JESUS, TABOU

Sacrilèges Autour De Notre Enfant Jésus !

baby-jesus2-500x648

Enfant Jésus Brisé !

À l’évidence, personne n’en a entendu parler !

Pas de message à la télé ou à la radio !

Pas de gros titres dans la presse !
Pas de vertueuse indignation de nos gouvernants,
Pas de phrases fortes comme :

« Nous mettrons tout en œuvre pour retrouver les coupables ».

Et pourtant !

Le crime est audacieux :
On a kidnappé le petit Jésus dans son berceau de bois et de paille !
Cela s’est passé entre Noël et le jour de l’An et aucun panneau « Alerte enlèvement » n’a brillé dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

Les paroissiens de l’église Saint-Cyr-Sainte-Julitte de Villejuif n’en sont pas encore revenus.

Le curé a exclu d’emblée une fugue de l’enfant : ce n’est pas son genre.
Sur place, on fait le triste rapprochement avec l’attentat que voulait commettre dans cette même église, il y a huit mois, « Sid Ahmed Ghlam », ce Franco-Algérien de 24 ans lourdement impliqué dans l’assassinat d’Aurélie Châtelain.
Heureusement, à l’époque, l’attentat avait été déjoué.
À l’heure où ces lignes sont écrites, on n’a retrouvé ni le bambin ni les santons.

Quelques jours plus tard, à quinze kilomètres de là, et toujours dans le profond silence des médias, il ne s’agit plus d’enlèvement mais de meurtre !
Enfin, de simulacre, mais quand même.

Une femme est entrée dans l’église Notre-Dame-de-Toutes-Grâces, au Perreux, s’est emparée de la figurine du petit Jésus, l’a précipitée par terre, la brisant en mille morceaux, puis est tranquillement repartie.

Selon « Le Parisien », des témoins la décrivent comme voilée et parlant arabe.
Pour le curé de la paroisse, il ne s’agit que d’un incident « auquel il ne faut pas donner plus d’importance qu’il n’en a »
Ah bon ?
Parce que s’en prendre ouvertement au symbole d’une période liturgique particulièrement importante pour les chrétiens, ce n’est pas important ?
Monsieur le curé, ce n’est pas un morceau de plâtre peint qui a été réduit en poussière, c’est la représentation de votre Dieu.
Puis-je respectueusement vous rappeler que « sacrilège » vient du latin « sacrum » (objet sacré) et « legare » (ramasser, prendre).
En d’autres termes, dérober ou, pire, briser, fracasser un objet sacré est un sacrilège.
Selon votre catéchisme, « le sacrilège consiste à profaner ou à traiter indignement les sacrements et les autres actions liturgiques, ainsi que les personnes, les choses et les lieux consacrés à Dieu ».
Votre catéchisme poursuit :

« Le premier commandement de Dieu réprouve l’action de tenter Dieu, en paroles ou en actes, et le sacrilège. »

Coup sur coup,
on commet deux sacrilèges
dans deux églises
de la banlieue parisienne
et personne ne moufte !

Messieurs les abbés, arrêtez de faire les autruches,
dites ce que vous avez sur le cœur,
dites ce que ces actes vous inspirent,
dites que vous êtes scandalisés par ces sacrilèges,

exprimez-vous,
« n’ayez pas peur »,
comme vous le recommandait Jean-Paul II,
appelez-en aux autorités, si promptes à réagir lorsque l’on tague une mosquée ou une synagogue.
Ce n’est pas en vous taisant que vous empêcherez ces actes d’être commis.
En plus, par votre silence, vous abandonnez vos ouailles en rase campagne !
Pas très charitable !
Ni très pastoral !

Yannik Chauvin

http://www.bvoltaire.fr   du 07/01/2016

Une église profanée ne fait pas déplacer un ministre et le plâtre de la figurine d’une crèche dans cette église n’a pas la valeur sacrée du papier brûlé de quelques feuilles d’un coran dans une salle de prière.
Pauvre France !

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43