Archive | 13/01/2016

La France Perd – Elle Donc Le Nord ?

francemaconnique

Nos Socialistes Francs-Maçons

 

On sait maintenant pourquoi ils se serrent tous les coudes  !

 Ministres et Conseillers

– François Hollande. (président de la république), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF) et Young Leader.
– Jean-Marc Ayrault. (ex-premier ministre) : en 2008, maire de Nantes, il fait voter une subvention de 400 000€ destinée à la rénovation et à  l’agrandissement du local servant aux réunions de 7 loges maçonniques.
– Manuel Valls. (ministre de l’intérieur), franc-maçon membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF).
– Christiane Taubira. (ministre de la justice), franc-maçonne membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Pierre Moscovici. (ministre de l’économie et des finances), ancien  membre de la LCR (Ligue Communiste Revolutionnaire) et Young Leader
– Najat Vallaud-Belkacem. (ministre des droits des femmes), Young Leader
– Arnaud Montebourg. (ex-ministre du redressement productif), franc-maçon membre du Grand Orient de France (GODF) et Young Leader
– Michel Sapin. (ministre du travail), franc-maçon membre du Grand Orient de France (GODF) – Vincent Peillon. (ex-ministre de l’éducation nationale), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF), ancien membre du Comité communiste  pour l’autogestion
– Jérôme Cahuzac. (ancien ministre du budget), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Yves Le Drian. (ministre de la défense), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF) – Stéphane Le Foll. (ministre de l’agriculture), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Marylise Lebranchu. (ministre de la réforme de l’État, de la décentralisation et de la fonction publique) franc-maçonne, ancienne membre du PCMLF (Parti communiste marxiste-léniniste de France) – Marie Escoffier. (ministre déléguée chargée de décentralisation), franc-maçonne membre du Parti Radical de Gauche et de la Grand Loge Féminine de France (GLFF)
– Fleur Pellerin. (ministre déléguée chargée des petites et moyennes  entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique), Young Leader
– Benoît Hamon. (ministre délégué à l’économie sociale et solidaire et à la consommation), franc-maçon
– George Pau-Langevin. (ministre déléguée à la réussite éducative), franc-maçonne
– Michèle Delaunay. (ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie), franc-maçonne – Frédéric Cuvillier. (ministre délégué aux transports), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Marc Mancel. (conseiller de la ministre George Pau-Langevin),  franc-maçon membre du Grand Orient de France (GODF)
– Christophe Chantepy. (directeur de cabinet de Jean-Marc Ayrault), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Alain Simon. (contrôleur général au ministère de l’économie), franc-maçon du Grand Orient de France  (GODF)
– Alain Vidalies. (Ministre en charge des relations avec le Parlement), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Aquilino Morelle. (conseiller de François Hollande), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF) et Young Leader
– Cédric Lewandowski. (directeur de cabinet de Jérôme Cahuzac), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Victorin Lurel. (ex-Ministre délégué en charge de l’Outre-Mer), franc-maçon membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Renault Vedel. (directeur adjoint de cabinet de Manuel Valls), franc-maçon membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Alain Bauer. (conseiller officieux de Manuel Valls), franc-maçon haut gradé, ancien Grand Maître du Grand Orient de France (GODF)
– Yves Colmou. (conseiller de Manuel Valls), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)

Sénateurs

– François Rebsamen. (président du groupe soc au Sénat), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Pierre Sueur. (sénateur soc du Loiret et président de la commissions des lois), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Claude Domeizel. (sénateur soc des Alpes-de-Haute-Provence), franc-maçon du Grand Orient de France Gérard Collomb (sénateur maire de Lyon), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Michèle André. (sénatrice soc du Puy-de-Dôme), franc-maçonne, vice-présidente de Fraternelle Parlementaire et membre de la secte maçonnique du Droit Humain
– Robert Navarro. (sénateur soc de l’Hérault), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)

Assemblée Nationale,
et Collectivités Locales

Henri Emmanuelli.(député soc des Landes), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Christian Bataille.(député soc du Nord), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Pascale Crozon.(députée soc du Rhône), franc-maçonne, vice-présidente de la Fraternelle Parlementaire
Pascal Terrasse.(député soc de l’Ardèche), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Olivier Dussopt.(député soc de l’Ardèche) franc-maçonGrand Orient de France (GODF)
Brigitte Bourguignon.(députée soc du Pas-de-Calais), franc-maçonne
Odile Saugues.(députée soc du Puy-de-Dôme), franc-maçonne
Patrick Menucci.(député soc des Bouches-du-Rhône), franc-maçon de la Grande Loge de France (GLDF)
Paul Giacobbi.(député du PRG de la Haute-Corse), franc-maçon de la Grande Loge de France (GLDF)
Jean Le Garrec.(ancien ministre soc), franc-maçon, président du Cercle Ramadier, membre du Grand Orient de France (GODF)
Philippe Guglielmi. (premier secrétaire fédéral du PS de Seine-Saint-Denis), franc-maçon, ancien Grand Maître de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
Jean-Jacques Queyranne. (ex-président de la région Rhône-Alpes), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Philippe Foussier. (rédacteur en chef de la revue de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains), franc-maçon du Grand Orient de France(GODF).
Jean Glavany. (député soc des Hautes-Pyrénées), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Jean-Marie Cambacérès. (député soc du Gard), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Jean-Michel Baylet. (sénateur PRG du Tarn-et-Garonne),  franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
Jack Lang. franc-maçon
Daniel Vaillant. (député-maire à Paris), franc-maçon
Harlem Désir. (ex-Premier Secrétaire du PS), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)

source : http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr

Cette liste de francs-maçons du PS n’est bien sûr pas exhaustive…
Ils aiment aussi le jeu des « chaises musicales », on ne sait plus qui fait quoi ni qui est où…
Pour plus d’informations sur le sujet, notre rédaction recommande la lecture du livre  « Le complot contre Dieu. »

complot contre Dieu

Nous sommes en Occident !
Nos oligarques fourmillent au GRAND ORIENT qui n’a vraiment rien d’oriental !
Le peuple est las de leurs réunions secrètes, interdites aux « sans dents », las d’être des boucliers vivants pour ces manipulateurs avides de pouvoir et de fric.

Leurs Querelles Tueront L’Islamisme.

 islamistesjpg-1

Non Aux Islamistes

 

Deux points faibles pourraient avoir raison de la mouvance islamiste.

La mouvance islamiste semble, à première vue, plus forte que jamais,
mais à y regarder de plus près,
on décèle deux points faibles qui pourraient causer sa perte et peut-être rapidement.

Les forces islamistes sont évidentes.
Les Taliban, les Shebab, Boko Haram et l’EI portent l’islamisme – idéologie qui vise à l’application rigoureuse et intégrale de la loi islamique – à d’insoutenables excès, semant la violence et la désolation dans leur marche vers le pouvoir.
Le Pakistan pourrait passer sous leur domination.
En Iran, l’accord de Vienne a permis aux ayatollahs de reprendre leur souffle.
Le Qatar dispose du revenu par habitant le plus élevé au monde.
En Turquie, « Recep Tayyip Erdoğan » se mue en véritable dictateur.
Les agents islamistes venus de la Méditerranée essaiment en Europe.

Mais les faiblesses internes, « notamment les querelles et les désaccords », pourraient avoir raison de la mouvance islamiste.

Les luttes intestines ont commencé à faire rage en 2013 au moment où les islamistes ont brutalement modifié leur pratique, passant de la collaboration mutuelle aux guerres internes.
Même si l’ensemble des islamistes partage des objectifs communs, on distingue parmi eux différents penseurs, groupes et partis caractérisés par des appartenances ethniques diverses ainsi que des orientations stratégiques et idéologiques multiples.

Les divisions internes à la mouvance islamiste ont rapidement pris de l’ampleur.
On voit ainsi les sunnites opposés aux chiites notamment en Syrie, en Irak et au Yémen,
les monarchistes opposés aux républicains comme en Arabie Saoudite,
les partisans de la violence opposés à ceux de la non-violence comme c’est le cas en Égypte,
les modernistes opposés aux partisans d’une religiosité moyenâgeuse comme en Tunisie,
sans compter les vieilles querelles de personnes comme en Turquie.
Ces divisions handicapent la mouvance qui voit ses armes retournées contre elle-même.

Cette dynamique n’est pas neuve.
Quand les islamistes sont aux portes du pouvoir, s’engage entre eux une lutte pour la domination.
Les différences qui les séparent, dans la phase initiale, s’aiguisent à mesure que l’enjeu gagne en importance.
En Turquie, par exemple, le leader politique « Erdoğan » et le dirigeant religieux « Fethullah Gülen » ont collaboré jusqu’à l’éviction de leur ennemi commun, l’armée, de la scène politique avant de se tourner l’un contre l’autre.

L’impopularité est l’autre point faible de la mouvance et peut-être le plus dangereux pour elle.
Une fois que les populations ont expérimenté le régime islamiste, elles le rejettent.
Il y a une différence de taille entre croire en l’idée des bienfaits de la loi islamique et supporter l’application concrète de ses interdits, que ce soit les horreurs totalitaires de l’État islamique ou encore la dictature – comparativement bénigne – qui se met en place en Turquie.

Ce mécontentement se manifeste par plusieurs signes :
Rejet de la République islamique par une grande majorité des Iraniens,
exil de vagues de population de Somalie
et manifestations de masse de 2013 en Égypte protestant contre une et une seule année de pouvoir exercé par les Frères musulmans. À l’instar des régimes fascistes et communistes, le pouvoir islamiste conduit souvent les gens à voter avec leurs pieds.

Si ces deux tendances se maintiennent, la mouvance islamiste ira droit dans le mur.
Certains analystes voient déjà l’ère islamiste péricliter et de ses ruines émerger quelque chose de neuf.
À titre d’exemple, l’universitaire soudanais « Haidar Ibrahim Ali » pense que l’ère de la « post-islamisation » a commencé car « la vitalité et l’attractivité de l’islamisme se sont taries, même parmi les plus ardents de ses supporters et partisans. »

Les ennemis de l’islamisme quant à eux ont du pain sur la planche.
Les musulmans doivent tout à la fois combattre cette mouvance et, face à l’objectif d’instauration de la loi islamique, développer une alternative forte tout en expliquant de façon constructive ce que signifie être musulman en 2016.
Les non-musulmans peuvent les y aider en leur adressant des félicitations mais aussi en leur fournissant des fonds et même des armes.(???)

Les problèmes croissants que connaît l’islamisme inspirent confiance mais ils ne doivent pas conduire à la satisfaction car un nouveau revirement peut se produire à tout moment.
Toutefois si la tendance actuelle se maintient, la mouvance islamiste aura, comme le fascisme et le communisme avant lui, une portée limitée.
Elle nuira à la civilisation occidentale mais ne pourra pas la détruire.

Quelle que soit la tendance, le défi à relever est et reste la défaite de l’islamisme.

Daniel Pipes
(Adaptation française : « Johan Bourlard »)

http://fr.danielpi   du 04/01/2016

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43