satanistes.

Le système éducatif et les médias enseignent aux serfs à embrasser l’ordre du jour des Illuminati.
Des flics brandissant des tasers et les soldats sauront ramener les retardataires dans le droit chemin.

Bienvenue dans
le Nouvel Ordre Mondial.

Il comporte un certain risque pour les Juifs qui ne font pas partie de cette petite clique.
Mais les Juifs n’ont jamais été très bons pour «prédire leurs propres catastrophes.»

Source : https://henrymakow.wordpress.com

https://lacontrerevolution.wordpress.com du 25/0/2013

Nos Voisins Sont Toujours Débiteurs !

acropolis41-300x83 (1)

L’Allemagne
doit payer ses dettes !

Nous publions ici une traduction d’un article de « Karl Heinz Roth » sur la dette de l’Allemagne envers la Grèce du fait des réparations de guerre (1939-1945) que l’Allemagne n’a jamais payées.
Le chercheur et militant allemand, ancien membre du bureau national de l’Union socialiste allemande des étudiants et fondateur de la revue  »1989″, décrit le pillage de la Grèce pendant l’occupation l’allemande et, à partir de ces éléments, propose un calcul de la dette actuelle due par l’Allemagne à la Grèce, tout en discutant de la légitimité actuelle des demandes de réparations grecques.

Pourquoi les demandes de réparation de la Grèce envers l’Allemagne sont justifiées.

Le 6 avril 1941, la Wehrmacht attaque la Yougoslavie et la Grèce.
Fin octobre 1940, l’armée grecque a déjà repoussé une offensive italienne depuis l’Albanie et de ce fait un corps expéditionnaire britannique a été laissé en soutien dans le pays.
Pour les Allemands, ce développement entraîne une double menace stratégique.
D’abord en ce qui concerne les champs pétrolifères roumains mais aussi par rapport à l’offensive planifiée contre l’Union Soviétique qui présente désormais des faiblesses sur son flanc sud-est. En 1941, ni la Yougoslavie ni la Grèce ne sont en mesure de résister à l’attaque de la 12ème armée de la Wehrmacht.

La direction de la Wehrmacht utilise cette  »guerre-éclair » (« Blitzkriegs-Exkurs ») comme champ d’expérience afin de tester le pillage économique total prévu pour être répliqué en Union Soviétique.
La Grèce est systématiquement pillée.
Entre le début de l’offensive et le début du mois de juin 1941, de grandes quantités de minerais et de concentrés de chrome, de zinc, d’étain, de cuivre et de plomb s’accumulent dans le port de Thessalonique afin d’être transportés vers l’Allemagne.
De plus, les managers industriels allemands prennent le contrôle de la production annuelle des métaux industriels que sont la bauxite, le manganèse, le nickel, le molybdène et la pyrite, si bien que la somme totale annuelle d’exportation de matières premières atteint 45 à 50 millions de « Reichsmark » (« RM »).
Le charbon, l’huile minérale et les produits d’exportation agricoles les plus importants comme les raisins secs, l’huile d’olive, le coton, le sucre, le riz et le cocon de soie sont également envoyés en Allemagne.
En outre, les officiers chargés des questions économiques confisquent les machines-outils du consortium d’armement de Bodsakis et une grande partie du matériel roulant du chemin de fer.

Cependant le butin le plus considérable reste le tabac.
Sous la direction du manager de Reemtsma, « Otto Lose », toute la récolte de 1939 et 1940 est confisquée et transportée vers l’Allemagne.
Il s’agit de 85.000 tonnes de tabac d’Orient, soit l’équivalent de 175 millions de « Reichsmarks ». Cette quantité suffit pour approvisionner l’Allemagne en cigarettes pendant une année entière et leur vente génère un revenu fiscal de 1,4 milliards de « Reichsmarks ».

Comme contrepartie pour ces « achats », la 12ème armée délivre soit des certificats de livraison qui contiennent la promesse de paiement après la guerre, ou paye avec des « bons de caisse de crédit », moyen de paiement de la Wehrmacht, indexé sur les prix de 1939.
Ces paiements ou promesses de paiement fictifs doivent être refinancés soit en liquide (drachmes), soit en crédits par le gouvernement de collaboration du général « Tsolakoglu » installé le 30 avril 1941.
Ce gouvernement se voit donc contraint de faire marcher la planche à billets, de surendetter l’État et de gonfler le déficit du bilan de la banque centrale grecque.
C’est le premier pas dans l’hyperinflation, revers des expéditions de pillage.
La chute ainsi provoquée de l’économie grecque est d’autant plus accélérée que l’industrie de transformation perd son approvisionnement en matières premières et doit réduire sa production.

Avec ce pillage économique planifié, les conditions économiques se dégradent dramatiquement.
La drachme est dévaluée deux fois.
En août 1941, un premier paiement de trois milliards de drachmes mensuels est imposé à la banque centrale grecque pour rembourser les frais d’occupation.
Cette politique ouvre définitivement les vannes économiques du pays.
La Wehrmacht considère désormais la Grèce comme un tremplin pour ses opérations en direction de l’Afrique du Nord et du canal de Suez, et les frais de ravitaillement et de logistique augmentent drastiquement.
Ils sont inclus entièrement dans les frais d’occupation.
En raison de l’hyperinflation naissante les prix de l’alimentation augmentent rapidement :
ils doublent avant la fin de l’année 41 et sont multipliés par 4 à 5 entre 1942 et début 1944. L’activité du secteur agro-alimentaire se réduit alors très fortement.
La famine s’installe.

Dans les grandes et moyennes villes, près de 100 000 personnes meurent de faim ou de maladies liées à la faim à l’hiver 1941/42.
Pour la plupart, les victimes sont des enfants et des personnes âgées issues de classes sociales populaires.
Toute personne qui le pouvait, s’enfuyait dans les régions villageoises pour y vivre d’une économie de subsistance.
Cette migration interne et massive vers les campagnes vient soutenir la résistance qui commence à s’organiser rapidement.

Bilan des destructions 

Quand les Allemands se retirent de Grèce, à partir d’octobre 1944, ils ne laissent pas seulement un pays ruiné économiquement mais aussi en grand partie détruit.
Ce sont en tout six facteurs qui détruisent le potentiel économique de la Grèce pendant l’occupation allemande :

Premier facteur :
Les pillages pendant la première phase d’occupation.
Ils atteignent en valeur un montant d’au moins 750 millions de « Reichsmarks ».
Les confiscations continuent cependant au-delà de cette période.
Ainsi au plus tard à partir de l’été 1943, il est devenu habituel de piller systématiquement les villages qu’on prévoit de détruire.

Deuxième facteur :
Le pillage du fait des rapports d’échange inégaux lors des « achats » de la Wehrmacht et des « remboursements » qui s’en suivent.
Il y a de bonnes raisons d’estimer que la dette allemande liée à ces opérations menées jusqu’à l’automne 1944 est d’au moins 125 millions de « Reichsmarks ».

Troisième facteur :
Les dépenses extorquées au régime de collaboration grec pour frais d’occupation et coûts de projets d’infrastructure militaires.
Une estimation du ministère des finances du IIIReich parle d’un montant de 500 millions de Reichsmarks pour l’année budgétaire 1943.
En partant de cette donnée, il est possible de décompter pour les 3 ans et demi d’occupation - y compris l’emprunt obligatoire imposé à la banque centrale grecque - un montant total d’environ 1,75 milliard de « Reichsmarks ».

Quatrième facteur :
L’exportation de matières premières stratégiques qui fait suite à la première phase de pillage par l’industrie minière grecque sous contrôle allemand.
Elle couvre une partie importante des besoins allemands comme par exemple pour le minerai de chrome et la bauxite et atteint une ampleur considérable d’après le rapport final de la direction de l’industrie de l’armement de la Wehrmacht pour la Grèce de septembre 1944.

Cinquième facteur :
La destruction d’une partie considérable de l’économie dans le cadre des mesures de terreur et de la pratique de la terre brûlée lors des opérations de retraite.
Les représailles contre les région contrôlées par la résistance armée entraîne la destruction de 1.600 localités – des villages, hameaux et petites villes.
Plus de 100.000 maisons sont ainsi incendiées.
À la date de la retraite allemande environ 400.000 habitant.e.s sont sans-abris.
Si nous estimons la valeur marchande moyenne de chaque bâtiment détruit à 10.000 « Reichsmarks », alors cela équivaut à une somme d’un milliard de « Reichsmarks ».
Il faut y ajouter les vastes destructions des infrastructures routières et ferroviaires visées systématiquement par les troupes allemandes pendant leur retraite.

Sixième facteur :
La perte de vies humaines qui ne peuvent jamais vraiment être dédommagées par aucun geste, si généreux soit-il.
Sur 6,933 millions de personnes avant le début de l’occupation, au total 520.000 personnes de nationalité grecque meurent, victimes de l’attaque allemande.
Au moins 125.000 de ceux-ci meurent de faim.
Environ 100.000 personnes grecques sont assassinées dans les camps de concentration allemands.
60.000 Juives, Juifs et Roms sont tué.e.s dans le cadre de la Shoah.
Les rafles dans les grandes villes et les massacres dans les régions villageoises, par les militaires allemands et la police tuent 56.000 individus supplémentaires.

La question des réparations

Après la libération, des économistes et des experts de la banque centrale grecque commencent à faire le bilan des conséquences économiques de l’occupation allemande.
Leurs constatations sont adressées à la conférence de réparation interalliée qui siège autour du nouvel an 1945/46 à Paris.
Les résultats en sont, le 14 janvier 1946, une convention de réparation et la fondation d’une agence de réparation (« IARA ») inter-alliée.
Pour les pourparlers sur les réparations envers la Grèce, ce sont, avant tout, deux expertises qui sont significatives.

« Angelos Angelopoulos » estime que les frais d’occupation ont soutiré 4,050 milliards de dollars US à l’économie grecque et que les dégâts causés à l’ensemble de l’économie sont de 3,172 milliards de dollars US, ce qui revient à un montant total de 7,222 milliards de dollars d’US sur la base du pouvoir d’achat du dollar US de 1938.
Au contraire « A. Sborounis », chef de la délégation grecque, pose une estimation totale de 12 milliards de dollars d’US, également sur la base de 1938.
Finalement, le gouvernement grec s’accorde sur une somme de réparations de 10,45 milliards de dollars US.

Le montant global convenu lors des pourparlers de Paris, de l’ordre de 7,1 milliards de dollars US, constitue un socle inattaquable en droit international pour toutes les discussions ultérieures.
Certes, cette convention de réparation de Paris a été suspendue de fait par la convention de sur la dette de Londres de 1953, mais elle n’a jamais été annulée.
Donc, puisque le pouvoir d’achat du dollar US a diminué entre 1938 et 2010 en raison de la dévalorisation continue selon le facteur 15, les droits de réparation pour la Grèce définis par la conférence de Paris se montent à 106,5 milliards de dollars US en 2010.

La convention sur la dette de Londres de février 1953 a prorogé les demandes de réparation qui avaient été adoptées sept ans plus tôt.
Ces demandes ont été adressées d’abord en 1946 à la zone d’occupation interalliée, puis plus tard à la RFA, et sont reprises finalement dans la perspective de l’adoption d’un traité de paix avec une future Allemagne unifiée.
(Les traités de paix post-guerre ont été rédigés comme des traités provisoires, du fait de la partition de l’Allemagne.
Avec la réunification, ces traités auraient donc du être réexaminés.NDT)

Après de longues négociations, le gouvernement grec obtient en mars 1960 un versement unique de 115 millions de Deutschmarks.
Dans le compte rendu de ces accords, le gouvernement grec anticipe et spécifie que cela ne signifie pas que les revendications de réparations sont satisfaites.

Au moment de l’annexion de la RDA par la RFA, la question des réparations resurgit.
Ceux qui s’attendaient à ce qu’une nouvelle convention (avec des règles contraignantes) soit élaborée sur cette question ont été déçus.
Certes, l’accord de septembre 1990 entre les quatre alliés principaux et les deux Etats allemands, ratifié à la veille de l’unification, équivaut très certainement à un traité de paix, mais il ne dit rien sur les réparations.

Une facture encore largement due

Le paiement global de 115 millions de deutschmarks de 1960 de la RFA à la Grèce vise uniquement à dédommager les personnes persécutées pour raison raciale et politique.
Même si le versement exclut du dédommagement les descendants des victimes de massacres et de la famine, il a le caractère d’une réparation du fait de son mode de transfert interétatique et parce qu’il répond aux réparations individuelles mentionnées dans l’accord de Paris de 1946.
Ainsi, en 1960, 27,578 millions de dollars US supplémentaires sont payés à la Grèce en accord avec les taux de changes de l’époque.
Comme l’index d’inflation pour la période entre 1960 et 2010 est de 7,35, cela correspond à une somme d’environ 202,7 millions dollars US sur la base du pouvoir d’achat de 2010.

En revanche, le deuxième paiement de dédommagement de 2003 se déroule hors du cadre d’un contrat bilatéral.
Il est versé, dans le cadre de la fondation « souvenir, responsabilité et avenir » au bénéfice d’un groupe spécifique, les personnes victimes du travail forcé en Grèce.
Puisque notre base de référence, « la convention de réparation de 1946″, ne prévoit pas la division des dédommagements de la guerre entre les réparations dues à l’Etat et celles dues à des personnes privées, nous ne devons pas exclure ces paiements.
20 millions d’euros ont été payés aux victimes de travail forcé en Grèce.
Ce qui équivaut à 22,588 millions de dollars US selon le taux de change de 2003.
Il faut aussi prendre en compte l’index d’inflation (1,19)  pour la période allant de 2003 à 2010, ce qui fait que le remboursement effectué en 2003, calculé sur la base du pouvoir d’achat de 2010, peut être estimé à 26,9 millions de dollars US.

Si on additionne ces trois versements partiels, calculés sur la base du pouvoir d’achat de 2010, on arrive à un sous-total de 1,954 milliards de dollars US.
Cette somme doit être soustraite de la somme totale fixée en 1946 (106,5 milliards de dollars US sur la base du pouvoir d’achat de 2010).
Il s’agit ainsi de 104,546 milliards de dollars US ou de 78,844 milliards d’euros (toujours sur la base du pouvoir d’achat de 2010).
Depuis l’euro a été dévalorisé considérablement et cette tendance continue à moyen terme.
La dette de réparation allemande se monte donc actuellement à 98,503 milliards d’euros.
Nous pouvons ainsi estimer la dette de réparation à, au moins 90 milliards d’euros.

Ressentiments populistes

En Allemagne ces calculs vont très certainement être perçus comme scandaleux par la majorité de la population.
Le premier argument à réfuter concerne les accords de réparation de Paris de 1946.
Datant de près de 70 ans, il seraient ainsi de « l’histoire ancienne », alors même que d’un point de vue de droit international, ils n’ont de fait jamais été annulés.
A contrario, en raison des accords de Londres, les dettes allemandes dues à des créanciers privés, qui remontent parfois à 1924, ont été amorties jusque dans les années 1980.
Dans le même ordre d’idées, alors que le paiement des intérêts sur les réparations de la première guerre mondiale par la RFA avait été ajourné lors de la convention de Londres, du fait de la partition de l’Allemagne, le fisc allemand a postérieurement repris les paiements jusqu’au 3 octobre 2010 - soit presque un siècle après la fin de la première guerre.
L’argument du gouvernement fédéral qui vise donc à refuser les demandes de réparation grecques au nom d’un délai sans précédent paraît bien cynique si l’on remonte l’histoire des réparations.

Deuxièmement, il faut rappeler que ces calculs sont basés sur des estimations et des montants minimaux.
Mais comme les réparations doivent toujours prendre en compte en plus des biens et services volés, les salaires et revenus soustraits, il faudrait y ajouter un calcul sur la base de l’index des salaires et de l’index des produits sociaux et d’en estimer une valeur moyenne.
Dans ce cas les réparations dues seraient encore plus importantes.

Une troisième série d’arguments provient de mots d’ordre populistes :
Est-ce que les petit.e.s contribuables et les retraité.e.s allemand.e.s qui vivent déjà pauvrement devraient payer pour les demandes de réparations de la Grèce ?
Aux côtés de la banque impériale allemande (Deutsche Reichsbank), des services fiscaux de l’époque (Reichfiskus), des groupements économiques et des commandements économiques de la Wehrmacht ,ce sont avant tout les grandes entreprises qui ont organisé et profité du pillage de la Grèce.
Elles existent encore aujourd’hui.
ThyssenKrupp, l’industrie du tabac, Siemens, des entreprises de construction de premier plan et des grandes banques.
Tout autant que la Deutsche Bundesbank (qui assume la succession juridique de la Deutsche Reichsbank), elles devraient se voir également présenter la facture.
Un prélèvement généreux sur les réserves d’or de la banque fédérale allemande ainsi que sur la fortune des responsables historiques envers une Grèce ébranlée par la crise serait un signal essentiel.

Traduit par Aurélie Audeval et Jan Wörlein

Ce texte est une synthèse du livre « Griechenland am Abgrund. Die deutsche Reparationsschuld »
(La Grèce au bord du gouffre, les dettes de réparation allemande)
de « Karl Heinz Roth » publié dernièrement aux éditions « VSA-Verlag ».

Il a été publié en allemand dans le journal AK – analyse & kritik. Zeitung für linke Debatte und Praxis / Nr.606 / 16.6.2015
https://www.akweb.de/

 

http://www.contretemps.eu/  du 16/07/2015

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43