Archive | 23/12/2015

« Vae Victis », Disait-On A Rome !

humour (1)

« Malheur aux vaincus ! »

Un jour, un aïeul « d’Astérix », le chef gaulois « Brennos », a dévasté Rome.
Le perdant s’est mis à chipoter sur le montant de la rançon à verser pour calmer le gagnant.
Le Gaulois, toisant le Romain, a augmenté la somme, du seul droit du vainqueur, en prononçant l’historique (?) apostrophe.

Sous tous les cieux, sous toutes les latitudes, à toutes les époques, dans tous les pays, le droit du vainqueur prime le droit du vaincu.
Dans tous les pays ?
Non !
2.400 ans après Brennos, un petit pays résiste.
Dans ce pays, les vainqueurs sont rabroués et les vaincus tiennent le haut du pavé.
On appelle cette étrange coutume « l’exception française » !

Voyez le premier tour des régionales :
L’incontestable vainqueur, c’est le Front National.
Eh bien, ce n’est pas lui qui, au deuxième tour, est ceint de la couronne de laurier, mais ses adversaires battus.
Lui, le vainqueur dans le cœur de près de sept millions de Français, va se faire cuire un œuf.
« Vae victis » ?
Mon œil !

Nord, Sud et Est, trois régions.
Là encore, dans chacune, le gagnant haut la main est le Front National.
Panique à bord !
Les farouches ennemis d’hier aujourd’hui s’embrassent sur la bouche !

« Ah ! Que je t’aime »,

dit Bertrand à Hollande.

« Ah ! Que tu es belle »,

avoue Estrosi à Taubira.
Dans l’Est, c’est encore plus cocasse :
Les socialistes de la liste socialiste supplient les socialistes de ne pas voter socialiste, mais à droite, mais pas trop !
Les « zeureux zélus », la larme à la paupière, n’arrêtent pas de remercier ceux auxquels ils se sont, toute leur vie, opposés.
« Vae victis » ?
Mon œil !

Et puis voilà Bartolone !
Encore lui !
Le « saigneur » du 9-3.
Depuis sa somptueuse villa de « prolo » à deux millions d’euros, il rêvait de Paris, du Grand Paris, de l’immense Paris, où il aurait pu appliquer les méthodes qui ont si bien plombé sa Seine-Saint-Denis désormais ruinée, paupérisée, médiocrisée.
Le rêve s’est fracassé sur une mèche blonde retenue par un serre-tête.
L’Île-de-France a refusé le maquignon.
Plus vaincu que Bartolone, ce dimanche 13 décembre, y a pas !
Eh bien, ses copains l’ont acclamé pour qu’il remonte au perchoir.
« Vae victis » ? Mon œil !

Ce même Bartolone, tel un « Torquemada » de ruisseau, a fustigé d’un doigt vengeur et Neuilly et Versailles.
À l’image d’un vulgaire « Bouteflika », qui bave sur la France et vient se faire soigner au Val-de-Grâce en y laissant une ardoise, Bartolone, pour un pet de travers, se fait hospitaliser à Neuilly, Hôpital américain, s’il vous plaît.
Un individu dépourvu d’une certaine morale, vous dis-je.

Défaite = Victoire…
novlangue…
1984…
« Orwell ».

Brennos, reviens et vire-moi tous ces clowns tristes et remets la pyramide à l’endroit pour qu’enfin on puisse hurler pour de vrai « Vae victis » et reconstruire avec les vainqueurs.

Yannik Chauvin

http://www.bvoltaire.fr   du 23/12/2015

Où Est Passé Notre Noël Traditionnel ?

solitude-suicide

Reste la solitude après la fête !

Fin des crèches, du père Noël et de la galette des rois…

Il fut un temps où le monde était simple,
et le bonheur aussi sans doute.

Pour peu qu’on fût croyant, et même si on ne l’était guère, deux grandes fêtes marquaient l’année :
Noël et Pâques.
Le petit Jésus naissait à la première et s’offrait pour racheter nos péchés à la seconde.

Globalement, cela a duré au moins 16 siècles.

Dans ma petite enfance familiale, l’Avent et le Carême avaient un sens.
Pénitences enfantines, on rendait à maman le carré de chocolat du goûter, et l’on essayait de ne pas se chamailler avec les frères et sœurs.
Un cadeau à Noël (pas 36 !), une poupée pour toute l’enfance, le temps béni de désirer et de s’émerveiller…

Ce temps passe aujourd’hui pour terriblement sectaire et rétrograde, « fascisant » diront même certains.
Le grand brassage « multiculturel » est passé par là, censé nous apporter le sens de la fraternité.
Pas si simple, car pour accepter l’autre, il faut être assuré de ce qu’on est soi-même.
Pour goûter les autres cultures, connaître déjà la sienne et l’aimer.
Au lieu de cela, nous prétendons détricoter ce qui a mis des siècles à nous construire.
Dans la marmite où bouillonne non pas la potion magique mais le brouet des sorcières, on jette en vrac la crèche, le sapin, le bonnet rouge du père Noël, la fève de la galette…
On passe la chrétienté au tamis, on rajoute du E142 pour faire plaisir à l’islam et on noie tout cela dans un vaste bouillon de laïcité avant de passer le ragoût au mixeur.

C’est imbouffable !

Les « braves gens » du « Secours populaire » offrent chaque année à Noël des cadeaux aux nécessiteux.
Ce qu’ils ont fait ce lundi dans la « jungle » de Calais.
Émanation du PCF, on imagine que le Secours populaire ne fête pas la naissance de Jésus.
Peut-être celle de Staline, le « petit père des peuples » ?
D’aucuns signalent, en outre, que leurs « pères Noël » sont vêtus de vert et se demandent :

« est-ce pour ne pas froisser les musulmans ? »

Peut-être.
Ou pas.
Car avant d’être récupéré par Coca-Cola, le père Noël scandinave était en habit vert.
Qui le sait ?
C’est la couleur des origines, mais elle est désormais estampillée « barbus » pour un Noël halal…

Autres polémiques :
Après la guerre des crèches qui blessent le regard des laïcards, celle des « galettes des rois ».
Elles sont désormais interdites dans nombre de cantines au motif, là encore, qu’il faut respecter une stricte laïcité.
Sauf que le partage de la galette n’a rien à voir avec la religion !
Elle faisait partie des célébrations autour du solstice d’hiver, les « Saturnales » de l’époque romaine, jour de grand partage où étaient abolies toutes les barrières sociales.
Les chrétiens l’ont donc empruntée aux « barbares » pour la manger au jour de l’Épiphanie, le 6 janvier, en souvenir des rois mages venus offrir les cadeaux à l’Enfant-Jésus.

Et la fève, là encore, n’est pas une tradition chrétienne mais un rituel païen :
Symbole de fécondité, elle contient comme l’œuf un embryon, est le premier légume du printemps et représente le renouveau.
Néanmoins, si nos présidents perpétuent à l’Élysée la tradition de la galette, celle-ci ne contient pas de fève.
« Par tradition républicaine », cette fois :
Le président de la République ne veut pas risquer d’être couronné roi !
Et offre donc la « galette de l’Égalité », nommée ainsi par la Révolution.

Enfin, dans la tradition, celui qui gagnait la fève devait payer la tournée…
Et comme on sait, ce n’est pas le genre de la maison :
Si la République aime la galette, c’est pour la collecter, rarement pour la partager…!

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr    du 23/12/2015

Les médias ne parlent de Père Noël que pour les clowns se produisant dans les rues ou les grandes surfaces…et encore.
Sinon, c’est de plus en plus souvent, le bonhomme rouge…ou vert, selon son optique politique.

Les U.S.A. Jouent Trop Avec Le Feu !

islamistes

Daech abrité aux Etats-Unis ?

L’exfiltration des chefs de DAECH vers les Etats-Unis.
Compte tenu du succès remarquable de l’intervention russe en Syrie, l’Empire anglo-sioniste contre-attaque.
La question était de savoir comment et quand.
Nous connaissons aujourd’hui deux débuts de réponse.

1- Le 24 novembre 2015, l’Armée de l’air turque a délibérément abattu un avion de combat russe SU-24, même s’il était absolument évident que cet avion ne représentait aucune menace pour la Turquie et pour le peuple turc.

2- Dimanche soir, 6 décembre 2015, la coalition « internationale » avait commis un acte d’agression contre une base de l’armée régulière syrienne dans la région de Deir Ezzor, dans l’est du pays.
Ils auraient tué trois soldats syriens et en auraient blessé 13 autres.

Les États-Unis et l’Otan se sont immédiatement approprié l’attaque contre le bombardier russe, en apportant leur plein soutien à la Turquie.
Par contre, ils ont totalement nié l’attaque contre la base militaire syrienne.
En fait, l’armée américaine a mené un raid aérien contre cette base car elle abrite l’élite des forces spéciales russes (Spetsnaz) qui avaient découvert un projet secret de la CIA pour exfiltrer les hauts dirigeants Daéchiens du Moyen-Orient vers le Tennessee, aux USA.

« Les appareils de la coalition internationale ont tiré neuf missiles, dimanche soir, en direction du camp militaire »,

a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères, dans un communiqué repris par la télévision nationale. Une source militaire syrienne a confirmé que des frappes avaient eu lieu entre 20 h et 21 h dimanche et qu’elles avaient atteint un camp d’entraînement militaire.
Des dépôts d’armes ont été bombardés et deux tanks ont été endommagés, mais les véritables cibles, des Spetsnaz russes, n’ont pas été atteintes.
Damas a vivement réagi en accusant « la coalition menée par les États-Unis » de cette « agression flagrante » qui « viole de façon criante la Charte des Nations unies ».

L’observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH, pro américain) a confirmé l’attaque.
L’OSDH rapporte également que les frappes ont fait quatre morts et 13 blessés.
Toujours selon l’ONG, il s’agit de la première fois que des frappes de la « coalition internationale » visent des forces syriennes.
Or, jusqu’à présent, les Russes coordonnaient leurs vols, au-dessus de la Syrie, avec les Américains, même si ces derniers ne veulent pas le reconnaître publiquement.
Manifestement, et comme toujours, ceux-ci ne respectent pas les accords conclus et les violent sans hésiter lorsque cela leur convient.

Les États-Unis nient les accusations de Damas
Les États-Unis nient avoir touché un camp militaire syrien.

« Nous sommes au courant de ces informations parues dans la presse, mais nous n’avons mené aucune frappe dans cette partie de Deir Ezzor »,

a déclaré à l’AFP un porte-parole américain de la coalition, le colonel « Steve Warren ».
C’est, évidemment, un mensonge éhonté, puisque même leur allié, l’OSDH, a confirmé l’attaque.

Il s’agit du premier incident de ce genre à être annoncé publiquement depuis que les États-Unis et leurs valets européens et arabes ont entamé leur campagne de faux bombardements aériens contre les djihadistes de Daech.
S’ils avaient touché des cibles russes, comme ils en avaient l’intention, cela aurait pu vite dégénérer, car les Russes ont les capacités d’intercepter et d’abattre n’importe quel OVNI, fût-il américain.
Je pense que, dorénavant, les Russes vont être plus vigilants.

Les États-Unis attaquent des militaires russes qui ont découvert une base secrète de Daech dans le Tennessee

En réalité, quatre avions de combat américains ont lancé neuf missiles sur la base syrienne, le dimanche soir, tuant trois personnes et en blessant treize autres.
Ces attaques sont motivées par la peur que les forces russes, résidant dans cette base, aient découvert un projet « ultra top secret » de la CIA consistant à rapatrier vers les Etats-Unis les dirigeants de Daech pour les former et les entraîner à nouveau, en vue de futures missions, dans un centre secret au cœur de l’Amérique, nommé « « Islamville »« .

Le site américain,« Whatdoesitmean.com », qui rapporte l’information, l’analyse ainsi :

« D’abord, Obama, par cette attaque, cible directement ces forces d’élite Spetsnaz russes en Syrie.
Ensuite, Obama veut cacher le fait que la découverte de cette base militaire islamiste secrète au cœur de l’Amérique, risque de révéler qu’il y a au moins 22 autres bases qui y ressemblent à travers les États-Unis et qui ont été documentées par diverses sources.»

Pire encore, ce rapport met en garde sur le fait que ces bases « connues » qui sont, en réalité, des centres islamistes de formation et d’entraînement militaires pour des attaques ciblées sur les pays musulmans, sont aussi une menace pour l’Amérique.
Le rapport note aussi qu’il y a, aux USA, plus de 2.200 mosquées, dont 75 % appartiennent au «réseau des Frères musulmans», car elles sont officiellement détenues par le « North American Islamic Trust » (« NAIT »), la banque des Frères musulmans aux États-Unis.
(source : http://yournewswire.com/us-kill-russian-spies-who-discover-secret-isis-base-in-tennessee/)

Pourquoi sauver les chefs du DAECH ?
Le commandant des unités de renseignement de l’armée syrienne a fait état de la reddition de près de 5000 hommes armés, qui ont accepté de combattre, désormais, les terroristes de Daech!

Ces ex-rebelles, qui combattaient l’armée nationale, dans la banlieue de Deraa et d’Al-Soueida appartiennent, entre autres, à la milice « Jaïsh al-Harka ».
Les hommes armés ont accepté de combattre Daech, aux côtés de l’armée syrienne, en échange d’une amnistie générale.

Les pourparlers entre l’armée et les miliciens ont débuté, il y a trois mois, sous l’auspice des dignitaires des tribus de Deraa et de Deir ez-Zor, et l’accord, de part et d’autre, était prêt à entrer en vigueur depuis un mois.
Selon les termes de cet accord, les membres de Jaïsh al-Harka quitteront le rif de Deraa et la ville elle-même, pour se rendre à Al-Ghaiteyn dans la banlieue Nord de Homs et aux alentours d’Al-Salmiya, à Hama, où ils devront se battre contre Daech et l’expulser de ces régions…et ce avec l’appui des raids aériens de la Russie.

L’armée syrienne armera aussi ces ex-rebelles et couvrira leur action par des raids aériens.
Ces forces ont déjà libéré trois cités, dans la banlieue de Hama, et elles font marche sur la cité de Mahin, à Homs.

Ces redditions massives s’intensifient de jour en jour, d’où la panique des Américains et de leurs supplétifs islamistes.

Ambroise

http://philippehua.com/2015   du 21/12/2015

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43