Archive | 18/03/2016

Salah Abdeslam A Enfin Eté Arrêté !

salahArrêté et Hospitalisé !

« Salah Abdeslam » a été arrêté aujourd’hui en Belgique.

L’un des auteurs des attentats du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts a été blessé lors de l’opération qui a eu lieu dans la ville de Molenbeek.

Mardi, l’étau s’était déjà resserré autour de Salah Abdeslam après une perquisition dans la banlieue de Bruxelles.

Les policiers avaient abattu un individu, mais deux personnes avaient réussi à s’enfuir.

Des empreintes digitales de Salah Abdeslam avaient été retrouvées sur un verre.

« Salah Abdeslam » avait réussi à quitter la France dans la nuit après les attaques de novembre.

Une caméra de vidéosurveillance avait filmé l’homme avec deux complices dans une station-service de l’autoroute A2.

Cette arrestation marque la fin d’une cavale de quatre mois pour l’homme de 26 ans.

http://actu.orange.fr   du 18/03/2016 à 18:30

Du grain à moudre pour nos médias, ils pourront nous dissimuler les questions brûlantes actuelles, nous dire ce qu’il en est de la jungle de Calais, de ce qu’on décide pour les migrants, etc.

Noir et Blanc, Des Couleurs Interdites ?

rien-voirEt l’odeur ou le toucher,
bientôt censurés ?

Delphine Ernotte, la patronne de « France Télévisions » a le droit de dire qu’il y a trop « d’hommes blancs de plus de 50 ans » sur les écrans français.

En revanche, le journal « 20 Minutes », lui, n’a pas le droit de titrer « 14 civils tués dont 4 blancs », suite à l’attentat du Grand Bassam en Côte d’Ivoire !
C’est du moins ce que pense le magazine « Les Inrocks ».

Il s’agissait, en réalité, de la reprise, sans guillemets il est vrai, d’une citation du ministre de l’intérieur ivorien.
Mais, explique ce magazine :

« Réalisant son erreur, l’équipe de « 20Minutes.fr » a ensuite changé le titre du même papier.
Au lieu de rajouter les guillemets pour montrer que leur titre précédent était une citation, les journalistes ont préféré modifier complètement la titraille (et l’URL du papier), lui préférant…
« 
Attaque en Côte d’Ivoire : le récit d’une journée noire »

«Journée noire» !

De quoi aggraver son cas pour « Les Inrocks », qui évoque, sans rire, « deux titres particulièrement gênants ».
Ou comment « Les Inrocks » deviennent les arbitres des élégances…ou les censeurs, au choix !

Le magazine ne risque pas de manquer de travail, tant l’expression est régulièrement utilisée dans toute la presse, aussi bien par « Le Figaro », « Ouest France », « i>Télé », que « Challenges », ou « Le Point »

Malgré cette pression, « 20Minutes.fr » n’a pas changé son titre.

Source : http://www.lesinrocks.com

http://www.ojim.fr   du 18/03/2016

Madame « Ernotte » ne pouvait pas parler de femmes… n’est ce pas !
Mais qui lit ou regarde nos médias…femmes, hommes ?
Bientôt il n’y aura plus de médias car les robots nous remplacent plus vite que les migrants.
Combien de chômeurs en perspective ?

Histoire Encore Méconnue Et Occultée !

exode

Un exode bien caché !

Comment huit cents mille juifs furent expulsés des pays arabes entre 1940 et 1970.

Après de longues années d’efforts et de tractations, le parlement israélien (« Knesset ») a adopté en juin dernier une loi fixant au 30 novembre de chaque année la commémoration de l’expulsion et l’exode des juifs des pays arabes et de l’Iran.

En Israël et dans la diaspora devront être organisées des journées pédagogiques afin de renforcer la conscience internationale en ce qui concerne ces réfugiés.
Ce qui devrait déboucher sur leur droit a la réparation dans le cadre des négociations de paix au Proche-Orient.
Après soixante ans, ce n’est pas trop tôt.

Mercredi dernier, c’est à la mairie du 17earrondissement  que s’est tenue la première réunion à Paris, organisée par « Josiane Sberro », avec l’appui du centre « Simon Wiesenthal ».

Entre 1940 et 1970, une civilisation entière a disparu des pays arabes.
Pourquoi cette histoire est-elle restée méconnue ?
Que sont devenus ces 800 000 juifs des pays arabes et d ‘Iran…pourquoi omettre  la Turquie ?
Quel impact cette reconnaissance et cette commémoration peuvent avoir sur ce qui se passe au Proche Orient et en France ?

Quelques-unes des questions auxquelles « Schmuel Trigano » a donné des réponses.
Il a rappelé les degrés et les formes différents qu’avait pris l’exclusion de Juifs, selon les pays et les époques.
De la discrimination juridique (Syrie) à la dénationalisation (Egypte) et  la spoliation économique et sociale (Liban, Yemen) en passant par l’événement pogromique (Irak).
Tous les pays arabes sont concernés, dont la Tunisie et le Maroc.

À propos des deux derniers, ça dérange.
Pays de la douceur du vivre-ensemble… 

Nombreux sont les Juifs qui continuent de s’anesthésier à la nostalgie,
perpétuent le mythe du bonheur en pays arabes
et  folklorisent  le passé.

Cet exode est une histoire politique niée,  trop peu analysée, « voire travestie » afin de justifier le traitement exclusif des réfugiés palestiniens.
« Schmuel  Trigano » n’hésite pas à parler du silence  sépharade comme d’une faute politique.
Mais il rappelle aussi que le « Wojac » (« World organisation of Jews from Arab countries ») a tenté en vain dans les années 80 de convaincre Israël de la nécessité de verser au dossier de la paix l’exode des 800 000 juifs chassés des pays arabes.
Cette histoire ne serait-elle pas la clé de la délivrance de la mémoire et du rétablissement de la vérité ?

« Trigano » démontre que ce qui se passe aujourd’hui dans le monde musulman du Pakistan au Mali est la dernière étape d’un processus commencé avec les Arméniens, poursuivi avec les juifs et se terminant aujourd’hui avec les Chrétiens.

« Georges Bensoussan » revient sur la difficulté  d’écrire l’ histoire de ce presque million de Juifs des pays arabes virés de leur terre natale.
Plusieurs facteurs, selon lui, convergent.
1/Les Juifs eux-mêmes, avec cette  difficulté pour les Ashkénazes de donner crédit aux Séfarades qui eux, n’ont pas été décimés par la Shoah.
2/ Le monde arabe, négationniste, et qui continue de travestir la réalité en mettant sur le dos de la création de l’État d’Israël, le « malaise »juifs/arabes et le départ des juifs.
Si c’était vrai, alors pourquoi les juifs ont-ils été si soulagés de voir arriver les colonisateurs en qui ils virent leurs libérateurs ?
(rappelons que les juifs étaient des « dhimmis », des protégés)
3/ L’Occident qui préfère croire au mythe du bonheur juif en pays arabe et ne s’intéresse qu’aux 700 000 réfugiés palestiniens.

Pourtant des travaux existent :
Ceux de « Bensoussan » et « Trigano », ainsi que « N. Weinstock »,  « P. Fenton » ou « Litman ».
Mais la presse n’en fait pas écho…

La fin de 800 000  Juifs en terre d’Islam dérangerait la mécanique intellectuelle progressiste qui veut qu’un dominé ne peut pas être en même temps un dominateur, spoliateur et antisémite ?

Enfin, avec humour, « Daniel Sibony » a rappelé que le pouvoir arabe protégeait les juifs  en terre d’Islam de la masse arabe  elle-même :
En effet moyennant impôt, les juifs pouvaient vivre  tranquillement et faire la fête !
D’où cette nostalgie sans doute…
Cette nouvelle journée de commémoration peut permettre aux Juifs séfarades de faire connaître leur Histoire, de faire la paix avec leur mémoire et  cesser de nourrir un mythe que d’autres utilisent avec une habileté perverse !

En reconnaissant ce fait politique majeur, la disparition des communautés juives des pays arabes,
Israël,
le monde arabe
et la communauté internationale
seront contraints de poser enfin cette pièce manquante  sur l’échiquier de la paix à construire.

Car nier n’est pas jouer !

Maya Nahum

http://www.causeur.fr   du 20/12/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43