Archive | 10/06/2016

Cet « Euro » Est Un Enfumage Monstre !

degagez

Nous sommes
en état d’alerte !

La gauche connaît, aujourd’hui, des heures noires…
Plus un ministre n’ose mettre le nez dehors pour éviter les huées.
Le Président lui-même se faufile, d’une commémoration à une inauguration, entouré d’une garde prétorienne.
Le pouvoir se « bunkérise » et recroqueville la France à sa mesure.

En recherche d’une popularité partie en miettes, François Hollande se tourne vers la démagogie du football.
À Clairefontaine, il ose « Vous êtes la France, toute la France » en s’adressant aux joueurs de l’équipe nationale.
Que le Président fasse la moindre allusion à la polémique « Benzema », « Cantona » et « Debbouze » est déjà très en dessous du niveau présidentiel, mais qu’il puisse ainsi réduire un grand pays à une équipe de joueurs professionnels prouve sa totale absence de discernement.

Le fait que cette équipe soit victorieuse ou non n’aura aucune conséquence sérieuse sur le pays.
Le football est un spectacle, un divertissement.
Il peut, ainsi, détourner l’attention des Français de sujets infiniment plus sérieux.

Faute de dominer le présent, et de préparer l’avenir, le pouvoir se réfugie dans le passé.
Il est, d’ailleurs, assez maladroit pour créer aussi des polémiques dans ce domaine qui appelle une communion quasi unanime, comme on l’a vu avec la célébration de l’anniversaire de Verdun.
Mais Emmanuel Macron a voulu montrer que le plus brillant technocrate n’avait pas forcément une grande intelligence politique.
Il a voulu commémorer, lui aussi.

Notre banquier en costard, avec le lourd paquet de ses déclarations de social-libéral, plus libéral que social aux yeux de la gauche dure, est allé inaugurer un timbre célébrant le 80e anniversaire du Front populaire. L’accueil fut chaleureux : au cri de « Casse-toi », une pluie d’œufs s’est abattue sur notre fringant ministre, choqué par tant d’irrespect envers son portefeuille… ministériel.

La gauche a une lecture très sélective de l’Histoire.
Il y a les riches heures, marquées selon elle par sa présence au pouvoir, et puis les heures sombres toujours associées à la droite.

On sait, en lisant « Zemmour », par exemple, que la gauche a souvent trempé dans les moments difficiles de notre histoire, comme la collaboration dont les acteurs les plus enragés étaient l’un socialiste (« Déat ») et l’autre communiste (« Doriot »).

François Hollande a cru bon devoir citer « Thorez » :
« Il faut savoir terminer une grève. »

Qui était cet homme que le rapport de force avait imposé à la Libération, au moment où les communistes étaient de loin le parti le plus puissant et chargeaient la France des pesanteurs sociales qui altèrent encore notre dynamisme économique, et dont la « CGT » se fait la gardienne obstinée et ruineuse ?

C’était le « traître » qui avait refusé de prendre les armes contre l’Allemagne nazie, alors alliée à l’URSS, la vraie « patrie » de ce déserteur, réfugié à Moscou durant toute la guerre.
Le Parti communiste n’avait pas participé au gouvernement de Front populaire, mais l’avait soutenu, comme la corde soutient le pendu.

Cette période est souvent présentée comme une tranche dorée de notre histoire avec les visages réjouis des ouvriers allant à la mer.
Elle fut celle d’un désastre économique avec le recul de notre production dans une totale insouciance face à l’Allemagne dirigée par les nazis depuis plus de trois ans et qui réarmait.
Malgré cette expérience calamiteuse, non seulement la gauche persiste à enjoliver cette période, mais encore elle a répété la recette avec les mêmes conséquences, chaque fois qu’elle est revenue au pouvoir.
Nous en subissons, en ce moment même, les effets.

Lorsqu’elle évoque les heures sombres de l’Histoire,
la gauche est effectivement sur son terrain,
car elle y a la plus grande part.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr  du 10/06/2016

Chère, Horriblement Chère « C.G.T. » !

sang300x133 (1)

Trop Chère « CGT » !

Le regretté « Coluche », sous ses airs de comique était un fin observateur de la société, lorsqu’il disait :

La « CGT » c’est le Cancer Général du Travail !!!

Chère, très chère (pas aimée, non, mais coûteuse…) « CGT » !
Ses militants interviewés, passent en boucle sur les chaînes TV, pour nous affirmer sans rire qu’ils défendent nos intérêts et prétendre que la majorité des Français les soutiennent !
Sans blague !
Fût peut-être un temps – lointain – où c’était vrai, mais cela ne marche plus de nos jours.

Vu les postes occupés particulièrement dans la Fonction Publique, et  services assimilés, tout particulièrement dans les transports, ils disposent surtout d’un pouvoir de nuisances qui ne cesse de s’étendre, aidés en cela par un pouvoir inexistant, incapable et irresponsable.
Ce qu’ils défendent avant tout ce sont leurs avantages, leurs privilèges, et que cela participe à mettre le pays déjà bien mal en point, à genoux, leur importe peu, voire pas du tout.

En train de perdre leur place de leadership face à la « CFDT », ils jouent, une fois de plus le «jusqu’au-boutisme».

Évolution du nombre d’adhérents (en milliers)
1948 1958 1968 1975 1997 2005 2010 2016
4 000 1 650 2 300 2 377 634 711 682 680

(Source Wikipédia)
(CFDT-CGT : le match en chiffres)

Selon les mêmes sources, ils représenteraient moins de 3% des salariés français.

Ce qu’il faut surtout savoir, c’est que la « CGT » ne pourrait exister avec le seul revenu des cotisations de ses adhérents, qu’elle perçoit d’importantes subventions de l’Etat…et l’Etat c’est nos impôts !
Nous sommes donc doublement pénalisés.

Au chapitre des « affaires » pas vraiment très glorieuses de la centrale syndicale, on peut retenir que :

La « CGT » a été mise en cause dans le financement du comité d’entreprise d’EDF depuis les années 1990.
Au début des années 2000, cette polémique a pris un tour judiciaire, d’une part avec la révocation du Directeur Général de la « Caisse Centrale d’Activités sociales » (« CCAS »), qui avait évoqué des irrégularités lourdes et des dysfonctionnements, et, d’autre part, par le dépôt d’une plainte par trois agents.

Affaire du comité d’entreprise de la « SNCF » de la région Metz-Nancy

Le comité d’entreprise de la « SNCF » de la région Metz-Nancy, géré par des délégués « CGT », a été condamné pour avoir employé une aide de cuisine en « CDD » pendant 12 ans (184 contrats de travail de type C.D.D.) avant de la licencier.
Mercredi 16 mars 2016, l’employée obtenait la condamnation de l’ employeur, ainsi que des représentants du personnel.
Ils devront lui verser un total de 40.674 euros.

Conflit autour du projet de la loi Travail

Lors du conflit autour du projet de la loi travail, la « CGT » impose à l’ensemble des quotidiens nationaux, pour paraître le 26 mai 2016, de publier une tribune intitulée « La modernité, c’est le progrès social, pas la loi « Travail » ! » et signée de « Philippe Martinez », le secrétaire général de la « CGT » opposé au projet de loi du gouvernement Valls .
L’ensemble des titres de la presse nationale à l’exception du journal « L’Humanité » ont refusé de céder à ce chantage.
À titre de représailles, le syndicat « CGT » a bloqué l’impression et la distribution de l’ensemble des quotidiens nationaux qui ont refusé de publier le tract syndical.
Rappelons que les journaux n’étaient déjà pas parus le 31 mars et le 28 avril.
(pas dans leurs habitudes…politique d’enfumage ? pelosse)

Schizophrénie : Étrangers en situation irrégulière de la Bourse du travail de Paris en 2009 :

La « CGT » s’était fortement engagée dans le soutien aux travailleurs étrangers en situation irrégulière en faveur de leur régularisation administrative.

En 2009, sur les 2500 salariés étrangers en situation irrégulière en lutte en Ile de France, quelque 1500 auraient été régularisés.
Mais un collectif d’environ 800 étrangers en situation irrégulière occupait jour et nuit depuis le 2 mai 2008 les locaux de l’annexe de la Bourse du Travail, rue Charlot à Paris 3ème, locaux appartenant en partie au syndicat.
En juin 2009, une quarantaine de «  gros bras » appartenant au service d’ordre de la « CGT », masqués ou cagoulés, ont débarqué munis de bonbonnes de lacrymogène dont ils ont fait usage, et ont expulsé les occupants, sans autre forme de procès.

L’affaire du paquebot France :

Qui ne se souvient de la triste fin du célèbre paquebot France ?
(Qui a tué le « France » ? | Valeurs actuelles)
(article très intéressant pour ceux que l’histoire de ce bateau mythique intéresse.)

Victime de délais de construction trop longs, de rigidité et de tergiversations de l’Etat, d’une mauvaise gestion, et pour couronner le tout du jusqu’au-boutisme suicidaire des syndicats, particulièrement de la « CGT » qui déclencha une mutinerie à bord en septembre 1974.
Finalement les syndicats perdirent tout : le bateau, ses emplois, ses salaires.

Je ne voudrais pas terminer sans rappeler un autre des « exploits » sans doute moins connu de la « CGT », mais dont je peux personnellement témoigner.
La fin des années 1950 et le début des années 1960 voient le retour massif en France des Français rapatriés du Maghreb, ceux que l’on appelait les pieds-noirs et les autres.
Le moins que l’on puisse dire c’est que ces « migrants-là » n’étaient pas accueillis à bras ouvert, l’Etat ne se mobilisait pas pour leur trouver un toit, des meubles, comme pour tous ces autres soi-disant réfugiés…
Passons.
Mais la cerise sur le gâteau fut le comportement des dockers, essentiellement CGT, à Marseille et Bordeaux, qui sabotèrent les cadres qu’ils débarquaient des bateaux :
ils tombaient… soit dans l’eau, soit sur le quai, avec le résultat que l’on imagine…

La CGT c’est le Cancer Général du Travail !!!

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com  du 09/06/2016

Mais Qui Donc Finance « Nuit Debout » ?

tele-realite

les médias n’ont rien dit !

Un journaliste de TV Libertés agressé par Nuit Debout !

Alors qu’il faisait son métier de journaliste pour la chaine « TV Libertés », couvrant l’un des rassemblements des « Veilleurs » en parallèle au mouvement «Nuit Debout», quai de Valmy à Paris, « Hervé Grandchamp » a été lâchement agressé et frappé au visage.

Blessé à un œil, il a pu heureusement échapper à la sauvagerie de ses agresseurs.
(http://www.tvlibertes.com/journal-du-jeudi-9-juin-2016-societe-nuit-debout-ratonne-les-veilleurs-et-tv-libertes/)

Les militants de « Nuit Debout », dont les actions violentes ont largement été relayées par les médias, se présentent comme faisant partie d’un mouvement « citoyen », et tiennent un discours clairement politique, et plus précisément d’extrême gauche.

Dénonçant les rassemblements pacifistes et culturels du mouvement «Les Veilleurs», qu’ils qualifient «d’extrême droite», ils ont fait la preuve de leur degré de tolérance face à ce qu’ils considèrent comme une adversité, comme cette vidéo l’illustre parfaitement :

Image de prévisualisation YouTube

Nuit Debout parle des Veilleurs

La violence, cet argument des faibles, a donc une fois de plus été employée comme seule réponse à ce que ses auteurs considèrent visiblement comme inacceptable : l’autre.

Si frapper gratuitement un homme est intolérable, exercer des violences à l’encontre d’un journaliste en plein travail et dont la fonction et d’informer ses concitoyens, est un acte qui nous concerne tous !

Image de prévisualisation YouTube

Journal du 09/06/2016

Faut-il rappeler à ces énergumènes que la liberté de la presse est une composante essentielle de toute démocratie ?
Faut-il rappeler à ces voyous que la violence n’est pas acceptable et que l’intolérance dont ils font preuve à l’égard de ceux qui ne pensent pas comme eux est une atteinte grave à nos libertés fondamentales ?

A l’heure où l’autorité de l’Etat n’a jamais été aussi affaiblie, du fait de l’incompétence de nos dirigeants, les mouvements contestataires, bien que minoritaires, d’extrème gauche n’ont jamais eu, sous la Vème république moribonde, un tel terrain de jeu.
Et ils s’en donnent à coeur joie.
Casser du flic, s’en prendre aux symboles du capitalisme (à leurs yeux : c’est à dire la façade de votre banque, dont vous paierez d’une manière ou d’une autre les réparations), et à tout ce qui leur passe sous la main, est devenu un sport national qui se pratique chaque jour.

A l’évidence, nous venons de franchir une étape supérieure dans la barbarie de ces sauvages, qu’il faudra bien, tôt ou tard, neutraliser définitivement, si nous voulons préserver nos valeurs démocratiques.

Sébastien JALLAMION

http://ripostelaique.com  du 10/06/2016

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43