Archive | 28/07/2015

Le Chaos Dû Aux Dollars Saoudiens! ! !

ryad-300x165 (1)

Brouilles intestines
au sein de l’islam

« Wikileaks » révèle les dessous de la stratégie saoudienne pour exporter l’islamisme partout sur la planète !

Selon le quotidien américain « The New York Times », qui, [d'après] tri et étude des dizaines de milliers de documents diplomatiques saoudiens révélés par le site « WikiLeaks », l’Arabie Saoudite investit « des milliards de pétrodollars dans des organisations islamiques à travers le monde, pratiquant une diplomatie du chéquier ».
Le « New York Times » s’est intéressé à 60 000 documents, en attendant les 400 000 supplémentaires qui sont en attente de publication, selon « WikiLeaks ».
Ces fuites diplomatiques révèlent notamment que l’Arabie Saoudite dépense des sommes colossales pour combattre l’Iran chiite.

« Les Saoudiens craignaient que la levée des sanctions internationales contre l’Iran après la signature de l’accord nucléaire (16 juillet) donne davantage de moyens à Téhéran pour soutenir des groupes (chiites et pro-iraniens).
Mais les documents révèlent une compétition qui va bien au-delà, avec de profondes racines idéologico-religieuses »

peut-on lire dans le « New York Times ».

Consécutivement à la publication de ces documents diplomatiques par « WikiLeaks », le site « India TV » note par exemple que :

« dans la seule région du Kerala (en Inde), les Saoudiens ont donné 4,5 millions de riyals (1,1 million d’euros) à différents organismes ».

Selon le quotidien américain, cité par « Courrier International », il s’agit :

« d’un système d’influence que les autorités saoudiennes ont mis en place et financé par l’argent des pétrodollars.
Riyad a notamment accordé des moyens financiers à des prédicateurs à l’étranger, construit des mosquées, des écoles, des centres et soutenu des campagnes pour contrer des responsables et des médias à l’étranger qui étaient susceptibles de s’opposer à l’agenda du Royaume ».

D’après « Usama Hasan », chercheur en études islamiques à la fondation « Quilliam » à Londres, cité par le « New York Times » :

« il s’agit de milliers et de milliers d’organisations militantes et religieuses (…) directement ou indirectement financées par eux à travers le monde.« 

Source : http://www.atlantico.fr/

http://www.noterror.fr/  du 28/07/2015

Défendons Notre Civilisation Française.

chauprade (1)

Aymeric Chauprade  parle
sur Riposte Laïque

Quelques passages choc :

Il est désormais admis largement que la France est en guerre contre des musulmans.

Tout le monde chez nous, au Front national, quels que soient sa sensibilité, ses tropismes politiques prioritaires, se bat d’abord pour la défense de la civilisation Française, composante essentielle et fondatrice de la civilisation européenne.
Or, cette civilisation européenne est menacée par l’expansion démographique, idéologique, militaire même, des musulmans « djihadistes ».
Il n’y a que les imbéciles qui refusent d’admettre cette réalité.
Je l’ai entendue de la bouche même de nos amis Egyptiens musulmans qui font la guerre à cette hydre, la Confrérie des musulmans, et dont la composante « française » n’est autre que l’ »UOIF » (considérée comme une organisation terroriste par les Emirats arabes unis, alors même que notre gouvernement dialogue tranquillement avec elle).

La priorité de notre gouvernement n’est malheureusement plus d’assurer l’avenir des Français, elle est d’assurer l’avenir de « l’islam de France ».
C’est sans compter, cependant, sur le Front national qui lui, a le devoir impératif de ne jamais s’écarte de la priorité identitaire.

Le gouvernement répète, sans cesse, que la question n’est pas de savoir s’il y aura d’autres actes terroristes mais quand ceux-ci se produiront.
Mais sa priorité n’est pas de régler le problème terroriste !
Elle est de protéger la réputation des musulmans qui vivent en France, d’où le prêt-à-penser du « padamalgam » massivement diffusé par la classe politique et les médias.
Cela revient à dire qu’une partie conséquente de nos élites a choisi la soumission.

La perspective d’une France sous domination musulmane n’est plus à écarter mais je ne suis pas aussi pessimiste que « Michel Onfray ».
Une réaction reste possible et mon engagement politique repose d’abord sur ma ferme volonté de réagir face à l’islamisation de la France.
Et je pose la question à « Michel Onfray » :
On ne peut pas, d’un côté, faire un constat aussi pessimiste et, de l’autre, continuer à attaquer le Front national.

Donc je dis à « Michel Onfray », dont j’admire l’intelligence, que la pureté philosophique et le pessimisme c’est bien, mais à un moment donné, il y a des choix à faire, et il faut alors suivre une règle simple :
Quelle est la seule force politique qui pose la question essentielle de l’avenir de notre civilisation ?

Il faut se concentrer sur la priorité :
La civilisation avant l’économie, ce qui ne veut pas dire que le redressement économique de la France n’est pas impératif.
Mais une économie se répare bien plus facilement et rapidement qu’une civilisation.

Il faut avoir une volonté politique sans faille et un grand sens du Bien commun.
Rejeter les logiques communautaristes et clientélistes qui commandent le souci électif aujourd’hui.
Faire des sacrifices économiques s’il le faut.
Ce n’est pas parce que le Golfe arabe peut inonder la France d’investissements, qu’il faut accepter ce partenariat économique.
Il nous rapporte à court-terme, mais il nous détruit à long-terme.

Redresser la France sera douloureux, qu’il y aura des temps difficiles, des désillusions, mais que notre programme n’est pas de nous arrêter au bord de la route et d’attendre la mort.
Je refuse la fatalité du choix entre l’inaction et la guerre civile.
Un autre chemin est possible.
Le redressement.
Il passe par une révolution des esprits, une réforme économique et sociale profonde, une réaction vitale face à ce qui nous agresse pour ce que nous sommes.

La préoccupation de ce gouvernement n’est plus l’avenir des Français mais l’avenir de la réputation de « l’islam de France ».

Nous y sommes !

Image de prévisualisation YouTube

La France est en guerre !

Source : http://ripostelaique.com/

Le blog de Christine Tasin

Soyez Vigilants Quand Vous Achetez !

obsolescence-300x300 (1)

L’obsolescence programmée !

Présente dans la loi sur la transition énergétique, définitivement adoptée au Parlement cette semaine, l’obsolescence programmée devient une infraction punie de deux ans de prison et 300.000 euros d’amende.

Chacun a déjà connu ces situations:
Une batterie de téléphone en panne et devenue depuis introuvable,
une application de smartphone qui n’est plus adaptée à notre modèle,
une imprimante qui nous signale qu’un remplacement d’appareil est nécessaire.

L’« obsolescence programmée », une technique imputée aux distributeurs pour réduire volontairement la durée de vie d’un produit et inciter le consommateur à acheter davantage, est désormais un délit inscrit dans la loi.
La disposition est présente dans la loi sur la transition énergétique adoptée définitivement par le Parlement cette semaine.
L’Assemblée nationale a prévu, en cas d’infraction constatée, de frapper au portefeuille des entreprises avec une peine de «deux ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende».
Le montant pourrait même être porté à 5% du chiffre d’affaires annuel réalisé en France par la société contrevenante.

L’adoption d’un cadre juridique permet également de donner une définition plus claire à l’obsolescence programmée.
Selon le législateur :

«L’obsolescence programmée se définit par l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement».

Par rapport à sa première version, le texte a évolué.
« Delphine Lévi Alvarès », chargée de mission chez « Zero Waste France », un mouvement prônant une société le zéro gaspillage et le zéro déchet, explique :

«Même si on va dans le bon sens, la définition est très vague, la loi est très ouverte et donc difficilement punissable.
On aura donc des cas qui feront jurisprudence au fur et à mesure».

Les différentes techniques
d’obsolescence

• Par défaut fonctionnel

Il s’agit d’une technique visant à avancer la fin de vie d’un appareil.
On retrouve cette caractéristique essentiellement dans «les produits électriques ou électroniques comme les téléviseurs, les téléphones mobiles, les machines à laver ou les ordinateurs», comme l’explique le « Centre européen de la consommation » (« CEC ») dans un rapport daté de 2013.
Dans ce cas, le fabriquant fait en sorte que si une seule et unique pièce de l’appareil tombe en panne, l’ensemble de l’appareil cesse de fonctionner et doit être remplacé.
Par le passé, « Apple » utilisait cette technique avec ses premiers « iPod ».
Les batteries des appareils tombaient alors en panne au bout de 18 mois sans possibilité de réparation.
Le groupe avait été obligé de dédommager ses clients.

• Par incompatibilité

Cette technique est spécifique au domaine informatique et plus particulièrement avec les logiciels.

Là, le but est de rendre inutile un produit par le fait qu’il n’est plus compatible avec des versions ultérieures.

Le consommateur est, là aussi, obligé de racheter un appareil plus performant pour pouvoir continuer à utiliser le logiciel.
Le cas des applications mobiles est souvent cité.

• Par notification

Elle consiste à «concevoir un produit de sorte qu’il puisse signaler à l’utilisateur qu’il est nécessaire de réparer ou de remplacer, en tout ou en partie, l’appareil».
C’est le cas des imprimantes, l’imprimante rendant également obsolète les cartouches d’encre par exemple.

• L’obsolescence indirecte

On évoque souvent l’obsolescence indirecte comme la technique la plus poussée puisqu’elle consiste à rendre les produits obsolètes alors qu’ils sont fonctionnels.
C’est ce qui englobe les problèmes de chargeurs de téléphone portable, qui change pour une même marque d’un modèle à l’autre.
L’arrêt de la production de pièces détachées est souvent utilisé comme un outil puissant par les industriels, ce qui empêche toute possibilité de réparation.

• Par péremption

Cette technique est répandue dans le domaine alimentaire où, certains industriels raccourcissent la durée de vie des produits en indiquant des dates plus courtes alors qu’ils sont encore consommables.

 L’obsolescence esthétique

Le système ne nécessite là pas de pratique technique ou technologique mais joue plutôt sur la psychologie du consommateur.
L’objectif est alors de pousser le client à trouver un objet vieux ou démodé et de le remettre à la mode.

• L’obsolescence écologique

Le plan de changement d’ampoules en est un exemple et le « CEC » le présente comme une «dérive de la société de consommation».
On parle de «consommation éthique».
Le résultat serait alors des économies pour les consommateurs et une diminution de la pollution.
Le renouvellement de 25 millions d’appareils électroménagers de plus de dix ans par des appareils plus récents permettrait d’économiser alors 5,7 milliards de Kilowatts, soit la consommation annuelle des Parisiens.
C’est un exemple, et l’ancienne prime à la casse pour les voitures ou le plan de changement des ampoules vont dans ce sens.

http://www.lefigaro.fr/conso  du 25/07/2015

Ce mois-ci, « windows7″ n’a plus de mises à jour.
Dépuis que « windows8″ est sorti (en formule « bêta ») tous les PCs en étaient vendus équipés.
Vous pouvez acheter un logiciel de « windows8″ mais ne pourrez pas le charger sur votre disque dur suffisant pour « windows7″, votre équipement est « obsolète », il faut changer de matériel !
C’est ça l’obsolescence programmée !
Et où donc passent nos sous de pauvres consommateurs ?
Chez ces goinfres de banquiers…loin d’être pauvres, eux  !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43