Archive par auteur

Les Machines Dirigeront Les Hommes !

snowden

 Edward Snowden

Les gouvernements vont utiliser des drones pour surveiller la population.

Les drones à énergie solaire peuvent rester en l’air pendant des semaines tout en suivant les mouvements non de quelques individus mais de populations entières, prévient le lanceur d’alerte « Edward Snowden ».

«En exploitant la nécessité moderne d’être toujours connecté, certains gouvernements peuvent nous transformer en une sorte d’animaux étiquetés, la différence principale étant que c’est nous qui payons pour ces étiquettes qui sont dans nos poches»,

a souligné l’ancien employé de la CIA dans son article publié le 3 mai, ajoutant que les Etats-Unis envisageaient depuis longtemps de rendre leurs drones plus résistants.

«Une fois que c’est fait, il suffit alors d’y ajouter des dispositifs de recueil de divers signaux pour surveiller sans arrêt, par exemple, les adresses réseaux différentes de chaque ordinateur portable, téléphone ou iPod, pour ainsi connaître non seulement la ville où un dispositif particulier se connecte mais dans quel appartement chaque dispositif vit, où il va à un moment particulier et quel trajet il emprunte»,

a expliqué « Edward Snowden ».

Ainsi, avec un réseau de drones établi dans seulement quelques villes, les services de renseignement pourraient contrôler «les mouvements non pas de quelques individus, mais de la population entière», a-t-il indiqué.

«Sur le plan technique, c’est tellement facile à mettre en œuvre que je ne peux pas imaginer l’avenir sans de telles tentatives.
Au début, comme d’habitude, on va les limiter à des zones de guerre, mais les méthodes de surveillance ont cette tendance à pénétrer dans nos maisons»
,

a conclu le fameux lanceur d’alerte.

L’ancien employé de la CIA a consacré son article à l’occasion du nouveau livre du journaliste « Jeremy Scahill », basé sur les soi-disant «Drone papers», concernant les opérations des Etats-Unis en Somalie, Yémen et Afghanistan, divulguées en octobre 2015.

source : https://francais.rt.com/international/

http://www.wikistrike.com  du 04/05/2016

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 04/05/2016

Mariage Des Socialistes Avec La Finance.

euro

Avec nos sous, bien sur !

François Hollande durant la campagne présidentielle de 2012 a déclaré que son ennemi était la finance.

Cette affirmation destinée à séduire son électorat cache mal une réalité différente :
les socialistes et la finance sont alliés.

La loi « El Khomri » sur le travail est une illustration de la mise en place de mesures libérales concernant les modalités de licenciement.

L’inspirateur de cette loi serait le ministre de l’économie « Emmanuel Macron », ancien banquier d’affaires de « Rothschild ».
La majorité du parti socialiste s’est convertie au libéralisme en 1983 afin de poursuivre la construction européenne.
La gauche est même devenue ultra-libérale concernant les réformes sociétales et la libre circulation des individus.
Les socialistes ont imposé le mariage homosexuel et laissé les frontières ouvertes à une immigration de peuplement.
La suppression des frontières est également le souhait de la finance qui peut ainsi bénéficier d’une main d’œuvre immigrée bon marché.

L’individualisation de la société est le second objectif commun des socialistes et de la finance.
L’idéal est de transformer tous les hommes en consommateurs hédonistes.
Ils doivent acheter des produits standardisés promus lors de campagnes publicitaires planétaires.
Les économies d’échelle permettent de minimiser les coûts et d’augmenter les bénéfices.
La gauche aide le grand capital en faisant l’apologie du « citoyen du monde » :
un individu sans racine, sans religion, sans race et sans patrie.
Les multinationales souhaitent un monde de consommateurs identiques et la gauche accompagne le mouvement avec son relativisme culturel.
Le désir individuel devient la valeur universelle.
Ainsi le mariage homosexuel, la gestation pour autrui et la procréation médicalement assistée deviennent acceptables puisqu’une demande existe.

Le parti socialiste a le droit de se convertir au libéralisme.
Celui-ci a prouvé sa supériorité sur le socialisme comme modèle de société.
Mais les socialistes sont critiquables quand ils n’assument pas leur libéralisme.
Ils pratiquent la langue de bois au lieu de reconnaître que l’idéologie socialiste agonise.
Ils bernent leurs électeurs. Le parti socialiste pratique un clientélisme électoral pour séduire les minorités :
enfants d’immigrés, homosexuels, féministes…
Il est regrettable que les paysans ruinés, les ouvriers licenciés ou les victimes de délinquants ne fassent pas partie des minorités dignes d’intérêt.
Le parti socialiste est devenu le défenseur de certaines minorités identifiées par la gauche américaine des années 60 et il a abandonné les travailleurs français à leur sort.
D’ailleurs les frondeurs et l’extrême gauche dénoncent cette trahison.
Les restructurations, les délocalisations, la montée de la délinquance et l’islamisation des banlieues n’intéressent pas les socialistes américanisés.
La nouvelle gauche a trahi les travailleurs français au profit de certaines minorités et elle s’est mise à défendre les intérêts de la finance apatride !

http://www.ndf.fr/poing-de-vue   du  04/05/2016

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 04/05/2016

Cazeneuve Gazé Comme Un Putois !

Eclatderire

Elle est bien bonne !

L’incident survenu à l’Hôtel de Ville de Lyon, le 28 avril en fin de journée, devait rester « secret »,
« confidentiel défense ».

Mais le gazage de   »R2-D2″ Cazeneuve, digne d’un putois dans un terrier, a fuité de la réunion privée organisée à l’Hôtel de Ville, dans le cadre de la réunion internationale « Technology against crime », réunissant les représentants de 47 pays.
Selon la version officieuse, un fonctionnaire de police a par inadvertance dégoupillé sa grenade lacrymogène.
Le geste malheureux a libéré un nuage de gaz poivre dans les salons de la mairie et a intoxiqué temporairement le ministre « R2-D2″ Cazeneuve et l’assemblée de notables socialistes présents sur les lieux.

Il a fallu ouvrir les fenêtres en grand pour dissiper les vapeurs irritantes, après quoi Bernard Cazeneuve a pu finalement s’adresser à son auditoire.

Alors qu’il ne voulait «plus voir à Lyon un seul putain de ministre de ce gouvernement de merde !», le maire de Lyon avait fait une exception le jeudi 28 avril en fin de journée pour Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur.
Une exception qui s’est soldée par le gazage de toute l’assemblée après qu’un fonctionnaire de police ait malencontreusement dégoupillé une grenade de gaz irritant dans le salon de l’hôtel de ville.
Fenêtres grandes ouvertes, le nuage de gaz s’est dissipé et le ministre a pu entamer son discours.

Bernard Cazeneuve venait annoncer l’arrivée de renforts pour les forces de l’ordre de Lyon.
Mais la « maladresse d’un agent » a retardé son discours.
Même s’il ne s’agissait pas de gaz sarin, certains témoins affirment que le ministre Cazeneuve vacillait, était vraiment indisposé et ils redoutent des séquelles.
Il aura au moins testé ce qu’endurent les patriotes victimes de sa police lors de manifestations démocratiques !

Décidément, « R2–D2″ Bernard Cazeneuve ne devrait pas conserver un grand souvenir de ce jeudi 28 avril 2016.
Alors que la pression montait à Paris autour des manifestations contre la loi travail, le ministre de l’Intérieur était en déplacement à Lyon afin d’assister au forum TAC (« Technology against crime », soit « lutte contre la criminalité grâce à la technologie » en français), lors duquel 47 pays étaient représentés.

Après ce rendez-vous international, le ministre de l’Intérieur, escorté par une nuée de gardes du corps, a rejoint l’hôtel de ville en compagnie de Gérard Collomb, le maire PS de Lyon, afin d’y annoncer, entre autres, l’arrivée de 249 policiers et gendarmes supplémentaires dans le département dès septembre, dont 75 à Lyon même.
Mais la négligence d’un agent de police a perturbé l’événement et retardé la prise de parole du ministre, révèle le site « lyoncapitale.fr ».

En effet, le fonctionnaire, qui sera peut être décoré en 2017, a, par inadvertance, dégoupillé sa grenade lacrymogène.
Le « geste malheureux », libérant un nuage de gaz poivre dans les salons de la mairie, a montré aux officiels présents l’efficacité des gaz, en intoxiquant temporairement l’assemblée présente sur les lieux.

Hors de question de relayer les « mauvaises langues » lyonnaises qui parlent d’un « premier règlement de comptes » entre un ministre de l’Intérieur mal aimé et sa police.
D’autres se réjouissent déjà sur le fait que « R2–D2″ Cazeneuve ne reviendra pas à Lyon.
Enfin, il y a ceux qui « rigolent à se taper le cul par terre » de l’image donnée par le falot ministre de l’Intérieur aux représentants de 47 autres pays, qui participaient à l’événement.

Francis GRUZELLE

http://ripostelaique.com   du 01/05/2016

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie le 02/05/2016

Grand Péril Dans Les Rues De Lyon !

SebastienJallamionagresse

La violence barbare règne !

Notre ami « Sébastien Jallamion » vient de publier ces quelques lignes, sur sa page « Facebook ».

Agressé hier dans les rues de Lyon par au moins deux hommes « courageux » à l’accent maghrébin m’ayant attaqué par derrière, poussé au sol et roué de coups au visage sans que je ne puisse me défendre, je tiens à remercier l’automobiliste qui est intervenu et les a mis en fuite avant d’appeler les secours.

Je suis sorti ce jour de l’hôpital et déplore cinq fractures au niveau du visage dont deux à la machoire, qui devraient être opérées la semaine prochaine.

Il s’agit probablement d’une agression crapuleuse avortée par l’intervention d’un tiers (nous verrons ce que l’enquête conclura) il y a cependant des chances pour qu’on ne les retrouve jamais.

Quoi qu’il en soit, j’en profite pour dresser un nouvel état des lieux en matière de sécurité :
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles

(Sébastien JALLAMION https://www.facebook.com/photo.php?fbid=830479363724628&set=a.267195850052985.48638.100002877166195&type=3&theater)

Nous connaissions la nouvelle depuis la veille, puisque Sébastien, avec qui nous avions mangé le midi même, a voulu nous informer au plus vite de cette intolérable agression.

C’est insupportable d’imaginer un ami, quelqu’un de bien, dans un quartier paisible de Lyon, se faire lâchement attaquer par derrière, et une fois au sol, massacrer à coups de poing et de pied, et sans doute avec un poing américain, quand on voit le résultat et qu’on connaît les conséquences (cinq fractures, dont une double à la mâchoire).

C’est insupportable de voir quelqu’un qu’on aime bien et qu’on respecte, dans l’état dans lequel on le découvre à travers cette photo, même si nous nous attendions au pire.

C’est insupportable de se dire que ce qui est arrivé à Sébastien peut, plus que jamais, arriver à n’importe lequel d’entre nous, dans une France livrée à l’ensauvagement de masse, où ce sont trop souvent des Gaulois qui sont victimes d’agresseurs maghrébins, souvent musulmans.

C’est insupportable de savoir que cette agression demeurera inconnue des médias, alors que si deux Gaulois avaient agressé un maghrébin avec la même violence, on aurait le coup de l’extrême-droite trois jours durant, sur l’ensemble des plateaux de télévision et les pages de couverture de l’ensemble des médias de propagande.

C’est insupportable de se dire que cet homme, « Sébastien Jallamion », a pu être mis à pied deux années durant de la police, suite à la délation d’une collègue, « Ouarda Laareg ». Comment accepter, dans une période où notre police manque cruellement d’effectifs, qu’on se prive des meilleurs d’entre eux, sur la délation d’une policière qui réclame la réintroduction du délit de blasphème.[...]

Mais c’est aussi insupportable de se poser des questions sur cette agression, et de s’interroger sur le fait qu’elle survienne juste 48 heures après que Sébastien, sur « Facebook », ait donné le nom de ceux qui, outre « Ouarda Laareg », ont oeuvré à sa mort sociale.
Comment ne pas penser, parmi les hypothèses, à un sordide règlement de compte de type barbouzard… en espérant nous tromper ?

Car la réalité cruelle, qu’a vécue Sébastien, est celle de milliers de nos compatriotes, de nos enfants aussi, qui, quotidiennement, sont sauvagement insultés, agressés, parfois mortellement, par des psychopathes qui nous mènent une guerre de tous les jours, en accord avec les textes sacrés d’un livre religieux.
Ils bénéficient de la complicité de magistrats aussi bienveillants avec eux qu’impitoyables avec les « Jallamion », « Le Lay », « Alamachère », « Jean-Mairet » et nombre de résistants moins connus, qui n’ont comme tort que celui de refuser la conquête de l’islam et de ses soldats sur notre territoire.

Au lendemain des attentats du Bataclan, « Philippe de Villiers » osait dire, avec justesse, devant une « Ruth Elkrief » éberluée, que ceux qui sont aux manettes du pays depuis 40 ans ont sur les mains le sang des victimes.

Comment ne pas compléter le propos en disant que nos gouvernants d’hier et d’aujourd’hui ont sur les mains le sang de « Sébastien Jallamion », et sur la conscience, ses fractures.

Comment ne pas compléter le propos en disant que nos dirigeants, incapables de protéger nos compatriotes, mettent délibérément en danger le peuple de France en lui imposant, à marche forcée, une invasion migratoire, constituée majoritairement d’hommes musulmans seuls.
Combien faudra-t-il de morts et de blessés graves pour qu’enfin les Français soient autorisés à se défendre, au lieu de subir, démunis, le type d’agression arrivé à un homme pourtant en pleine force de l’âge, et formé aux méthodes de combat ?

Naturellement, nous lui souhaitons un prompt rétablissement (qui prendra tout de même de longues semaines à Sébastien), et ne doutons pas que cette lâche agression, loin de le briser, renforcera sa détermination.

Haut les coeurs, l’ami.

Pierre Cassen et Christine Tasin

http://ripostelaique.com/linsupportable-mysterieuse-agression-de-sebastien-jallamion.html   du 29/04/2016

Paru initialement dans le blog transitoire « Réalités de Francie » le 01/05/2016.

Le Ton Monte Chez Les Finlandais !

finlande

 Sortie de l’Euro ?

Le 28 avril, les députés finlandais ont discuté d’une sortie de l’euro, un débat déclenché par une pétition signée par 53 000 citoyens.

Ce débat initié par une pétition, procédure peu usitée, illustre le mécontentement croissant de la population face aux difficultés économiques rencontrées par le pays, frappé par un fort taux de chômage et une politique gouvernementale d’austérité.

L’initiative populaire réclame également un référendum sur l’appartenance à l’euro, mais une telle consultation ne peut avoir lieu que si la Diète donne son accord, ce qui paraît très improbable. La pétition va être présentée à une commission parlementaire et devra passer plusieurs étapes avant un vote de l’assemblée en séance plénière.

Indépendance de la politique monétaire

La pétition a été lancée par l’eurodéputé « Paavo Väyrynen », huit fois ministre, qui agit en franc-tireur dans cette affaire.
Aucun parti finlandais ne propose en effet de renoncer à la monnaie unique européenne, mais les députés eurosceptiques déplorent le manque d’indépendance de la politique monétaire et estiment que la Finlande aurait dû organiser un référendum avant d’adopter l’euro en 1998.
C’est ce qu’on fait la Suède et le Danemark, qui ont voté contre l’euro quelques années plus tard.

« L’euro est très bon marché pour l’Allemagne et trop cher pour le reste de l’Europe, il ne remplit pas les critères d’une union monétaire optimale »,

a déclaré « Simon Elo », député du parti eurosceptique des Vrais Finlandais.

L’économie finlandaise a crû de 0,5% l’an dernier après trois années de contraction.
Cette stagnation s’explique par de nombreux problèmes, dont un coût du travail élevé, le déclin du groupe de téléphonie Nokia et la récession en Russie.

Avant 1992, la Finlande avait plusieurs fois dévalué sa monnaie, le mark finlandais, pour améliorer sa compétitivité à l’exportation, un outil qu’il ne peut plus utiliser avec l’euro.

Echec de la dévaluation interne

Depuis son arrivée au pouvoir en mai 2015, le gouvernement de droite, pro-austérité, essaie d’appliquer les recettes de la dévaluation interne (rigueur salariale et budgétaire), sans grand succès jusqu’ici.

Le gouvernement d’Helsinki reste officiellement attaché à l’euro et le ministre des Finances, « Alexander Stubb », a déclaré au Parlement qu’une sortie de l’euro aurait plus de conséquences négatives que d’avantages.

Dans un sondage publié en décembre, 54% des Finlandais disaient souhaiter le maintien du pays au sein de la zone euro, contre 31% qui préconisaient d’en sortir.

Euractiv avec Reuters

http://www.euractiv.fr   du 29/04/2016

Paru initialement sur le blog transitoire «Réalités de Francie» le 01/05/2016

Le Numérique Nous Met En Tubes.

attention-circuler-4x3

Tous dans le « Nuage » !

« Microsoft » a acheté des millions de brins d’ADN pour stocker des données.

« Twist Bioscience », une firme basée à San Francisco, a fait savoir par le biais d’un communiqué que Microsoft s’est engagé à lui acheter 10 millions de brins d’ADN pour travailler sur le stockage de données.

La firme « Twist Bioscience » a publié mardi un communiqué de presse dans lequel elle affirme que Microsoft a décidé de lui acheter quelque 10 millions de brins d’ADN. L’ambition du géant de l’informatique est simple :
Il entend faire de l’ADN le support de stockage de demain.

Le chemin est encore long, avant que la technologie ne soit réellement au point.
Mais les promesses, elles, sont démentielles.

Un gramme d’ADN ?

« Twist Bioscience » explique qu’un gramme d’ADN pourrait permettre de conserver une quantité gigantesque de données, à savoir un billion (un million de million) de gigaoctets.
La durée de conservation est un autre avantage considérable.
Dans son communiqué, « Twist Bioscience » assure que celle-ci peut atteindre « plusieurs milliers d’années ».

L’ADN exploité par Microsoft sera synthétique, c’est-à-dire fabriqué en laboratoire.
A ce jour, les principaux clients de « Twist Science » sont aujourd’hui des laboratoires de recherche, par exemple pour insérer dans des microbes des gènes en vue de de produire des organismes utiles à l’homme, en leur faisant produire certains nutriments par exemple.

L’ADN de synthèse utilisé par la police scientifique.

D’autres usages peuvent aussi être mis en avant.
La police mise par exemple sur l’ADN de synthèse pour mettre la main sur des malfrats.
La technologie consiste à pulvériser un ADN synthétique sur des objets de valeur ou directement sur un voleur. La particularité de cet ADN ?
Il devient visible aux ultraviolets.

La firme de Redmond mise sur un projet bien plus ambitieux.
Il faut dire que Microsoft se positionne de plus en plus comme un acteur majeur du stockage de données sur le cloud.
Plus globalement, ce sont tous les géants du net qui voient leurs besoins de stockage croître régulièrement, alors que sortent régulièrement de nouveaux objets connectés et que les usages se diversifient et se développent toujours plus.
En ce sens, le marché de l’ADN synthétique s’avère plus que prometteur.

Source : http://lexpansion.lexpress.fr

http://www.wikistrike.com   du 30/04/2016

 

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 30/04/2016

Les Enfants Gâtés Du Système !

Lettre

Nous Vous Informons

C’est la crise habituelle d’une maladie chronique.
Les agents de la SNCF ont fait leur grève, histoire que personne n’oublie leur existence.
Le grand public ne sait plus trop pourquoi ils la font.
Il sait seulement qu’ils ont les moyens de la faire sans risque ni pour leur entreprise qui est une institution nationale, ni pour leur emploi, ni même pour leur revenu – coquet, d’ailleurs.
Certains naïfs se disent même que cette sécurité permet une sorte de grève par procuration au bénéfice de ceux qui n’en ont pas la possibilité.

Les agents de la SNCF n’ont pas fait grève pour les autres mais pour eux.
L’ouverture, bien tardive, à la concurrence doit se faire pour les lignes à grande vitesse en 2020 et, pour le reste du réseau, en 2024.
Les syndicats de l’entreprise publique défendent âprement les avantages des salariés statutaires qui alourdissent de 20 % le coût de fonctionnement par rapport aux futurs concurrents.
S’agit-il de sauvegarder les privilèges, les inégalités manifestes du statut ?
Non, ceux-ci ne sont pas menacés.
Le problème est plus « immédiat ».
C’est celui des conditions de travail.

Une négociation entre les syndicats et les employeurs regroupés au sein de l’UTP (Union des transports publics et ferroviaires) doit permettre l’application du décret, prévu pour le 1er juillet, qui fixe le socle des conventions collectives.
C’est mercredi 27 avril que les discussions ont commencé à la SNCF pour déterminer l’accord d’entreprise.
Si le décret visait à réduire de moitié le différentiel entre la SNCF et ses concurrents, les syndicats voudraient au contraire que l’on impose le carcan qui les protège aux autres.
La CGT, jamais avare de démagogie, souhaite même la réduction du temps de travail à 32 heures au lieu de 35.

Pour avoir une claire conscience du souci aigu de l’égalité qui habite ces revendications défensives, la barre des 115 jours de repos visée au terme de la négociation correspondrait à une diminution de 15 jours pour le public, mais à une augmentation de 11 pour le privé.
La grève de mardi, comme les deux autres depuis huit semaines a donc pour but de sauvegarder de menus privilèges.
Bien sûr, on cesse le travail avant de discuter.
On fait perdre de l’argent à une entreprise déjà déficitaire, on empoisonne la vie des usagers et de leurs employeurs, on détériore un peu plus l’image de notre pays.
Globalement, on coûte de tous les côtés au contribuable.
Extraordinaire contradiction d’agents qui tirent leur statut du service public et qui le maltraitent pour défendre mieux que d’autres leurs intérêts privés !
Le bon sens consisterait, évidemment, à interdire la grève en compensation des avantages liés au maintien et à l’excellence d’un service public.
Un TGV sur deux, un Intercités sur trois ont roulé.
Les Français se sont « débrouillés », par les deux côtés :
les uns ont profité d’une autre tare du système socialiste en posant une journée de RTT, les autres ont fait marcher les avancées du libéralisme en usant des bus, voire du covoiturage.

Pendant ce temps, d’autres chouchous du système – les intermittents du spectacle – qui coûtent si cher au déficit de l’assurance-chômage et permettent à leurs employeurs, comme les télévisions, de se faire des bénéfices sur la dépense publique, pratiquaient une grève offensive en occupant l’Odéon et la Comédie-Française, au mépris des spectateurs, de l’argent public et de l’image du pays.
Rejoints par des « étudiants » et par « Nuit debout », l’extrême gauche s’offrait un joint de nostalgie soixante-huitarde.
Une « cultureuse » osait :

« C’est la culture qui va sauver ce pays ! »

On avait envie d’ajouter : oui, surtout quand on annule des spectacles ?
Le mélange d’égoïsme satisfait et de bêtise profonde qui règne dans une partie de notre pays est parfois désespérant !

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr   du  29/04/2016

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 29/04/2016

Un Chaos Planétaire Annoncé !

stopt tittp

Le TAFTA serait un drame écologique planétaire.

Mais la publication de documents confidentiels pourrait ruiner l’accord entre l’UE et les USA.

Greenpeace a publié des documents relatifs aux négociations en cours sur l’accord de libre-échange commercial qui prouveraient que Washington essaye de porter atteinte aux normes de protection de l’environnement de l’UE.

«Avec ces documents, nous montrerons combien l’environnement, la sécurité alimentaire et le climat sont menacés»,

a annoncé l’organisation non gouvernementale Greenpeace, juste avant de mettre en ligne ces documents.

Selon l’ONG, les documents représentent 248 pages du texte du traité dit Tafta, soit deux tiers de ce qui a été discuté lors du 13e cycle de négociations, en avril, à New York.

«Ces documents confirment ce que nous disons depuis longtemps. Ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment des enjeux environnementaux ou de santé publique»,

assure le directeur de l’unité européenne de Greenpeace, « Jorgo Riss », cité dans un communiqué.

Ayant pris connaissance du contenu de ces documents, les représentants de Greenpeace ont aussi souligné la présence d’éléments relatifs à l’importation de cosmétiques ayant fait l’objet d’expérimentations animales – ce qui est interdit en Europe. En outre, le texte en négociation évoque la possibilité pour les viticulteurs américains d’utiliser l’appellation protégée «champagne», réservée aux producteurs champenois.

«La publication de ces documents devrait permettre à des millions de citoyens de mieux comprendre ce qui se négocie en leur nom»,

lit-on encore dans le communiqué.

Selon le journal allemand « Süddeutsche Zeitung » qui aurait déjà eu l’occasion de consulter les documents, Washington menace de diminuer ses importations d’automobiles européennes si Bruxelles refuse d’acheter plus de produits agricoles américains. De surcroît, les Etats-Unis se seraient montrés hostiles à la politique stricte de l’UE sur la viande génétiquement modifiée. D’après le journal, Washington exigerait que les restrictions ne soient mises en place que si un quelconque danger pour la santé était prouvé par des scientifiques.

Depuis 2013, les Etats-Unis et l’UE négocient un accord qui pourrait supprimer les frontières commerciales et réglementaires dans les échanges entre les pays. Les militants écologistes européens tirent depuis longtemps la sonnette d’alarme, estimant que l’accord discuté pourrait nuire aux standards de protection de la nature et de la santé en Europe.

source : https://francais.rt.com/economie

http://www.wikistrike.com  du 02/05/2016

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 02/05/2016

Réunions Interdites Aux Blancs Tolérées

 Une-campagne-

Le PS parisien
ne condamne pas !

Des réunions interdites aux Blancs à l’université Paris 8 en présence de Kery James ?

La France pensait en avoir fini avec le fait religieux.

Le voilà qui lui donne à nouveau du fil à retordre…
Pour les détracteurs de la laïcité à la française, l’avenir du vivre-ensemble serait à chercher du côté du modèle québécois.
L’écrivain et essayiste d’origine algérienne « Djemila Benhabib », qui vit au Québec, décrypte ce pays, où l’Etat semble s’enliser dans la logique des « accommodements raisonnables ».

L’école maternelle du quartier Saint-Michel de Montréal ressemble à n’importe quelle école maternelle.
Dans cet établissement public, les enfants dessinent, s’appliquent, chahutent leurs camarades, tournicotent sur les petits bancs de bois, apprennent la vie en collectivité, chantent, tapent des mains…
Enfin… Tous, sauf exception.
En décembre 2011, les parents d’une petite fille scolarisée dans l’établissement – deux musulmans ultrapratiquants – ont exigé de l’administration qu’elle cesse de «contraindre» leur bambine à écouter de la musique ou à chanter, au motif que l’un et l’autre étaient «haram» («impur») dans leur religion.

Exigence délirante ?
Requête incongrue ?

Vous n’y êtes pas !
Plutôt que de renvoyer ces «parents-talibans» au respect de la règle commune, la direction de l’école a considéré qu’elle ne voyait aucun problème à doter la jeune élève d’un casque antibruit à chaque fois que ses chastes oreilles pourraient être polluées par la mécréante mélopée d’une comptine pour enfants ou par l’impureté d’un morceau de flûte à bec. (…)

La novlangue locale a beau les qualifier de «raisonnables», ces accommodements du quotidien avec les exigences communautaristes les plus folles sont aujourd’hui au centre de vives polémiques au Québec. (…)

Auprès de la population, en tout cas, la doctrine de l’ouverture à tous crins ne passe pas – selon un sondage -, 73 % des Québécois pensent que les accommodements religieux nuisent au bon fonctionnement des institutions publiques. (…)

(article complet sur marianne.net)

source : http://www.marianne.net

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 11/05/2016

Qui est raciste à Paris ?

Cri D’ Alarme Pour L’ Abeille Noire !

abeille noire

Une victime du mondialisme !

Les défenseurs de l’abeille noire, abeille locale des contrées ouest-européennes, s’alarment de sa disparition en France, et ont décidé de se réunir en réseau pour mieux lutter contre ce mouvement.

« Apis mellifera mellifera » a une valeur patrimoniale, écologique mais aussi économique, ont-ils expliqué mardi lors d’une conférence de presse.

Or elle souffre, comme ses congénères, de l’essor de l’agrochimie, des monocultures, des maladies et autres champignons.

Elle subit aussi l’impact de dizaines d’années d’importation d’autres types d’abeilles, vues comme plus productives.

« Il a fallu un million d’années pour former les 29 sous-espèces d’abeilles, et en 50 ans, on les homogénéise! »,

déplore « Lionel Garnery », chercheur spécialiste de la génétique des abeilles au CNRS, estimant qu’« on crée des cocktails explosifs en important des abeilles du monde entier ».

En décembre, dix conservatoires, des Cévennes, du Perche ou d’Ardèche, se sont réunis au sein d’une « Fédération européenne des conservatoires de l’abeille noire » (« Fedcan »).
Une dizaine d’autres sont en projet en France, rapporte l`AFP.

Leur but:
Maintenir la diversité, mais aussi former des apiculteurs, et réhabiliter l’abeille noire.

Sous-espèce rustique qui a su traverser deux glaciations, elle sait s’adapter aux climats, se débrouiller sans l’aide de l’homme et butiner sur de vastes zones grâce à ses capacités de vol, soulignent-ils, pointant aussi la plus grande longévité des ouvrières.

Aujourd’hui, des apiculteurs en demandent, mais il n’y a pas de vraie filière d’élevage pour y répondre, regrette M. Garnery, qui craint « que l’on commette les mêmes erreurs qu’il y a 40 ans avec les bovins ».

Selon ses analyses, en Ile-de-France, l’abeille noire ne représente plus que 11% des colonies.
Ailleurs, elle est souvent minoritaire, voire résiduelle dans des régions comme l’Alsace selon lui.

Ouessant en revanche accueille 100% d’abeilles noires.
Mais le conservatoire local, créé il y a 30 ans, s’alarme de l’installation de ruchers hybrides juste à côté, sur l’île de Molène.

L’ONG « Pollinis », membre de la « Fedcan », a porté au secrétariat d’Etat chargé de la Biodiversité un projet d’amendement visant à protéger cette abeille.
En vain, explique « Nicolas Laarman », délégué général de « Pollinis », qui compte se tourner vers le ministère de l’Agriculture puis Bruxelles.

source : https://fr.sputniknews.com

 

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 11/05/2016

 

 

 

 

Malgré Le Soutien Dirigé Par Les USA…

 islamistes

Daesh tue toujours en Irak !

Au moins 34 morts dans un attentat sur un marché à Bagdad !

Un attentat qui a visé un marché bagdadien, ce mercredi, a été perpétré à l’aide d’une voiture piégée, qui a explosé non loin du grand quartier chiite Sadr City, dans le nord de la capitale.
Pour le moment 12 morts et 35 blessés sont à déplorer.

L’attentat qui s’est produit vers 10h locales, n’a pas été revendiqué dans l’immédiat.
Des attaques similaires ont récemment été revendiquées par le groupe djihadiste Daesh qui s’est emparé en 2014 de larges pans du territoire irakien.
L’organisation ultra-radicale sunnite a mené plusieurs attaques meurtrières ces dernières semaines dans le grand Bagdad.
Mais elle a perdu du terrain face à l’avancée des forces irakiennes, soutenues par la coalition internationale sous commandement américain(?)

http://www.bvoltaire.fr/breves

Merkel Complice Des Assassins A Munich.

pensee (1)

Sa tête est malade !

L’information tombe vers 9h du matin, ce Mardi 10 Mai 2016.
(http://www.lepoint.fr/europe/munich-4-blesses-dans-une-attaque-au-couteau-10-05-2016-2038129_2626.php)

Avec toutes les précautions d’usage, la presse, renseignée par un certain nombre de témoins, signale que l’homme qui a blessé au couteau quatre personnes, victimes dont une est décédée en fin de matinée, cet homme donc, « Allemand » de 27 ans, se serait clairement référé à Allah en portant ses coups.

Allah hou akbar !
La traduction en arabe de «Montjoie Saint-Denis », peut-être…?
Ou de «Honni soit qui mal y pense…»?
Allez savoir, on fait dire aux mots tant et tant de choses contraires, de nos jours.

Un mort, trois blessés.

Près de cinq heures plus tard, la même presse, écrite, parlée, télévisée, se rue sur le complément d’information qui, soudainement porté à sa connaissance, la met à l’aise :

«L’homme aurait des antécédents psychiatriques, voire une addiction à des drogues !»

Ouf, on a eu chaud !
Le type est dingue.

Il faut entendre, exhalé de la gorge de la caste médiatique comme l’eucalyptus du fumigateur, le soulagement de la majorité de ses membres.
Dire que l’on avait osé le mot « islamiste », ce qui était déjà le début d’une ébauche d’un commencement d’amalgame entre la religion de Paix, d’Amour et de Tolérance devant laquelle on se prosterne, et ses marges plus ou moins contrôlées par la hiérarchie.
Laquelle, on le sait, n’existe pas.

Pas de hiérarchie = Liberté pour les individus de porter le fer où bon leur semble.
On les appelle généralement loups solitaires, ce qui est bien pratique pour tout esprit désireux de retrouver le grand silence des profondeurs, celui où l’on n’entend pas le cri des suppliciés, à quelques mètres seulement du nid douillet où s’endorment les honnêtes gens.

Admirables simagrées.
Contorsions de vers.
Fuite devant la réalité.
Veuleries en tous genres.

L’égorgement rituel au nom d’un Dieu sans la moindre pitié pour quiconque, à commencer par ceux qui y croient, devient banalité sociale isolable entre les murs des hôpitaux psychiatriques.
On va même lui donner des noms commodes :
intégrisme,
fondamentalisme,
salafisme,
wahhabisme,
Daesh,
Nosra
et Qaïda…
(sont dans un bateau…), terrorisme, islamisme, n’en jetez plus, la cour (de la mosquée) est pleine !

Alors que, dans son irréfragable majesté, son irrédentiste splendeur, son irrépressible puissance et sa très irrationnelle capacité de fasciner les idiots, la dénominatrice commune de tous ces avatars, la source, la mère désormais incapable de freiner l’élan de ses fils vers l’absurdité planétaire de la conquête, se nomme tout simplement islam.

Jean Sobieski

http://ripostelaique.com  du 11/05/2016

Le « 49.3  » N’ A Rien De Démocratique !

Valls-loi

Dictatorial ?

L’opposition a déposé une motion de censure contre le gouvernement !

Les députés LR et UDI ont déposé mardi, après l’engagement de la responsabilité annoncé par Manuel Valls pour faire adopter sans vote le projet de loi travail, une motion de censure du gouvernement dénonçant « l’impasse dans laquelle François Hollande a mené (le) pays ».

La droite, qui avait annoncé par avance cette initiative, a usé de cette prérogative bien avant la fin des 24 heures imparties par l’article 49-3 de la Constitution.

« A défaut de majorité, le gouvernement, au pied du mur, fait donc le choix de piétiner les droits du Parlement.
Qu’il soit contraint d’engager sa responsabilité sur un projet de loi qui ne comporte plus aucune ambition de réforme témoigne de l’impasse dans laquelle François Hollande a mené notre pays »
,

selon le texte de la motion, transmis à l’AFP.

Notant que le gouvernement avait décidé de recourir à l’arme du 49-3, « pour la quatrième fois depuis le début du quinquennat, et à nouveau sur un texte qui a été présenté aux Français comme un grand texte réformateur », les députés LR et UDI critiquent un projet de loi devenu « l’ombre de lui-même » sous « la pression d’organisations syndicales plus ou moins représentatives et d’une partie de sa majorité, dans un climat social tendu ».

Pour la droite, ce texte est désormais « contraire aux intérêts de nos entreprises et des salariés »:
Il « se limite à une simple réécriture à droit constant » du code du travail, il ne comporte plus « les quelques mesures d’assouplissements de l’organisation du travail », « le monopole syndical en ressort verrouillé », et il « se contente de codifier » le licenciement économique au lieu de le « sécuriser ».

A l’opposé des déclarations du président de la République, les groupes présidés par « Christian Jacob » et « Philippe Vigier » considèrent que « la France ne va pas mieux » et « va même moins bien que ses voisins, que ses partenaires et que ses concurrents », étant donné ses niveaux de chômage, croissance, déficit, dette, prélèvements obligatoires.

« Si notre pays court aujourd’hui le risque du déclin, c’est parce que ce gouvernement conjugue une politique irresponsable avec des promesses non tenues »,

selon le texte de la motion de censure.

Pour les députés LR et UDI, « la situation de la France justifie des réformes profondes que le gouvernement est incapable de porter » et « son incapacité justifie la censure de sa politique économique et sociale ».

Cette motion de censure « est aussi celle de l’immense majorité de nos concitoyens », plaident-ils, convaincus qu’« à moins d’un an de l’élection présidentielle, les Français, désabusés, désenchantés par quatre années perdues, attendent un véritable sursaut politique ».

source : https://fr.sputniknews.com

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 10/05/2016

Valls Se Dresse Contre Le Peuple.

valls-49.3

La France est menacée !

Manuel Valls vient d’annoncer qu’il s’approprie le droit de passer une « loi  rétrograde sur le Travail », via son copain le 49.3 c’est-à-dire, sans l’aval des parlementaires qui, dois-je le rappeler, on été démocratiquement élus pour débattre de nos opinions et contradictions.

 Il est impératif de demander la censure du gouvernement sur une loi qui mérite un débat à l’Assemblée Nationale.

Pour ou contre, il est a priori presque certain que notre civilisation mérite une représentation quant aux décisions prises sur son outil de vie.
Il est également bon de rappeler à ce gouvernement que nous faisons face, ce soir, à une trahison populaire et démocratique.

Nous élisons des députés pour qu’ils débattent, justement, des choses importantes, n’est-ce pas ?
Or, le 49.3  fait injure, à eux, à nous tous, à  la  citoyenneté, et davantage, offre au monde un regard bien loin de leurs valeurs.

Deux fois en quatre ans !
Faut-il encore se déplacer pour glisser dans une urne un bulletin  qui ne sert qu’à lustrer le fessier ?

Personnellement, je ne voterai plus aux prochaines législatives.?

Les questions qui me viennent de suite sont :
Faut-il, pour sauver une nation,  lui marcher dessus ou bien se le prendre dans le derrière ?
L’économie est-elle devenue aussi ingérable qu’il faille se passer des critiques utiles d’un hémicycle ?

Ce 49.3 n’est pas une première !
Par contre, la loi en question qui représente l’ensemble du pays, s’est symboliquement transformée en un véritable fraternicide.

Le travail n’est vivant que pour faire une communauté.
Il doit être soutenu pour être en harmonie et efficace.

Alexander Doyle pour WikiStrike

N.B.
Le 49.3, utilisé pour sauver sa peau, est « une sorte d’élévation » vers la faiblesse.

http://www.wikistrike.com/2016  du 10/05/2016

Le Sans-Gêne Musulman De La Turquie.

islam-hydre

Sainte Sophie Priez Pour Nous !

L’invasion de l’Europe par l’islam passera par la Turquie qui n’aura bientôt plus de visas pour circuler en Europe.

La Commission européenne doit se prononcer mercredi en faveur de cette exemption, condition pour qu’Ankara continue d’appliquer l’accord migratoire.
La Commission européenne devrait se prononcer mercredi en faveur d’une exemption de visas pour les Turcs, dont Ankara a fait une condition pour continuer d’appliquer son accord migratoire avec l’UE, ont indiqué mardi des sources européennes.

Mais ce feu vert serait conditionnel, selon ces sources, l’exécutif européen devant constater qu’il reste des mesures à prendre par la Turquie pour obtenir cette exemption pour les courts séjours de ses ressortissants dans l’espace de libre circulation de Schengen.

Ankara a fait monter la pression ces dernières semaines, menaçant de ne plus appliquer sa part de l’accord migratoire UE-Turquie du 18 mars si la « promesse » européenne d’une exemption de visas n’était pas tenue.

Cet accord controversé prévoit que tous les nouveaux migrants arrivant sur les îles grecques soient renvoyés vers la Turquie, y compris les demandeurs d’asile.
Combiné à la fermeture de la route migratoire des Balkans, il a contribué à freiner sensiblement l’afflux de migrants sur les îles grecques et dans l’UE.

« 64 critères sur 72 sont remplis » La Commission « va proposer un projet pour intégrer la Turquie dans la liste des pays exemptés de visas », tout en précisant « que 64 critères sur 72 sont remplis » à ce stade et qu’il reste donc quelques conditions,

a expliqué à l’Agence France-Presse une source européenne.

Les dizaines de critères à remplir vont de garanties sur la sécurité des documents d’identité au respect des droits fondamentaux, en passant par un alignement sur la politique de visas de l’UE vis-à-vis de pays tiers.

Le scénario d’un feu vert sous conditions vise à tenir le rythme au pas de charge de la procédure, avec la perspective donnée à la Turquie d’une libéralisation des visas d’ici fin juin.
Mais même dans le cas d’un feu vert complet ultérieur de la Commission, l’exemption ne serait pas acquise :
Le Parlement européen et les États membres auront également ensuite leur mot à dire, dans un contexte de méfiance grandissante vis-à-vis du régime islamo-conservateur turc.

Dans leur accord migratoire du 18 mars, l’UE et la Turquie s’étaient engagées à accélérer ces discussions sur les visas.

« La Turquie a fait beaucoup d’efforts les semaines et les jours passés »,

a souligné lundi devant la presse une porte-parole de la Commission.

source : « Gaïa » pour www.Dreuz.info

http://www.citoyens-et-francais.fr/2016  du 05/05/2016

Publié initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 05/05/2016

Bruxelles Se Moque De Toute L’ Europe !

 Stop à l'invasion !

Stop à l’invasion !

Bruxelles met «le fusil sur la tempe» des Etats membres…
avec l’amende de 250 000 euros par réfugié refusé !

Quand un pays ne veut ou ne peut pas accueillir des migrants, *l’intégration ne se passera pas bien*, estime le secrétaire général adjoint de « Debout la France » et secrétaire départemental des Vosges, « Laurent Jacobelli ».

RT France :
Vous avez réagi sur « Twitter » à la nouvelle proposition de la Commission européenne d’infliger aux pays membres de l’UE une amende de 250 000 euros par réfugié refusé. Pourquoi est-ce «une folie migratoire imposée par Bruxelles» ?

« Bruxelles se mêle de la vie de nations souveraines et la dernière folie de Bruxelles est de vouloir nous imposer l’accueil des migrants.
Ils auront tout essayé :
la contrainte morale, le chantage aux frontières et maintenant la menace financière.
De quel droit des bureaucrates que personne n’a élus ont-ils décidé du nombre de migrants qui doit arriver en France ?
Chaque pays doit être libre de choisir combien de personnes viennent sur son territoire, dans quelles conditions et selon quelles règles.
Ce n’est pas ni à Bruxelles, ni – on peut le dire, en l’occurrence – à Berlin, de décider.
Imaginez, 250 000 euros par personne, imaginez ce qu’on pourrait faire avec cette somme en France, par exemple pour aider les gens qui dorment dans la rue.
L’ordre des priorités de Bruxelles est devenu fou.
Il y a une inversion totale des valeurs. Il faut maintenant que les bureaucrates de Bruxelles laissent les pays décider librement de leur sort. »
,

explique Monsieur « Laurent Jacobelli ».

RT France :
Les pays de l’Europe de l’Est ont qualifié cette proposition de chantage.
Peuvent-ils s’opposer à cette proposition et empêcher qu’elle soit votée ?

« Bien sûr que non puisque, comme à chaque fois, tout est décidé d’avance.

Vous savez sûrement que l’Union européenne décide à quelques-uns, en général Monsieur Juncker, Madame Merkel, et qu’après ils imposent leurs vues.
Les pays de l’Est auxquels vous faites référence n’ont évidemment pas les moyens de payer ces amendes.
C’est donc une manière de leur « mettre le fusil sur la tempe » et de leurs dire «vous n’avez pas le choix, vous voulez protéger vos frontières mais nous à Bruxelles on ne le veut pas, et nous allons vous imposer des migrants».
C’est une folie parce que, quand un pays ne veut ou ne peut pas accueillir des migrants, l’intégration ne se passera pas bien.
Quand il n’y a pas d’emploi, quand il n’y a pas les ressources économiques, quand il n’y a pas l’envie de la population de recevoir des migrants, c’est un contre-sens de croire que l’on peut forcer le pays à accueillir des migrants. »
,

répond-il.

RT France :
A quoi cette mesure peut aboutir ?

« Les dictateurs et les dictatures vont de loi en loi, de décision en décision, toujours plus loin, pour tester leur pouvoir et puis un jour le peuple se révolte.
On l’a vu à peu près partout dans le monde.
Il y a quelques jours, l’Union européenne nous obligeait à faire surveiller nos frontières par la Turquie. La Turquie dont la complicité, ou en tout cas la duplicité, vis-à-vis de Daesh est connue.
La Turquie qui n’a pas les moyens de surveiller ses frontières.
La Turquie qui ne respecte pas les droits de l’homme.
Et c’est à la Turquie que nous avons livré le contrôle de nos frontières face aux flux migratoires.»
,

« On nous a annoncé qu’on allait échanger un migrant contre un migrant, c’est-à-dire qu’un clandestin qui arrivait avant sur le sol européen choisissait sa destination, en général l’Allemagne.
Cela a énervé Madame Merkel.
Donc aujourd’hui quand un migrant viendra par la Turquie, il sera imposé à un pays, la France, la Pologne, etc.
Il n’y aura même plus le choix.
Comme tout cela est passé comme une lettre à la poste, l’Union européenne va encore plus loin dans le cynisme, et je dirais même dans la volonté dictatoriale d’imposer ses vues.
C’est l’histoire de l’amende de 250 000 euros par migrant.
Mais il y a un jour où les peuples vont réagir.
Nous, à « Debout la France » , nous avons lancé une pétition contre cet accord avec la Turquie.
En deux semaines, plus de 50 000 personnes l’ont déjà signée pour dire «non, on ne veut pas que l’Union européenne choisisse pour nous, on ne veut pas de ce chantage fait aux migrants avec la Turquie».
Il y a un moment où il va y avoir un réveil des peuples, on le voit en Angleterre avec le Brexit, on le voit référendum après référendum…
L’Union européenne, dans la mesure où elle n’est pas démocratique, est rejetée par les nations démocratiques.« 
,

développe Monsieur « Laurent Jacobelli ».

RT France :
La crise des réfugiés ne fait que s’aggraver. Comment donc gérer cette crise si la Turquie n’est pas un partenaire fiable ?

« La Turquie ne peut pas être par son histoire, par son comportement actuel vis-à-vis de Daesh et de l’islamisme, un partenaire fiable.
Mais l’Union européenne ne peut pas reconnaître son erreur fondatrice qui est qu’ôter le contrôle aux frontières des pays revient au chaos économique et au chaos migratoire.
La seule solution aujourd’hui est que chaque pays rétablisse le contrôle aux frontières et décide de qui peut rentrer chez lui.
C’est la seule solution.
En France, quand quelqu’un vient sur le territoire français même clandestinement, il n’a pratiquement aucune chance d’être renvoyé chez lui.
Donc il faut le contrôle aux frontières par les nations et le respect des lois par les nations.
Il faut, dans un deuxième temps, à l’extérieur, faire une chasse implacable à Daesh.
Comme l’a d’ailleurs fait la Russie.
Mais il faut l’accompagner et détruire le mouvement Daesh.
Il faut aider les pays à se développer chez eux, pas chez nous.
Ce sont des solutions de bon sens, mais quand on voit les milliards qui sont déversés, six milliards à la Turquie - et cela ne prend d’ailleurs même pas en compte les dix milliards que l’Europe a donné pour l’adhésion de la Turquie – quand on regarde ces sommes colossales qui sont déversées, on se dit qu’elles seraient quand même mieux utilisées en aidant ces pays à se développer.
On pourrait investir dans l’armée – on fait le contraire en France – pour exterminer Daesh.
Tout est fait à l’envers en fait.
On est faible à l’extérieur donc on laisse les migrants fuir des situations souvent terribles, et on est faible à l’intérieur de l’Union européenne puisqu’on laisse des bureaucrates de Bruxelles, qui vivent dans une bulle et qui n’ont pas du tout conscience des répercussions de ce chaos migratoire sur les populations, décider pour nous.
,

poursuit-il.

RT France :
Que faire avec les réfugiés qui sont déjà sur le territoire européen ?

« D’abord, il faut faire le tri entre les vrais et les faux réfugiés. Les médias, à longueur d’interviews et de reportages, nous font croire que tous les migrants fuient la guerre et la persécution.
C’est faux.
Selon les pays et les études, on remarque que c’est entre 10% et 20% des migrants qui arrivent sur le sol européen.
D’abord pour les 80% qui restent, il faut les faire respecter la loi et leur demander de quitter le sol européen.
Deuxièmement, il faut faire attention pour comprendre si ceux avec des papiers syriens sont vraiment des Syriens.
L’Allemagne elle-même a reconnu qu’un tiers des Syriens qui sont arrivés sur son territoire n’étaient pas syriens.
Il faut voir qui est réellement réfugié et qui ne l’est pas.
Tous ceux qui n’ont aucun droit au droit d’asile doivent être renvoyés chez eux, c’est la loi dans de nombreux pays et c’est la loi en France.
Il ne faut pas créer de nouvelle loi, il suffit juste de respecter la loi.
Quand on ne respecte pas la loi, être clandestin et entrer par effraction dans un pays c’est violer la loi, il faut appliquer la loi et renvoyer les gens chez eux.
Pour les gens qui sont vraiment persécutés et qui ont le disposé du droit d’asile, il faut bien évidemment et dans la stricte limite du droit d’asile, les accueillir et leur permettre de s’intégrer dans la population. Mais paradoxalement, le chaos migratoire dans lequel nous sommes, fait que ceux qui ont fui Daesh prennent, souvent, la même route que des « infiltrés » de Daesh et se retrouvent dans des pays eux aussi victimes.
Sous couvert d’un « faux humanisme », nous accueillons tout le monde, ouvrons nos portes, et, finalement, on n’améliore pas le sort de ceux qui ont vraiment le droit au titre de réfugié.« 
,

conclut Monsieur « Laurent Jacobelli ».

source : https://francais.rt.com/opinions

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 08/05/2016

(Publié sur « Réalités de Francie », blog transitoire)
Les actualités « vraies » dont nous informent nos médias autorisés sont ternes pendant cette campagne présidentielle.
N’ayant plus accès à la publication sur « Réalités de France » je reprends des articles publiés au début de ce quinquennat catastrophique, ils collent à la réalité actuelle ! Par contre, ce dont ils ne nous parlent pas vaut son pesant d’or !

C’est Un Gouvernement A Dormir Debout !

ecole-education-travail-300x181 (1)

Nuisons  Debout !

Ces dernières semaines, une nouvelle espèce sociologique et médiatique vient de voir le jour dans nos villes, même si elle vit la nuit :

celle de nouveaux révolutionnaires qu’on appelle les « dormeurs debout ».

Les « dormeurs debout », s’inspirant, dit-on, des indignés espagnols, se réunissent sur une place pour y passer la nuit, et même si la plupart sont assis ou allongés sur le sol, ils sont censés rester debout.

Ils débattent, chacun vient parler à son tour – 3 min chrono, égalité oblige -, ils refont le monde, un monde qui continue de tourner tranquillement sans eux.
Mais, paraît-il, c’est une révolution, un nouveau Mai 68, du moins selon les médias qui sont là, eux aussi.
Normal : les histoires à dormir debout les intéressent particulièrement…

Autrefois, les révolutions ou les coups d’État se faisaient par des barricades, des prises de Bastille, bref, en s’en prenant directement aux lieux du pouvoir.
Le 18 brumaire, Bonaparte prit même d’assaut la Chambre des députés, que l’on vit sortir en courant, les piques des grenadiers dans les fesses.
Aujourd’hui, il suffit de dormir debout pour faire la révolution !

Ce faisant – et personne n’a souligné tout le discernement dont ils font preuve -, ces noctambules représentent bien le pendant révolutionnaire de ce qui constitue la quintessence de notre France actuelle et de ses gouvernements successifs, particulièrement celui qui est en place.

Produire des mesures, inventer des actions à dormir debout.

Car si l’on prend toutes les mesures du quinquennat Hollande, depuis les plus signifiantes jusqu’aux encore plus insignifiantes, avec leurs cortèges de normes technocratiques, de niaiseries socialistes et de dénis de réalité, on s’aperçoit que c’est une succession d’histoires à dormir debout – d’autres diront sans queue ni tête – et ce gouvernement a fait preuve, dans le domaine, d’une inventivité sans bornes :
De la réforme « Peillon » des rythmes scolaires et celle de « Belkacem » pour les collèges jusqu’au mariage homosexuel, en passant par les facéties du Président normal ou le dialogue avec « Leonarda », la mixité sociale, l’Europe et j’en passe, les épisodes à dormir debout que le quinquennat Hollande aura produits sont innombrables.
Et le tout dernier en date n’est pas le moins savoureux :
L’abolition du plus vieux métier du monde par la pénalisation du client lubrique.
Grâce au gouvernement socialiste, qui décidément ne recule devant rien, un métier pratiqué depuis des dizaines de milliers d’années va se trouver soudain éradiqué de la surface du pays, aboli à jamais.

Par contre, et grâce à toutes ces mesures à dormir debout, il y en a qui risquent de ne plus dormir du tout, ni debout ni d’une quelconque façon.
Ce sont les policiers car, déjà sollicités pour la surveillance des terroristes, occupés aux nombreuses manifestations et à la perception des amendes de radar pour les automobilistes, comme à la surveillance des dealers dans des quartiers où ils n’osent même plus entrer, les malheureux vont devoir aller en plus surveiller tous ceux qui vont aux « putes ».
Et on imagine le policier ou le gendarme :

« Monsieur, votre braguette est ouverte, ça vous fera mille cinq cents euros !
Et c’est bon pour le déficit public ! »

Oui, les dormeurs debout sont en train d’extraire et de révéler ce qu’est la quintessence de l’action de notre gouvernement et de nos hommes politiques actuels :

construire un monde à dormir debout !

Jean-Pierre Pelaez

http://www.bvoltaire.fr

 

Tous Unis Contre Les Niches Fiscales.

chut

Vous le saviez ?

En France, soutenir l’armée israélienne est déductible des impôts !

« Nathalie Goulet » attire l’attention de Monsieur le secrétaire d’État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur la réglementation actuelle qui permet aux français et françaises qui font des dons à l’armée israélienne (« Tsahal »), de défiscaliser leurs dons et leur donne le droit à 60% de réduction d’impôts, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Il s’agit donc d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère.

Elle souhaiterait avoir l’explication de cette disposition exorbitante du droit commun.

Source : http://www.senat.fr/questions/base/2016/qSEQ160320545.html

Note de notre rédaction :
Nous avons là une nouvelle confirmation que la république française est une annexe d’Israël.

Sur le sujet, notre rédaction vous recommande ces deux livres :

sarkozy-israel-et-les-juifs

§§§§§§

Couverture Le complot contre Dieu

https://lacontrerevolution.wordpress.com   du 04/04/2016

Tous Unis Contre Leur Gaspillage !

canopée

Laideur Trop Onéreuse !

Les architectes « Patrick Berger » et « Jacques Anziutti » promettaient de coiffer le Forum des Halles d’un voile léger, l’ensemble étant censé rappeler l’atmosphère d’un sous-bois en plein cœur de Paris.

Les premiers visiteurs auront recherché en vain ce qui fut promis.

La réalisation est étonnamment laide, inélégante et commune.
Le patio rénové au niveau -3 ressemble à un hall de gare des années 1970, triste, gris et lourdaud.
Quant aux ventelles d’acier arrimées, elles ont plus en commun avec les ailes d’un vieil avion Tupolev qu’avec une véritable canopée végétale.
Le tout forme un panorama immonde, proche d’un stade de football croisé avec une soucoupe volante (telle qu’on les imaginait après la Seconde Guerre mondiale) ou tout simplement d’un cafard écrasé.
Rien ne distingue le lieu des centres commerciaux contemporains des grandes banlieues mondiales, à part peut-être son coût.
Le jaune est glauque, l’endroit peu éclairé semble propice aux agressions.

« Anne Hidalgo » et son prédécesseur, « Bertrand Delanoë », ont cru en ce projet.
Pour le concrétiser, ils n’ont pas hésité à dépenser des sommes astronomiques, lesquelles (cumulées) atteignent le milliard d’euros.

« Le cœur de Paris était blessé.
Nous inaugurons un lieu réinventé, recréé, réparé »
,

déclarait lors de l’inauguration le premier édile de la capitale.
Désormais, le cœur de Paris, « son ventre », disait naguère « Émile Zola », est similaire à ceux des zones grises mondialisées, interchangeables, remplaçables.

La Canopée est un bâtiment sinistre, à l’image d’un monde progressivement transformé en grande banlieue sans âme. De Doha à Los Angeles, Pékin ou Paris : les mêmes bâtiments, les mêmes magasins, les mêmes gens habillés de la même façon.

Si de nombreux commentateurs ont critiqué la réalisation, ce n’est pas parce qu’elle choque ou qu’elle est en avance sur son temps, mais parce qu’elle n’apporte rien de nouveau que la terne banalité quotidienne.

Le musée Guggenheim de Bilbao peut déplaire, au moins il suscite une réaction fondée sur une prise de risque architecturale.
Idem pour le Centre Beaubourg en son temps.
Le bâtiment ne rentrait pas dans une logique utilitariste, contrairement à cette Canopée dédiée au consumérisme et à l’*utopie multiculturelle*.

Bientôt, les bandes retrouveront leurs habitudes aux Halles.

L’endroit leur est consacré.
« Éric Zemmour » le dit très bien dans « Le Figaro Magazine » :

« Les Halles, c’est la synthèse vivante du consumérisme et du Grand Remplacement.
[…] C’est au Forum des Halles […] qu’on sent le mieux, physiquement, la disparition d’un peuple français autrefois industrieux et inventif, transformé en consommateurs passifs et vains. »

Preuve de la justesse de cette analyse, la nouvelle Canopée accueillera notamment un « Lego Store » et un « centre hip-hop », tristement symbolique du remplacement de la culture française par une infra-culture « islamo-racaille » francophone, consubstantiellement liée à la « sous-culture » mondiale de masse.

La disparition de la nation française passe évidemment par la disparition de son peuple historique, mais aussi par la disparition progressive de ses paysages physiques et intellectuels.

La laideur s’impose partout.

La laideur de l’uniformisation, du « pour tous, tous pareils ».
La Canopée des Halles est à l’image de l’époque qui l’a vue naître :
Affreusement chère, laide, vide de sens, dédiée à la surconsommation, sans identité propre.

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr   du 11/04/2016

L’argent du contribuable largement distribué et encore une promesse non tenue !
Ces oligarques ne tiennent vraiment pas compte de ce que pense notre peuple.

Tous Unis Contre La Turquie En UE !

 Musulman-extremiste-musulman-modere

Stop aux  musulmans
en Europe !

Le deal caché de l’accord, entre l’UE et la Turquie, sur les réfugiés.

La libre circulation des Turcs est l’un des «prix à payer» demandé par la Turquie à l’UE pour l’application de l’accord du 18 mars (2016).

Demandez à un Turc ce qui motive son intérêt pour l’Union européenne, il vous répondra d’abord et avant tout «libre circulation».
Autrement dit, être européen, c’est pour la grande majorité des Turcs, avoir le «droit de circuler librement» en Europe.
Et grâce à l’accord UE-réfugiés, ils vont peut-être pouvoir réaliser ce rêve dans quelques semaines au contraire des migrants syriens, afghans, irakiens, africains et autres qui reflueront vers la Turquie.

Pour les Turcs, ce rêve s’est heurté pendant des décennies aux longues files d’attente devant les portes des consulats européens pour l’obtention aléatoire d’un visa.
Il manquait toujours quelque chose dans le dossier : une garantie, une photo, un papier…
Excédés, des professeurs renommés, des artistes, des Turcs renonçaient à venir en Europe –où environ 4 millions d’entre eux vivaient déjà à la fin 2010– plutôt que de passer par les fourches caudines humiliantes des services consulaires.

Il faut dire que les faussaires faisaient preuve d’un certain talent :
un consul européen m’a un jour montré une fausse attestation rédigée sur un papier à en-tête du… commandant en chef des Armées.

Or grâce à l’accord sur les réfugiés conclu le 18 mars par l’UE avec la Turquie, et qui doit entrer en vigueur ce 4 avril, le rêve des Turcs, se rendre en Europe sans avoir besoin de demander de visa, pourrait devenir réalité dans quelques semaines.
Car la libre circulation des Turcs est l’un des «prix à payer» demandé par la Turquie à l’UE pour l’application de cet «accord de la honte», ainsi qu’Amnesty International le qualifie.

Troisième prix à payer

On connaît bien deux des lignes de la «facture» acceptée par Bruxelles :
6 milliards d’ici 2018 pour l’accueil et l’entretien des réfugiés sur le sol turc et la reprise des négociations d’adhésion (laquelle est pourtant de moins en moins probable dans la configuration actuelle de l’Union européenne à vingt-huit, ce que tout le monde sait mais personne ne dit).

Mais on parle beaucoup moins du «troisième prix à payer» :
La levée de l’obligation de visa imposée aux ressortissants turcs désirant voyager sur le territoire de l’UE.
Si les négociateurs turcs obtiennent son application en juin, comme cela est prévu, n’importe quel Turc pourvu d’un passeport biométrique pourra se rendre librement en Europe pour un maximum de trois mois.
Ce qui vaudra au pouvoir turc et au président « Erdogan » un énorme satisfecit populaire bien au-delà du camp islamoconservateur.

En vérité, l’affaire n’est pas nouvelle.
Déjà, en décembre 2013, cette perspective avait été esquissée en marge de l’accord de réadmission conclu par l’UE et la Turquie.
Une «feuille de route» avait été proposée aux autorités turques avec pas moins de soixante-douze conditions à remplir pour que la nécessité d’un visa disparaisse à l’horizon… 2017.

Le 18 mars 2016, lors de sa conférence de presse visant à expliquer les détails de l’accord entre l’UE et la Turquie, le président François Hollande insistait sur l’exigence de ces «soixante-douze critères».

Migraine assurée à la lecture de ce catalogue alambiqué de conditions qui concernent :
la sécurité des documents,
l’ordre public et la sécurité,
la réadmission des migrants irrégulièrement entrés sur le territoire en provenance de la Turquie.
Mais aussi, catégories plus sensibles :
la gestion des migrations (le contrôle des frontières et l’octroi par la Turquie de la protection internationale) et, surtout, le respect des droits fondamentaux (liberté d’expression, respect des minorités, etc.).

Label d’État de droit

Le 4 mars 2016, la Commission européenne a souligné que cette dernière série de conditions était loin d’être satisfaite.
Mais tête à queue deux semaines plus tard :
Bruxelles n’exclut pourtant pas que la libéralisation des visas puisse s’appliquer «au plus tard à la fin du mois de juin 2016».

Dès lors, le dilemme des Européens est le suivant :

  • Première hypothèse : Bruxelles ferme une nouvelle fois les yeux sur les dérives autoritaires d’Ankara… et supprime l’obligation des visas pour les Turcs qui veulent se rendre en Europe.
    Le gouvernement turc et le président Erdogan pourront alors se targuer d’avoir reçu un «label d’État de droit» au désespoir de l’opposition, qui a bien des raisons de le lui contester.
  • Seconde hypothèse : Bruxelles regarde la vérité en face et refuse d’autoriser la libre circulation des Turcs dans l’Union européenne puisque les droits fondamentaux sont bafoués en Turquie. Ce qui risque de déclencher l’ire d’Ankara, qui pourrait alors saboter l’application de l’accord sur les réfugiés.

L’Union européenne a sous-traité le drame humain des réfugiés à la Turquie au mépris de tous ses engagements en matière de conventions internationales, et sans d’ailleurs être assurée de la viabilité de cet accord.
Faire maintenant comme si l’effritement de l’État de droit n’existait pas en Turquie,
c’est perdre une seconde fois la face.

Sans doute dans un même mouvement, l’Union européenne aura-t-elle porté un coup fatal au processus d’adhésion de la Turquie puisque, pour le pouvoir islamoconservateur actuel, la libre circulation qu’il aura permis d’acquérir au sein de l’Union européenne, ce deal caché, importe bien plus que l’adhésion aux valeurs européennes…ou à ce qu’il en reste.

source : « Ariane Bonzon » pour « http://www.slate.fr »

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 10/04/2016

Cet Accord Fait D’ Enormes Vagues !

TTIPa

Partenariat
Transatlantique !

L’Union européenne ne réduira pas au silence le Parlement français.

Alors que tous les gouvernements européens semblent soutenir, « par principe », un accord avec les États-Unis, un collectif de parlementaires appelle ici à continuer de défendre la position française.

Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (« TTIP »), mais personne ne sait ce qu’il contient.
À l’heure où l’objectif affiché par beaucoup est de conclure un accord en 2016, il faut se battre pied à pied, comme le fait notre gouvernement, pour obtenir de la transparence, car ce n’est pas un privilège, mais un droit.

Aujourd’hui, un parlementaire ne peut lire qu’un texte lacunaire, une fois délesté de son téléphone, et sous la surveillance d’un fonctionnaire.
Certes, depuis peu, il a au moins l’avantage d’y accéder dans les locaux d’une administration publique nationale, plutôt qu’à Bruxelles ou à l’Ambassade des États-Unis.

Le symbole est évident :
Les citoyens et leurs représentants n’ont qu’à circuler, il n’y a rien à voir.
Le commerce international est une affaire de technocrates, de « lobbys », d’experts, bref de spécialistes.
Que les effets d’un accord commercial sur la vie quotidienne de nos concitoyens soient considérables ne semble pas justifier qu’on leur demande leur avis.
Cette méconnaissance de nos principes et valeurs démocratiques fondamentales est purement et simplement insupportable.

Avec « Matthias Fekl », secrétaire d’État au commerce extérieur, le gouvernement a posé les conditions d’une négociation réussie :
la transparence à tous les niveaux,
la réciprocité entre les parties,
l’intransigeance sur les normes sociales et environnementales, qui ne peuvent être modifiées que vers le mieux-disant,
le respect de nos lignes rouges et le refus de tout tribunal d’arbitrage privé au profit d’une véritable justice internationale en matière d’investissement.
La réussite de la France est reconnue puisqu’elle a su créer un consensus en Europe autour de la création d’une Cour publique, à terme multilatérale, qui mettra un terme définitif aux tribunaux d’arbitrage privés.
Ses positions sont respectées, car elle sait hausser le ton devant l’absence de réciprocité.
En affirmant que le « Parlement aurait le dernier mot », le secrétaire d’État a aussi tranché avec l’inertie en Europe face aux enjeux, mais aussi aux risques soulevés par le « TTIP » en matière de contrôle démocratique.
Aujourd’hui les gouvernements européens restent discrets et semblent soutenir par principe un accord avec les États-Unis.
Ce n’est pas le cas de la France.
Le gouvernement a pris des positions claires dans lesquelles nous nous reconnaissons.
Nos lignes rouges et nos intérêts offensifs sont précis, connus et défendus, aucun accord n’est envisageable sans leur prise en compte.

Tous les Français doivent savoir que nous ne céderons rien sur la défense de notre modèle agricole et alimentaire.
Bœuf aux hormones ou poulet chloré resteront aux États-Unis.
Tous les Français savent que nos entreprises ont besoin de l’ouverture des marchés publics, de l’accès au marché des services, et de la reconnaissance des appellations contrôlées, parce que nos exportations garantissent des emplois et contribuent à en créer en remplissant le carnet de commandes.
Mais ils ne veulent ni opacité ni petits arrangements sur le dos des peuples.

Certains mènent une offensive pour faire des accords commerciaux une compétence exclusive de l’Union européenne.
La Cour de justice de l’Union européenne a été saisie pour trancher ce point et rendra prochainement son verdict sur l’accord entre l’Union européenne et Singapour.
Un argument juridique ne doit pas pouvoir servir à contourner la démocratie.
Nous, parlementaires français, ne l’accepterons jamais.
Nous demandons solennellement au gouvernement français de refuser de signer tout accord avec les États-Unis si le Parlement est réduit au silence.

Liste des signataires.

Marie Récalde (Gironde) ;
Lalande Bernard
(Charente Maritime) ;
Patricia Adam (Finistère) (Gironde) ;
Kader Arif (Haute-Garonne) ;
Delphine Bataille (Nord) ;
Claude Berit Débat (Dordogne) ;
Erwann Binet (Isère) ;
Nicole Bonnefoy (Charente) ;
Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais) ;
Martial Bourquin (Doubs) ;
Sylviane Bulteau (Vendée) ;
Henri Cabanel (Hérault) ;
Pierre Camani (Lot et Garonne) ;
Colette Capdevielle(Pyrénées-Atlantiques) ;
Thierry Carcenac (Tarn) ;
Françoise Cartron (Gironde) ;
Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine) ;
Jacques Chiron (Isère) ;
Karine Claireaux (Saint Pierre et Miquelon) ;
Romain Colas(Essonne) ;
Françoise Descamps-Crosnier (Yvelines) ;
Sandrine Doucet (Gironde) ;
Olivier Dussopt (Ardèche) ;
Alain Duran (Ariège) ;
Frédérique Espagnac (Pyrénées Atlantiques) ;
Corinne Féret (Calvados) ;
Richard Ferrand (Finistère) ;
Yann Galut (Cher) ;
Odette Herviaux (Morbihan) ;
Eric Jeansannetas (Creuse) ;
Chaynesse Khirouni (Meurthe-et-Moselle) ;
Colette Langlade (Dordogne) ;
Claudine Lepage(représentant les Français établis hors de France) ;
Arnaud Leroy (Français établis hors de France) ;
Lucette Lousteau (Lot-et-Garonne) ;
Jacques Bernard Magnier (Puy de Dôme) ;
Frank Montaugé (Gers) ;
Sandrine Mazetier (Paris) ;
Philippe Nauche (Corrèze) ;
Germinal Peiro (Dordogne) ;
Hervé Pellois (Morbihan) ;
Marie Francoise Pérol-Dumont (Haute Vienne) ;
Elisabeth Pochon (Seine-Saint-Denis) ;
Dominique Potier (Meurthe-et-Moselle) ;
Régine Povéda (Lot-et-Garonne) ;
Joaquim Pueyo (Orne) ;
Catherine Quéré (Charente-Maritime) ;
Monique Rabin (Loire-Atlantique) ;
Daniel Raoul (Maine et Loire) ;
Claude Raynal (Haute Garonne) ;
Stéphanie Riocreux (Indre et Loire) ;
Gwendal Rouillard (Morbihan) ;
Alain Rousset (Gironde) ;
Jean Yves Roux (Alpes de Hautes Provence) ;
Christophe Sirugue (Saône-et-Loire) ;
Julie Sommaruga (Hauts-de-Seine) ;
Nelly Tocqueville (Seine Maritime) ;
Stéphane Travert (la Manche) ;
Richard Yung (représentant les Français établis hors de France).

Une tribune initialement publiée sur le site du Monde.

http://www.euractiv.fr   du 07/04/2016

Connaissez Vous Le Nom De Molenbeek ?

questions

Qui d’entre nous connaissait
seulement le nom de Molenbeek
avant ce tragique 22 mars ?

Pas moi, je l’avoue, et nous étions sans doute nombreux dans ce cas, avant que tous les projecteurs ne soient braqués sur cette partie de Bruxelles.
Aussi m’a-t-il semblé utile d’en savoir un peu plus.

Selon Wikipédia :
Molenbeek est l’une des 19 communes de Bruxelles-Capitale, densément peuplée, elle représente le double de la moyenne Bruxelloise, commune qui a connu de nombreuses vagues migratoires de diverses origines.
Dès les années 1800 Molenbeek voit l’installation de Belges flamands et francophones.
Durant le siècle suivant, viennent s’installer des communautés d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais, suivies plus tard par des Arméniens (Ndlr : jusque-là tout va bien !) puis des Marocains, Turcs, Pakistanais, Africains et des populations des pays de l’Est.
Dans les années 2010, c’est une commune à forte population musulmane.

Molenbeek est connue pour être une commune belge à forte  population Marocaine, mais aussi la commune qui représente le plus grand taux de criminalité et de chômage en Belgique.
Dans les années 2010 c’est une commune à forte population musulmane.
(Tout rapprochement entre ces spécificités serait pure coïncidence)

L’ancien bourgmestre « Philippe Moureaux », ancien ministre, n’a eu de cesse pendant plus de vingt ans de prôner la multiculturalité, en laissant s’installer les prières de rue et les discours haineux.
Il a acheté la paix sociale en distribuant des logements sociaux aux Marocains, en leur accordant des commerces et en tissant des liens étroits avec les mosquées […]il passe l’essentiel de ses vacances au Maroc (
.
(Valeurs Actuelles).

Tout cela n’a-t-il pas pour nous un air de déjà vu ?

Dernier « détail » : « Philippe Moureaux » appartient à la sphère socialiste…

Le but ici, n’est pas d’accuser le gouvernement belge « de naïveté » comme l’a si élégamment fait l’ineffable « Michel Sapin », mais seulement de montrer que les mêmes causes produisent les mêmes effets, les mêmes utopies de vivre-ensemble donnent les mêmes résultats avec, une fois encore, la même ignorance crasse de l’islam.

Mais qu’en est-il sur notre territoire ?

Valeurs Actuelles titre:
« Les Molenbeek français, ces villes où les djihadistes font la loi ».
Il y en aurait une centaine sur notre territoire.
Plus ???

La ville de Roubaix, qualifiée aujourd’hui de Molenbeek Français, est en tête de cet inquiétant palmarès.
En 2013, une certaine « Alyssa J. Rubin », journaliste du « New York Times » avait commis un article, relayé par « La voix du Nord »  qui commençait par ces mots :

« Portant voiles et jupes longues, des femmes marchent tranquillement dans les rues de cette ville française défavorisée, pour se rendre à la prière du soir dans leur mosquée.
Comme leurs époux, frères, pères et fils, elles se sentent ici comme chez elles ».

Et continuait :
« Roubaix est un berceau, un symbole de l’immigration »,
ou encore :
« Roubaix est représentative d’un vivre-ensemble au niveau de l’immigration ».

Un tissu de stupidités et d’ignorance qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un précédent article.

Une journaliste du New York Times veut que toutes les villes françaises ressemblent à Roubaix ! – Riposte LaïqueRiposte Laïque

Roubaix : 7 mosquées, près de 70% de boucheries halal…Les enseignes halal ont proliféré, comme les sandwicheries et autres viennoiseries bas de gamme, peu ou pas d’épiceries, de boucheries françaises.

Si ce n’est pas un remplacement de population, qu’est-ce-que c’est ???

Lunel, ville de 25 000 habitants, devenue tristement célèbre par le nombre de ses habitants partis faire le djihad. Entre 2013 et 2014, vingt-cinq jeunes sont partis pour la Syrie et l’Irak. un certain nombre a été tué par les missiles de l’aviation syrienne. Cette cité comportant un centre ancien avec de très jolies maisons aux murs épais a vu les artères de ce centre se décomposer les unes après les autres, en l’espace de vingt ans : 25% de logements sociaux dans son cœur historique. Très vite, tous ceux qui le pouvaient sont partis. Ne sont plus restés que les abonnés aux aides sociales…

Nantes a vu naître Forsane Alizza (Les cavaliers de la fierté) avec à sa tête un fou d’Allah, Mohamed Achamlane, condamné en 2015 à neuf ans de prison ferme. Des quartiers devenus majoritairement musulmans où les pompiers n’interviennent que sous la protection des forces de l’ordre.

Toulouse, avec ses quartiers de La Reynerie, du Mirail ou des Izards, dont était originaire Mohamed  Mérah, entre autres. Toulouse d’où presque cent personnes, parmi lesquelles quelques mineurs, sont parties en Syrie. Certaines sont revenues et vivent aujourd’hui sous contrôle judiciaire à la fiabilité toute relative.

Marseille : capitale du crime organisé, tout autant que capitale salafiste où s’alignent les taxiphones, marchands de kébabs, agences Western Union, et marchands de littérature islamiste.

Lyon : vingt des cent mosquées salafistes que compte la France se trouvent dans la cité rhodanienne. Cent personnes d’origine « lyonnaise » sont parties au califat. Un certain nombre rêve de faire sauter la raffinerie de Feyzin, d’autres nourrissent l’espoir de tuer dans les stations de métro lyonnaises.

Etc…Etc…Et que font nos dirigeants pour nous protéger, pour arrêter tous ces « fichés S », pour les empêcher de passer à l’acte, de commettre de nouveaux attentats sanglants ?? A part prendre des mines de circonstance – voire essuyer une petite larme – condamner fermement, et nous dire que nous devons nous « habituer » à vivre comme cela.

Ce que nous attendons ce ne sont pas des mots, mais des actes…fermes.

Winston Churchill a dit : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ».

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com/combien-de-molenbeek-france.htm

Tintin-à-Molenbeek1

On est en Europe ?

Vite Chez Nous !

Emules Des Soldats D’ Odin Finlandais !

soldats-Odin

En Suède, Norvège, Estonie !

Les gardes civiles qui ont fait leur apparition en Finlande lors de la vague migratoire gagnent également en popularité en Suède, Norvège et Estonie.

Les Soldats d’Odin, ces gardes civiles finlandaises naissantes qui ont vu le jour en réaction à la crise migratoire, sont de plus en plus populaires et se développent aujourd’hui en Suède, en Estonie et en Norvège.

Les Soldats d’Odin suédois ont fait leurs débuts la semaine dernière en tant que « garde civile » dans la province de Dalarna et patrouillent dans les villes de Borlänge, Hedemora und Säter, a rapporté le quotidien « Dagens Nyheter ».

La Suède est maintenant le quatrième pays où patrouillent ces soldats d’un nouveau genre.
Ils se sont donnés pour mission de protéger leurs compatriotes des envahisseurs musulmans usant de violence…
et de s’opposer aux « patrouilles islamiques ».

Une façon de répondre à l’appel du hongrois   »Viktor Orbán » du 15 mars dernier…

Rappelons que « Odin » est le dieu des morts, de la victoire et du savoir dans la mythologie germanique et nordique.

source : http://www.medias-presse.info

http://www.citoyens-et-francais.fr

La France a toujours un train de retard !

Tous Unis Contre Ce Genre De Fraudeurs !

corruption

Fraudes en tous genres !

Avez-vous regardé les questions au gouvernement du 5 avril ?
Cette séance valait son pesant de cacahuètes !

Socialistes, balayez avant d’ouvrir votre porte.
« Bernadette Laclais », députée socialiste de Savoie, a posé sa petite question autour de la fraude fiscale, affaire « Panama Papers » oblige.
À ce propos, elle a remercié les lanceurs d’alerte – « George Soros », peut-être ? – sur cette affaire qui révèle :

« une nouvelle fois que les paradis fiscaux restent très fréquentés par des personnes et des entreprises totalement déconnectées des populations et de leurs difficultés ».

Et de l’entendre, la pauvrette, s’apitoyer sur le sort des Français « qui payent leurs impôts, qui travaillent, cotisent », participent à « l’effort national » pendant que d’autres ne pensent qu’à frauder ou à fiscalement s’évader.
Mais là, stupeur !
Alors que la gentille députée PS dévide sagement sa question, qui vois-je en arrière-plan, juste derrière elle ?
Cette blonde « comac », ne serait-ce point « Sylvie Andrieux » ?
Tout à son aise, l’air détaché, et qui finit par discuter avec son voisin comme si elle n’était pas intéressée par les propos de sa consœur ?

Pas de doute, c’est bien elle :
« Sylvie Andrieux », députée ex-socialiste (et non ex-députée socialiste) des Bouches-du-Rhône, reconnue coupable d’avoir, entre 2005 et 2008, distribué, à des fins électorales, 716.000 euros de subventions à des associations fictives.
« Sylvie Andrieux », condamnée, en septembre 2014, à quatre ans de prison, dont un ferme. Mince, alors !
Elle a payé sa dette à la société ?
Son casier judiciaire serait-il redevenu vierge ?
Pas exactement.
Notre justice permettant la non-exécution de la peine, comme l’avait annoncé la présidente du tribunal, un député peut ainsi continuer de siéger avec… un bracelet électronique !
Il est vrai, aussi, qu’elle s’est pourvue en cassation.

Ce qui n’empêche nullement l’ingénue « Bernadette Laclais » de s’interroger sur la présence et sur le maintien de fraudeurs au sein de nos grands ordres nationaux – Légion d’honneur et ordre national du Mérite – car pour la députée, lutter contre la fraude est non seulement un impératif financier mais aussi un impératif moral.
À ces mots « impératif moral », madame « Andrieux » ne semble visiblement pas concernée…

Ah oui, Madame « Laclais » peut bien parler de « la sourde et profonde colère » de ses concitoyens face aux fraudes en tous genres quand, dans le même temps, sa collègue, nourrie au biberon socialiste, continue de trôner sur les bancs de l’Assemblée.
Cette collègue « qui se foutait de savoir si ce qu’on finançait était bon ou pas à partir du moment où ça augmente sa popularité », selon les propos de son ancien assistant parlementaire.
Cette collègue – socialiste depuis le berceau sur lequel s’était penché feu « Gaston Defferre » – pour qui l’argent distribué à ces pseudo-associations servait à acheter scooters ou voitures pour certains habitants des « quartiers », avouera un prévenu, lors du procès.

C’est bien de cadrer son discours comme l’a fait Madame « Laclais ».
Le problème, c’est que Madame « Laclais » ne maîtrise pas le cadrage des images.
Des images plus éloquentes que sa petite leçon de morale !
Balayer devant sa porte, elle a jamais entendu cette expression populaire, cette madame « Laclais » ?
On peut même aussi le faire derrière soi…

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr   du 07/04/2016

Marine Le Pen Ecrit Au Peuple De France !

marine

« Le Monde »,
cette imposture !

Madame, Monsieur,

Il fallait probablement attendre que la déflagration de la bombe sale du  «Monde» soit passée, que la presse française, à de rares exceptions près, se soit repue de ses propres mensonges, pour analyser calmement la séquence odieuse à laquelle nous venons d’assister.
Odieuse et en même temps tellement révélatrice d’un fonctionnement dont  la démocratie et l’Etat de droit sortent totalement essorés.
Le journal « censé » être le plus sérieux de la presse française (c’est dire…) mais connu pour son combat acharné contre le Front National, (voir l’éditorial de son directeur « Jérôme Fenogilo », à deux jours du  premier tour des régionales et intitulé « le FN cette imposture »), a donc sous le titre racoleur « Panama papers : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France », lancé une gigantesque offensive médiatique contre le Front National et moi-même sur la base de prétendues « révélations » qui ne révèlent ….rien, nada, zéro, le vide  sidéral.

Et pourtant…
Comme ces foules prises d’hystérie collective, les médias français se sont jetés à corps perdu dans un lynchage en règle du  premier parti de France.
« Détournement », « système opaque d’évasion fiscale », « fraude fiscale »,  »dissimulation », « société offshore », plein de mots qui salissent, jetés  en vrac dans plein d’oreilles qui n’en demandaient pas tant.
Télés, radio, journaux, réseaux sociaux…
En quelques heures tout ce que la  France compte de relais d’information étaient saturés d’un flot  ininterrompu de supputations, d’amalgames, d’insinuations ou, pour les plus zélés, de bonnes grosses accusations diffamatoires exprimées sans aucune prudence, sans aucune retenue, au mépris de toute déontologie et évidemment sans la moindre vérification.
A la fin de la journée, les médias s’étaient tellement intoxiqués les uns les autres (les uns par incompétence et/ou suivisme, les autres portés par leur mauvaise foi militante traditionnelle) que chacun était  sûr de son fait :

« le Front National avait caché de l’argent au Panama  et « Marine le Pen » était (de près ou de loin) coupable »

De quoi ?
Ils ne savaient pas trop mais c’était et reste pour eux totalement insignifiant.

Cette séquence est un cas d’école de pure désinformation qui pourra être étudié dans les instituts de formation de journalisme sous le titre « comment manipuler les foules ».

Mais la vérité dans tout cela ?
Car si elle n’intéresse pas nos journalistes militants, je suis convaincue qu’elle intéresse les Français.
La vérité est que ni moi ni le Front National n’avons à nous reprocher quoi que ce soit dans cette affaire « Panama Papers. »
Ni moi ni le Font National n’avons jamais envoyé d’argent ou quoi que ce soit.
Ni moi ni le Front National n’avons de compte en banque ni au Panama ni dans aucun autre endroit au monde.
Ni moi ni le Front National n’avons dissimulé/détourné/optimisé/fraudé…etc, un centime.
Tous les médias le savent, alors pour tenter de nous impliquer ils usent de la bonne vieille méthode totalitaire « si ce n’est toi c’est donc ton frère prestataire « .
C’est ainsi que l’on nous demande de nous justifier d’un investissement à Hong-Kong (qui n’est pas un paradis fiscal)… effectué par un de nos prestataires !!!
A ce rythme on vous demandera demain de justifier de l’utilisation faite par votre garage de l’argent que vous lui avez versé pour faire réparer votre voiture !
A-t-il payé ses impôts ?
Versé sa pension alimentaire ?
Je pense que même en URSS ils n’allaient pas aussi loin dans la violation des principes de notre État de droit.
Même si notre prestataire est un ami, je ne vois pas bien quelle responsabilité l’on peut avoir dans les stratégies commerciales qu’il met en œuvre !
De ce que nous savons ,il a ouvert une filiale à Hong-Kong (et pas au Panama…) pour conquérir, je suppose, de nouveaux marchés ;
qu’il a, semble-t-il, pour ce faire investi une partie de ses bénéfices après impôts dans une filiale, opération validée par le fisc français ;
Et figurez-vous que nous le savons, car cette opération commerciale a fait l’objet depuis 18 mois d’investigations de la part du juge « Van Ruynbeke » qui n’a, à ma connaissance, rien découvert qui puisse de près ou de loin révéler une fraude, une dissimulation fiscale de sa part et encore moins  une implication quelconque ( même de loin) du FN dans cette opération financière.
Voilà… Rien, nada, zéro, le néant….
Des tonnes de papiers, des heures d’accusations plus graves les unes que les autres, des calomnies déversées à la pelle contre mon mouvement sans le début de commencement d’un fait délictueux ni même d’un comportement inapproprié.

Pendant qu’on invite l’opinion publique à regarder le Front National, on détourne son regard des politiques qui ont donné les clés à la finance sale, entre « Big bang » financier et abaissement des souverainetés nationales.
Alors oui, ça en dit long sur l’état de l’information en France, sur le niveau et le militantisme des médias français, sur le respect des fondements de notre État de droit, sur le fonctionnement moribond de notre démocratie.
Mais ça en dit long surtout sur la panique qui saisit nos élites autoproclamées à l’approche d’une élection présidentielle qui demain pourrait tout changer, rétablir nos droits individuels et nos droits collectifs de peuple libre.
Contre le Front National et ses candidats il n’y aura aucune limite, aucune retenue, tout sera permis.
Nous le savions, vous deviez aussi le savoir et vous y préparer.
Nous continuerons quant à nous à faire émerger la vérité, partout et en toutes circonstances, quel qu’en soit le prix.

C’est plus que notre droit, c’est notre devoir.

Amitiés sincères,

Marine Le Pen

marine.lepen@frontnational.com

« Panama » N’est Qu’un Ecran De Fumée.

droits de l'homme

Bafoués par les médias !

Contrairement aux apparences, la campagne des « Panama Papers » n’aura pas pour conséquence de restreindre les malversations financières et d’augmenter les libertés, mais exactement le contraire.

Le « système » va se contracter un peu plus autour du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël, de sorte qu’eux et eux seuls en auront le contrôle.

En violant le principe d’égalité devant la Justice et leur éthique professionnelle, les membres de l’ « International Consortium of Investigative Journalists » se sont mis aux service des ennemis de la liberté et des défenseurs du Grand capital, et le fait qu’ils aient épinglé au passage quelques malfrats n’y changera rien.

Explications.

La stratégie économique
des États-Unis

Au début de son mandat, le président Obama a désigné l’historienne « Christina Romer » pour présider son Comité des conseillers économiques.
Ce professeur à l’Université de Berkeley est une spécialiste de la crise de 1929.
Selon elle, ni le « New Deal » de « Roosevelt », ni la Seconde Guerre mondiale n’ont permis de sortir de cette récession, mais l’afflux de capitaux européens, à partir de 1936, fuyant la « montée des périls ».

C’est sur cette base que Barack Obama a conduit sa politique économique.
En premier lieu, il a agi pour fermer tous les paradis fiscaux que Washington et Londres ne contrôlent pas. Puis, il a organisé la déstabilisation de la Grèce et de Chypre, de sorte que les capitaux européens se réfugient dans les paradis fiscaux anglo-saxons.

Tout a commencé en Grèce, en décembre 2008, avec des manifestations à la suite de l’assassinat d’un adolescent par un policier.
La CIA a transporté par autobus des casseurs du Kosovo pour perturber une manifestation et installer un début de chaos.
[1]
Le département du Trésor a pu alors vérifier que des capitaux grecs quittaient le pays.
L’expérience étant concluante, la Maison-Blanche décida de plonger cet État fragile dans une crise financière et économique qui remit en cause l’existence même de la zone euro.
Comme prévu, à chaque fois que l’on s’interroge sur une éventuelle expulsion de la Grèce de l’euro ou sur une dissolution de la zone euro, des capitaux européens se précipitent dans les paradis fiscaux disponibles, principalement britanniques, états-uniens et hollandais.

En 2012, une autre opération fut conduite contre le paradis fiscal chypriote.
Tous les comptes bancaires furent confisqués au-delà de 100 000 euros.
C’était la première et unique fois, dans une économie capitaliste, que l’on observait ce type de nationalisation.
[2].

Au cours des huit dernières années, nous avons assisté à de nombreuses réunions du « G8″ et du « G20″ qui ont établi toutes sortes de règles internationales, prétendument pour prévenir l’évasion fiscale.

[3] Cependant, une fois ces règles adoptées par tous, les États-Unis —et dans une moindre mesure Israël, les Pays-Bas et le Royaume-Uni— s’en sont dispensés.

Les paradis fiscaux

Chaque paradis fiscal a un statut juridique particulier, « généralement saugrenu ».

Actuellement, les « principaux » paradis fiscaux sont :
l’État indépendant de la City de Londres (membre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord),
l’État du Delaware (membre des États-Unis),
– et Israël,
mais bien d’autres paradis fiscaux existent, surtout britanniques,
à commencer par :
les îles de Jersey et de Guernesey (membre du duché de Normandie et à ce titre placé sous l’autorité de la reine d’Angleterre, mais ni membre du Royaume-Uni, ni de l’Union européenne),
Gibraltar (un territoire espagnol dont la propriété foncière est anglaise et que le Royaume-Uni occupe illégalement),
jusqu’à Anguilla,
les Bermudes,
les îles Caïmans,
-les îles Turques,
les îles Vierges
ou Montserrat.
Il y a en aussi quelques uns rattachés à la Hollande :
Aruba,
Curaçao,
ou Sint Maarten.

Un paradis fiscal, c’est une « zone franche » étendue à tout un pays.
Cependant, dans l’imaginaire collectif, une zone franche est indispensable à l’économie, tandis qu’un « paradis fiscal » est une calamité, c’est pourtant exactement la même chose.
Bien sûr, certaines entreprises abusent des zones franches pour ne pas payer d’impôts, et d’autres abusent des paradis fiscaux, mais ce n’est pas une raison pour remettre en question l’existence de ces dispositifs indispensables au commerce international.

Dans leur guerre contre les paradis fiscaux non-anglo-saxons, les États-Unis ont surtout porté des coups contre la Suisse.
[4]
Ce pays avait développé un strict secret bancaire permettant à de petits opérateurs de mener des transactions à l’insu des gros.
En contraignant la Suisse à abandonner son secret bancaire, les États-Unis ont étendu leur surveillance de masse aux transactions économiques.
De la sorte, ils peuvent aisément truquer la concurrence et saboter l’action des petits opérateurs.

Les « Panama Papers »

C’est dans ce contexte que Washington a fourni au « Süddeutsche Zeitung » 11 500 000 fichiers informatiques piratés au quatrième cabinet d’avocat au monde chargé de créer des sociétés « off shore ».

Cet espionnage étant un crime, les prétendus « lanceurs d’alerte » qui l’ont accompli sont restés anonymes.

Bien sûr Washington a d’abord soigneusement trié les dossiers et a exclu en premier lieu tous ceux relatifs à des ressortissants ou à des entreprises états-uniennes, puis probablement ceux qui concernent ses bons alliés.
Le fait que quelques prétendus alliés, en délicatesse avec l’administration Obama, —comme le président Petro Porochenko— figurent dans ces documents, nous confirme qu’ils viennent d’être lâchés par leur puissant protecteur.

Alors que le Panama est un État de langue espagnole et que le « Süddeutsche Zeitung » est édité en Allemagne, les fichiers volés ont été dénommés en anglais par leurs espions : « Panama Papers ».

Au passage, les auteurs de cette « carabistouille » tentent de nous persuader que tous les hommes qui se dressent contre Washington seraient des voleurs.
Souvenons-nous par exemple des campagnes qui furent menées contre « Fidel Castro », accusé d’être un trafiquant de drogue et classé par « Forbes » parmi les plus grandes fortunes du monde.
[5]
Pour avoir constaté les difficiles conditions de vie de la famille Castro à Cuba, je me demande comment on a pu monter un bobard parei !
Les nouveaux magnats secrets seraient donc « Vladimir Poutine », « Bachar el-Assad » et « Mahmoud Ahmadinejad » —dont la frugalité est pourtant légendaire—.
Cette propagande contre des adversaires politiques, n’est que la partie émergée de l’iceberg, l’important étant l’avenir du système financier international.
(Surtout l’avenir du système financier mondialiste à la ricaine ! pelosse)

Violation de l’éthique
des journalistes

Le « Süddeutsche Zeitung » fait partie de l’ « International Consortium of Investigative Journalists » (« ICIJ »), une association spécialisée non pas dans le journalisme d’investigation comme son intitulé pourrait le faire croire, mais dans la dénonciation de crimes financiers.

Dans les sociétés républicaines, la Justice doit être égale pour tous.

Mais l’ « ICIJ », qui a déjà rendu publics plus de 15 millions de fichiers informatiques depuis sa création, n’a jamais attenté aux intérêts des États-Unis.
Elle ne peut donc certainement pas prétendre agir par souci de justice.

En outre, des principes républicains de notre société découlent des obligations pour les journalistes.
Celles-ci ont été formalisées dans la « Charte de Munich », adoptée en 1971 par tous les syndicats professionnels du Marché commun, puis étendue au reste du monde par la Fédération internationale des journalistes.

Je comprends parfaitement que ce texte impose des limitations parfois difficiles à supporter.
Et j’ai, il y a quelques années, fait partie de ceux qui croyaient utiles de pouvoir la violer de temps à autre.
Mais l’expérience prouve qu’en la violant, on ouvre la voie à d’autres violations qui se retournent contre les citoyens.

Les journalistes de l’International Consortium of Investigative Journalists ne se sont pas posés de question éthique.
Ils ont accepté de travailler sur des documents volés et triés, sans avoir la moindre capacité de vérifier leur authenticité.

La « Charte de Munich » stipule que les journalistes ne publieront que des informations dont l’origine est connue, qu’ils ne supprimeront pas d’informations essentielles et n’altéreront pas les textes et les documents…enfin qu’ils n’useront pas de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
Trois exigences qu’ils ont violées en parfaite connaissance de cause, ce qui devrait les exclure des instances professionnelles et provoquer la révocation des directeurs de la BBC, de France-Télévisions, de NRK, et pourquoi pas de Radio Free Europe/Radio Liberty (la radio de la CIA qui est elle aussi membre du Consortium des journalistes).

L’International Consortium of Investigative Journalists n’en est pas à sa première affaire.
C’est lui qui avait rendu publics, en 2013, 2,5 millions de fichiers informatiques volés à 120 000 sociétés « off shore ».
Puis, c’est lui encore qui avait révélé, en 2014, les contrats signés entre des multinationales et le Luxembourg pour bénéficier d’une fiscalité privilégiée.
Et c’est lui toujours qui révéla, en 2015, les comptes de la banque britannique « HSBC » en Suisse.

L’International Consortium of Investigative Journalists, on s’en doute, est financée par de nombreux organismes liés à la CIA, comme la Fondation Ford, et les fondations de « George Soros ».
Ce dernier exemple est le plus intéressant :
Pour les membres de l’ « ICIJ », l’argent de Monsieur  »Soros » ne vient pas de la CIA, mais de ses spéculations financières au détriment des peuples ce qui le rendrait plus acceptable.

Que le Hezbollah détienne des sociétés et des comptes secrets au Panama et ailleurs n’a rien de surprenant.
J’évoquais dans un récent article les efforts de la Résistance libanaise pour s’auto-financer sans avoir à dépendre des subventions iraniennes.
Le complexe montage financier auquel il s’est livré devra être entièrement recomposé, faute de quoi le Liban redeviendra la proie de ses voisins israéliens.
Que le président « Ahmadinejad » ait créé des sociétés « off shore » pour contourner l’embargo dont son pays était victime et vendre du pétrole n’est non seulement pas un crime, mais c’est tout à son honneur.
Que la famille « Makhlouf », les cousins du président « el-Assad », ait utilisé un montage financier pour contourner l’embargo illégal des puissances occidentales et permettre aux Syriens de se nourrir durant cinq années de guerre d’agression est tout aussi légitime.

Que va-t-il rester de
ce vaste déballage ?

D’abord la réputation de Panama est détruite et mettra de longues années à se relever.
Ensuite, de petits malfrats qui ont abusé du système seront poursuivis en justice, tandis que quantité de commerçants honnêtes devront longuement se justifier devant les tribunaux.
Mais contrairement aux apparences, ceux qui animent cette campagne veilleront à ce que rien ne change.
Le système restera donc en place, mais toujours plus au seul profit du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël.

En croyant défendre leurs libertés,
ceux qui auront participé à cette campagne
l’auront en réalité réduite.

Thierry Meyssan

http://www.voltairenet.org/

Notes

[1] Merci aux lecteurs qui retrouveront l’interview que j’ai donné à un média grec à ce sujet en 2009.
Je n’avais pas écris d’article, juste un paragraphe incident dans « La « révolution colorée » échoue en Iran », par « Thierry Meyssan », « Réseau Voltaire », 24 juin 2009.

[2] « « Le pion chypriote » », par « Thierry Meyssan », Al-Watan (Syrie) , « Réseau Voltaire », 25 mars 2013.

[3] « Le G 20 : une hiérarchisation des marchés financiers », par « Jean-Claude Paye », « Réseau Voltaire », 9 avril 2009.

[4] « Lutte contre la fraude fiscale ou main mise sur le système financier international ? », « UBS et l’hégémonie du dollar », par « Jean-Claude Paye », « Réseau Voltaire », 3 mars et 21 octobre 2009.

[5] « Forbes invente la fortune de Fidel Castro », par « Salim Lamrani », « Réseau Voltaire », 24 mai 2006.

Tous Unis Contre L’Etat Islamique !

Circuler(1)

Omis ou caché
par les médias

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

De retour d’un séjour en Chine, « Bruno Gollnisch » répondait la semaine dernière à nos questions, non pas depuis le parlement européen de Strasbourg ou de Bruxelles mais, une fois n’est pas coutume, dans les locaux du siège du Front National à Nanterre.

- Déchéance de  nationalité : le recul des partis du Système.
- Quartiers pluriels : la franchise de Patrick Kanner.
- L’Eglise attaquée, une cabale injustifiée !
- Attentat islamiste de Lahore : l’indifférence du monde chrétien.
- Tsunami migratoire : le risque de la déstabilisation.
- « Bruno Gollnisch » reçu par de hauts responsables chinois.

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

Ajoutée le 9 mars 2016
L’actualité de la semaine vue par « Bruno Gollnisch » :

- salon de l’agriculture et accueil « tendu » pour Valls et Hollande :
comprendre la détresse des agriculteurs
- le rapport « Mlinar » (gender) et journée internationale de la femme au Parlement européen :
les lobbies persistent
- former les réfugiés syriens pour qu’ils partent se battre dans leur pays :
retour sur les déclarations un peu provoc’
- consécration d’une église chaldéenne en région parisienne :
les bons et les mauvais migrants ?!
- le défilé du 1er mai du Front National annulé cette année :
sécurité ou modernisation ?

- « commémorations » du 19 mars :
la guerre d’Algérie fait encore saigner 50 ans après !

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

Ajoutée le 16 févr. 2016

L’actualité de la semaine vue par « Bruno Gollnisch » :

- Le FN menacé par l’État islamique
- La question de l’euro et le séminaire des cadres du Front National
- Le groupe « ENL » en Corse : chaude « ambiance »
- Manifestation à Calais : quid du général « Piquemal »
- Nouveau remaniement ministériel : place aux Verts
- Renouvellement chez les Républicains : on prend les mêmes…
- Audition de « Michel Sapin » à l’Assemblée Nationale : le terrorisme et ses ressources
- Désertification médicale et pyramide des âges des médecins :
quelles solutions ?

http://gollnisch.com

Tous Unis Contre Ces Tricheurs !

gouffre-economie-300x133(2)

De l’ évasion fiscale !

Comment se fait-il qu’à l’heure où les États les plus puissants s’arrogent le droit d’intervenir militairement, « urbi et orbi », sans même se soucier d’authentifier les faits qui en constituent le motif, nul n’a jamais su comment contraindre des États nains comme le Panama, les îles Vierges britanniques, les Seychelles ou encore le Vanuatu à mettre un terme à leurs activités de domiciliation offshore ?

La réponse est évidente :
Personne au sein des décideurs politiques n’y a intérêt.

Contrats d’armement, organisations d’événements sportifs, achats de voix au sein des grandes organisations supranationales, financements des partis politiques et, bien évidemment, enrichissement personnel, tout ceci ne pourrait s’accomplir sans les paradis fiscaux.

Mais il serait réducteur de ramener cette épineuse question à une simple affaire de corruption, aussi massive soit-elle.

Posons-nous la question.

Qu’adviendrait-il de la mondialisation si les paradis fiscaux n’existaient pas ?
La réponse, ici aussi, n’est pas moins évidente :
Les délocalisations perdraient beaucoup de leur intérêt car, faut-il encore le rappeler, les biens produits en Chine [à titre d’exemple] par les grandes multinationales ne parviennent en Europe qu’après un siphonage massif des bénéfices dans un paradis fiscal.
Il y a donc bien deux volets dans cette affaire :
« La corruption » sur laquelle se polarisent les médias mais aussi – et c’est le plus important – « la mondialisation » !

Créer une société dans un paradis fiscal par l’intermédiaire d’un avocat est à la portée de toutes les bourses (deux ou trois mille euros, pas davantage) et l’opération ne prend que quelques jours sans nécessité de se déplacer.
La difficulté n’est pas là.
C’est l’ouverture du compte bancaire de la société nouvellement créée, de préférence chez une banque présumée irréprochable et sur une grande place financière internationale (Hong Kong, Singapour ou Luxembourg) qui pose problème, car une banque peut exiger toutes les informations qu’elle souhaite et refuser un client.
Or, jusqu’à ces toutes dernières années, les banques ont fermé les yeux… et on les comprend.
En 2012, on estimait le montant total des actifs gérés par des banques sur des comptes offshore – paradis fiscaux ou assimilés – à 21.000 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB des USA et du Japon combinés, ou encore dix fois la dette publique française.
Autant dire qu’il s’agit là d’une source de revenus majeure, si ce n’est la plus importante.

Mais le plus incroyable dans tout ceci est que ces liquidités qui échappent à l’impôt, en grande partie, s’investissent dans le financement de la dette publique des États.
C’est le serpent qui se mord la queue – on croit rêver.

Aussi, ceux qui espèrent que la divulgation des « Panama papers » va sonner le glas de l’évasion fiscale se font des illusions.
D’abord, le cabinet panaméen « Mossack Fonseca » incriminé n’est qu’une officine parmi des dizaines d’autres.
Surtout, et c’est le point le plus important, l’évasion fiscale a aujourd’hui atteint des proportions telles qu’y toucher pourrait ébranler l’ensemble du système financier international.

Ne boudons tout de même pas notre plaisir :
Des têtes vont tomber, des mythes vont s’effondrer, la perception que l’électeur lambda a de la vie politique va changer.

Enfin !

Christophe Servan

http://www.bvoltaire.fr    du 05/04/2016

F.HOL.-bricolage

Tous Unis Contre Ces Islamophiles!

hôtesses voilées

 Elles porteront le voile
et fermeront leurs gueules !

Ces salauds sont prêts à tout.

Bruno Le Maire et Hollande
ont le même combat.

La polémique sur le voile que les hôtesses de l’air devraient porter lors de l’atterrisage en Iran enfle.

Tant mieux !
Cela montre qu’en 13 ans le problème du voile - qui était circonscrit à l’école - est devenu et un problème de société et un enjeu politique majeur.

Et derrière le voile,
l’islam.

Finalement, on a beau informer et avertir sur le risque du halal, celui des mosquées, celui de la place de l’islam ou du ramadan dans l’entreprise, l’immense majorité des gens et des politiques s’en moquent comme du coran.

Mais le voile… quand même… Au pays d’Olympe de Gouges, ça a du mal à passer.

Et l’augmentation exponentielle des voiles dans la rue, dans le quotidien de chacun choque, dérange, interpelle… indéniablement.

Enfin, ne dérange pas tout le monde.

Non seulement le gouvernement -sans surprise-, par la voix de « Le Guen », secrétaire d’Etat aux  relations au parlement, affirme sans rire :

«Dans le pays où l’on est, on doit respecter la loi.
En France, on ne doit pas porter la « burqa ».
Si la loi iranienne prévoit cela, il appartient effectivement à la compagnie « Air France » de se soumettre à la loi iranienne, à partir du moment où la compagnie a décidé d’aller en Iran.»

A nous les dollars iraniens !
A nous les voix des chiites en France !
Et un de ceux qui se verraient bien Président de la France, Bruno Le Maire, est encore plus directif :

«On respecte la culture française en France (…)
Mais on respecte aussi la culture des autres pays»
,

tranche le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire, invité dimanche soir sur BFM.

«En Iran, que cela nous plaise ou non à nous tous qui participons à cette émission, on porte le voile.
Je suis allé à Téhéran avec ma femme il y a quelques années.
Aussitôt que nous avons posé le pied sur le sol iranien, et bien ma femme a dû mettre un voile intégral.
C’est comme ça, ça fait partie de la tradition de Téhéran et des iraniens»
,

juge l’ancien ministre de l’Agriculture.

«Ce que je ne souhaite pas c’est que l’on impose au personnel d’ « Air France » des pratiques ou des cultures qui ne seraient pas conformes à la culture française, tant que l’on est sur le sol français ou tant que l’on est dans un avion de la ligne Air France.
Du moment où le personnel arrive sur sol iranien, et que sur le sol iranien, que cela plaise ou non, les femmes sont voilées, elles porteront le voile.»

On dirait que le régime totalitaire voulu par Hollande et ses sbires convient bien à celui qui aimerait leur succéder.
Voilà un pauvre type, qui n’est rien et aspire à être tout, qui considère les hôtesses de l’air comme des esclaves devant obéir :

que cela plaise ou non, les femmes sont voilées, elles porteront le voile ! 

Le pauvre type en question disait, il y a quelques années, que ce n’était pas aux politiques de s’emparer des religions.
Ah bon ?
Et la religion des hôtesses de l’air qui leur interdit de se voiler, il se torche avec ?

Le pauvre type en question avoue sans état d’âme et sans honte que sa femme s’est voilée…
Il a préféré voiler sa femme plutôt que de renoncer à un séjour au pays des mollahs…
Quel était le but et l’intérêt de ce voyage, monsieur Le Maire ?
Qui le finançait ?

Le pauvre type en question a nié malgré les preuves qu’il y ait plus de la moitié des animaux abattus en France qui le soient selon le rite « halal » (il a osé parler de 14 % !!!!).
Il a même refusé tout étiquetage de la viande « halal » qui aurait permis au consommateur de ne pas consommer « halal » à l’insu de son plein gré, prétendant que ce serait du ressort de l’UE.
Ce qui est faux.
L’UE s’occupe de l’ »étiquette de base », elle ne peut empêcher un pays d’ajouter des « précisions supplémentaires »…
Qui lui a demandé de le faire ?
Quels sont ses intérêts ?
Entre le voile,  le « halal » et ses voyages en pays musulman…
On a le droit de se poser des questions !

On rappellera juste en passant à Hollande, Le Guen et Le Maire que le principe de réciprocité qu’ils prétendent appliquer, ils se gardent bien de faire en sorte qu’il existe dans notre pays.

Ce n’est pas la « burka » qu’il faut opposer mais le voile.

– Or, qui se couche devant le voile des mères accompagnatrices à l’école ?

– Qui accepte que des nounous soient voilées et reçoivent des Conseils généraux leurs agréments ?

– Qui accepte des filles voilées dans NOS universités ?

– Qui accepte que les mères voilées entrent dans nos écoles et nos administrations ?

– Qui accepte un médecin voilé dans un hôpital ?

– Qui accepte et encourage des salles de prière, des dérogations pour le ramadan à la RATP, à la SNCF, ne sévit pas quand les hommes refusent de serrer les mains de NOS femmes ?

C’est notre culture, vraiment, tout cela ?

Ils osent dire que notre culture serait respectée en France… ? ! ?

Le halal, les mosquées, les entrées et salles séparées pour les hommes et les femmes dans les mosquées et dans les réunions musulmanes, sur le territoire français, c’est la culture française, vraiment ?

Bref, pour changer, nos traditions, notre culture, notre patrimoine… sont foulés aux pieds, méprisés et tenus pour rien et ceux des étrangers montés au pinacle.

Hollande et Le Maire bons pour êtres les premiers sur la liste pour le prochain procès de Nuremberg.
Je les verrais bien obligés de vivre en « burka » tout le reste de leur vie,
tout en accomplissant les travaux forcés les plus pénibles et les moins ragoûtants…

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu   du 05/04/2016

Ils pensent ne craindre rien car ils font partie du sexe « dit fort » même s’ils préconisent le « gender » !
Ce ne sont que des guignols qui s’agitent de façon burlesque et seront « liquidés » quand ils auront cessé d’être utiles dans un programme dont ils ne conçoivent même pas l’étendue…dans l’espace et dans le temps.
Restons optimistes, ce programme n’a jamais abouti car la race humaine n’est pas maîtresse des impondérables qui arrivent toujours au bon moment pour la sauver des rapaces !

Bien-Être Animal Bafoué En Allemagne !

attention petit

Le Fric dissimule
des Souffrances !

Chaque année, en Allemagne, des millions de poussins à peine sortis de l’œuf sont broyés, faute de valeur pour l’industrie.

Berlin refuse d’interdire cette pratique.

Dans les couvoirs industriels, les poussins mâles et femelles sont séparés dès la naissance.
Les femelles sont emmenées vers les poulaillers pour être élevées et produire des œufs,
alors que les mâles sont tués dans des broyeuses ou à l’aide de dioxyde de carbone.

L’industrie ne voit pas l’intérêt de garder les poussins mâles.

Rien qu’en Allemagne, entre 45 et 500 millions de poussins sont tués tous les ans, une violation directe des lois sur le bien-être animal, selon la plupart des experts, parce que les poussins souffrent en général lors de leur mort.
La coalition gouvernementale, composée de l’Union chrétienne-démocrate (« CDU »), de l’Union chrétienne-sociale (« CSU ») et du Parti social-démocrate (« SPD »), a décidé de ne pas interdire cette pratique, pour des raisons économiques.

« L’amélioration du bien-être animal ne se fait pas en interdisant des pratiques,
mais en coopérant avec les éleveurs »
,

indique « Dieter Stier » (« CDU »), qui explique qu’il faut éviter la délocalisation des élevages.

« Le flou entretenu par le ministre de l’Agriculture, « Christian Schmidt », autour de ce sujet le pousse vers une faillite politique »,

estime pourtant « Friedrich Ostendorff », porte-parole des Verts sur la politique agricole.

Les Verts veulent en effet abolir l’abattage des mâles et ont demandé au parlement d’interdire l’abattage des poussins d’à peine un jour.
Les régions allemandes soutiennent cette idée.
Les autorités régionales avaient déjà dénoncé le massacre des jeunes poussins, qu’elles jugent incompatible avec la législation.
Le bien-être animal est une problématique très sensible en Allemagne, où il fait l’objet d’une des réglementations les plus strictes du monde le plus souvent.

Il n’y a pas qu’en Allemagne que cette pratique est encore légale.
La législation européenne prévoit pourtant une réduction maximale de la souffrance lors de l’abattage des animaux.
En ce qui concerne les poussins mâles, les règlements de la Commission précisent que les animaux ne peuvent être abattus après 72 heures de vie, et qu’il faut s’assurer que les machines de broyage ne soient pas surchargées.
Les données récoltées avant 2009 montrent que plus de 330 millions de poussins d’un jour ont été tués dans l’UE.

En France, des scandales ont récemment éclatés après la publication de vidéos tournées dans des abattoirs, qui montrent la négligence et parfois la cruauté des employés et l’inefficacité des processus de mise à mort.
Une commission d’enquête parlementaire a été lancée, et le gouvernement s’est engagé à surveiller plus sérieusement les abattoirs, où la violence de certains comportements est dénoncé par l’association militante L214, notamment dans cette vidéo.

source « Nicole Sagener » pour « EurActiv.de »
traduction : « Manon Flausch »

http://www.euractiv.fr   du 04/04/2016

1...678910...86

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43