Archive | 04/02/2016

«Lügenpresse» En Allemagne ?

Java Printing

Presse allemande mensongère !

La confiance entre médias et citoyens allemands est rompue !

Dans un climat de défiance générale à son égard, la presse allemande n’a jamais été aussi mal en point.
Comme l’a rappelé « Hildegard von Hessen am Rhein » sur « Boulevard Voltaire » :

« les Allemands se détournent non seulement des éditions papier, mais aussi des sites.
Ce qui se passe en Allemagne est énorme »
.

En effet, depuis 2014, la chute est douloureuse pour les grands titres d’outre-Rhin.

En septembre 2015, six quotidiens étaient dans le rouge, et le mois suivant n’aura fait qu’aggraver les choses.
Chez nos voisins, on décrit cette agonie comme étant le résultat de « l’effet Ulfkotte », du nom de cet ancien rédacteur en chef du « FAZ » ayant révélé, dans son livre, comment la CIA contrôlait toute la presse allemande pour manipuler l’opinion.

Ajoutez à cela l’anti-poutinisme délirant des principaux quotidiens, qui s’alignent outrageusement, couvertures après couvertures, sur la ligne atlantiste anti-russe, et surtout le silence de plomb entourant les viols de masse de la nuit du Nouvel an, et le public se met à scander « Lügenpresse » (« presse mensongère ») à l’unisson.

Le 29 avril 2014, dans la revue, « Cicero », Alexander Kissler écrivait :

« Les journaux meurent.
La raison en est que l’on écrit totalement hors-sol.
En particulier sur les sujets qui concernent la Russie ou sur « Akif Pirinçci » (accusé de manière manipulée d’avoir tenu des propos incitant à la haine raciale durant une manifestation « PEGIDA » à Dresde).
Ce n’est pas ainsi qu’il convient de traiter les lecteurs. »

Cette tendance à la dissimulation des problèmes « politiquement incorrects » et à l’absence de tout esprit critique vis-à-vis de la politique américaine ont conduit les lecteurs à la méfiance vis-à-vis des médias traditionnels et à leur ré-information par leurs propres moyens sur internet.
En France, la presse traditionnelle, ultra-subventionnée (par l’État comme par Google), ne peut se vanter de meilleurs résultats et semble suivre, irrémédiablement, la même pente.

http://www.ojim.fr   du 04/02/2016

Heureusement que nous pouvons nous informer ailleurs ET RE-INFORMER nos amis car les médias subventionnés et autorisés sont pourris !

Normal 1er Deviendrait-Il « Caméléon » ?

droite

 Gouvernement socialiste,
demi-tour à droite !

Instituer la dégressivité de l’allocation-chômage, comme si diminuer l’indemnisation des sans-travail entraînait automatiquement la création d’emplois…
Non, ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui l’a proposé, pas plus qu’il ne l’a fait lorsqu’il était président en exercice.
Il n’aurait pas pris le risque de se mettre à dos l’ensemble des syndicats et des forces de progrès.
C’est un gouvernement socialiste qui prend l’initiative de cette mesure particulièrement « antisociale ».

Déchoir de leur nationalité des citoyens français au seul prétexte qu’ils ont pris les armes contre leur pays…
Non, Marine Le Pen n’a pas, ou pas encore, accédé au pouvoir et, d’ailleurs, il n’est pas dit que, chef de l’État, elle oserait s’attaquer aussi frontalement au droit du sol, voire à l’occasion au droit du sang.
C’est un gouvernement de gauche qui tourne froidement le dos à des principes et des valeurs qui étaient tenus, il y a peu, pour des constituants fondamentaux de son idéologie.

Démantèlement des trente-cinq heures, refonte du Code du travail, et donc remise en cause du régime d’indemnisation le plus généreux d’Europe.
Même dans leurs rêves les plus fous, Monsieur  »Gattaz » et le « MEDEF », qui le demandaient depuis toujours, n’en espéraient pas tant.

Extension de la légitime défense pour les forces de l’ordre, prolongation indéfinie de l’état d’urgence, et donc déchéance pour les nationaux antinationaux.
« Clemenceau » n’aurait pu qu’approuver ce premier pas dans la bonne direction.

Confronté d’une part à la faillite de sa politique économique et sociale, d’autre part aux attentes et aux exigences croissantes d’une opinion qui, sous le coup des attentats récents et dans la crainte de nouveaux attentats, comparables ou pires, est mûre pour aller très loin dans le registre de la prévention et de la répression, François Hollande a ordonné à ses troupes un spectaculaire demi-tour à droite. Valls a triomphé de Taubira, Macron relègue Aubry au placard.

Fuite en avant, dans la panique, mais aussi coup de poker.

Le président de la République dont il n’est désormais aucun geste, aucun mot, aucune décision qui ne s’inscrivent dans la perspective de 2017, compte sur la conjoncture et l’avantage que lui confèrent ses fonctions pour gagner sur l’électorat du centre et même de la droite sans plus se soucier de déplaire sur sa gauche.

Il est prêt à séduire Boulogne, quitte à désespérer Billancourt.

Un calcul audacieux payant pour le second tour, mais qui pourrait bien lui coûter le premier.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr   du 03/02/2016

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43