Archive | décembre 2015

Histoire Inédite D’Un Valeureux Soldat.

bonne année

J’étais sous l’influence de ce que l’on nous a enseigné à l’école,
les films, les livres et la simple vision d’une photo de Hitler ou du drapeau «nazi» me mettait mal à l’aise.

 »Adolf Hitler, la Plus grande histoire jamais racontée ! « 

m’a bouleversée et surtout, j’ai ressenti le poids de toute cette culpabilité s’envoler.

Et depuis ce jour, je consacre toute mon énergie, à faire connaitre cette version de l’histoire que l’on nous a soigneusement cachée.

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
1

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
2

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
3

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
4

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
5

Sarajevo

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
6

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
7

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
8

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
9

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
10

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
11

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
12

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
13

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
14

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
15

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
16

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
17

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
18

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
19

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
20

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
21

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
22

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
23

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
24

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
25

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
26

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube
27

§§§§§§

https://www.youtube.com/channel/

 

 

 

Edward Snowden, Le Grand Révélateur !

snowden

Edward  Snowden

À l’origine des informations qui ont provoqué une crise politique et diplomatique d’ampleur internationale, « Edward Snowden », jeune informaticien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mondial qui a dominé la scène médiatique de ces dernières années.
Héros au service des libertés individuelles pour les uns, traître à la nation pour les autres, ce jeune génie de l’informatique, patriote et idéaliste, a dû s’exiler à Moscou pour échapper aux poursuites judiciaires pour espionnage, vol, et utilisation illégale de biens gouvernementaux, qui pourraient lui valoir au minimum une peine de 30 ans de prison.

En tous les cas, son action et ses conséquences nous apparaissent comme édifiantes, à l’heure où le gouvernement français souhaite faire prendre au renseignement national le même chemin que celui emprunté par les États-Unis après le 11 septembre.
Une politique sur laquelle l’administration américaine du président Obama semble d’ailleurs effectuer un rétropédalage, précisément suite aux révélations « d’Edward Snowden ».

Biographie,
Parcours professionnel

« Edward Snowden » est né en juin 1983 en Caroline du Nord, d’un père garde-côtes et d’une mère sheriff-adjointe.
Il déménage en 1999 dans l’État du Maryland, à Ellicott City, où il étudie l’informatique au lycée.
Génie de l’informatique, son QI s’élève à 145.
Il ne parvient pas à compléter sa formation dans une Université locale à cause d’une mononucléose.
Il obtiendra néanmoins une maîtrise en ligne auprès de l’Université de Liverpool en 2011.

Il s’enrôle dans l’armée en 2004, souhaitant rejoindre le corps des Forces Spéciales.
Jeune patriote, il affiche sa volonté de combattre en Irak « contre l’oppression. »
Mais il ne parvient pas à compléter l’entraînement, se brisant les deux jambes au cours de ce dernier.
En 2005, il est employé par l’Université du Maryland en tant que spécialiste de la sécurité.
C’est l’année suivante, en 2006, qu’il se voit offrir un poste par la CIA, dans son QG de Langley, en Virginie.
L’agence de renseignement américaine remarque en effet ses talents informatiques prodigieux.
Il accomplit des missions relatives à la sécurité informatique à Genève, ou encore en Roumanie, pour le compte de l’OTAN.
A l’époque, il est considéré comme un expert de premier ordre en sécurité informatique.

En 2009 qu’il commence à travailler pour la NSA, par l’intermédiaire de l’entreprise américaine Dell.
C’est pendant cette période, notamment au printemps 2012, qu’il collecte de nombreux documents attestant de l’ampleur des programmes de surveillance mis en œuvre par la NSA.
En mars de la même année, il est muté au bureau d’Hawaï, qui s’occupe notamment de la surveillance de la Chine et de la Corée du Nord.

Un an plus tard, en mars 2013, il atteint ce qu’il appelle son point de rupture lorsqu’il lit voit le directeur de la NSA mentir sciemment lors d’un audit parlementaire.

Avant de démissionner, il s’empare de nombreuses données supplémentaires en vue de les divulguer aux médias.

« Edward Snowden » affirmera par la suite que sa volonté de faire fuiter ces documents s’est développée de façon progressive, lorsqu’il était en poste à Genève, puis à Hawaï.
Il précise par ailleurs avoir, à de nombreuses reprises, averti ses supérieurs de l’existence de programmes de surveillance massifs et non discriminants, sans succès.
Il prend contact avec le journaliste « Glenn Greenwald » pour la première fois à la fin de l’année 2012.
Il contacte aussi la réalisatrice « Laura Poitras ».
Tous les trois commencent à travailler sur la mise en place des révélations en février 2013, en coopération avec de nombreux journaux comme le « Guardian » ou le « Washington Post ».

Avant de révéler les informations, « Edward Snowden » s’envole pour Hong-Kong en vue d’échapper aux poursuites judiciaires.
C’est finalement la Russie qui lui donnera le droit d’asile à l’été 2013.
« Edward Snowden » réside aujourd’hui encore à Moscou.

Concernant
Les écoutes de la NSA

Juin 2013
Le « Washington Post » et le « Guardian » révèlent l’existence d’un vaste système d’espionnage international des communications par l’Agence Nationale de Sécurité américaine (« NSA »).
C’est « Edward Snowden », jeune informaticien et employé de l’agence de renseignement qui est à la source de ces informations.
Très vite, les pays visés par le dispositif demandent des explications, et l’affaire prend une tournure de crise diplomatique majeure.
Les USA se défendent par le biais du patron de l’agence de renseignement, le général « Keith Alexander », en affirmant que les données collectées servent à la sécurité nationale, et que tout est légal.
Quant à « Snowden », il est inculpé par la justice pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux.
Il s’exile à Hong-Kong, puis à Moscou, qui lui donne le droit d’asile le mois suivant.

Juillet/Août 2013
Le président Obama se veut conciliant et promet de fournir les données et de coopérer avec les pays qui le souhaitent.
Il annonce des réformes qui permettront plus de transparence.
Néanmoins, le président américain dément un abus de la part de la « NSA », et ne présente pas d’excuses aux pays ciblés.
La surveillance est jugée légitime et nécessaire par l’administration américaine.

Octobre 2013
Toujours sur la base de documents fournis par « Snowden », « Le Monde » révèle que la « NSA » a intercepté massivement des communications de citoyens français :
70 millions d’enregistrements de données téléphoniques pour la France.
Les États-Unis affirment que ces informations sont erronées et trompeuses, et affirment collecter des données pour la défense de leurs citoyens et de leurs alliés « contre le terrorisme ».(!)
La chancellerie allemande annonce que le téléphone portable de Merkel pourrait avoir été surveillé par les services américains.
Une fois encore, les États-Unis démentent l’information.
« Keith Alexander » affirme par ailleurs qu’en Europe, ce sont les partenaires de l’agence de renseignement qui leur fournissent les données.
En France, il s’agit de la « DGSE » et… d’Orange.

Novembre 2013
Le « Guardian » révèle que les autorités britanniques ont eu un rôle dans l’activité de la « NSA » sur leur territoire.
Toujours selon des documents fournis par « Snowden », les journalistes anglais révèlent l’existence d’un accord entre les gouvernements britannique et américain pour une coopération entre leurs services de renseignements.
Cet accord aurait été conclu en 2007 sous le mandat de « Tony Blair ».

Janvier 2014
Le Président Obama annonce la réforme de la « NSA » et du renseignement américain en général.
Il s’agit de limiter son pouvoir et les données accumulées, sans pour autant mettre fin à la pratique de collecte des données.
Les commentateurs parlent de réformes timides.

Juin 2015
Promulgation du « USA Freedom Act » qui réduit les moyens de surveillance de la NSA en matière de collecte de données téléphoniques.
Ce texte prévoit qu’il ne sera possible aux autorités américaines d’accéder aux données collectées que sur décision de justice.

Distinctions

Août 2013
Prix allemand des lanceurs d’alerte.
Octobre 2013
« Sam Adam Awards ».
Prix qui récompense les membres des agences de renseignement qui prennent des risques en révélant des informations confidentielles pour des raisons éthiques.
Février 2014
Élu recteur de l’Université de Glasgow à titre honorifique.
Avril 2014
« Julia and Winston award » aux Big Brother Awards, en Allemagne.
Prix allemand nouvellement fondé, en référence au roman de « George Orwell » (1984).

« Ridenhour Truth-Telling Prize ».
Une distinction accordée par l’Institut National et la Fondation Fertel, deux organismes américains qui œuvrent pour la transparence.

Les révélations « d’Edward Snowden » sur le programme de surveillance de la « NSA » ont également été récompensées par un prix Pulizer.

Sa nébuleuse

« Glenn Greenwald » (« The Guardian », « The Intercept »),
« Laura Poitras » (« The Intercept », réalisatrice du film documentaire « Citizenfour » dont nous vous rendions compte en mars dernier),
– « Barton Gellman » (« The Washington Post »).

Ce qu’il gagne

Lorsqu’il était employé de la « NSA » :
200 000 dollars par an.

Il l’a dit

« Nous assistons à l’émergence d’une génération post-terreur, qui rejette une vision du monde définie par une tragédie particulière.
Pour la première fois depuis les attaques du 11 Septembre, nous discernons les contours d’une politique qui tourne le dos à la réaction et à la peur pour embrasser la résilience et la raison.
Chaque fois que la justice nous donne raison, que la législation est modifiée, nous démontrons que les faits sont plus convaincants que la peur.
Et, en tant que société, nous redécouvrons que la valeur d’un droit ne se mesure pas à ce qu’il cache, mais à ce qu’il protège
»,
(« Libération », 5 juin 2015.)

« Je suis ingénieur, pas politicien.
Je refuse le devant de la scène, je n’ai aucune envie de devenir un genre de divertissement, ni que les médias me trouvent des excuses, ou que sais-je encore
»,
(interview avec Wired, mars 2015.)

« J’ai peur que les gens soient déjà blasés par ce genre de révélations, qu’ils s’habituent à tout ça.
Staline disait qu’un mort, c’était une tragédie, mais qu’un million de morts c’était une statistique.

Aujourd’hui, c’est un énorme scandale quand on apprend qu’Angela Merkel est sur écoute, en revanche tout le monde se fiche que 80 millions d’Allemands soient surveillés.
Et je me dis donc qu’au fond, la vraie question n’est pas de prévoir ce que l’on va apprendre de ces potentiels futurs « leaks », mais ce qu’on va en faire politiquement.
Parce que la technologie est aujourd’hui la seule vraie arme politique
», Ibid.

« Mon pays est quelque chose qui voyage avec moi.
Ce n’est pas seulement une géolocalisation.
Mon pays me manque, ma maison et ma famille me manquent
 ».

Image de prévisualisation YouTube

Later Week Tonight with John Oliver

« Je ne suis pas contre mon pays ou contre le gouvernement.
Je suis comme tout le monde, je n’ai pas de talent particulier, je suis juste un type ordinaire, dans son bureau, qui voit tout cela se dérouler.
Ce n’est pas à moi de décider, le public doit décider si ces programmes de surveillance sont justes ou non
».

Image de prévisualisation YouTube

Interview au « Guardian »

« Vous ne pouvez pas vous dresser contre l’agence de renseignement la plus puissante au monde sans être complètement libre de tout risque.
Ce sont des adversaires puissants, personne ne peut s’opposer à eux.
S’ils veulent vous avoir, ils vous auront en temps voulu.
Mais en même temps, il vous faut choisir ce qui est important pour vous.
Vivre privé de liberté, mais confortablement, c’est quelque chose que beaucoup d’entre nous accepteraient, c’est la nature humaine […]
Mais si vous réalisez que c’est le monde que vous avez aidé à créer, et qu’il va empirer de génération en génération, que les capacités de cette structure d’oppression vont s’étendre, alors vous êtes prêts à accepter tous les risques
», Ibid.

« Je travaille toujours pour le gouvernement.
Il y a des choses pour lesquelles il vaut la peine de mourir.
Le pays en fait partie. […]
Comment peut-on dire que j’ai porté atteinte à mon pays, alors que les trois branches du gouvernement se sont réformées en réponse à mes agissements ?
»,
(« Rolling Stones », 29 mai 2014, reprenant une interview de « NBC ».)

Ils l’ont dit

« Quand, l’an dernier, « Edward Snowden » a fui les États-Unis pour Moscou après avoir supposément dérobé une quantité astronomique de secrets d’État, on racontait à Washington qu’il ne pouvait qu’être un agent des Russes.
Mais pour avoir depuis côtoyé l’individu en question, cette rumeur me semble improbable.
C’est un vrai patriote – un patriote déçu, peut-être, mais un patriote tout de même »
,

« James Bamford » (pour Wired).

« Lorsqu’il finit par accepter de parler de son histoire personnelle, « Snowden » se révèle moins un insurgé “hacktiviste” de la trempe d’un Commander « X/Chris Doyon des Anonymous » qu’un démocrate idéaliste loyal et sincère, que son pays et son gouvernement ont peu à peu dégoûté au fil des années », Ibid.

«Vous pouvez penser que ce qu’a fait « Snowden » est mal, ou qu’il l’a fait de la mauvaise façon, mais le fait est que nous disposons maintenant de ces informations et que nous ne pouvons plus plaider l’ignorance.
De la même façon que vous ne pouvez vous rendre à un parc aquatique et prétendre que « Shamoo » est heureux alors qu’on sait tous très bien qu’au moins la moitié du bassin est rempli de larmes de baleine.
Nous savons maintenant.
On ne peut pas faire semblant de ne pas savoir, c’est présent à notre esprit.
Ceci étant dit, cela fait deux ans que nous avons été mis au courant et on dirait qu’on a oublié d’avoir un débat à propos des informations que « Snowden » a révélées.
Le débat public a été absolument pathétique
»,
(voir Last Week Tonight with John Oliver.)

«Je ne vous cacherai pas que je le trouve très intéressant.
Tout ce qu’il publie, c’est quelque chose qu’il a laissé quelque part dans son sillage.
On ne sait pas quelles informations il détient encore.
Je l’ai déjà dit, et je ne le dirai qu’une fois :
En matière de renseignement, nous ne travaillons pas avec lui, nous n’avons jamais travaillé avec lui.
On ne lui demande pas de nous dire ce qui était fait, par rapport à la Russie, par l’agence dans laquelle il travaillait.
Je l’envie, car il a la possibilité de faire ce qu’il fait, et parce que personne ne lui fera rien pour cela. Il devrait pouvoir vivre sa vie par ses propres moyens.
Nous ne l’aidons pas, mais nous ne lui causons aucun tort.
Nous lui donnons simplement l’asile »
.
« Vladimir Poutine », 19 décembre 2013

Image de prévisualisation YouTube

Poutine Parle De Snowden

http://www.ojim.fr/le-meilleur-de-lojim-en-2015-26122015/   du 28/12/2015

Fin 2015 Très Houleuse En Turquie !

 erdogan

Recep Tayyip Erdogan.

En Turquie, l’offensive militaire contre les villes kurdes fait monter les tensions politiques !

Le président turc « Recep Tayyip Erdogan » a dénoncé comme une « trahison », mardi, la revendication autonomiste du principal parti pro-kurde tandis que règne un climat de quasi-guerre civile dans le sud-est de la Turquie, théâtre d’intenses combats entre les forces armées et le Parti des travailleurs du Kurdistan (« PKK »).

L’homme fort de Turquie n’a pas mâché ses mots devant la presse à Istanbul en attaquant avec virulence le chef de file du parti de la démocratie des peuples (« HDP »), « Selahattin Demirtas », qui a évoqué le week-end dernier une possible autonomie pour la minorité kurde.

« Ce que ce coprésident a fait constitue une trahison, une provocation très claire »,

a martelé Monsieur  »Erdogan », accusant les responsables de son parti d’être des « marionnettes » à la solde du « PKK ».

La justice turque a ouvert une enquête lundi à l’encontre de Monsieur  »Demirtas », bête noire du chef de l’Etat, pour avoir réclamé une autonomie, lors d’un congrès réunissant différentes organisations kurdes.

La Constitution turque interdit toute division du territoire turc sur des bases ethniques, comme le président l’a rappelé :

« De quel droit pouvez-vous parler dans le cadre de notre structure unitaire d’établir un Etat dans le Sud-Est, dans l’Est ?.
Ni la volonté nationale, ni les forces armées ne le permettront »
,

a-t-il averti.

Les tensions politiques sont au comble entre le gouvernement islamo-conservateur et les représentants du HDP, troisième force politique de Turquie.
Une opération militaire d’une ampleur inédite est menée par 10.000 hommes depuis deux semaines dans des villes du sud-est anatolien contre les membres du « PKK », et surtout son organisation de jeunesse, le « YDG-H ».
Celle-ci a lancé un « soulèvement » dans les centres urbains, alors que traditionnellement elle affronte l’armée dans la campagne.

Les combats ont tué plus de 200 membres du « PKK » et plusieurs soldats et policiers, selon Ankara, sans épargner les civils qui payent le plus lourd tribut.
Ce bilan est invérifiable de source indépendante car les villes concernées sont sous couvre-feu depuis des semaines, coupées du monde.

Cizre, Silopi, Nusaybin et le district de Sur, la vieille ville de Diyarbakir, la grande ville du sud-est turc, sont les plus touchées.

Les civils pris au piège des combats ont émigré par dizaines de milliers vers des zones plus sûres, selon les médias.
Ceux forcés de rester confinés dans leurs maisons sont confrontés à des coupures d’eau, d’électricité et de réseau mobile.
Dans cet état de siège, les hôpitaux, les administrations locales et les écoles sont à l’arrêt.

De nombreux civils ont été tués (129, selon le « HDP ») depuis la reprise des combats entre l’armée et le « PKK » l’été dernier, après une trêve de deux ans entre les parties dont on espérait qu’elle pourrait enfin déboucher sur une solution politique du conflit kurde qui dure depuis 1984.

Lors d’un discours au Parlement mardi, la coprésidente du « HDP », « Figen Yüksekdag », a exhorté la Turquie tout entière à se mobiliser contre les couvre-feux imposés dans les zones kurdes.

« J’en appelle surtout à l’Ouest.
Mobilisons-nous et fêtons le Nouvel an à Diyarbakir »
,

a-t-elle dit.

« On ne permet pas même à cette population d’enterrer ses morts »,

a-t-elle en outre déploré, accusant l’Etat turc de « faire la guerre à son peuple ».

Lundi soir c’est un garçon de cinq ans qui jouait devant sa maison d’un quartier de Cizre qui a été tué d’une balle dans la nuque, rapporte le journal Hürriyet.

Un journaliste de ce quotidien faisait état mardi de scènes de guerre à Sur.
Des centaines de maisons et commerces ont été détruits dans l’ancien coeur touristique de Diyarbakir où les combattants kurdes ont creusé des tranchées et érigé des barricades.

Environ 2.000 manifestants réunis dans ce quartier historique aujourd’hui dévasté à l’appel d’organisations de gauche ont scandé des slogans réclamant la levée du couvre-feu avant d’être violemment dispersés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène, selon l’agence de presse « Dogan ».

A Ankara par ailleurs, deux manifestations en faveur de la paix ont réuni un millier de personnes dans le centre de la capitale turque, a constaté un photographe de « l’AFP ».

http://www.bvoltaire.fr/breves/  du 30/12/2015

 

Au Sujet De La Déchéance de Nationalité.

bien et mal

Lutte Eternelle

Une tempête dans un verre d’eau,
cette déchéance de nationalité !

Il va sans dire que j’y suis totalement favorable, bien qu’il ne s’agisse uniquement que d’un symbole et en aucun cas une menace dissuasive susceptible d’empêcher un terroriste de passer à l’action.

Il est évident que celui-ci se moque totalement de sa nationalité française, et de la France.

Mais pas du tout au semblant de « déchéance de nationalité » qui nous est proposé par le président de la République et son premier ministre.

Une déchéance de nationalité qui ne s’appliquerait qu’aux Français bi-nationaux, après qu’ils aient été lourdement condamnés et après qu’ils aient exécuté la totalité de leur peine, ou presque !

Et, surtout, à la condition que « son autre pays » accepte de l’accueillir ?
Et quel pays serait heureux d’ouvrir ses portes à un assassin, un terroriste, même après qu’il ait purgé sa condamnation ?

Non, le véritable symbole serait une déchéance de nationalité qui s’appliquerait immédiatement à tout Français bi-national qui quitterait le sol français pour rejoindre des ennemis de la France où que ce soit dans le monde.

Il serait certain, dès son départ, de ne plus jamais pouvoir revenir sur notre sol, en France.

Et cette déchéance de nationalité ne doit pas frapper uniquement les assassins, les terroristes, les djihadistes, qui combattent la France de l’intérieur ou de l’étranger, et, bien entendu, pas uniquement les assassins ayant commis des crimes et qui seraient condamnés, mais elle doit être également appliquée aux récidivistes de viols, aux assassins de droit commun, en une phrase :
A tous ceux qui ne méritent pas d’être Français !

Par exemple :
Est-ce que l’épouse de « Samy Amimour », l’un des trois kamikazes du 13 novembre, qui claironne à tous vents la fierté qu’elle éprouve pour l’acte héroïque réussi par son « martyr » de mari, qui a assassiné quelques dizaines de Français innocents, mérite de conserver sa nationalité française ?
Aura-t-elle le droit de revenir un jour dans le pays qui était le sien, pays que son « héros » de mari a ensanglanté, massacré ?
Pays – cela ne fait aucun doute – qu’elle hait ?

Et ce monstre de « Youssef Fofana », et tant d’autres, la liste serait trop longue.

Il est vrai que la France, à travers divers gouvernements successifs, a su dérouler le tapis rouge pour des tueurs de Français comme « Yacef Saadi », responsable des meurtres du FLN, et « Zohra Driff-Bitat », la poseuse de bombe du « Milk-Bar » (3 femmes tuées et 12 blessés, dont des enfants amputés) mais également offrir des situations confortables à un « Georges Bourdarel », ce communiste, responsable du camp 113 du Viet-Minh qui a torturé et fait exécuter 278 prisonniers français, et à une « Djamila Amrane-Minne », poseuse de bombe du FLN à « l’Otomatic » et au « Coq Hardi » (4 morts et 60 blessés, dont de nombreux amputés).

« Manuel Gomez » pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info   du 29/12/2015

Quel coup nous réserve encore le père François ?
Les « Sans Dents Français » grondent et en ont marre !

Nous sommes les « S.D.F. » en otage !

La Vendetta Règnerait Donc A Ajaccio ?

Drapeau F

Ici C’est Chez NOUS !

 

Non ! Il s’agit de légitime défense !

Je donne 100% raison au peuple corse qui refuse la soumission,
qui dit non au renoncement permanent et
qui entend défendre son identité contre toutes formes d’agressions,
malgré les trahisons de l’Etat démissionnaire.

Ne confondons pas cause et conséquences.
Pas question d’assimiler un guet-apens soigneusement prémédité par des racailles cagoulées, armées de battes de base-ball et de barres de fer pour attaquer les représentants de l’Etat, pompiers ou policiers au service des habitants, à l’expédition punitive de citoyens révoltés, qui ne croient plus à la justice républicaine, tant elle est défaillante et partiale.
Sans agression des pompiers il n’y aurait pas eu de représailles à Ajaccio.
Et si les Corses se font justice eux mêmes, c’est parce que l’Etat les a abandonnés et se montre incapable de faire régner l’ordre et la justice.

Quand il s’agit d’envoyer les policiers devant la police des polices, l’Etat fait du zèle, mais pour faire régner la loi, il se dérobe.

Jamais Ajaccio ne sera le 9-3 de la Corse.
Jamais !
Et si le gouvernement a peur d’envoyer les forces de l’ordre restaurer la loi républicaine dans les cités, dans un éternel “souci d’apaisement” qui n’est rien d’autre qu’une monstrueuse lâcheté, les Corses s’en chargeront eux mêmes pour mettre au pas la racaille.

Car la Corse n’est pas le continent.
On n’y accepte pas la lâcheté politique, le laxisme judiciaire et la victimisation des malfrats.
On n’y accepte pas la justice du mur des cons qui se moque des victimes et relâche les voyous arrêtés cent fois.

Les Corses ont leurs défauts, mais ils ont une immense qualité, celle de se faire respecter.

La lâcheté de l’Etat, depuis plus de trente ans, nous conduit à la guerre civile.

Chaque année, plus de 700 lieux de culte et cimetières chrétiens sont profanés en toute impunité.
Chaque année, 1600 pompiers sont agressés et près de 400 véhicules de sapeurs-pompiers sont détruits ou endommagés.
En 2014 ce sont plus de 7600 policiers et gendarmes qui ont été blessés, 20 par jour et ces chiffres ne cessent d’augmenter tant l’impunité des agresseurs est devenue la règle.

Alors assez de jérémiades au cri de  “pas d’amalgame”.

Que les musulmans fassent le ménage dans leurs cités et mettent leurs propres enfants au pas.

Trop facile de se poser en victimes de l’amalgame quand on est incapable d’élever ses enfants dans le respect des lois.
Que ces loubards qui se croient tout permis, aillent attaquer des pompiers ou des policiers à Alger, Tunis ou Rabat et ils m’en diront des nouvelles !
Assez d’hypocrisie et de mensonges.
Nous courons droit à la catastrophe avec nos comportements de mauviettes, sans courage ni honneur…
(ceux auxquels nous contraignent des gouvernants islamophiles et mondialistes !pelosse)

Dans les années soixante, avant l’invasion de masse, il n’y avait pas d’agressions de pompiers, de policiers ou de médecins.
On ne brûlait pas 45000 voitures par an,
on n’attaquait pas les commissariats,
on ne saccageait pas les cités,
on ne profanait pas les sépultures par centaines,
on ne brûlait pas le drapeau français
et on ne sifflait pas la Marseillaise.

L’immigration détruit la nation, c’est cela la vérité.
Et toutes les lois iniques qui musellent les citoyens n’y changeront rien.
Le ras-le-bol du peuple français finira par exploser.

Les Corses disent ne pas vouloir finir comme le continent et ils ont raison.
Il n’y a plus d’Etat.
Et que nos hommes politiques ne cessent de nous bassiner avec LEURS valeurs républicaines.
Ils sont incapables de les défendre et leurs incantations sans lendemain en deviennent indécentes.
Car dans les cités il n’y a plus de valeurs républicaines.
Il y a uniquement les valeurs des caïds ou des imams qui imposent leur propre loi, un point c’est tout. Système mafieux et charia sont le lot des cités.

La réalité est que les poltrons et irresponsables qui nous gouvernent depuis trente ans, ont privilégié la diversité sur l’unité nationale, l’intérêt des minorités sur le bien général, le droit à la différence sur l’intégration républicaine.
Où est donc la communauté de destin qui rapproche les citoyens d’une nation ?
Le mal est si profond que l’Etat a perdu totalement le contrôle de la situation et n’ose plus intervenir par peur d’une insurrection généralisée.

A force de nier l’échec de l’intégration, la France est devenue otage de ses immigrés !!!

Courber l’échine, raser les murs, détourner le regard, tel est le nouveau crédo des politiques qui ont bradé le pays.
Ils ont peur et ça se voit.
Ils ont peur et ça se sait !
Au point que de plus en plus de citoyens les méprisent et n’attendent plus rien d’eux.

Voilà où nous a menés la lâcheté des gouvernants.
Non seulement les émeutes de 2005 ne leur ont pas ouvert les yeux, mais ces esprits supérieurs n’ont rien trouvé de mieux que de sabrer les effectifs et les budgets de l’armée et des forces de sécurité !
C’est dire le niveau de leur clairvoyance.
Il a fallu mobiliser 120000 hommes pour passer un Noël en paix !
Du jamais vu.
Entre Noël et le Jour de l’An, 100% des effectifs de police auront été mobilisés !
[...]

La sinistre vérité est que nos élites restent les bras ballants devant la décomposition de la nation.

Notre République “Une et indivisible” est totalement désintégrée.

Il faut donc s’attendre à des lendemains tragiques, avec la radicalisation et la haine qui se propagent dans les zones de non droit, toujours plus nombreuses et abandonnées par la République démissionnaire.

En attendant, les Corses entendent se faire respecter et ils ont raison.
Et, une fois n’est pas coutume, l’Etat serait bien avisé de retrouver les auteurs du guet-apens d’Ajaccio et de les condamner.
Sinon ce sera la population qui s’en chargera à sa manière, pour suppléer à la pitoyable défaillance de l’Etat poltron.

Jacques Guillemain

http://ripostelaique.com   du 29/12/2015

Les Corses sont chez eux, ils feront, à leur manière « persuasive », le nécessaire pour le rester.
Les médias n’ont pas creusé le fait que « Les jardins de l’empereur » était un quartier vétuste et insalubre.
On ne va tout de même pas obliger les Ajacciens à entretenir des appartements dont les murs appartiennent aux occupants qui ont l’habitude de vivre ainsi ?
L’argent des copropriétaires ne doit pas servir que pour leurs vacances au bled !
Un exemple parmi d’autres…

Angela Donne Raison A Notre Marine !

angelamerkel

Angela Merkel

Elle fait passer Hollande et Valls pour des billes !

L’arrogance allemande ne connaît plus de limites. Après avoir mis une pagaille monstre dans toute l’Europe, en se disant prête à accueillir 800.000 migrants, puis en voulant les choisir, et en exigeant que l’ensemble des pays européens prennent ceux dont ils ne voulaient pas, Angela Merkel annonce, unilatéralement, sa volonté de mettre fin partiellement à Schengen, et de rétablir les contrôles à la frontière autrichienne. Autrement dit, parce que les Landers ne peuvent faire face à l’afflux de clandestins que la chancelière appelle de ses vœux, les Allemands décident et se permettent, seuls, parce que cela les arrange, de mettre fin à des règles qui étaient considérées comme l’ADN de l’Union européenne. Comme d’habitude, Hollande passe pour une bille. Bien évidemment, Cazeneuve, qui n’a toujours pas tout compris, annonce qu’il faut respecter les accords de Schengen à la lettre. Cet idiot avait une occasion en or de rétablir nos frontières, notamment avec l’Allemagne, et de protéger ainsi la France de l’afflux qui arrive de l’Est. Non seulement il ne saute pas sur l’occasion, mais il montre que pour la France, c’est quotidiennement « Journée portes ouvertes ».

Rappelons qu’il y a trois jours, Marine Le Pen réclamait l’abrogation de Schengen.

http://www.dailymotion.com/video/x368emf_marine-le-pen-demande-la-suspension-immediate-de-schengen_news

Rappelons la réponse très arrogante de Manuel Valls, quand un député UMP envisageait de sortir de Schengen. Il se faisait vertement tancer, se voyant rappeler à six reprises qu’il fallait être sérieux !

http://www.dailymotion.com/video/x208och_sortir-de-schengen-il-faut-etre-serieux-martele-six-fois-manuel-valls-25-06_news

Cela va, Manu… pas trop mal aux hémorroïdes ?

Paul Le Poulpe

http://ripostelaique.com/schengen-merkel-donne-raison-a-marine-et-fait-passer-hollande-et-valls-pour-des-billes.html   du 13/09/2015

Prospère Massalia, Marseille Mafieuse !

marseille

Dans la calanque du Lacydon.

Quand Massalia, la plus ancienne ville de France, rayonnait sur toute la Gaule et, préparant la voie à Rome, inventait avec les Celtes, les bases de ce qui deviendrait, un jour, la France…

 I : Bref rappel historico-géographique… :

Les premiers occupants connus de la Provence sont des tribus Ligures.
Au IVème siècle av J-C, les Celtes envahissent le territoire de l’actuelle Provence.
Ils sont peu nombreux mais plus guerriers que les Ligures, ils prennent le pouvoir et constituent une civilisation Celto-Ligure qui va subsister jusqu’à l’invasion Romaine.

Les Salyens (ou Salluviens) sont installés en Basse Provence, les Cavares dans le Comtat-Venaissin, les Voconces dans la Drôme, les Oxybiens dans le Var et les Déciates dans les Alpes-Maritimes.
Ils sont entourés au nord et à l’ouest par des tribus Celtes :
les Allobroges en Dauphiné et les Arvernes dans le Massif Central.

maquette

Maquette de Marseille grecque au Musée d’histoire du Centre bourse.

La ville est enserrée par un rempart :
au premier plan, la corne du port, aujourd’hui comblée, dans le jardin de la Bourse.
L’entrée principale de la ville est juste devant.
Derrière, la rue principale (aujourd’hui Grand rue et rue Caisserie) qui sépare en deux parties la ville.
A droite la ville haute, et à gauche la ville basse.
Sur la colline on distingue les deux temples d’Apollon et d’Artémis.

Autour de 600 avant J-C, des navigateurs grecs, originaires de « Phocée » (« Phokea », en grec, la ville du phoque), une cité grecque d’Ionie, en Asie Mineure (près de l’actuelle « Izmir », sur la côte ouest de la Turquie), pénètrent dans la calanque du Lacydon (Lakaydon, en grec), aujourd’hui occupée par le Vieux-Port (maquette ci dessus).

Le chef de l’expédition, « Protis », s’unit à « Gyptis », la fille du chef de la population locale celto-ligure, et fonde « Massalia » (on dira plus tard, en latin, Massilia).
Cette légende a sans doute une part de vérité historique.
Ci dessous, les limites de la cité au VI° siècle :
douze hectares, entourés d’eau sur presque trois côtés, dira César (l’eau recouvrait toute la partie hachurée, où se trouve la corne du port antique, visible aujourd’hui dans le Jardin des Vestiges)

BdR

Au début, les Celto-Ligures n’interviennent pas contre les établissements grecs qui se sont implantés sur la côte, ils font même du commerce avec ceux-ci.
Les relations changeront au milieu du IIème siècle av J-C, quand les Celto-Ligures deviendront agressifs, ce qui conduira la population Grecque à demander l’aide de Rome….

C’est par Massalia que va se développer l’influence grecque dans la région.
Massalia crée de nombreux comptoirs, surtout le long de la côte méditerranéenne:
Nikaïa (la victoire), Nice;
Antipolis (la ville d’en face), Antibes;
Monoïkos (Hercule Monoecos), Monaco;
Athénopolis (Saint Tropez);
Olbia (l’heureuse), Hyères;
Kitharistés (le rocher, du rocher du Bec de l’Aigle), La Ciotat et Ceyreste;
Tauroeïs, Le Brusc.
Agathé Tychée (la bonne fortune), Agde…

cote d'azur

Massalia étend son commerce trés loin :
En Egypte, vers la Bretagne et la Baltique (voyage de Pythéas) mais aussi l’Afrique (voyage d’Euthymènes)….et constitue un véritable Empire dont l’influence s’étend sur toute la côte, y compris vers l’Espagne actuelle.
Massalia y fondera de nombreux comptoirs :
Emporion (le marché), l’actuelle Ampurias;
Rhodé (Rosas);
Alonis (au nord d’Alicante);
Hemeropolis (à côté de l’actuelle Valence);
Hemeroscopeion (entre Denia et le Penon de Ifach);
Moenacé (dont le nom rappelle celui de Monoekos -  – à l’est de Malaga).
Et même un établissement à Barcelone.

Mais ces fondations en Espagne seront vite submergées et absorbées par les Carthaginois, à qui la Massalie se trouve bientôt confrontée (ainsi qu’aux Étrusques, également opposés aux Romains). Massalia s’allie alors avec la République de Rome et après une lutte à rebondissements les deux alliés sortent victorieux du conflit connu sous le nom de Guerres Puniques.

L’écrasement des Cimbres et des Teutons par « Caius Marius » rapproche encore plus Rome et Massalia :
mêmes ennemis, même danger, en face desquels se noue une solidarité et une collaboration sans failles.
Défendre Massalia, c’était défendre Rome, et réciproquement….

Devant la recrudescence d’incursions des tribus Celtes (Salyens), Marseille demande à Rome d’intervenir en Gaule.
Rome y est d’autant plus intéressée qu’elle vient de conquérir l’Espagne.
Le consul « Sextius Calvinus » s’empare d’Entremont, la capitale des Salyens, qu’il détruit.
Il édifie en remplacement une nouvelle ville qui prend le nom d’Aquae Sextiae (Aix-en-Provence).

Mais, en 49 av J-C, Massalia, amie et alliée de Rome, choisit de ne pas choisir dans la guerre civile entre les partisans de « Pompée » et et ceux de « César ».
Or, celui-ci, bien conscient de l’importance diplomatique, politique, statégique et économique de Massalia souhaite que la ville s’engage résolument à ses côtés.
Il interprète donc la neutralité de la ville comme une hostilité envers lui, ce qu’elle n’était nullement…

L’armée de César fait donc le siège de la ville : militairement, c’est un échec, et les Massaliètes repoussent victorieusement tous les assauts.
Il faudra attendre six mois, et que la faim aie raison des assiégés, pour que l’armée de César s’empare de la ville.
Elle est durement sanctionnée, une bonne partie de ses domaines sont attribuées à la ville qui a aidé César : Arelate (Arles).
C’en est fini de la grandeur de Massalia, désormais cité fédérée qui reconnaît la suprématie de Rome. La ville reste cependant un important centre intellectuel, qui diffuse la civilisation et la culture grecque dans le monde romain.

 II : L’importance et le rôle de Massalia, évoqués par les auteurs anciens… :

« Chateaubriand » se rendit à Marseille, en 1802.
Il raconte sa visite dans les Mémoires d’Outre-Tombe (La Pléiade, tome I, page 481) et rappelle deux éloges antiques de la ville:

« …D’Avignon je me rendis à Marseille.
Que peut avoir à désirer une ville à qui « Cicéron » adresse ces paroles, dont le tour oratoire a été imité par « Bossuet » :
« Je ne t’oublierai pas, Marseille, dont la vertu est à un degré si éminent que la plupart des nations te doivent céder, et que la Grèce même ne doit pas se comparer à toi. » (« Pro L. Flacco ».).
« Tacite », dans sa Vie d’ »Agricola », loue aussi Marseille, comme mêlant l’urbanité grecque à l’économie des provinces latines.
Fille de l’Héllenie, institutrice de la Gaule, célébrée par « Cicéron », emportée par « César », n’est-ce pas réunir assez de gloire ?… »

En fait, les deux plus anciens témoignages sur l’importance de la ville dans l’Antiquité sont l’ouvrage d’ »Aristote » (malheureusement perdu) sur la « République de Marseille », que « Strabon » a par ailleurs longuement évoquée, et l’édition massaliète des poèmes homériques.

Le passage de « Cicéron », cité par « Chateaubriand », est suivi d’un autre (toujours dans le « Pro Flacco ») :

« Je ne t’oublierai pas, ô Marseille, toi qui surpasse en sagesse et en science non seulement la Grèce mais je dirais tous les peuples de l’univers.
Toi qui es si bien gouvernée par le Conseil de tes principaux citoyens et dont il est plus facile de louer les lois que de les imiter ».

(Massalia n’a pas connu la démocratie, mais l’aristocratie sous sa forme oligarchique (les mots étant à prendre, évidemment, au sens qu’ils avaient à l’époque, et dans le contexte de l’époque).
Une Assemblée de 600 membres – les Timouques – gouvernait la ville.)

(Pour être Timouque, il fallait être père de famille et jouir du droit de cité depuis trois générations. Cette Assemblée d’Honorables (c’est le sens du mot, en grec) exerçait le pouvoir législatif, et il n’y avait pas d’autres juges dans la ville.)
(Quinze d’entre eux (les Quinze) assuraient l’exécutif: encore les quinze élisaient-ils trois d’entre eux, qui avaient préséance sur les autres et qui, à leur tour, élisaient un président…)

Quant à « Tacite », il se félicite que son beau-père, « Agricola », ait passé une partie de sa vie à Marseille  :

« où la politesse grecque est heureusement unie à la simplicité et à l’économie de la province ».

Pour « Tite live » :

« Marseille était aussi polie que si elle avait été au milieu de la Grèce ».

Pour « Pline », c’est « la maîtresse des études » et, revenons à « Cicéron », c’est « l’Athènes des Gaules ».

Dans le « De Officiis » (8), Cicéron raconte que, lorsque l’on vit à Rome le Triomphe de Jules César et l’image de Marseille « …tout le peuple romain plaignit le sort de cette ville fidèle et, quoique chacun eut à déplorer ses propres malheurs, il n’y eut personne qui ne prit part à l’infortune de Marseille lorsqu’on vit porter en triomphe l’image de cette ville, sans laquelle aucun de nos chefs n’aurait triomphé au-delà des Alpes… ».

« Pétrone » choisit Massilia, aux écoles de réthorique réputées, pour composer son « Satyricon »

Trois médecins grecs furent réputés à Massalia: « Crinas », « Charmis » et « Démosthène » le massaliote :
- Le premier pourrait peut-être être considéré sinon comme le père de la chrono-biologie, du moins comme l’un des tous premiers de ses initiateurs et de ceux qui en ont eu l’intuition :
Il réglait les heures des repas et les fonctions physiques de ses malades d’après les tables astronomiques !
Il fut appelé à Rome par Néron, dont il devint le médecin.
A sa mort, il fit don de dix millions de sesterces à sa ville pour qu’elle puisse rebâtir ses remparts, dont on voit toujours les restes très émouvants dans le  »Jardin des Vestiges ».
- Quant à « Charmis », il se tailla une solide réputation en propageant l’usage des bains froids en toute saison et devint (pour cette raison ?) l’un des médecins les plus célèbres de Rome….
- Enfin, « Démosthène », anatomiste et oculiste, eut droit aux plus grands éloges de « Galien », qui le cita en louant son savoir…

Ce trop rapide tableau serait bien évidemment incomplet si l’on ne mentionnait pas les deux hardis navigateurs, Pythéas et Euthymènes qui, en s’élançant sur des mers inconnues – au Nord pour le premier (ci dessous), au Sud pour le second – firent progresser la science et les découvertes d’une manière considérable.

pythéas

http://infog.free.fr/Pytheas/

Pythéas est le meneur de la première expédition scientifique connue.

De Michel Mourre :

« A partir de 325 environ avant J-C il entreprit des voyages lointains qui avaient sans doute pour objet principal de briser le monopole du commerce atlantique détenu par les Carthaginois.
« Pythéas » fut le grand découvreur du nord de l’Europe.
Ayant franchi le détroit de Gibraltar, il atteignit l’île d’Ouessant, parvint aux mines d’étain de Cornouailles, fit probablement la circum-navigation de la Grande-Bretagne et, au nord de l’Ecosse, recueillit des renseignements sur une certaine « île de Thulé », laquelle était sans doute la Norvège (ou l’Islande ?,ndlr).
D’Angleterre, il retraversa ensuite la Manche et longea les cotes de l’Europe septentrionale jusqu’à la rivière Thanaïs (peut-être la Vistule).
Il revint ensuite à Marseille.
« Pythéas » fut aussi un remarquable astronome :
Il sut calculer la latitude de Marseille à quelques minutes près, observa que l’étoile Polaire n’était pas située au pôle, signala le premier les rapports entre les marées et le mouvement de la lune ».
Sa description de la banquise est restée célèbre.
(du fragment conservé de son Tour de la Terre) :

« On n’y voit ni air, ni eau, ni terre, mais seulement un composé de ces trois éléments, tout semblable aupoumon marin ;
la mer et la terre sont suspendues sur cette substance ;
et elle sert de lien à toutes les parties de l’Univers.
Il est tout à fait impossible d’aborder en ce lieu-là ni à pied ni sur des vaisseaux… »

Quant à « Euthymènes », beaucoup moins bien connu, on sait toutefois qu’il a longé les cotes de l’Afrique, et découvert le Sénégal ainsi que le golfe de Guinée, repoussant lui aussi, vers le sud, comme le faisait « Pythéas » vers le nord, les limites du monde connu…

http://lafautearousseau.hautetfort.com/  du 11/04/2014

Publié initialement le 12/04/2014 sous le titre « La Plus Ancienne Ville De France ».

La Russie Est Prête Pour La Guerre !

soldats russes

Vous voulez la guerre ?

Personne n’a besoin de lire l’œuvre de Zbigniew Brzezinski, « Le Grand Echiquier » (1997), pour savoir que la politique étrangère des Etats-Unis tourne autour d’un unique thème englobant tout :
Empêcher — par tous les moyens si nécessaire — l’apparition d’une ou plusieurs puissances capables de gêner l’unilatéralisme arrogant de Washington, non seulement en Eurasie mais dans le monde entier.

Le Pentagone porte ce même message enchâssé dans le jargon démocratique :
La doctrine de la domination à spectre total (« the Full Spectrum Dominance doctrine »).

La Syrie conduit toutes ses estimations à s’effondrer comme un château de cartes.
Il ne faut donc pas s’étonner si la norme actuelle à Washington, qui est dépourvue de toute chaîne visible de commandement – on peut à peine qualifier l’administration Obama de canard boiteux -, est l’angoisse.

Le Pentagone s’est à présent engagé dans une escalade de type « guerre du Vietnam » en posant ses bottes sur le terrain dans tout le « Syrak ».
50 commandos se trouvent déjà dans le nord de la Syrie pour « conseiller » les Kurdes syriens du « YPG », ainsi que quelques sunnites « modérés ».
Comprendre :
Leur dire ce que Washington veut qu’ils fassent.
La présentation officielle de la Maison Blanche est que ces commandos « soutiennent les forces locales » (les mots d’Obama) en coupant les lignes d’approvisionnement conduisant à la capitale du faux « Califat », Rakka.
200 autres forces spéciales envoyées en Irak vont bientôt suivre, prétendument pour « livrer un combat direct » contre la direction de Daech/Etat Islamique, qui est maintenant installée à Mossoul.

Ces développements, présentés comme des « efforts » pour « se réengager partiellement en Irak et en Syrie » conduisent le petit monde des « think tanks » américains à formuler des rapports hilarants à la recherche de « l’équilibre parfait entre une invasion à grande échelle et un désengagement complet » — lorsque tout le monde sait que Washington ne se désengagera jamais des ressources pétrolières stratégiques du Moyen-Orient.

En théorie, toutes ces bottes américaines sur le terrain devraient bientôt se coordonner avec une nouvelle coalition spectaculairement surréaliste de 34 pays « islamiques » (l’Iran n’y a pas été invité), créée pour combattre Daech par rien de moins que la matrice idéologique de toutes les variantes du salafisme djihadiste de l’Arabie Saoudite wahhabite.

La Syrie est désormais « l’aérogare » des coalitions.
Il y en a au moins quatre :
1- Le « 4+1 » (Russie, Syrie, Iran, Irak plus Hezbollah), qui combat vraiment Daech.
2- La coalition emmenée par les USA, une sorte de mini combinaison « Otan-CCG », mais avec le CCG qui ne fait rien.
(C.C.G. : conseil de coopération du golfe)
3- La collaboration militaire directe entre la France et la Russie.
4- Et la nouvelle comédie « islamique » emmenée par l’Arabie Saoudite.
Elles s’opposent à un nombre stupéfiant de coalitions et d’alliances salafistes djihadistes de circonstance qui peuvent durer quelques mois comme quelques heures.

Et puis, il y a la Turquie, laquelle joue un double jeu vicieux sous « Erdogan ».

Sommes-nous, une fois de plus,
face au syndrome « Sarajevo » ?

« Tendues » ne commence même pas à décrire les tensions géopolitiques actuelles entre la Russie et la Turquie, qui ne montrent aucun signe d’affaiblissement.
L’Empire du Chaos en profite sans modération en tant que spectateur privilégié, tant que les tensions durent, les perspectives d’intégration de l’Eurasie sont nulles.
Les services de renseignements russes ont certainement anticipé tous les scénarios possibles impliquant l’armée otano-turque à la frontière turco-syrienne, de même que la possibilité qu’Ankara ferme le Bosphore et les Dardanelles pour « l’Express syrien » russe.
« Erdogan » pourrait ne pas être assez fou pour offrir un nouveau « casus belli » à la Russie.
Mais Moscou ne prend aucun risque.

La Russie a placé des navires et des sous-marins capables de lancer des missiles nucléaires au cas où la Turquie, sous la couverture de l’Otan, déciderait de frapper les positions russes.
Le Président Poutine a été clair :
La Russie utilisera l’arme nucléaire si nécessaire au cas où ses forces conventionnelles seraient menacées.

Si Ankara opte pour une mission suicide en descendant un autre Su-24, ou un Su-34, la Russie dégagera tout simplement l’espace aérien tout le long de la frontière au moyen de ses S-400.

Si Ankara, sous la couverture de l’Otan, répond en lançant l’armée turque contre les positions russes, la Russie utilisera ses missiles nucléaires, entraînant l’Otan dans la guerre, non seulement en Syrie mais potentiellement aussi en Europe.

Et cela impliquerait l’utilisation de missiles nucléaires pour maintenir l’utilisation stratégique par la Russie d’un Bosphore ouvert.

Voilà comment on peut tirer un parallèle entre la Syrie d’aujourd’hui et Sarajevo en 1914.
Depuis la mi-2014, le Pentagone a déroulé toutes sortes de jeux de guerre — jusqu’à 16 fois, sous des scénarios différents – opposant l’Otan à la Russie.
Tous ces scénarios étaient favorables à l’Otan.
Toutes les simulations ont donné le même vainqueur :
La Russie.

Et c’est pourquoi le comportement fantasque que peut avoir « Erdogan » terrifie vraiment un bon nombre d’initiés, de Washington à Bruxelles.

Quelques données sur
les missiles de croisière

Le Pentagone a parfaitement conscience de la puissance de feu que la Russie peut déchaîner si elle est provoquée au-delà des limites par quelqu’un comme « Erdogan ».
En voici quelques exemples :
La Russie peut utiliser le puissant missile SS-18 — dont le nom de code attribué par l’Otan est « Satan ».
Chaque « Satan » transporte 10 ogives, chacune d’une puissance de 750 à 1000 kilotonnes, suffisante pour détruire une aire de la taille de l’Etat de New York [équivalente à la taille de l’Angleterre].

Le missile balistique intercontinental « Topol M » est le missile le plus rapide du monde, volant à Mach 21 (25.700 km/h).
Il n’existe aucune défense contre lui.
Lancé depuis Moscou, il peut frapper New York en 18 minutes, et Los Angeles en 22 minutes et 8 secondes.

Les sous-marins russes — de même que les sous-marins chinois — peuvent tirer au large des Etats-Unis et frapper des cibles côtières en une minute.
Des sous-marins chinois ont fait surface à proximité de porte-avions américains sans se faire détecter, et les sous-marins russes peuvent faire la même chose.

Le système antimissiles « S-500″ a la capacité de fermer hermétiquement la Russie aux missiles de croisière et intercontinentaux.
(Officiellement, Moscou n’admet seulement que les S-500 n’entreront en activité qu’en 2016, mais le fait que des S-400 seront bientôt livrés à la Chine implique que les S-500 sont peut-être déjà opérationnels).

Le « S-500″ fait ressembler le missile « Patriot » à un « V-2″ de la Seconde Guerre mondiale.

Là, un ancien conseiller américain du chef des Opérations navales dit publiquement que tout l’appareil de défense de missiles américain ne vaut rien.

La Russie a une flotte de bombardiers supersoniques constituée de Tupolev Tu-160, qui peuvent décoller de bases aériennes depuis le cœur de la Russie, voler au-dessus du Pôle Nord, lancer des missiles de croisière armés d’une tête nucléaire depuis une distance de sécurité au-dessus de l’Atlantique, et rentrer à la base pour regarder ce qui se passe à la télé.

russie-tupolev

Tupolev

La Russie peut paralyser pratiquement toutes les bases avancées de l’Otan avec des armes nucléaires tactiques — ou de champ de bataille — à petites charges.
Ce n’est pas un hasard si la Russie, au cours des derniers mois, a testé les temps de riposte de l’Otan à de multiples occasions.

Le missile Iskander voyage à sept fois la vitesse du son avec une portée de 400 km.
Il est dévastateur contre les terrains d’aviation, les points logistiques et autres infrastructures stationnaires le long d’un théâtre de guerre étendu, par exemple dans le Sud de la Turquie.

Il faudrait que l’Otan mette tous ces Iskander hors service.
Mais alors, ils devraient face aux « S-400″ — ou, pire, aux « S-500″ — que la Russie peut déployer dans les zones de défense sur presque tous les théâtres de guerre imaginables.
Le positionnement des « S-400″ à Kaliningrad, par exemple, paralyserait toutes les opérations de l’Otan loin à l’intérieur de l’Europe.

Présidant aux décisions militaires, la Russie privilégie l’utilisation du « Contrôle Réfléchi » (CR).
C’est une tactique qui vise à transmettre à l’ennemi une information sélectionnée qui le force à prendre des décisions contraires à ses intérêts, une sorte de virus influençant et contrôlant son processus de prise de décision.
La Russie utilise le CR de façon tactique, stratégique et géopolitique.
Dans sa jeunesse, « Vladimir Poutine » a appris tout ce qu’il y avait à savoir à propos du CR à la 401ème école du KGB et ensuite au cours de sa carrière en tant qu’officier du KGB puis du FSB.

Alors, Erdogan et l’Otan, vous voulez toujours faire la guerre ?

source : « Pepe Escobar » pour « Agoravox.fr »

http://philippehua.com   du 28/12/2015

Le Vocabulaire Français S’ Appauvrit !

 censura

Les mots interdits !

Avec Noël sont revenus de grands classiques, le père Noël, la messe de minuit, la bénédiction « urbi et orbi ».
Mais d’autres classiques s’ajoutent à la longue liste des oubliés dans le grand déclin actuel.

Oh ! Il y a beau temps que, de cette fête, on cache tout sens chrétien.
Commémoration de la Nativité incluse.
Mais nous n’étions pas habitués à ce que les plus hautes autorités omettent leur devoir d’état et de convivialité, en adressant un message de sympathie aux chrétiens.
Leurs chaleureux saluts étant déjà pris pour le ramadan, par la célébration de Pessah ou du Yom Kippour, on doit en prendre son parti !
Et puis… les chrétiens ne forment pas une communauté parmi d’autres !
Point n’est besoin de les saluer …

« Eh… psst… Manuel !
T’as raison, ils forment une nation ! »

Nos chers princes « élyséen et matignonesque » avaient sans doute fort à faire avec les vœux à chacune de leurs ex et à leurs enfants ci et là éparpillés.
N’ayant pas don d’ubiquité, ils n’en pouvaient mais !

Notons aussi, et ça c’est vraiment nouveau, l’accélération des mots interdits !
À travers l’autocensure et le savonnage des « Gross Médias »…

Jeudi au 20 heures de « TF1″, cinq minutes de reportage :
Un repas de Noël en faveur des plus défavorisés.
On parla de jeunes bénévoles, de mères venant transmettre le sens du service à leurs petiots, etc.
Très bien, très bien…
Mais où se passait cet accueil pour 200 invités, personnes âgées ou isolées ?
D’où vinrent les 50 bénévoles ?
Tiens donc !
Eh bien, vous ne le saurez point.
Seuls les plus habitués auront reconnu la crypte d’une grande église parisienne.
La crypte ?
Oui, la crypte…
Mais rassurez-vous :
Tout symbole chrétien fut soigneusement flouté – le chœur et sa fresque, la grande croix, etc.
Seul le prêtre eut droit à une seconde d’image durant laquelle les plus pratiquants – vous savez, les 24 % – auront reconnu un col romain.

Il semblait donc malvenu de dire que c’est une communauté chrétienne qui accueillit.
Interdit de dire le lieu.
Mots interdits ?

« France 2″ ?
Il y est aussi proscrit de citer des associations et communautés catholiques pratiquant une charité de proximité.
Témoin un long reportage mardi 23 au 20 heures :
L’on vit l’unique maraude bénévole et médicalisée de France.
Elle est assurée par l’Ordre de Malte dans la région parisienne.
L’Ordre de quoi, dites-vous ?

Quelle misère !
Eh oui, à côté d’images et d’un reportage positif sur l’action humanitaire, on omet de dire ce qui motive ces acteurs :
Leur foi !
Leur catholicité !
On tait leur origine.
On oublie la croix au nom de laquelle ils agissent.
Malte, le nom de l’association fut absolument effacé.
Non dit.
Mots interdits, suite…

Pensez !
Une association issue de l’aide militaire et caritative durant les croisades :
L’Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte…
On ne peut tout de même pas rappeler que la plus ancienne association caritative du monde exerce encore une action bénévole !

Dites, chers amis journalistes, ça ne vous lasse pas, cette servilité ?

Bertrand du Boullay

http://www.bvoltaire.fr   du 28/12/2015

Parler avec les mains va devenir la seule façon de se faire comprendre dans nos rues !
mieux qu’aux temps préhistoriques, un mondialisme babylonien…on sait ce qu’il adviendra !

La Guerre Civile Couve En Turquie !

kurdistan

Ça ne vous rappelle rien ?

La Turquie peut facilement devenir une nouvelle Syrie !

Une centaine de femmes Kurdes ainsi que des enfants ont été tués dans le sud-est de la Turquie au cours des six derniers mois.
C’est un chiffre encore susceptible d’évoluer, les victimes ayant péri lors des opérations militaires gouvernementales et des affrontements armés…

Ça ne vous rappelle rien ?

Les mêmes constats sont déjà devenus tristement habituels, mais s’agissant d’un autre pays, la Syrie.
Ces derniers temps, pourtant, les tensions se sont embrasées entre les autorités turques et les Kurdes.

« Kani Xulam », activiste Kurde et directeur du réseau d’informations américano-kurde, s’exprime sur le sujet des actes de génocide exercés par le gouvernement turc à l’encontre du peuple Kurde.

« Un couvre-feu a été imposé dans plusieurs villes et les habitants ne peuvent pas sortir dehors.
La région est pilonnée, sans discontinuer, et si l’on est blessé, on n’a pas la possibilité de se rendre à l’hôpital »
,

raconte « Kani Xulam » dans un entretien accordé à « Sputnik ».

« Les maisons sont restées sans électricité et sans eau.
C’est une guerre non déclarée que la Turquie mène contre ses civils Kurdes dans le sud-est du pays ».

D’après lui, environ 20 millions de Kurdes vivent en Turquie dans une absence totale de droits de l’homme fondamentaux et de droits politiques.
Ils sont contraints d’adopter une culture qui leur est étrangère, la culture turque, ainsi que la langue et la littérature.

Logique, qu’ils en aient marre.
Les Kurdes briguent une autonomie locale et souhaitent, depuis déjà plusieurs mois, faire entendre leur voix.

C’est un génocide culturel et ethnique, censé couper la voix à ceux qui n’ont pas le droit de s’exprimer sur le sol turc.
Ce qui va à l’encontre de toutes les lois internationales, de toutes les normes, maintient Monsieur « Xulam ».

« Dans sa constitution, la Turquie nie l’existence même des Kurdes et les oblige à s’assimiler dans la société turque ».

Ce qui est effrayant, c’est que la Turquie semble emprunter la voie du scénario syrien.
Les pierres d’achoppement sont les mêmes, avec la majorité sunnite souhaitant réprimer les minorités kurdes et alaouites.

« La Turquie peut facilement devenir une nouvelle Syrie »,

résume l’interlocuteur de « Sputnik ».

Alors que les Kurdes veulent voir Ankara mener une enquête pour révéler son implication dans les sales jeux de Daech, ce dernier ne consentira jamais à un projet qui pourrait dénoncer ses crimes.
Et cette confrontation peut aller jusqu’à ce que les parties en conflit défendent leurs positions par les armes, pour finir ensuite par une guerre civile, met en garde Monsieur « Xulam ».

http://fr.sputniknews.com/international   du 24/12/2015

Et nous accepterions ce pays dans l’Union Européenne ?
Ils sont musulmans, sunnites, oppressent les Kurdes, aident l’Etat Islamique…tout pour être de « vrais » Européens…à la sauce mondialiste de qui vous savez !

Des Relents De « Dèche » Aux USA ?

Forces Irakiennes

Forces  Irakiennes.

Les forces irakiennes ont libéré lundi la ville de Ramadi, à l’ouest de Bagdad, et levé le drapeau national sur le complexe gouvernemental, a indiqué un porte-parole du commandement irakien des opérations.

« Ramadi a été libérée et les forces armées du contre-terrorisme ont dressé le drapeau sur le siège gouvernemental »,

s’est félicité le général de brigade « Yahya Rassool » sur la télévision d’Etat.

source : AFP

https://fr.news.yahoo.com   du 28/12/2015

§§§§§§

obama-daesh

Les forces américaines évacuent Daesh
de l’Irak…vers leurs Etats-Unis ?

L’AFP rend  donc complaisamment compte de la déroute de Daesh à Ramadi en Irak…
Mais se garde bien de creuser un peu !

On lit :

« Les derniers combattants du groupe Etat islamique (EI) ont quitté dimanche un complexe gouvernemental stratégique de Ramadi, offrant aux forces irakiennes leur plus importante victoire depuis l’offensive des jihadistes en Irak il y a un an.
Tous les combattants de Daech sont partis.
Il n’y a pas de résistance »

Les assassins de Daesh « sont partis », ils « ont quitté » Ramadi.
Partis où ?
Partis comment ?
L’AFP se garde bien de creuser, MAIS ose même ajouter que « les forces d’élite antiterroristes et l’armée irakienne » ont été « aidées par les raids aériens de la coalition internationale menée par les Etats-Unis ».

A les entendre donc, les Etats-Unis ont permis la déroute de Daesh à Ramadi.

Et pourtant…
Il faut s’informer sur « Sputnik », l’agence officielle d’information de Russie, pour apprendre que ce sont les forces américaines qui ont évacué, par hélicoptère, les terroristes de Daesh vers une destination « inconnue »!

On sait donc comment les responsables de Daesh ont quitté Ramadi.
Reste à savoir où ils ont été emmenés par leurs « sponsors » américains.
Il semble que la première étape de ce sauvetage ait été une base secrète américaine en Algérie.
Ceci n’est qu’une étape, et ces alliés encombrants seront ensuite très prochainement transférés … aux Etats-Unis !
Non pas dans une prison de haute sécurité ou un camp style Guantanamo, mais vers une base secrète sur le territoire national américain, édifiée justement pour accueillir ce genre d’alliés en toute discrétion.

Le but est clair :
Empêcher que les chefs de Daesh ne tombent aux mains des irakiens (ou des Russes…) :
Convenablement interrogés, ils ne manqueraient pas de dévoiler de très intéressants détails sur l’assistance américaine à l’Etat Islamique, que ce soit en armes, ou…
Ils pourraient sans doute parler de certains « stages de formation » dans de discrètes bases américaines du Nebraska et du Montana….

https://jeanfouche.wordpress.com   du 28/12/2015

Pas D’ Islam En Corse !

Pas D' Islam En Corse ! dans FRANCIA ajaccio-300x123

Article de 2013 !

Tirs contre une boucherie islamique le jour de son ouverture à Propriano

 Une boucherie « halal » qui devait ouvrir ses portes à Propriano   ce jeudi 27 juin, a été la cible de plusieurs tirs dans la nuit de mardi à mercredi.

Deux impacts de balles ont été retrouvés sur la vitrine.

Constatations et enquête de voisinage sont en cours.

Plus d’informations dans l’ édition du 27 juin 2013 de Corse Matin.

Les commentaires des lecteurs de Corse Matin ne semblent guère condamner cet acte haineux envers la diffusion de la religion de la charia sur l’Ile de beauté.

Parmi eux on lit un odieux  »basta le halal » ; un délirant « à quand la mosquée ? » ; et un dépréciatif « regardez ce qu’est devenu Marseille » et d’autres commentaires peu versés dans l’interculturalité, tombant sous le coup de la loi que nous ne pouvons retranscrire.

Toujours est-il que les Corses semblent se replier frileusement sur leur identité millénaire en refusant d’ouvrir leur ile à la richesse de la culture islamique comme le fait avec grand succès la métropole.

(Observatoire de l’islamisation)

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 28/06/2013

Bien sûr que l’île ne s’ouvrira pas à l’islam !
Que croient donc les muslis ? 

La retranscription n’a pu être faite, sans doute ,faute d’interprètes.  

Les Corses ne veulent pas des musulmans parmi eux,  comme en témoignent toutes les tours gênoises toujours entretenues.

______

publié en premier le 29/06/2013

Pas De Dhimmitude Française En Corse.

arabi fora

La Corse est aux Corses !

Qu’auraient dû répondre les Ajacciens traités de « sales Corses de merde » ?
Selon des témoins de l’attaque des pompiers aux Jardins de l’Empereur à Ajaccio, les agresseurs de ces derniers ont crié en montant dans leur camion :

« Sales Corses de merde, cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ici ! ».

Dire à des Corses qu’ils ne sont pas chez eux en Corse revient à dire à l’ensemble des Français qu’ils doivent dégager…

de leur propre pays !

C’est en réponse à ces propos inqualifiables et clairement xénophobes que les Corses ont légitimement remis les racailles du quartier à leur place par des :

« nous sommes chez nous ! ».

En janvier 2015, le drapeau français du fronton d’une école maternelle de ce même quartier des Jardins de l’empereur, « un quartier à forte population d’origine maghrébine » précisait « l’Express », avait été décroché puis brûlé avant d’être remplacé par un drapeau marocain.

Quant à la « mosquée » soi-disant « profanée »,
il s’agit en réalité d’une SIMPLE SALLE de prière.

(il n’y a pas de mosquée en Corse !)

C’est donc un lieu tout ce qu’il y a d’ordinaire, non consacré donc non sacré, où l’intrusion musclée des Corses excédés par la provocation et l’agression barbare de pompiers entraînés dans un guet-apens, lapidés et tabassés par une bande de sauvages armés de battes de base-ball et de barres de fer NE saurait donc être assimilée à une profanation.
D’ailleurs, en islam il ne se pratique pas de rite de consécration pour une nouvelle mosquée, une mosquée n’est donc pas un lieu sacré.
CQFD.

Une pièce recyclée dans laquelle des personnes viennent pratiquer la prière ne peut être qualifiée de « mosquée » au sens de lieu de culte dédié, sauf à considérer que les salles de repos des machinistes RATP où certains déroulent leurs tapis sont elles aussi des « mosquées » !

Cazeneuve a évoqué des « exactions intolérables, aux relents de racisme et de xénophobie qui ne sauraient rester impunies ».
Faisait-il allusion à l’insulte raciste de « sales Corses de merde » lancée par des membres de la population maghrébine du quartier ?
On en doute.

Quant à Christiane Taubira, soudainement empressée de faire son travail et s’interrompant dans ses célèbres rêveries poétiques, elle a menacé :

« la lumière sera faite, les auteurs en répondront ».

On ne sait trop là encore si cette menace vise les délinquants racistes agresseurs de pompiers ou les Corses victimes de racisme sur leur propre sol…

Au Parti de Gauche, il a été réclamé de :

« mettre hors d’état de nuire ces racistes.
Ces actes viennent alourdir le climat identitaire qui se développe dans le pays plus particulièrement à l’encontre de nos concitoyens musulmans ou supposés tels 
».

Le racisme provenant des racailles maghrébines et supposées musulmanes, lui, reste acceptable.

Le président du « SDIS » (Service Départemental d’Incendie et de Secours), « Pierre Salinesi », a expliqué qu’à la suite de cette énième attaque sur des pompiers, ceux-ci :

« porteront d’ailleurs toujours la tenue d’incendie, celle qui protège le plus, et qu’ils ne se déplaceront plus seuls [dans le quartier du Jardin de l’Empereur].
Même pour les secours à la personne.
Les forces de l’ordre les accompagneront systématiquement 
».

On le voit, les Français sont tenus de s’habituer à vivre dans le danger permanent, à le considérer comme normal, comme faisant partie de leur ordinaire.
La justice faisant montre d’un laxisme particulièrement complaisant vis-à-vis de la racaille et dangereux vis-à-vis des citoyens ordinaires qu’elle vise, des citoyens qui se voient contraints malgré eux de devoir se rendre justice eux-mêmes.
Si les services compétents faisaient ce pour quoi ils sont là et pour quoi ils sont payés, la délinquance y aurait certainement moins sa place et deux pompiers ne se trouveraient pas, à l’heure qu’il est, en arrêt de travail suite à leurs blessures.

Mais pourquoi permettre et encourager cette mise en danger du peuple français ?

Pourquoi les autorités font-elles tout pour favoriser cette situation explosive ?

Quel intérêt ce régime peut-il bien y trouver si ce n’est introduire la peur et la psychose afin que les Français en soient réduits à demander toujours plus de mesures sécuritaires ?

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com   du 27/12/2015

Tenez Bon, Courageux Frères Corses…

corse-

Drapeau De La Corse
libérée des Maures.

Il convient de ne pas oublier que les Corses ont payé très cher, en milliers de captifs, esclaves, jouets sexuels, le fait d’être géographiquement proche des Califats.

Et cela pendant une bonne dizaine de siècles,  jusqu’au milieu du 19è pour être précis ! Leur emblème d’origine résume très bien cette mémoire douloureuse.
Le Maure captif à son tour, c’est le problème réglé.

Quiconque est allé faire un tour chez eux ne pouvait ignorer qu’un jour ou l’autre, la contagion de la vermine continentale les toucherait et qu’alors, leur refus serait, en toute logique, ce à quoi nous assistons depuis nos minarets et nos coupoles, nos quartiers en charpie, nos territoires perdus et notre pays très malheureux.

Les Corses n’ont pas mis longtemps à comprendre ce qui se cache derrière les « protections », par les musulmans, du culte fondateur de la France.
Vingt-cinq ans après le voilage des collégiennes de Creil, l’Islam en mouvement déploie une stratégie nouvelle servie par des tactiques adaptables comme le sont, pérennes, le porc dans les cantines, les horaires de piscines, la polygamie officiellement tolérée, les feux de voitures, le « caillassage » des gens utiles, etc, etc.

Lens et Béziers sont ainsi les deux premières places d’un siège de citadelles à prendre en priorité.
Lens parce que sise dans une région déjà en grande partie conquise,
Béziers parce que la résistance à l’islamisation s’y incarne sous les traits d’un homme courageux, lucide et déterminé, « Robert Ménard ».

Lens, donc :
Asseoir doucement, maternellement, le succès en zone contrôlée, comme on enfonce un suppositoire à l’eucalyptus dans le derrière d’un enfant sous le regard attendri d’une nounou ressemblant à « Martine Aubry ».
Béziers : mettre la force au service de l’intrus, et foncer sous les bannières de Frères Musulmans grimés en vestales du temple à détruire quand le temps en sera venu.

Le projet est global.
Une décision a été prise, quelque part en France ou ailleurs dans le monde islamique.
Nous sommes les témoins, depuis les messes de minuit de l’an 2015, de sa mise en oeuvre.

Bien que plutôt jacobin et plein patriote français, je me sens Corse-en-révolte, ce 26 Décembre au soir.
Et s’il fallait une raison de plus de prendre parti pour les citoyens ulcérés, humiliés, d’Ajaccio, la palinodie elle aussi logique, hélas, de « Jean-Luc Mélanchon » apporte de l’eau à ce moulin de la colère.
(http://melenchon.fr/2015/12/26/corse-la-tristesse/)
0_testa_mora

Le Maure Vaincu

Yeux bandés, tête sur une pique !

 

Tenez bon, frères Corses dans notre bonne nation latine.
Nous nous battons, vous et nous, pour la même fondamentale liberté de l’esprit.
Et puis, il y a cent ans, se préparait, loin d’Ajaccio et de ma Gascogne, une bataille qui nous unit pour toujours charnellement.

N’oublions jamais cela.

Ailleurs, c’est l’accessoire.

Jean Sobieski

http://ripostelaique.com   du 27/12/2015

La Corse Vue Depuis Le Continent !

mosqueeajaccio 

Salle de prières musulmanes
devastée sans blessés !

Comme cela s’est déjà produit des milliers de fois en France, des pompiers ont été agressés, suite à un guet-apens, dans la nuit de Noël, à Ajaccio.
Tout le monde sait que dans notre pays, quand des actes de violence sont commis contre les soldats du feu, les coupables sont 99 fois sur 100 (et encore) des jeunes racailles maghrébines.
(http://www.lepoint.fr/societe/deux-pompiers-et-un-policier-blesses-apres-un-guet-apens-a-ajaccio-25-12-2015-2005242_23.php)

Qui aurait pu envisagé, il y a trente ans, que les pompiers, ces héros de l’imaginaire de notre enfance, qui risquent leur vie pour sauver la nôtre, pourraient être systématiquement attaqués, et que les agresseurs, dans la France de Hollande, Valls, Cazeneuve et Taubira, bénéficieraient systématiquement de la clémence des autorités… quand ils sont arrêtés ?

Sauf que cette fois, dans une ambiance particulière, en Corse, deux événements viennent de se dérouler.
D’abord, six cents manifestants ont protesté contre cette agression, véritable guet-apens, donc acte de guerre, où deux pompiers et un policier ont été blessés.
Mais trois cents d’entre eux ont convergé vers la cité de l’agression, voulant en découdre avec les racailles.
(http://www.fdesouche.com/684143-pompiers-agresses-ajaccio-au-moins-300-personnes-font-une-descente-dans-la-cite)

Pour une fois que ce sont les voyous maghrébins qui sont attaqués, et les Gaulois qui redressent la tête, nous n’allons pas bouder notre plaisir.
Apparemment, une salle de prières musulmane aurait subi quelques dégâts, ce qui montre par ailleurs que les Corses ont parfaitement fait le lien entre la délinquance qu’ils subissent et la religion des racailles. Surtout que certains élus locaux, loin de désavouer l’opération, ont réagi d’une manière politiquement incorrecte, comme le président du « Sdis » de Corse-du-Sud « Charles Voglimacci ».

« Je dis aux individus de ce soir, les pseudo courageux, que nous ne sommes pas dans certains quartiers du continent où règnent la terreur et le chaos.
Ici c’est Ajaccio et nous ne laisserons personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville.
Si cela les indispose, ils sont libres de partir ».

Dans ce contexte, où, faut-il le rappeler, la France est en guerre, dixit Hollande, Manuel Valls a montré une fois encore l’ampleur de sa dhimmitude, dans un « tweet » scandaleux où il ose renvoyer dos-à-dos l’agression des pompiers et des policiers, qui auraient pu coûter des vies, et le saccage d’une salle de prière, qui n’est qu’une opération de colère et de représailles – dont on peut discuter de l’opportunité – suite à une agression inqualifiable.

vallscorse

Notons par ailleurs que les trois blessés corses de la nuit de Noël ne lui avaient pas donné envie de twitter…
Par ce texte, il montre le peu de cas qu’il fait de la sécurité de ses hommes,
et sa lâcheté devant les musulmans.

Faut-il rappeler à notre Premier ministre, auteur de ce relativisme crapuleux, que nos pompiers jouent un rôle indispensable dans la société Française, alors que, dans les mosquées, les musulmans apprennent à respecter le Coran, qui demandent juste aux soldats d’Allah de tuer tous les infidèles, rien de moins…

Faut-il rappeler à notre Premier ministre, qui ose demander aux Corses de respecter la loi républicaine (quelle insulte que ce mot dans sa bouche) que la première fonction d’un gouvernement est de protéger ses compatriotes, ce que ce régime n’est pas capable de faire. Donc, quand l’Etat est défaillant, il est légitime que les citoyens pallient ces lacunes et se protègent eux-mêmes.

Donc, notre dhimmi de premier ministre, véritable fasciste déguisé en socialiste, renvoie également dos à dos les racailles maghrébines qui ont agressé les pompiers et les citoyens corses qui, excédés de tels actes sur leur île, décident de châtier les coupables.
Intéressant, mais tellement révélateur de l’idéologie socialiste où le cambriolé qui se défend se retrouve en prison suite à la plainte de son voleur.

C’est par ailleurs, à notre connaissance, la première fois que des Français en colère attaquent physiquement une salle de prière musulmane, et cela révèle que le contexte est en train de changer dans notre pays, et que nos compatriotes en ont marre de l’islam, de ses mosquées, de ses voiles, de son halal, de ses voyous et de ses crimes.

Si nous avions un gouvernement digne de ce nom, il préciserait que la France est en guerre contre les soldats d’Allah, et que les mosquées étant leurs casernes (dixit « Ergodan »), il les fermerait toutes, ce qui serait un acte de légitime défiance nécessaire.

On peut s’attendre, dans les heures qui vont suivre, à une instrumentalisation de ces événements, de la part de tous ceux qui ont enfumé les Français au lendemain des attentats de Charlie et du Bataclan.
La victimisation musulmane va battre son plein, et les Corses vont être stigmatisés et qualifiés de racistes.

Pourtant, comme le disait le blogueur algérien « Aldo Stérone », évoquant le FN, les Corses, « remontent le pantalon des Français » et montrent à nos compatriotes que la peur doit changer de camp malgré les traîtres qui nous dirigent et qui protègent les racailles.

Par ailleurs, nous tenons à la disposition des pleureurs le nombre d’agressions d’églises, en 2015, et, nous pouvons dire que, même avec les événements d’Ajaccio, les mosquées sont encore loin derrière, quoi qu’en dise le CCIF.
(http://www.valeursactuelles.com/societe/673-atteintes-aux-lieux-de-cultes-chretiens-en-2014-52320)

Paul Le Poulpe

http://ripostelaique.com du 26/12/2015

Pendant La Nuit De Noël A Ajaccio !

pompiers

« Agression honteuse à Ajaccio »

Deux pompiers et un policier ont été blessés après avoir été piégés lors d’une intervention à Ajaccio, en Corse.

Deux pompiers et un policier ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d’une intervention pour un incendie « volontairement allumé pour (les) attirer (…) dans un guet-apens » dans une cité d’Ajaccio, a annoncé la préfecture.

En fin d’après-midi jeudi, dans le quartier dit des Jardins de l’empereur, les forces de l’ordre et les services municipaux avaient procédé à l’enlèvement préventif de « 400 palettes de bois, une tonne de pneumatiques et un engin incendiaire », précise le sous-préfet « François Lalanne » dans un communiqué.

Mais au cours de la nuit, vers 00H30, « un incendie a été volontairement allumé sur le terrain du +Citystade+ aux Jardins de l’empereur pour attirer les forces de l’ordre et les pompiers dans un guet apens en leur jetant des projectiles et en s’en prenant directement aux sapeurs pompiers », poursuit M. Lalanne.

« De nombreux jeunes encagoulés »

Deux pompiers ont été « sérieusement » blessés par des éclats de verre après des « agressions physiques » au cours desquelles des vitres de leur véhicule d’intervention ont été détruites, toujours selon le sous-préfet, qui évoque « de nombreux jeunes encagoulés » impliqués dans les échauffourées.

L’intervention des forces de l’ordre, au cours de laquelle un policier a, à son tour, été « légèrement » blessé, a duré jusqu’à 02H45, heure à laquelle le calme est revenu dans le quartier.
Une batte de baseball, des clubs de golf et une bouteille d’acide ont été saisis, mais aucune interpellation n’a eu lieu.

« Plusieurs éléments d’identification utiles ont été recueillis »,

précise toutefois Monsieur « Lalanne ».

« Soutien total et fraternel aux pompiers agressés à Aiacciu ».
« Vargogna à quelli ch¿anu fattu què » (« Honte à ceux qui ont fait ça! »),
a réagi sur Twitter le tout nouveau président du Conseil exécutif de Corse, « Gilles Simeoni ».

« Aggressione vergugnosa in Aiacciu » :

« Solidarité sans faille avec les pompiers »,

a de son côté tweeté « Jean-Guy Talamoni », président de l’assemblée de Corse.

 

http://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/   du 25/12/2015

 

Un « Modèle » De Journalisme A Fuir !

Daesh FN

La dernière cartouche inepte :

et , même combat !

Le premier a avoir avancé, sans trembler du menton, que « Daech vote Front National » n’est autre que Renaud Dély, le rédacteur en chef de « L’Obs », plus ou moins placardisé il est vrai, et que plus grand-monde ne prend au sérieux.
Sur France Inter le 19 novembre, il trouvait déjà « quelques convergences de vue entre le FN et les terroristes ou du moins, quelques indices troublants ».

En effet, en voulant « bordéliser » la vie politique, le Front National ferait le jeu de la division et donc… de Daech.
CQFD.

« Alors, certes, on ne dira pas que le FN vote Daech, non bien sûr.
Mais en revanche, ce qui est clair, c’est que Daech vote FN »
,

conclut Dély.

Mais le journaliste n’en est pas resté là.
Le 4 décembre sur le site de L’Obs, il récidivait en jugeant que le FN, en faisant référence à Charles Martel, refusait aux musulmans le droit d’être « des Français comme les autres ».
De quoi « attiser les germes d’une guerre civile dans l’Hexagone.
Un dessein qui apparaît en tous points comme le miroir de celui de… Daech ».

Conclusion ?
Le Front National avec ses « diatribes racistes et ses vitupérations xénophobes » sert « avec zèle » d’« agent recruteur aux djihadistes ».
« Raison pour laquelle, tout à son ambition de déstabiliser la démocratie en France, Daech vote Front national.
Qui le lui rend bien »,
ajoute l’auteur.
Mettre à plusieurs reprises sur un même plan un parti démocratique et une bande d’assassins ne pose évidemment aucun problème déontologique à notre journaliste qui se scandalise par ailleurs de voir Marion Maréchal-Le Pen « souiller » l’historien Marc Bloch en le citant.

Malheureusement, Renaud Dély n’est pas un cas isolé.
Après le « choc » du premier tour, d’autres journalistes ont commencé à reprendre ce discours, probablement dans l’idée de terroriser les électeurs FN en vue du second tour.
Dans son édito du 6 décembre sur « Rue89″ (qui appartient à « L’Obs ») « Pierre Haski » estimait que Marine Le Pen pouvait, au lendemain de son succès au premier tour des régionales, remercier deux acteurs politiques :
le groupe Etat islamique et François Hollande.

Pour « Haski », les attentats du 13 novembre ont « avantagé le parti qui prône la plus grande fermeté » et qui « distille depuis toujours un discours anti-islam pernicieux ».

« C’est exactement le calcul que pouvait faire Daech qui, selon tous les experts, cherche à provoquer la guerre civile, ou du moins de fortes tensions entre Français musulmans et non musulmans »,

ajoute-t-il.

Et comme « des régions présidées par le Front national, c’est plus de discriminations, de stigmatisations, de xénophobie », le parti frontiste se retrouve ici l’allié objectif, voire le complice, de l’État islamique !

Pour finir, citons un article de « L’Express » du même cru, qui pourrait être érigé en modèle de « manipulation par approximation ».
L’article est titré :

« Pour Daech, le FN a raison : les musulmans n’ont rien à faire en France. »

Comment le site de l’hebdomadaire compte-t-il s’y prendre pour faire passer cette (énorme) pilule ?
En citant des « spécialistes », bien entendu.

Sauf que le principe même du recours aux « experts » consiste, justement, à nommer ces experts, ce que « L’Express » se garde bien de faire.
Au début de son papier, « Jérémie Pham-Lé » affirme que :

« selon plusieurs spécialistes [sic], l’organisation Etat islamique (EI) se réjouit de la progression du vote frontiste, constatée lors du premier tour des régionales ».

Quels spécialistes ?
Le lecteur n’en saura rien.

Plus loin, il explique que :

« pour plusieurs spécialistes [re-sic], il existe un lien de dépendance entre les extrêmes, politique et religieux.
Lesquels s’alimenteraient entre eux à travers leurs idées discriminatoires »
.

Enfin, toujours d’après ces spécialistes fantômes, on nous apprend que :

« le FN et l’EI partagent quelques valeurs communes mêmes s’ils sont, en apparence, radicalement opposés ».

Quelles valeurs communes ?
Là encore, mystère.

Mais l’article vire vite à la farce.
En effet, la source principale qui fournit le fond du papier, ainsi que son titre, n’est autre que deux « partisans de Daech »… anonymes eux aussi !
Pour ces derniers, cités par « David Thomson », une victoire du FN pousserait les musulmans « à faire la hijra [émigrer en terre d’Islam, comme la Syrie, NDLR] ».

Et « Nicolas Hénin », journaliste ex-otage probablement atteint du syndrome de Stockholm, d’ajouter que :

« Pour les djihadistes, le FN a raison quand il dit ‘la France aux Français’.
Selon eux, les musulmans n’ont rien à faire dans une société occidentale comme la France, jugée terre de mécréants.
L’EI a tout intérêt à ce que les musulmans se sentent de plus en plus mal à l’aise ».

Ne cherchez pas d’autres sources, il n’y en a aucune.

L’État islamique n’ayant jamais communiqué sur le Front National, l’article de « L’Express », avec son titre racoleur, n’a eu d’autres choix que d’avoir recours à des « spécialistes » anonymes et à des témoignages tout aussi anonymes, tous probablement sortis de l’imagination du rédacteur, pour entretenir cette idée en vogue :
Daech et le FN, même combat !
Un modèle de journalisme…

Une question reste en suspens :
A quand une campagne médiatique pour dévoiler l’alliance historique secrète
entre le Ku Klux Klan et Malcolm X ?

La dernière cartouche de la propagande médiatique : Daech et FN : même combat !

« Toujours pas de communiqué de l’EI pour revendiquer et se réjouir des résultats du premier tour… »

http://www.ojim.fr   du 25/12/2015

Noël, Il Est Né Le Divin Enfant !

Noël

Venite Adoremus.

 

Passez une belle et sainte fête de Noël !

 

§§§§§§

 

Image de prévisualisation YouTube

Un Noël Spécial à Montréal

 

§§§§§§

 

Assurer Suffit-Il A Rassurer Les Gens ?

heilige-nacht-300x300

Noël… et le Nouvel An
sous haute surveillance !

Effectifs renforcés, « patrouilles dynamiques », « barriérages » aux abords de certains lieux de cultes…
Après les attentats du 13 novembre et à l’approche des fêtes,
l’ensemble des dispositifs de sécurité ont été renforcés.

Plus d’un mois après les attentats de Paris,
les mesures de sécurité n’ont jamais été aussi fortes.

Mardi, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a répété que « tout (était) fait » pour protéger les lieux de culte et les paroissiens.
Quelques jours auparavant, Bernard Cazeneuve avait déjà envoyé une note aux préfets et aux directeurs de police et de gendarmerie destinée à mettre en place un dispositif de sécurité renforcé dans les églises.
Noël, estimait le ministre de l’Intérieur, pourrait être une cible d’une « exceptionnelle force symbolique » pour des terroristes.
Avant les premiers offices de Noël, le « JDD » passe en revue les dispositifs en place.

Sécurité « démultipliée »
autour des églises.

Avec près de 45.000 églises catholiques (dont un certain nombre sans activité), la France détient un patrimoine cultuel chrétien important.
Cette année, ces dispositifs sont « démultipliés », explique au « JDD » « Philippe Lavenu », secrétaire national de la section Île-de-France du syndicat de police Alliance.
Concrètement, pour les églises et basiliques les plus affluentes, des opérations de filtrage et des fouilles seront effectuées à l’entrée.
Certains lieux de cultes d’ampleur feront également l’objet d’un « barriérage » à leurs abords, destiné à éviter les voitures-béliers.
Enfin, la cathédrale de Notre-Dame de Paris fera l’objet d’une attention particulière.

« Tout le parvis de Notre-Dame de Paris sera vidé pendant l’office »,

prévient « Philippe Lavenu ».
Côté effectifs, Bernard Cazeneuve compte s’appuyer sur des « patrouilles dynamiques », des équipes de police mobiles, chargées d’opérer des rondes et des contrôles aléatoires, notamment dans les lieux les moins fréquentés.
A l’inverse, des « points fixes » seront établis devant des lieux de culte le temps des offices les plus fréquentés.
Des dispositifs déjà utilisés pour protéger les synagogues depuis les attentats contre l’Hyper Cacher, en janvier.
En revanche, « aucune mesure particulière » n’a été prise concernant les mosquées, indique le syndicat de police Alliance.

« Tout le monde sur la brèche » pour le réveillon aux Champs Élysées
Après de longues hésitations de la part des autorités, le rituel du réveillon de la Saint-Sylvestre sur les Champs Élysées aura bien lieu, comme l’annonçait le « JDD ».
L’an dernier, près de 650.000 personnes s’y étaient retrouvées pour admirer le feu d’artifice tiré depuis l’Arc de Triomphe.

(Qui Paie ?)

saint-sylvestre

Le 31 décembre, « tous les policiers vont être sur la brèche », résume « Philippe Lavenu », qui indique que pour le secteur de l’Île-de-France, 80% des effectifs de police (soit le taux maximal prenant en compte les jours de repos hebdomadaire des fonctionnaires) seront mobilisés.
Avec, là encore, des patrouilles dynamiques et des points fixes.

« Aucun congé » pour
la Saint-Sylvestre

En première ligne depuis les attentats de janvier et la mise en place de l’état d’urgence, les forces de police s’efforcent de tenir la cadence.

Avec un risque de fatigue physique et morale toujours plus pressant.
A Paris :

« le ministère nous a demandé de ne poser aucun congé le 31 décembre ».
« Certains de nos collègues aimeraient aussi se reposer en famille. »

témoigne « Philippe Lavenu ».
En dehors du contexte post-attentat, les policiers doivent également assurer les missions du quotidien.

« Où est-ce que l’on trouve les effectifs pour faire tout cela ? »,

s’interroge l’officier.
Une question à laquelle le ministère de l’Intérieur compte bien répondre par la mise place d’un concours de recrutement exceptionnel en mars 2016.
« Une bonne chose » pour Philippe Lavenu, qui nuance néanmoins :

« En comptant le temps de formation, ces renforts n’arriveront qu’en septembre 2017.

D’ici là… »

Axel Roux

http://www.lejdd.fr   du 24/12/2015

« Vae Victis », Disait-On A Rome !

humour (1)

« Malheur aux vaincus ! »

Un jour, un aïeul « d’Astérix », le chef gaulois « Brennos », a dévasté Rome.
Le perdant s’est mis à chipoter sur le montant de la rançon à verser pour calmer le gagnant.
Le Gaulois, toisant le Romain, a augmenté la somme, du seul droit du vainqueur, en prononçant l’historique (?) apostrophe.

Sous tous les cieux, sous toutes les latitudes, à toutes les époques, dans tous les pays, le droit du vainqueur prime le droit du vaincu.
Dans tous les pays ?
Non !
2.400 ans après Brennos, un petit pays résiste.
Dans ce pays, les vainqueurs sont rabroués et les vaincus tiennent le haut du pavé.
On appelle cette étrange coutume « l’exception française » !

Voyez le premier tour des régionales :
L’incontestable vainqueur, c’est le Front National.
Eh bien, ce n’est pas lui qui, au deuxième tour, est ceint de la couronne de laurier, mais ses adversaires battus.
Lui, le vainqueur dans le cœur de près de sept millions de Français, va se faire cuire un œuf.
« Vae victis » ?
Mon œil !

Nord, Sud et Est, trois régions.
Là encore, dans chacune, le gagnant haut la main est le Front National.
Panique à bord !
Les farouches ennemis d’hier aujourd’hui s’embrassent sur la bouche !

« Ah ! Que je t’aime »,

dit Bertrand à Hollande.

« Ah ! Que tu es belle »,

avoue Estrosi à Taubira.
Dans l’Est, c’est encore plus cocasse :
Les socialistes de la liste socialiste supplient les socialistes de ne pas voter socialiste, mais à droite, mais pas trop !
Les « zeureux zélus », la larme à la paupière, n’arrêtent pas de remercier ceux auxquels ils se sont, toute leur vie, opposés.
« Vae victis » ?
Mon œil !

Et puis voilà Bartolone !
Encore lui !
Le « saigneur » du 9-3.
Depuis sa somptueuse villa de « prolo » à deux millions d’euros, il rêvait de Paris, du Grand Paris, de l’immense Paris, où il aurait pu appliquer les méthodes qui ont si bien plombé sa Seine-Saint-Denis désormais ruinée, paupérisée, médiocrisée.
Le rêve s’est fracassé sur une mèche blonde retenue par un serre-tête.
L’Île-de-France a refusé le maquignon.
Plus vaincu que Bartolone, ce dimanche 13 décembre, y a pas !
Eh bien, ses copains l’ont acclamé pour qu’il remonte au perchoir.
« Vae victis » ? Mon œil !

Ce même Bartolone, tel un « Torquemada » de ruisseau, a fustigé d’un doigt vengeur et Neuilly et Versailles.
À l’image d’un vulgaire « Bouteflika », qui bave sur la France et vient se faire soigner au Val-de-Grâce en y laissant une ardoise, Bartolone, pour un pet de travers, se fait hospitaliser à Neuilly, Hôpital américain, s’il vous plaît.
Un individu dépourvu d’une certaine morale, vous dis-je.

Défaite = Victoire…
novlangue…
1984…
« Orwell ».

Brennos, reviens et vire-moi tous ces clowns tristes et remets la pyramide à l’endroit pour qu’enfin on puisse hurler pour de vrai « Vae victis » et reconstruire avec les vainqueurs.

Yannik Chauvin

http://www.bvoltaire.fr   du 23/12/2015

Où Est Passé Notre Noël Traditionnel ?

solitude-suicide

Reste la solitude après la fête !

Fin des crèches, du père Noël et de la galette des rois…

Il fut un temps où le monde était simple,
et le bonheur aussi sans doute.

Pour peu qu’on fût croyant, et même si on ne l’était guère, deux grandes fêtes marquaient l’année :
Noël et Pâques.
Le petit Jésus naissait à la première et s’offrait pour racheter nos péchés à la seconde.

Globalement, cela a duré au moins 16 siècles.

Dans ma petite enfance familiale, l’Avent et le Carême avaient un sens.
Pénitences enfantines, on rendait à maman le carré de chocolat du goûter, et l’on essayait de ne pas se chamailler avec les frères et sœurs.
Un cadeau à Noël (pas 36 !), une poupée pour toute l’enfance, le temps béni de désirer et de s’émerveiller…

Ce temps passe aujourd’hui pour terriblement sectaire et rétrograde, « fascisant » diront même certains.
Le grand brassage « multiculturel » est passé par là, censé nous apporter le sens de la fraternité.
Pas si simple, car pour accepter l’autre, il faut être assuré de ce qu’on est soi-même.
Pour goûter les autres cultures, connaître déjà la sienne et l’aimer.
Au lieu de cela, nous prétendons détricoter ce qui a mis des siècles à nous construire.
Dans la marmite où bouillonne non pas la potion magique mais le brouet des sorcières, on jette en vrac la crèche, le sapin, le bonnet rouge du père Noël, la fève de la galette…
On passe la chrétienté au tamis, on rajoute du E142 pour faire plaisir à l’islam et on noie tout cela dans un vaste bouillon de laïcité avant de passer le ragoût au mixeur.

C’est imbouffable !

Les « braves gens » du « Secours populaire » offrent chaque année à Noël des cadeaux aux nécessiteux.
Ce qu’ils ont fait ce lundi dans la « jungle » de Calais.
Émanation du PCF, on imagine que le Secours populaire ne fête pas la naissance de Jésus.
Peut-être celle de Staline, le « petit père des peuples » ?
D’aucuns signalent, en outre, que leurs « pères Noël » sont vêtus de vert et se demandent :

« est-ce pour ne pas froisser les musulmans ? »

Peut-être.
Ou pas.
Car avant d’être récupéré par Coca-Cola, le père Noël scandinave était en habit vert.
Qui le sait ?
C’est la couleur des origines, mais elle est désormais estampillée « barbus » pour un Noël halal…

Autres polémiques :
Après la guerre des crèches qui blessent le regard des laïcards, celle des « galettes des rois ».
Elles sont désormais interdites dans nombre de cantines au motif, là encore, qu’il faut respecter une stricte laïcité.
Sauf que le partage de la galette n’a rien à voir avec la religion !
Elle faisait partie des célébrations autour du solstice d’hiver, les « Saturnales » de l’époque romaine, jour de grand partage où étaient abolies toutes les barrières sociales.
Les chrétiens l’ont donc empruntée aux « barbares » pour la manger au jour de l’Épiphanie, le 6 janvier, en souvenir des rois mages venus offrir les cadeaux à l’Enfant-Jésus.

Et la fève, là encore, n’est pas une tradition chrétienne mais un rituel païen :
Symbole de fécondité, elle contient comme l’œuf un embryon, est le premier légume du printemps et représente le renouveau.
Néanmoins, si nos présidents perpétuent à l’Élysée la tradition de la galette, celle-ci ne contient pas de fève.
« Par tradition républicaine », cette fois :
Le président de la République ne veut pas risquer d’être couronné roi !
Et offre donc la « galette de l’Égalité », nommée ainsi par la Révolution.

Enfin, dans la tradition, celui qui gagnait la fève devait payer la tournée…
Et comme on sait, ce n’est pas le genre de la maison :
Si la République aime la galette, c’est pour la collecter, rarement pour la partager…!

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr    du 23/12/2015

Les médias ne parlent de Père Noël que pour les clowns se produisant dans les rues ou les grandes surfaces…et encore.
Sinon, c’est de plus en plus souvent, le bonhomme rouge…ou vert, selon son optique politique.

Les U.S.A. Jouent Trop Avec Le Feu !

islamistes

Daech abrité aux Etats-Unis ?

L’exfiltration des chefs de DAECH vers les Etats-Unis.
Compte tenu du succès remarquable de l’intervention russe en Syrie, l’Empire anglo-sioniste contre-attaque.
La question était de savoir comment et quand.
Nous connaissons aujourd’hui deux débuts de réponse.

1- Le 24 novembre 2015, l’Armée de l’air turque a délibérément abattu un avion de combat russe SU-24, même s’il était absolument évident que cet avion ne représentait aucune menace pour la Turquie et pour le peuple turc.

2- Dimanche soir, 6 décembre 2015, la coalition « internationale » avait commis un acte d’agression contre une base de l’armée régulière syrienne dans la région de Deir Ezzor, dans l’est du pays.
Ils auraient tué trois soldats syriens et en auraient blessé 13 autres.

Les États-Unis et l’Otan se sont immédiatement approprié l’attaque contre le bombardier russe, en apportant leur plein soutien à la Turquie.
Par contre, ils ont totalement nié l’attaque contre la base militaire syrienne.
En fait, l’armée américaine a mené un raid aérien contre cette base car elle abrite l’élite des forces spéciales russes (Spetsnaz) qui avaient découvert un projet secret de la CIA pour exfiltrer les hauts dirigeants Daéchiens du Moyen-Orient vers le Tennessee, aux USA.

« Les appareils de la coalition internationale ont tiré neuf missiles, dimanche soir, en direction du camp militaire »,

a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères, dans un communiqué repris par la télévision nationale. Une source militaire syrienne a confirmé que des frappes avaient eu lieu entre 20 h et 21 h dimanche et qu’elles avaient atteint un camp d’entraînement militaire.
Des dépôts d’armes ont été bombardés et deux tanks ont été endommagés, mais les véritables cibles, des Spetsnaz russes, n’ont pas été atteintes.
Damas a vivement réagi en accusant « la coalition menée par les États-Unis » de cette « agression flagrante » qui « viole de façon criante la Charte des Nations unies ».

L’observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH, pro américain) a confirmé l’attaque.
L’OSDH rapporte également que les frappes ont fait quatre morts et 13 blessés.
Toujours selon l’ONG, il s’agit de la première fois que des frappes de la « coalition internationale » visent des forces syriennes.
Or, jusqu’à présent, les Russes coordonnaient leurs vols, au-dessus de la Syrie, avec les Américains, même si ces derniers ne veulent pas le reconnaître publiquement.
Manifestement, et comme toujours, ceux-ci ne respectent pas les accords conclus et les violent sans hésiter lorsque cela leur convient.

Les États-Unis nient les accusations de Damas
Les États-Unis nient avoir touché un camp militaire syrien.

« Nous sommes au courant de ces informations parues dans la presse, mais nous n’avons mené aucune frappe dans cette partie de Deir Ezzor »,

a déclaré à l’AFP un porte-parole américain de la coalition, le colonel « Steve Warren ».
C’est, évidemment, un mensonge éhonté, puisque même leur allié, l’OSDH, a confirmé l’attaque.

Il s’agit du premier incident de ce genre à être annoncé publiquement depuis que les États-Unis et leurs valets européens et arabes ont entamé leur campagne de faux bombardements aériens contre les djihadistes de Daech.
S’ils avaient touché des cibles russes, comme ils en avaient l’intention, cela aurait pu vite dégénérer, car les Russes ont les capacités d’intercepter et d’abattre n’importe quel OVNI, fût-il américain.
Je pense que, dorénavant, les Russes vont être plus vigilants.

Les États-Unis attaquent des militaires russes qui ont découvert une base secrète de Daech dans le Tennessee

En réalité, quatre avions de combat américains ont lancé neuf missiles sur la base syrienne, le dimanche soir, tuant trois personnes et en blessant treize autres.
Ces attaques sont motivées par la peur que les forces russes, résidant dans cette base, aient découvert un projet « ultra top secret » de la CIA consistant à rapatrier vers les Etats-Unis les dirigeants de Daech pour les former et les entraîner à nouveau, en vue de futures missions, dans un centre secret au cœur de l’Amérique, nommé « « Islamville »« .

Le site américain,« Whatdoesitmean.com », qui rapporte l’information, l’analyse ainsi :

« D’abord, Obama, par cette attaque, cible directement ces forces d’élite Spetsnaz russes en Syrie.
Ensuite, Obama veut cacher le fait que la découverte de cette base militaire islamiste secrète au cœur de l’Amérique, risque de révéler qu’il y a au moins 22 autres bases qui y ressemblent à travers les États-Unis et qui ont été documentées par diverses sources.»

Pire encore, ce rapport met en garde sur le fait que ces bases « connues » qui sont, en réalité, des centres islamistes de formation et d’entraînement militaires pour des attaques ciblées sur les pays musulmans, sont aussi une menace pour l’Amérique.
Le rapport note aussi qu’il y a, aux USA, plus de 2.200 mosquées, dont 75 % appartiennent au «réseau des Frères musulmans», car elles sont officiellement détenues par le « North American Islamic Trust » (« NAIT »), la banque des Frères musulmans aux États-Unis.
(source : http://yournewswire.com/us-kill-russian-spies-who-discover-secret-isis-base-in-tennessee/)

Pourquoi sauver les chefs du DAECH ?
Le commandant des unités de renseignement de l’armée syrienne a fait état de la reddition de près de 5000 hommes armés, qui ont accepté de combattre, désormais, les terroristes de Daech!

Ces ex-rebelles, qui combattaient l’armée nationale, dans la banlieue de Deraa et d’Al-Soueida appartiennent, entre autres, à la milice « Jaïsh al-Harka ».
Les hommes armés ont accepté de combattre Daech, aux côtés de l’armée syrienne, en échange d’une amnistie générale.

Les pourparlers entre l’armée et les miliciens ont débuté, il y a trois mois, sous l’auspice des dignitaires des tribus de Deraa et de Deir ez-Zor, et l’accord, de part et d’autre, était prêt à entrer en vigueur depuis un mois.
Selon les termes de cet accord, les membres de Jaïsh al-Harka quitteront le rif de Deraa et la ville elle-même, pour se rendre à Al-Ghaiteyn dans la banlieue Nord de Homs et aux alentours d’Al-Salmiya, à Hama, où ils devront se battre contre Daech et l’expulser de ces régions…et ce avec l’appui des raids aériens de la Russie.

L’armée syrienne armera aussi ces ex-rebelles et couvrira leur action par des raids aériens.
Ces forces ont déjà libéré trois cités, dans la banlieue de Hama, et elles font marche sur la cité de Mahin, à Homs.

Ces redditions massives s’intensifient de jour en jour, d’où la panique des Américains et de leurs supplétifs islamistes.

Ambroise

http://philippehua.com/2015   du 21/12/2015

La Politique Est Une Bonne Planque !

chirac-vieux

Place aux jeunes !

Pour qui a sonné le glas, ce dimanche, aux clochers de l’Espagne ?
Pour le système bipartite qui structurait la vie politique de nos voisins depuis la disparition du « Caudillo ». Donc pour le Parti populaire – pendant « tras los montes de » notre UMP, et pour le Parti socialiste ouvrier, homologue de notre PS.
De quoi donner à penser à certains, n’est-ce pas, de ce côté des Pyrénées…

La défaite des deux partis qui alternaient au pouvoir depuis 1975 et qui perdent chacun une vingtaine de points par rapport aux dernières législatives est lourde.
Elle débouche soit sur une impasse soit sur une coalition contre-nature entre « gauche » et « droite » puisque aucun des deux n’est plus en mesure de former un gouvernement avec ses seules forces et qu’au demeurant aussi bien « Podemos » que « Ciudadanos » les ont prévenus qu’ils devraient se passer d’eux.
Elle est spectaculaire car il n’y a pas seulement bouleversement du paysage politique espagnol mais simultanément renouveau des idées et renouvellement des cadres, changement du rapport de force et rajeunissement du personnel.
« Alberto Rivera », 35 ans et « Pablo Iglesias », 37 ans, respectivement leaders d’un mouvement fondé il y a neuf ans et d’une organisation qui n’existe que depuis deux ans, incarnent pleinement ce phénomène.
La suite nous dira s’ils ont l’âme aussi bien née qu’ils le prétendent.
« Corneille » écrivait déjà à propos d’un autre héros castillan :

« La valeur n’attend pas le nombre des années. »

L’événement, quoi qu’il en soit, a inspiré « Le Parisien ».
Pris d’extase et victime d’un accès aigu de démagogie « jeuniste », le quotidien y a vu l’occasion de stigmatiser la « gérontocratie » française et consacrait donc hier matin sa une et un dossier intérieur à ces hommes politiques qui sont « accrochés à leur fauteuil ».
Des photos de « Jean-Marie Le Pen », 87 ans, encore eurodéputé, de « Jean-Claude Gaudin », 76 ans, maire de Marseille, « d’Alain Juppé », 70 ans, maire de Bordeaux et candidat à de plus hautes fonctions, de « Laurent Fabius », 69 ans, ministre, et même de « Ségolène Royal », 62 ans, également ministre, illustraient ce qui se voulait une démonstration.
Deux de nos députés, seulement, ont moins de trente ans.
Environ la moitié sont dans la soixantaine et au-delà.
Et notre confrère de citer en exemple la Suède où, paraît-il, le Parti social-démocrate réserve 25 % de ses investitures aux moins de vingt-cinq ans.
Ou de pointer du doigt « Paul Vergès », doyen d’âge du Sénat, à quatre-vingt-dix ans.
Âge canonique en effet, et scandaleux privilège.
A-t-on jamais vu un doyen d’âge plus âgé que ses pairs ?
Que faut-il supprimer, le doyenné ou le doyen ?
La notion ou son titulaire ?

« Le Parisien » est dans l’air du temps, qui est à la dénonciation des cumuls de mandat et à la limitation des parcours politiques, et autres.
L’accroissement incessant et préoccupant de la longévité moyenne multiplie les cas, de plus en plus insupportables, de ces vieillards qui s’obstinent à vivre et à occuper des postes que leurs cadets estiment à juste titre devoir leur revenir et s’engagent naturellement à céder bien volontiers à leurs puînés dès que ceux-ci leur en feront la demande.

Qu’ils soient de droite ou de gauche, nous ne pouvons compter sur nos dirigeants, bénéficiaires et complices d’un système inique.
Il nous faut donc aller plus loin que « Le Parisien », porter le fer dans la plaie et prendre hardiment le problème par les deux bouts.
Rien ne doit arrêter la marche d’une réforme qui n’a que trop tardé.

Parents, enseignants et sociologues s’accordent pour constater l’étonnante précocité de nos enfants qui accèdent de plus en plus tôt à la maturité sans que la société en ait jusqu’à présent tiré les conséquences. La personnalité de l’enfant doit être enfin pleinement reconnue.
L’âge de sept ans, justement dit de raison, semble pouvoir être retenu pour l’accès au droit de vote, logiquement assorti de l’éligibilité.

À l’autre bout de la chaîne humaine, les mesures les plus énergiques et les plus radicales doivent être prises pour empêcher le maintien indu dans leurs postes, leurs fonctions et leurs prérogatives des personnes atteintes par une limite d’âge qui ne comporterait aucune dérogation.

Il convient donc de fixer le seuil d’inéligibilité à cinquante ans.

Le droit de vote serait retiré, en même temps que le permis de conduire, à soixante.

L’hébergement dans une maison de retraite, au besoin médicalisée, serait obligatoire à soixante-dix ans.
L’admission dans une unité de soins palliatifs serait de droit à soixante-quinze et l’euthanasie consécutive serait pratiquée dans des conditions humaines et techniques à déterminer par la loi.

Il faut faire leur place, toute leur place aux jeunes !

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/dominiquejamet/   du 22/12/2015

A tenter, en commençant par rajeunir le gouvernement, appliquer ces lois en descendant minutieusement et rigoureusement dans les classes sociales !
Pas facile dans une France habituée à dissimuler, tricher et magouiller.
Le dernier paragraphe de Monsieur « Jamet » devrait pouvoir être optionnel.

Le Musée des Tissus A Lyon Menacé !

Musée des tissus

Une pétition pour le sauver de la fermeture !

En quelques heures, les Lyonnais et les amoureux de la culture et des tissus se sont mobilisés.

Sur le site « Change.org », une pétition a été lancée pour sauver le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon, menacé de fermeture suite à la baisse des dotations de l’Etat.
Ce mercredi matin, plus de 6000 personnes avaient signé cet appel adressé à « Fleur Pellerin », la ministre de la Culture.

« Le Musée des Tissus de Lyon est une des plus prestigieuses et importantes (sinon la plus grande) institution au monde consacrée aux textiles en terme de qualité comme de quantité.
Il représente le patrimoine textile de la France et est une source inépuisable pour la recherche ainsi qu’un lieu d’inspiration pour la création textile actuelle.
Il doit exister et rester ouvert pour le bien de la ville, de la région et pour le rayonnement de la France »
,

lui indiquent les signataires.

Pour rappel, le Musée des Tissus ne pourrait bientôt plus pouvoir bénéficier du soutien financier de la « CCI » de Lyon.
Cette dernière lui octroyait une somme représentant les 3/4 de son budget annuel.

http://www.lyonmag.com/article/77179/musee-des-tissus-menace-une-petition-pour-le-sauver-de-la-fermeture  du 09/12/2015

PETITION

https://www.change.org/p/madame-fleur-pellerin-3-rue-de-valois-non-%C3%A0-la-fermeture-du-mus%C3%A9e-des-tissus-de-lyon?

 

Droite Et Gauche Se Chamaillent.

nulleau1

Quand Naulleau insulte De Villiers.

La guerre fait rage sur les plateaux télés et radios !
Cette guerre n’a pas pour objet la destruction de l’Etat islamique mais celle qui est menée par les médias contre ceux qui comme « Eric Zemmour » et « Philippe De Villiers » tentent de sauver la nation.
Dans l’émission de « Paris Première » en date du 17/12, nous retrouvons un « Nulleau » qui s’indigne à partir de 11:40.
(http://www.fdesouche.com/682041-philippe-de-villiers-vs-zemmour-naulleau)

Philippe De Villiers est simplement accusé de manifester « un patriotisme douteux » (vers 13:00)…
(« La fin de votre livre appelle à la guerre civile »)
Inspiration « Valsienne » ou ordres directs ?
Médias idiots ou aux ordres ?

Le « Nulleau » s’indigne aussi pour une estimation de 15% de musulmans dans l’armée française.
Cher monsieur Nulleau, regardez les menus sur le site officiel ici :
http://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/materiel-individuel-et-alimentation/rcir

Il y a 50% de repas halal, pas 15%, non 50%, soit 7 menus sur 14.
Donc soit il y a 15% de musulmans qui mangent halal en grande quantité (50% des repas) versus les 85% de Français qui ne mangent que ce qui reste, soit il y a 50% de musulmans dans l’armée.
Reste à savoir pourquoi une partie de l’équipage du Clémenceau s’est mutinée en 1999 alors que des opérations de largage de bombes en Afghanistan chez leurs frères musulmans étaient programmées.

Autrement dit, ils sont musulmans d’abord, français de solde après.

Il y a eu d’autres incidents au même motif depuis, ce qui prouve notre fragilité.
10% d’un équipage qui fait grève sur le Charles de Gaulle et c’est toute une machine qui est bloquée !

Qu’en est-il réellement des effectifs musulmans dans nos forces militaires ?

Qu’en est-il dans la police, la gendarmerie ou les douanes ?

Et qu’en est-il dans les services de sécurité affectés aux aéroports ou sur les chemins de fer ?

On ne saura pas, les statistiques religieuses sont prohibées !
Sauf qu’on retrouve des tapis de prières et des tracts appelant au « Jihad » dans les vestiaires de l’aéroport Charles de Gaulle en 2015 alors que « Philippe de Villiers » en parlait il y a plus de 10 ans.

Voici encore un coupable d’avoir eu raison trop tôt.

Comment sommes-nous arrivés à ce point ?
Voici au moins trois raisons majeures :
1 – De Chirac à Hollande, les grands patrons n’ont eu de cesse de baisser les budgets militaires.
2 – Brandir un drapeau français est devenu ringard.
Sauf quand une andouille le demande pour honorer les victimes de sa politique.
3 – Le métier des armes, qui ne rapportait déjà pas beaucoup, n’a pas été réévalué depuis des années.
Risquer sa vie pour si peu désintéresse les volontaires.
L’armée recrute plus dans les cités que dans la « noblesse » française.
Par noblesse, j’entends des patriotes, ceux qui combattent pour la France, pour leurs enfants, leurs familles, leur histoire, leur culture.

Avons-nous encore une armée française ?
Peut être encore un peu mais nous basculons vers une armée de mercenaires qui n’ont ni notre culture ni notre histoire.
Ils peuvent se battre à condition de recevoir la solde et combattre un ennemi qui n’est pas de leur famille religieuse.

C’est parce Rome s’est dotée de légions de mercenaires qu’elle a disparu.
Il y a eu jusqu’à TROIS empereurs en même temps, chacun désigné par ses troupes.

Il y a de moins en moins de frères d’armes,
il y a de plus en plus de frères musulmans.

Joyeux Noël Chrétien !

Philippe Legrand

Hautes Les Cornes, Sorcier Menteur !

F.HOL.france

Il ne reste plus que le décor !

La France devient chaque jour davantage le village Potemkine de la démocratie.

Derrière la façade des institutions et des discours qui nous abreuvent de leurs grands principes, la réalité d’une oligarchie accrochée à ses pouvoirs se fait de plus en plus pesante.
Non seulement le décor résiste, mais dans ses coulisses, et lorsque le rideau du spectacle électoral tombe, la machinerie du pouvoir restreint un peu plus la vie démocratique.
Le peuple, réduit au rôle de spectateur, a quitté la salle pour parcourir les marchés de Noël.

Les affiches commencent à annoncer le prochain spectacle, celui des présidentielles.
Certains s’emploient déjà à repeindre les décors.
Voulant oublier le premier tour des régionales, celui où l’on choisit, pour le second où on élimine en ramenant le « ni-ni » à un seul « non », on ressort la vieille lune du « grand groupe central » de Giscard.

Face à la montée de la colère d’un peuple qui n’en peut plus de se voir trahi, le racolage à droite toute façon Buisson-Sarkozy a fait son temps :
Ce sera désormais le bunker baptisé « républicain » qui résistera à l’assaut.
Ses occupants n’en bougeront pas.
Ils s’interrogent seulement sur leur chef.
Que les vraies questions du pays,
comme l’immigration,
la destruction de la famille,
la dérive européenne,
la perte de compétitivité,
l’incapacité de réformer,
ne soient pas résolues leur importe peu.

Pour l’emporter, les relais dans la société civile sont puissants.
Un triangle est particulièrement redoutable.
Bien des vaisseaux y ont sombré qui portaient les couleurs de la liberté d’expression.
Des associations politiquement orientées et militantes, mais néanmoins subventionnées, traînent le dissident devant la justice qui condamne éventuellement et la presse annonce le coupable dérapage puis sa juste condamnation.
Elle se fait plus discrète lorsque des juges cessent d’être des censeurs pour être des défenseurs du droit.

« Éric Zemmour », « Renaud Camus » et « Christine Boutin », aujourd’hui même, figurent parmi les victimes de ce traquenard.
J’y ai échappé en gagnant sept procès, mais en perdant mon siège parlementaire, et une bonne partie de mes économies.
« Marine Le Pen » vient d’y essuyer un grain.
Cette fois, la presse a occupé deux des angles.
« Bourdin » a très clairement supposé une communauté de pensée entre le FN et l’État islamique.
Assez logiquement, les responsables politiques insultés ont réagi en soulignant le caractère diffamatoire de la comparaison et en publiant des photos des atrocités de « Daech ».
Immédiatement, le pouvoir a actionné la justice qui a ouvert une enquête.

Valls, qui doit être l’héritier de Don Bazile ou de Torquemada, a fulminé comme il l’avait fait contre… « la Manif pour Tous » avec un sens aigu de l’inversion des valeurs.
Ce qui est monstrueux, selon lui, ce n’est pas d’écraser un homme sous un char ou de le brûler vif, ce n’est pas de comparer un parti qui réunit 7 millions de Français à un groupe terroriste, auquel le gouvernement français fait une guerre bien molle, non, c’est d’oser se défendre en montrant des photos.
La presse dénonce, scandalisée, l’odieux dérapage.
J’avais subi ce mot pour avoir dit la vérité.

Plus que jamais la démocratie et son pilier, la liberté d’expression, sont menacés en France.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr  du 20/12/2015

La position de chacune des mains de F.HOL. signifie :
« Je te jette un sort kaballistique de malédiction ! »
Ce sont les deux mains dirigées vers notre drapeau doublement maudit et notre République est baillonnée, ficelée sous son postérieur !
Pensez y tout au long de 2016, ce n’est pas un bon présage !

Quatrième Dimanche De L’ Avent !

sapin illumine

« Tous-contre-le-FN. »

Monseigneur, vous trahissez la France et l’Église !

Je suis prêtre, et je m’adresse à vous, Monseigneur, en espérant que beaucoup d’autres le feront aussi.

Avec de très nombreux Français et de vrais patriotes, je suis outré du coup d’État digne d’une république bananière en ces dernières élections régionales.
Et un matraquage idéologiquement nord-coréen.

Vous, les évêques « catholiquement corrects », n’avez-vous pas collaboré à cette machination depuis des années en dénonçant la montée d’un FN « populiste » et « xénophobe » ?

Vous avez ainsi calomnié et diabolisé le FN alors que la doctrine sociale de l’Église reconnaît le droit de limiter l’accueil des immigrés selon des conditions précises :
respect du pays,
intégration
et participation au développement !
(Catéchisme de l’Église catholique n° 2241)
C’est vrai que notre pape « François » semble lui-même l’oublier.

Vous avez déclaré le FN comme contraire aux valeurs évangéliques, quand ce sont les représentants FN qui ont le plus soutenu la famille et « la Manif pour tous ».

-Quand ce sont eux les plus nombreux à défendre nos valeurs traditionnelles,
donc la loi naturelle si chère à notre Église.

-Quand la division et la guerre (!) proviennent bel et bien d’une projection-transfert de la gauche fasciste.

-Quand les frontistes sont les seuls à se faire taper dessus depuis des années, et sans aucun profit, tandis que les oligarques et bouffeurs de la France prospèrent en toute impunité !

-Quand les maires FN (« Fabien Engelmann », « Julien Sanchez », « Robert Ménard ») sont largement plébiscités dans leur localité.

-Quand « Marion Maréchal-Le Pen » est incontestablement la plus proche des valeurs évangéliques, au point de nous rappeler notre Jeanne d’Arc nationale.
(Mais celle-ci fut trahie et condamnée par l’évêque « Cauchon » et son tribunal…l’histoire se répète !)

Vous ignoriez donc cela, évêques (et curés) qui avez prôné le barrage au FN ?

Aveugles ou gauchisants, vous avez trahi la France et même l’Église !

Vous avez étouffé l’âme patriotique de bien des cathos.

Vous les avez poussés dans les bras de ceux qui les plument et les méprisent depuis trop longtemps.
Vous vous êtes prostitués avec ce socialisme historiquement destructeur de l’humanité (communisme) et son âme damnée, la franc-maçonnerie, avec leurs pseudo-valeurs perverties égalitaristes (LGBT), droit-de-l’hommistes (migrants), multiculturalistes (islam), laïcardes (anticatholicisme), mondialistes (USA et son caniche UE).

Vous êtes les idiots utiles de cet « islam-religion-de-paix » qui l’est autant qu’un loup déguisé en agneau…complices de notre colonisation islamique, « Ponce Pilate » dans votre abandon des chrétiens persécutés, dans votre mission d’évangéliser les musulmans ou de les accueillir dans la foi chrétienne.

Vous aurez des comptes à rendre devant l’Histoire et devant l’Éternel.

Et devant l’Église, car vous l’avez compromise et ridiculisée.

Certains évêques font heureusement exception.
Tel Monseigneur « Rey », qui a invité « Marion Maréchal-Le Pen » en août à la Sainte-Baume – sous le tollé de la conférence épiscopale ! -,
ou Monseigneur Aillet avec sa position sur la question des migrants.

Et d’autres évêques, en France ou ailleurs, qui ont le courage de la vérité, laquelle n’est jamais conformiste, que ce soit sur l’islam, sur les migrants et sur le reste.

Foin des pasteurs soumis (dhimmis) à la gauche ou à l’islam.
Foin des conférences épiscopales et de leurs accommodements raisonnables !

On veut des serviteurs de la vérité et de la justice – pas de paix sans cela -,
rebelles à tout totalitarisme et à toute lâcheté politique.

« Les tièdes,
je les vomirai de ma bouche »

déclare le Seigneur.
(« Apocalypse » 3,16)

soutanes-eveques

Gérard Langeroc
Prêtre en Afrique

http://www.bvoltaire.fr  du 20/12/2015

Le FN N’ Est Pas De La Dèche, Bourdin !

cazeneuve-et-le-djihad
Paroles de ministre socialiste !

Ce n’est pas choquant !

§§§§§§

EIpilotebrule

Pilote brûlé vif par djihadiste.

C’est choquant  !

§§§§§§

« Cazeneuve » condamne-t-il « Alain Resnais »
pour « Nuit et Brouillard » ?

« Nuit et Brouillard », film terrible sur les camps de concentration, montrant le sort atroce des déportés pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Avec des photos épouvantables tirées de la réalité.
Projeté par certains professeurs d’histoire géographie en terminale, avec la bénédiction de l’institution depuis sa sortie en 1956.
Qui s’est posé la question du ressenti des familles de victimes ayant vu comment les leurs étaient traités, ayant reconnu sur les photos de chers disparus jamais revenus des camps ?

Personne.
Absolument personne.
Au nom du devoir de mémoire.
Pour que « plus jamais ça ».

Mais quand une  gourdasse malveillante comme « Ruth Elkrieff »  ose mettre sur le même plan « Marine Le Pen » et « l’Etat Islamique », ce n’est pas elle qui est décriée.
Quand « Bourdin » ose faire un parallèle entre les djihadiste et l’électeur FN, ce n’est ni « Bourdin » ni son invité « Kepel » qui sont décriés.
Non, pas du tout.
C’est « Marine Le Pen » qui ose se défendre, la bougresse.

« Je vais revenir sur les liens entre Daech et le Front National, enfin les liens… pas les liens directs entre Daech et le FN mais ce repli identitaire qui finalement est une communauté d’esprit, parce que l’idée pour Daech c’est de pousser la société française au repli identitaire , ».

a formulé Bourdin face à son interlocuteur.

Et pour se défendre elle publie les photos des horreurs commises par l’EI en demandant aux contempteurs de publier les mêmes, « présentant des victimes du FN ».
Bien joué, Marine.
Alors que les réactions d’indignation sur Twitter se multiplient, « Marine Le Pen » se défend.
Interrogée par Le lab d’Europe1, elle affirme :

« « Ah bon, ce n’est pas « Bourdin » qui va loin en faisant un parallèle entre ces barbares et le Front ? […]
C’est la deuxième fois qu’il se permet ce genre de comparaison, c’est inadmissible !
Madame « Elkrieff » a fait la même chose dimanche soir.
Il est manifestement bon de leur rappeler les atrocités de Daech pour qu’ils prennent conscience de l’énormité de leur comparaison.
 »
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/photos-de-daech-manuel-valls-denonce-la-faute-morale-de-marine-le-pen_1746439.html

Bien joué, sauf que Valls-Cazeneuve qui ont eu très très peur la semaine dernière, veillent et sont prêts à sauter sur le premier prétexte pour tuer le FN et sa Présidente, et même pourquoi pas, dissoudre le parti et l’interdire…

En tout cas, Cazeneuve signale à la police, à la section anti-terroriste les « horreurs » de « MLP » :

cazeneuve-mlp-daesch

Ben quoi, c’est vrai, ça.
Il suffisait d’y penser.
Montrer les méfaits des terroristes, n’est-ce pas de l’incitation au terrorisme ?

La boucle est bouclée.
Alain Resnais est mort l’an dernier.
Il a de la chance.
Avec la méthode Cazeneuve 2015, il se serait retrouvé poursuivi en justice, on lui aurait attribué une fiche S et une assignation de résidence.

Christine Tasin

http://ripostelaique.com/cazeneuve-condamne-t-il-alain-resnais-pour-nuit-et-brouillard.html

 

 

Et la télévision française qui ne nous raconte que des mensonges ?
Qui va être accusé de délit pour « images violentes » sur n’importe quelle chaîne ?
Ce ne sont que crimes, films de guerre, films pornographiques violents, publicités violentes aussi.
Les girouettes ont perdu la boussole !

A Quand Le Cochon Halal Répare Tout ?

cochon

Les progrès médicaux !

Demain, nous serons tous réparés avec des parties du cochon !

Il paraît que nous allons vivre vieux, tous autant que nous sommes.
La peau retendue,
l’œil vif,
le cartilage luisant,
les viscères increvables,
la cervelle nettoyée des scories qui l’encombrent…
bref, tous refaits à neuf pour franchir le siècle ¼ en beauté :
horizon 125 ans pour tout le monde.
À ce qu’il paraît, du moins.

Homme bionique, réimplantation de mémoire virtuelle, clonage… tout cela coûte très cher et l’on n’est pas encore sûr que ça marche.
Ce qui fonctionne bien, en revanche, et qui est en voie de généralisation, c’est le remplacement de nos pièces défectueuses par des morceaux de cochon.

On apprenait ainsi récemment, grâce au journaliste santé « Jean-Marc Dupuis », que les progrès en ce domaine sont en effet très avancés.
La prestigieuse revue « Nature » en a dressé le bilan dans sa livraison de novembre. Je cite « Jean-Marc Dupuis » :

« Déjà, il est autorisé en Chine de poser chez l’homme une cornée de cochon.
Aux États-Unis, il est possible de se faire greffer de la peau de cochon.
Ce n’est pas officiellement autorisé mais ce n’est pas non plus interdit.
Une étude menée par l’Hôpital général de Boston a permis d’identifier des dizaines de personnes ayant recouru à cette procédure.
La firme néo-zélandaise « Living Cell Technologies » est en train de faire valider dans de nombreux pays un système d’implantation de morceaux de pancréas de cochon chez l’être humain afin de produire de l’insuline.
Ce système s’appelle « Diabecell » et vise à soigner les diabétiques.
Le chirurgien « Muhammed Mohiuddin », de l’Institut national du cœur dans le Maryland (USA), a implanté un cœur de cochon sur un babouin qui a survécu deux ans et demi à l’opération.
Ayant surmonté les problèmes de rejet d’organe, il estime que la voie est ouverte pour mener l’expérience sur l’homme.
Le chirurgien « David Cooper », de l’université de Pittsburgh (USA), a annoncé en juin 2015 qu’un babouin avait survécu 136 jours avec un rein de cochon, génétiquement modifié lui aussi, pour supporter la transplantation et le rejet de greffe.
« Robin Pierson », qui dirige le Laboratoire de recherches de l’université du Maryland et qui a réalisé des dizaines d’opérations de ce type, tente actuellement de transplanter des poumons de porc sur des babouins.
La difficulté est que les poumons sont constitués d’une fine trame de vaisseaux sanguins.
Cela signifie que le sang du babouin se trouve en contact étroit avec des protéines de cochon (qui constituent les vaisseaux sanguins), ce qui le fait coaguler.
Actuellement, les babouins ne survivent que quelques jours.
Cette technique requiert donc encore des progrès avant de devenir praticable. »

Mais tout cela ne sera bientôt plus un problème, car :

« La firme américaine « United Therapeutics », dans le Maryland, a investi 100 millions de dollars pour fabriquer des cochons génétiquement modifiés.
Ils sont destinés à produire des organes pour les êtres humains.
Elle déclare qu’elle veut “réaliser les premiers essais cliniques en 2020”. »

Réjouissons-nous donc :
C’est sûr, demain, nous serons tous réparés avec des morceaux de cochon.
Certes, ça ne va pas arranger nos affaires avec les islamistes et même les musulmans tout court, lesquels ne manqueront pas d’y voir une odieuse discrimination.
Reste que, pour l’instant, biologiquement parlant, notre frère, c’est bien le cochon.
Il y a, d’ailleurs, longtemps que la sagesse populaire nous assure qu’il sommeille en tout homme.

Alors, si demain vous entendez votre compagnon d’un soir « grouiner » en dormant,
allez donc voir s’il ne l’a pas aussi en tire-bouchon…

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr   du 18/12/2015

La Fin Des Temps N’ A Pas Eu Lieu !

france-en-faillite-300x298-1

La république actuelle
est agonisante !

Les «élites» françaises, sous l’inspiration et la domination intellectuelle de François Mitterrand, on voulu faire jouer au Front National depuis 30 ans, le rôle, non simplement du diable en politique, mais de l’Apocalypse.
Le Front National représentait l’imminence et le danger de la fin des Temps.
L’épée de Damoclès que se devait de neutraliser toute politique «républicaine».

Cet imaginaire de la fin, incarné dans l’anti-frontisme, arrive lui-même à sa fin.
Pourquoi?
Parce qu’il est devenu impossible de masquer aux Français que la fin est désormais derrière nous.
La fin est consommée, la France en pleine décomposition, et la république agonisante, d’avoir voulu devenir trop bonne fille de l’Empire multiculturel européen.
Or tout le monde comprend bien qu’il n’a nullement été besoin du Front National pour cela.
Plus rien ou presque n’est à sauver, et c’est pourquoi le Front National fait de moins en moins peur, même si, pour cette fois encore, la manœuvre du «front républicain», orchestrée par Manuel Valls, a été efficace sur les électeurs socialistes.
Les Français ont compris que la fin qu’on faisait incarner au Front National ayant déjà eu lieu, il avait joué, comme rôle dans le dispositif du mensonge généralisé, celui du bouc émissaire, vers lequel on détourne la violence sociale, afin qu’elle ne détruise pas tout sur son passage.
Remarquons que le Front National s’était volontiers prêté à ce dispositif aussi longtemps que cela lui profitait, c’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui.
Le parti anti-système a besoin du système dans un premier temps pour se légitimer.

Nous approchons du point où la fonction de bouc émissaire, théorisée par René Girard (« La violence et le sacré ») va être entièrement dévoilée et où la violence ne pourra plus se déchaîner vers une victime extérieure.
Il faut bien mesurer le danger social d’une telle situation, et la haute probabilité de renversement qu’elle secrète :
Le moment approche pour ceux qui ont désigné la victime émissaire à la vindicte du peuple, de voir refluer sur eux, avec la vitesse et la violence d’un « tsunami » politique, la frustration sociale qu’ils avaient cherché à détourner.

Les élections régionales sont sans doute un des derniers avertissements en ce sens.

Les « élites » devraient anticiper la colère d’un peuple qui se découvre de plus en plus floué, et admettre qu’elles ont produit le système de la victime émissaire, afin de détourner la violence et la critique à l’égard de leur propre action.
Pour cela, elles devraient cesser d’ostraciser le Front National, et accepter pleinement le débat avec lui, en le réintégrant sans réserve dans la vie politique républicaine Française.

Y-a-t-il une solution pour échapper à une telle issue ?

Avouons que cette responsabilité est celle des « élites » en place, ayant entonné depuis 30 ans le même refrain.
A supposer cependant que nous voulions les sauver, nous pourrions leur donner le conseil suivant :
Leur seule possibilité de survivre serait d’anticiper la violence refluant sur elles en faisant le sacrifice de leur innocence.
Pour cela, elles devraient admettre de déconstruire la gigantesque hallucination collective produite autour du Front National, hallucination revenant aujourd’hui sous la forme inversée du Sauveur.
Ce faisant, elles auraient tort de se priver au passage de souligner la participation du Front National au dispositif, ce dernier s’étant prêté de bonne grâce, sous la houlette du Père, à l’incarnation de la victime émissaire.

Il faut bien avouer que nos élites du « PS » comme de « Les Républicains » ne prennent pas ce chemin, démontrant :
soit qu’elles n’ont strictement rien compris à ce qui se passe dans ce pays depuis 30 ans, soit qu’elles l’ont au contraire trop bien compris, et ne peuvent plus en assumer le dévoilement,
soit qu’elles espèrent encore prospérer ainsi.
Il n’est pas sûr non plus que le Front National soit prêt à reconnaître sa participation au dispositif.
Il y aurait intérêt pourtant pour pouvoir accéder un jour à la magistrature suprême.
Car si un tel aveu pourrait lui faire perdre d’un côté son «aura» anti-système, elle pourrait lui permettre de l’autre, une alliance indispensable pour dépasser au deuxième tour des présidentielles le fameux «plafond de verre».
Il semble au contraire après ces régionales que tout changera pour que rien ne change.
Deux solutions qui ne modifient en rien le dispositif mais le durcissent au contraire se réaffirment.

Car le Front National aura un boulevard pour dévoiler qu’il a été la victime émissaire d’une situation catastrophique dont tout montre de manière de plus en plus éclatante qu’il n’y est strictement pour rien.

1 – La première solution, empruntée par le « PS » et désirée par une partie de « Les Républicains », consiste à maintenir coûte que coûte le discours du front républicain en recherchant un dépassement du clivage gauche/droite.
Une telle solution consiste à aller plus loin encore dans la désignation de la victime émissaire, et à s’exposer à un retournement encore plus dévastateur.
En ce sens, si à court terme, la déclaration de Valls sur le Front National, fauteur de guerre civile, a semblé efficace, elle s’avérera sans doute à plus ou moins long terme, comme le stade ultime de l’utilisation du dispositif de la victime émissaire, avant que celui-ci ne s’écroule sur ses promoteurs mêmes.
Car sans même parler des effets dévastateurs que pourrait avoir, « a posteriori », un nouvel attentat, sur une telle déclaration, comment ne pas remarquer que les dernières décisions du gouvernement sur la lutte anti-terroriste ont donné, rétrospectivement, raison à certaines propositions du Front National ?
On voit mal alors comment on pourrait désormais lui faire porter le chapeau de ce dont il n’est pas responsable, tout en lui ôtant le mérite des solutions qu’il avait proposées, et qu’on n’a pas hésité à lui emprunter!

2 – La deuxième solution, défendue par une partie de « Les Républicains », suivant en cela Nicolas SarkÖzy, consiste à assumer des préoccupations communes avec le Front National, tout en cherchant à se démarquer un peu par les solutions proposées.

Mais comment faire comprendre aux électeurs un tel changement de cap et éviter que ceux-ci ne préfèrent l’original à la copie ?

Comment les électeurs ne remarqueraient-ils pas que le Front National, lui, n’a pas changé de discours, et surtout, qu’il a précédé tout le monde, et a eu le mérite d’avoir raison avant les autres, puisque ceux-ci viennent maintenant sur son propre terrain ?

Comment d’autre part concilier une telle proximité avec un discours diabolisant le Front National et cherchant l’alliance au centre ?

Curieuses « élites », qui ne comprennent pas que la posture «républicaine», initiée par Mitterrand, menace désormais de revenir comme un boomerang les détruire.
« Christopher Lasch » avait écrit « La révolte des élites », pour pointer leur sécession d’avec le peuple, c’est aujourd’hui le suicide de celles-ci qu’il faudrait expliquer, dernière conséquence peut-être de cette sécession.

Vincent Coussedière

« Vincent Coussedière » est agrégé de philosophie et auteur de « Éloge du populisme » (Elya éditions).
Il estime que le Front National est en passe de fracturer un système qui l’a érigé en bouc-émissaire.

source : http://www.lefigaro.fr/vox/politique

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 18/12/2015

12

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43