Archive | 05/09/2015

Combien De Questions Sont Eludées ?

Rat_Invasion

Ils Nous Envahissent !

Victimes ou « Djhadistes » ?
Presonne ne veut répondre !

Lors d’une émission « « C dans l’air » »,
en début de semaine,
à la question posée par Yves Calvi :

«Y a-t-il des djihadistes qui s’infiltrent parmi les migrants ?»,

« Mohamed Sirfaoui », (l’incontournable journaliste-écrivain présent sur tous nos médias), lui a répondu :

« Il s’agit d’une rumeur qui circule pour faire peur, s’il y en a ?
C’est sans doute moins de 1 à 2 %
 ».

1 %, Monsieur Sirfaoui cela fait 3500 sur les 350.000 déjà rentrés en Europe !

J’irai moins loin que Monsieur Sirfaoui.
Il n’y a probablement pas 3500 terroristes islamistes, du moins je veux l’espérer, mais quelques centaines certainement, et c’est déjà bien trop.
En février 2015, par une note interne les services de renseignements turcs ont informé les autorités européennes qu’environ 3000 djihadistes avaient prévu de franchir la frontière turque depuis la Syrie et l’Irak afin de pénétrer en Europe par la Bulgarie et la Hongrie.

Nos autorités UE n’ont pas réagi.

On constate le résultat actuellement à Budapest où des émeutes se produisent quotidiennement.
« Abdul Basit Haroun », conseiller du gouvernement libyen, a déclaré à la BBC que des combattants islamistes étaient envoyés en Europe dans les bateaux des migrants.

Les portes de l’Europe sont largement ouvertes aux migrants, y compris aux terroristes de l’État islamique infiltrés.
5 terroristes ont tenté de passer la frontière entre la Bulgarie et la Macédoine à l’aide d’un « bakchich » proposé à un douanier.
Ils ont été arrêtés par hasard entre des milliers de migrants.
Leurs smartphones contenaient des vidéos de décapitations (auxquelles ils avaient peut-être participé ?), ainsi que de la documentation de propagande.

Le procureur de la sécurité interne bulgare (DANS) de la région du Kyustendil, les a envoyés en prison.
De nombreuses bonnes âmes (Il y en a même à « Boulevard Voltaire »/em>) estiment qu’un certain courage est nécessaire pour quitter son pays !
Il me semble, à moi, que le vrai courage serait de rester et de se battre, pas de fuir.
Il faut en revanche de l’argent, beaucoup d’argent, oui, pour payer les passeurs jusqu’aux portes de l’Europe.
La question peut d’ailleurs se poser :
Comment se procurent-ils toutes ces sommes, énormes pour des pays où l’on ne gagne que quelques dizaines d’euros par mois… quand on travaille ?
Et ce matériel très sophistiqué :
Des téléphones satellitaires qui permettent aux migrants en détresse, perdus en pleine mer, de téléphoner, par exemple, à Strasbourg afin de contacter le bureau de l’Association des Travailleurs maghrébins de France ou le « « Watch the Med » », afin de signaler la position de leur bateau, le nombre de personnes à bord, s’il y a des blessés, etc., de manière a être secourus dans les plus brefs délais par les gardes-côtes les plus proches.
Des cartes seraient distribuées aux migrants indiquant les numéros à appeler et l’intitulé du collectif écrit en anglais, français, arabe et persan.
Ces informations seraient même fournies au Maroc, en Tunisie et, paraît-il, à Calais, Vintimille et aux autres frontières européennes.

On recherche des passeurs mais peut-être devrait-on s’intéresser également à quelques associations humanitaires qui, semblent-ils, prennent le relais en toute légalité ?

Manuel Gomez

http://www.bvoltaire.fr/  du 05/09/2015

Valls Déçoit A Nouveau Les Eleveurs !

AFP_1212204336.jpg

Derrière la FNSEA et Manuel Valls,
les éleveurs cocus…

Jeudi, 1500 tracteurs et 91 bus sont entrés dans Paris, soit par Issy soit par Ivry, comme chantait « Reggiani »…

Trois jours à 35 km/heure sur l’autoroute pour rallier la capitale depuis leur cour de ferme.
Et trois jours pour y retourner, la larme à l’œil et la rage au cœur.

« La France ne lâchera pas ses agriculteurs.
Le désespoir, l’humiliation, la colère, nous les entendons.
Et avec le gouvernement (…), nous y répondrons. »
,

leur a assuré le Premier ministre.

Charles Péguy, si tu l’entends…

Réforme en juillet au temps des moissons,
réforme en septembre au temps des vendanges…
– et réforme en novembre, au temps des semis ?

C’est à craindre, car les mesures annoncées hier par un Manuel Valls adressant aux éleveurs « un message d’amour » (sic) ne changeront pas grand chose ou souvent même rien du tout à leur sort.
Le romantisme bucolique et les vers de mirliton ne font pas une politique, tout juste de minables calculs électoraux :

Différer pour mieux sauter, en espérant que d’autres sauteront à votre place une fois passées les élections…

« Trois milliards d’euros en trois ans investis dans l’agriculture et l’élevage »

a dit Manuel Valls.
En réalité ce n’est rien d’autre que ce qui a été promis en juillet, un peu majoré : – « Année blanche » pour le remboursement des dettes des plus étranglés,
prise en charge des intérêts d’emprunt et des cotisations sociales,
moratoire sur les réglementations tatillonnes…
En somme, il est urgent d’attendre.

On verra – ou pas – après les élections.

Un seul s’est félicité de ces accords « emportés de haute lutte » : c’est « Xavier Beulin ».
Un seul aussi a été hué par une partie de la foule aux cris de « Vendu ! » ou « Démission ! » :
C’est le même « Xavier Beulin », patron de la « FNSEA », syndicat qui tient dans ses mains les rênes de l’agriculture française depuis… 1964.

D’un gouvernement à l’autre, en jouant à « je te tiens tu me tiens par la salopette… »

Il est vrai qu’à regarder ce bonhomme qui dirige le syndicat depuis 2010, on se demande s’il est bien qualifié pour représenter les sous-smicards de la profession.
En 2011, d’ailleurs, « Isabelle Saporta » dénonçait dans « Le livre noir de l’agriculture » l’entreprise de sape de ce syndicat « antipaysan » qu’est la « FNSEA ».

Quant à son président, son fantastique parcours apporte à lui seul un brillant éclairage sur sa politique.

Certes, « Xavier Beulin » connaît le métier, ayant repris à 18 ans la ferme paternelle au décès de son père.
Mais à 56 ans aujourd’hui, c’est un gros céréalier et un businessman avisé.
Il dirige toujours en Beauce, avec ses frères, une exploitation céréalière de 500 hectares qui fait du blé, du colza, du tournesol, de l’orge.
Au moins il n’y fait pas du maïs pompeur d’eau…

Mais il est aussi et surtout, depuis 15 ans, président du groupe Avril, géant de l’industrie agroalimentaire, numéro 1 français des huiles avec les marques Lesieur et Puget, producteur des œufs Mâtines, des marques Sopral, Terrial, Theseo, Novaol, Abera (viande de porc), Adonial, Expur… Il dirige également Sofiproteol, le « partenaire stratégique de l’agro-industrie et de l’agroalimentaire », dit sa pub, dont la filiale Farmor (Glon-Sanders), à Guingamp, importe des centaines de milliers de tonnes de poulets industriels brésiliens produits dans des conditions ignobles.

Bref, comme le disait « Périco Légasse » dans une interview au Figaro (22/07) :

« D’une main j’envoie mes éleveurs de volailles faire des actions commandos, d’une autre j’importe en masse ce qui les conduit à la ruine. »

Entre biocarburants et aliments pour animaux vendus aux agriculteurs, le chiffre d’affaires du groupe Avril que dirige « Xavier Beulin » est de 7 milliards d’euros.
Effectifs : 8.000 salariés.

Dernière précision :
« Xavier Beulin » préside aussi le Grand Port Maritime de La Rochelle, qui est…
le 2e port français pour l’exportation de céréales !

Parce qu’on n’est jamais bien servi que par soi-même, c’est connu.

En quoi ce monsieur est-il qualifié
pour représenter, à la table des négociations,
des petits paysans à 1000 euros par mois
pour 70 heures de travail semaine ???

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 05/09/2015

La Pressetituée De Notre République.

maurras

Du subventionnement
de la presse en 2014

Chaque année, le ministère de la « Culture et de la Propagande Communication » verse sa petite enveloppe aux 200 quotidiens de l’hexagone « libres » et, (bien sûr), « indépendants ».

Au palmarès 2014 :

Le Figaro – 15 255 723 €
Aujourd’hui en France – 14 018 481 €
Le Monde – 13 083 310 €
La Croix – 8 322 481 €
Ouest France – 8 228 906 €
Libération – 7 979 172 €
Télérama – 7 091 535 €
L’Humanité – 5 963 715 €
L’Obs – 5 201 552 €
L’Express – 4 982 603 €

Les subventions sont nettement en baisse.
Elles passent de 288 823 413 euros en 2013 à 226 790 773 euros en 2014,
soit un dégraissage de près de 21,5 % !

« Le Figaro » conserve sa première place du podium, tandis qu’« Aujourd’hui en France » se hisse désormais à la deuxième place, passant devant « Le Monde »,rétrogradé à la troisième place.
« Ouest-France » décroche à la cinquième place, dépassé par « La Croix ».
« Libération » monte à la sixième place, alors que « Télérama » tombe d’un cran, de même que « L’Obs ».

Mais l’ascension la plus fulgurante revient à « L’Humanité » déjà sauvé par l’État en effaçant sa dette de 4 millions d’euros en 2013, qui vient de passer en deux années consécutives de la 11e, à la 10e place en 2013, puis à la 8e place en 2014.
Le journal de Jean Jaurès n’a jamais eu autant besoin d’argent.
C’est la chute finale !

Enfin, « L’Express » de « Christophe Barbier » revient dans le top 10.

Palmarès 2013 :

Le Figaro – 16,179 millions €
Le Monde – 16,150 millions €
Aujourd’hui en France – 11,9 millions €
Ouest-France – 10,4 millions €
La Croix – 10,4 millions €
Télérama – 10,1 millions €
Libération – 9,8 millions €
L’Obs – 8,2 millions €
Télé 7 Jours – 6,9 millions €
L’Humanité – 6,9 millions €

tele_realite (1)

N’oubliez pas :
On travaille toujours pour celui qui nous paye.
Les médias mainstream ont deux principales sources de revenus :
l’État et la Haute Finance.
Ces deux sources sont en lien étroit,
via les cénacles mondialistes comme le 
« Club le Siècle ».

Consultez les subventions aux médias en téléchargeant le lien sur le site du ministère de la Culture :
Culturecommunication.gouv.fr – Les 200 titres de presse les plus aidés en 2014

Pour consulter les subventions de 2013, nous vous renvoyons à notre article
« L’État verse près de 300 millions d’euros à la pressetituée »

Pour en savoir davantage sur les connivences entre le pouvoir politique et les médias, lisez le livre de « Benjamin Dormann » :
 « Ils ont acheté la presse », pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense, (éditions Jean Picollec).

Par Nico le taureau

 

LA_PUTAIN_DE_LA_RE_PUBLIQUE

 

https://lacontrerevolution.wordpress.com  du 05/09/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43