Archive | 16/12/2015

Pas Normal Que La France Soit Malade.

F.HOL.5 ans

Quel foutu quinquennat !

Ils sèment le vent et s’étonnent que la tempête menace !
Les bras cassés composant l’équipe de bouffons qui nous gouverne, sont, non seulement, d’une incompétence et d’une arrogance rarement vues à ces postes prestigieux (dépassant même de cent coudées les plus minables parmi leurs prédécesseurs), mais ils poussent l’inconscience jusqu’à se croire intouchables …
même sans doute par les maladies, autrefois éradiquées par le travail des chercheurs mécréants, mais qui grâce au zèle déployé par ces indignes pour couler les nations en les noyant sous une mer de sauvages … font une réapparition en Europe, et particulièrement en France, dans les bagages de ceux qui fuient des pays de misère, inconfort, danger … pour venir saccager ceux qui, par le labeur de leurs citoyens, sont arrivés à un niveau de civilisation qui est intolérable à ces nuisibles.
http://lagauchematuer.fr/2015/06/19/des-scelerats-des-sectaires-des-arrogants-dans-le-quinquennat-de-la-honte/

Pourtant, s’il en est un qui devrait commencer à se faire du souci, c’est bien le sot (cf le Larousse : dénué d’esprit de jugement) ministre de l’Intérieur, admirablement croqué par le talentueux dessinateur « Tcho », accueillant avec force amabilités les hordes de migrants entrés illégalement sur notre territoire.
Parce que ce faisant, ce minable a peut-être chopé sans le savoir, un sale truc apporté en cadeau par ses copains, suffisamment civilisés pour savoir qu’on ne s’invite pas chez les gens les mains vides …

Oui, je sais, je risque de stigmatiser ces pauvres gens, mais ce n’est pas de ma faute, c’est parce que mon pharmacien est en rupture de stock de comprimés « Padamalgam » prescrits avec tellement de persuasion par notre premier ministre dès qu’il est question de pointer du doigt un de ses chéris … alors forcément je me vautre illico dans le nauséabond, mais j’assume !
http://www.rfi.fr/hebdo/20150828-france-maladies-disparues-pauvrete-immigration-vaccination-sante-gale-rougeole-tuber

En octobre dernier on évacuait un camp de migrants installé Porte de Saint-Ouen :

« La situation de ce camp faisait « courir des risques importants aux occupants du site, tant en terme de sécurité routière qu’en terme sanitaire », « plusieurs cas de gale » y ayant été repérés, avait justifié la préfecture de police de Paris dans son arrêté d’évacuation pris jeudi. » >

http://www.france24.com/fr/20151002-camp-migrants-syriens-porte-saint-ouen-paris-evacue

Le journaliste « Manuel Gomez » n’a donc pas tort de poser clairement le problème :

« Chaque fois que j’ai dû voyager en Afrique, au Moyen-Orient, et dans bien d’autres destinations du monde, j’ai dû me soumettre à différentes vaccinations, et je m’y suis plié très volontiers afin de ne pas prendre le risque d’attraper l’une de ces maladies très graves (Tuberculose, paludisme, variole, peste, syphilis, choléra, etc.) car, tout au moins je le suppose, c’est pour une telle prévention que l’on nous oblige à nous vacciner, et non pas pour éviter que nous transportions nos maladies vers ces pays ? » 

http://lagauchematuer.fr/2015/10/24/tuberculose-paludisme-variole-peste-syphilis-silence-sur-les-maladies-apportees-par-les-migrants/

« Beaucoup de migrants ont le SIDA, la syphilis, la tuberculose et de nombreuses maladies exotiques que nous, en Europe, ne savons pas comment traiter. »

Au sujet des migrants, cri d’alarme d’un médecin en Allemagne ! !
http://www.minurne.org/?p=4885
On a beau tenter de nous faire croire que des migrants venus d’Afrique auraient contracté le sida à leur arrivée en France
quand on connaît le degré d’hygiène qui règne dans les régions défavorisées de la plupart des pays africains et le manque criant de médecins,
nous sommes en droit de tousser … rigoler, ou rugir, selon notre degré d’ébahissement devant tant de mauvaise foi.
http://www.ladepeche.fr/article/2015/12/01/2228901-vih-sida-des-migrants-contamines-apres-leur-arrivee-en-france.html

Parce que dans ce cas il faudrait nous expliquer sérieusement pourquoi l’Etat, sans nous demander notre avis (déjà qu’il ne nous le demande pas pour les importer) dépenserait autant, via l’A.M.E. (Aide Médicale d’Etat) destinée aux miséreux qu’il invite aux frais des contribuables, pendant que dans le même temps les remboursements des citoyens cotisants rétrécissent comme peau de chagrin … ne serait-il pas plus intelligent (challenge difficile pour des bouffons, je le reconnais) de faire soigner convenablement les autochtones afin qu’ils ne contaminent pas les « touristes » impatients de visiter notre si beau pays, voire de s’y installer définitivement ?

Alors évidemment, les premiers servis sont hélas les policiers dont le job est actuellement le plus grand pourvoyeur de dépressifs profonds et de suicidés, tellement leurs conditions de travail sont insupportables et inhumaines … dans l’indifférence ou l’ingratitude générale.

C’est ainsi qu’en juin dernier 5 cas de tuberculose sont constatés dans une compagnie de CRS de Limoges :

« Cinq cas de tuberculose ont ainsi été comptabilisés parmi les 200 hommes constituant la CRS 20.
Selon un témoignage rapporté par « France Bleu Limousin », un premier fonctionnaire a déclaré la maladie, rapidement suivi de quatre de ses collègues, sans que la hiérarchie ne prenne de mesures appropriées pour endiguer le phénomène. »

Mais la hiérarchie policière, préférant satisfaire les « désidérata » des gouvernants, se fout totalement de prendre ces cas au sérieux et « maintient que l’origine de cette épidémie de tuberculose provient de problèmes de santé privés, et que la maladie n’a pas été contractée dans le cadre du service » !

Autrement dit, « circulez, y a rien à voir ! »
Et hop, un problème étouffé, donc qui n’existe pas !

http://www.francesoir.fr/societe-sante/cinq-crs-de-limoges-malades-de-la-tuberculose-linquietude-grandit-chez-les-policiers.

Il est alors encore plus révoltant d’apprendre tout récemment la bassesse du premier ministre, annulant 850.000 € initialement prévus pour moitié aux policiers et aux gendarmes, pour les destiner en douce, à la « coordination du travail gouvernemental » !!!
Comprendre que ce dégoûtant personnage, qui a souhaité que les Français apprennent à vivre avec le terrorisme, n’a pas du tout l’intention de les en protéger …
contrairement aux allégations de ses discours après les tueries du 13 novembre !

http://www.legifrance.gouv.fr/eli/
decret/2015/11/20/FCPB1525740D/jo

Image de prévisualisation YouTube

Avec l’argent des autres

Que par ailleurs ce personnage, occultant superbement l’énorme poutre dans le sien, se permette de pointer du doigt une paille imaginaire dans l’œil d’un adversaire légitime mais qui le gêne parce que porteur de vérités, éructant sur lui des jugements mensongers et diffamatoires, devrait lui devoir d’être expulsé sans ménagement et immédiatement du poste prestigieux qu’il occupe indûment.
facho-isoloir

Je croise les doigts pour que ce jour arrive très vite !
La France n’a pas besoin de guignols à sa tête,
encore moins hystériques incompétents et menteurs !

Josiane Filio

http://ripostelaique.com   du 16/12/2015

Les Musulmans Sont A Bonne Ecole !

Saudi-Arabia

Islamisme ou Mondialisme ?

Une trentaine de pays musulmans forment une coalition antiterroriste.
L’Arabie saoudite a annoncé la création d’une coalition de 34 pays majoritairement musulmans dont l’objectif sera de « combattre le terrorisme militairement et idéologiquement » dans un contexte de montée en puissance de groupes djihadistes.

Les pays membres de cette alliance échangeront des informations, fourniront du matériel et de la formation et mettront des forces à disposition si nécessaire, a déclaré à Paris le chef de la diplomatie saoudienne « Adel Al-Jubeir ».

« Le terrorisme a frappé les pays musulmans.
Il est temps que le monde musulman prenne position »
,

a-t-il dit.

Ni l’Iran, ni l’Irak, ni la Syrie ne font partie de la liste de ces Etats diffusée mardi par l’agence officielle saoudienne « SPA » après l’annonce surprise de Ryad.

Des analystes ont estimé qu’il était trop tôt pour dire quelles actions cette alliance militaire islamique pourrait entreprendre, alors que l’Arabie saoudite qui la dirige est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat des rebelles chiites.

L’annonce est surtout « chargée de symbole », a jugé « Adam Baron », de « l’European Council on Foreign Relations ».

La coalition comprend des pays majoritairement « sunnites » comme l’Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal.
Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad, a ajouté « SPA ».

L’alliance témoigne de la volonté du « monde islamique de combattre le terrorisme et d’être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau », a expliqué le vice-prince héritier et ministre saoudien de la Défense « Mohamed Ben Salmane » lors d’une conférence de presse à Ryad.

« Notre guerre »

« La guerre contre le terrorisme » est « notre guerre », celle « des musulmans contre les terroristes qui commettent leurs actes horribles au nom de la religion », a réagi le porte-parole du gouvernement jordanien, « Mohamad Momani ».

La prestigieuse institution de l’islam sunnite basée au Caire, « Al-Azhar », a exhorté « tous les pays musulmans » à rejoindre cette coalition.

Les 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie de la coalition sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (« OCI »), basée à Jeddah (ouest de l’Arabie saoudite).

Dix autres pays, dont l’Indonésie, le plus grand pays musulman par sa population, pourraient se joindre ultérieurement à la coalition, selon SPA.

Certains des pays membres, comme l’Arabie saoudite, font déjà partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, combat le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

A la question de savoir si la nouvelle coalition se consacrerait à la lutte contre l’EI, le prince « Mohamed », fils du souverain saoudien « Salmane », a répondu qu’elle allait combattre « toute organisation terroriste qui fait son apparition » dans le monde musulman, « le premier à avoir souffert du terrorisme ».

Parmi les pays ou régions confrontés au terrorisme, il a cité « la Syrie, l’Irak, le Sinaï (Egypte), le Yémen, la Libye, le Mali, le Nigéria, le Pakistan et l’Afghanistan ».

« La coalition va combattre le terrorisme militairement, idéologiquement et médiatiquement, en plus de l’effort sécuritaire »,

a affirmé le prince « Mohamed ».

Accusations de laxisme

Le royaume saoudien, régi par l’idéologie wahhabite (une version rigoriste de l’islam sunnite), est régulièrement accusé en Occident de laxisme envers le djihadisme.
Certaines personnalités l’accusent même de financer des mosquées et des groupes radicaux.

« Je pense que cette coalition est une réponse de l’Arabie aux allégations persistantes de la communauté internationale sur son engagement insuffisant contre l’EI »,

estime « Farea al-Muslimi », du « Carnegie Middle East Centre ».
Selon lui :

« Elle est  peut-être une façon de sauver la face pour les Saoudiens ».

D’après un diplomate occidental, la volonté saoudienne de répondre à ce type d’accusations est bien un facteur expliquant la création de cette coalition.
Mais il en voit deux autres:
la menace sécuritaire que représente pour le royaume un groupe comme l’EI
et l’effort actuel de l’Iran de persuader l’Occident que les chiites sont de « bons musulmans » par rapport aux sunnites.

« C’est pour ces raisons que les Saoudiens ont pris l’initiative »,

dit-il.
Le prince Mohamed, qui s’exprimait lors de sa première conférence de presse depuis son entrée au gouvernement, formé en janvier, incarne la nouvelle politique internationale de Ryad, plus visible et plus affirmée.

La formation de cette nouvelle coalition s’inscrit dans cette tendance, selon l’analyste « Adam Baron ».

Son annonce intervient alors que les Etats-Unis multiplient les déclarations sur la nécessité de mobiliser des troupes au sol, notamment arabes, pour réussir la guerre contre les djihadistes de l’EI.

http://www.bvoltaire.fr   du 16/12/2015

Des Listes Mais Quels Programmes ?

corruption-1

Le peuple reste déboussolé !

Le trompe-l’oeil des régionales pourrait profiter au Front National.

Les enjeux nationaux ont pris le dessus durant toute la campagne des régionales.
Ce qui incite les « partis » à préparer une riposte au FN au sein de leur stratégie nationale.

Les 13 nouvelles régions françaises, dont la taille a été revue afin de mieux répondre aux besoins de la construction européenne, ne sont pas encore familières aux électeurs.
Elles ont d’ailleurs tenu une place très modeste dans les élections, dont le débat a surtout tourné autour d’enjeux nationaux .
Au lendemain de l’attaque terroriste du 13 novembre, l’enjeu de la sécurité a été récurrent dans les débats, alors que les régions n’ont aucune compétence sur le sujet.

« Jamais des élections régionales auront été aussi nationales en France » souligne « Bruno Cautrès », politologue et chercheur au « Cevipof ».
La lisibilité du scrutin est donc particulièrement compliquée, en raison de faux-semblants multiples.
Le désistement de la gauche dans deux régions où le Front National menaçait de gagner influence lourdement le résultat.

« Ce qui marque le plus, dans cette élection, c’est le premier tour, qui a vu 7 millions de voix attribuées au Front national. »

souligne l’expert.

2017 en toile de fond

Si l’on projette le résultat de cette élection au niveau national, l’enjeu des présidentielles de 2017 apparait binaire :
ce sera soit le Front National, soit un autre « parti ».
Car la mobilisation des électeurs au second tour des régionales, notamment pour faire barrage à l’extrême-droite, représente l’autre élément marquant de ces élections :
les retardataires se sont vraisemblablement mobilisés sur un enjeu national, et non régional.

« Le Front national pourrait tirer de la ressource de cet épisode qui l’a exclu des présidences de régions » prévient « Bruno Cautrès ».
Le « parti » qui a l’habitude de se nourrir de la théorie du complot UMPS trouve dans ces élections ratées un exemple parfait pour illustrer la faible représentativité du système électoral.

Le Front National a en effet obtenu plus de sièges que le « Parti socialiste », soit  358 contre 339 pour le PS. Or le PS hérite de la présidence de 5 régions, contre 0 pour le FN, en raison de la concentration des votes dans certaines régions. Les socialistes ont notamment obtenu de bons scores dans le Sud-Ouest de la France et la Bretagne, alors que le vote FN est plus concentré à l’Est du pays, avec des bastions forts comme le Nord et la région PACA autour de Marseille.

Face à cette bipolarisation de la vie politique, les « partis » se sont mis dès le lendemain des élections en ordre de bataille pour organiser la riposte -au FN.

La gauche veut riposter sur le terrain économique

Le tandem Valls-Macron a déjà commencé à plancher sur un « pacte d’urgence », qui s’attaquerait, une énième fois, à la question du chômage.

Un problème qui reste l’ennemi numéro du gouvernement, et à juste titre si l’on en croit le think-tank « Bruegel », qui a recensé une vaste littérature reliant crise économique et vote extrême.

Comme lors de la crise de l’entre-deux guerre, l’Europe se retrouve au sein d’une situation dans laquelle la grimpée continue du chômage ne cesse d’inquiéter.
Un autre élément historique souligné par « Manuel Funke » rappelle que le vote extrémiste augmente après les crises financières menaçant le système bancaire.

Des éléments d’explication avec lesquelles droite et gauche se débattent.
Selon l’AFP, le Premier ministre travaille déjà sur un  »pacte d’urgence » constitué de  »mesures choc » qui auraient vocation à s’appliquer de façon immédiate.

« L’emploi, la formation des chômeurs, l’apprentissage pour nos jeunes doivent mobiliser plus que jamais toute notre énergie » aurait précisé le Premier ministre.
Un vocabulaire qui fait craindre, à la gauche du « parti », de nouvelles mesures de flexibilité dans l’esprit des lois Macron, dont l’impact sur l’économie est loin d’être évident pour l’heure.

Cap à droite chez Les Républicains

A droite, c’est toute la ligne politique qui devrait faire l’objet d’un débat début 2016.
Le président du « parti », Nicolas SarkÖzy, souhaite se débarrasser des plus modérés, dont Nathalie Kosciuzko-Morizet et Jean-Pierre Raffarin, afin de mettre la barre à droite.
Les élections marquent en effet un échec pour les centristes :
l’UDI Hervé Morin a très péniblement remporté la région Normandie devant le Parti socialiste.

Or la structure du « parti » n’est pas un sujet anodin.
D’elle dépendra l’organisation des primaires qui doivent être organisées mi-2016 pour choisir le candidat aux élections présidentielles.
Si un large électorat est convié, il semble que le candidat Alain Juppé, plus modéré que Nicolas SarkÖzy, et aussi plus europhile, soit le candidat favori.

« Mais si moins d’un million de votants participent au scrutin, le gagnant sera sans doute SarkÖzy, qui est le candidat favori des militants de droite les plus fervents »

prévient « Bruno Cautrès ».
Avec 18 mois d’avance, il semble que les régionales aient donné le coup d’envoi des présidentielles.

Contexte

Les élections régionales de décembre 2015 ont vu le Front national établir un nouveau record absolu de voix avec près de 6,8 millions de suffrages sur un total de 25,7 millions de votants.
Si le PS a au final remporté 5 régions et les Républicains 7, le Front National emporte plus de sièges dans les conseils régionaux, avec 358 sièges, contre 339 pour le « Parti socialiste ».

Aline Robert

http://www.euractiv.fr   du 15/12/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43