Archive | avril 2016

C’est Un Gouvernement A Dormir Debout !

ecole-education-travail-300x181 (1)

Nuisons  Debout !

Ces dernières semaines, une nouvelle espèce sociologique et médiatique vient de voir le jour dans nos villes, même si elle vit la nuit :

celle de nouveaux révolutionnaires qu’on appelle les « dormeurs debout ».

Les « dormeurs debout », s’inspirant, dit-on, des indignés espagnols, se réunissent sur une place pour y passer la nuit, et même si la plupart sont assis ou allongés sur le sol, ils sont censés rester debout.

Ils débattent, chacun vient parler à son tour – 3 min chrono, égalité oblige -, ils refont le monde, un monde qui continue de tourner tranquillement sans eux.
Mais, paraît-il, c’est une révolution, un nouveau Mai 68, du moins selon les médias qui sont là, eux aussi.
Normal : les histoires à dormir debout les intéressent particulièrement…

Autrefois, les révolutions ou les coups d’État se faisaient par des barricades, des prises de Bastille, bref, en s’en prenant directement aux lieux du pouvoir.
Le 18 brumaire, Bonaparte prit même d’assaut la Chambre des députés, que l’on vit sortir en courant, les piques des grenadiers dans les fesses.
Aujourd’hui, il suffit de dormir debout pour faire la révolution !

Ce faisant – et personne n’a souligné tout le discernement dont ils font preuve -, ces noctambules représentent bien le pendant révolutionnaire de ce qui constitue la quintessence de notre France actuelle et de ses gouvernements successifs, particulièrement celui qui est en place.

Produire des mesures, inventer des actions à dormir debout.

Car si l’on prend toutes les mesures du quinquennat Hollande, depuis les plus signifiantes jusqu’aux encore plus insignifiantes, avec leurs cortèges de normes technocratiques, de niaiseries socialistes et de dénis de réalité, on s’aperçoit que c’est une succession d’histoires à dormir debout – d’autres diront sans queue ni tête – et ce gouvernement a fait preuve, dans le domaine, d’une inventivité sans bornes :
De la réforme « Peillon » des rythmes scolaires et celle de « Belkacem » pour les collèges jusqu’au mariage homosexuel, en passant par les facéties du Président normal ou le dialogue avec « Leonarda », la mixité sociale, l’Europe et j’en passe, les épisodes à dormir debout que le quinquennat Hollande aura produits sont innombrables.
Et le tout dernier en date n’est pas le moins savoureux :
L’abolition du plus vieux métier du monde par la pénalisation du client lubrique.
Grâce au gouvernement socialiste, qui décidément ne recule devant rien, un métier pratiqué depuis des dizaines de milliers d’années va se trouver soudain éradiqué de la surface du pays, aboli à jamais.

Par contre, et grâce à toutes ces mesures à dormir debout, il y en a qui risquent de ne plus dormir du tout, ni debout ni d’une quelconque façon.
Ce sont les policiers car, déjà sollicités pour la surveillance des terroristes, occupés aux nombreuses manifestations et à la perception des amendes de radar pour les automobilistes, comme à la surveillance des dealers dans des quartiers où ils n’osent même plus entrer, les malheureux vont devoir aller en plus surveiller tous ceux qui vont aux « putes ».
Et on imagine le policier ou le gendarme :

« Monsieur, votre braguette est ouverte, ça vous fera mille cinq cents euros !
Et c’est bon pour le déficit public ! »

Oui, les dormeurs debout sont en train d’extraire et de révéler ce qu’est la quintessence de l’action de notre gouvernement et de nos hommes politiques actuels :

construire un monde à dormir debout !

Jean-Pierre Pelaez

http://www.bvoltaire.fr

 

Tous Unis Contre Les Niches Fiscales.

chut

Vous le saviez ?

En France, soutenir l’armée israélienne est déductible des impôts !

« Nathalie Goulet » attire l’attention de Monsieur le secrétaire d’État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur la réglementation actuelle qui permet aux français et françaises qui font des dons à l’armée israélienne (« Tsahal »), de défiscaliser leurs dons et leur donne le droit à 60% de réduction d’impôts, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Il s’agit donc d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère.

Elle souhaiterait avoir l’explication de cette disposition exorbitante du droit commun.

Source : http://www.senat.fr/questions/base/2016/qSEQ160320545.html

Note de notre rédaction :
Nous avons là une nouvelle confirmation que la république française est une annexe d’Israël.

Sur le sujet, notre rédaction vous recommande ces deux livres :

sarkozy-israel-et-les-juifs

§§§§§§

Couverture Le complot contre Dieu

https://lacontrerevolution.wordpress.com   du 04/04/2016

Tous Unis Contre Leur Gaspillage !

canopée

Laideur Trop Onéreuse !

Les architectes « Patrick Berger » et « Jacques Anziutti » promettaient de coiffer le Forum des Halles d’un voile léger, l’ensemble étant censé rappeler l’atmosphère d’un sous-bois en plein cœur de Paris.

Les premiers visiteurs auront recherché en vain ce qui fut promis.

La réalisation est étonnamment laide, inélégante et commune.
Le patio rénové au niveau -3 ressemble à un hall de gare des années 1970, triste, gris et lourdaud.
Quant aux ventelles d’acier arrimées, elles ont plus en commun avec les ailes d’un vieil avion Tupolev qu’avec une véritable canopée végétale.
Le tout forme un panorama immonde, proche d’un stade de football croisé avec une soucoupe volante (telle qu’on les imaginait après la Seconde Guerre mondiale) ou tout simplement d’un cafard écrasé.
Rien ne distingue le lieu des centres commerciaux contemporains des grandes banlieues mondiales, à part peut-être son coût.
Le jaune est glauque, l’endroit peu éclairé semble propice aux agressions.

« Anne Hidalgo » et son prédécesseur, « Bertrand Delanoë », ont cru en ce projet.
Pour le concrétiser, ils n’ont pas hésité à dépenser des sommes astronomiques, lesquelles (cumulées) atteignent le milliard d’euros.

« Le cœur de Paris était blessé.
Nous inaugurons un lieu réinventé, recréé, réparé »
,

déclarait lors de l’inauguration le premier édile de la capitale.
Désormais, le cœur de Paris, « son ventre », disait naguère « Émile Zola », est similaire à ceux des zones grises mondialisées, interchangeables, remplaçables.

La Canopée est un bâtiment sinistre, à l’image d’un monde progressivement transformé en grande banlieue sans âme. De Doha à Los Angeles, Pékin ou Paris : les mêmes bâtiments, les mêmes magasins, les mêmes gens habillés de la même façon.

Si de nombreux commentateurs ont critiqué la réalisation, ce n’est pas parce qu’elle choque ou qu’elle est en avance sur son temps, mais parce qu’elle n’apporte rien de nouveau que la terne banalité quotidienne.

Le musée Guggenheim de Bilbao peut déplaire, au moins il suscite une réaction fondée sur une prise de risque architecturale.
Idem pour le Centre Beaubourg en son temps.
Le bâtiment ne rentrait pas dans une logique utilitariste, contrairement à cette Canopée dédiée au consumérisme et à l’*utopie multiculturelle*.

Bientôt, les bandes retrouveront leurs habitudes aux Halles.

L’endroit leur est consacré.
« Éric Zemmour » le dit très bien dans « Le Figaro Magazine » :

« Les Halles, c’est la synthèse vivante du consumérisme et du Grand Remplacement.
[…] C’est au Forum des Halles […] qu’on sent le mieux, physiquement, la disparition d’un peuple français autrefois industrieux et inventif, transformé en consommateurs passifs et vains. »

Preuve de la justesse de cette analyse, la nouvelle Canopée accueillera notamment un « Lego Store » et un « centre hip-hop », tristement symbolique du remplacement de la culture française par une infra-culture « islamo-racaille » francophone, consubstantiellement liée à la « sous-culture » mondiale de masse.

La disparition de la nation française passe évidemment par la disparition de son peuple historique, mais aussi par la disparition progressive de ses paysages physiques et intellectuels.

La laideur s’impose partout.

La laideur de l’uniformisation, du « pour tous, tous pareils ».
La Canopée des Halles est à l’image de l’époque qui l’a vue naître :
Affreusement chère, laide, vide de sens, dédiée à la surconsommation, sans identité propre.

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr   du 11/04/2016

L’argent du contribuable largement distribué et encore une promesse non tenue !
Ces oligarques ne tiennent vraiment pas compte de ce que pense notre peuple.

Tous Unis Contre La Turquie En UE !

 Musulman-extremiste-musulman-modere

Stop aux  musulmans
en Europe !

Le deal caché de l’accord, entre l’UE et la Turquie, sur les réfugiés.

La libre circulation des Turcs est l’un des «prix à payer» demandé par la Turquie à l’UE pour l’application de l’accord du 18 mars (2016).

Demandez à un Turc ce qui motive son intérêt pour l’Union européenne, il vous répondra d’abord et avant tout «libre circulation».
Autrement dit, être européen, c’est pour la grande majorité des Turcs, avoir le «droit de circuler librement» en Europe.
Et grâce à l’accord UE-réfugiés, ils vont peut-être pouvoir réaliser ce rêve dans quelques semaines au contraire des migrants syriens, afghans, irakiens, africains et autres qui reflueront vers la Turquie.

Pour les Turcs, ce rêve s’est heurté pendant des décennies aux longues files d’attente devant les portes des consulats européens pour l’obtention aléatoire d’un visa.
Il manquait toujours quelque chose dans le dossier : une garantie, une photo, un papier…
Excédés, des professeurs renommés, des artistes, des Turcs renonçaient à venir en Europe –où environ 4 millions d’entre eux vivaient déjà à la fin 2010– plutôt que de passer par les fourches caudines humiliantes des services consulaires.

Il faut dire que les faussaires faisaient preuve d’un certain talent :
un consul européen m’a un jour montré une fausse attestation rédigée sur un papier à en-tête du… commandant en chef des Armées.

Or grâce à l’accord sur les réfugiés conclu le 18 mars par l’UE avec la Turquie, et qui doit entrer en vigueur ce 4 avril, le rêve des Turcs, se rendre en Europe sans avoir besoin de demander de visa, pourrait devenir réalité dans quelques semaines.
Car la libre circulation des Turcs est l’un des «prix à payer» demandé par la Turquie à l’UE pour l’application de cet «accord de la honte», ainsi qu’Amnesty International le qualifie.

Troisième prix à payer

On connaît bien deux des lignes de la «facture» acceptée par Bruxelles :
6 milliards d’ici 2018 pour l’accueil et l’entretien des réfugiés sur le sol turc et la reprise des négociations d’adhésion (laquelle est pourtant de moins en moins probable dans la configuration actuelle de l’Union européenne à vingt-huit, ce que tout le monde sait mais personne ne dit).

Mais on parle beaucoup moins du «troisième prix à payer» :
La levée de l’obligation de visa imposée aux ressortissants turcs désirant voyager sur le territoire de l’UE.
Si les négociateurs turcs obtiennent son application en juin, comme cela est prévu, n’importe quel Turc pourvu d’un passeport biométrique pourra se rendre librement en Europe pour un maximum de trois mois.
Ce qui vaudra au pouvoir turc et au président « Erdogan » un énorme satisfecit populaire bien au-delà du camp islamoconservateur.

En vérité, l’affaire n’est pas nouvelle.
Déjà, en décembre 2013, cette perspective avait été esquissée en marge de l’accord de réadmission conclu par l’UE et la Turquie.
Une «feuille de route» avait été proposée aux autorités turques avec pas moins de soixante-douze conditions à remplir pour que la nécessité d’un visa disparaisse à l’horizon… 2017.

Le 18 mars 2016, lors de sa conférence de presse visant à expliquer les détails de l’accord entre l’UE et la Turquie, le président François Hollande insistait sur l’exigence de ces «soixante-douze critères».

Migraine assurée à la lecture de ce catalogue alambiqué de conditions qui concernent :
la sécurité des documents,
l’ordre public et la sécurité,
la réadmission des migrants irrégulièrement entrés sur le territoire en provenance de la Turquie.
Mais aussi, catégories plus sensibles :
la gestion des migrations (le contrôle des frontières et l’octroi par la Turquie de la protection internationale) et, surtout, le respect des droits fondamentaux (liberté d’expression, respect des minorités, etc.).

Label d’État de droit

Le 4 mars 2016, la Commission européenne a souligné que cette dernière série de conditions était loin d’être satisfaite.
Mais tête à queue deux semaines plus tard :
Bruxelles n’exclut pourtant pas que la libéralisation des visas puisse s’appliquer «au plus tard à la fin du mois de juin 2016».

Dès lors, le dilemme des Européens est le suivant :

  • Première hypothèse : Bruxelles ferme une nouvelle fois les yeux sur les dérives autoritaires d’Ankara… et supprime l’obligation des visas pour les Turcs qui veulent se rendre en Europe.
    Le gouvernement turc et le président Erdogan pourront alors se targuer d’avoir reçu un «label d’État de droit» au désespoir de l’opposition, qui a bien des raisons de le lui contester.
  • Seconde hypothèse : Bruxelles regarde la vérité en face et refuse d’autoriser la libre circulation des Turcs dans l’Union européenne puisque les droits fondamentaux sont bafoués en Turquie. Ce qui risque de déclencher l’ire d’Ankara, qui pourrait alors saboter l’application de l’accord sur les réfugiés.

L’Union européenne a sous-traité le drame humain des réfugiés à la Turquie au mépris de tous ses engagements en matière de conventions internationales, et sans d’ailleurs être assurée de la viabilité de cet accord.
Faire maintenant comme si l’effritement de l’État de droit n’existait pas en Turquie,
c’est perdre une seconde fois la face.

Sans doute dans un même mouvement, l’Union européenne aura-t-elle porté un coup fatal au processus d’adhésion de la Turquie puisque, pour le pouvoir islamoconservateur actuel, la libre circulation qu’il aura permis d’acquérir au sein de l’Union européenne, ce deal caché, importe bien plus que l’adhésion aux valeurs européennes…ou à ce qu’il en reste.

source : « Ariane Bonzon » pour « http://www.slate.fr »

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 10/04/2016

Cet Accord Fait D’ Enormes Vagues !

TTIPa

Partenariat
Transatlantique !

L’Union européenne ne réduira pas au silence le Parlement français.

Alors que tous les gouvernements européens semblent soutenir, « par principe », un accord avec les États-Unis, un collectif de parlementaires appelle ici à continuer de défendre la position française.

Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (« TTIP »), mais personne ne sait ce qu’il contient.
À l’heure où l’objectif affiché par beaucoup est de conclure un accord en 2016, il faut se battre pied à pied, comme le fait notre gouvernement, pour obtenir de la transparence, car ce n’est pas un privilège, mais un droit.

Aujourd’hui, un parlementaire ne peut lire qu’un texte lacunaire, une fois délesté de son téléphone, et sous la surveillance d’un fonctionnaire.
Certes, depuis peu, il a au moins l’avantage d’y accéder dans les locaux d’une administration publique nationale, plutôt qu’à Bruxelles ou à l’Ambassade des États-Unis.

Le symbole est évident :
Les citoyens et leurs représentants n’ont qu’à circuler, il n’y a rien à voir.
Le commerce international est une affaire de technocrates, de « lobbys », d’experts, bref de spécialistes.
Que les effets d’un accord commercial sur la vie quotidienne de nos concitoyens soient considérables ne semble pas justifier qu’on leur demande leur avis.
Cette méconnaissance de nos principes et valeurs démocratiques fondamentales est purement et simplement insupportable.

Avec « Matthias Fekl », secrétaire d’État au commerce extérieur, le gouvernement a posé les conditions d’une négociation réussie :
la transparence à tous les niveaux,
la réciprocité entre les parties,
l’intransigeance sur les normes sociales et environnementales, qui ne peuvent être modifiées que vers le mieux-disant,
le respect de nos lignes rouges et le refus de tout tribunal d’arbitrage privé au profit d’une véritable justice internationale en matière d’investissement.
La réussite de la France est reconnue puisqu’elle a su créer un consensus en Europe autour de la création d’une Cour publique, à terme multilatérale, qui mettra un terme définitif aux tribunaux d’arbitrage privés.
Ses positions sont respectées, car elle sait hausser le ton devant l’absence de réciprocité.
En affirmant que le « Parlement aurait le dernier mot », le secrétaire d’État a aussi tranché avec l’inertie en Europe face aux enjeux, mais aussi aux risques soulevés par le « TTIP » en matière de contrôle démocratique.
Aujourd’hui les gouvernements européens restent discrets et semblent soutenir par principe un accord avec les États-Unis.
Ce n’est pas le cas de la France.
Le gouvernement a pris des positions claires dans lesquelles nous nous reconnaissons.
Nos lignes rouges et nos intérêts offensifs sont précis, connus et défendus, aucun accord n’est envisageable sans leur prise en compte.

Tous les Français doivent savoir que nous ne céderons rien sur la défense de notre modèle agricole et alimentaire.
Bœuf aux hormones ou poulet chloré resteront aux États-Unis.
Tous les Français savent que nos entreprises ont besoin de l’ouverture des marchés publics, de l’accès au marché des services, et de la reconnaissance des appellations contrôlées, parce que nos exportations garantissent des emplois et contribuent à en créer en remplissant le carnet de commandes.
Mais ils ne veulent ni opacité ni petits arrangements sur le dos des peuples.

Certains mènent une offensive pour faire des accords commerciaux une compétence exclusive de l’Union européenne.
La Cour de justice de l’Union européenne a été saisie pour trancher ce point et rendra prochainement son verdict sur l’accord entre l’Union européenne et Singapour.
Un argument juridique ne doit pas pouvoir servir à contourner la démocratie.
Nous, parlementaires français, ne l’accepterons jamais.
Nous demandons solennellement au gouvernement français de refuser de signer tout accord avec les États-Unis si le Parlement est réduit au silence.

Liste des signataires.

Marie Récalde (Gironde) ;
Lalande Bernard
(Charente Maritime) ;
Patricia Adam (Finistère) (Gironde) ;
Kader Arif (Haute-Garonne) ;
Delphine Bataille (Nord) ;
Claude Berit Débat (Dordogne) ;
Erwann Binet (Isère) ;
Nicole Bonnefoy (Charente) ;
Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais) ;
Martial Bourquin (Doubs) ;
Sylviane Bulteau (Vendée) ;
Henri Cabanel (Hérault) ;
Pierre Camani (Lot et Garonne) ;
Colette Capdevielle(Pyrénées-Atlantiques) ;
Thierry Carcenac (Tarn) ;
Françoise Cartron (Gironde) ;
Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine) ;
Jacques Chiron (Isère) ;
Karine Claireaux (Saint Pierre et Miquelon) ;
Romain Colas(Essonne) ;
Françoise Descamps-Crosnier (Yvelines) ;
Sandrine Doucet (Gironde) ;
Olivier Dussopt (Ardèche) ;
Alain Duran (Ariège) ;
Frédérique Espagnac (Pyrénées Atlantiques) ;
Corinne Féret (Calvados) ;
Richard Ferrand (Finistère) ;
Yann Galut (Cher) ;
Odette Herviaux (Morbihan) ;
Eric Jeansannetas (Creuse) ;
Chaynesse Khirouni (Meurthe-et-Moselle) ;
Colette Langlade (Dordogne) ;
Claudine Lepage(représentant les Français établis hors de France) ;
Arnaud Leroy (Français établis hors de France) ;
Lucette Lousteau (Lot-et-Garonne) ;
Jacques Bernard Magnier (Puy de Dôme) ;
Frank Montaugé (Gers) ;
Sandrine Mazetier (Paris) ;
Philippe Nauche (Corrèze) ;
Germinal Peiro (Dordogne) ;
Hervé Pellois (Morbihan) ;
Marie Francoise Pérol-Dumont (Haute Vienne) ;
Elisabeth Pochon (Seine-Saint-Denis) ;
Dominique Potier (Meurthe-et-Moselle) ;
Régine Povéda (Lot-et-Garonne) ;
Joaquim Pueyo (Orne) ;
Catherine Quéré (Charente-Maritime) ;
Monique Rabin (Loire-Atlantique) ;
Daniel Raoul (Maine et Loire) ;
Claude Raynal (Haute Garonne) ;
Stéphanie Riocreux (Indre et Loire) ;
Gwendal Rouillard (Morbihan) ;
Alain Rousset (Gironde) ;
Jean Yves Roux (Alpes de Hautes Provence) ;
Christophe Sirugue (Saône-et-Loire) ;
Julie Sommaruga (Hauts-de-Seine) ;
Nelly Tocqueville (Seine Maritime) ;
Stéphane Travert (la Manche) ;
Richard Yung (représentant les Français établis hors de France).

Une tribune initialement publiée sur le site du Monde.

http://www.euractiv.fr   du 07/04/2016

Connaissez Vous Le Nom De Molenbeek ?

questions

Qui d’entre nous connaissait
seulement le nom de Molenbeek
avant ce tragique 22 mars ?

Pas moi, je l’avoue, et nous étions sans doute nombreux dans ce cas, avant que tous les projecteurs ne soient braqués sur cette partie de Bruxelles.
Aussi m’a-t-il semblé utile d’en savoir un peu plus.

Selon Wikipédia :
Molenbeek est l’une des 19 communes de Bruxelles-Capitale, densément peuplée, elle représente le double de la moyenne Bruxelloise, commune qui a connu de nombreuses vagues migratoires de diverses origines.
Dès les années 1800 Molenbeek voit l’installation de Belges flamands et francophones.
Durant le siècle suivant, viennent s’installer des communautés d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais, suivies plus tard par des Arméniens (Ndlr : jusque-là tout va bien !) puis des Marocains, Turcs, Pakistanais, Africains et des populations des pays de l’Est.
Dans les années 2010, c’est une commune à forte population musulmane.

Molenbeek est connue pour être une commune belge à forte  population Marocaine, mais aussi la commune qui représente le plus grand taux de criminalité et de chômage en Belgique.
Dans les années 2010 c’est une commune à forte population musulmane.
(Tout rapprochement entre ces spécificités serait pure coïncidence)

L’ancien bourgmestre « Philippe Moureaux », ancien ministre, n’a eu de cesse pendant plus de vingt ans de prôner la multiculturalité, en laissant s’installer les prières de rue et les discours haineux.
Il a acheté la paix sociale en distribuant des logements sociaux aux Marocains, en leur accordant des commerces et en tissant des liens étroits avec les mosquées […]il passe l’essentiel de ses vacances au Maroc (
.
(Valeurs Actuelles).

Tout cela n’a-t-il pas pour nous un air de déjà vu ?

Dernier « détail » : « Philippe Moureaux » appartient à la sphère socialiste…

Le but ici, n’est pas d’accuser le gouvernement belge « de naïveté » comme l’a si élégamment fait l’ineffable « Michel Sapin », mais seulement de montrer que les mêmes causes produisent les mêmes effets, les mêmes utopies de vivre-ensemble donnent les mêmes résultats avec, une fois encore, la même ignorance crasse de l’islam.

Mais qu’en est-il sur notre territoire ?

Valeurs Actuelles titre:
« Les Molenbeek français, ces villes où les djihadistes font la loi ».
Il y en aurait une centaine sur notre territoire.
Plus ???

La ville de Roubaix, qualifiée aujourd’hui de Molenbeek Français, est en tête de cet inquiétant palmarès.
En 2013, une certaine « Alyssa J. Rubin », journaliste du « New York Times » avait commis un article, relayé par « La voix du Nord »  qui commençait par ces mots :

« Portant voiles et jupes longues, des femmes marchent tranquillement dans les rues de cette ville française défavorisée, pour se rendre à la prière du soir dans leur mosquée.
Comme leurs époux, frères, pères et fils, elles se sentent ici comme chez elles ».

Et continuait :
« Roubaix est un berceau, un symbole de l’immigration »,
ou encore :
« Roubaix est représentative d’un vivre-ensemble au niveau de l’immigration ».

Un tissu de stupidités et d’ignorance qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un précédent article.

Une journaliste du New York Times veut que toutes les villes françaises ressemblent à Roubaix ! – Riposte LaïqueRiposte Laïque

Roubaix : 7 mosquées, près de 70% de boucheries halal…Les enseignes halal ont proliféré, comme les sandwicheries et autres viennoiseries bas de gamme, peu ou pas d’épiceries, de boucheries françaises.

Si ce n’est pas un remplacement de population, qu’est-ce-que c’est ???

Lunel, ville de 25 000 habitants, devenue tristement célèbre par le nombre de ses habitants partis faire le djihad. Entre 2013 et 2014, vingt-cinq jeunes sont partis pour la Syrie et l’Irak. un certain nombre a été tué par les missiles de l’aviation syrienne. Cette cité comportant un centre ancien avec de très jolies maisons aux murs épais a vu les artères de ce centre se décomposer les unes après les autres, en l’espace de vingt ans : 25% de logements sociaux dans son cœur historique. Très vite, tous ceux qui le pouvaient sont partis. Ne sont plus restés que les abonnés aux aides sociales…

Nantes a vu naître Forsane Alizza (Les cavaliers de la fierté) avec à sa tête un fou d’Allah, Mohamed Achamlane, condamné en 2015 à neuf ans de prison ferme. Des quartiers devenus majoritairement musulmans où les pompiers n’interviennent que sous la protection des forces de l’ordre.

Toulouse, avec ses quartiers de La Reynerie, du Mirail ou des Izards, dont était originaire Mohamed  Mérah, entre autres. Toulouse d’où presque cent personnes, parmi lesquelles quelques mineurs, sont parties en Syrie. Certaines sont revenues et vivent aujourd’hui sous contrôle judiciaire à la fiabilité toute relative.

Marseille : capitale du crime organisé, tout autant que capitale salafiste où s’alignent les taxiphones, marchands de kébabs, agences Western Union, et marchands de littérature islamiste.

Lyon : vingt des cent mosquées salafistes que compte la France se trouvent dans la cité rhodanienne. Cent personnes d’origine « lyonnaise » sont parties au califat. Un certain nombre rêve de faire sauter la raffinerie de Feyzin, d’autres nourrissent l’espoir de tuer dans les stations de métro lyonnaises.

Etc…Etc…Et que font nos dirigeants pour nous protéger, pour arrêter tous ces « fichés S », pour les empêcher de passer à l’acte, de commettre de nouveaux attentats sanglants ?? A part prendre des mines de circonstance – voire essuyer une petite larme – condamner fermement, et nous dire que nous devons nous « habituer » à vivre comme cela.

Ce que nous attendons ce ne sont pas des mots, mais des actes…fermes.

Winston Churchill a dit : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ».

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com/combien-de-molenbeek-france.htm

Tintin-à-Molenbeek1

On est en Europe ?

Vite Chez Nous !

Emules Des Soldats D’ Odin Finlandais !

soldats-Odin

En Suède, Norvège, Estonie !

Les gardes civiles qui ont fait leur apparition en Finlande lors de la vague migratoire gagnent également en popularité en Suède, Norvège et Estonie.

Les Soldats d’Odin, ces gardes civiles finlandaises naissantes qui ont vu le jour en réaction à la crise migratoire, sont de plus en plus populaires et se développent aujourd’hui en Suède, en Estonie et en Norvège.

Les Soldats d’Odin suédois ont fait leurs débuts la semaine dernière en tant que « garde civile » dans la province de Dalarna et patrouillent dans les villes de Borlänge, Hedemora und Säter, a rapporté le quotidien « Dagens Nyheter ».

La Suède est maintenant le quatrième pays où patrouillent ces soldats d’un nouveau genre.
Ils se sont donnés pour mission de protéger leurs compatriotes des envahisseurs musulmans usant de violence…
et de s’opposer aux « patrouilles islamiques ».

Une façon de répondre à l’appel du hongrois   »Viktor Orbán » du 15 mars dernier…

Rappelons que « Odin » est le dieu des morts, de la victoire et du savoir dans la mythologie germanique et nordique.

source : http://www.medias-presse.info

http://www.citoyens-et-francais.fr

La France a toujours un train de retard !

Tous Unis Contre Ce Genre De Fraudeurs !

corruption

Fraudes en tous genres !

Avez-vous regardé les questions au gouvernement du 5 avril ?
Cette séance valait son pesant de cacahuètes !

Socialistes, balayez avant d’ouvrir votre porte.
« Bernadette Laclais », députée socialiste de Savoie, a posé sa petite question autour de la fraude fiscale, affaire « Panama Papers » oblige.
À ce propos, elle a remercié les lanceurs d’alerte – « George Soros », peut-être ? – sur cette affaire qui révèle :

« une nouvelle fois que les paradis fiscaux restent très fréquentés par des personnes et des entreprises totalement déconnectées des populations et de leurs difficultés ».

Et de l’entendre, la pauvrette, s’apitoyer sur le sort des Français « qui payent leurs impôts, qui travaillent, cotisent », participent à « l’effort national » pendant que d’autres ne pensent qu’à frauder ou à fiscalement s’évader.
Mais là, stupeur !
Alors que la gentille députée PS dévide sagement sa question, qui vois-je en arrière-plan, juste derrière elle ?
Cette blonde « comac », ne serait-ce point « Sylvie Andrieux » ?
Tout à son aise, l’air détaché, et qui finit par discuter avec son voisin comme si elle n’était pas intéressée par les propos de sa consœur ?

Pas de doute, c’est bien elle :
« Sylvie Andrieux », députée ex-socialiste (et non ex-députée socialiste) des Bouches-du-Rhône, reconnue coupable d’avoir, entre 2005 et 2008, distribué, à des fins électorales, 716.000 euros de subventions à des associations fictives.
« Sylvie Andrieux », condamnée, en septembre 2014, à quatre ans de prison, dont un ferme. Mince, alors !
Elle a payé sa dette à la société ?
Son casier judiciaire serait-il redevenu vierge ?
Pas exactement.
Notre justice permettant la non-exécution de la peine, comme l’avait annoncé la présidente du tribunal, un député peut ainsi continuer de siéger avec… un bracelet électronique !
Il est vrai, aussi, qu’elle s’est pourvue en cassation.

Ce qui n’empêche nullement l’ingénue « Bernadette Laclais » de s’interroger sur la présence et sur le maintien de fraudeurs au sein de nos grands ordres nationaux – Légion d’honneur et ordre national du Mérite – car pour la députée, lutter contre la fraude est non seulement un impératif financier mais aussi un impératif moral.
À ces mots « impératif moral », madame « Andrieux » ne semble visiblement pas concernée…

Ah oui, Madame « Laclais » peut bien parler de « la sourde et profonde colère » de ses concitoyens face aux fraudes en tous genres quand, dans le même temps, sa collègue, nourrie au biberon socialiste, continue de trôner sur les bancs de l’Assemblée.
Cette collègue « qui se foutait de savoir si ce qu’on finançait était bon ou pas à partir du moment où ça augmente sa popularité », selon les propos de son ancien assistant parlementaire.
Cette collègue – socialiste depuis le berceau sur lequel s’était penché feu « Gaston Defferre » – pour qui l’argent distribué à ces pseudo-associations servait à acheter scooters ou voitures pour certains habitants des « quartiers », avouera un prévenu, lors du procès.

C’est bien de cadrer son discours comme l’a fait Madame « Laclais ».
Le problème, c’est que Madame « Laclais » ne maîtrise pas le cadrage des images.
Des images plus éloquentes que sa petite leçon de morale !
Balayer devant sa porte, elle a jamais entendu cette expression populaire, cette madame « Laclais » ?
On peut même aussi le faire derrière soi…

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr   du 07/04/2016

Marine Le Pen Ecrit Au Peuple De France !

marine

« Le Monde »,
cette imposture !

Madame, Monsieur,

Il fallait probablement attendre que la déflagration de la bombe sale du  «Monde» soit passée, que la presse française, à de rares exceptions près, se soit repue de ses propres mensonges, pour analyser calmement la séquence odieuse à laquelle nous venons d’assister.
Odieuse et en même temps tellement révélatrice d’un fonctionnement dont  la démocratie et l’Etat de droit sortent totalement essorés.
Le journal « censé » être le plus sérieux de la presse française (c’est dire…) mais connu pour son combat acharné contre le Front National, (voir l’éditorial de son directeur « Jérôme Fenogilo », à deux jours du  premier tour des régionales et intitulé « le FN cette imposture »), a donc sous le titre racoleur « Panama papers : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France », lancé une gigantesque offensive médiatique contre le Front National et moi-même sur la base de prétendues « révélations » qui ne révèlent ….rien, nada, zéro, le vide  sidéral.

Et pourtant…
Comme ces foules prises d’hystérie collective, les médias français se sont jetés à corps perdu dans un lynchage en règle du  premier parti de France.
« Détournement », « système opaque d’évasion fiscale », « fraude fiscale »,  »dissimulation », « société offshore », plein de mots qui salissent, jetés  en vrac dans plein d’oreilles qui n’en demandaient pas tant.
Télés, radio, journaux, réseaux sociaux…
En quelques heures tout ce que la  France compte de relais d’information étaient saturés d’un flot  ininterrompu de supputations, d’amalgames, d’insinuations ou, pour les plus zélés, de bonnes grosses accusations diffamatoires exprimées sans aucune prudence, sans aucune retenue, au mépris de toute déontologie et évidemment sans la moindre vérification.
A la fin de la journée, les médias s’étaient tellement intoxiqués les uns les autres (les uns par incompétence et/ou suivisme, les autres portés par leur mauvaise foi militante traditionnelle) que chacun était  sûr de son fait :

« le Front National avait caché de l’argent au Panama  et « Marine le Pen » était (de près ou de loin) coupable »

De quoi ?
Ils ne savaient pas trop mais c’était et reste pour eux totalement insignifiant.

Cette séquence est un cas d’école de pure désinformation qui pourra être étudié dans les instituts de formation de journalisme sous le titre « comment manipuler les foules ».

Mais la vérité dans tout cela ?
Car si elle n’intéresse pas nos journalistes militants, je suis convaincue qu’elle intéresse les Français.
La vérité est que ni moi ni le Front National n’avons à nous reprocher quoi que ce soit dans cette affaire « Panama Papers. »
Ni moi ni le Font National n’avons jamais envoyé d’argent ou quoi que ce soit.
Ni moi ni le Front National n’avons de compte en banque ni au Panama ni dans aucun autre endroit au monde.
Ni moi ni le Front National n’avons dissimulé/détourné/optimisé/fraudé…etc, un centime.
Tous les médias le savent, alors pour tenter de nous impliquer ils usent de la bonne vieille méthode totalitaire « si ce n’est toi c’est donc ton frère prestataire « .
C’est ainsi que l’on nous demande de nous justifier d’un investissement à Hong-Kong (qui n’est pas un paradis fiscal)… effectué par un de nos prestataires !!!
A ce rythme on vous demandera demain de justifier de l’utilisation faite par votre garage de l’argent que vous lui avez versé pour faire réparer votre voiture !
A-t-il payé ses impôts ?
Versé sa pension alimentaire ?
Je pense que même en URSS ils n’allaient pas aussi loin dans la violation des principes de notre État de droit.
Même si notre prestataire est un ami, je ne vois pas bien quelle responsabilité l’on peut avoir dans les stratégies commerciales qu’il met en œuvre !
De ce que nous savons ,il a ouvert une filiale à Hong-Kong (et pas au Panama…) pour conquérir, je suppose, de nouveaux marchés ;
qu’il a, semble-t-il, pour ce faire investi une partie de ses bénéfices après impôts dans une filiale, opération validée par le fisc français ;
Et figurez-vous que nous le savons, car cette opération commerciale a fait l’objet depuis 18 mois d’investigations de la part du juge « Van Ruynbeke » qui n’a, à ma connaissance, rien découvert qui puisse de près ou de loin révéler une fraude, une dissimulation fiscale de sa part et encore moins  une implication quelconque ( même de loin) du FN dans cette opération financière.
Voilà… Rien, nada, zéro, le néant….
Des tonnes de papiers, des heures d’accusations plus graves les unes que les autres, des calomnies déversées à la pelle contre mon mouvement sans le début de commencement d’un fait délictueux ni même d’un comportement inapproprié.

Pendant qu’on invite l’opinion publique à regarder le Front National, on détourne son regard des politiques qui ont donné les clés à la finance sale, entre « Big bang » financier et abaissement des souverainetés nationales.
Alors oui, ça en dit long sur l’état de l’information en France, sur le niveau et le militantisme des médias français, sur le respect des fondements de notre État de droit, sur le fonctionnement moribond de notre démocratie.
Mais ça en dit long surtout sur la panique qui saisit nos élites autoproclamées à l’approche d’une élection présidentielle qui demain pourrait tout changer, rétablir nos droits individuels et nos droits collectifs de peuple libre.
Contre le Front National et ses candidats il n’y aura aucune limite, aucune retenue, tout sera permis.
Nous le savions, vous deviez aussi le savoir et vous y préparer.
Nous continuerons quant à nous à faire émerger la vérité, partout et en toutes circonstances, quel qu’en soit le prix.

C’est plus que notre droit, c’est notre devoir.

Amitiés sincères,

Marine Le Pen

marine.lepen@frontnational.com

« Panama » N’est Qu’un Ecran De Fumée.

droits de l'homme

Bafoués par les médias !

Contrairement aux apparences, la campagne des « Panama Papers » n’aura pas pour conséquence de restreindre les malversations financières et d’augmenter les libertés, mais exactement le contraire.

Le « système » va se contracter un peu plus autour du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël, de sorte qu’eux et eux seuls en auront le contrôle.

En violant le principe d’égalité devant la Justice et leur éthique professionnelle, les membres de l’ « International Consortium of Investigative Journalists » se sont mis aux service des ennemis de la liberté et des défenseurs du Grand capital, et le fait qu’ils aient épinglé au passage quelques malfrats n’y changera rien.

Explications.

La stratégie économique
des États-Unis

Au début de son mandat, le président Obama a désigné l’historienne « Christina Romer » pour présider son Comité des conseillers économiques.
Ce professeur à l’Université de Berkeley est une spécialiste de la crise de 1929.
Selon elle, ni le « New Deal » de « Roosevelt », ni la Seconde Guerre mondiale n’ont permis de sortir de cette récession, mais l’afflux de capitaux européens, à partir de 1936, fuyant la « montée des périls ».

C’est sur cette base que Barack Obama a conduit sa politique économique.
En premier lieu, il a agi pour fermer tous les paradis fiscaux que Washington et Londres ne contrôlent pas. Puis, il a organisé la déstabilisation de la Grèce et de Chypre, de sorte que les capitaux européens se réfugient dans les paradis fiscaux anglo-saxons.

Tout a commencé en Grèce, en décembre 2008, avec des manifestations à la suite de l’assassinat d’un adolescent par un policier.
La CIA a transporté par autobus des casseurs du Kosovo pour perturber une manifestation et installer un début de chaos.
[1]
Le département du Trésor a pu alors vérifier que des capitaux grecs quittaient le pays.
L’expérience étant concluante, la Maison-Blanche décida de plonger cet État fragile dans une crise financière et économique qui remit en cause l’existence même de la zone euro.
Comme prévu, à chaque fois que l’on s’interroge sur une éventuelle expulsion de la Grèce de l’euro ou sur une dissolution de la zone euro, des capitaux européens se précipitent dans les paradis fiscaux disponibles, principalement britanniques, états-uniens et hollandais.

En 2012, une autre opération fut conduite contre le paradis fiscal chypriote.
Tous les comptes bancaires furent confisqués au-delà de 100 000 euros.
C’était la première et unique fois, dans une économie capitaliste, que l’on observait ce type de nationalisation.
[2].

Au cours des huit dernières années, nous avons assisté à de nombreuses réunions du « G8″ et du « G20″ qui ont établi toutes sortes de règles internationales, prétendument pour prévenir l’évasion fiscale.

[3] Cependant, une fois ces règles adoptées par tous, les États-Unis —et dans une moindre mesure Israël, les Pays-Bas et le Royaume-Uni— s’en sont dispensés.

Les paradis fiscaux

Chaque paradis fiscal a un statut juridique particulier, « généralement saugrenu ».

Actuellement, les « principaux » paradis fiscaux sont :
l’État indépendant de la City de Londres (membre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord),
l’État du Delaware (membre des États-Unis),
– et Israël,
mais bien d’autres paradis fiscaux existent, surtout britanniques,
à commencer par :
les îles de Jersey et de Guernesey (membre du duché de Normandie et à ce titre placé sous l’autorité de la reine d’Angleterre, mais ni membre du Royaume-Uni, ni de l’Union européenne),
Gibraltar (un territoire espagnol dont la propriété foncière est anglaise et que le Royaume-Uni occupe illégalement),
jusqu’à Anguilla,
les Bermudes,
les îles Caïmans,
-les îles Turques,
les îles Vierges
ou Montserrat.
Il y a en aussi quelques uns rattachés à la Hollande :
Aruba,
Curaçao,
ou Sint Maarten.

Un paradis fiscal, c’est une « zone franche » étendue à tout un pays.
Cependant, dans l’imaginaire collectif, une zone franche est indispensable à l’économie, tandis qu’un « paradis fiscal » est une calamité, c’est pourtant exactement la même chose.
Bien sûr, certaines entreprises abusent des zones franches pour ne pas payer d’impôts, et d’autres abusent des paradis fiscaux, mais ce n’est pas une raison pour remettre en question l’existence de ces dispositifs indispensables au commerce international.

Dans leur guerre contre les paradis fiscaux non-anglo-saxons, les États-Unis ont surtout porté des coups contre la Suisse.
[4]
Ce pays avait développé un strict secret bancaire permettant à de petits opérateurs de mener des transactions à l’insu des gros.
En contraignant la Suisse à abandonner son secret bancaire, les États-Unis ont étendu leur surveillance de masse aux transactions économiques.
De la sorte, ils peuvent aisément truquer la concurrence et saboter l’action des petits opérateurs.

Les « Panama Papers »

C’est dans ce contexte que Washington a fourni au « Süddeutsche Zeitung » 11 500 000 fichiers informatiques piratés au quatrième cabinet d’avocat au monde chargé de créer des sociétés « off shore ».

Cet espionnage étant un crime, les prétendus « lanceurs d’alerte » qui l’ont accompli sont restés anonymes.

Bien sûr Washington a d’abord soigneusement trié les dossiers et a exclu en premier lieu tous ceux relatifs à des ressortissants ou à des entreprises états-uniennes, puis probablement ceux qui concernent ses bons alliés.
Le fait que quelques prétendus alliés, en délicatesse avec l’administration Obama, —comme le président Petro Porochenko— figurent dans ces documents, nous confirme qu’ils viennent d’être lâchés par leur puissant protecteur.

Alors que le Panama est un État de langue espagnole et que le « Süddeutsche Zeitung » est édité en Allemagne, les fichiers volés ont été dénommés en anglais par leurs espions : « Panama Papers ».

Au passage, les auteurs de cette « carabistouille » tentent de nous persuader que tous les hommes qui se dressent contre Washington seraient des voleurs.
Souvenons-nous par exemple des campagnes qui furent menées contre « Fidel Castro », accusé d’être un trafiquant de drogue et classé par « Forbes » parmi les plus grandes fortunes du monde.
[5]
Pour avoir constaté les difficiles conditions de vie de la famille Castro à Cuba, je me demande comment on a pu monter un bobard parei !
Les nouveaux magnats secrets seraient donc « Vladimir Poutine », « Bachar el-Assad » et « Mahmoud Ahmadinejad » —dont la frugalité est pourtant légendaire—.
Cette propagande contre des adversaires politiques, n’est que la partie émergée de l’iceberg, l’important étant l’avenir du système financier international.
(Surtout l’avenir du système financier mondialiste à la ricaine ! pelosse)

Violation de l’éthique
des journalistes

Le « Süddeutsche Zeitung » fait partie de l’ « International Consortium of Investigative Journalists » (« ICIJ »), une association spécialisée non pas dans le journalisme d’investigation comme son intitulé pourrait le faire croire, mais dans la dénonciation de crimes financiers.

Dans les sociétés républicaines, la Justice doit être égale pour tous.

Mais l’ « ICIJ », qui a déjà rendu publics plus de 15 millions de fichiers informatiques depuis sa création, n’a jamais attenté aux intérêts des États-Unis.
Elle ne peut donc certainement pas prétendre agir par souci de justice.

En outre, des principes républicains de notre société découlent des obligations pour les journalistes.
Celles-ci ont été formalisées dans la « Charte de Munich », adoptée en 1971 par tous les syndicats professionnels du Marché commun, puis étendue au reste du monde par la Fédération internationale des journalistes.

Je comprends parfaitement que ce texte impose des limitations parfois difficiles à supporter.
Et j’ai, il y a quelques années, fait partie de ceux qui croyaient utiles de pouvoir la violer de temps à autre.
Mais l’expérience prouve qu’en la violant, on ouvre la voie à d’autres violations qui se retournent contre les citoyens.

Les journalistes de l’International Consortium of Investigative Journalists ne se sont pas posés de question éthique.
Ils ont accepté de travailler sur des documents volés et triés, sans avoir la moindre capacité de vérifier leur authenticité.

La « Charte de Munich » stipule que les journalistes ne publieront que des informations dont l’origine est connue, qu’ils ne supprimeront pas d’informations essentielles et n’altéreront pas les textes et les documents…enfin qu’ils n’useront pas de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
Trois exigences qu’ils ont violées en parfaite connaissance de cause, ce qui devrait les exclure des instances professionnelles et provoquer la révocation des directeurs de la BBC, de France-Télévisions, de NRK, et pourquoi pas de Radio Free Europe/Radio Liberty (la radio de la CIA qui est elle aussi membre du Consortium des journalistes).

L’International Consortium of Investigative Journalists n’en est pas à sa première affaire.
C’est lui qui avait rendu publics, en 2013, 2,5 millions de fichiers informatiques volés à 120 000 sociétés « off shore ».
Puis, c’est lui encore qui avait révélé, en 2014, les contrats signés entre des multinationales et le Luxembourg pour bénéficier d’une fiscalité privilégiée.
Et c’est lui toujours qui révéla, en 2015, les comptes de la banque britannique « HSBC » en Suisse.

L’International Consortium of Investigative Journalists, on s’en doute, est financée par de nombreux organismes liés à la CIA, comme la Fondation Ford, et les fondations de « George Soros ».
Ce dernier exemple est le plus intéressant :
Pour les membres de l’ « ICIJ », l’argent de Monsieur  »Soros » ne vient pas de la CIA, mais de ses spéculations financières au détriment des peuples ce qui le rendrait plus acceptable.

Que le Hezbollah détienne des sociétés et des comptes secrets au Panama et ailleurs n’a rien de surprenant.
J’évoquais dans un récent article les efforts de la Résistance libanaise pour s’auto-financer sans avoir à dépendre des subventions iraniennes.
Le complexe montage financier auquel il s’est livré devra être entièrement recomposé, faute de quoi le Liban redeviendra la proie de ses voisins israéliens.
Que le président « Ahmadinejad » ait créé des sociétés « off shore » pour contourner l’embargo dont son pays était victime et vendre du pétrole n’est non seulement pas un crime, mais c’est tout à son honneur.
Que la famille « Makhlouf », les cousins du président « el-Assad », ait utilisé un montage financier pour contourner l’embargo illégal des puissances occidentales et permettre aux Syriens de se nourrir durant cinq années de guerre d’agression est tout aussi légitime.

Que va-t-il rester de
ce vaste déballage ?

D’abord la réputation de Panama est détruite et mettra de longues années à se relever.
Ensuite, de petits malfrats qui ont abusé du système seront poursuivis en justice, tandis que quantité de commerçants honnêtes devront longuement se justifier devant les tribunaux.
Mais contrairement aux apparences, ceux qui animent cette campagne veilleront à ce que rien ne change.
Le système restera donc en place, mais toujours plus au seul profit du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël.

En croyant défendre leurs libertés,
ceux qui auront participé à cette campagne
l’auront en réalité réduite.

Thierry Meyssan

http://www.voltairenet.org/

Notes

[1] Merci aux lecteurs qui retrouveront l’interview que j’ai donné à un média grec à ce sujet en 2009.
Je n’avais pas écris d’article, juste un paragraphe incident dans « La « révolution colorée » échoue en Iran », par « Thierry Meyssan », « Réseau Voltaire », 24 juin 2009.

[2] « « Le pion chypriote » », par « Thierry Meyssan », Al-Watan (Syrie) , « Réseau Voltaire », 25 mars 2013.

[3] « Le G 20 : une hiérarchisation des marchés financiers », par « Jean-Claude Paye », « Réseau Voltaire », 9 avril 2009.

[4] « Lutte contre la fraude fiscale ou main mise sur le système financier international ? », « UBS et l’hégémonie du dollar », par « Jean-Claude Paye », « Réseau Voltaire », 3 mars et 21 octobre 2009.

[5] « Forbes invente la fortune de Fidel Castro », par « Salim Lamrani », « Réseau Voltaire », 24 mai 2006.

Tous Unis Contre L’Etat Islamique !

Circuler(1)

Omis ou caché
par les médias

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

De retour d’un séjour en Chine, « Bruno Gollnisch » répondait la semaine dernière à nos questions, non pas depuis le parlement européen de Strasbourg ou de Bruxelles mais, une fois n’est pas coutume, dans les locaux du siège du Front National à Nanterre.

- Déchéance de  nationalité : le recul des partis du Système.
- Quartiers pluriels : la franchise de Patrick Kanner.
- L’Eglise attaquée, une cabale injustifiée !
- Attentat islamiste de Lahore : l’indifférence du monde chrétien.
- Tsunami migratoire : le risque de la déstabilisation.
- « Bruno Gollnisch » reçu par de hauts responsables chinois.

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

Ajoutée le 9 mars 2016
L’actualité de la semaine vue par « Bruno Gollnisch » :

- salon de l’agriculture et accueil « tendu » pour Valls et Hollande :
comprendre la détresse des agriculteurs
- le rapport « Mlinar » (gender) et journée internationale de la femme au Parlement européen :
les lobbies persistent
- former les réfugiés syriens pour qu’ils partent se battre dans leur pays :
retour sur les déclarations un peu provoc’
- consécration d’une église chaldéenne en région parisienne :
les bons et les mauvais migrants ?!
- le défilé du 1er mai du Front National annulé cette année :
sécurité ou modernisation ?

- « commémorations » du 19 mars :
la guerre d’Algérie fait encore saigner 50 ans après !

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

Ajoutée le 16 févr. 2016

L’actualité de la semaine vue par « Bruno Gollnisch » :

- Le FN menacé par l’État islamique
- La question de l’euro et le séminaire des cadres du Front National
- Le groupe « ENL » en Corse : chaude « ambiance »
- Manifestation à Calais : quid du général « Piquemal »
- Nouveau remaniement ministériel : place aux Verts
- Renouvellement chez les Républicains : on prend les mêmes…
- Audition de « Michel Sapin » à l’Assemblée Nationale : le terrorisme et ses ressources
- Désertification médicale et pyramide des âges des médecins :
quelles solutions ?

http://gollnisch.com

Tous Unis Contre Ces Tricheurs !

gouffre-economie-300x133(2)

De l’ évasion fiscale !

Comment se fait-il qu’à l’heure où les États les plus puissants s’arrogent le droit d’intervenir militairement, « urbi et orbi », sans même se soucier d’authentifier les faits qui en constituent le motif, nul n’a jamais su comment contraindre des États nains comme le Panama, les îles Vierges britanniques, les Seychelles ou encore le Vanuatu à mettre un terme à leurs activités de domiciliation offshore ?

La réponse est évidente :
Personne au sein des décideurs politiques n’y a intérêt.

Contrats d’armement, organisations d’événements sportifs, achats de voix au sein des grandes organisations supranationales, financements des partis politiques et, bien évidemment, enrichissement personnel, tout ceci ne pourrait s’accomplir sans les paradis fiscaux.

Mais il serait réducteur de ramener cette épineuse question à une simple affaire de corruption, aussi massive soit-elle.

Posons-nous la question.

Qu’adviendrait-il de la mondialisation si les paradis fiscaux n’existaient pas ?
La réponse, ici aussi, n’est pas moins évidente :
Les délocalisations perdraient beaucoup de leur intérêt car, faut-il encore le rappeler, les biens produits en Chine [à titre d’exemple] par les grandes multinationales ne parviennent en Europe qu’après un siphonage massif des bénéfices dans un paradis fiscal.
Il y a donc bien deux volets dans cette affaire :
« La corruption » sur laquelle se polarisent les médias mais aussi – et c’est le plus important – « la mondialisation » !

Créer une société dans un paradis fiscal par l’intermédiaire d’un avocat est à la portée de toutes les bourses (deux ou trois mille euros, pas davantage) et l’opération ne prend que quelques jours sans nécessité de se déplacer.
La difficulté n’est pas là.
C’est l’ouverture du compte bancaire de la société nouvellement créée, de préférence chez une banque présumée irréprochable et sur une grande place financière internationale (Hong Kong, Singapour ou Luxembourg) qui pose problème, car une banque peut exiger toutes les informations qu’elle souhaite et refuser un client.
Or, jusqu’à ces toutes dernières années, les banques ont fermé les yeux… et on les comprend.
En 2012, on estimait le montant total des actifs gérés par des banques sur des comptes offshore – paradis fiscaux ou assimilés – à 21.000 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB des USA et du Japon combinés, ou encore dix fois la dette publique française.
Autant dire qu’il s’agit là d’une source de revenus majeure, si ce n’est la plus importante.

Mais le plus incroyable dans tout ceci est que ces liquidités qui échappent à l’impôt, en grande partie, s’investissent dans le financement de la dette publique des États.
C’est le serpent qui se mord la queue – on croit rêver.

Aussi, ceux qui espèrent que la divulgation des « Panama papers » va sonner le glas de l’évasion fiscale se font des illusions.
D’abord, le cabinet panaméen « Mossack Fonseca » incriminé n’est qu’une officine parmi des dizaines d’autres.
Surtout, et c’est le point le plus important, l’évasion fiscale a aujourd’hui atteint des proportions telles qu’y toucher pourrait ébranler l’ensemble du système financier international.

Ne boudons tout de même pas notre plaisir :
Des têtes vont tomber, des mythes vont s’effondrer, la perception que l’électeur lambda a de la vie politique va changer.

Enfin !

Christophe Servan

http://www.bvoltaire.fr    du 05/04/2016

F.HOL.-bricolage

Tous Unis Contre Ces Islamophiles!

hôtesses voilées

 Elles porteront le voile
et fermeront leurs gueules !

Ces salauds sont prêts à tout.

Bruno Le Maire et Hollande
ont le même combat.

La polémique sur le voile que les hôtesses de l’air devraient porter lors de l’atterrisage en Iran enfle.

Tant mieux !
Cela montre qu’en 13 ans le problème du voile - qui était circonscrit à l’école - est devenu et un problème de société et un enjeu politique majeur.

Et derrière le voile,
l’islam.

Finalement, on a beau informer et avertir sur le risque du halal, celui des mosquées, celui de la place de l’islam ou du ramadan dans l’entreprise, l’immense majorité des gens et des politiques s’en moquent comme du coran.

Mais le voile… quand même… Au pays d’Olympe de Gouges, ça a du mal à passer.

Et l’augmentation exponentielle des voiles dans la rue, dans le quotidien de chacun choque, dérange, interpelle… indéniablement.

Enfin, ne dérange pas tout le monde.

Non seulement le gouvernement -sans surprise-, par la voix de « Le Guen », secrétaire d’Etat aux  relations au parlement, affirme sans rire :

«Dans le pays où l’on est, on doit respecter la loi.
En France, on ne doit pas porter la « burqa ».
Si la loi iranienne prévoit cela, il appartient effectivement à la compagnie « Air France » de se soumettre à la loi iranienne, à partir du moment où la compagnie a décidé d’aller en Iran.»

A nous les dollars iraniens !
A nous les voix des chiites en France !
Et un de ceux qui se verraient bien Président de la France, Bruno Le Maire, est encore plus directif :

«On respecte la culture française en France (…)
Mais on respecte aussi la culture des autres pays»
,

tranche le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire, invité dimanche soir sur BFM.

«En Iran, que cela nous plaise ou non à nous tous qui participons à cette émission, on porte le voile.
Je suis allé à Téhéran avec ma femme il y a quelques années.
Aussitôt que nous avons posé le pied sur le sol iranien, et bien ma femme a dû mettre un voile intégral.
C’est comme ça, ça fait partie de la tradition de Téhéran et des iraniens»
,

juge l’ancien ministre de l’Agriculture.

«Ce que je ne souhaite pas c’est que l’on impose au personnel d’ « Air France » des pratiques ou des cultures qui ne seraient pas conformes à la culture française, tant que l’on est sur le sol français ou tant que l’on est dans un avion de la ligne Air France.
Du moment où le personnel arrive sur sol iranien, et que sur le sol iranien, que cela plaise ou non, les femmes sont voilées, elles porteront le voile.»

On dirait que le régime totalitaire voulu par Hollande et ses sbires convient bien à celui qui aimerait leur succéder.
Voilà un pauvre type, qui n’est rien et aspire à être tout, qui considère les hôtesses de l’air comme des esclaves devant obéir :

que cela plaise ou non, les femmes sont voilées, elles porteront le voile ! 

Le pauvre type en question disait, il y a quelques années, que ce n’était pas aux politiques de s’emparer des religions.
Ah bon ?
Et la religion des hôtesses de l’air qui leur interdit de se voiler, il se torche avec ?

Le pauvre type en question avoue sans état d’âme et sans honte que sa femme s’est voilée…
Il a préféré voiler sa femme plutôt que de renoncer à un séjour au pays des mollahs…
Quel était le but et l’intérêt de ce voyage, monsieur Le Maire ?
Qui le finançait ?

Le pauvre type en question a nié malgré les preuves qu’il y ait plus de la moitié des animaux abattus en France qui le soient selon le rite « halal » (il a osé parler de 14 % !!!!).
Il a même refusé tout étiquetage de la viande « halal » qui aurait permis au consommateur de ne pas consommer « halal » à l’insu de son plein gré, prétendant que ce serait du ressort de l’UE.
Ce qui est faux.
L’UE s’occupe de l’ »étiquette de base », elle ne peut empêcher un pays d’ajouter des « précisions supplémentaires »…
Qui lui a demandé de le faire ?
Quels sont ses intérêts ?
Entre le voile,  le « halal » et ses voyages en pays musulman…
On a le droit de se poser des questions !

On rappellera juste en passant à Hollande, Le Guen et Le Maire que le principe de réciprocité qu’ils prétendent appliquer, ils se gardent bien de faire en sorte qu’il existe dans notre pays.

Ce n’est pas la « burka » qu’il faut opposer mais le voile.

– Or, qui se couche devant le voile des mères accompagnatrices à l’école ?

– Qui accepte que des nounous soient voilées et reçoivent des Conseils généraux leurs agréments ?

– Qui accepte des filles voilées dans NOS universités ?

– Qui accepte que les mères voilées entrent dans nos écoles et nos administrations ?

– Qui accepte un médecin voilé dans un hôpital ?

– Qui accepte et encourage des salles de prière, des dérogations pour le ramadan à la RATP, à la SNCF, ne sévit pas quand les hommes refusent de serrer les mains de NOS femmes ?

C’est notre culture, vraiment, tout cela ?

Ils osent dire que notre culture serait respectée en France… ? ! ?

Le halal, les mosquées, les entrées et salles séparées pour les hommes et les femmes dans les mosquées et dans les réunions musulmanes, sur le territoire français, c’est la culture française, vraiment ?

Bref, pour changer, nos traditions, notre culture, notre patrimoine… sont foulés aux pieds, méprisés et tenus pour rien et ceux des étrangers montés au pinacle.

Hollande et Le Maire bons pour êtres les premiers sur la liste pour le prochain procès de Nuremberg.
Je les verrais bien obligés de vivre en « burka » tout le reste de leur vie,
tout en accomplissant les travaux forcés les plus pénibles et les moins ragoûtants…

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu   du 05/04/2016

Ils pensent ne craindre rien car ils font partie du sexe « dit fort » même s’ils préconisent le « gender » !
Ce ne sont que des guignols qui s’agitent de façon burlesque et seront « liquidés » quand ils auront cessé d’être utiles dans un programme dont ils ne conçoivent même pas l’étendue…dans l’espace et dans le temps.
Restons optimistes, ce programme n’a jamais abouti car la race humaine n’est pas maîtresse des impondérables qui arrivent toujours au bon moment pour la sauver des rapaces !

Bien-Être Animal Bafoué En Allemagne !

attention petit

Le Fric dissimule
des Souffrances !

Chaque année, en Allemagne, des millions de poussins à peine sortis de l’œuf sont broyés, faute de valeur pour l’industrie.

Berlin refuse d’interdire cette pratique.

Dans les couvoirs industriels, les poussins mâles et femelles sont séparés dès la naissance.
Les femelles sont emmenées vers les poulaillers pour être élevées et produire des œufs,
alors que les mâles sont tués dans des broyeuses ou à l’aide de dioxyde de carbone.

L’industrie ne voit pas l’intérêt de garder les poussins mâles.

Rien qu’en Allemagne, entre 45 et 500 millions de poussins sont tués tous les ans, une violation directe des lois sur le bien-être animal, selon la plupart des experts, parce que les poussins souffrent en général lors de leur mort.
La coalition gouvernementale, composée de l’Union chrétienne-démocrate (« CDU »), de l’Union chrétienne-sociale (« CSU ») et du Parti social-démocrate (« SPD »), a décidé de ne pas interdire cette pratique, pour des raisons économiques.

« L’amélioration du bien-être animal ne se fait pas en interdisant des pratiques,
mais en coopérant avec les éleveurs »
,

indique « Dieter Stier » (« CDU »), qui explique qu’il faut éviter la délocalisation des élevages.

« Le flou entretenu par le ministre de l’Agriculture, « Christian Schmidt », autour de ce sujet le pousse vers une faillite politique »,

estime pourtant « Friedrich Ostendorff », porte-parole des Verts sur la politique agricole.

Les Verts veulent en effet abolir l’abattage des mâles et ont demandé au parlement d’interdire l’abattage des poussins d’à peine un jour.
Les régions allemandes soutiennent cette idée.
Les autorités régionales avaient déjà dénoncé le massacre des jeunes poussins, qu’elles jugent incompatible avec la législation.
Le bien-être animal est une problématique très sensible en Allemagne, où il fait l’objet d’une des réglementations les plus strictes du monde le plus souvent.

Il n’y a pas qu’en Allemagne que cette pratique est encore légale.
La législation européenne prévoit pourtant une réduction maximale de la souffrance lors de l’abattage des animaux.
En ce qui concerne les poussins mâles, les règlements de la Commission précisent que les animaux ne peuvent être abattus après 72 heures de vie, et qu’il faut s’assurer que les machines de broyage ne soient pas surchargées.
Les données récoltées avant 2009 montrent que plus de 330 millions de poussins d’un jour ont été tués dans l’UE.

En France, des scandales ont récemment éclatés après la publication de vidéos tournées dans des abattoirs, qui montrent la négligence et parfois la cruauté des employés et l’inefficacité des processus de mise à mort.
Une commission d’enquête parlementaire a été lancée, et le gouvernement s’est engagé à surveiller plus sérieusement les abattoirs, où la violence de certains comportements est dénoncé par l’association militante L214, notamment dans cette vidéo.

source « Nicole Sagener » pour « EurActiv.de »
traduction : « Manon Flausch »

http://www.euractiv.fr   du 04/04/2016

L’ Actualité Est Aussi Liturgique !

coran-islam

Musulmans vous nous mentez !

En ce dimanche de « Quasimodo », on a donné lecture de l’Apocalypse de « saint Jean » où il s’adresse de Patmos à ses frères des sept Églises.
Dans l’ordre alphabétique :
Éphèse,
Laodicée,
Pergame,
Philadelphie,
Sardes,
Smyrne,
Thyatire.
Elles étaient toutes incluses dans un quadrilatère irrégulier dont le plus grand côté fait à peu près trois cents kilomètres de long.

Aujourd’hui, il ne reste rien des Églises d’Asie Mineure, du Maghreb ni de Libye,
et celles d’Égypte, de Syrie et de Mésopotamie se vident à vitesse grand V.

L’islam est conquérant et, à terme, éradicateur.

Longtemps, le royaume de France fut le protecteur attitré des chrétientés d’Orient, et comme il était puissant, elles furent tolérées tout en étant soumises.
Le parti socialiste national Baas théorisé par le chrétien « Michel Aflak » leur permit de survivre un peu, mais la politique anglo-saxonne favorisant l’islam confessionnel radical, et conquérant à nouveau avec ses confréries, ses fanatiques, ses terroristes, a mis un terme à ce sursis.

La question est maintenant de savoir ce qui va se passer en Europe.
Au Kosovo, dans le Sandjak, en Bosnie, en Albanie, partout les États-Unis ont favorisé l’installation de pouvoirs musulmans.
L’Union européenne, à la botte des États-Unis et de l’OTAN, s’ouvre à l’invasion des migrants, lesquels – c’est amusant – passent par Smyrne, qui fut l’une des sept Églises,
et par Chios, où se perpétra au dix-neuvième siècle l’un des plus retentissants massacres de chrétiens par la Sublime Porte.

On compare souvent l’invasion actuelle de l’Europe aux grandes invasions : à tort.
Elles furent beaucoup moins massives et rapides, et les envahisseurs s’acculturèrent à la proie qu’ils convoitaient parce qu’ils étaient assimilables.
L’actuelle invasion ressemble beaucoup plus à ce qui se passa au Proche-Orient au septième siècle :
Le sol et les villes furent peu ravagés, mais la civilisation fut balayée comme par une bombe à neutrons, et les populations soumises et changées de fond en comble.
Telles sont les caractéristiques de l’islam conquérant.
Et tant pis pour les sept Églises, et pour les autres.

Martin Peltier

http://www.bvoltaire.fr   du 04/04/2016

Cot ! Cot ! Cot ! Un Gros Oeuf Rosâtre !

F.HOL.5 ans

Ils le voient candidat !
Ras Le Bol !

Les proches de François Hollande lancent l’opération reconquête pour 2017 !

François Hollande définitivement plombé par le chômage et les sondages ?

Pas du tout !
Celui qui a toujours cru en sa bonne étoile n’a pas renoncé à se présenter en 2017, bien au contraire.

« Bien sûr qu’il y va ! »

C’est presque un cri du cœur de la part de ce « vieil » « hollandais », compagnon de route du président depuis de longues années.

« Je n’ai jamais douté qu’il sera candidat »,

abonde la sénatrice « Frédérique Espagnac », qui voit très régulièrement le chef de l’Etat.
Malgré les échecs, malgré son impopularité ?

« J’en ai la conviction parce que je sais ce qu’il a fait pendant son mandat, et aussi ce qu’il veut faire après »,

assure un parlementaire.

Une petite musique qui se fait entendre
à l’opposé exact de celle qui donnait, il y a seulement un mois, le président hors jeu et pas candidat à sa réélection.

Au PS, certains ne cachaient plus qu’ils avaient fait une croix sur la victoire de François Hollande en 2017.

Dès lors, les écuries concurrentes commençaient à faire entendre que d’autres seraient mieux placés pour faire gagner la gauche.

Des apéros en forme de
début de campagne

Il était donc temps pour les « hollandais » de remettre en selle l’idée d’un président, certes concentré sur sa tâche, mais qui n’a en rien renoncé à se représenter.

« Il fallait répondre à une rumeur qui s’emballait, alimentée par ceux qui voulaient y aller eux-mêmes »,

confie un proche.
L’Elysée a d’ailleurs multiplié les rencontres informelles avec les parlementaires autour de « Vincent Feltesse », conseiller du président.
Des apéros qui prennent de plus en plus « des allures de début de campagne ».

Au-delà de ce contre-feu, les supporteurs du président ont déployé toute une série d’arguments.
Le premier, c’est la « logique institutionnelle » qui ferait de François Hollande, président sortant, le « candidat naturel » de la gauche en 2017.

« Il est président, il le sera jusqu’au bout.
Et, 
*logiquement*, il sera candidat. »

Ils s’appuient aussi sur le caractère du président :

« Je ne le vois pas lâcher »,

assure un de ceux qui l’ont toujours suivi, même avant 2011, quand François Hollande était surnommé « Monsieur 3% ».

« Ce n’est pas le genre à renoncer »,

abonde un conseiller.

Vous connaissez
« l’effet rorbu » ?

D’ailleurs, les sondages catastrophiques qui s’accumulent n’ébranlent pas « Stéphane Le Foll », l’un des « hollandais » les plus fidèles.
Le ministre de l’Agriculture appelle cela « l’effet rorbu », du nom de ces cabanes de pêche sur pilotis en Norvège.
(les « sans-dents » ne peuvent pas SE PAYER de vacances en Norvège et ne connaissent que les cabanons mais aussi les splendides régions de France dont les médias subventionnés par l’état devraient faire la promotion à la place de leurs publicités intempestives et ennuyeuses ! pelosse )

« Vous voyez les campagnes de promotion de la Norvège…
Le *rorbu*, posé sur un fjord, l’eau turquoise, à l’arrière le soleil couchant…
J’ai fait un tour de Norvège en vacances, 3 000 km à moto…
Eh bien en fait, il y a trois jours de soleil par mois, si tu n’as pas quatre potes et un jeu de cartes, vraiment tu t’ennuies ! »
,

Et de conclure :

« Une photo ne donne jamais la météo.
C’est pareil pour les sondages.
Un sondage n’est jamais incapacitant. »

Et puis, malgré le fiasco de la déchéance de nationalité,
malgré la mobilisation contre la loi El Khomri,
les « hollandais » veulent croire que la politique de l’exécutif commence à porter ses fruits.

« Avec l’abandon de la déchéance, on sait qu’on va se prendre des coups de poing de tous les côtés pendant quelque temps.
Mais on est en train de voir que la politique de François Hollande est la bonne politique. »

Et d’énumérer les indicateurs économiques qui, un à un, passeraient au vert :
le déficit qui se réduit,
le bâtiment qui repart,
les transactions immobilières en plein essor,
la consommation soutenue,
les entreprises qui ont reconstitué leurs marges…

« C’est le fond de notre raisonnement sur la politique de l’offre,

explique un ministre à « francetv info ».

« Cela dit, si les résultats sont meilleurs, ils ne le sont pas encore assez pour que cela puisse être perçu.
Mais il faut redonner la perspective de l’explication à ces résultats, qui ne tombent pas du ciel.
Il faut redonner le fil. »

« Vous en voyez un autre ? »

Reste, évidemment, le problème du chômage, dont la courbe ne se décide toujours pas à baisser.

« A un moment, même le chiffre mensuel des demandeurs d’emploi va réagir favorablement à cette météo économique et sociale »

moins morose, dit un conseiller de l’Elysée.
Tout en avouant être incapable de savoir quand cela arrivera, il ajoute :

« François Hollande ne devrait pas être empêché par ce chiffre-là. »

La baisse du chômage, dont le président a lui-même fait une condition sine qua non pour se représenter, ne serait donc pas un obstacle éternel…

Ultime argument :
Il serait le mieux placé pour rassembler son camp.

« Je ne vais pas vous dire qu’il n’y a pas de problème.
Mais vous en voyez un autre ?
« 

s’interroge un vieux compagnon de route du président.

Valls ?
Il n’est pas le point d’équilibre de la gauche.
Hamon ?
Non plus.
Macron ?
Trop jeune.
C’est mieux que ça soit lui. »

Et de conclure, fataliste :

« Ce n’est pas très glorieux.
Vous pouvez avoir une candidature en positif, ou par élimination des autres.
Mais, que vous soyez un ardent « hollandais » ou par élimination des autres, vous arrivez au même résultat. »

Pas question d’entrer
en campagne trop tardivement

Les conditions ne sont pas – encore ? – réunies, mais les hollandais réfléchissent déjà entre eux à la campagne de 2017 :

« Oui, 2017 fait partie des sujets sur la table.
Chacun y va de son couplet…
En ce moment, c’est surtout :
Comment on remonte la pente ?
Quelle stratégie ?
Quel calendrier ? »

Ils sont plusieurs à tabler sur une entrée en campagne après la primaire de la droite (20 et 27 novembre), peut-être en décembre.
Pas question de refaire la campagne éclair de Mitterrand en 1988, qui avait attendu mars pour se déclarer. Même celle de Nicolas Sarkozy, parti en février 2012, est jugée trop courte.
Comme le reconnaît un conseiller de l’Elysée : « Six mois, ça ne sera pas de trop. »

« Il ne faut pas de mélange des genres, entre le président en exercice et le candidat.
Mais il faut quand même prendre le temps d’être en campagne »
,

assure un parlementaire.
Cette stratégie serait-elle compatible avec une primaire à gauche, si celle-ci voyait le jour ?
En tout cas, le président ne serait « pas contre ».
Mais attention, poursuit un autre parlementaire,

« n’oubliez pas que François Hollande n’est jamais là où on l’attend.
Vous verrez… »

Sophie Brunn

http://www.francetvinfo.fr   du 02/04/2016

ils l’attendent candidat mais les « sans dents » sont las de ses promesses non tenues !
Nous verrons !

Tous Unis Contre L’Insulte : Sale Blanc.

attention-circuler-4x3

Initialement : Retour Au Réel !

“Sale Blanc : chronique d’une haine qui n’existe pas”

Face à la réalité des violences perpétrées en France contre les populations blanches, une voix courageuse s’élève contre le tabou d’une haine raciale que nombre de victimes n’osent pointer du doigt par crainte d’endosser l’habit de l’affreux raciste.
Un racisme anti-blanc sciemment occulté par les élites d’une cinquième République à bout de souffle, dont l’utopie multiculturaliste encensée à grands coups de renforts médiatiques, artistiques et financiers n’est certainement pas étrangère à son déclin.
On ne compte plus les deniers publics dépensés par des officines antiracistes curieusement insensibles au sort des autochtones de banlieues.
Dans cette perspective, l’intérêt majeur du livre de Gérald Pichon, Sale Blanc : chronique d’une haine qui n’existe pas, n’est donc pas tant la révélation de ce racisme anti-blanc battant en brèche le sacro-saint universalisme républicain que les subterfuges, les mystifications employés par les élites politiques, la caste médiatique, la sphère associative pour mettre sous le boisseau cette violence orchestrée par les bandes ethniques.

L’autre intérêt de ce livre réside dans la mise à nu de l’imposture des élites politiques et financières.
Elles agitent aujourd’hui sans vergogne le chiffon rouge du racisme anti-blanc.
Il y a eu les anciens adorateurs de Mao qui, sentant le vent tourner, se sont réfugiés dans les bras du capitalisme ultra-libéral.
Il y a aujourd’hui les anciens laudateurs du vivre-ensemble qui, observant les méfaits de leur projet de société, écument plateaux télé, studio de radios et font preuve d’une soudaine et suspecte empathie pour le petit blanc.
Leur objectif est simple : faire oublier leur rôle de porte-voix d’une immigration massive et d’ex-procureur stigmatisant le pauvre franchouillard pas franchement réjoui à l’idée d’expérimenter dans son quotidien les joies d’une « société ouverte sur l’extérieur… ».
A l’instar des anciens séides staliniens, cette oligarchie, affublée des oripeaux du métissage, s’échine à camoufler par tous les moyens ce passé peu glorieux.
Dans son livre, Gérald Pichon déconstruit leur discours pernicieux, leur tour de passe-passe et leurs mensonges rendus possibles grâce à la complicité du monde journalistique et renvoie dos à dos thuriféraires de la diversité et nouveaux opportunistes de la politique électoraliste.

« Sale Blanc : chronique d’une haine qui n’existe pas » rend donc justice aux dizaines de milliers d’invisibles qui chaque semaine, chaque mois, chaque année sont aux mieux l’objet d’insultes, de moqueries à cause du blanc de leur peau, au pire victimes d’agressions physiques pouvant parfois connaître de dramatiques issues.
Ce livre est donc un vibrant hommage à ces sans-voix, abandonnés sur le bas-côté de la République, à qui l’on a asséné l’idée que « l’immigration est une chance pour la France… ».
Dans un style clair et percutant, le propos fort bien documenté de Gérald Pichon est une démonstration magistrale de l’existence de la haine du Blanc.
Un livre de chevet indispensable pour comprendre le véritable tabou de la cinquième République.

Guillaume Lamarque

Source : « fr.novopress.info » du 28/02/2013

Qu’ils soient de gauche, qu’ils soient de droite, , nos gouvernements se moquent effectivement de cette population bafouée.
Il y a vingt ans, il en était déjà de même, je parle en connaissance de cause, les autochtones ne sont même pas pris au sérieux, tout juste s’il n’est pas insinué qu’ils sont peut-être à l’origine de ce qui leur arrive.
C’est un comble de se sentir coupable d’être Français DE France !

Initialement publié le 09/03/2013

Une-campagne-

Insultes, Crachats, Poignards
Racisme Anti-Blancs !

Jeunes Et Vieux…Quelles Politiques ?

séniors

Tu connais cette « Stratégie » ?

Les seniors bientôt taxés davantage ?

C’est ce que préconise un rapport d’experts de l’institution « France Stratégie »,
selon lesquels les politiques publiques désavantagent les jeunes au profit des plus âgés !

Explications

C’est un texte qui devrait faire réagir les seniors.
Un rapport de l’organisme « France Stratégie », intitulé « Jeunesse, vieillissement, quelles politiques ? », s’intéresse aux dépenses de protection sociale en France.
Et à en croire les résultats, les moins de 25 ans sont bien moins aidés que les plus de 60 ans.

« Alors que le taux de pauvreté frappe plus durement les plus jeunes (23,3% pour les 18-24 ans en 2012, contre 8,3% pour les plus de 60 ans), les dépenses de protection sociale et d’éducation s’élèvent à 17,2% du PIB en 2011 pour les plus de 60 ans contre 8% seulement pour les moins de 25 ans »,

précise « Le Figaro », qui relaie l’étude.

« Vieillissement Actif »

Face à ce constat, l’organisme, rattaché à Matignon, propose notamment de taxer davantage les seniors.

« Il est possible de chercher à réorienter le modèle social français vers des dépenses permettant d’accroître notre capacité à financer les charges liées au vieillissement (…)
notamment dans l’éducation-formation et par le « vieillissement actif » qui vise à prolonger la contribution des seniors à la société »
,

explique-t-il, repris par le quotidien.

Aucune mesure sur des taxes plus concrètes n’est avancée pour le moment…
Mais la mise en marche d’une plus grande contribution des personnes âgées pourrait bien s’amorcer rapidement !

source : http://www.planet.fr

http://www.citoyens-et-francais.fr/2016   du 03/04/2016

Les Guerriers Apagogiques Génocidaires.

DG déserteur

  Pourquoi A Londres ?

Le bon commandant « José Castano » nous inonde régulièrement d’apologétiques courriels sur de valeureux combattants pour « l’Algérie Française » afin, dit-il, de réhabiliter leur mémoire.
Or il s’avère, après examen, que tous ces intrépides guerriers avaient, pendant la Seconde Guerre Mondiale, fait partie de la « résistance » ou des « forces françaises libres » !
Il importe donc, pour en finir avec ces lassants panégyriques, de démontrer que ces gens n’ont eu, par leur imprévoyance intellectuelle, que ce qu’ils méritaient.
Car rien n’est plus apagogique que de vouloir justifier la prééminence de l’homme blanc sur les populations colonisées d’ Afrique et d’Orient par la démonstration d’une soi-disant absurdité du racisme national-socialiste qu’ils avaient contribué à faire disparaître — et c’est pourtant ce qu’ils firent.

Le fascisme raciste n’est ni dogmatique, ni rationnaliste, mais empiriste.
Il possède donc cette supériorité de savoir faire la différence entre doctrine et théorie :
La doctrine est sûre d’elle, fondée sur des principes voulus intangibles, même si dans son assurance d’elle-même tend parfois à se confondre avec le dogme,
La théorie quant à elle est fondée sur des principes en prise avec le monde réel et se mettant à son épreuve, quitte à être remise en cause.
La théorie est pratique et opérative, la doctrine est abstraite et spéculative.
La première convient, par exemple, à l’économie ou à la guerre…
La seconde, à la vie de l’esprit, à la sauvegarde de la race.

Si tous ces anciens résistants avaient, dans ces années de troubles anticoloniaux, appliqué un processus mental similaire, la race blanche n’en serait pas où elle en est maintenant. Lorsqu’Américains et Français abrogèrent en Allemagne vaincue les lois raciales promulguées en 1935, ils condamnèrent moralement le statut qu’ils imposaient, les premiers à leurs Noirs et les seconds aux musulmans d’Algérie.
Dès lors le processus anti-hégémonique de la race blanche dans le monde était enclenché, et les plaçait tous dans des situations éthiquement inextricables.
C’est eux-même qui jetèrent à bas l’édifice socio-culturel qui assurait la prééminence de l’homme blanc. Empêtrés dans leurs contradictions, nos « résistants », qu’ils soient de la première heure ou de la dernière, gaullistes opportunistes ou patriotes abusés, transfuges de l’Ecole d’Uriage ou rescapés de Mers-El-Kébir, ne pouvaient plus se sortir de la situation où ils s’étaient mis.
La seule solution eut alors été — mais aucun n’eut le courage intellectuel d’y recourir — d’admettre que dix ans plus tôt on avait été un peu vite en besogne, et sans jeter aux orties la croix de Lorraine pour arborer celle, en fer, de la Division Charlemagne, jeter un regard apaisé sur la doctrine nationale-socialiste pour subtilement en retirer ce qu’il y avait de valable afin de rétablir l’ordre racial menacé.

En lieu et place de quoi des « résistants » décorés, vainqueurs du racisme « nazi » et contempteurs de la Gestapo, appliquèrent dix ans après les mêmes méthodes à ces autres « résistants », les maghrébins d’Algérie, mais nécessairement, forcément, de façon honteuse et dissimulée !
Et dans les décennies qui suivirent, c’est à cause de leur rigidité intellectuelle que plus personne à propos de l’invasion migratoire consécutive aux indépendances des anciennes colonies, ne put ni n’osa dénoncer la véritable raison du refus viscéral qu’en ont les Français : le motif racial.
On invoqua d’abord la justification économique, ensuite l’incompatibilité culturelle, mais depuis la funeste action des « trois grands » en 1945, notre pitoyable droite française est toujours obligé de mentir et de biaiser, de recourir au faux-semblant à l’argutie.
Nous, racistes ?
Jamais!

Tel est, en France, l’héritage doctrinal du gaullisme…

On comprendra mieux pourquoi nous ne donnerons pas tort à De Gaulle, embourbé dans la situation qu’il avait lui-même créé, lorsqu’il décida se de débarrasser de l’Algérie.
Car les tenants de sa conservation nous aurait précipité dans un mixage racial des plus immondes, étant donné qu’il était devenu « éthiquement » impossible d’appliquer la seule solution qui aurait pu sauvergarder la race blanche :
Etablir, comme en Afrique du Sud, un système d’apartheid qui aurait légalement institutionnalisé la pratique jusque-là empirique de la ségrégation raciale — saine mentalité que les communistes et francs-maçons, plus puissants que jamais là aussi par la faute de De Gaulle, se seraient sinon employés à pervertir jusqu’à dissolution puisque le « Général » les avait laissé s’emparer de l’Education Nationale.

Le petit-fils de rabbin « Michel Debré » voyait dans la fusion avec le peuple algérien une façon de remédier à la baisse de natalité en France métropolitaine.
Impressionné par la démographie galopante de l’Algérie française depuis que les colonisateurs y avaient apporté l’hygiène et la médecine européenne, il prétendait qu’ainsi la France deviendrait la plus grande puissance démographique de l’Europe.
Mais il était en réalité, « comme tout juif, un métisseur d’aryen », puisque nommé député de La Réunion après l’indépendance algérienne, il fit venir en France des enfants « chromatodermes » pour les y faire adopter par des familles campagnardes blanches.
(http://www.slate.fr/story/81217/pupilles-reunion-creuse)

Nommé gouverneur général de l’Algérie au début de la guerre par le juif « Pierre Mendès France », le protestant et ethnologue « Jacques Soustelle » exposa le 18 décembre 1961 lors d’une conférence de presse clandestine son accord avec les objectifs de l’OAS et son action en faveur du maintien de l’Algérie au sein de la République française, mais la méthode préconisée était l’intégration des Algériens musulmans à la citoyenneté française.
Dans les deux cas on voit bien que le maintien de l’Algérie Française aurait abouti à un chaos racial beaucoup plus rapide qu’avec l’actuelle immigration :
En une décade seulement, on serait passé de l’Algérie française à la France algérienne.

A partir de Pompidou la « droite » se fit exclusivement affairiste, ne s’intéressant plus qu’à l’argent :
Elle tua la France de « Mauriac » comme les gaullistes avaient tué celle de « Maurras ».

La culture, les médias, furent laissés aux mains de la « gauche ».

On connaît la suite !

Le bannissement raciste de centaines de milliers d’européens par les maghrébins d’Algérie est depuis lors présentée comme un acte patriotique légitime, mais l’expulsion de France d’un parasite « chromatoderme » est une « atteinte aux droits de l’homme » xénophobe !

Et les héros d’hier, médaillés de la Résistance mais — hélas pour eux! — également des guerres d’Indochine et d’Algérie, sont des bourreaux colonialistes.
Nous ne les plaignons pas :
En 1944 De Gaulle avait déclaré :

«Je vais redonner la République à la France et il n’y a aucune raison que je ne lui redonne pas aussi les francs-maçons»,

laissé rétablir le décret-loi antiraciste « Marchandeau » ( Aboli par le Maréchal le 27 août 1940), et, le 13 Novembre 1945, son gouvernement comportait cinq ministres communistes ( les « ci-devant » « Maurice Thorez », « Ambroise Croizat », « François Billoux », « Marcel Paul » et « Charles Tillon »).
Ils savaient donc parfaitement à quoi s’attendre de la part de leur idole.

Renié pour cela par son catholique de père, le lieutenant-colonel thomiste « Bastien-Thiry » expliquait son attentat contre De Gaulle de la manière suivante :

« le « Maréchal Rommel », le Lieutenant Colonel « Von Stauffenberg » (…)
ont dû être soulevés au plus profond d’eux-mêmes par l’horreur des camps de concentration nazis,
comme nous l’avons été par l’horreur des camps de détention qui existent aujourd’hui en Algérie avec la complicité du pouvoir de fait (…)
ces officiers ont dû aussi être douloureusement frappés par le génocide hitlérien des juifs,
comme nous le sommes par le génocide gaulliste des français musulmans (…)
Ces officiers, après avoir été condamnés par un tribunal d’exception, sont maintenant honorés en Allemagne par leurs concitoyens et par les autorités morales et politiques.
Ceci nous a été un encouragement dans notre action. (…)
Les multiples messages et discours à la télévision de l’actuel chef de l’état sont analogues et ont les mêmes buts que les harangues radiodiffusées de Hitler ou que les discours des dictateurs fascistes s’adressant aux foules depuis leur balcon (…)
Nous ne sommes ni des fascistes ni des factieux mais des français nationaux, français de souche ou français de cœur»

Là aussi le message est clair :
Le reproche fait à De Gaulle est d’agir comme Hitler, les opposants à l’hitlérisme sont cités en exemple, et on peut être français sans considération raciale.

En refusant de faire allégeance au Maréchal Pétain et en lui préférant le déserteur De Gaulle, complice des assassins des marins français de Mers-el-Kébir, ces futurs défenseurs de l’ «Empire Français» se montrèrent de la même inconséquence que ces Français d’aujourd’hui qui se ruent dans les grands magasins ouverts les dimanches et jours fériés, pour, l’année suivante, s’indigner de ce que leurs patrons veuillent les faire travailler aux mêmes périodes.
Les apagogues d’hier sont les réprouvés d’aujourd’hui, et nous ne les plaignons pas, réservant notre compassion aux anciens de la LVF et de la Division Charlemagne.

Brigid Trismegiste

http://sororite-aryenne.com/   du 03/04/2016

Nous Découvrons Encore L’ Univers !

ciel

Une planète X !

La planète X est responsable des extinctions massives sur Terre, selon des astrophysiciens.

« Daniel Whitmire » et « John Matese », astrophysiciens de l’Université de l’Arkansas (Etats-Unis), estiment que les extinctions massives qui se répètent sur Terre environ tous les 27 millions d’années sont provoquées par la rotation sidérale de la planète X, rapporte la revue scientifique « Monthly Notices of the Royal Astronomical Society ».

D’après les chercheurs, l’orbite de la planète X s’incline lentement par rapport au Soleil au cours de sa rotation, si bien que tous les 27 millions d’années, l’astre traverse la « ceinture de Kuiper » (une zone du Système solaire s’étendant au-delà de l’orbite de Neptune, entre 30 et 55 unités astronomiques, ndlr), ce qui provoque inévitablement des perturbations gravitationnelles susceptibles de projeter des comètes depuis la « ceinture de Kuiper » directement vers le centre du Système solaire.

Ainsi projetées, les comètes entrent en collision avec d’autres corps célestes, y compris notre planète.
Au fur et à mesure qu’elles s’approchent du Soleil, les comètes se divisent en plusieurs fragments capables d’empêcher la lumière solaire d’atteindre les astres, dont notamment notre Terre.

Cette théorie, poursuivent les scientifiques, constitue l’explication la plus probable des extinctions massives de la faune terrestre à certaines époques géologiques.
Parmi d’autres causes plausibles de l’extinction figurent :
la présence d’une seconde étoile auprès du Soleil
et les oscillations verticales du Soleil observées au cours de sa rotation autour du centre de notre Galaxie.
Cependant, ces deux théories n’ont pas encore été prouvées du point de vue paléontologique, soulignent les chercheurs.

La planète X est un corps céleste dont la masse est d’environ 10 fois celle de la Terre.
Elle se trouve sur une orbite vingt fois plus éloignée que celle de Neptune et tourne autour du Soleil sur une orbite ayant une période de révolution de 10.000-20.000 années.

Ce sont les astronomes « Konstantin Batygin » et « Mike Brown » de l’Institut de technologie de Californie (Caltec) qui ont découvert l’existence de cette planète.
Sa découverte pourrait devenir l’évènement le plus sensationnel de cette décennie.

source : https://fr.sputniknews.com/sci_tech

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 03/04/2016

Tous Unis Contre Ces Kamikazes !

      opération merah

Lecture Impérative !

Chaque fois que l’on pense aux attentats-suicides de Bruxelles, Paris ou ailleurs, on bute sur une énigme !

Qu’est-ce qui pousse des individus à se faire exploser en assassinant un maximum de gens au hasard ?

Qu’essaient-ils de faire ou de prouver ?

Leurs motifs politiques relèvent de l’infantilisme, puisque ces djihadistes sont supposés combattre le régime de « Bachar Al-Assad ».
Or en faisant cela ils se rangent aux côtés de leur pire ennemi, la coalition occidentale.
De plus ils s’engagent dans les rangs de l’Etat islamique, qu’ils suspectent en même temps d’être une création de cette coalition.

Leurs motifs religieux ne volent pas plus haut, puisqu’il s’agit souvent de convertis-express formés par Internet plus que dans des mosquées.
Certains, « invoquent » le Paradis et ses vierges.
La plupart des musulmans y croient, mais ne sont pas pour autant impatients de rejoindre Allah.
Un des terroristes bruxellois a laissé un bref testament dans lequel il n’est même pas question d’islam ni d’Allah.

La plupart de ces terroristes étaient des délinquants parfaitement matérialistes, gagnant leur vie à coups de kalachnikov.
La rapidité de leur lavage de cerveau reste un mystère.
Tout comme leur conversion de truands en djihadistes.
Comment l’objectif de se transformer en viande de boucherie à la seconde a-t-il pris le pas sur leur propre intérêt, qui serait d’abord de vivre ?

Interrogé par « Causeur » en septembre 2015 sur la possible « relation entre le déclin de la lecture chez les jeunes et un certain ensauvagement de l’individu contemporain », le philosophe « Peter Sloterdijk » nous donne un indice :

« Le djihad, c’est une sorte d’intrusion de la bande dessinée dans la biographie classique.
Autrefois, la lecture rendait les individus capables de mener une vie qui ressemble à un livre.
L’individu, c’est l’animal autobiographique.
Aujourd’hui, la bande dessinée martiale est en train de saper l’ancienne culture autobiographique, avec, dans le cas du djihad, la promesse d’une mort précoce comme supplément d’âme. »

Autrement dit, l’avènement de la culture occidentale va de pair avec le désir individuel de faire quelque chose de sa vie.
Des individus qui proviennent d’une culture où la communauté (« Oumma ») tend à prendre plus d’importance que l’individu, plongés dans une culture où la réussite individuelle est primordiale, peuvent opérer un court-circuit sinistre en essayant d’exister non par leur vie, mais par leur mort.
« Mohamed Merah », dont le seul accomplissement fut de se faire abattre après avoir assassiné huit enfants et adultes, est pourtant une star des banlieues.

L’objectif suprême de ces truands-djihadistes serait de se faire un nom.
Comme leurs cursus ne leur permet pas de devenir artistes ou savants, et que la carrière de truand mène à une impasse existentielle (où l’on passe plus de temps en prison qu’en liberté), ils se jettent dans l’horreur, comme « Erostrate » qui incendia le temple d’Ephèse dans le seul but que l’on retienne son nom.

Cette quête de notoriété est d’autant plus pathétique que dès qu’on cite les noms d’un groupe d’islamistes – avec leurs pseudonymes – tout le monde s’y perd et personne ne les retient.
Ceci pour des raisons démographiques et phonétiques.
Leur communauté est minoritaire et les sonorités de leur nom restent inhabituelles.

Le problème s’aggrave d’un facteur sociologique.
La plupart portent des prénoms et des noms arabes, alors que d’autres *immigrés* se sont empressés de donner à leurs enfants des prénoms locaux.

Le prénom peut-être une forme de compromis culturel.

« Finkielkraut » porte « un nom à coucher dehors », comme il le dit lui-même, mais son prénom Alain a certainement contribué à son intégration.
A l’opposé, les prénoms arabes sont à peu près aussi contributifs pour l’intégration qu’un voile sur la tête. Cet obstacle s’ajoute à tous ceux que rencontrent les enfants d’immigrés.

Le problème fondamental est sans doute de ne pouvoir être reconnus par leur culture d’origine, qui ne reconnaît pas pleinement la valeur de l’individu – qui se doit d’être d’abord soumis –, tout en ne pouvant se faire reconnaître par une culture qu’ils rejettent.
Il n’est dès lors pas étonnant qu’au-delà du suicide égoïste ou du suicide altruiste, définis par « Durkheim », nos djihadistes de banlieue aient découvert le « suicide haineux ».

Empressons-nous d’oublier leurs visages et leurs noms.

Marc Reisinger

http://www.causeur.fr   du 31/03/2016

Tous Unis Pour Décheoir Les Traîtres !

F.HOL. avance

 Hollande a encore foiré !

Le Président a utilisé la question de la nationalité française comme un moyen de remise à niveau.
Voulant tirer parti des attentats, il a tenté de retrouver son rôle institutionnel de « monarque » rassembleur !

Devant les Assemblées réunies en Congrès, il avait annoncé une révision de la Constitution.

L’extension de la déchéance de la nationalité aux terroristes binationaux nés français y figurait comme le signe le plus fort.
Cette manœuvre associait trois éléments :
– d’abord, la solennité restaurée de la fonction présidentielle ;
– ensuite, le caractère symbolique de l’appartenance à la nation ;
– enfin, l’habileté politicienne qui instaurait une mesure que la droite allait soutenir avec enthousiasme.

Normal pédale encore,
il a tout foiré !

Dans cette triste affaire, « notre » personnel politique a étalé sa médiocrité avec ostentation.
Hollande voulait l’unanimité avec le soutien de son opposition.
C’est la gauche la plus bête du monde qui s’est alors rebellée.

Remettre en question une nationalité acquise mécaniquement et par hasard mais trahie très volontairement lui paraissait un sacrilège envers le sacro-saint droit du sol.
Discriminer les détenteurs de plusieurs nationalités en leur réservant la déchéance de nationalité française afin de ne pas créer des apatrides redoublait la révolte puisqu’on touchait ainsi à une autre icône de la gauche :
Sainte Égalité.

L’idiotie profonde qui marque une telle attitude mérite d’être analysée.
On ne peut négliger d’abord cette « préférence étrangère »,
évidemment contraire à l’intérêt national,
qui domine le discours de la gauche.

De même, le souci de l’égalité au profit des binationaux fait preuve d’une surprenante conception de l’idée.
Celui qui a plusieurs passeports n’est pas l’égal de celui qui n’en a qu’un.
Lui enlever celui du pays qu’il trahit rétablit la parité.
Un minimum de réflexion chez ceux qui ont alors voulu retirer la nationalité à tout le monde les aurait amenés à cette évidence :
On aurait ainsi créé des apatrides, mais seulement pour ceux qui n’auraient été « que » français, non chez les binationaux !
Curieuse conception de l’égalité qui joue à l’encontre des nationaux !
Quant à la Liberté, elle a disparu :
Celui qui choisit de combattre la France doit garder une nationalité française qu’il a acquise sans le vouloir à la naissance.

Le bon sens commandait donc la déchéance de nationalité pour les binationaux et « l’indignité nationale » pour les Français à part entière.
C’est ce que souhaitait la majorité sénatoriale.

Mais on a alors vu et entendu quelques représentants de cette prétendue « droite » minimiser la question de la nationalité.
Monsieur  »Geoffroy Didier » ou Madame « Kosciusko-Morizet » ont fustigé ce débat inutile sur une notion subalterne.
La « nationalité » ne vaut pas une messe à Versailles.
Ce n’est rien, un « gadget », dit le premier…un « symbole », dit la seconde !

Oui, un « symbole » pour lequel beaucoup de Français sont morts et pour lequel des étrangers aussi ont donné leur vie afin de l’acquérir.
Comment des électeurs de droite pourraient-ils voter pour ces personnages obsédés par les primaires et méprisant leur pays ?
Ils se veulent sérieux : l’efficacité seule compte.
La déchéance de nationalité ne dissuadera pas les terroristes.
Il faudrait des peines incompressibles, précisent-ils.
Quelle peine, en effet, peut-elle dissuader un homme prêt à se faire exploser ?

La déchéance de la nationalité pour les traîtres binationaux, l’indignité nationale pour les Français sont des rappels à la valeur de la nationalité française.
François Hollande, en voulant être adroit, a, une fois de plus, fait reculer le pays aux applaudissements de l’ex-indépendantiste Taubira : quel symbole !

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr   du 01/04/2016

Le Début Du Réveil Des Français !

nuit debout

Place de la République !

Ce soir et pour la deuxième nuit, les Français organisent une « Nuit Debout » place de la République à Paris.
Les parisiens s’y retrouvent pour montrer au gouvernement leur opposition au projet de Loi Travail El Komhri.

Ce 1 er avril (aussi appelé 32 mars), 3 000 personnes se sont retrouvées place de la République.
La colère monte contre un gouvernement devenu autoritaire qui n’arrive pas à répondre aux problèmes des Français.
Les diverses lois sécuritaires, la camisole mises aux petits candidats, la lutte contre le terrorisme, cela entre autres exarcerbe profondément la population.
L’exaspération profonde peut-elle atteindre la révolte sociale ?
Des signes montrent que nous y basculons lentement.

Place de la République, des tentes commencent à se monter, cette manifestation citoyenne pourrait donc tenir dans la durée.
Cette « nuit debout » pourrait ainsi rapidement s’étendre à d’autres villes de l’Hexagone.
Il est évident que la solution viendra des décisions de nos politiques, hélas, peu réceptifs.
Selon les organisateurs, les Français place de la République sont présents pour montrer leur colère de manière pacifique, mais s’ils sont présents, c’est parce qu’ils voient la Francer vaciller dangereusement.
Puisque le gouvernement ne semble plus à l’écoute, ces manifestants organisent de nombreux débats, ils se parlent, ils cherchent des solutions.
Parmi eux, des salariés, des étudiants, des chômeurs… c’est en réalité l’ensemble des français qui campent place de la République pour discuter et réfléchir à l’avenir de la Nation.
Les jours qui viennent seront décisifs quant l’avenir de ce mouvement citoyen.

Joseph Kirchner
http://www.wikistrike.com   du 02/04/2016

§§§§§§

On en a marre !

Ils avaient prévenus qu’ils allaient revenir.

Ils ont tenu parole !

Ce vendredi soir, le mouvement «Nuit Debout», un collectif « Convergence des luttes », spontané et inspiré du mouvement des « Indignés » en Espagne ou du mouvement « Occupy » aux Etats-Unis, s’est offert sa deuxième «Nuit Debout» sur la place de la République.

Pas la marée humaine attendue… mais plusieurs centaines d’adolescents, beaucoup d’étudiants mais aussi des trentenaires, une cannette de bière à la main et même des quadras non loin des baraques à frites et à merguez improvisées pour l’occasion, odeur d’oignons et de graillon en sus…

«On ne veut pas de la loi El Khomry, (s’égosille une jeune « Léa »), «bac +5, au chômage, une flopée de stages non payés», «ni même du reste, des socialistes et des autres.
Y en a marre!».

Sur la place, plusieurs banderoles donnent le ton :

«La guerre, c’est la paix.
La liberté, c’est l’esclavage.
L’ignorance, c’est la force.
Georges Orwell. 1984.»

Une porte improvisée faite en carton a été installée :

«Que nul n’entre ici s’il n’est révolté».

Plus loin, il y a aussi des mouvements qui se sont invités comme ce collectif de mal logés.

Anne Hidalgo n’apprécie pas

Jeudi soir, le mouvement « Nuit Debout » avait déjà occupé la place de la République, au grand dam de « Anne Hidalgo », la maire PS de Paris qui avait déclaré :

«Les lieux publics ne peuvent pas être privatisés, il y a des mesures de sécurité.
On est obligés de faire respecter un peu d’ordre dans cette ville».

(mais pas déranger les tapis de prière n’est ce pas ? il ne faut pas les traumatiser ! pelosse)

«On s’en fout ! », commente « Sylvain », intermittent du spectacle, 32 ans, «remonté comme un coucou».
«On veut résister et créer», indique sa copine, une étudiante en sciences politiques.
A une extrémité de la place, un forum s’est improvisé.
Près de 300 personnes sont assis à terre en un arc de cercle compact tandis que certains jeunes haranguent les autres.

«On ne sait pas ce qu’on va faire mais on va décider maintenant»,

espère « Nora », «chomeuse», bonnet de laine vissé sur la tête.
A ses côtés, « Benoit », son ami, profession ? «pleins de petits trucs,» insiste que «ce n’est pas qu’un mouvement de contestation de la *loi du travail* ça va bien au delà».

Aux quatre coins de la place, des petits groupes de policiers en tenue et dans les rues alentours, plus discrètement, des files entières de camions de CRS :

«Pour l’instant, ca se passe bien, se réjouit un policier.
Ce qu’on craint, comme d’habitude, c’est l’arrivée de casseurs»
.

Cécile Carez

http://www.leparisien.fr/politique   du 02/04/2016

Bouc Emissaire Idéal Dans Notre Chaos !

coudenhove_kalergi_richard

« Richard Coudenhove-Kalergi »

Je suis effarée de lire, trop souvent, que le remplacement de population serait l’application pure et simple d’un certain plan Kalergi !
Du nom de  l’homme politique « Richard Coudenhove-Kalergi » qui, ayant eu le malheur – et la mauvaise idée-  de faire partie des traumatisés de la première guerre mondiale, a cru, comme beaucoup, qu’il fallait tout faire pour qu’il n’y ait « plus  jamais ça » et que la meilleure façon d’y parvenir serait de construire à l’échelle de l’Europe l’équivalence de la Suisse (qu’il admire, qu’il prend comme modèle) ou celle des Etats-Unis d’Amérique, une fédération créant entre nations des liens indéfectibles qui rendraient toute guerre impossible.
On lui reproche d’avoir ainsi installé les prémices de la disparition des nations, nécessaire préalable à cette fédération européenne, sans chercher à comparer l’Europe dont il rêvait et celle qui a été faite, en violation complète de ses souhaits.

Mais on lui fait encore plus souvent un autre reproche, il aurait, dans son livre « Praktischer Idealismus », publié en 1925, imaginé une race idéale métissée, négroïde. où certains voient l’aboutissement des campagnes actuelles pour la diversité et la société multiculturelle.

Je vais essayer de faire la lumière sur le personnage et son oeuvre, afin de rendre à « César » ce qui appartient à « César ».
Si « Kalergi » a rêvé d’une Europe sans guerre,
d’une Europe avec des accords entre nations,
il était bien loin de l’Europe que nous voyons,
dont il aurait eu lui aussi horreur,
comme le montrent les extraits de son oeuvre que je citerai.

Ce sont d’autres qui, sans scrupules, ont fait du rêve européen de « Kalergi » un cauchemar. Par ailleurs les citations que d’aucuns font, hors contexte, et notamment en supprimant ce qui les précède, ne correspondent en rien à un projet de société de Kalergi, qui, au contraire, rêvait d’un monde non métissé…

Je proposerai 2 articles sur le sujet.

http://resistancerepublicaine.eu/2016/03/31/il-n-y-a-pas-et-il-n-y-a-jamais-eu-de-plan-kalergi-premiere-partie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+resistancerepublicaine+%28Resistance+Republicaine%29

 

http://resistancerepublicaine.eu/2016/03/31/non-kalergi-na-jamais-voulu-une-race-future-negroido-eurasienne-deuxieme-partie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+resistancerepublicaine+%28Resistance+Republicaine%29

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu   01/04/2016

Le poisson d’avril est, sans nul doute, que le comte « Richard Coudenhove-Kalergi » soit le père de l’Union européenne ACTUELLE !
La réalité est que « Kalergi » a bien ellaboré son « Praktischer Idealismus », mais de malins escrocs ont DEFORME et FALSIFIE ses écrits pour en faire l’effroyable réalité dans laquelle nous sommes confrontés à la barbarie d’une violence omniprésente.
Le réalisme d’aujourd’hui est un grotesque et nocif croquis d’un idéalisme abouti mais seulement virtuel.
L’auteur de « Idéalisme Pratique » ne voulait pas que se reproduise la boucherie de la première guerre mondiale !
Nos gouvernements l’ont trahi !

Tous Unis Contre La Viande « Halal » !

boucher

Vigilance Halal !

Abandonnés par le système, la seule alternative est d’agir par nous-mêmes.
L’aspect invasif de la viande halal, lié à la conjonction du mercantilisme et de l’obscurantisme, pose de nombreux problèmes :
souffrance animale,
insalubrité des viandes,
– paiement d’une dime religieuse.
Le refus d’étiquetage spécifique par les autorités, au motif que cela serait stigmatisant est proprement scandaleux.

La dégradation dramatique des pratiques dans les abattoirs, illustrée par les scandales à répétition comme à Alès et au Vigan, est  liée à l’introduction massive de l’abattage halal.
Cela a beaucoup nuit à l’image des professionnels de la viande dont certains ont cru à un nouvel Eldorado s’ouvrant devant eux, alors que ce n’est qu’un miroir aux alouettes !

Quant  aux éleveurs,  ils n’avaient pas besoin de cela….

« Vigilance Halal » s’inscrit dans une démarche pragmatique et non idéologique en soutenant les bouchers qui s’engagent à ne commercialiser que de la viande d’animaux abattus selon les normes  « laïques  .
Plus de 300 bouchers ont répondu à notre appel et vont recevoir l’affichette ci-dessus.
Faites leur le meilleur accueil.
Vous en trouverez la liste sur le site :
http://vigilancehallal.com/wpcontent/uploads/2014/12/
VH_Bouchers_Adresses_16_03_16.xlsx 

Vous pouvez, de plus, munis de la liste des abattoirs pratiquant l’abattage avec étourdissement
( téléchargeable au  http://vigilancehallal.com/liste-des-abattoirs-non-halal/) visiter les bouchers autour de chez vous et leur demander d’où provient leur viande.
Il ne s’agit pas uniquement de savoir si elle vient de France comme il est souvent répondu.
Bien noter les réponses et nous les communiquer.

Même si des esprits chagrins nous disent que ça ne sert à rien,
que nous faisons du communautarisme « béret baguette »,
la pression que nous pouvons exercer est énorme  !

Nous avons de nombreux témoignages de militants qui ont réussi à faire supprimer des rayons halal dans les grandes surfaces  par un dialogue franc et ferme avec les responsables du magasin.

A nous de « jouer » !

Docteur Alain de Peretti,
vétérinaire,

Président de Vigilance Halal,
Protection et Respect de l’Animal
et du  Consommateur.

http://ripostelaique.com/participez-a-laction-citoyenne-de-
vigilance-halal-chez-bouchers.html   du 01/04/2016

Ce n’est pas un poisson d’avril !
Les animaux « dits inférieurs » ne se font pas souffrir pour une utopie !

Tous Unis Contre Le Suicide Paysan !

france-deuilNotre industrie agricole
est assassinée !

Dans le Vaucluse, suicide d’un agriculteur dont l’exploitation était en difficulté !

Un agriculteur âgé d’une cinquantaine d’années s’est suicidé mercredi matin avec une arme à feu, sur un chemin situé sur la commune d’Orange (Vaucluse),
à proximité de son exploitation agricole d’une dizaine d’hectares.
L’alerte a été donnée par un passant vers 8 heures.

Selon « Yves Badorc », procureur de la République à Carpentras, l’homme a vraisemblablement mis fin à ses jours à cause des difficultés que rencontrait son exploitation maraîchère de Caderousse.

« C’est une exploitation qui était en difficultés, et ce serait susceptible d’expliquer son geste, mais il n’a pas laissé de mot »,

a précisé le procureur à l’AFP.

« Il était dans une situation difficile depuis plusieurs années,
il avait cumulé les ennuis et l’élément déclencheur,
c’est sûrement la crise de la salade »
,

a estimé le président de la chambre d’agriculture du Vaucluse, « André Bernard ».

L’agriculteur avait récemment augmenté la surface dédiée à la culture de la salade, secteur qui a rencontré cet hiver « une crise profonde », selon « André Bernard », en raison de la surproduction liée aux températures douces et à l’arrivée sur le marché français de la production maraîchère du Portugal et de l’Espagne, à la suite de l’embargo russe.

http://www.bvoltaire.fr/breves   du 31/03/3016

Elle est belle l’union européenne avec ses envahisseurs et son embargo !
Nous n’en voulons pas !

Le Pétrole Peut Manquer, L’Eau Non !

océan souterrain

 La terre est riche d’eau !

Des chercheurs russes, français et allemands ont découvert un immense océan souterrain qui s’est formé il y a presque trois milliards d’années.

Situé entre 410 et 660 kilomètres de profondeur, ce réservoir d’eau contient l’équivalent de TROIS FOIS le volume de tous les océans de la planète, rapporte une étude publiée par la revue « Nature ».

L’océan souterrain s’est formé sous l’effet de hautes pressions et de températures élevées (1530°C).
Après avoir analysé des échantillons de lave pétrifiée, les chercheurs ont conclu qu’il s’agissait d’un réservoir ayant une structure cristalline minérale.

Découverts sur le territoire du Canada, les minéraux étudiés représentent des coulées de « komatiite » prisonnières de certaines roches rares, dont l’ »olivine ».
L’analyse des échantillons a permis d’évaluer les quantités d’eau se trouvant sous la surface de la Terre.

Les chercheurs soupçonnaient depuis longtemps l’existence d’un océan souterrain, mais ils en ignoraient la taille.
Tout porte à croire que cet immense réservoir d’eau est apparu aux étapes initiales du développement de notre planète.

source : https://fr.sputniknews.com

http://www.wikistrike.com   du 31/03/2016

Image de prévisualisation YouTube

 Sous la surface de la Terre

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43