Archive | 09/04/2016

Cet Accord Fait D’ Enormes Vagues !

TTIPa

Partenariat
Transatlantique !

L’Union européenne ne réduira pas au silence le Parlement français.

Alors que tous les gouvernements européens semblent soutenir, « par principe », un accord avec les États-Unis, un collectif de parlementaires appelle ici à continuer de défendre la position française.

Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (« TTIP »), mais personne ne sait ce qu’il contient.
À l’heure où l’objectif affiché par beaucoup est de conclure un accord en 2016, il faut se battre pied à pied, comme le fait notre gouvernement, pour obtenir de la transparence, car ce n’est pas un privilège, mais un droit.

Aujourd’hui, un parlementaire ne peut lire qu’un texte lacunaire, une fois délesté de son téléphone, et sous la surveillance d’un fonctionnaire.
Certes, depuis peu, il a au moins l’avantage d’y accéder dans les locaux d’une administration publique nationale, plutôt qu’à Bruxelles ou à l’Ambassade des États-Unis.

Le symbole est évident :
Les citoyens et leurs représentants n’ont qu’à circuler, il n’y a rien à voir.
Le commerce international est une affaire de technocrates, de « lobbys », d’experts, bref de spécialistes.
Que les effets d’un accord commercial sur la vie quotidienne de nos concitoyens soient considérables ne semble pas justifier qu’on leur demande leur avis.
Cette méconnaissance de nos principes et valeurs démocratiques fondamentales est purement et simplement insupportable.

Avec « Matthias Fekl », secrétaire d’État au commerce extérieur, le gouvernement a posé les conditions d’une négociation réussie :
la transparence à tous les niveaux,
la réciprocité entre les parties,
l’intransigeance sur les normes sociales et environnementales, qui ne peuvent être modifiées que vers le mieux-disant,
le respect de nos lignes rouges et le refus de tout tribunal d’arbitrage privé au profit d’une véritable justice internationale en matière d’investissement.
La réussite de la France est reconnue puisqu’elle a su créer un consensus en Europe autour de la création d’une Cour publique, à terme multilatérale, qui mettra un terme définitif aux tribunaux d’arbitrage privés.
Ses positions sont respectées, car elle sait hausser le ton devant l’absence de réciprocité.
En affirmant que le « Parlement aurait le dernier mot », le secrétaire d’État a aussi tranché avec l’inertie en Europe face aux enjeux, mais aussi aux risques soulevés par le « TTIP » en matière de contrôle démocratique.
Aujourd’hui les gouvernements européens restent discrets et semblent soutenir par principe un accord avec les États-Unis.
Ce n’est pas le cas de la France.
Le gouvernement a pris des positions claires dans lesquelles nous nous reconnaissons.
Nos lignes rouges et nos intérêts offensifs sont précis, connus et défendus, aucun accord n’est envisageable sans leur prise en compte.

Tous les Français doivent savoir que nous ne céderons rien sur la défense de notre modèle agricole et alimentaire.
Bœuf aux hormones ou poulet chloré resteront aux États-Unis.
Tous les Français savent que nos entreprises ont besoin de l’ouverture des marchés publics, de l’accès au marché des services, et de la reconnaissance des appellations contrôlées, parce que nos exportations garantissent des emplois et contribuent à en créer en remplissant le carnet de commandes.
Mais ils ne veulent ni opacité ni petits arrangements sur le dos des peuples.

Certains mènent une offensive pour faire des accords commerciaux une compétence exclusive de l’Union européenne.
La Cour de justice de l’Union européenne a été saisie pour trancher ce point et rendra prochainement son verdict sur l’accord entre l’Union européenne et Singapour.
Un argument juridique ne doit pas pouvoir servir à contourner la démocratie.
Nous, parlementaires français, ne l’accepterons jamais.
Nous demandons solennellement au gouvernement français de refuser de signer tout accord avec les États-Unis si le Parlement est réduit au silence.

Liste des signataires.

Marie Récalde (Gironde) ;
Lalande Bernard
(Charente Maritime) ;
Patricia Adam (Finistère) (Gironde) ;
Kader Arif (Haute-Garonne) ;
Delphine Bataille (Nord) ;
Claude Berit Débat (Dordogne) ;
Erwann Binet (Isère) ;
Nicole Bonnefoy (Charente) ;
Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais) ;
Martial Bourquin (Doubs) ;
Sylviane Bulteau (Vendée) ;
Henri Cabanel (Hérault) ;
Pierre Camani (Lot et Garonne) ;
Colette Capdevielle(Pyrénées-Atlantiques) ;
Thierry Carcenac (Tarn) ;
Françoise Cartron (Gironde) ;
Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine) ;
Jacques Chiron (Isère) ;
Karine Claireaux (Saint Pierre et Miquelon) ;
Romain Colas(Essonne) ;
Françoise Descamps-Crosnier (Yvelines) ;
Sandrine Doucet (Gironde) ;
Olivier Dussopt (Ardèche) ;
Alain Duran (Ariège) ;
Frédérique Espagnac (Pyrénées Atlantiques) ;
Corinne Féret (Calvados) ;
Richard Ferrand (Finistère) ;
Yann Galut (Cher) ;
Odette Herviaux (Morbihan) ;
Eric Jeansannetas (Creuse) ;
Chaynesse Khirouni (Meurthe-et-Moselle) ;
Colette Langlade (Dordogne) ;
Claudine Lepage(représentant les Français établis hors de France) ;
Arnaud Leroy (Français établis hors de France) ;
Lucette Lousteau (Lot-et-Garonne) ;
Jacques Bernard Magnier (Puy de Dôme) ;
Frank Montaugé (Gers) ;
Sandrine Mazetier (Paris) ;
Philippe Nauche (Corrèze) ;
Germinal Peiro (Dordogne) ;
Hervé Pellois (Morbihan) ;
Marie Francoise Pérol-Dumont (Haute Vienne) ;
Elisabeth Pochon (Seine-Saint-Denis) ;
Dominique Potier (Meurthe-et-Moselle) ;
Régine Povéda (Lot-et-Garonne) ;
Joaquim Pueyo (Orne) ;
Catherine Quéré (Charente-Maritime) ;
Monique Rabin (Loire-Atlantique) ;
Daniel Raoul (Maine et Loire) ;
Claude Raynal (Haute Garonne) ;
Stéphanie Riocreux (Indre et Loire) ;
Gwendal Rouillard (Morbihan) ;
Alain Rousset (Gironde) ;
Jean Yves Roux (Alpes de Hautes Provence) ;
Christophe Sirugue (Saône-et-Loire) ;
Julie Sommaruga (Hauts-de-Seine) ;
Nelly Tocqueville (Seine Maritime) ;
Stéphane Travert (la Manche) ;
Richard Yung (représentant les Français établis hors de France).

Une tribune initialement publiée sur le site du Monde.

http://www.euractiv.fr   du 07/04/2016

Connaissez Vous Le Nom De Molenbeek ?

questions

Qui d’entre nous connaissait
seulement le nom de Molenbeek
avant ce tragique 22 mars ?

Pas moi, je l’avoue, et nous étions sans doute nombreux dans ce cas, avant que tous les projecteurs ne soient braqués sur cette partie de Bruxelles.
Aussi m’a-t-il semblé utile d’en savoir un peu plus.

Selon Wikipédia :
Molenbeek est l’une des 19 communes de Bruxelles-Capitale, densément peuplée, elle représente le double de la moyenne Bruxelloise, commune qui a connu de nombreuses vagues migratoires de diverses origines.
Dès les années 1800 Molenbeek voit l’installation de Belges flamands et francophones.
Durant le siècle suivant, viennent s’installer des communautés d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais, suivies plus tard par des Arméniens (Ndlr : jusque-là tout va bien !) puis des Marocains, Turcs, Pakistanais, Africains et des populations des pays de l’Est.
Dans les années 2010, c’est une commune à forte population musulmane.

Molenbeek est connue pour être une commune belge à forte  population Marocaine, mais aussi la commune qui représente le plus grand taux de criminalité et de chômage en Belgique.
Dans les années 2010 c’est une commune à forte population musulmane.
(Tout rapprochement entre ces spécificités serait pure coïncidence)

L’ancien bourgmestre « Philippe Moureaux », ancien ministre, n’a eu de cesse pendant plus de vingt ans de prôner la multiculturalité, en laissant s’installer les prières de rue et les discours haineux.
Il a acheté la paix sociale en distribuant des logements sociaux aux Marocains, en leur accordant des commerces et en tissant des liens étroits avec les mosquées […]il passe l’essentiel de ses vacances au Maroc (
.
(Valeurs Actuelles).

Tout cela n’a-t-il pas pour nous un air de déjà vu ?

Dernier « détail » : « Philippe Moureaux » appartient à la sphère socialiste…

Le but ici, n’est pas d’accuser le gouvernement belge « de naïveté » comme l’a si élégamment fait l’ineffable « Michel Sapin », mais seulement de montrer que les mêmes causes produisent les mêmes effets, les mêmes utopies de vivre-ensemble donnent les mêmes résultats avec, une fois encore, la même ignorance crasse de l’islam.

Mais qu’en est-il sur notre territoire ?

Valeurs Actuelles titre:
« Les Molenbeek français, ces villes où les djihadistes font la loi ».
Il y en aurait une centaine sur notre territoire.
Plus ???

La ville de Roubaix, qualifiée aujourd’hui de Molenbeek Français, est en tête de cet inquiétant palmarès.
En 2013, une certaine « Alyssa J. Rubin », journaliste du « New York Times » avait commis un article, relayé par « La voix du Nord »  qui commençait par ces mots :

« Portant voiles et jupes longues, des femmes marchent tranquillement dans les rues de cette ville française défavorisée, pour se rendre à la prière du soir dans leur mosquée.
Comme leurs époux, frères, pères et fils, elles se sentent ici comme chez elles ».

Et continuait :
« Roubaix est un berceau, un symbole de l’immigration »,
ou encore :
« Roubaix est représentative d’un vivre-ensemble au niveau de l’immigration ».

Un tissu de stupidités et d’ignorance qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un précédent article.

Une journaliste du New York Times veut que toutes les villes françaises ressemblent à Roubaix ! – Riposte LaïqueRiposte Laïque

Roubaix : 7 mosquées, près de 70% de boucheries halal…Les enseignes halal ont proliféré, comme les sandwicheries et autres viennoiseries bas de gamme, peu ou pas d’épiceries, de boucheries françaises.

Si ce n’est pas un remplacement de population, qu’est-ce-que c’est ???

Lunel, ville de 25 000 habitants, devenue tristement célèbre par le nombre de ses habitants partis faire le djihad. Entre 2013 et 2014, vingt-cinq jeunes sont partis pour la Syrie et l’Irak. un certain nombre a été tué par les missiles de l’aviation syrienne. Cette cité comportant un centre ancien avec de très jolies maisons aux murs épais a vu les artères de ce centre se décomposer les unes après les autres, en l’espace de vingt ans : 25% de logements sociaux dans son cœur historique. Très vite, tous ceux qui le pouvaient sont partis. Ne sont plus restés que les abonnés aux aides sociales…

Nantes a vu naître Forsane Alizza (Les cavaliers de la fierté) avec à sa tête un fou d’Allah, Mohamed Achamlane, condamné en 2015 à neuf ans de prison ferme. Des quartiers devenus majoritairement musulmans où les pompiers n’interviennent que sous la protection des forces de l’ordre.

Toulouse, avec ses quartiers de La Reynerie, du Mirail ou des Izards, dont était originaire Mohamed  Mérah, entre autres. Toulouse d’où presque cent personnes, parmi lesquelles quelques mineurs, sont parties en Syrie. Certaines sont revenues et vivent aujourd’hui sous contrôle judiciaire à la fiabilité toute relative.

Marseille : capitale du crime organisé, tout autant que capitale salafiste où s’alignent les taxiphones, marchands de kébabs, agences Western Union, et marchands de littérature islamiste.

Lyon : vingt des cent mosquées salafistes que compte la France se trouvent dans la cité rhodanienne. Cent personnes d’origine « lyonnaise » sont parties au califat. Un certain nombre rêve de faire sauter la raffinerie de Feyzin, d’autres nourrissent l’espoir de tuer dans les stations de métro lyonnaises.

Etc…Etc…Et que font nos dirigeants pour nous protéger, pour arrêter tous ces « fichés S », pour les empêcher de passer à l’acte, de commettre de nouveaux attentats sanglants ?? A part prendre des mines de circonstance – voire essuyer une petite larme – condamner fermement, et nous dire que nous devons nous « habituer » à vivre comme cela.

Ce que nous attendons ce ne sont pas des mots, mais des actes…fermes.

Winston Churchill a dit : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ».

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com/combien-de-molenbeek-france.htm

Tintin-à-Molenbeek1

On est en Europe ?

Vite Chez Nous !

Emules Des Soldats D’ Odin Finlandais !

soldats-Odin

En Suède, Norvège, Estonie !

Les gardes civiles qui ont fait leur apparition en Finlande lors de la vague migratoire gagnent également en popularité en Suède, Norvège et Estonie.

Les Soldats d’Odin, ces gardes civiles finlandaises naissantes qui ont vu le jour en réaction à la crise migratoire, sont de plus en plus populaires et se développent aujourd’hui en Suède, en Estonie et en Norvège.

Les Soldats d’Odin suédois ont fait leurs débuts la semaine dernière en tant que « garde civile » dans la province de Dalarna et patrouillent dans les villes de Borlänge, Hedemora und Säter, a rapporté le quotidien « Dagens Nyheter ».

La Suède est maintenant le quatrième pays où patrouillent ces soldats d’un nouveau genre.
Ils se sont donnés pour mission de protéger leurs compatriotes des envahisseurs musulmans usant de violence…
et de s’opposer aux « patrouilles islamiques ».

Une façon de répondre à l’appel du hongrois   »Viktor Orbán » du 15 mars dernier…

Rappelons que « Odin » est le dieu des morts, de la victoire et du savoir dans la mythologie germanique et nordique.

source : http://www.medias-presse.info

http://www.citoyens-et-francais.fr

La France a toujours un train de retard !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43