FRANCIA, Politique

Comparaison N’est Pas Raison, C’est…

acces-refuse-300x114 (1)

La gauche  au pouvoir !

Rejette-t-on l’immigration en 2015 comme en 1936  ?

Un des principaux arguments de ceux qui prônent l’ouverture totale de nos frontières réside dans la comparaison avec les années 1930-1940.
À cette époque, tous les pays du monde se sont fermés aux réfugiés.
Seule la concession internationale de Shanghai délivrait en 1936 des visas aux Juifs !
Faute de pays d’accueil, les Israélites n’ont pas pu fuir à temps l’Europe centrale et beaucoup en sont morts.

En France, avant le Front populaire, l’immigration était illégale.

En outre, artisans, médecins et membres d’autres corporations avaient obtenu qu’on réserve leur profession aux nationaux afin de les préserver de la concurrence étrangère.
Il était donc souvent interdit aux réfugiés de travailler !
Le Front populaire régularisa quelques milliers de clandestins tout en proscrivant les nouvelles arrivées.
« Marx Dormoy », ministre de l’Intérieur de « Léon Blum », ordonna aux préfets :

« de refouler impitoyablement tout étranger qui cherchera à s’introduire sans passeport ou titre de voyage valable ou qui n’aura pas obtenu de visa consulaire s’il est soumis à cette formalité ».

Cette politique (de gauche !), certes moins restrictive que celle appliquée entre 1934 et 1936, condamna cependant à mort un certain nombre de réfugiés politiques ou ethniques fuyant le fascisme et le nazisme.
Le droit d’asile, dont on nous rebat les oreilles comme étant une tradition française millénaire, n’était pas alors aussi libéral qu’en 2015, loin de là, même si « Léon Blum » facilita le travail de quelques étrangers en prenant des décrets individuels mais non collectifs.

Dans ces années 30, une grande partie des Français étaient non seulement hostiles aux étrangers mais antisémites.
Pourtant, les réfugiés juifs étaient peu nombreux (au plus 20.000).
Ils possédaient souvent des diplômes universitaires et avaient une envie formidable de s’intégrer.
Il n’y avait bien entendu aucun terroriste souhaitant convertir à coups de bombes la France à la loi de Moïse !
Le rejet des réfugiés qui caractérise cette époque nous semble à rebours d’autant plus égoïste, injuste et sans fondements.

Les Français d’aujourd’hui sont sans doute bien plus ouverts.
Personne, sauf une infime minorité, ne conteste le (vrai) droit d’asile.

Pourquoi, alors, cette réticence actuelle à accueillir de nouveaux réfugiés ?

La non-intégration,
voire la « désintégration » des descendants d’immigrés,
le rejet de nos lois,
de nos valeurs,
le désir de modifier notre façon de vivre,
le terrorisme
et le soutien d’une « petite minorité » aux attentats,
constituent sans doute un début d’explication.

Qu’un second peuple se constitue sur le sol français choque beaucoup de nos compatriotes.

On peut traiter, qualifier ce rejet de raciste.
Mais on peut aussi considérer ses causes profondes – et les combattre – autrement que par des incantations, en insistant sur le respect absolu de la République et de ses règles.
Et, bien entendu, la (vraie) xénophobie doit être absolument combattue.

Non, 2015 n’a rien à voir avec 1936 !
Comparaison n’est pas raison.

Christian de Moliner

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/08/2015

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43