DEBATS, Islam

Consommer Avec Grande Modération.

kamikaze-300x199 (1)

Les recrues Européennes
de « l’état islamique »…

« Carole André-Dessornes », consultante en géopolitique et docteur en sociologie associée au Cadis (« centre d’analyse et d’intervention sociologique »), le centre de recherche en études sociologiques rattaché à l’« Ehess » (École des hautes études en sciences sociales), répond aux questions de « L’Orient-Le Jour ».

« De plus en plus jeunes et
beaucoup plus de femmes »

Le groupe « état islamique » (« EI ») représente toujours une menace pour l’Union européenne, où il continue de recruter des jeunes Européens, mais rien ne permet de dire qu’il utilise les filières de migration pour infiltrer des terroristes, relève le coordinateur de l’UE pour l’antiterrorisme « Gilles de Kerchove » dans un entretien accordé à l’ »AFP ».

« L’Orient-Le Jour » :
Le groupe « état islamique » vient de subir une série de revers militaires en Syrie.
Constitue-t-il toujours une menace pour l’Europe ?

Réponse :
« Daech » (« EI ») est très résilient malgré les revers.
Il continue d’attirer.
Il y a encore des jeunes Européens qui partent.
Ils sont de plus en plus jeunes et il y a beaucoup plus de femmes. L’Union européenne est mobilisée et les attentats de Paris ont augmenté cette mobilisation, mais cela n’a pas changé les choses.
Il faut continuer les efforts car la menace reste sérieuse.

« L’Orient-Le Jour » :
Combien d’Européens ont rallié le jihad en Syrie ?

Réponse :
4 000 selon nos données.

« L’Orient-Le Jour » :
Craint-on que le groupe se serve des filières migratoires pour infiltrer des terroristes en Europe ?

Réponse :
« Daech »
est impliqué dans les filières, mais comme sources de financement.
Le trafic est très lucratif.
Mais nous n’avons aucun renseignement pour dire que des terroristes utilisent ces filières.
Il ne faut pas faire d’amalgame, car c’est dangereux.
Les demandeurs d’asile sont des personnes persécutées, les immigrants illégaux viennent parce qu’ils veulent une vie meilleure.
Ils ne sont pas des terroristes, ils ne sont pas des criminels.
C’est explosif de mélanger les trois, surtout quand on n’a pas de preuve.

« L’Orient-Le Jour » :
D’où vient alors la menace pour l’Europe ?

Réponse :
Elle vient des combattants européens qui ont un passeport et qui n’ont pas été identifiés, mais aussi des résidents en Europe qui se sont radicalisés sur l’Internet et de ceux qui sont revenus et qui, considérés comme inoffensifs, basculent dans la violence.
Pour cette raison il faut développer des programmes de déradicalisation.

« L’Orient-Le Jour » :
Comment l’UE peut-elle prévenir les recrutements pour la Syrie et les retours de potentiels terroristes ?
Réponse :
L’un des moyens est le renforcement des contrôles des ressortissants de l’UE aux frontières extérieures.
L’article 7 du code des frontières de Schengen permet des contrôles systématiques sur la base d’indicateurs des risques communs.
Ces indicateurs ont été définis et approuvés, mais ils sont confidentiels et doivent le rester.
« Daech » met en ligne des conseils destinés aux candidats au « jihad ».
Schengen est la solution, pas le problème.

« L’Orient-Le Jour » :
L’UE s’est dotée d’un plan d’action pour lutter contre la radicalisation.
Où en est-on de sa mise en œuvre ?

Réponse :
Nous avons assez bien anticipé la menace.
J’ai soulevé le problème des combattants étrangers en janvier 2013 dans une analyse sur les conséquences des printemps arabes pour la sécurité de l’UE et un paquet de mesures a été adopté en juin 2013.
Mais il faut garder le rythme.
Il y a encore beaucoup à faire, notamment avec l’Internet.
Les États attendent une implication forte de l’Union européenne face aux géants de l’Internet pour enlever les sites illégaux, assurer un contrôle et développer un contre-discours pour empêcher les recrutements.

Source : OLJ
(OLJ est un quotidien libanais d’expression française – pelosse)

burka-225x300 (1)

Lors de l’attentat de Suruç, le 20 juillet dernier en Turquie, attribué à l’organisation « état islamique » (« EI ») par les autorités turques, la piste d’une « femme kamikaze » avait été évoquée par deux députés du parti prokurde HDP.
L’information a également été rapportée par plusieurs médias turcs dont le site « Hurriyet Daily News ».
Si l’hypothèse d’une femme responsable de cette opération-suicide, qui a fait plus de trente morts, n’a toujours pas été confirmée, certains experts craignent que le groupe « jihadiste » n’ait décidé d’impliquer plus directement les femmes dans ses opérations terroristes.

Jusqu’à présent, les femmes de l’ »EI » ont été cantonnées à un rôle d’« épouse modèle », défini dans le Guide de la bonne épouse du jihad.
Sommées de satisfaire les désirs sexuels de leur mari, de procréer pour que grossissent les rangs des jihadistes et d’assurer les tâches ménagères, les femmes au foyer peuvent aussi prendre les armes pour assurer la sécurité au sein du califat.
Dans certains bastions de l’ »EI », les membres de la brigade féminine « al-Khansaa », sorte de police religieuse, patrouillent munies d’AK-47.
Certaines femmes de l’ »EI » peuvent également devenir espionnes pour le compte de leur époux jihadiste, participer aux opérations de propagande ou encore recruter de nouveaux membres.
Mais vont-elles être bientôt autorisées à mener des attentats-suicide ?

Il y a quelques jours, le « Daily Mail » rapportait que le groupe jihadiste prévoit d’envoyer des combattantes féminines perpétrer des attentats en Europe.
D’après « Fahad al-Masri », président du Centre for Strategy, Military and Security Studies, interrogé par le quotidien anglais, l’ »EI » projette d’attaquer des sites religieux en Europe, particulièrement des « symboles chrétiens » comme le Vatican.
Pour la première fois, l’organisation terroriste aurait l’intention d’utiliser des femmes de la brigade « al-Khansaa » pour jouer les martyrs.

Les femmes kamikazes
plus efficaces

Pour « Carole André-Dessornes », si la menace d’un attentat perpétré par une femme existe réellement, « il n’est pas garanti que l’EI envoie les femmes d’ »al-Khansaa » ».

« Si l’ »état islamique » doit perpétrer un attentat en Europe, il est plus logique qu’ils aient recours à de jeunes femmes nées et radicalisées sur le Vieux Continent »,

indique Mme André-Dessornes à « L’Orient-Le Jour ».
Alors que, face à la menace jihadiste, les contrôles ont été renforcés en Occident, l’ »EI » peut être tenté d’avoir recours aux femmes, une ressource dont ils disposent désormais massivement.

« Les femmes représentent aujourd’hui une sorte de force paramilitaire, qui ne nécessite pas forcément un entraînement, mais répond présentement à des besoins stratégiques de l’ »EI », comme cela avait été le cas pour « el-Qaëda » en Irak »,

explique la chercheuse, auteure de Les femmes martyres dans le monde arabe : Liban, Palestine, Irak (éditions L’Harmattan).

Le recours à des femmes devrait rendre plus difficile encore la surveillance antiterroriste en Europe.
Les femmes sont effectivement plus difficiles à surveiller, note Madame « André-Dessornes » :

« elles se radicalisent seules, notamment sur Internet. C’est plus compliqué pour la police de les détecter ».

Si une femme est l’auteure d’une attaque, l’événement peut en outre avoir un impact fort, ajoute la chercheuse :

« Le recours à une femme kamikaze pourrait faire l’effet d’une bombe qui marquerait les esprits, répondant ainsi à l’objectif de l’ »EI » de créer un climat de terreur permanent.»

Désir de prendre les armes

Les combattants du groupe terroriste interdisent théoriquement les champs de bataille aux femmes.
Mais certaines d’entre elles ont manifesté leur désir de prendre les armes, notamment à travers les réseaux sociaux.
À chaque nouvelle vidéo de l’ »EI » montrant une décapitation, de nombreux tweets témoignent d’un désir de violence de plus en plus ancré dans l’esprit des femmes jihadistes.

« J’ai donc regardé la dernière vidéo de l’ »EI ».
Oh mon Dieu!
Je les aime !
Charia = Justice !
Dieu merci »
,

tweetait à titre d’exemple une jeune femme, le 16 novembre 2014, après la décapitation de Peter Kassig, un ancien soldat américain exécuté avec huit otages syriens.

Si un recours à des femmes kamikazes n’est pas exclu, « Carole André-Dessornes » estime néanmoins que d’éventuelles opérations féminines « resteront des cas isolés ».
Car le califat respecte malgré tout une stricte séparation des rôles entre l’homme et la femme, qui correspond à une idéologie bien marquée.
Jusqu’à présent, aucune femme de l’ »EI » n’a pu porter des explosifs.

D’autres groupes radicaux ont toutefois déjà eu recours à des femmes kamikazes.
Au Nigeria, l’organisation terroriste « Boko Haram », qui a prêté allégeance à l’ »EI », utilise cette technique depuis plus d’un an.
Et au Cameroun, le 25 juillet, 20 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide revendiqué par « Boko Haram » et perpétré par une jeune fille de 12 ans.

 

http://jforum.fr/  du 02/08/2015

parlerfrancais (1)

Surtout on vit sur le vieux continent, on vit Français…d’où le titre de cet article.
Il est très intéressant pour ses informations, il n’est pas européen pour certaines appréciations.
On ne peut pas être sur place en même temps qu’à l’étranger.

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43