Archive | 28/02/2016

Notre CondOr Elyséen Au Salon !

F.HOL farine La Gueule Enfarinée !

Comme tous les hommes politiques, surtout quand ils sont en campagne – or, de son état, il est homme politique sans être pour autant homme d’État, et il se trouve qu’il est en campagne -, François Hollande n’a pas manqué, hier matin, le rendez-vous annuel que les travailleurs de la terre, qui ne ment pas, donnent aux professionnels de la politique, qui seraient bien en peine d’en dire autant.

Cette année, il n’y était pas le bienvenu !

L’agriculture française traverse une crise qui n’est pas seulement financière et technologique mais morale et même existentielle.
Comment l’ignorer quand nos éleveurs et nos producteurs de lait, de fruits et de légumes, crient leur colère et leur détresse depuis des mois sur les routes et dans les villes de France et de Navarre, quand ceux mêmes qui ne se sont pas pendus, qui n’ont pas fait faillite, qui n’ont pas baissé les bras et qui ont tenu à être présents, quand même, au Salon de l’agriculture se disent au bord de la ruine, sans moyens, sans espoir, condamnés à la mort par les lois impitoyables du marché ?

François Hollande ne l’ignore donc pas.
Le président de la République, « qui est bien informé », tenait à dire aux derniers paysans de France qu’il connaissait leur situation.
Le président de la République, « qui n’est pas sourd », avait à cœur de leur faire savoir qu’il entendait leurs cris de souffrance.
Le président de la République, « qui n’est pas bête », comprenait leur révolte.
Oui, mais connaître n’est pas subir,
entendre n’est pas écouter,
comprendre n’est pas partager,
et surtout, parler n’est pas agir.

Au point où ils en sont, nos agriculteurs savent très bien ce qu’ils veulent et ce qu’ils obtiendraient évidemment de l’État… « s’il y avait encore un État ».

À court terme, l’arrêt du stupide embargo décrété contre la Russie, auquel la solidarité occidentale (en clair, la soumission aux consignes de Washington) nous interdit de mettre fin.
À moyen terme, l’obligation pour la grande distribution de rémunérer à leur juste prix les produits de notre agriculture, la taxation des importations de viande et de lait
- des Pays-Bas,
du Danemark,
de l’Allemagne
et de la Pologne qui nous font une concurrence déloyale sur la base de bas salaires et d’une industrialisation forcenée.
Mais le ralliement de nos dirigeants à l’économie de marché, à la philosophie du libéralisme, les abandons de souveraineté que nous payons aujourd’hui et les accords qui nous ligotent font que l’État français ne dispose plus d’aucun moyen d’action ni sur les grandes surfaces ni sur nos partenaires européens.

À long terme, une politique de réorientation et de restructuration de notre agriculture fondée sur la recherche de la qualité.
Mais nos dirigeants d’un jour ou d’un quinquennat n’ont pas de politique du long terme, et les agriculteurs, plus lucides que les gouvernements, savent parfaitement que ce n’est pas à coups de subventions, d’exonérations et de reports de dettes qu’on va guérir la maladie chronique qui les ronge.
Ils n’ont que faire des bonnes paroles et des aumônes – des clopinettes – qui, loin de les apaiser, les exaspèrent.

Dans ces conditions, l’accueil fait à Môssieur Hollande a été celui qu’une famille en deuil ferait à l’individu qu’elle tiendrait pour responsable de la mort du défunt et qui, le jour des obsèques, aurait le culot de venir lui présenter ses condoléances à la sacristie.

Arrivé la bouche en cœur et la main tendue, le président de la République a été hué et conspué à la porte de Versailles.

S’y attendait-il ?
Dans ce cas, on lui reconnaîtra un certain courage.

Ne s’y attendait-il pas ?
On s’étonnera de son inconscience.

Dans l’une ou l’autre hypothèse, il était en tout cas gonflé, aux deux sens du mot !

Dominique Jamet

Image de prévisualisation YouTube

Enfin des Français courageux !

http://www.bvoltaire.fr    du 28/02/2016

Comme pour toutes ses promesses, notre « CondOr Elyséen » ne doit pas se souvenir de ce qu’il a pu dire fin avril 2012 sur son compte « Facebook » :

« Je plains le candidat-sortant.
Je me déplace partout, je peux aller vers vous, c’est un grand bonheur !
Lui, ça paraît plus difficile ! »

Inconscience ou sénilité précoce ?
Il est allé et cela n’a pas été facile pour lui !

Le Jurassic Park Du Parti Socialiste !

PS jurassic park

Nos archives policardes !

Martine Aubry, l’antédiluvien maire de Lille, est « moderne et progressiste » !

De la capitale de cette région ruinée par des décennies de pouvoir socialiste, elle vient de lancer une attaque violente contre l’exécutif, singulièrement contre Manuel Valls, mais aussi contre le Président.
Trop, c’est trop, dit-elle !

Un parti qui a gommé pendant des années la nation doit, bien sûr, refuser qu’on retire la nationalité française à des terroristes !

Un parti qui a affaibli durablement notre économie par des mesures à contretemps, comme l’absurde durée légale du travail à 35 heures dont la « Martine » porte la lourde responsabilité, ne peut accepter qu’on adapte le Code du travail aux exigences économiques de l’époque.

Du haut de préjugés indécrottables, une poignée de socialistes particulièrement obtus, rejoints par quelques gauchistes peints en vert, accompagnés par une pincée de « chercheurs » peu trouveurs, que l’idéologie pousse depuis longtemps à cautionner des âneries, ont signé un texte indigent dans le journal qui désinforme l’intelligence nationale à partir du lycée.

Le microcosme politico-médiatique de gauche joue à plein :
Des gens qui se sont constamment trompés, portés par les médias, s’offrent sans complexe le droit de donner des leçons.
Le couple exécutif trahirait les dogmes « modernes et progressistes » du socialisme.
Que la réalité du monde et la volonté du peuple aient rendu ces illusions désuètes et dangereuses n’atteint pas les inquisiteurs.
Ils n’ont rien appris ni rien oublié :
La souplesse en économie, la rigueur pour la sécurité et la préservation d’une identité nationale sont des blasphèmes.

La tirade suivie d’une pétition qui prend comme un feu de brousse n’a qu’un objet petitement politicien :
Obtenir des primaires à gauche pour changer d’équipe.
Mais elle prend la forme d’un Jurassic Park à la française :
Les dinosaures du socialisme marxiste contre les mammouths de la social-démocratie.

Les premiers sont une rareté qui serait intéressante sur le plan touristique si elle ne s’accompagnait pas de grèves dans les transports publics.
Ils n’ont survécu qu’en France, protégés par un micro-climat médiatique.
Il faut aller à Cuba ou en Corée du Nord pour leur trouver de lointains cousins.

Les seconds sont une espèce en voie d’extinction avant d’avoir pu prendre sa place dans le biotope national.

L’évolution génétique nécessaire à la survie s’est produite ailleurs il y a longtemps, par exemple en 1959 (!) à Bad Godesberg chez nos voisins allemands.
Cette longueur d’avance a permis à un chancelier social-démocrate de mettre en place, il y a plus de 10 ans, et avec le succès que l’on sait, des réformes dont la « droite » n’ose pas rêver chez nous.
Seulement, la social-démocratie, les recettes keynésiennes à jet continu, l’État nounou avec ses assistés, ses dépenses publiques en progression constante, c’est fini aussi.

Valls arrive trop tard dans un monde trop vieux.
On est passé au social-libéralisme, bref à l’idée de droite que, pour distribuer des richesses, il faut d’abord les produire.

Les Français contemporains veulent la liberté.
Ils savent que le travail est le meilleur moyen de l’acquérir, à condition que l’État s’occupe sérieusement de la sécurité et privilégie, évidemment, la solidarité nationale plutôt que de se complaire à des discours grandiloquents contre le racisme ou la discrimination.

Ces idées sont globalement de droite, et les dinosaures comme les mammouths vont être balayés, à condition – et ce n’est pas gagné – que la droite française perde ses complexes.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr   du 27/02/2016

Attention !
Ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas se méfier des moustiques-tigres du XXIème siècle, impatients de balayer le peu de choses qu’ils aient connues, il y a si longtemps que le bon peuple tourne dans cette jungle bigarrée, c’est à en perdre son patois régional et ses traditions bien Françaises !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43