Archive par auteur

Le Cauchemar Du Jour

JEAN-LUC   MELENCHON   SE   VERRAIT   BIEN   PREMIER   MINISTRE   !

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche, a déclaré n’être « plus le même homme qu’avant » un an après la présidentielle, il a évoqué une ambition de devenir premier ministre, ce qui ne lui ferait « pas peur ».
Interrogé sur son score inférieur à Marine le Pen, au premier tour des élections présidentielles, il a estimé avoir « été humilié pour son pays, pas pour [lui] ».
Il a par ailleurs justifié sa candidature à Hénin-Beaumont aux législatives.
« Je ne peux pas être un de ces chefs que l’on met sur le bord de la cheminée, comme une statue, une icône », estime-t-il.
Il nie en tout cas avoir reçu toute proposition de participation au gouvernement de Jean-Marc Ayrault.
« J’avais dit que je n’irai pas. Donc on ne m’a rien proposé… », explique-t-il.
Interrogé quant au fait de lui faire une telle proposition, Jean-Luc Mélenchon préfère évoquer le poste de Premier ministre :
« Ce gouvernement-là ?
Oh non… Diriger un gouvernement, oui, mais pour changer complètement de cap… » et déclare même qu’il s’agit là d’une véritable ambition :
« Bien sûr, c’est le but.
François Hollande avait une chance de faire quelque chose de bien, il l’a ratée.
Il peut se rattraper… Il peut me nommer Premier ministre.
Je n’ai pas peur », conclut le leader du Parti de gauche.

Ainsi, l’homme qui estime que les plus belles personnes sont de couleur marron et qui considèrent les musulmans comme l’avenir de la France se verrait bien à Matignon.

Et si Flan-Flan 1er se décidait un jour à nous réserver cette magnifique surprise ?
Remarquez, avec son objectif déjà atteint de devenir le président le plus impopulaire de la Vème République en un minimum de temps, il est sans doute capable d’aller encore plus loin…

Julien Lemaire

Source : « fr.novopress.info » du 22/04/2013

Pourquoi pas s’il n’y a que la révolution comme ultime solution ?
Je ne sais pas si le gouvernement tiendrait bien longtemps avec lui comme premier ministre, il ne sait pas parler
.

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Droits De Succession.

 

Droits De Succession. dans Famille notaires-e1373996990769

 

JE   DESHERITE   MES   ENFANTS . . . OU   PRESQUE   !

Long à lire mais lisez tout de même, que vous sachiez où nous allons avec ce gouvernement
Faites la donation de votre VIVANT !!!
Il vaut mieux vendre que de laisser un héritage, il vaut mieux donner d’une autre manière.
Vos enfants comme les miens, petit à petit seront déhérités…au bénéfice de gens qui auront « gagné » un droit de vote et de grève !

Désolé, mes enfants, j’ai beaucoup travaillé pour moi, pour vous, pour vos enfants…et à ma mort, le fisc va se ruer sur mon capital pour vous déposséder !

Votez pour la Gauche, « vous partagerez équitablement »
Mais oui, vous donnerez aux fainéants le fruit du travail de vos parents !
Attention ! Il y a un grave danger dans les droits de succession !
Les notaires sont débordés depuis quelques jours.
En clair, quand tu es mort, la vente de ta maison qui leur revient est bien amoindrie :
Hollande t’en a piqué une bonne partie pour donner à… TU SAIS…les nouveaux arrivants qu’il vise à récupérer dans son électorat !

Grand danger pour les classes moyennes.
En lisant l’opuscule que Monsieur HOLLANDE a distribué à tout va, il annonce, en page 16, les mesures en matière de défiscalisation sur les successions.
Nous prendrait-il pour des gens qui ne savent pas lire entre les lignes !
Voici ce dont il s’agit :
Jusqu’à présent, un enfant héritant de ses parents bénéficiait de 159.325 euros d’abattement par parent, soit 318.650 euros, sans être frappé par la fiscalité
Avec ce système, la préservation du patrimoine entre générations était assuré pour une majorité de FRANÇAIS MOYENS.
Monsieur HOLLANDE nous annonce que « l’abattement sur les successions sera ramené 100.000 euros par enfant ».
Il n’est plus question de 159.325 euros par enfant et par parent, mais de 100 000 euros d’abattement, pour solde de tous comptes.
Cela signifie simplement que les enfants d’un couple de français moyens, de droite comme de gauche devront reverser à l’Etat une grosse partie du fruit du travail de leurs parents.
Les socialistes appellent ça la « redistribution », mais ce sont toujours les même qui distribuent… et les mêmes qui profitent !

Illustration :
Pour un patrimoine transmissible de 500.000 euros avec deux enfants :
-Dans un système normal, la fiscalité n’aurait frappé les deux héritiers qu’à partir de 637.300 euros.
Le patrimoine familial aurait été donc préservé et le travail des parents totalement transmissible.
-Dans le système HOLLANDE, les héritiers seront taxés sur la différence entre la valeur du patrimoine transmis et l’abattement de 200.000 euros (100.000 euros par enfant) soit 300.000 euros.
Selon le barème de ce jour : (http ://vosdroits.service-public.fr/F456.xhtml)
(tranche imposable de 15.932 à 552.324 euros : 20% )
Ils devraient subir un prélèvement fiscal de 60.000 euros (30.000 euros chacun).

Hollande n’aime pas les propriétaires.
Il préfère ceux qui ne font rien et sont assistés, car ceux-là vont voter pour lui afin qu’il fasse un second mandat de 5 ans…
Les socialistes génèrent de la paupérisation pour doper leur électorat !
Où est donc la protection de la classe moyenne, plus particulièrement de ses enfants ? .
Où est la préservation des générations futures, mise en avant par le candidat socialiste ?
Comment dynamiser l’économie par une relance de la consommation en puisant sur les revenus des générations futures ?

Cela ne fait que commencer ! ! ! !
Vous qui lisez cette simple démonstration, faites savoir à votre entourage les dangers qui guettent nos enfants.
Dénoncez publiquement les moyens discrets mais combien dangereux, envisagés par monsieur HOLLANDE, pour voler le produit acquis par le Français qui travaille.

Il n’existe aucun autre pays où les impôts de succession soient aussi lourds qu’en France

Un autre courriel qui ne risque pas d’être évoqué dans une « téléréalité » !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Recommandations Utiles !

PRENEZ   SOIN   DE   VOUS,   POUR   CONTINUER   A   MANIFESTER   ET   NE   RIEN   LACHER   !

Dans les nombreuses vidéos amateur qui fleurissent sur la toile, il est trop courant de voir les journalistes reculer au premier jet de gaz… voire même arrêter de filmer et poser leur caméra…
Parfois aussi, ils se réfugient derrière les policiers.
Comment peut-on avoir l’ambition de faire de l’information dans ces conditions ?

Sortez couverts
Se protéger des lacrymos est extrêmement simple.
J’ai donné quelques liens instructifs dans mon billet sur la manif du 24 mars, dont l’usage a été commenté dans mon billet sur les événements des Champs-Élysées.
Non, une carte de presse ne protège pas des gaz lacrymogènes.
Je récapitule les informations de base.

Les yeux
Il faut se protéger les yeux, c’est le plus important.
Les lunettes de piscines sont certainement ce qu’il y a de plus efficace.
On trouve facilement des lunettes de piscines non assombries, ce qui garantie une vue correcte même la nuit.
Les masques de skis sont moins efficace parce qu’ils ne sont pas étanches, et puis leur forte teinte est gênante en cas de faible luminosité.
Il est très fortement déconseillé de porter des lentilles, car l’agent lacrymogène peut se fixer sous la lentille ce qui augmente dramatiquement l’effet et peut entraîner des complications graves.
En cas d’exposition avec des lentilles, il faut les faire retirer rapidement par quelqu’un dont les mains n’ont pas été contaminées.

La bouche et le nez
Il faut se protéger la bouche et le nez pour deux raisons, la première c’est que le système respiratoire communique avec le système lacrymal, donc si vous inspirez une pleine bouffée de gaz lacrymogène vos lunettes seront bien inutiles.
La seconde raison c’est que le gaz provoque gênes et irritations respiratoires.
Un masque de chirurgien est efficace, un foulard ou une simple écharpe également.
Cependant, leur efficacité n’est pas garantie s’ils sont fortement imbibés suite à une aspersion directe.
Certains recommandent d’imbiber le foulard de vinaigre ou de citron, l’acidité filtrant les gaz.
Plus cher, un masque de peintre avec filtre peut se révéler très efficace.
Évidemment, un masque à gaz militaire est certainement ce qu’il y a de plus efficace, mais en plus d’avoir des doutes quand à sa légalité, son image est associée à de nombreux drames et sa présence participe à la montée de tension.
Ce n’est donc pas une bonne idée.
Ce n’est pas à un journaliste de stresser les citoyens ni les forces de l’ordre.
Il est très fortement déconseillé de s’exposer aux gaz en cas d’antécédent asthmatique.

Les mains
Ne pas se frotter les yeux, d’une part cela augmente la sécrétion lacrymale qui réagit avec le gaz et augmente donc son efficacité, d’autre part vos mains sont certainement contaminées.
Il faut donc veiller à éviter de toucher son nez ou sa bouche avec sa main…
Le port de gants est conseillé, il permet de maintenir les mains propre.
Cela permet de porter secours ou de se soigner avec des mains propres une fois à l’écart.

Après exposition
Ne pas fermer les yeux après exposition, pour ne pas emprisonner le gaz sous les paupières ce qui augmenterai son effet, mais ouvrir grand les yeux afin que les larmes s’écoulent avec le produit.
Si vous avez fermé les yeux avant exposition mais que le système lacrymal est atteint malgré tout par le système respiratoire, il faut alors ouvrir grand les yeux.

Précautions supplémentaires
Bien protégé, il devient facile de s’approcher sur les lieux d’altercations, et vous pouvez facilement être embarqué par des policiers qui ont reçu l’ordre de faire du chiffre…
C’est contre ça, et uniquement cela que sert une carte de presse…

Témoignage personnel
J’ai testé pour vous la simple combinaison « écharpe et lunettes de piscine » lors de La Manif Pour Tous du 24 mars sur l’avenue Foch ainsi que sur les Champs-Élysées ce même jour, c’est drôlement efficace.
Tellement efficace qu’on peut facilement se faire surprendre et se retrouver seul au milieu des policiers, ce qui est moins drôle…
Si vous n’avez pas de carte de presse, soyez vigilants !

Thomas Debesse

Source : « NDF.fr » du 22/04/2013

Les dés ont été pipés, on verra cette loi passer, nous allons vers des semaines agitées mais il ne faut rien lâcher.
S’est-on demandé aussi, qui serait le chef de cette future famille « singulière » ?
Vraiment, c’est la civilisation humaine qui est détruite par cette loi !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Déjà Au Royaume -Uni !

LA   GRANDE   BRETAGNE   VEUT   MONTRER   L’EXEMPLE   A   L’EUROPE

Après une inspection par l’Eglise d’Angleterre en 2011, des mesures « exceptionnelles » ont été prises

-Dans une école anglicane où 75% des élèves sont musulmans, on abandonne les chants chrétiens lors des assemblées, réunions ou rassemblements.
-A « Slough », « Eton Church of England Business » et « Enterprise College » où les élèves musulmans sont à 75%, les réunions quotidiennes ne sont plus basées spécifiquement sur la Bible mais peuvent y faire référence comme à d’autres textes religieux
-A « Slough », ont été crées des salles de prières séparées pour les garçons et pour les filles.
-Toujours à « Slough »,toute la viande servie à plus de mille élèves entre 11 et 19 ans est halal !

Ci_dessous, un courriel d’un ami anglais dont j’ai essayé de traduire la teneur, excepté le passage mis en gras car je vois de moins en moins de valeurs chrétiennes dans ces écoles.
Le Principal disait que les valeurs chrétiennes étaient essentielles à la vie scolaire.
Que va devenir la France ?

courriel
Anglican school where 75% of the pupils are Muslim drops Christian hymns from assemblies

Hymns have been dropped from assemblies at a Church of England school which has also introduced separate prayer rooms for girls and boys to cater to its mostly Muslim students.
Daily assemblies at Slough and Eton Church of England Business and Enterprise College, where 75 per cent of pupils are Muslim, are not based specifically on the Bible, but may make reference to it alongside other religious texts.
All of the the meat served at the secondary school, which has over 1,000 pupils aged between 11 and 19, is halal.

Secondary school in Slough has separate prayer rooms for boys and girls
Daily assemblies place the Bible on a par with other religious texts
Headteacher Paul McAteer said Christian values were central to school life
It was rated ‘outstanding’ after a Church of England inspection in 2011

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Boston, Dérive Djihadiste

LA   DERIVE   DJIHADISTE   DES   DEUX   FRERES   TCHETCHENES   TSARNAIEV

Arrivés aux États-Unis en 2003, les frères Tsarnaïev sont suspectés d’être les auteurs des attentats de Boston.
Ce n’était d’abord que deux silhouettes floues, entraperçues sur des caméras de vidéosurveillance.
Deux individus naviguant dans la foule, casquette vissée sur la tête, l’une à l’endroit et noire, l’autre à l’envers et blanche.
Puis deux noms et deux trajectoires personnelles sont apparus, alimentés par les médias américains et une foule croissante de témoins ayant connu ces deux frères d’origine tchétchène : Tamerlan et Djokhar Tsarnaïev.
Tamerlan avait 26 ans.
Pour le FBI, il était le «suspect numéro un», celui à la casquette noire.
Djokhar, s’il est toujours en vie, aurait 19 ans.
Pour le FBI, il est le «suspect numéro deux», celui à la casquette blanche.

«Je n’ai pas d’ami américain»
Si leurs traits sont désormais connus, leurs motivations restent pour l’heure mystérieuses.
Le parcours des frères Tsarnaïev commence au Daguestan, une république russe du Caucase frontalière de la Tchétchénie.
C’est là que Tamerlan serait né.
La guerre russo-tchétchène pousse leur famille vers l’exil.
Ils échouent au Kirghizistan avant de rallier les États-Unis en 2003, comme le confirme Ruslan Tsarni, un oncle résidant à Montgomery Village (Maryland).
En 2004, Tamerlan commence sa carrière de boxeur dans un club de quartier à Boston.
Sérieux et appliqué, le Tchétchène rafle plusieurs titres régionaux, deux « Golden Gloves » (gants en or) et se fera même couronner champion de Nouvelle-Angleterre des poids lourds en 2010.
Large d’épaules, le cheveu ras et les yeux noirs, Tamerlan rêve de faire une carrière professionnelle dans la boxe, tandis qu’il boucle ses études au « Bunker Hill Community College » de Boston.
Dans une série de portraits réalisée par le photographe Johannes Hirn et intitulée «Boxing for passport» (il boxe pour obtenir un passeport), Tamerlan confie qu’il est très religieux, «ne boit plus, ne fume plus», rêve de «représenter les États-Unis aux Jeux olympiques», et de décrocher la nationalité américaine.
Les choses se corsent en 2009.
Tamerlan part représenter la Nouvelle-Angleterre aux « Golden Gloves nationaux » à Salt Lake City (Utah).
Il domine son adversaire, mais les juges lui volent sa victoire.
Cette injustice a-t-elle laissé des traces?
Plus tard, il est arrêté brièvement par la police pour violences sur sa petite amie, une jeune et jolie jeune fille d’origine italo-portugaise.
On l’aperçoit, le sourire éclatant, lui servant de « sparring-partner » à la boxe.
Au photographe, Tamerlan précise: «Je n’ai aucun ami américain, je n’arrive pas à les comprendre.»
Que se passe-t-il alors?
Les informations restent parcellaires.
La dérive religieuse de Tamerlan s’accentue, comme en attestent les vidéos islamiques mises en ligne sur son compte YouTube, la dernière en février.
Sur le site de vente littéraire Amazon, ses consultations en disent long sur ses préoccupations récentes:
Ouvrages portant sur le djihad, la confection de faux papiers à domicile, le crime organisé, la résistance tchétchène face à l’armée russe.
«Quelqu’un les a radicalisés», s’indigne l’oncle Tsarni.

Une bourse de la ville de Boston
L’histoire de Djokhar semble pourtant différente.
Divers témoignages font état d’un garçon jovial, bien intégré, bien dans sa peau, faisant la fête, n’hésitant pas à boire et à fumer à l’occasion.
Chevelure noire et drue, Djokhar est décrit par tous comme un «remarquable athlète», ayant pratiqué la lutte gréco-romaine alors qu’il fréquentait le « Bunker Hill Community College », comme son frère avant lui.
En mai 2011, Djokhar décrochera même une bourse de 2.500 dollars décernée par la ville de Boston, pour lui permettre de poursuivre sa carrière de lutteur.
Il étudiait depuis à l’université du Massachusetts, à Dartmouth, et résidait sur le campus dans le hall Pinedale.
Tous les lundis, il jouait dans l’équipe de football de sa faculté, mais pour la première fois, cette semaine, il n’était pas à l’entraînement.

Comment ce jeune homme a-t-il pu renier cette Amérique qui lui tendait les bras ?
«Ce genre de scénario n’est pas nouveau, commente Phil Mudd, expert sur le terrorisme à la « New America Foundation ».
Vous avez un frère aîné qui convainc le plus jeune d’agir, qui lui répète que la bonne chose à faire est de perpétrer un acte terroriste, lorsque l’Amérique agresse des pays musulmans et commet des crimes innommables

Source : « lefigaro.fr » du 20/04/2013

Aucun détail sur nos écrans au sujet de ces frères.

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Boston, La Traque !

DANS   LA   VILLE   EN   ETAT   DE   SIEGE,   L’INCROYABLE   TRAQUE   DES   TERRORISTES

Des centaines de policiers avaient bouclé vendredi le quartier de Watertown
La nuit est tombée sur le « Massachusetts Institute of Technology », prestigieux centre universitaire situé sur les bords de la rivière Charles, à deux pas de Boston.
Il est 22 h 15, ce jeudi, et Djokhar Tsarnaïev pénètre dans un magasin 7/11, petite épicerie de dépannage ouverte 24 heures sur 24 pour les besoins du campus.
Malgré ses allures d’adolescent, son sweater gris et sa capuche sur la tête, ce jeune homme de 19 ans aux cheveux noirs ondulés et aux yeux sombres n’est pas un étudiant venu se ravitailler en prévision d’une longue soirée de travail, en pleine révision des examens du printemps.
Depuis 17 h 30, il a été identifié comme l’un des deux suspects recherchés activement par le FBI dans l’affaire des attentats terroristes de Boston.
Lors d’une conférence de presse extraordinaire, l’agent du contre-espionnage américain en charge de l’enquête, Richard DesLauriers, a divulgué des photos et des vidéos le montrant en compagnie de son frère aîné Tamerlan, casquettes vissées sur la tête, harnachés de sacs à dos et marchant dans la foule, juste avant les attaques.
Âgé de 26 ans, l’aîné est apparemment le «cerveau» de ce triste duo, portant casquette noire sur les clichés de lundi.
Il a été identifié comme le «suspect numéro 1» par le FBI.
Djokhar, qui arbore, lui, une casquette blanche le jour du marathon, est le «suspect numéro 2» et le FBI a précisé avoir une photo de lui déposant son sac à dos sur le bord de la route où vont exploser les bombes quelques minutes plus tard.

«Ils essaient de me tuer »
Les deux frères, dont les noms ne seront dévoilés que vendredi matin, ont passé les trois jours précédents à vaquer à leurs occupations comme si de rien n’était, Djokhar se rendant même sur le campus de son université, « UMassDartmouth », et au gymnase pour faire de l’exercice, autant de décisions qui frappent par leur extraordinaire naïveté et qui semblent indiquer que les deux frères agissaient seuls, en «loups solitaires », selon la formule consacrée américaine.
Mais ce jeudi, sur le campus du « MIT », alors que leurs photos sont en train de faire le tour des médias du monde, comprenant, bien tard, que l’étau du FBI va se refermer sur eux.
Leur tentative de fuite les conduit à l’intérieur du 7/11 de la place Kendall, tout près de l’endroit où ils vivent à Cambridge.
Ont-ils tenté d’acheter quelque chose avant d’être identifiés par le vendeur?
Le brouillard pèse encore sur ce premier épisode d’une folle nuit qui va se transformer en une surréaliste chasse à l’homme, qui se poursuivait vendredi après-midi.
Ce que l’on sait, c’est que les deux frères vont tenter un cambriolage du magasin, qui va dégénérer en altercation avec l’officier de police Sean Collier, en patrouille dans le secteur.
À 10 h 20, un étudiant en science, présent dans le bâtiment 76 du MIT, entend des coups de feu, selon le journal étudiant du campus. Il appelle les urgences de la police, au 911.
Quand un autre officier de police parvient sur les lieux, il découvre Sean Collier abattu de plusieurs balles à la tête, au carrefour des rues Vassar et Main.
Il avait 26 ans.
Les deux suspects se sont enfuis à bord de son véhicule.
Tandis que l’alerte est donnée et qu’une armada de forces de police converge vers les lieux du crime pour tenter de les rattraper, Tamerlan et Djokhar interceptent une Mercedes SUV et poursuivent leur folle échappée.
Pendant trente minutes, ils gardent le chauffeur en otage avant de le relâcher sur Memorial Drive, à proximité d’une station essence. Installé derrière son comptoir, le vendeur Tarik Ahmed voit débouler le miraculé, livide et effrayé, selon un récit rapporté par le « New York Daily News ».
«Appelez la police, appelez la police! lui crie-t-il.
Ces gens essaient de me tuer.»
Ahmed le laisse téléphoner.
«Il tremblait, il était très effrayé.»
Pendant ce temps, les deux terroristes présumés foncent vers l’ouest, le long de la Charles River, en direction de Watertown, petite ville tranquille de 32 000 habitants semée de maisons individuelles et de jardins, située à 12 kilomètres de Boston.
Les forces de l’ordre les prennent en chasse.
En quelques minutes, la petite bourgade va se transformer en zone de guerre.
Vers 0 h 45, un échange de coups de feu extrêmement violent éclate au carrefour des rues Laurel et Dexter.
Les tirs sont apparemment très nourris.
Un film amateur, qui a été diffusé sur YouTube, a saisi au vif cette surréaliste fusillade.
On ne voit pas grand-chose dans une nuit noire comme un four, à part les phares jaunes et les girophares bleus de voitures de police. Mais le crépitement des balles est impressionnant.
Les suspects auraient lancé des grenades explosives depuis leur voiture, blessant grièvement un officier de police.
Le suspect numéro 1, Tamerlan Tsarnaïev, tombe à son tour.
Il est transporté en urgence à l’hôpital Beth Israël Deaconess Medical Center, où il mourra de multiples blessures par balles plus tard dans la nuit.
En revanche, son jeune frère Djokhar s’échappe avec sa voiture, qu’il finit par abandonner dans une rue de Watertown.
L’aube pointe sur une Amérique stupéfiée, qui a pu suivre en direct les événements, toutes les chaînes américaines ayant travaillé en direct, toute la nuit sur les lieux de la bataille.
À 4 h 30 du matin, un officier de police tient une conférence de presse pour appeler la population à se calfeutrer chez elle et à n’ouvrir les portes sous aucun prétexte, sauf bien sûr en cas de visite des forces de police.
Celles-ci ont convergé par centaines vers Watertown, se déployant partout pour un minutieux quadrillage.
Dans les rues, les habitants choqués peuvent apercevoir à chaque carrefour les hommes des forces spéciales de la police de Boston et du Massachusetts, vêtus de noir, harnachés de gilets pare-balles, casqués et protégés jusqu’au menton.
Des centaines d’autres agents de police et de la garde nationale sont présents avec divers uniformes.
Ils se déploient, fusil-mitrailleur à la main, frappant aux portes, inspectant les maisons.
Des habitants curieux passent la tête aux fenêtres.

«Ce sont des barbares»
«Voici la vue de ma maison, c’est fou», écrit Shawan England, une habitante qui a « tweeté » une image de son jardin, où l’on aperçoit deux hommes en treillis planqués, fusils à l’épaule.
Toute la région de Boston est comme sous couvre-feu.
Les transports ont été arrêtés, les écoles fermées et la plupart des entreprises ont décidé d’interrompre leur activité pour la journée. On se croirait dans une série télévisée américaine, sauf qu’il s’agit de la réalité.
«C’est très déstabilisant de voir Boston sous ce jour.
Il s’agit d’un lieu tellement convivial», confie Evan Diamond, un ancien de Boston.
À la Maison-Blanche, le président a été « briefé » toute la nuit et la matinée dans la « situation room » par sa conseillère antiterroriste, Lisa Monaco, et les responsables de toutes les agences impliquées.
«Toute cette semaine, nous avons été en confrontation directe avec le mal», a dit le secrétaire d’État John Kerry, ancien sénateur du Massachusetts.
Des informations commencent à poindre sur le passé des deux frères, originaires de la petite république caucasienne de Tchétchénie.
Ce qui frappe, dans les informations qui émergent, c’est qu’ils ont passé une grande partie de leur vie, enfants, en Amérique, où ils sont arrivés en 2002, fuyant l’horreur de la guerre entre les indépendantistes tchétchènes et l’armée russe.
Ils ont étudié dans une école américaine avant de rejoindre un collège local.
Dans la communauté des réfugiés tchétchènes d’Europe et d’Amérique, d’ordinaire très intégrée, c’est la consternation.
Les amis d’université et d’école de Djokhar n’en croient pas non plus leurs oreilles, parlant de lui comme d’un chouette type, toujours souriant et bon camarade.
«Je suis profondément choqué, dévasté», lance Ruslan Tsarni, oncle des deux frères, depuis la petite ville de Gaithersburg dans le Maryland, où il a appris la nouvelle.
«Je suis sans mots.
Ils ne méritent pas d’avoir vécu, ce sont des barbares, j’ai honte, ce sont les fils de mon frère, je n’ai rien à voir avec ces salauds», dit-il encore horrifié, les traitant de «losers», «incapables de trouver leur place dans la société et haïssant tout le monde pour cela».
Au Daguestan, leur père Anzor dit ne pas croire à leur responsabilité.
« Ils ont été piégés par les services spéciaux », dit-il, en plein déni.
Pendant de longues heures encore ce vendredi, le fuyard est resté introuvable.
«Vous pouvez sortir de chez vous, mais restez très vigilants », annoncent les forces de l’ordre lors d’un point de presse, un peu avant sept heures.

La suite ressemble à un scénario de thriller :
Quelques minutes plus tard, un habitant décide de sortir prendre le frais dans son jardin situé sur l’arrière de sa maison, au 67 rue Franklin.
Tandis qu’il marche vers son bateau, un « jouet » qu’il adore, confiera en plaisantant un de ses voisins sur twitter, il découvre des traces de sang sur la housse blanche qui le recouvre.
Pas du genre peureux, notre homme décide de soulever la housse et aperçoit l’adolescent fuyard recherché par des milliers de policiers, tapi au fond et blessé.
Il se précipite dans sa maison pour appeler la police, qui accourt en gros bataillons pour cerner le bateau.
Détail qui en dit long sur les moyens technologiques des forces spéciales américaines, un hélicoptère qui vient tournoyer au dessus du jardin et détecte la chaleur d’un corps grâce à une caméra infrarouge, confirmant les dires du propriétaire du bateau.
Une fusillade nourrie commence, qui paraît interminable sur les vidéos amateurs postées par des voisins sur Internet.
A 8H45, l’équipée tragique et insensée de Dzokhar Tsarnaev s’achève.
Sérieusement blessé, selon la police, il est emmené en détention à l’hôpital « Beth Israël », où son frère est mort la veille de ses blessures et où il va être interrogé.
«Nous l’avons », « twitte » le maire de Boston Thomas Menino.
Dans les rues de la ville, c’est l’explosion de joie.
Les gens sortent dans la rue et applaudissent les véhicules blindés et les patrouilles de police Swat, qui se retirent.
Certains tapent sur les carrosseries pour marquer leur gratitude, en criant « USA ».
Il est vrai que l’enquête et la traque ont été menées de main de maître et en un temps record – à peine 4 jours – par le FBI, en collaboration avec la police de Boston et maintes autres agences.
A 10 heures, le président fait son apparition devant les caméras à la Maison Blanche.
Il exprime sa « profonde gratitude » aux forces de l’ordre.
« L’agenda de haine des deux terroristes a échoué car les Américains refusent de se laisser terroriser », dit Barack Obama, qui appelle le pays à rester fidèle « à l’unité et la diversité qui font sa force », manière de dire que les récents évènements ne doivent pas conduire à ostraciser les musulmans.
Il souligne aussi que maintes questions restent sans réponses et que l’enquête doit continuer pour comprendre « pourquoi » deux jeunes gens grandis aux Etats-Unis ont pu ainsi se retourner contre leur pays d’adoption.

Source : « lefigaro.fr » du 20/04/2013

C’est vrai qu’il fallait comprendre le « ricain »-vraiment très différent de l’anglais appris en classe-, être éveillé à 2 heures du matin car nos écrans n’en pipaient mot.

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Boston Vu De Russie.

LES   ATTAQUES   TCHETCHENES   EN RUSSIE   SONT   DEVENUES   RARES

Si l’enquête américaine le confirme, les meurtriers de Boston seraient les premiers radicaux islamistes russes – originaires du Caucase du Nord – à commettre un attentat sur le sol occidental.

Correspondant à Moscou
Cette nouvelle d’un attentat commis par des islamistes russes a pris de court beaucoup de monde dans le pays et particulièrement au Daguestan, cette petite République islamiste frontalière de la Tchétchénie où auraient vécu et étudié les deux frères Tsarnaïev.
Le Daguestan reste aujourd’hui la région la plus volatile de tout le Caucase du Nord.
Elle concentre le plus grand nombre d’attaques contre les forces de l’ordre.
Pour les Russes néanmoins, les deux frères Tsarnaïev, présentés comme d’origine tchétchène, ne seraient pas des leurs.
Telle est la ligne de défense officielle qui semblait émerger à Moscou.
«Nous ne les connaissons pas.
Ils n’ont pas vécu en Tchétchénie, ils ont vécu et étudié aux États-Unis», a déclaré le président tchétchène, Ramzan Kadyrov.

De fait, les intéressés semblent avoir coupé les ponts depuis longtemps avec leur pays natal.
«Les djihadistes caucasiens sont désormais incorporés dans la nébuleuse du terrorisme international et, même s’ils ont la nationalité russe, ils n’ont plus de lien avec la Russie.
On est face à une nouvelle génération qui se retrouve sous l’influence de recruteurs internationaux menant leur activité dans le monde entier.
Ces terroristes opèrent aujourd’hui partout, et notamment en Syrie», confirme Pavel Salin, directeur du Centre de recherches politiques à l’Université des finances de Moscou.

À neuf mois des Jeux olympiques de Sotchi
Les deux guerres de Tchétchénie (1994-1996 et 1999-2000), qui opposèrent les forces russes aux indépendantistes, ont servi de creuset à ces futurs terroristes.
Défaits par les forces fédérales, les djihadistes ont progressivement essaimé en dehors des frontières.
Pour ceux qui sont restés, le combat indépendantiste est devenu un combat islamiste.
Mais leur pouvoir de nuisance «domestique» s’est effiloché.
Depuis les deux attentats du métro de Moscou (2010) et de l’aéroport de Domodedovo (2011), respectivement commis par des ressortissants daguestanais et ingouches, les attaques sur le sol russe ont baissé en intensité.
Le fait de marginaliser les frères Tsarnaïev permettrait au pouvoir russe de rassurer l’opinion internationale à neuf mois des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, région proche du chaudron caucasien.
Au Daguestan, néanmoins, certains craignent que la tragédie de Boston ne soit utilisée par les forces de l’ordre pour justifier un tour de vis supplémentaire.
Déjà, sur place, les « ONG » locales se plaignent aujourd’hui du caractère «aveugle» de la lutte anti-islamiste.
Le parquet de Russie prétend que 295 «crimes à caractère terroriste» auraient été commis en 2012 au Daguestan, soit trois fois plus que l’année précédente.
Quelques heures après l’attentat de Boston, Poutine avait proposé son aide à Washington et proposé la constitution d’une union sacrée internationale contre le terrorisme.

S’il est avéré que ses auteurs sont russes, Moscou devra mobiliser tout en évitant d’affoler.

Source : « lefigaro.fr » du 20/04/2013

Aucune mention de réactions étrangères ce matin sur nos écrans trop occupés par la libération des otages rentrés du Cameroun où ils ne souhaitent que retourner !
A peine un mot sur ce qui se passe à Boston, encore moins sur le dépôt d’engrais et rien sur le tremblement en Chine !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

La France Des Invisibles.

MANIFESTE   POUR   UNE   NOUVELLE   DISSIDENCE

La grande oppression -

La France et les nations européennes ne vivent plus dans une démocratie mais dans une après-démocratie où l’alternance n’est qu’une illusion.
Ce n’est plus le peuple qui détient le pouvoir, c’est une classe d’oligarques.
Les grands dirigeants financiers, médiatiques, culturels et politiques s’y côtoient.
Ils imposent une idéologie dominante devenue idéologie unique.

1. L’idéologie unique enferme la pensée et l’opinion dans un carré carcéral dont les quatre côtés sont :
– le libre-échangisme économique voulu par les grands oligopoles mondiaux que sont les transnationales ;
– l’antiracisme, négateur des réalités ethniques et culturelles, qui culpabilise les défenseurs de l’identité française et de la civilisation européenne ;
– l’antitradition et l’inversion des valeurs qui bouleversent une expérience multimillénaire et le socle familial ;
– la vision marchande et mercurienne du monde et l’arraisonnement utilitaire de la vie, de la nature, de la culture.
L’idéologie unique assujettit durablement les Français et les Européens aux Anglo-Saxons :
Empêcher la constitution d’une Europe-puissance est d’ailleurs l’une de ses fonctions.

2. L’idéologie unique impose un despotisme mou à travers quatre logiques totalitaires :
– la novlangue, les médias-mensonges et les grandes peurs qui s’imposent par la tyrannie médiatique :
Quiconque s’écarte des vérités officielles est condamné au silence et/ou à la diabolisation ;
– la normalisation des règles et des comportements édictés :
• par les bureaucraties nationales, européennes et mondiales sous l’influence des grands groupes de pression (lobbies) ;
• par les grands cabinets de conseil internationaux : les « Big Four ».
– la théocratie des droits de l’homme qui assujettit les peuples à travers la Cour européenne des droits de l’homme qui interprète dans le sens de la pensée unique la Convention européenne des droits de l’homme ;
– la répression de « Big Brother » qui condamne les crimes contre la pensée grâce aux lois liberticides.

3. Cette idéologie unique a ses gagnants et ses perdants.
-Du côté des gagnants, « la superclasse mondiale » (SCM), trente millions de cosmocrates qui ont plus de points communs entre eux qu’avec le peuple dont ils sont issus.
-Du côté des gagnants aussi, les pays émergents – la Chine notamment – et les bénéficiaires de l’immigration : migrants accédant aux régimes sociaux des pays développés ; employeurs tirant les salaires à la baisse.
-Du côté des gagnants toujours, les minorités ethniques et sexuelles bénéficiant d’un statut valorisé et de la discrimination positive.

-Du côté des perdants, les anciens pays développés dont la puissance s’affaiblit, l’indépendance se rétrécit et la richesse s’amenuise et, en leur sein, les classes moyennes et les classes populaires dont la force de travail est exploitée par les transnationales et mise en concurrence avec celle des pays émergents et celle des migrants.
-Du côté des perdants toujours, les familles européennes dont le modèle de vie est dévalorisé et dont les difficultés à se loger et à trouver de bonnes écoles pour leurs enfants sont amplifiées par l’africanisation et l’islamisation.

La majorité invisible, les autochtones, les Français de souche sont les victimes de la situation.
Ils souffrent de discrimination négative et subissent un processus de domestication.
Ils ont perdu leur souveraineté, ils n’ont pas la possibilité de s’exprimer utilement par référendum.
Les hommes politiques qui les gouvernent ne sont pas des hommes d’Etat mais des médiagogues qui gèrent leur carrière en flattant les médias et en se soumettant à l’idéologie unique.
Face à l’inacceptable, il faut trouver la voie d’une nouvelle dissidence.

 La nouvelle dissidence —

Le système dominant repose sur le déni de cohérence et le déni de réalité.
Vers la fin de l’Union soviétique, ceux qui voyaient la situation en face et osaient la dévoiler étaient qualifiés de dissidents :
Ils avaient pour arme le « samizdat », c’est-à-dire la ronéo et l’anonymat.
Les dissidents du mondialisme ont, eux, à leur disposition Internet et le pseudonymat, c’est-à-dire un outil subversif – la réinfosphère – infiniment plus puissant.
Le rôle de la réinfosphère est de conscientiser l’opinion.

Les attitudes de la dissidence
1. La réinformation est une gymnastique de l’esprit et de l’âme.
Elle consiste à chercher à se faire sa propre opinion pour échapper au conformisme et à la pensée perroquet.
La réinformation consiste à chercher à connaître la réalité du monde à partir d’une expérience directe plutôt qu’à partir des écrans. Et, pour le recours aux écrans, à bannir autant que faire se peut les programmes de télévision au profit de la vidéo ou de la radio à la demande, et bien sûr des sites alternatifs de la réinfosphère.

2.La libération les esprits du formatage de l’idéologie unique.
Libérer les esprits du formatage de l’idéologie unique c’est émanciper les intelligences et les cœurs du politiquement correct, de l’économiquement correct, de l’historiquement correct, du moralement correct, du religieusement correct, de l’artistiquement correct.
Face à la dictature de l’émotion conditionnée, il faut retrouver la voie de la raison et les grandes règles de l’esprit européen :
En dehors des dogmes religieux, ne peut être dit vrai que ce qui peut être librement réfutable.
Toute vérité officielle doit être passée au crible du doute.

3.La force de l’âme.
L’âme puise son énergie dans les racines de la civilisation européenne et chrétienne et se ressource dans un imaginaire millénaire et/ou dans la foi religieuse. Tout ce qui donne à l’homme une vérité intérieure et le libère des pressions de l’urgence et de la contingence le rend plus fort. Il s’agit ici de refuser de se laisser contaminer par les émotions préfabriquées de l’extérieur pour mieux se réapproprier ses propres émotions : celles qui sont liées à sa terre, à son peuple, à sa langue, à son histoire, à sa religion.
Bref, se relier aux émotions de sa famille, de sa lignée, de son clan, de ses coreligionnaires.

4.Le comportement dissident, une action différence.
La dissidence, ce n’est pas seulement réfléchir, c’est aussi agir autrement :
– face au mondialisme économique, faire jouer le localisme, la préférence locale, la préférence nationale, la préférence européenne, le patriotisme économique ;
– face au déracinement pratiquer une écologie humaine et prochaine :
Reprendre le contact avec son territoire de vie et la nature qui l’entoure ;
Accepter comme des contraintes bienfaisantes les lois de la géographie et du climat ;
– face à la société marchande, se méfier des grands oligopoles de distribution ;
– face au cosmopolitisme et à l’antiracisme, défendre son identité :
Choisir l’école de ses enfants ;
S’inscrire dans une logique d’enracinement dans ses choix esthétiques et culturels ;
Préférer l’art caché au « financial art » ;
Face au « globish » pratiquer et respecter la langue française ;
Face à la volonté de métissage des oligarques, cultiver le « nous » (le « Sinn fein » des Irlandais) ;
Face à la mémoire imposée par les maîtres du discours, préférer le souvenir qui renvoie à une réalité charnelle historique :
La transmission familiale des événements tels qu’ils ont été réellement vécus par sa lignée.

5.L’intervention dans la vie de la cité et plutôt à la périphérie qu’au centre.
La dissidence, ce n’est pas un exil intérieur, c’est une étape vers la reconstruction d’un projet communautaire, c’est l’intervention dans la vie de la cité, là où cela peut être efficace, c’est-à-dire plutôt à la périphérie qu’au centre, plutôt dans la vie locale que dans la vie nationale.
La dissidence, c’est susciter des actions identitaires ou y participer :
– contre l’islamisation ou l’africanisation de son quartier ;
– contre l’imposition du « globish » dans son entreprise ou son administration.
Car « les libertés ne sont pas autre chose que des résistances » (Royer-Collard).
La dissidence, c’est aussi agir pour défendre un héritage que l’on aime : pour la protection d’un site ou d’un paysage, d’un monument, d’une église ou d’un musée, éléments de l’identité française et de la civilisation européenne.
La démocratie directe spontanée, l’organisation parajuridique de pétitions et de référendums locaux sont à cet égard de bons moyens d’action.

6.Agir et faire savoir.
Agir et faire savoir et, grâce à Internet, rendre publiques et visibles des actions frappées d’ostracisme par la tyrannie. médiatique.
Agir, c’est aussi se faire entendre des élus, notamment locaux, pour que la pression du peuple compense la pression du Système.

7.La participation à la mobilisation de forces immenses mais endormies des majorités invisibles mais opprimées.
Ces communautés majoritaires économiquement, socialement et culturellement sont rendues invisibles par les oligarchies dirigeantes et les politiques de « diversité » qu’elles mettent en œuvre à l’encontre des majorités.
Ces majorités opprimées sont :
– les classes moyennes et les classes populaires sacrifiées aux intérêts de la finance, et mises en concurrence avec le monde entier sur le marché du travail ;
– les petites et moyennes entreprises victimes du fiscalisme et des oligopoles mondiaux ;
– les familles menacées par la théorie du genre et la culture de mort ;
– les chrétiens et les laïcs, les uns et les autres concernés par l’occupation de l’espace public par l’islamisation ;
– et, bien sûr, les jeunes mâles blancs (« JMB »,expression d’Anne Lauvergeon) objets de toutes les culpabilisations et cumulant contre eux toutes les discriminations (comme jeunes, comme hommes, comme Blancs).
Les jeunes hommes blancs (JMB) ont vocation à sortir la vieille Europe de sa dormition.
Il y a dans tous ces groupes, pour peu qu’ils prennent conscience de leur force, tous les ingrédients d’une révolte susceptible de porter une vague de populisme, courant d’opinion qu’il faut assumer sans complexe.

Vers la révolte du peuple ? -
Allant bien au-delà de l’exil intérieur, la dissidence prend de l’ampleur, sur Internet mais aussi sur les réseaux sociaux et sur les réseaux territoriaux.
La réappropriation de son environnement géographique et humain est une exigence croissante.
De même que la prise de conscience par le peuple qu’il a un ennemi :
La superclasse mondiale et les maîtres du discours qui la servent.
Avant-garde d’un mouvement qui va en s’approfondissant, le comportement dissident se nourrit d’une prise de conscience des méfaits du Système mondialiste dominant.
Et cette prise de conscience conduit à renouer avec le génie français et l’identité européenne :
Recherche de la vérité, recours aux arts figuratifs, respect des traditions, goût de la liberté, défense de la langue et des patries charnelles.

La dissidence libère les esprits et forge les âmes : elle est l’étape préalable à la révolte du peuple.

Contre la loi Taubira, la France des invisibles s’est réveillée et multiplie les actions de protestation contre la dictature des minorités et du politiquement correct.

Source : « fr.novopress.info » du 19/04/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Double Vue de L’Europe.

FAITS    DIVERS    DE    L’EUROPE    ENVAHIE

Le fait divers marche.
Apportant depuis deux ans, pour les informations étrangères, ma modeste contribution à « Novopress », j’observe que les violences, délits, crimes commis par des immigrés, a fortiori si ces immigrés sont musulmans, intéressent toujours.
Les articles de ce genre, que je ne fais guère que traduire de l’anglais, de l’allemand, de l’italien surtout, sont vus, « aimés », « tweetés », repris sur d’autres sites beaucoup plus que le reste de ma production.
Je ne m’en réjouis certes pas – je préférerais, par vanité d’auteur, que l’intérêt se portât sur des textes qui m’ont coûté un peu plus de temps et de réflexion –, mais je le constate.
Ces articles nous valent régulièrement aussi, depuis qu’il est possible de commenter sur « Novopress », des commentaires peu amènes, y compris de la part de lecteurs qui ne semblent pas être des maniaques ou des salariés de l’antiracisme.
« Ce genre de fait divers n’apporte strictement rien à votre ligne éditoriale… »
« Hé bien, « Novopress » ne s’arrange pas ! les faits divers du « Parisien libéré ».
Bravo les gars, vous allez faire triompher les idées d’enracinement comme cela ! »
Pareilles protestations sont d’abord une réaction de classe.

Le fait divers est traditionnellement associé à la presse populaire.
Le terme même, qui n’a pas d’équivalent littéral dans les autres langues, apparut en français sous le Second Empire – on parlait jusque là de canards –, en même temps que « Le Petit Journal », le premier quotidien français à un sou, spécialisé dans le sang à la une. Jusqu’au milieu du XXème siècle voire plus récemment encore, un journal de faits divers, c’était ce qu’on appelait dédaigneusement un « journal de concierge », tandis que les quotidiens bourgeois donnaient les vraies informations :
Les débats à la Chambre des députés, les cours de la Bourse, le carnet mondain…

Mais nous n’en sommes plus là.
Les historiens, qui l’avaient longtemps méprisé avec les autres, ont découvert l’intérêt du fait divers, à la fois en lui-même et par la mystérieuse fascination qu’il exerce.
Il y a déjà trente ans, en 1983, que les Annales ESC, comme elles s’appelaient alors, une des plus prestigieuses revues historiques françaises, publiaient un numéro spécial, « Fait divers, fait d’histoire ».
Marc Ferro soulignait en introduction :
« Le fait divers constitue un objet d’histoire privilégié.
Comme révélateur, il signale les crises du tissu social, économique, politique, ou du système des valeurs.
Il joue le rôle, en quelque sorte, d’un indicateur de santé ».
Le fait divers de l’immigration révèle, tout simplement, que les sociétés européennes sont malades de l’immigration.
Perçant un instant le voile de mensonge persévéramment tissu par les politiciens, les journalistes et les archevêques, il donne à voir ce que vivent tous les jours les autochtones, les injures, les agressions, les viols, les lois qu’on refuse à dessein d’appliquer, le racisme anti-blanc, les capitulations toujours plus abjectes et jamais suffisantes devant les revendications islamiques, bref, la chronique de l’invasion.
Les « littéraires », qui se sont penchés sur le phénomène avant les historiens, ont analysé la « structure du fait divers » titre d’un célèbre article de Barthes, repris dans ses Essais critiques de 1964.
Ils ont montré que le fait divers suppose deux termes, entre lesquels la relation normale, régulière, raisonnable est dérangée ou inversée.

Les journalistes anglo-saxons parlent de « man-bites-dog items » :
Il y a fait divers quand l’homme mord le chien, quand il y a antithèse, paradoxe, disproportion, rapprochement de deux contenus qui devraient être séparés, inversion des moments et des lieux.
Quelques exemples de Barthes :
Une femme met en déroute quatre gangsters,
Un juge disparaît à Pigalle,
Des pêcheurs islandais pêchent une vache,
Le chef de la Police tue sa femme.
Les faits divers, dit de son côté Georges Auclair (Le Mana quotidien : structures et fonctions de la chronique des faits divers), ne font jamais « que noter un écart par rapport à la norme sociale, morale ou naturelle ».

Le fait divers de l’immigration porte cette incongruité au carré.
Qu’une mère morde sa fille, qu’un homme viole un chien, qu’un dealer soit surpris par la police en train de vendre de l’héroïne derrière une église, qu’un plat à la sauce bolognaise provoque une émeute, ce sont typiquement des faits divers.
Mais cette mère est une immigrée musulmane qui a attaqué à coups de dents, à côté de Rome, sa fille « trop occidentale ».
Ce violeur de chiens est un immigré clandestin, déjà connu des services de police pour des faits de vols et de violences.
Ce trafiquant de drogue est un Tunisien à peine débarqué de Lampedusa et qui venait d’obtenir un « permis de séjour à but humanitaire ».
Cette émeute est le fait de familles musulmanes, installées en priorité, au détriment des Italiens, dans un camp pour sinistrés en Émilie-Romagne, et auxquelles des volontaires de la Protection civile venaient servir un repas chaud.
Vous avez des faits divers de l’immigration.
Le plus anormal, le plus aberrant, le plus absurde, ce n’est pas ce que font tous ces gens mais qu’ils le fassent chez nous :
C’est qu’on les ait laissé rentrer et qu’on ne les mette pas dehors, c’est le déferlement de l’Afrique, c’est l’Islam en Europe.

Le fait divers de l’immigration, en dernière analyse, raconte la folie de l’immigration extra-européenne de masse. Il est la vignette du grand renversement de tout ordre et de toute raison, du suicide collectif IMPOSE aux peuples d’Europe.
Voilà bien pourquoi les séides du Système ne sauraient raconter le moindre fait divers sans le « normaliser », sans inverser l’inversion :
Jihad, qui éblouissait avec un laser les pilotes d’avions à Orly, devient Sébastien, l’assassin Souleymane, Vladimir, le massacre sauvage d’un petit Blanc par une bande ethnique, une bagarre entre « jeunes » qui a mal tourné.
Ces procédés ont un précédent.
Marc Ferro, en 1983, à l’époque où l’URSS existait encore, relevait qu’il n’y avait pas de faits divers en URSS.
« Dans la réalité sociale, ils persistent sans doute, mais le régime, en contrôlant la presse, les nie, les efface de la chronique ».
« Le silence est opaque sur les accidents, sur les catastrophes, celles notamment dont le système pourrait être considéré comme responsable ».
On a « recours à un vocabulaire banalisé : on parle de hooliganisme ».

Osons parler du fait divers de l’immigration.
Si l’antiracisme, selon la formule fameuse, est le communisme du XXIème siècle, il n’est pas surprenant qu’il déteste lui aussi les faits divers, comme, du reste, les faits tout court.
L’Italie est, pour l’instant, un peu moins avancée sur cette voie que la France, mais il est révélateur que les campagnes toujours plus virulentes qu’y mènent les politiciens et les médias du Système « contre le racisme sur Internet », visent en priorité le site « Tous les crimes des immigrés », qui ne fait rien d’autre que donner des liens vers les journaux locaux : Tartuffe-Riccardi, ministre de la Coopération internationale et de l’intégration de feu le gouvernement Monti, lui vouait une haine dévote toute spéciale.
Le temps n’est sans doute pas loin où, partout en Europe, la censure aura entièrement aboli le fait divers de l’immigration.
En attendant, nous en parlons.

Flavien Blanchon

Source : « fr.novopress.info » du 19/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Président des Français ?

HOLLANDE   ILLEGITIME,   OBJECTIVEMENT   ET  SUBJECTIVEMENT  !

Cet article offre des armes intellectuelles à qui voudra bien le lire.
Les notions complexes sont épurées pour être utilisables par chacun, même sans aucune préparation philosophique.
Que les spécialistes en la matière ne s’en offusquent pas.

HOLLANDE
Nous parlons d’un homme dont la fonction était « président de tous les Français ».
Pour toute question négociable, même durement, nous devrions écrire : « le président Hollande ».
Nous marquons ici la séparation qu’il a lui-même exprimée et qu’il défend vers ce « changement de civilisation » armé de ses forces policières, gazant les plus faibles des citoyens, infiltrant les manifestations pacifiques de pseudo-civils provocateurs.
L’ex-président Hollande n’a pas été élu pour « un changement de civilisation », ni lui ni aucun des membres de son régime.
L’ex-président Hollande n’a pas été élu pour s’accrocher à son siège à coups de matraques, de gaz, de provocations contre les citoyens les plus attachés à leur civilisation, sauf à accepter ouvertement le rôle du tyran, auquel cas, la situation est claire.

ILLÉGITIME
Ne pas confondre la loi -norme momentanément admise par un corps social-, et la légitimité qui dépasse le cadre restreint de la norme-loi.
La légitimité est cet accord informel envers un responsable, fondé sur une alliance d’esprit nourrie d’espoirs, et de biens communs, tant physiques que spirituels.
Soufflons un peu et reprenons.
-Il est très facile de pondre une loi.
(Exemple : il est interdit d’écrire cet article).
-Il est moins facile de la rendre cohérente avec le reste du système législatif.
(Il est possible d’exprimer son opinion).
-Il est plus difficile de la rendre légitime.
(Les écrits qui ne me plaisent pas sont interdits).
-Il est impossible de le faire sans l’accord profond des citoyens auxquels elle s’adresse.
(Il est obligatoire de voter contre cet article parce qu’il tend à vous fournir une arme intellectuelle).
-Il est complètement illégitime de s’enferrer en cette voie.
(Seront gazés, matraqués et emprisonnés les contrevenants qui auront lu cet article).
La légitimité n’a donc pas de cadre légal et ne peut en avoir.
Aucune loi ne peut donc nous interdire de qualifier Hollande -ou quiconque- d’illégitime.
L’illégitimité est par nature la rupture de la confiance sans laquelle il n’y aurait pas eu de vie sur terre.
Car enfin, sans confiance envers l’autre, comment échanger des biens, accepter la nourriture d’un inconnu, aller chez le coiffeur -la seule personne à manier un rasoir ou des ciseaux autour de votre cou-, se marier, accepter de s’endormir sous la garde de l’autre, faire face à l’adversité, construire l’avenir, et mille détails qui sont autant de pierres taillées nécessaires à la cathédrale de nos espoirs humains ?
Aujourd’hui, confieriez-vous vos biens, votre sécurité et votre avenir à Hollande ?
En conséquence, l’illégitimité est la marche vers la mort programmée d’un corps social.
Le premier devoir d’un responsable illégitime est de reconquérir cette légitimité, en profondeur et non en surface, ou de céder la place à un représentant légitime.
Ne discutons pas ici de savoir dans quel chemin Hollande peut s’engager.
Nous verrons, si nous ne voyons pas déjà.

OBJECTIVEMENT ET SUBJECTIVEMENT
Dégageons d’abord le sens et faisons un sort à à la confusion régulièrement entretenue qui accorderait à «l’objectif» la valeur de preuve irréfutable et de bonne conscience, et au « subjectif » le rôle d’imagination folle du logis, d’opinion improuvable.
Conformément au sens premier et à l’image associée, est objectif ce qui est posé devant nous tous, qui se voit par tous, qui peut devenir un but -à atteindre, à éviter, à détruire-.
Autrement dit, la loi Taubira est objective à double raison :
-parce que nul ne doit l’ignorer -adage souvent mal compris, mais utilisé ici- ,
-mais aussi, parce que, censée n’intéresser qu’une minorité de minorité, elle veut casser une structure sociale, culturelle, civilisationnelle dans son ensemble.
Quant au subjectif, trop souvent méprisé, c’est tout simplement le sujet qui agit, qui pense, qui regarde, qui décide, qui s’engage. C’est dans le subjectif que se joue la plus triviale des décisions - »je veux des bonbons »- ou le plus grave des drames de conscience - »mettre sa peau au bout de ses idées »- .

Le monde décisionnel en nous-mêmes est d’une complexité inouïe.
N’allons pas plus loin, mais remarquons qu’il met en branle l’ensemble des fondamentaux de l’individu, pour la satisfaction de ses besoins, des plus élémentaires aux plus élevés.
Il se dégage donc de la notion valorisée et si difficile de la preuve -qui ramène à de l’objectif déshumanisé-.
Ce monde décisionnel se traduit souvent par une difficulté à définir les raisons de nos décisions, surtout si c’est l’individu dans son ensemble qui est en jeu, et non un quelconque avantage négociable ou superflu.
C’est une raison importante qui rend le débat difficile et les arguments apparemment mal audibles, mal défendables, même s’ils sont argumentés sur des faits objectifs que l’autre jugera différemment.
Mais c’est justement cela qu’il faut oser dire :
« Tout en moi, tout dans notre civilisation, se révolte ».
Il faut oser ce choc de conscience, ce choc de civilisation, avec la bonne foi outragée du défenseur agressé.
N’oublions jamais cela !
N’oublions pas non plus que la loi, dans le pire des cas – celui qui menait autrefois à la peine de mort – prévoyait pour les jurés de voter « en leur âme et conscience », c’est-à-dire sans preuves objectives, mais dans la pleine puissance de la subjectivité élevée au niveau supérieur de la conscience humaine.

Ce discours vous a paru inhabituel, difficile, dérangeant ?
Je l’admettrais volontiers.

J’en tirerai trois conclusions immédiates et une pratique :

Nous ne sommes pas sans arguments
Nous avons notre conscience pour nous
Nous avons le devoir de le faire savoir.

Et pour cela, je suis allé devant le maire de ma commune lui déclarer, sous le portrait officiel, que j’étais en résistance irréductible contre l’illégitimité de cet homme.

Il reste un peu plus de 36 000 choses à faire dans les communes de France.
C’est facile.

Pierre-François Ghisoni

Source : « NDF.fr » du 19/04/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Non aux Votes Etrangers !

NON AU VOTE DES ETRANGERS NON EUROPEENS

Ce n’est pas parce que certains étrangers travaillent et payent des impôts qu’il leur faut donner le droit de vote.
D’ailleurs, les artistes ou intellectuels bobos qui défendent ce point de vue se gardent bien de demander à leur personnel de participer aux décisions familiales.
Tout simplement parce qu’au-delà de l’échange marchand il n’y a pas de communauté durable d’affects, ainsi que le dit « Polémia ».
« Le Monde » publiait récemment (numéro daté du 27 mars 2013) un article plaidant pour une réponse affirmative.
A dire vrai, il s’agit d’une revendication devenue classique depuis le triomphe de l’idéologie cosmopolite, c’est-à-dire depuis le début des années 1970 et la dévalorisation systématique de l’idée nationale.

On sait d’ailleurs que ce vote des étrangers non européens était promis par le programme électoral de Hollande.
On sait bien aussi que cette revendication n’est, pour ceux qui la portent, qu’une étape.
Réduite dans un premier temps aux élections locales, elle est supposée ne pas susciter la levée de boucliers que ne manquerait pas de susciter l’aveu du but ultime :
Obtenir le droit de vote des étrangers résidents à toutes les élections, y compris nationales.
Mais nous ne devons pas accepter la proposition de fractionner la discussion.
Il s’agit d’un seul et même sujet :
C’est la nation française qui est en cause et d’ailleurs le droit constitutionnel le confirme puisque les élections locales touchent, via l’élection des sénateurs, aux institutions de la République et ont ainsi un caractère national.
Sur le fond l’article du « Monde », signé conjointement par une actrice de cinéma et par un professeur d’histoire, n’apporte rien de nouveau, notamment dans l’argumentation.
On y retrouve une nouvelle fois l’antienne habituelle :
Puisqu’ils ont le droit de travailler en France, d’y payer leurs impôts et de contribuer à la richesse nationale, puisqu’ils peuvent participer à la vie des organismes sociaux et même à celle des partis politiques, les étrangers devraient avoir le droit de voter.
En d’autres termes la participation des intéressés aux activités quotidiennes de la société devrait entraîner tout naturellement leur participation à l’exercice de la souveraineté nationale.

Or ce raisonnement se fonde sur une erreur conceptuelle fondamentale :
Il admet une équivalence de niveau entre les activités quotidiennes au sein de la société et l’exercice politique de la souveraineté nationale.
Or admettre une telle équivalence, c’est nier une fois de plus le caractère spécifique de la Nation.
Celle-ci est fondée sur un lien affectif.
On y trouve le sentiment de former un groupe particulier, solidaire, réductible à nul autre, dont l’unité se fonde sur une histoire commune et sur la conscience des épreuves subies au cours des âges.

« La nation », disait Renan « est l’aboutissement d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements. »

Autre chose est d’avoir un emploi et de payer des impôts.

Le cas de la famille
Transposons ces réflexions à un échelon de moindres dimensions, celui de la famille.
Ici aussi nous trouvons une collectivité fondée sur l’affectivité, sur le sentiment qui en rapproche les membres et leur donne la conscience de constituer un groupe spécifique, distinct de ce qui l’entoure.
Or une famille peut employer du personnel, « un auxiliaire domestique », par exemple Ce personnel est rémunéré, rend des services à la communauté familiale, concourt activement à sa vie de tous les jours, contribue à sa prospérité.
Souvent même il le fait dans une atmosphère amicale.
Pour autant, le fait-on participer aux décisions majeures ?
Le consulte-t-on sur le rythme des dépenses et de l’épargne ?
Sur les meilleurs placements ?
Son avis est-il sollicité sur l’éducation des enfants ?
Sur le choix des destinations de vacances ?
Non, bien sûr, pour une raison toute simple : ce personnel ne fait pas partie de la famille, il lui est étranger.

On peut observer que la validité de cet argument est admise pour la famille et que…
Pourtant certains ne l’admettent pas à propos de la nation, bien que le problème se pose dans des conditions de fond identiques.
C’est sans doute que, jusqu’ici du moins, le concept de famille, même s’il n’a plus la même aura qu’autrefois, n’a pas encore subi, de la part des cosmopolites, autant d’efforts de dévalorisation et de dissolution qu’en a subis le concept de nation.

Qu’en sera-t-il demain ?

Pierre Milloz

Source : « fr.novopress.info » du 18/04/2013

Demain, il ne faut pas que le mariage pour tous soit adopté ou de suite abrogé !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

La Cigale Et La Fourmi.

XXI E   SIECLE,   VERSION   ACTUELLE   DE   LA   FABLE   DE   NOTRE   CELEBRE    JEAN   DE   LA   FONTAINE.

La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule.
Elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver.
La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue tout l’été.
Une fois l’hiver venu, la fourmi est au chaud et bien nourrie.

La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d’être au chaud et bien nourrie tandis que les autres, moins chanceux comme elle, ont froid et faim.
La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et qui passent des extraits vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.

Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d’autres vivent dans l’abondance.
Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi.
Les journalistes organisent des interviews, demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu’elle paie ‘sa juste part’.

La CGT , Le Parti Communiste, la Ligue Communiste Révolutionnaire, les Verts, le Modem, la Nouvelle Gauche, la Nouvelle Droite, le Juste Centre, Droit Au Logement organisent « seat-in » et manifestations devant la maison de la fourmi.
Les fonctionnaires décident de faire une grève de solidarité de 59 minutes par jour pour une durée illimitée.
Un philosophe à la mode écrit un livre démontrant les liens de la fourmi avec les tortionnaires d’Auschwitz.

En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l’égalité économique et une loi (rétroactive à l’été) d’anti-discrimination.
Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.
La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n’a pas assez d’argent pour payer son amende et ses impôts.
La fourmi quitte la France pour s’installer en Suisse où elle contribue à la richesse économique.

La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée.
Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin.
Des rassemblements d’artistes et d’écrivains de gauche, se tiennent régulièrement dans la maison de la fourmi.
Le chanteur Renaud compose la chanson « Fourmi, barre-toi! »…

L’ancienne maison de la fourmi, devenue logement social pour la cigale, se détériore car cette dernière n’a rien fait pour l’entretenir.
Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens.
Une commission d’enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 millions d’euros.
La cigale meurt d’une overdose.

« Libération » et « L’Humanité » commentent l’échec du gouvernement à redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.
La maison est squattée par un gang de cafards immigrés.
Les cafards organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté…
Le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France.

Morale : Travaillez, prenez de la peine, ce sont les fonds qui manquent le moins.

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Ca Vient De Belgique !

DES   SENATEURS   BELGES   VEULENT   INTERDIRE   LA   CRITIQUE   DE   L’ISLAM   !

En Belgique,des sénateurs proposent de réprimer toute critique de l’islam
Des sénateurs veulent introduire un délit d’opinion pour lutter contre l’islamophobie.
Selon les critères proposés, les musulmans libéraux et ex-musulmans dont les textes sont classés dans la rubrique « Paroles de musulmans/ex-musulmans » de ce blog seraient coupables d’islamophobie.
De plus, si l’on se fie à divers sondages, la majorité de la population de plusieurs pays européens serait délinquante.
On pourrait en dire autant des milliers de militants anti-islamistes dans des pays comme la Tunisie et l’Égypte.
Ironiquement, cette proposition digne des régimes tyranniques régis par la charia démontre que les «islamophobes» ont raison:
Les fondamentalistes musulmans refusent la notion de débats publics dans les sociétés libres et démocratiques et cherchent à censurer toute critique.

Au sein des institutions internationales, des diplomates d’Etats islamiques bafouant les droits de l’homme s’efforcent depuis plusieurs années d’inscrire l’islamophobie dans la catégorie des racismes.

L’objectif est clair :
Empêcher toute critique de l’islam et faire en sorte que les droits les plus fondamentaux ne soient pas appliqués dans leurs Etats au nom du respect que l’on doit aux religions.
Jusqu’à présent, ces tentatives des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) ont échoué et il faut s’en réjouir.
Ce que les Etats de l’OCI n’obtiennent pas auprès des institutions internationales, ils pourront indirectement l’obtenir en Belgique à travers une proposition de résolution relative à la lutte contre l’islamophobie déposée par six sénateurs belges : Bert Anciaux (Sp.a), Fauzaya Talhaoui (Sp.a), Ahmed Laaouej (PS), Freya Piryns (Groen), Richard Miller (MR) et Zakia Khattabi (Ecolo).
Si cette résolution est adoptée, une assemblée démocratique votera un texte liberticide.
Personne n’ignore aujourd’hui que le concept d’islamophobie a été forgé par la théocratie iranienne et les fondamentalistes musulmans d’Inde et de Grande-Bretagne pour justifier une condamnation à mort d’un écrivain britannique d’origine indienne : Salman Rushdie.
Son crime d’islamophobie :
Raconter dans un roman (Les Versets sataniques) de manière totalement fictive un épisode de la vie de Mahomet dans lequel il aurait autorisé d’autres divinités.
Sans atteindre nécessairement le paroxysme de la violence à l’égard de Salman Rushdie, le projet de résolution des six sénateurs belges s’insère pleinement dans cette tendance visant à empêcher tout discours critique sur une religion, l’islam en l’occurrence.
Par ailleurs, les auteurs de cette proposition de résolution proposent de retenir huit critères problématiques, dont certains sont contestables, pour qualifier une personne d’islamophobe :

1. considérer l’islam comme un bloc monolithique, fermé et statique, incapable de s’adapter à des situations nouvelles;
2. considérer l’islam comme isolé et « différent », dépourvu d’objectifs et de valeurs communs et partagés avec d’autres cultures, et comme une conviction qui n’est pas influencée par les autres cultures et sur lesquelles elle ne produit aucun effet;
3. considérer l’islam comme inférieur à l’Occident et à certaines valeurs qui y sont associées, bref le taxer de culte barbare, irrationnel, primitif et sexiste;
4. considérer l’islam comme violent, menaçant, partisan du terrorisme, impliqué de manière active et combative dans un « choc des civilisations »;
5. considérer l’islam comme une idéologie politique, utilisée à des fins politiques et militaires visant à instaurer son hégémonie;
6. rejeter radicalement les critiques que l’islam formule à l’égard de l’Occident;
7. faire preuve d’hostilité envers l’islam pour légitimer la discrimination et l’exclusion sociale des musulmans;
8. accepter qu’une hostilité affichée envers les musulmans est un phénomène naturel et ordinaire.

«Ce texte est profondément attristant car il ne fait qu’accréditer les thèses qu’il prétend combattre », fait remarquer Viviane Teitelbaum, député bruxelloise (MR) et Présidente du Conseil des femmes de Belgique.
« En opposant d’emblée l’islam à l’Occident, en parlant de la violence liée à l’islam, en considérant l’islam comme une idéologie politique, etc., ces six sénateurs belges ne retiennent que des critères caractérisant le fondamentalisme musulman ».
On risque même de se retrouver dans des situations ubuesques où un musulman sera condamné d’islamophobie parce qu’il a dit ou écrit que sa tradition religieuse contient des pratiques sexistes et discriminantes !
Ce texte explosif devient véritablement abject lorsqu’il invoque l’antisémitisme qui serait la version juive de l’islamophobie :
« Il convient d’établir un parallèle avec la notion d’antisémitisme, introduite pour désigner le danger lié à la violente hostilité anti-juive ».
Guy Haarscher, professeur émérite de philosophie à l’Université libre de Bruxelles, aurait à juste titre expliqué à ces sénateurs qu’on ne mélange pas des pommes avec des poires.

La formulation de cette résolution et les fondements sur lesquels elle s’appuie sont à rejeter.
La lutte nécessaire contre le racisme et les préjugés dont sont victimes les populations musulmanes en Belgique ne doit absolument pas être engagée sur base de considérations et de textes émanant de fondamentalistes religieux hostiles au progrès et à l’universalité des droits de l’homme.
Source : « Une proposition belge inacceptable de résolution contre l’islamophobie » par Nicolas Zomersztajn, CCLJ, 12 avril 2013.

Sur le même sujet
Un texte publié sur le site belge du « Réseau d’Action pour la Promotion d’un Etat Laïque » :

Résolution sénatoriale contre l’« islamophobie » : un texte liberticide
Six sénateurs de partis démocratiques, MM et Mmes Anciaux et Talhaoui (Spirit), Khattabi et Piryns (Ecolo/Groen), Laaouej (PS) et Miller (MR) ont déposé le 21 février 2013 une « Proposition de résolution relative à la lutte contre l’islamophobie. »
Dépourvu de finalité législative, ce texte vise un but purement politique adossé à un concept, l’ « islamophobie », de nature idéologique.
Il invite le gouvernement à « demander aux procureurs généraux d’ériger en priorité les poursuites judiciaires en matière de discrimination fondée sur les convictions religieuses » (p 9).
Le texte établit une liste de huit critères.
Si, écrit-il, plusieurs d’entre eux « sont fortement présents dans les idées, les mobiles et la manière d’agir d’individus, d’organisations, d’institutions ou d’autorités, ceux-ci peuvent alors être qualifiés d’islamophobes » (p 2).
Parmi les critères retenus, épinglons : « considérer l’islam comme violent, menaçant, partisan du terrorisme, impliqué de manière active et combative dans un « choc des civilisations », « considérer l’islam comme une idéologie politique, utilisée à des fins politiques et militaires visant à instaurer son hégémonie », « rejeter radicalement les critiques que l’islam formule à l’égard de l’Occident » (p 3).
Si d’une part criminaliser un fait non défini constitue une aberration juridique, de l’autre on ouvre ici tout grand la porte à l’arbitraire politique et au délit d’opinion.
Avant d’introduire demain un délit de blasphème ?
La proposition fonde un de ses principaux moyens sur un parallèle systématique entre « islamophobie » et antisémitisme (voir pp 2, 3, 7, 8, 9).
Or l’antisémitisme vise les Juifs, non comme adeptes d’une religion mais comme peuple.

A contrario, l’islam est, non un peuple mais une religion.


Il doit s’en tenir à cela et arrêter de s’ingérer en permanence dans le champ politique.
De plus, jamais les musulmans n’ont enduré en Europe de persécutions comparables à celles des Juifs durant les années 1930 et 1940. Rejet de l’islam et antisémitisme constituent deux phénomènes de nature radicalement différente.
Les amalgamer procède d’une démarche fallacieuse sur un plan intellectuel.
Sur un plan éthique, elle insulte les 6 millions de Juifs assassinés par haine antisémite.
« Le Réseau d’Action pour la Promotion d’un Etat Laïque » (R.A.P.P.E.L.) invite les six sénateurs initiateurs de la « Proposition de résolution relative à la lutte contre l’islamophobie » à retirer un texte liberticide, néfaste à la nécessaire critique des religions, à la libre pensée des personnes et à la séparation des cultes et de l’Etat.
Ils interpellent les présidents des partis démocratiques afin qu’ils interviennent en ce sens auprès de leurs mandataires ou, qu’en cas de vote, le Sénat rejette massivement la proposition.
Source : « le-rappel.be » du 12/04/2013

Source : « resistancerepublicaine.eu » du 17/04/2013

C’est loin de donner la frite !
Nos amis Belges ont-ils tant changé que ça ?

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Pas D’Islam En Europe !

LA   MUSIQUE   N’ADOUCIT   PAS   LES   MOEURS   EN   TURQUIE   !

Un tribunal d’Istanbul a condamné lundi le pianiste-compositeur turc, Fazil Say , à dix mois de prison avec sursis pour avoir diffusé sur « Twitter » des propos considérés comme blasphématoires contre l’islam.
L’artiste, qui se dit athée, évoque une répression politique émanant du pouvoir islamiste en place :
L’AKP, le Parti de la justice et du développement.

Le motif de cette persécution est révélateur de la nature du régime turc.
Fazil Say est poursuivi pour avoir repris notamment sur les réseaux sociaux des vers d’un poète persan du XIème siècle, « Omar Khayyam », connu pour son épicurisme et sa prise de distance vis-à-vis des dogmes de l’islam.
En raison de cette liberté d’expression, le pianiste, âgé de 43 ans, a été reconnu coupable « d’insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population ».
Pour le vice-Premier ministre « Bülent Arinç », cette condamnation s’explique par la nécessité d’« agir contre les discours de haine et contre ceux qui agiraient pour délimiter, pour restreindre les convictions religieuses ».
Fazil Say défie régulièrement les autorités islamistes d’Istanbul en proposant des œuvres commémorant, par exemple, le drame de Sivas : 37 intellectuels laïcs étaient morts dans l’incendie de leur hôtel, mis à feu par des intégristes le 2 juillet 1993.

Suite à sa condamnation politico-religieuse, l’artiste a déclaré :
« Je suis très triste de cette décision de justice rendue au nom de mon pays.
C’est une déception pour moi du point de vue de la liberté d’expression.
Davantage que pour ma personne, cette condamnation, alors que je n’ai commis aucun crime, est inquiétante pour la liberté de convictions et d’expression en Turquie ».

Une raison de plus pour s’opposer à toute intégration de la Turquie dans l’Europe.

 

Source : « fr.novopress.info » du 17/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

UMP/PS, Même Cuisine !

« LE   MARIAGE   POUR   TOUS »  EST-IL   AUSSI   UN   PROJET   DE   DROITE   ?

Chantal Jouanno , qui fut ministre de Sarkozy et qui est membre de l’UDI, a déclaré samedi dernier sur « BFM TV », qu’elle est favorable au projet de loi en faveur du « mariage pour tous » et ce depuis 2009.

Elle a ajouté que ce projet aurait dû être porté par la droite parce qu’il s’agit d’un projet libéral.
On est bien là en effet en présence d’un projet libéral, c’est à dire un projet sous-tendu par une anthropologie individualiste négatrice de toutes les valeurs traditionnelles dont la famille -basée sur l’union d’une femme et d’un homme désireux d’avoir des enfants – est la clef de voûte de l’auto-reproduction et de la pérennité de la communauté nationale.
Contrairement à ce que beaucoup pensent, le libéralisme n’est pas conservateur – comment peut-on être libéral-conservateur ? -, il est bien au contraire la plus efficace des idéologies destructrices des traditions et des cultures comme l’ont fait remarquer les philosophes Alain de Benoist et Jean-Claude Michéa ;.
Il n’accorde aucune importance aux valeurs qui ne sont pas strictement individuelles, telles que la famille ou les communautés historiques.

Madame Jouanno n’a pas encore compris
François Hollande et son équipe sont aussi des libéraux et s’ils ont porté ce projet c’est qu’ils sont sur la même longueur d’onde que leurs partenaires/concurrents de droite.
On a souvent eu tendance à considérer que les questions sociétales constituaient une ligne de démarcation entre droite et gauche.
Ce n’est plus le cas, même si certains élus de l’UMP sont sincèrement attachés aux valeurs traditionnelles.
Ces derniers ne doivent toutefois pas faire illusion .
Leur existence permet aux libéraux qui tiennent l’UMP de fixer une partie de l’électorat conservateur.
Droite et gauche ne se distinguent plus que par leur positions respectives concernant l’échelle des revenus, et encore !

Jean-Claude Michéa a fait remarquer que la gauche a toujours utilisé des dérivatifs sociétaux pour faire oublier qu’elle se comportait comme la droite libérale à l’égard des classes défavorisées.
Ainsi au tournant du siècle dernier a-t-elle utilisé le prétexte du combat pour la laïcité comme écran de fumée destiné à masquer sa politique sociale et économique.
Nous en avons une nouvelle illustration avec le projet de « mariage pour tous » .
Un tout récent sondage réalisé pour l’Iifop (Le Parisien, 12/04/13) fait état d’un basculement de l’opinion des Français sur ce sujet. Alors qu’elle était, il y a peu de temps encore, favorable à hauteur de 59% au mariage des homosexuels et à la possibilité de l’adoption d’enfants par les couples homosexuels, les opinions favorables à cette loi ne se situent plus aujourd’hui qu’à hauteur de 43%, 55% des sondés y étant désormais opposés.

Bien que toute l’oligarchie au pouvoir et tous les médias se soient mobilisés en faveur de ce projet, la majorité du peuple a manifestement pris conscience de sa nocivité.
Ce retournement de l’opinion illustre le fait que l’oligarchie et les grands médias ont perdu la main face aux réseaux internet.
La dictature de la bien-pensance est sans doute en train de s’effondrer.
C’est une bonne nouvelle !

François Arondel

Source : « fr.novopress.info » du 17/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Choisir Nos Conseillers

PETIT   CONTE   SUR   LES   ORIGINES   DES   POSTES   DE   CONSEILLERS

Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche.
Il appelle son météorologue et lui demande l’évolution pour les heures suivantes.

Celui ci le rassure en lui affirmant qu’il pouvait aller tranquillement à la pêche car pas de pluie.
Comme la reine vivait près de là où il irait, le roi revêtit ses plus beaux atours.

Sur le chemin, il rencontra un paysan monté sur son âne qui en voyant le roi lui dit:
«Seigneur vaut mieux que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps. »

Bien sûr, le roi continua en pensant:
«Comment ce type peut il mieux savoir que mon spécialiste très bien payé qui m’a indiqué le contraire.
Poursuivons.  »

Et c’est ce qu’il fit … et, bien sûr, il plu à torrents.
Le roi trempé, sa reine se moqua de le voir dans un si piteux état.

Furieux, le roi retourna au palais et congédia son employé.
Il convoqua le paysan et lui offrit le poste, mais le paysan refusa :
«Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo ni de climat,
mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées alors ça signifie qu’il va pleuvoir  »

Et le roi a embauché l’âne…
C’est ainsi que commença la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers les mieux payés.

Les médias nous ont dit que nous avons des milliardaires au gouvernement…que sont-ils donc ?

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Rire Jaune En Algérie

QUELLE SURPRISE, L’ALGERIE S’EN PREND A SES IMMIGRES IRRESPECTUEUX DE SA CULTURE !

Les arroseurs arrosés.
Depuis plusieurs semaines, la presse algérienne se fait l’écho de tensions entre la communauté chinoise installée en Algérie et la population locale.
Tensions qui ont donné lieu cet été à de graves agressions à l’encontre de ces immigrés asiatiques
et dont la violence a même poussé les autorités chinoises à intervenir auprès de leurs homologues maghrébins pour leur demander de mettre fin à ces pugilats. …..

Les Chinois ont abusé de la gentillesse des Algériens.
On les a acceptés malgré leurs défauts, aujourd’hui ils nous agressent chez nous, a déclaré « Mounir » à l’A.F.P. —
Ils boivent de l’alcool devant leurs boutiques au vu et au su des Algériens et s’exhibent parfois en short dans le quartier.
Ce sont des comportements contraires à notre religion et notre culture », a précisé « Abdellah », un autre habitant du quartier.
Des critiques que « Song » explique par « un sentiment de concurrence et de jalousie ».
A « Bab Ezzouar », à Alger, plus de 200 commerces appartiennent à des Chinois.
« Leurs produits sont vendus à des prix très compétitifs, ils sont ouverts tous les jours, donc ils gagnent de l’argent, ce qui déplaît aux Algériens », observe-t-il.
Étonnant, non ?
Ces mêmes Chinois sont implantés en France depuis des lustres mais n’ont que rarement attisé le ressentiment des Français, contrairement à d’autres communautés.

Mais que les Algériens se rassurent, leurs immigrés Chinois ne brûlent pas encore le drapeau national dans la rue.
Ils n’imposent pas leurs coutumes alimentaires dans les écoles,
Ils n’exigent pas la construction de temples,
Ils ne réclament pas d’horaires de piscine aménagés,
Ils ne contredisent pas l’enseignement des sciences,
Ils se satisfont de médecins masculins pour leurs épouses,
Ils ne profitent pas indûment des aides sociales… etc.,etc….

Cela mériterait d’être expliqué avec moults détails à nos concitoyens issus de l’immigration.
Bizarre que les médias autorisés ne nous parlent pas de ces donneurs de leçons !
Pourtant, de l’autre côté de la grande bleue, comme de la muraille de Chine, certains journaux en ont fait état, leurs extraits sont ils présentés lors des débats sur l’Identité Nationale chez nous ?

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Grand Corps Malade…

 

Grand Corps Malade... dans INSOLITE drapeau-france-300x180

 

GRAND   CORPS   MALADE   CENSURE   PAR   LA   RADIO   ET   LA   TV   FRANCAISE  !

A écouter , c’est courageux de la part de Grand Corps Malade !
Très jolie musique. Très beau texte remarquablement bien tourné.
Mais voilà, gros problème, il exprime des choses qui ne sont pas « politiquement correctes ».

Un rappeur peut injurier la France, lui cracher dessus, la menacer, même de mort, mais un Français ne peut pas parler « vrai », même modérément.

Alors, radios, télés, au service du gouvernement actuel, censurent ce chanteur.
Ecoutez-le, ne serait-ce qu’une fois, faites-vous une idée.

Voulez-vous savoir pourquoi “Grand corps malade” ne passe plus sur les chaînes TV et autres médias ?

La démonstration est sur le lien ci-dessous : il n’est vraiment pas « politiquement correct »!

http://www.youtube.com/embed/NpDi27DrCVk grand corps malade

http://www.resistancerepublicaine.eu

Précisons que les paroles sont de « PeupledeFrance » de « Résistance Républicaine »

 

 

Ca Passe Ou Ca Casse !

LE   PEUPLE   FRANCAIS   GRONDE   LONGTEMPS,   IL   EST   MAINTENANT   DANS   LA   RUE

Hollande veut un passage en force ?
Il voit le résultat :
Les Français dans la rue.
Est-il encore capable de comprendre, dans son bunker élyséen, entouré de ses derniers porte-cotons ?
Est-il encore lucide ?
Vit-il encore pour voir les heures les plus sombres de son histoire ?
Il fallait entendre le mélange de trouille et de mensonges du porte-paroles PS de service sur France-Info ce soir.
Le lampiste faisait de l’huile.
Car ou ça passe ou ça casse.
Les Français sont dans la rue et les Bisounours ont laissé la place à la colère populaire.
Frigide se dégèle, elle nomme enfin le vrai violenteur de la loi et de la démocratie, Boutin se mutine : c’est l’alliance des idéaux contre l’idéaliste du chaos !

Se dire président des Français et ne rien comprendre à ce peuple !
Ce peuple français qui gronde longtemps, qui est long à la vraie colère, mais qui sait se battre jusqu’au bout. La Marne, Verdun, la Résistance, ça ne vous dit rien, Hollande ? Des choses qu’on n’apprend pas dans les académies militaires, mais pas non plus dans votre technocratie mortifère. Jusqu’à quelle somme de bêtise faut-il descendre ? Jusqu’à quelle aberration politique ! Vous avez gagné le cocotier : vous n’êtes plus crédible, ni nationalement ni internationalement. S’il vous reste encore un point, un iota, un bit informatique d’honneur ou de lucidité – à choisir – dégagez, vous, votre équipe d’impuissants, et votre boîte à outils de pacotille !

Est-ce vraiment cela un président de la République française ?

« À la première goutte de sang versé vous aurez gagné devant l’Histoire votre surnom de président trou de balle. »

Le peuple français en a marre, comprenez-vous ?
Marre des dealers dans les cages d’escalier, et il faut que les locataires tranquilles se révoltent parce que vos policiers sont ailleurs et vos juges sourds à la réalité.
Le peuple français en a marre de vos impôts inutiles pendant qu’il se serre la ceinture, marre de votre soumission au pillage de nos richesses, marre d’être envahi par la pègre, marre d’être racketté sur les routes par vos radars, marre de vos lois en cascade qui ne masquent plus votre incompétence, marre de votre clientélisme, de vos subventions aux grands frères des caïds de banlieue, marre de votre haine de nos racines qui transpire dans tous vos discours, marre, marre et marre.
Comprenez-vous ?

Alors, le peuple est dans la rue.
Il ne vous veut plus, toutes générations confondues, le peuple des vivants, le peuple de l’honneur, le peuple qui refuse la mise en vente des ventres, la foire au fric du foutre, les enfants aux enchères, le viol de la filiation.
Et si vous voulez donner vos CRS et autres, pour défendre votre pseudo-mariage « gay » dont les homosexuels lucides ne veulent pas, à la première goutte de sang versé vous aurez gagné devant l’Histoire votre surnom de président trou de balle.
Dégagez avant cela.
Vous ne resterez que comme fromage à pâte molle.
Ce n’est pas glorieux, mais c’est mieux que rien.

Alors, ou ça passe, ou ça casse !
Et dans le pire des cas, nous ferons sécession.
Sécession de notre travail, de nos ressources, de notre professionnalisme, de nos comptes bancaires et de nos personnes.

De toute façon, Hollande, vous avez déjà perdu.

Tribune libre de Pierre-François Ghisoni

Source : « NDF.com » du 12/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Peur sur « Le Monde » !

Peur sur

QUAND   ‘LE MONDE ‘   SUINTE   LE   MEPRIS   ET   LA   PEUR . . .

« Le Monde » s’inquiète.
 » Le Monde » a peur.
Son petit monde s’en va en lambeaux.
Ses petits amis sont contestés.
Ses petites connivences sont dévoilées.
L’un de ses propriétaires – l’ineffable Pierre Bergé – est conspué.
Rien ne va plus.
Eh oui, le printemps sera chaud !

Mais les agitateurs d’aujourd’hui ne sont pas du goût du journal de révérence.
Dans un éditorial qui transpire le mépris, le quotidien du soir part en guerre contre les « esprits échauffés » qui osent contester « une réforme » qui n’est pas moins que « progressiste, nécessaire et légitime ».
Des opposants qui auraient – horreur ! – « une conception singulière de la démocratie », qui serait inspirée « de la doctrine de l’Église ».
Rien de moins qu’une « droite conservatrice et bien souvent réactionnaire », adepte de « l’intolérance »…

Tout ça sent la trouille.
Dix petits mois et celui pour qui le journal de la gauche convenable a fait campagne est vomi par les trois quarts des Français.
Alors, on nous ressort les vieilles ficelles.
La menace de la chienlit, version 2013.
La mise à l’index des contestataires — des « procureurs à la petite semaine », dixit le quotidien — de cet ordre des choses qui est, au fond, le seul vrai souci de nos élites, droite et gauche confondues, et dont « Le Monde » est le journal intime.
Non, chers confrères, pour ce « peuple de droite », comme vous nommez les centaines de milliers – eh oui, ils étaient aussi nombreux, ne vous en déplaise – de citoyens descendus dans la rue ces derniers mois, la gauche n’est pas « illégitime » pour exercer le pouvoir ainsi que vous l’écrivez.
Non, pas la gauche, mais toute la classe politique.

Et avec elle, les journalistes qui, comme vous, leur servent la soupe depuis des années.

Au fond, vous avez raison de vous inquiéter.
Le « grand coup de balai » que vous moquez vous concerne également.
Et le vieux monde qui prend l’eau, c’est aussi le vôtre.

Robert Ménard

Source : « bdvoltaire.fr » du 16/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Avenir des « Jules » ?

POUR  LE  GOUVERNEMENT FRANCAIS,  IL  SERA  POSSIBLE  DE  LOUER  SON  VENTRE  MAIS  PAS  SON ‘CUL’ !

Le collectif « Abolition 2012 » a organisé samedi 13 avril une « journée d’abolition citoyenne du système prostituteur ».
Aussi, Najat Vallaud-Belkacem, pour qui le mariage homosexuel est un progrès adopté dans d’autres pays d’Europe, « ne trouve pas contradictoire » de promettre l’abolition de la prostitution, qui est légale dans ces mêmes pays !
En effet, chez nos voisins, les lupanars sont autorisés en Espagne et aux Pays-Bas, tolérés en Allemagne et en Belgique, et la prostitution individuelle et libre d’une personne majeure est légale dans ces pays, ainsi qu’en Angleterre, en Suède, au Danemark, en Suisse et en Autriche.
Je m’interroge sur la crédibilité de ces personnalités politiques qui veulent proscrire la retape tout en cautionnant les exigences des « lobbies LGBT », la circulaire Taubira permettant l’importation d’enfants, et les propos de Pierre Bergé sur les mères porteuses.

En plus d’être incompétent, le régime actuel est incohérent.
D’ailleurs, puisque l’on crée des salles de shoot alors que la drogue est prohibée, va-t-on interdire la prostitution tout en rouvrant des maisons de tolérance ?
Créera-t-on un groupe de travail dirigé par DSK ?
Encore un sujet majeur qui va occuper nos élus…
Certes, je suis choqué qu’une législation hypocrite et la porosité des frontières abandonnent à la clandestinité de la rue des femmes déracinées à la merci de réseaux mafieux.
Mais l’abolition par décret du plus vieux métier du monde me paraît utopique.
Seule la lutte contre le chômage et la pauvreté permettra de réduire la prostitution.
Tout du moins celle de la rue car, si de pauvres filles usent de leurs charmes pour un billet, de plus aisées le font pour un portefeuille.

Louer son ventre mais pas son cul ?

Jean-André Bossy

Source : « bdvoltaire.fr » du 16/04/2013

Il faut dire que ce commerce ne rapporte rien à l’Etat.
Pourquoi ne pas s’attaquer au trafic de toutes les drogues qui circulent sur notre territoire ?
Ce trafic ne rapporte rien non plus…mais…mais…les gros bonnets …vous avez compris !

Le Loup Sort Du Bois.

ISLAM   :   MAIS   A   QUOI   LE   FRONT   NATIONAL   JOUE – T – IL   ?

J’ai assisté au colloque proposé par le club « Idées Nation », présidé et animé par des responsables FN, jusqu’au point du supportable pour moi.
En résumé sur ce sujet, il me parait évident que FN prend le virage de la politique politicienne électoraliste :
Tergiversations autour des « bons » musulmans.
(intervention insoutenable de Camel Bechick, Président de « Fils de France »)…
Propos absolument rêveurs sur le dialogue « possible » avec les musulmans…
Bref Un Wallerand de St Just totalement « doux rêveur » à la limite du « faux-cul » malgré une présentation de l’histoire des religions tout à fait passionnante.
Suivie de l’intervention courte mais fortement applaudie de notre ami René Marchand, bref, incisif, précis, (c’est la seule intervention que j’aie aimée).
Ensuit un Thibaut de Tocnaye (totalement stupide !) excusez moi du mot mais c’est la réalité !
Après avoir révélé quelques tristes réalités sur le refus de combattre de militaires français en Afghanistan (musulmans), il nous a inondé de possibilités de dialogues sur les quelques versets coraniques incompatibles avec la République… possibilité de dialogue ???
Puis il a évoqué la « diminitude », l’Umma… enfin rien de concret pour combattre et éliminer l’islam de notre pays.. prêt à accepter des « musulmans repentis de quelques versets.
De quoi délirer.. un vrai politique (qui me fait craindre le virage du FN actuel vers des stratégies électoralistes).
Des propos débiles du genre « les musulmans français comme nous »… m’ont fait quitter la conférence avant la fin …
J’en avais assez entendu pour me faire une idée sur le virage du FN..
Il y a eu quelques questions du style
« comment intégrer l’islam dans la République »
« tout donner individuellement et rien au plan communautaire »
« investissements du Qatar en France dans les banlieues et en sport (foot) »
« le politique doit se positionner par rapport au religieux »
La proposition de MLP d’intégrer à la constitution le refus de tout communautarisme… (slogan ?) me semble sans intérêt puisque la République est depuis sa fondation « Une et Indivisible ». Il me semble que cela suffit.
Je vous avoue qu’ayant entendu tout cela du FN… je suis totalement désespéré sur qui pourra nous sortir de ce merdier !
Il n’y a aucune discussion à avoir avec les musulmans.
Ils devront tous avoir le choix entre l’islam et la France, et, s’ils ne choisissent pas notre pays, ils devront quitter notre territoire et ne jamais y revenir, parce que l’islam est le pire ennemi de la République et de la démocratie.
Je dois être trop vieux… j’en ai trop entendu.. j’ai trop combattu contre des moulins à vent … la morale de Don Quichotte ?
J’ai trop été trompé, abusé, l’histoire se répète inlassablement… mais pas à notre profit !
Il nous faudrait Napoléon, Bismarck, Henri IV, Louis XIV… pas nos « sans couilles » actuels tous partis confondus.
Je n’ai plus qu’un espoir : un coup d’Etat militaire puissant et soutenu par notre peuple contre tout ce merdier.
Pourquoi tant d’années d’études, de souffrances, à apprendre le latin, la littérature, l’humanisme, la philosophie, les mathématiques universelles, l’amour de l’Homme.. pour en arriver là ?
Pourquoi tant de combats aveugles mais passionnés et convaincus… pour en arriver à comprendre que nous avons été grugés, trompés, illusionnés par nos idoles ?
Qui croire ?
Le peuple français est tombé plus bas que terre, ne mérite-t-il plus pour autant nos luttes et nos espoirs ?
Devons-nous le laisser se détruire par bêtise et égoïsme ?
Tous les empires sont nés ont grandi et sont morts… par eux mêmes.
La terre est une bien minuscule planète aux confins de l’univers et l’homme y est la pire des abominations et la plus merveilleuse créature qui soit…
Dans quelques années je ne serai plus.
Mais je frémis pour mes enfants.
Je vous avoue humblement mon incompétence à croire à un possible avenir humaniste sur cette planète …
Pardon.

Yves le Loup

Source : « resistancerepublicaine.eu » du 16/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Bientôt A ‘Gattaca’ !

 

 Bientôt A 'Gattaca' ! dans SANTE bebe-e1374311433690

 

‘L’ HOMO   SAPIENS’   EST   DEVENU   MEGALOMANE,   IL   SE   DETRUIT   !

Dans son génial film d’anticipation « Bienvenue à Gattaca », le scénariste et réalisateur Andrew Niccol imagine un monde où l’eugénisme est la norme.
Soucieux d’obtenir une progéniture parfaite, les parents confient leurs gamètes à des généticiens qui en fabriquent un embryon exempt de toute tare.
Dans l’histoire, les parents du héros, décontenancés par ce profond toilettage de leur génome, s’interrogent sur l’éventualité de laisser un peu de place au hasard…
L’argumentaire du souriant généticien pour désarmer les parents est bien huilé :
« Vous voulez donner à votre enfant le meilleur départ dans la vie. […] Et rappelez-vous que cet enfant, c’est toujours vous, simplement le meilleur de vous. »
(en américain : « You want to give your child the best possible start. […] And keep in mind, this child is still you, simply the best of you. »)

C’était il y a 15 ans. C’était de la science-fiction !
« C’était » car la science a continué ses expérimentations et les fantasmes cinématographiques de la fin du XXe siècle sont en voie de devenir réalité.
Aux États-Unis, le Fertility Centers of Illinois a mis au point un programme dont le nom fait froid dans le dos : Creating Your Family.
De fait, pour composer votre famille, il vous est proposé des dons de sperme, d’ovocyte, d’embryon, le tout à réimplanter dans le ventre de la future mère ou à confier à des mères porteuses.
Cerise sur le placenta, les brillants généticiens se chargent de faire disparaître l’embryon si d’aventure une anormalité génétique était soupçonnée.
Il faudra tout de même attendre quelques années avant de pouvoir choisir la taille, la forme de la bouche et la couleur des cheveux…
Alors, en France, avec un gouvernement qui s’emploie à nous faire gober que l’homme est une femme comme les autres, on imagine bien que certains couples – ou certaines paires – seront sensibles à l’opportunité de s’éviter le risque d’avoir un enfant pas tout à fait comme ils le voulaient, voire de refiler la « corvée » de porter un enfant à d’autres.
Décidément visionnaire, Pierre Bergé aurait pu aller plus loin :
Il se prépare des usines à bébé dont les ouvriers seront les mères porteuses.

Ayant flairé que le marché du bébé à la carte allait s’ouvrir en France, notre laboratoire américain débarque la semaine prochaine dans un hôtel chic de la capitale — petits budgets s’abstenir — pour expliquer aux futurs clients-parents l’univers des possibles.
Enfin… des bientôt-possibles si le gouvernement cède à la poignée de socialistes enragés qui continuent de faire pression pour la PMA et la GPA.

Alors, contre la filiation-fiction et contre une société dans laquelle il faudra confier ses gamètes à un savant pour avoir un enfant compétitif, restons mobilisés.

Hugo Bony

Source : « bdvoltaire.fr » du 15/04/2013

Les clonages ne seront pas abandonnés mais réservés à la classe ouvrière et non pensante !
Il manque un volet à l’Enfer de Dante !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Islam Incompatible Ici

 

Islam Incompatible Ici dans Toutes Religions nomosquethumb152-e1373993778412

 

LES   MUSULMANS   DOIVENT   CHOISIR   ENTRE   LA   FRANCE   OU   L’ISLAM

Assez tourné autour du pot.
Islam ou islamisme ?
Islam en France ou islam de France ?
Versets de haine ou versets d’amour ?
Port du voile interdit ou autorisé ?
Poursuites judiciaires devant la 17e chambre ou liberté d’expression ?
Tous ces débats, in fine, n’ont pas de sens.
Parce que, tout bien réfléchi, ils reposent tous sur un postulat erroné :
L’islam serait une religion et, à ce titre, serait protégé par la Constitution.

Or il n’en est rien, pour plusieurs raisons.

L’islam n’est pas conforme à l’article 1 de notre Constitution.
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.
Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion.
Elle respecte toutes les croyances.
Or, l’islam refuse la démocratie puisque la démocratie est la voix et le désir du peuple quand l’islam est l’asservissement de tous à Allah.
L’islam refuse la laïcité puisque Coran et hadiths imposent les règles de la vie privée ET publique…
Hasard si dans tous les pays musulmans la source de la loi est la charia, sauf en Turquie, puisque la Cour européenne des droits de l’homme a décrété que celle-ci était incompatible avec la démocratie ?
L’islam refuse la liberté de ne plus croire, de ne pas croire, d’être polythéiste :
« Quiconque change sa religion, tuez-le. »
Ces propos attribués à Mahomet sont rapportés par al-Boukhari.
L’islam affirme que les musulmans sont supérieurs aux autres :
« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. » 3.110.
L’islam refuse l’égalité hommes-femmes.
« En ce qui concerne vos enfants, Dieu vous prescrit d’attribuer au garçon une part égale à celle de deux filles. » 4.11.
Quant à assurer l’égalité de tous devant la loi sans distinction de religion, les incidents et revendications à répétition pour du halal, le port du voile, les salles de prières en tous lieux… prouvent que l’islam impose la prise en compte de la religion de ses adeptes et, à ce titre, n’est pas constitutionnelle.

Mieux encore, l’islam n’est pas une religion mais un système politique totalitaire.

Il faut commencer par les spécificités de la religion dans le monde occidental.
Je renverrai les lecteurs à l’introduction qui y est consacrée dans « l’Encyclopaedia Universalis » et notamment ce passage :
« De cette double étymologie il n’y a rien à conclure, si ce n’est que les langues occidentales […]ont appris à spécialiser un vocable pour distinguer des autres institutions sociales l’appareil des croyances et des rites.
Or c’est là une initiative de rupture, qui tend à penser séparément ce qui ne l’avait jamais été.
Les sociétés archaïques sont tellement pénétrées de surnaturel qu’il n’est pas question d’isoler la sacralité de la socialité elle-même. Elles n’ont pas une religion.
C’est leur constitution du social qui est intrinsèquement religieux. »
Autrement dit, la civilisation occidentale a accouché de la séparation du politique et du religieux, du privé et du public, fondements de la laïcité, émancipatrice.
Et l’islam, en tant que survivance d’un système archaïque, n’est pas adaptable à notre modèle.
Alors l’islam, système politique totalitaire qui ne laisse aucune liberté à l’homme ?
Secte cherchant à s’implanter sur notre sol ?
Tout cela et bien d’autres choses encore, tout sauf une religion et, à ce titre, il ne peut bénéficier des avantages et protections d’icelle.

L’islam doit donc être interdit en France et les musulmans doivent choisir entre la France et l’islam.

Christine Tasin

Source : « bdvoltaire.fr » du 15/04/2013

 

Les actualités U.S. sont hors-sujet sur ce site Français, en Français et pour qui se passionne pour la Nation Française Historique.

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

 

 

Choisir La France ?

LE CHOIX EST SIMPLE, SOIT L’IMMIGRATION, SOIT LA FRANCE ! LA FRANCE, BIEN SUR !

Bernard Stasi est rentré dans l’histoire grâce à un livre intitulé sérieusement : « L’immigration : une chance pour la France ».
Très probablement s’était-il inspiré, pour trouver le titre de son ouvrage, du slogan de la société de 1984 :
« La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »

Excepté à Aymeric Caron, les méfaits de l’immigration ne sont plus à démontrer.
Les petits joueurs invoqueront uniquement le « dumping » social induit inéluctablement par l’immigration de masse.
D’autres, plus courageux, invoqueront le remplacement de population.
Mais nous le savons tous, le premier méfait de l’immigration est une explosion, dans l’espace public, de l’incivilité, de la délinquance et de la criminalité.
Bien sûr, on ne trouvera aucun sociologue du CNRS pour le confirmer.
Mais votre serviteur ayant des yeux fonctionnant assez bien, il se passe de l’autorisation du pouvoir pour dire que la réalité est la réalité.
L’attaque de diligence du RER de Grigny par des racailles « suédoises » ou la fermeture du Louvre suite aux malversations des pickpockets « islandais » sont des exemples très intéressants, illustrant que l’immigration est désormais une menace pour la France.
Une menace pour la conservation physique et le bien-être du peuple de France.
Une menace pour le tourisme, donc pour une branche très importante de son économie.
Une menace pour la cohésion nationale, car les Français d’origine « suédoise » seront à terme assimilés aux délinquants et criminels d’origine « suédoise », ce qui conduira à leur injuste ostracisme.
Une menace pour le prestige de la France qui, partout dans le monde, acquiert la réputation d’un pays où l’on ne peut plus marcher tranquille.

Moralité ?
L’immigration doit immédiatement être arrêtée.
Sa poursuite relève véritablement du suicide.
Mais, rétorquera le lecteur naïf ou bobo à l’auteur de ces lignes, si nos gouvernants font venir chaque année en France l’équivalent de la ville de Toulouse en immigration légale, c’est bien que la France doit y avoir intérêt, non ?
La réponse est évidemment non.
Pas plus que la France n’a intérêt à rester dans l’UE, celle-ci n’a intérêt à l’immigration.
Le paiement des retraites ?
Faisons travailler les cinq millions de chômeurs français et ce sera réglé.
Alors pourquoi, pourquoi cet acharnement à faire rentrer chaque année des individus qui, pour la plupart d’entre eux, seront d’une façon ou d’une autre une charge pour la France ?

Les raisons sont multiples.
Mais nous n’en citerons ici qu’une seule :
Parce que, par l’immigration, le pouvoir, le vrai, applique une véritable stratégie de la tension.
L’immigration permet à notre pouvoir réputé démocratique de nous faire baisser les yeux de façon informelle, non officielle. L’immigration est en quelque sorte le fouet que nos maîtres font claquer pour nous dresser.
L’immigration apprend au peuple à rester sage et à baisser les yeux.
Comme il est dit dans un best-seller cher à l’auteur :
« Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. » (Matthieu 13:9)

Qu’on se le dise, à l’avenir, le peuple français devra choisir.

Il choisira entre deux horizons désormais incompatibles : l’immigration ou la France.

Adrien Abauzit

Source : « bdvoltaire.fr » du 15/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

‘Res Publica’ Est Bafouée

LE   MEPRIS   AFFICHE   D’UN   POUVOIR   DISCRETITE

Après la mise aux voix précipitée du projet de loi Taubira vendredi matin au Sénat où, à la suite de débats bâclés, le texte a été adopté à main levée dans un hémicycle à moitié vide, voilà que le président de la République et le gouvernement ont décidé de commettre un véritable coup de force en imposant la deuxième lecture du texte à l’Assemblée nationale, initialement prévue à partir du 27 mai, dès mercredi prochain, 17 avril.

Alors que l’étau de l’impopularité se resserre autour du gouvernement, un exécutif discrédité et lâche montre ainsi son mépris radical du débat public en espérant damer le pion aux opposants au mariage gay, chaque jour plus nombreux et déterminés.

Des opposants dont le Premier ministre et le premier secrétaire du Parti socialiste osent dénoncer la radicalisation, tout en accusant la droite parlementaire de faire le jeu des extrémistes !
Car, à les entendre, le mouvement contre la dénaturation du mariage et de la filiation serait en train de faire sa « révélation »(en anglais « coming out »).
Jusqu’alors apparemment composé de familles bourgeoises « bon chic bon genre » venant à intervalles réguliers, depuis novembre 2012, s’encanailler dans les grandes avenues parisiennes à l’issue de la messe dominicale avec l’absolution de leur curé de paroisse, voilà que le mouvement, récupéré par de dangereux « nervis » d’extrême droite, déraperait en laissant remonter des égouts toute une f(r)ange d’obscurantistes radicaux, voire de fachistes assumés, qui n’auraient qu’une obsession : casser encore et toujours du pédé !
Les défenseurs de la famille ne seraient que de dangereux homophobes opposés à la marche en avant de l’humanité « genrée » vers l’égalité de tou-te-s avec chacun-e et la légalisation au paradis hollandais de la procréation en kit !
On les croyait bien élevés, sapés dans leur « Cyrillus ».
Dupes ou complices, ils se révèlent les ambassadeurs plus ou moins volontaires d’une radicalisation qui fleure atrocement la fragrance nauséabonde des années 30.

Eh bien, le coup de force de l’exécutif de ce vendredi 11 avril serait suffisant à légitimer, s’il en était encore besoin, une radicalisation qui n’est, au sens propre du terme, qu’un retour aux racines.
Ou plus exactement qu’un recours à ce qu’elles recèlent de promesses, que le printemps a pour mission de réveiller après un long hiver où elles n’ont que trop dormi.
« Radical », enseigne « Littré », est ce « qui a rapport au principe, à l’essence, à la racine d’une chose ».
Eh bien oui, le mouvement se radicalise car il ne se contente plus de dénoncer la légalisation à marche forcée d’une parodie de mariage et d’une monstruosité anthropologique dont les enfants sont les victimes désignées.
Il s’attaque désormais à la racine du mal.
C’est pourquoi il s’en prend à une idéologie individualiste et constructiviste mortifère, dont l’actuelle gauche a-morale n’est que l’avatar le plus abject et, il faut l’espérer, ultime.

Les manifestants souhaitent, enfin, tirer de leur légitime colère les conséquences politiques.
Toutes les conséquences politiques.
Déjà, vendredi soir, et comme c’était leur droit, n’en déplaise à Jean-Marc Ayrault et à Harlem Désir, ils demandaient la dissolution de l’Assemblée.
La gauche pense gagner en prenant de court l’opposition populaire.
Elle risque surtout de remporter une victoire à la Pyrrhus.
Le pays réel oscille aujourd’hui entre dégoût et mépris généralisé pour une classe politique qui refuse de prendre la mesure de la révolte qui lève, dans le pays.
Lorsque, demain, elle éclatera, elle n’épargnera pas le système qui permet aux menteurs et aux fossoyeurs d’exercer leur despotisme arrogant.

Cette révolte sera radicale : elle extirpera le mal à la racine.

François Marcilhac

Source : « bdvoltaire.fr » du 14/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

S.O.S. Docteur Fric !

LES    DEPUTES    MALADES   DE    L’ARGENT

Le Mal répandit la Terreur,
Les députés les sénateurs
Nos distingués parlementaires
Emportés par le tourbillon
Du Fric et de ses millions
Couverts de boue se retrouvèrent

Tous ne le surent pas mais tous furent souillés:
On en vit moult occupés
A se dire plus blancs que blancheur de pucelle
Aussi pauvres que Job, vivant à la chandelle
Mais à notre pays follement dévoués
A gauche comme à droite
Plus de nouvelles lois
Mais des airs soupçonneux
Et des « Ce n’est pas moi !
Mais certainement eux »
Le premier des ministres lança » Mes chers amis
Je crois qu’un journal a permis
En nous taillant ce beau costume
Que l’on désigne parmi nous
Celui sur qui notre courroux
Se portera… et partant, que peuple on enfume
Mais cependant craignant très fort
Qu’il refuse d’être hareng saur
Point nous flatterons nous ; semblons sans indulgence
Sur l’état de nos conscience.

Pour moi en ma ville nantaise
Il m’arriva, quelle fadaise !
D’avoir un jour commis, par simple suffisance
Une peccadille mais alors sans la moindre importance
Dont aujourd’hui nécessité pure
Je veux ici dire l’injure,
Carabistouille que ma foi
Le temps en coulant effaça,

Je me dévouerai donc, s’il le faut, mais je pense
Qu’il est bon que chacun s’accuse ainsi que moi
Sans la moindre des complaisances
Sans l’ombre d’une mauvaise foi :
Car l’on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus pourri de chez nous croupisse
Dans cul de basse fosse où nous l’aurons planqué.

Si vous me désignez
J’y serai résigné
Mais que mes procureurs, même les hollandistes
Sachent que pour toujours, ils nourriront ma liste.

Monsieur dit Cahuzac…. Monsieur !….. Permettez moi !
Ça vous me connaissez …. moi qui fus toujours droit…
Qui n’eut jamais euros planqués aux paradis
Où l’or n’a d’autre odeur que celle du profit,
Ni au temps du passé, ni en ces temps présents
Je le jure en ces lieux très solennellement
Permettez moi, Monsieur, d’être votre garant.
Une faute avouée, effacée par le temps
Que voulez-vous de mieux ? Vous êtes innocent !
Et, si quelqu’un peut bien de vous se porter sûr,
Devant cette assemble, c’est bien moi je l’assure

Ainsi dit Cahuzac, et flatteurs d’applaudir
Sans songer un instant à trop approfondir
Chacun surenchérit la gauche soulagée
Comme redevenue nuée de pureté

Hélas, trois fois hélas, dans toutes les gazettes
Le casuistique émoi de la noble assemblée
Les aveux d’innocence hautement proférés
Ne pouvaient parvenir à valoir tripette.

Pour calmer la colère qui montait de la rue
Et les rires moqueurs de l’Europe venus
Il fallait trouver autre chose :
Repeindre le Palais en rose ?
S’empoisonner à la ciguë ?
Aller à Canossa tout nus ?
Faire de Najat, Jeanne la vierge ?
A Rome aller brûler un cierge ?
Ou jusqu’au Panthéon faire offrande
D’une des cravates d’Hollande ?
Las, rien ne pointait dans la nuit,
Le poison était dans le fruit,

C’est alors …qu’un fichu matin
Entre le bol, la tartine ou le petit pain au raisin
Nue comme un ver la Vérité
Sortit du puit, toute mouillée

C’est alors… que l’on découvrit
Le nom du ver qui dans le fruit
Avait introduit l’infamie
De la droite ne venait point
Mais né à gauche c’est certain
En un mot comme en cent aussi
Le Cahuzac avait menti !
Avec des euros plein les poches
Planqués sans la moindre anicroche
A Lausanne ou à Singapour
Lieux discrets, fructueux séjours.

Cahuzac illustre ministre
Du gouvernent socialiste
À l’opprobre fut condamné
Non qu’il ne l’ait pas mérité
Mais combien de ses procureurs
En magouilles furent ses frères
Au temps de triches financières
Et aujourd’hui ses contempteurs
Moralité

Si passant au Palais Bourbon
Un jour tu croise l’un de ceux
Qui nous prennent toujours pour des cons
Sauve-qui-peut

Silène

Source : « ripostelaïque.com » du 13/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Des Parents Vigilants

Des Parents Vigilants  dans SANTE apprendre-300x199

NOUS   POUVONS   ENCORE   NOURRIR   LA   VIE   INTERIEURE   DE   NOS   ENFANTS

Pour lutter contre l’hyperstimulation ambiante, l’enfant peut être encouragé dans un retour en soi.
De nombreuses initiatives parentales tentent aujourd’hui de faire contrepoids à l’«hybris technologique» qui semble prendre nos petits dès leurs premiers dix ans (smartphone, Facebook, télévision, jeux vidéo, etc.)
Ainsi, l’Expérience – la majuscule montre l’ampleur du projet – que « Susan Maushart », journaliste new-yorkaise, vient de mener avec ses trois enfants: six mois sans le moindre média électronique!
Elle raconte dans son livre « Pause » (Éditions « NIL ») les difficultés de chacun (y compris les siennes) pour accepter une vie « déconnectée », mais elle livre un bilan positif :
Au terme de cette abstinence forcée, «j’ai vu mes enfants émerger peu à peu de l’état de « Cognitus interruptus »si je puis dire qui avait caractérisé tant et tant de leurs heures de veille, pour devenir des penseurs plus logiques et plus concentrés».
Une autre option est de convertir les enfants à la méditation:
Ainsi une « association britannique », partenaire de l’Université d’Oxford,conçoit des formations de huit semaines de Pleine Conscience pour les écoliers.
Aujourd’hui, leur mot d’ordre « b» (prononcer dot-be) -«arrête-toi, respire et sois!»- est suivi par les enfants de 12 pays, y compris la France.

Se retenir d’anticiper les réponses
Faut-il donc en arriver à la mise en place de tels «dispositifs» pour que les enfants d’aujourd’hui aient du plaisir à revenir à leur vie intérieure?
Pas si sûr, affirment les psychologues spécialistes de l’enfance.
«La méditation, la contemplation, le retour à soi…
L’enfant les a spontanément, rappelle « Etty Buzyn », psychanalyste et auteur de « L’autonomie, mode d’emploi »(Éditions « Albin Michel »). Le problème, c’est qu’on a endommagé ce trésor inné avec nos tentations d’hyperstimulation.»
Après les années 1960, il s’est agi «d’éveiller» l’enfant par tous les moyens.
Apprendre à lire aux bébés, une langue étrangère aux deux-trois ans, la danse rythmique pour qu’ils soient à l’aise dans leur corps… Mais aujourd’hui, revenus des bienfaits de ces «activités d’éveil», les parents souhaitent surtout des enfants calmes.
«C’est l’effet de balancier d’un excès à l’autre, commente « Etty Buzyn ».
Il faut revenir à la juste mesure :
L’enfant est naturellement équipé d’une capacité à rêver, nourrir sa vie intérieure, se poser des questions de fond…
Les parents, pour l’accompagner, ont juste à se retenir d’anticiper les réponses en lui mâchant tout le travail introspectif!»
Cette capacité de réflexion profonde, « Nicole Prieur », psychothérapeute qui vient d’écrire « Nos enfants, ces petits philosophes » (Éditions « Albin Michel »), la constate tous les jours dans son cabinet.
«Dès qu’ils ont six-sept ans, mes petits patients me posent des questions existentielles : D’où je viens ? Pourquoi on meurt ?
Ils ont ce sens du questionnement sur l’origine, notre finitude, qui est inné et commun à tous les enfants, et qui marque notre intériorité», observe la spécialiste tout en remarquant «que, contrairement à il y a une quinzaine d’années, ils n’ont plus de lieux – catéchisme ou colonies de vacances, etc. -, où explorer ces questions avec d’autres».

«Ne pas avoir peur de toucher une transcendance»
Dès lors, comment les aider à prendre goût à l’intériorisation ?
«En leur laissant du temps pour cela», estime « Etty Buzyn », qui a aussi écrit sur l’importance du rêve et de l’imaginaire dans le développement des enfants.
Et de se rappeler avec émotion ce petit garçon qui, se promenant avec elle au jardin du Luxembourg, passa de longs moments à lui décrire les lettres qu’il «voyait» dans les branches des arbres.
«Lorsqu’un enfant s’émerveille, l’important est de faire silence auprès de lui et de lui montrer qu’on est conscient de la profondeur qu’il perçoit.»
Ces «instants d’éternité» captés devant un tableau au musée ou un coucher de soleil sur la mer sont aussi amenés naturellement par la réflexion philosophique.
«Lorsqu’ils s’interrogent, il faut vraiment les laisser dérouler leur questionnement, relancer par d’autres questions», suggère « Nicole Prieur », invitant même les adultes à «ne pas avoir peur de toucher une transcendance, car cette démarche va contre le “tout, tout de suite” et le zapping ambiants».
L’important, pourtant, reste d’encourager leurs différences, leurs goûts uniques.
«Peu à peu, l’enfant sélectionne de façon autonome certains éléments de son environnement qu’il fait siens, explique « Etty Buzyn ».
La musique ou des couleurs, un personnage ou une histoire, etc.
Les parents n’ont qu’à lui ouvrir le plus de portes afin qu’il exerce au mieux son extraordinaire faculté d’observation, et qui est à respecter chez chaque enfant.
Ce qui lui permettra de faire le tri pour construire sa personnalité.»
Et la psychanalyste d’évoquer l’influence exemplaire du père de Léonard de Vinci.
À son fils qui n’allait pas à l’école, il répétait aussi souvent que possible: «regarde – bien!».
Un sésame qui donna de nombreux fruits comme chacun sait.

Pascale Senk

Source : « sante.lefigaro.fr » du 12/03/2013

Cela fait du bien de savoir que la « toute puissante éducation nationale » ne réussit pas à rendre inutile l’éducation de ses parents pour un enfant, au contraire elle lui est aujourd’hui plus que nécessaire !

Le Fifils A Sa Mémère !

ON    PAYE    LA    PROTECTION   DU    FISTON    DE    VALERIE    TRIERWEILER

De mémoire, jamais « Première dame » n’a été aussi détestée dans l’histoire de la République.
On se souvient de cette bonne ménagère qui, à Dijon, avait glissé à François :
« Ne vous mariez pas avec elle, on ne l’aime pas ! »
Le peuple avait cruellement parlé.
Il faut dire qu’en plus de ses tweets de collégienne boutonneuse, la Valoche a la main leste quand elle s’agrippe à la capuche des journaleux !
Pas vraiment classe, la mégère.
Grand moment d’Histoire, son épopée pitoyable dans les rues de Tulle, filmée par « Le Petit Journal » de « Canal », a montré une femme s’accrochant désespérément à son bout de statut.
Et c’est un combat de chaque instant :
La Valoche était parfois semée sur un trottoir par son Jules, tout obnubilé par des mains à serrer !

Les récentes révélations du « Point » ne vont rien arranger pour la donzelle :
Le public apprend, en effet, que le fils cadet de Valérie Trierweiler (qu’elle a eu avec son ex) bénéficierait d’une garde rapprochée.
Le môme de 15 ans serait escorté quotidiennement par une escouade composée de « deux policiers, d’un brigadier et d’un gardien de la paix qui se relaient chaque jour pour l’emmener au collège dans leur voiture de service », dixit l’hebdo.
Denis Trierweiler (l’ex) serait, lui aussi, sous protection du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR).
Tarif pour vous et moi, pauvres contribuables :
Plus de 71.000 euros par fonctionnaire (chiffres de la Cour des comptes)… sans compter leur salaire.
Ça vous reste en travers du gosier ? C’est normal.
Surtout au moment où l’État est en pleine réforme de la protection rapprochée des politiques, qui coûterait chaque année des millions d’euros au Trésor public.
Comment justifier que ce gamin, qui n’a aucun lien avec le Président (légalement, ce n’est même pas son beau-fils puisque le marieur des gays n’est pas marié lui-même) soit sous protection de la République ?
« Il y a de bonnes raisons pour que le fils de Mme Trierweiler soit suivi par des policiers », explique « Patrice Biancone », le directeur de cabinet de la compagne de François Hollande, ajoutant qu’il « ne souhaite pas s’étendre sur le sujet ».

« Biancone », ancien journaliste de RFI, sait sans doute de quoi il parle…
De nombreuses « boules puantes » selon la presse de gauche, rumeurs parfois glauques il est vrai, circulent sur la Toile concernant le fils de la « Première people » de France.
De facto, l’ado s’est transformé en cible vivante pour les paparazzis et autre barbouzes du Web.
Soyons honnêtes, la pression doit être forte pour cette moitié de Louis XVII sauce Closer.
D’où cette montagne de fric pour le protéger ?
Réagissant à cette info, ma voisine a rué dans les brancards :
« Merde, son fils c’est quand même pas Martin Luther King, il ne risque pas une balle ! »
Ma voisine a parfois du bon sens.

Joris Karl

Source : « bdvoltaire.fr » du 13/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Evadé Insaisissable

 

Evadé Insaisissable dans SECURITE portes-ouvertes1

 

INTERPOL  EST  MOBILISE  POUR  RETROUVER  L’EVADE  DE  SEQUEDIN,  UN  BRAQUEUR  INSAISISSABLE

L’homme qui s’est évadé de la prison de Sequedin samedi matin s’était repenti en 2010, avant d’être à nouveau soupçonné d’avoir participé à des braquages…
Dans un livre publié en 2010, il se disait repenti, lassé de la cavale.
Ce samedi, ce dernier, braqueur multirécidiviste, s’est pourtant évadé de la prison de Sequedin (Nord) au moyen d’explosifs.
Un nouveau rebondissement dans un parcours déjà très heurté.
Originaire de Creil (Oise), où il naît en 1972, le futur délinquant grandit dans un quartier difficile.
Caïd de banlieue, «braqueur des cités», comme il se définit lui-même en couverture du livre qu’il a co-écrit il y a trois ans, il va au fil des années se spécialiser dans des types d’attaques plus proches des habitudes du grand banditisme.
A son actif, la BNP de Creil en 1995 avec prise d’otage, une société informatique d’Evry (Essonne) en 1996, ou encore un fourgon blindé à Villepinte (Seine-Saint-Denis) en 1997.

«La prison, c’est trop cher payé»
Après trois ans de cavale qui le mènent en Suisse et en Israël, le braqueur est finalement arrêté fin 1998.
Il est condamné à trente-et-un ans de réclusion.
Mais il n’en effectuera que dix, bénéficiant d’une libération conditionnelle au début de l’année 2009.
Un tournant dans sa vie, du moins le croit-on.
Devenu officiellement cadre commercial dans le bâtiment public, celui qui a alors 37 ans se lance dans l’écriture d’un livre sur sa vie avec « Jérôme Pierrat », journaliste spécialisé dans le grand banditisme.
Il s’y présente en spécialiste des braquages et exprime surtout ses regrets.
«La prison, tu la fais dans la douleur.
Il y a beaucoup de jeunes, des dingues, et très peu de vrais truands.
C’est trop cher payé», confiait-il ainsi au Point en octobre 2010.
A la même époque, on lui prête des contacts dans le monde du cinéma, où des producteurs et réalisateurs voient en lui un conseiller technique.
L’image du repenti est parfaite.

La cavale, encore
Mais tout bascule à nouveau en 2010.
En juillet, une policière municipale, « Aurélie Fouquet », est abattue à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) lors d’une course-poursuite faisant suite à une tentative de braquage.
Une attaque à l’arme lourde, qui porte, selon la police, le sceau de notre braqueur.
En janvier 2011, un coup de filet permet l’interpellation de 27 personnes.
Le braqueur repenti, lui, reste introuvable.
Par la voix de son avocat, il assure alors qu’il n’est en rien impliqué dans l’attaque de Villiers et annonce qu’il va se rendre.
Au lieu de cela, il choisit la cavale, encore.
Celle-ci durera moins longtemps que la première.
En juin de la même année, il est arrêté à Villeneuve-d’Ascq (Nord).
Il était «peut-être sur le point de participer à un projet de braquage de transport de fonds dans la région lilloise», révèlent alors des sources proches du dossier, citées par « La Voix du Nord », qui indique par ailleurs que l’ancien «braqueur des cités» est également soupçonné d’avoir participé à l’attaque à l’explosif d’un fourgon de transports de fonds entre Arras et Lens en mars.
Le braqueur, âgé maintenant de 40 ans, est à nouveau incarcéré, à Sequedin.

Source : « 20minutes.fr » du 13/04/2013

UN   MANDAT   EUROPEEN   EST   DIFFUSE

Le braqueur est recherché dans l’ensemble de l’espace Schengen, selon la garde des Sceaux, Christiane Taubira…
Après le choc de l’annonce de son évasion, les autorités sont entrées dans la phase de traque du braqueur.
Samedi soir, lors d’un point presse, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, a ainsi annoncé qu’un mandat d’arrêt européen avait été diffusé «dans l’ensemble de l’espace Schengen», et qu’Interpol était également mobilisé pour retrouver celui qui s’est spectaculairement échappé samedi matin de la prison de Sequedin (Nord), où il était incarcéré depuis 2011.
«Les recherches, dans un premier temps, concernent évidemment la Belgique, puisque nous avons une frontière commune, mais s’étendent à l’ensemble de l’espace Schengen et au-delà», a déclaré Christiane Taubira lors de ce point-presse organisé devant la prison.
La prison de Sequedin se trouve en effet à quelques kilomètres seulement -une quinzaine tout au plus- de la frontière belge.

Un fuyard armé
La police a, semble-t-il, perdu la trace du fuyard sur l’autoroute A25.
C’est là, à hauteur de « Ronchin », au sud de Lille, que le détenu a abandonné son dernier otage et sa première voiture, que ses occupants ont pris soin d’incendier, avant de monter dans un autre véhicule.
Redoine Faïd est armé et a des explosifs en sa possession, a précisé le procureur de Lille, « Frédéric Fèvre », lors d’un point-presse à proximité de la prison, en fin de matinée.

Source : « 20minutes.fr » du 13/04/2013

Une telle engeance multirécidiviste donc irrécupérable aurait plutôt eu sa place en centre de détention !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

1...8081828384...86

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43