Archive | 03/08/2015

Question Religieuse Non Exécutive !

mosqueea-300x200 (1)

« France-Inter » enquête
sur l’islam de France.

« France-Inter » a diffusé samedi dernier après les informations de 13 heures, un petit reportage d’environ un quart d’heure intitulé « Enquête sur l’Islam de France ».

C’était un peu un état des lieux superficiel des mosquées et des imams sur le territoire français, ainsi que de leur financement.
Les journalistes se sont limités à faire des interviews et à présenter des grandes lignes en mentionnant des chiffres qui, s’ils sont sans doute en dessous de la réalité, donnent déjà une base de départ concernant l’ampleur du phénomène.
Les échanges du reportage sont dans la première partie de l’émission « Secrets d’infos » que l’on retrouve en suivant ce lien :
http://www.franceinter.fr/emission-secrets-d-info-enquete-sur-lislam-de-france-pollution-un-poison-capitale

Démarrage avec un extrait de discours de Manuel Valls.
Il ressort du reportage que :

– « Il y a environ 2300 lieux de culte musulmans en France.
– Ces lieux sont financés par des pays étrangers musulmans du Maghreb et du Proche Orient.

Concernant l’Algérie :

– « Le recteur de la grande mosquée de Paris est directement nommé par Alger depuis 1956.
D’après leur version, pour le justifier à l’origine, le pouvoir algérien avait un intérêt stratégique à surveiller ses ressortissants qui étaient prévus pour retourner au pays à l’époque, et qui auraient donc pu ramener des idées subversives…
Ensuite, pendant les années noires en Algérie à partir des années 90, c’est l’aspect sécuritaire qui a prévalu à cause d’une certaine tolérance exercée par la France envers des partisans du « GIA » et du « GSPC » établis sur son territoire pour qu’ils ne perpétuent pas d’attentats. – Le budget de la Grande mosquée de Paris est voté à Alger par ses députés à hauteur de 10 millions d’Euros environ. – Alger détache et répartit 120 imams sur le territoire français et les rémunère 2400 Euros par mois avec logement de fonction.
Il y a des liens étroits entre le recteur de la mosquée de Paris et le 1er ministre algérien, bien que le premier s’en défende…
La mosquée parisienne peut être considérée comme une annexe de l’ambassade d’Algérie.

Concernant le Maroc :

– Il finance une trentaine de mosquées, dont les mosquées de Saint-Etienne et de Strasbourg à hauteur d’1,5 million d’Euros par an, et détache 30 imams en France.
Les fêtes nationales marocaines et les votes sont organisés dans les mosquées de France. Pour le Maroc, c’est une façon de faire pour que la communauté musulmane de France conserve un attachement avec lui, car son intérêt n’est pas de la stabiliser.
– Petit exemple aussi du Consul du Maroc qui a été appelé pour trancher un litige dans une mosquée du Nord de la France.

La Turquie :

Elle envoie le plus d’imams en France :
150 imams turcs ne parlant pratiquement pas le Français.
Ils ont un logement de fonction et une indemnité de 1600 Euros par mois.

Pays du Golfe :

« Le Sultan d’Oman » a versé près de 2 millions d’Euros pour la mosquée de Roissy-en-Brie.
« L’Arabie saoudite » a financé les mosquées de Lyon et d’Évry, mais est très peu interventionniste en raison de son image défavorable de rigorisme religieux.

En général concernant les pays étrangers :

– La quasi-totalité des listes pour les élections au « CFCM » sont rédigées dans les différents consulats étrangers.

Problèmes engendrés 

– Comme les moyens financiers disponibles en France ne sont pas suffisants, les pays étrangers qui ont financé les constructions et le personnel, en exercent ensuite la direction de droit.
Les tensions entre pays maghrébins sont importées en France (exemple de la dispute entre le Maroc et l’Algérie à propos du Sahara).
– Implantation aussi d’agences privées qui fournissent les visas payants pour le « Hadj » et qui font des profits énormes

(Ceci nous concerne en principe moins, mais est quand même une activité commerciale développée sur notre sol, qui est entièrement communautaire, et qui peut éventuellement engendrer des troubles à cause de la corruption…).
À la Grande mosquée de Paris, la prière reste en Arabe le vendredi.
Les jeunes, à l’inverse des anciens, seraient en faveur d’un prêche en Français.
Les anciens ont conservé leur système de pensée resté de l’autre côté de la Méditerranée. – Problème du « CFCM » qui fait allégeance aux pays d’origine et fait toujours référence à l’identité étrangère de sa communauté.
Le recteur de la mosquée de Paris est contre tout changement de langue dans les prêches.

Solution proposée par Bernard Cazeneuve :

– Création d’une instance intermédiaire plus élargie entre le « CFCM » et les pouvoirs publics…

Conclusion du reportage

– Le financement reste compliqué sans un apport de l’étranger, et est quasiment insoluble autrement.
(18 minutes)
(Sauf que, par exemple en Amérique, lors de la construction des lieux de cultes au temps de la colonisation, ceux-ci n’ont pas été, à ma connaissance, subventionnés par les différents pays européens, mais bien par les colons immigrés sur place…)

Mon avis sur la question

Nous nous retrouvons devant un problème de « souveraineté » que la classe dirigeante n’est pas en capacité de résoudre.

Il n’aurait jamais fallu laisser construire ces mosquées sans en connaître le fonctionnement, et envisager aussi les éventuelles répercussions ou conséquences.

Maintenant sur le principe de l’implantation d’une religion étrangère –et même plus qu’exotique– qui est à la base du problème :
Pour s’assimiler, des gens qui viennent pour s’installer dans un pays devraient non seulement en adopter les lois, mais aussi en adopter les coutumes et la religion…

Cela paraît peut-être simpliste, mais la grande Histoire a toujours montré que c’est justement l’inverse qui a engendré le plus de conflits plutôt mortels…

Et ceci est toujours vrai à l’heure actuelle partout dans le monde…

Et est très mal parti pour changer…

De plus sur le fond :
Il faudrait savoir s’il n’y a qu’un seul dieu…, ou s’il y en a plusieurs…
Et s’il n’y en a qu’un, alors ça ne devrait pas être un problème de changer de parti… politique…

D’autre part :
Comment peut-on faire preuve de bonne volonté pour le « vivre ensemble » quand on refuse de se fondre dans la masse en apportant et en revendiquant ses spécificités ?
Nous avons tous été témoins que dans les années 70/80 au Liban et dans les années 90 en ancienne Yougoslavie, le soi-disant « vivre ensemble » pendant des siècles s’est terminé en affrontements sanglants…– et la situation actuelle montre que les tensions sont toujours présentes… –certes, aussi à cause des morts précédents.

Elie Prodhomme

france-inter-300x192

 

http://ripostelaique.com/  du 02/08/2015

Ce n’est pas une question d’état, que nos « brillants » oligarques gouvernants essaient de réparer les erreurs commises depuis…disons plusieurs mandats présidentiels !
On a trop souvent servi à la France Chrétienne que les mosquées n’étaient pas payées par l’Etat en raison de la Loi 1905, pour que « Mossieur » Caseneuve commence à poser des jalons pour une soit-disant « instance ».
L’état ne se mêle pas pas des affaires religieuses…à moins qu’il y ait anguille sous roche avec quelque autre raison dont le peuple n’a pas été informé.
Pas de nouvelles créations mêlant exécutif et religieux…cela ferait trop plaisir aux musulmans !
Notre France Est Une République Laïque !

Consommer Avec Grande Modération.

kamikaze-300x199 (1)

Les recrues Européennes
de « l’état islamique »…

« Carole André-Dessornes », consultante en géopolitique et docteur en sociologie associée au Cadis (« centre d’analyse et d’intervention sociologique »), le centre de recherche en études sociologiques rattaché à l’« Ehess » (École des hautes études en sciences sociales), répond aux questions de « L’Orient-Le Jour ».

« De plus en plus jeunes et
beaucoup plus de femmes »

Le groupe « état islamique » (« EI ») représente toujours une menace pour l’Union européenne, où il continue de recruter des jeunes Européens, mais rien ne permet de dire qu’il utilise les filières de migration pour infiltrer des terroristes, relève le coordinateur de l’UE pour l’antiterrorisme « Gilles de Kerchove » dans un entretien accordé à l’ »AFP ».

« L’Orient-Le Jour » :
Le groupe « état islamique » vient de subir une série de revers militaires en Syrie.
Constitue-t-il toujours une menace pour l’Europe ?

Réponse :
« Daech » (« EI ») est très résilient malgré les revers.
Il continue d’attirer.
Il y a encore des jeunes Européens qui partent.
Ils sont de plus en plus jeunes et il y a beaucoup plus de femmes. L’Union européenne est mobilisée et les attentats de Paris ont augmenté cette mobilisation, mais cela n’a pas changé les choses.
Il faut continuer les efforts car la menace reste sérieuse.

« L’Orient-Le Jour » :
Combien d’Européens ont rallié le jihad en Syrie ?

Réponse :
4 000 selon nos données.

« L’Orient-Le Jour » :
Craint-on que le groupe se serve des filières migratoires pour infiltrer des terroristes en Europe ?

Réponse :
« Daech »
est impliqué dans les filières, mais comme sources de financement.
Le trafic est très lucratif.
Mais nous n’avons aucun renseignement pour dire que des terroristes utilisent ces filières.
Il ne faut pas faire d’amalgame, car c’est dangereux.
Les demandeurs d’asile sont des personnes persécutées, les immigrants illégaux viennent parce qu’ils veulent une vie meilleure.
Ils ne sont pas des terroristes, ils ne sont pas des criminels.
C’est explosif de mélanger les trois, surtout quand on n’a pas de preuve.

« L’Orient-Le Jour » :
D’où vient alors la menace pour l’Europe ?

Réponse :
Elle vient des combattants européens qui ont un passeport et qui n’ont pas été identifiés, mais aussi des résidents en Europe qui se sont radicalisés sur l’Internet et de ceux qui sont revenus et qui, considérés comme inoffensifs, basculent dans la violence.
Pour cette raison il faut développer des programmes de déradicalisation.

« L’Orient-Le Jour » :
Comment l’UE peut-elle prévenir les recrutements pour la Syrie et les retours de potentiels terroristes ?
Réponse :
L’un des moyens est le renforcement des contrôles des ressortissants de l’UE aux frontières extérieures.
L’article 7 du code des frontières de Schengen permet des contrôles systématiques sur la base d’indicateurs des risques communs.
Ces indicateurs ont été définis et approuvés, mais ils sont confidentiels et doivent le rester.
« Daech » met en ligne des conseils destinés aux candidats au « jihad ».
Schengen est la solution, pas le problème.

« L’Orient-Le Jour » :
L’UE s’est dotée d’un plan d’action pour lutter contre la radicalisation.
Où en est-on de sa mise en œuvre ?

Réponse :
Nous avons assez bien anticipé la menace.
J’ai soulevé le problème des combattants étrangers en janvier 2013 dans une analyse sur les conséquences des printemps arabes pour la sécurité de l’UE et un paquet de mesures a été adopté en juin 2013.
Mais il faut garder le rythme.
Il y a encore beaucoup à faire, notamment avec l’Internet.
Les États attendent une implication forte de l’Union européenne face aux géants de l’Internet pour enlever les sites illégaux, assurer un contrôle et développer un contre-discours pour empêcher les recrutements.

Source : OLJ
(OLJ est un quotidien libanais d’expression française – pelosse)

burka-225x300 (1)

Lors de l’attentat de Suruç, le 20 juillet dernier en Turquie, attribué à l’organisation « état islamique » (« EI ») par les autorités turques, la piste d’une « femme kamikaze » avait été évoquée par deux députés du parti prokurde HDP.
L’information a également été rapportée par plusieurs médias turcs dont le site « Hurriyet Daily News ».
Si l’hypothèse d’une femme responsable de cette opération-suicide, qui a fait plus de trente morts, n’a toujours pas été confirmée, certains experts craignent que le groupe « jihadiste » n’ait décidé d’impliquer plus directement les femmes dans ses opérations terroristes.

Jusqu’à présent, les femmes de l’ »EI » ont été cantonnées à un rôle d’« épouse modèle », défini dans le Guide de la bonne épouse du jihad.
Sommées de satisfaire les désirs sexuels de leur mari, de procréer pour que grossissent les rangs des jihadistes et d’assurer les tâches ménagères, les femmes au foyer peuvent aussi prendre les armes pour assurer la sécurité au sein du califat.
Dans certains bastions de l’ »EI », les membres de la brigade féminine « al-Khansaa », sorte de police religieuse, patrouillent munies d’AK-47.
Certaines femmes de l’ »EI » peuvent également devenir espionnes pour le compte de leur époux jihadiste, participer aux opérations de propagande ou encore recruter de nouveaux membres.
Mais vont-elles être bientôt autorisées à mener des attentats-suicide ?

Il y a quelques jours, le « Daily Mail » rapportait que le groupe jihadiste prévoit d’envoyer des combattantes féminines perpétrer des attentats en Europe.
D’après « Fahad al-Masri », président du Centre for Strategy, Military and Security Studies, interrogé par le quotidien anglais, l’ »EI » projette d’attaquer des sites religieux en Europe, particulièrement des « symboles chrétiens » comme le Vatican.
Pour la première fois, l’organisation terroriste aurait l’intention d’utiliser des femmes de la brigade « al-Khansaa » pour jouer les martyrs.

Les femmes kamikazes
plus efficaces

Pour « Carole André-Dessornes », si la menace d’un attentat perpétré par une femme existe réellement, « il n’est pas garanti que l’EI envoie les femmes d’ »al-Khansaa » ».

« Si l’ »état islamique » doit perpétrer un attentat en Europe, il est plus logique qu’ils aient recours à de jeunes femmes nées et radicalisées sur le Vieux Continent »,

indique Mme André-Dessornes à « L’Orient-Le Jour ».
Alors que, face à la menace jihadiste, les contrôles ont été renforcés en Occident, l’ »EI » peut être tenté d’avoir recours aux femmes, une ressource dont ils disposent désormais massivement.

« Les femmes représentent aujourd’hui une sorte de force paramilitaire, qui ne nécessite pas forcément un entraînement, mais répond présentement à des besoins stratégiques de l’ »EI », comme cela avait été le cas pour « el-Qaëda » en Irak »,

explique la chercheuse, auteure de Les femmes martyres dans le monde arabe : Liban, Palestine, Irak (éditions L’Harmattan).

Le recours à des femmes devrait rendre plus difficile encore la surveillance antiterroriste en Europe.
Les femmes sont effectivement plus difficiles à surveiller, note Madame « André-Dessornes » :

« elles se radicalisent seules, notamment sur Internet. C’est plus compliqué pour la police de les détecter ».

Si une femme est l’auteure d’une attaque, l’événement peut en outre avoir un impact fort, ajoute la chercheuse :

« Le recours à une femme kamikaze pourrait faire l’effet d’une bombe qui marquerait les esprits, répondant ainsi à l’objectif de l’ »EI » de créer un climat de terreur permanent.»

Désir de prendre les armes

Les combattants du groupe terroriste interdisent théoriquement les champs de bataille aux femmes.
Mais certaines d’entre elles ont manifesté leur désir de prendre les armes, notamment à travers les réseaux sociaux.
À chaque nouvelle vidéo de l’ »EI » montrant une décapitation, de nombreux tweets témoignent d’un désir de violence de plus en plus ancré dans l’esprit des femmes jihadistes.

« J’ai donc regardé la dernière vidéo de l’ »EI ».
Oh mon Dieu!
Je les aime !
Charia = Justice !
Dieu merci »
,

tweetait à titre d’exemple une jeune femme, le 16 novembre 2014, après la décapitation de Peter Kassig, un ancien soldat américain exécuté avec huit otages syriens.

Si un recours à des femmes kamikazes n’est pas exclu, « Carole André-Dessornes » estime néanmoins que d’éventuelles opérations féminines « resteront des cas isolés ».
Car le califat respecte malgré tout une stricte séparation des rôles entre l’homme et la femme, qui correspond à une idéologie bien marquée.
Jusqu’à présent, aucune femme de l’ »EI » n’a pu porter des explosifs.

D’autres groupes radicaux ont toutefois déjà eu recours à des femmes kamikazes.
Au Nigeria, l’organisation terroriste « Boko Haram », qui a prêté allégeance à l’ »EI », utilise cette technique depuis plus d’un an.
Et au Cameroun, le 25 juillet, 20 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide revendiqué par « Boko Haram » et perpétré par une jeune fille de 12 ans.

 

http://jforum.fr/  du 02/08/2015

parlerfrancais (1)

Surtout on vit sur le vieux continent, on vit Français…d’où le titre de cet article.
Il est très intéressant pour ses informations, il n’est pas européen pour certaines appréciations.
On ne peut pas être sur place en même temps qu’à l’étranger.

Les Coulisses Politiques Du Vatican !

benoitxvi-207x300 (1)

L’œcuménisme est à la mode

Les papes ne nous aident pas beaucoup à lutter contre l’islam, au contraire…

J’ai été profondément choquée quand j’ai vu le Pape Jean Paul II embrasser le coran, le livre anti-Christ par excellence.
Par ce geste sacrilège, il a renié le Christ.

Le dialogue interconfessionnel, toujours à sens unique, direction La Mecque, soumission à l’ islam, est une chimère, dont profitent les serviteurs d’allah pour imposer leurs propres exigences à l’Eglise, sans aucune réciprocité évidemment.

Comment un Pape, qui se fait aussi appeler Vicaire du Christ et successeur de Pierre, peut-il dialoguer avec les représentants d’une « religion », sachant que cette dernière nie la divinité du Christ, sa crucifixion, et dès lors sa résurrection, nie la Trinité, la considère comme un blasphème, passible de la peine de mort, qui ne reconnait pas en Marie, la mère du Fils de Dieu, qui nie le péché originel et le salut de l’humanité par la mort et la résurrection du Christ, qui considère la Bible comme corrompue, qui traite les Chrétiens, parmi d’autres, d’êtres inférieurs, destinés aux feux de l’enfer ?
Difficile pour une chrétienne de le comprendre !
Je ne crois pas en l’apaisement diplomatique, car le massacre des Chrétiens en terre d’islam se poursuit sans relâche, le but étant de « purifier » la terre musulmane de toute « souillure » chrétienne et ce malgré toutes les courbettes et les rencontres interconfessionnelles dans les salons dorés du Vatican..

Des trois derniers papes seul Benoît XVI mérite le respect :

Il eut le courage de demander au gouvernement pakistanais l’abrogation de la loi sur le délit de blasphème, car prétexte à toutes les dérives criminelles contre les minorités chrétiennes, mais sa requête fut violemment rejetée.
Et l’ »OCI » s’acharne à faire voter cette loi en Occident avec l’appui d’Obama et de l’ »UE ».

Et quand le Pape Benoît XVI osa exprimer en janvier 2011 sa tristesse et sa douleur suite à l’attentat contre les Chrétiens coptes et dénonça la persécution, la discrimination, la violence et l’intolérance religieuse dont sont victimes les Chrétiens en terre d’islam, le lendemain, le grand Imam de l’Université d’Al Azhar dénonçait une « ingérence inacceptable dans les affaires intérieures de l’Egypte», et l’Egypte rappelait pour consultation son ambassadeur auprès du Vatican.

Les Autorités sunnites d’ »Al –Azhar » dénoncèrent les références négatives récurrentes du Pape Benoît XVI à l’islam et ses accusations de persécutions des non-Musulmans par les Musulmans en terre d’islam.

Conséquences logiques, quand on ose émettre la moindre critique de l’islam, Pape ou simple citoyen, fût-elle amplement justifiée :
Il reçut des menaces de mort et suscita la gêne au Vatican..

Sa décision de quitter le pontificat lui fut certainement «AMICALEMENT» suggérée par son entourage…

Quant au Pape François, certains de ses discours pro-islam, pro immigration musulmane me révoltent

Rosaly

Source : http://resistancerepublicaine.eu

Le blog de Christine Tasin  du 02/08/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43