Archive | 01/06/2016

Les U.S.A. Veulent Tuer Notre Terre !

pensee (1)

Ils sont cinglés !

« Si l’Otan provoque une guerre contre la Russie, les vivants envieront les morts ».

La décision du ministère tchèque de la Défense d’envoyer des soldats à la frontière russe augmente la menace de déclenchement d’une guerre nucléaire, met en garde l’analyste tchèque « Martin Koller ».
Peu importe où et sous quel prétexte l’Otan provoquerait cette guerre, en tout cas une attaque atomique est inévitable.

« Je suis persuadé qu’une guerre contre la Russie, (…) inattendue et préventive, est l’objectif des Etats-Unis qui cherchent à accéder à l’hégémonie mondiale.
La majorité des bases militaires américaines sont installées de telle manière qu’elles visent la Russie et la Chine et dans le même temps protègent les ressources pétrolières au Proche-Orient »
,

a déclaré l’analyste militaire « Martin Koller ».

L’initiative tchèque

Selon Monsieur « Koller », le plan du ministre tchèque de la Défense, « Martin Stropnicky », qui avait proposé d’envoyer 100 militaires tchèques à la frontière russe afin de montrer la loyauté de la République tchèque à l’Otan, est une décision politique tardive.

Dans le cas d’un vrai conflit avec la Russie, une centaine de soldats à la frontière ne changera rien.
Mais cette décision prouve que la République tchèque supporte les Etats-Unis, leur désir de provoquer une guerre préventive et assume une partie de la responsabilité pour son déclenchement, a souligné Monsieur « Koller » dans un entretien à « Parlamentni Listy ».

Il a expliqué que, notamment, les soldats tchèques à la frontière russe pourraient devenir la cible de « bonhommes verts difficilement identifiés » afin de provoquer des dispositions hostiles envers la Russie lesquelles serviront de « queue de détente » pour que l’Otan déclenche une guerre contre l’ »agresseur russe » en Ukraine ou dans les pays Baltes.

La guerre nucléaire
et le facteur humain

Il ne faut pas oublier que le temps de réaction de la défense antiaérienne et de la défense antimissile est très court ce qui provoque un risque de « stress » et d’erreur.

On ne peut pas exclure des pannes dans ces systèmes ou une influence ambivalente du facteur humain.
Avec le déploiement des forces américaines, qui sont, « de facto », déjà placées autours des frontières russes, le risque d’une guerre nucléaire augmente.

Il ne restera plus au président « Vladimir Poutine » que de réagir à l’avenant afin de ne pas permettre à son adversaire de recourir au facteur de surprise, estime l’expert.

« Se relaxer avant la mort »

Si une guerre nucléaire avec la Russie commence, l’expert conseille aux habitants de l’Europe de l’Est de « se relaxer, d’ouvrir une bouteille de bon vin et d’attendre humblement la mort ».
Monsieur « Koller » estime qu’après une telle guerre, les survivants envieront les morts.
L’analyste pense que cette guerre impactera le plus l’Ukraine, les pays Baltes, la Norvège, la Pologne, le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique car la majorité des bases de l’Otan sont déployées dans ces pays.

source : https://fr.sputniknews.com/international

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 01/06/2016

Et le monde asiatique…la moitié de la population mondiale actuelle ?
Il ne va pas rester les bras ballants !
Ces mondialistes d’outre-Atlantique sont devenus fous et ont tissé leur toile maléfique sur notre Europe.
Ils vont se retrouver avec un monde inhabitable…et cela ne fera pas remonter leurs finances en berne !
Quels baratineurs !

Une Solution Comme Une Autre.

france-deuil

Des promesses non tenues !

Et si, en plein bordel, Hollande cassait sa pipe ?

Grâce aux exploits de ce gouvernement,
qui a réussi à vouloir passer en force sur la loi El-Khomri,
voilà donc la France bloquée par les troupes de choc de la CGT et ses supplétifs islamo-gauchistes.

Et chacun de proposer sa solution !

« Manuel Valls », aussi droit dans ses bottes que « Juppé » en 1995, annonce qu’il maintiendra son projet jusqu’au bout, et ne démissionnera pas.

Les opposants, dopés par leur capacité de nuisance et la faiblesse de ce régime, demandent ni plus ni moins que le retrait de la loi.

« Florian Philippot », au nom du FN, demande également ce retrait, mais en outre la démission de « Manuel Valls » et la dissolution de l’Assemblée nationale.

Il peut toujours attendre.

Il ne reste qu’une seule solution, que personne n’a le courage d’émettre :
Il Faut que celui que « Robert Albarèdes » appelle le scootériste de l’Elysée, voire le libidineux, nous fasse une « Félix Faure » !

Petit cours d’histoire pour les moins instruits.
Alors âgé de 58 ans (4 ans de moins que Hollande actuellement),
le président de la République, « Félix Faure », en pleine affaire « Dreyfus », sollicite, ce 16 février 1899, les services de sa maîtresse, « Marguerite », à 17 heures.
La légende prétend qu’il aurait pris un aphrodisiaque pour être au sommet de sa forme à cette heure précise, mais que « l’entretien » aurait mal tourné.
Peu de temps après que le couple se fut installé dans le « salon bleu » de l’Élysée, le chef du cabinet, alerté par des cris, aurait découvert le président, sans autre vêtement qu’un gilet de flanelle, râlant, allongé sur un divan et la main crispée dans la chevelure de sa maîtresse, tandis que « Marguerite », déshabillée, réajustait ses vêtements en désordre.

Et naturellement, « Clemenceau », qui ne ratait jamais un bon mot, ne put s’empêcher de commenter l’événement :

«Il voulait être César, il ne fut que Pompée !».

La malheureuse Marguerite fut rapidement surnommée «Pompe funèbre», et mourut, cinquante-cinq ans après l’événement, en Grande-Bretagne, dans le Sussex (cela ne s’invente pas…).

Si un tel destin arrivait à Hollande, cent-dix-sept ans plus tard, la question n’est pas de savoir qui serait la « Marguerite 2016″, bien qu’évidemment, cela passionnerait les foules.
Peu importe que cela fût la mère de ses quatre enfants,
la journaliste avec qui il commença son mandat,
l’actrice avec qui il le continua,
ou une quelconque ministre ou secrétaire d’Etat venue « dialoguer » avec le Président.
Ce qui nous intéresse est bien évidemment politique :
Que se passerait-il si le palpitant du libidineux flanchait, comme a flanché celui de « Félix Faure » ?

Rappelons que, dans d’autres circonstances, le 2 avril 1974, « Georges Pompidou », en plein exercice de son mandat, trouva la mort, rongé par une cruelle maladie.
Que se passa-t-il alors ?
Ce fut d’abord le président du Sénat, « Alain Poher », qui assura l’intérim du Président.
Puis, ensuite, il ne fallut qu’un seul mois pour organiser les élections présidentielles, les 5 et 19 mai 1974, qui virent « Giscard d’Estaing » battre « Mitterrand » et succéder à « Pompidou ».

Donc, que se passerait-il si le scootériste de l’Elysée cassait sa pipe (facile),
ou passait l’arme à gauche (facile aussi…),
en plein bordel, que, par son incompétente, il aurait créé ?

« Gérard Larcher », président du Sénat, assurerait l’intérim.

On ignore si les syndicalistes arrêteraient tout, ou bien si « Valls » aurait trouvé la porte de sortie pour sauver la face, mais les mouvements s’arrêteraient de suite, et la vie reprendrait son cour.

Mais la « sortie de route » du « Guignol de l’Elysée » mettrait une gigantesque pagaille dans les appareils politiques du PS et des Républicains, qui ont tout programmé pour l’échéance de mai 2017.

Imaginez le « pastaga » chez les Républicains…
Terminées les primaires, plus le temps !
Et donc, « Sarkozy » s’auto-proclamerait, vu son statut de chef du Parti, candidat.
Ce que, bien évidemment, « Juppé » ne pourrait accepter. Donc, la primaire « Sarkozy-Juppé » aurait lieu lors du premier tour !
Et pendant ce temps-là, tous les autres postulants se vendraient au plus offrant, mais il faudrait faire très vite !
Il n’est pas certain que l’ancienne UMP résisterait à un tel séisme.

Et au PS, je préfère ne pas y penser.
Naturellement, « Manuel Valls » penserait que son heure est venue.
Mais « Macron » n’aurait peut-être pas envie d’attendre encore cinq ans.
« Cambadélis » offrirait ses services à celui qui serait en tête dans les sondages.
Quant à l’aile gauche, elle réclamerait, bien évidemment, une autre politique, vraiment à gauche, et nous balancerait peut-être un « Montebourg »
Le PS risquerait d’exploser, surtout que les postes de députés qui suivraient la présidentielle risqueraient d’être fort rares.

Naturellement, « Méluche », dopé par des sondages qui le donnent à la même hauteur que Hollande, en ce moment, irait au mastic, et le pire est que cela pourrait marcher !

Une partie des Verts, derrière « Cosse » et son « Beaupin », soutiendrait le PS dès le premier tour, en échange de quelques strapontins de députés, l’autre moitié derrière « Duflot », aurait envie d’y aller.
Mais les caisses sont vides, et il faut faire 5 % pour être remboursé.

« Dupont-Aignan », toujours insensible à ce qui se passe autour, continuerait à la jouer solo, espérant faire 5 % et rentrer dans ses frais.

Et le FN ?
Il serait sans doute celui qui serait le moins perturbé par cette nouvelle, car chez eux, le scénario est clair :
c’est Marine, même si le climat interne n’est guère fameux, et que l’opération Béziers, de Robert Ménard, n’a guère été appréciée.
Mais la candidate, qui avait prévu de prendre du recul durant cette année, pour aller à la rencontre des Français et peaufiner son programme, devrait redescendre dans l’arène au plus vite.

Reste la seule question qui compte.
Cette disparition prématurée du scootériste libidineux de l’Elysée prendrait-elle tout le monde de court, et serait-elle profitable à la candidate du camp patriote, qui, grâce à ce coup du sort, se retrouverait à l’Elysée dès 2016, à la surprise générale… ?

Si tel était le cas, ne faudrait-il pas décorer de la Légion d’Honneur la « Marguerite 2016″, pour services rendus à la Nation ?

Cyrano

http://ripostelaique.com  du 30/05/2016

La Russie Souveraine Attaquée !

poutine vladimir

Vladimir Poutine !

La souveraineté de la Russie est-elle à vendre ?

Pour « Alexey Kudrin », la souveraineté de la Russie doit s’effacer devant les intérêts économiques, c’est du moins ce qu’il a voulu dire à demi-mots à « Vladimir Poutine » en lui « conseillant » de « réduire les tensions géopolitiques ».

Ceci dénote un culot certain, puisque les seules « tensions géopolitiques » dont la Russie peu être considérée comme étant à l’origine sont des actions en réponse aux agressions des pays occidentaux :

La Russie interdit les importations de produits occidentaux ?
C’est une simple réponse aux sanctions économiques contre elle !

Moscou déclare déployer des régiments défensifs à ses frontières ouest ?
C’est une réponse aux manoeuvres massives de l’OTAN dans les Pays Baltes et en Pologne !

Moscou déclare déployer des missiles à Kaliningrad ?
C’est une réponse au déploiement de missiles de l’OTAN en Roumanie.
On ne rappellera pas qu’en Syrie Moscou est la *seule* puissance avec l’Iran, a opérer légitimement (à la demande du Président Assad) alors que toutes les autres le font sans aucun mandat d’aucune organisation… Etc., etc.

Pour « Kudrin », en d’autres termes, si la Russie accepte de s’écraser devant les menaces occidentales, les investisseurs y retourneront, et l’économie pourra repartir.

La réponse de « Vladimir Poutine » a été claire :
– Un, la Russie ne bradera pas sa souveraineté quelques soient les conséquences !
- Deux, il – « Vladimir Poutine » – la défendra jusqu’à ses derniers jours !

Alors à quel jeu joue « Kudrin », que l’on trouve à toutes les sauces dans les medias Russes ?
« Kudrin » a une aura de « grand économiste », titre attribué par les pays occidentaux qui depuis des années, sans peur du ridicule, prévoient son retour au gouvernement en Russie, qu’il a quitté en 2011 après avoir été renvoyé par le Premier Ministre « Medvedeev », après 11 ans au Ministère des Finances.

Adepte d’une politique économique que certains qualifient comme étant « alignée sur les politiques occidentales », « Kudrin » ne fait pas l’unanimité au sein du Pouvoir en Russie :
Certains le qualifient de « membre de la 5-ème colonne«  qui vise à l’affaiblissement de la Russie au profit d’une domination américaine, d’autres ne jurent que par lui.

Il n’est un secret pour personne en Russie que de plus en plus de hauts responsables aimeraient voir « Vladimir Poutine » plus offensif et moins diplomate, faisant valoir que les occidentaux sont en train de mettre en place un vaste plan d’attaque, non seulement économique mais également militaire, contre la Russie.

De l’autre côté, les « pro-occidentaux » sans réellement dénier ce danger prônent une tolérance accrue envers les pays occidentaux et les prises de position de « Kudrin » sont à placer dans ce contexte.
Et tant au vu de la situation économique guère brillante il faut bien le reconnaître, que de la situation géopolitique où le risque d’une confrontation n’a jamais été aussi grand, il semble que « Vladimir Poutine » va devoir prendre des décisions importantes.
Certains voient un limogeage de « Medvedeev », vu comme « pro-occidental », ce qui n’est d’ailleurs pas totalement faux – ni totalement vrai !
Ce qui est certain, c’est que l’immense popularité de « Vladimir Poutine » est faite sur la base de sa politique internationale forte.

Les Russes globalement sont prêts à accepter un mauvais contexte économique en échange d’une politique internationale forte, et ceci devrait pousser « Vladimir Poutine » à prendre des décisions fortes n’allant assurément pas dans la direction d’un abandon de la souveraineté de la Russie.

https://jeanfouche.wordpress.com   du 30/05/2016

 

 

 

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43