Archive | ENFUMAGE Flux RSS de cette section

Droite Ou Gauche, Même Politique !

F.HOL.traitre

Gouverner, c’est trahir !

Les gouvernements se suivent… et nous réchauffent  toujours les mêmes plats !

 « Nous avons été entendus »
…il y a des baisers qui tuent !

«  La direction qui a été donnée par le gouvernement est la bonne. » Ce « satisfecit » dans la bouche de « Laurence Parisot » qui, jusqu’à preuve du contraire, préside aux destinées et défend les intérêts du MEDEF.
« Pierre Laurent », secrétaire général du Parti communiste et cogérant du Front de gauche, ne partage pas l’enthousiasme de la petite dame patronnesse aux yeux bleus.
Pour lui, le plan de redressement décidé par le président de la République et annoncé par le Premier ministre est « un coup de massue contre le pouvoir d’achat. » 
Il est certain, quoi qu’on en pense du reste, que ce n’était pas la peine de changer de gouvernement si c’était pour voir celui qui se réclame du socialisme :
- décréter de nouvelles coupes dans les dépenses publiques,
- alléger les charges des entreprises
- et décider une hausse de la TVA, cet impôt qui, comme le disait très justement un certain François Hollande, est injuste puisqu’il pèse également sur tous et donc aussi bien sur les plus pauvres que sur les plus aisés. C’est bien pourquoi, candidat à l’Élysée, le représentant du peuple de la gauche et de la Corrèze réunies s’était engagé à ne pas en relever le taux.
On peut évidemment se féliciter qu’en charge de la France, François Hollande découvre les dures réalités de la vie et de l’économie.
On peut aussi s’étonner qu’il mette sous le boisseau certains des engagements qu’il avait pris, tels le droit de vote des étrangers ou le non-cumul des mandats et qu’à défaut de tenir ses promesses, il tienne celle des autres, et nommément d’un certain Nicolas Sarkozy.

« Gouverner, c’est prévoir »,

avait écrit « Emile de Girardin », ancêtre un peu oublié de la presse à grand tirage.

« Gouverner, c’est choisir »,

avait déclaré « Pierre Mendès France ».

Une autre maxime résume mieux le principe commun à tous les gouvernements, qu’ils soient de droite ou de gauche :

« Gouverner, c’est trahir. »

Introduction à la vie des votes
Les coups les plus durs et, à l’occasion, les plus bas ont été échangés au long de la longue campagne présidentielle américaine, entre les deux candidats et surtout entre leurs comités de soutien ou leurs supporters sous la forme de clips, de montages, de rumeurs et de calomnies en tous genres.
Force est de constater qu’aussitôt le résultat acquis, respectant une forte tradition anglo-saxonne d’élégance et de « fair play », le vainqueur comme le vaincu ont rendu au suffrage universel, pilier de la démocratie, l’hommage qui lui est dû, le premier en saluant la campagne de son adversaire, le second en adressant ses vœux de réussite à son heureux rival.
Élégance et discrétion caractérisent également le fonctionnement de la démocratie populaire chinoise.
Dans cet heureux pays, on n’assomme pas le peuple souverain d’affiches, de slogans, de meetings, de débats, on ne gaspille pas des milliards dans des campagnes d’un coût scandaleux, bien mieux on épargne aux citoyens la fatigue et le dérangement inhérents aux opérations de vote.
C’est entre une dizaine de seigneurs de la guerre, et derrière le rideau, que se règle, pour dix ans, la question du pouvoir.
Là, tous les coups sont permis, coups tordus, coups fourrés, coups de poignards, voire coups d’État, mais nul n’en saura rien et, le jour venu, les heureux mal élus arboreront devant les caméras un visage apaisé et un sourire impénétrable.
L’UMP se situe à mi-chemin entre les deux.
Aux Américains, et accessoirement au Parti socialiste, le grand parti de gouvernement de la droite a emprunté le système des primaires, accommodé à sa propre sauce.
Mais le vote n’a pas encore eu lieu que déjà les insinuations et les accusations fusent entre les deux candidats et néanmoins amis.
Le secrétaire général est soupçonné d’utiliser à son seul profit les fonds dont il dispose et les fichiers dont il interdit l’accès à l’ancien Premier ministre.
On met en doute de part et d’autre la transparence et la sincérité du scrutin.
Déjà on redoute et l’on dénonce les manipulations, les bourrages d’urnes, les truquages de toutes sortes qui se préparent au sein des fédérations.
Que voulez-vous, la triche est depuis toujours dans les gènes du mouvement « gaulliste » et ce n’est pas Charles Pasqua ou Jacques Chirac que cela surprendra.

Boucs émissaires
Accusé à tort et finalement bénéficiaire d’un non-lieu, Laurent Fabius a vu pendant un quart de siècle son nom, sa réputation et finalement sa carrière associés à l’affaire du sang contaminé alors qu’il était justement celui qui, en tant que Premier ministre, avait le premier pris conscience de l’ampleur du scandale et y avait mis un terme.
La mise en examen de Martine Aubry dans l’affaire de l’amiante est totalement injustifiée au regard de la chronologie, des fonctions qu’elle occupait en 1987 à la direction des relations du Travail, puis du rôle qu’elle a joué au contraire, dès 1997, en tant que ministre de l’Emploi et de la Solidarité dans l’interdiction d’un matériau longtemps considéré comme miraculeux avant d’être, à juste titre, dénoncé comme directement responsable de la maladie et de la mort de dizaines de milliers de salariés cyniquement exposés au fléau par la direction d’Eternit.
Il y a suffisamment de reproches politiques à faire à la dame des 35 heures.
N’allons pas charger sa barque d’un faux procès.

Dominique Jamet

« bdvoltaire.fr » du 27/03/2013

J’en conclus que ni droite ni gauche, leurs représentants vieillisants ou leurs jeunes loups « beurfrancs », toutes leurs cuisines frelatées, ne doivent prétendre s’occuper de la destinée de notre pays.
Mais nous restons là sur notre faim !
Dans ce bourbier qu’est devenu la France, nous sommes impatients de voir surgir le héros ou l’héroïne qui nous sortira de ce bien mauvais pas.

Donnons un coup de jeune aux articles publiés sur « Réalités de France » en gardant leur date de publication initiale.(08/05/2016)

Les Mensonges Médiatiques De M.S.F. !

Alep

Photo aérienne d’Alep

Moscou dément des frappes aériennes sur un hôpital d’Alep

Les autorités russes ont rendu publiques des photos qui prouvent qu’aucune frappe aérienne n’avait été effectuée le 27 avril dernier, contrairement à ce qui est prétendu.
Le ministère russe de la Défense a démenti les informations selon lesquelles un hôpital aurait été la cible d’un raid aérien à Alep, dans le nord de la Syrie le 27 avril, selon le général de brigade « Igor Konachenkov ».

« La nouvelle sur le bombardement d’un hôpital d’Al Quds a été présentée par un grand nombre de médias internationaux comme un exemple de violation des accords américano-russes sur le cessez-le-feu.
Nous avons vérifié ces informations et aujourd’hui nous allons vous présenter l’état des choses réel »
,

a déclaré Monsieur « Konachenkov ».

Monsieur « Konachenkov » a présenté des photos qui prouvent que les informations sur un nouveau bombardement de l’hôpital n’étaient qu’une falsification.

Une photo faite en avril 2016 montre un hôpital détruit.
Une seconde photo de l’hôpital prise en octobre 2015 montre un bâtiment dans le même état, ce qui prouve qu’il n’y a pas eu de bombardement depuis.

Fin avril, l’organisation « Médecins sans frontières » (« MSF ») a fait état d’une frappe aérienne de l’hôpital d’Al Quds, à Alep.
Selon MSF, près de 50 personnes sont mortes dont des médecins et des patients.
Les Etats-Unis ont imputé la responsabilité de cette frappe aérienne aux autorités syriennes et ont appelé Moscou à faire pression sur Damas.

Ces derniers jours, Alep est au centre de nouveaux affrontements.
Des terroristes ont attaqué les positions de l’armée et des troupes des milices, mais les forces gouvernementales syriennes ont réussi à parer l’offensive des combattants terroristes.
Plus de 100 civils sont morts suite aux frappes à Alep.

Une trêve est en vigueur en Syrie depuis le 27 février dernier suite à une entente intervenue entre la Russie et les Etats-Unis.
Toutefois, la trêve ne concerne pas les organisations reconnues comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’Onu.
Les frappes contre le groupe djihadiste « Etat islamique » (EI ou Daech), le « Front al-Nosra » et d’autres groupes terroristes se poursuivent.

source : https://fr.sputniknews.com/international/

http://www.wikistrike.com  du 05/05/2016

Paru initialement sur le site transitoire « Réalités de Francie » le 05/05/2016.

Mariage Des Socialistes Avec La Finance.

euro

Avec nos sous, bien sur !

François Hollande durant la campagne présidentielle de 2012 a déclaré que son ennemi était la finance.

Cette affirmation destinée à séduire son électorat cache mal une réalité différente :
les socialistes et la finance sont alliés.

La loi « El Khomri » sur le travail est une illustration de la mise en place de mesures libérales concernant les modalités de licenciement.

L’inspirateur de cette loi serait le ministre de l’économie « Emmanuel Macron », ancien banquier d’affaires de « Rothschild ».
La majorité du parti socialiste s’est convertie au libéralisme en 1983 afin de poursuivre la construction européenne.
La gauche est même devenue ultra-libérale concernant les réformes sociétales et la libre circulation des individus.
Les socialistes ont imposé le mariage homosexuel et laissé les frontières ouvertes à une immigration de peuplement.
La suppression des frontières est également le souhait de la finance qui peut ainsi bénéficier d’une main d’œuvre immigrée bon marché.

L’individualisation de la société est le second objectif commun des socialistes et de la finance.
L’idéal est de transformer tous les hommes en consommateurs hédonistes.
Ils doivent acheter des produits standardisés promus lors de campagnes publicitaires planétaires.
Les économies d’échelle permettent de minimiser les coûts et d’augmenter les bénéfices.
La gauche aide le grand capital en faisant l’apologie du « citoyen du monde » :
un individu sans racine, sans religion, sans race et sans patrie.
Les multinationales souhaitent un monde de consommateurs identiques et la gauche accompagne le mouvement avec son relativisme culturel.
Le désir individuel devient la valeur universelle.
Ainsi le mariage homosexuel, la gestation pour autrui et la procréation médicalement assistée deviennent acceptables puisqu’une demande existe.

Le parti socialiste a le droit de se convertir au libéralisme.
Celui-ci a prouvé sa supériorité sur le socialisme comme modèle de société.
Mais les socialistes sont critiquables quand ils n’assument pas leur libéralisme.
Ils pratiquent la langue de bois au lieu de reconnaître que l’idéologie socialiste agonise.
Ils bernent leurs électeurs. Le parti socialiste pratique un clientélisme électoral pour séduire les minorités :
enfants d’immigrés, homosexuels, féministes…
Il est regrettable que les paysans ruinés, les ouvriers licenciés ou les victimes de délinquants ne fassent pas partie des minorités dignes d’intérêt.
Le parti socialiste est devenu le défenseur de certaines minorités identifiées par la gauche américaine des années 60 et il a abandonné les travailleurs français à leur sort.
D’ailleurs les frondeurs et l’extrême gauche dénoncent cette trahison.
Les restructurations, les délocalisations, la montée de la délinquance et l’islamisation des banlieues n’intéressent pas les socialistes américanisés.
La nouvelle gauche a trahi les travailleurs français au profit de certaines minorités et elle s’est mise à défendre les intérêts de la finance apatride !

http://www.ndf.fr/poing-de-vue   du  04/05/2016

Paru initialement sur le blog transitoire « Réalités de Francie » le 04/05/2016

12

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43