Archive | EUROPE Flux RSS de cette section

Différencier Sionisme et Judaïsme.

juif-orthodoxe

Orthodoxie juive.

Un juif orthodoxe agressé au couteau en Italie.

Un juif orthodoxe de 40 ans a été légèrement blessé hier soir par un inconnu qui l’a agressé avec un couteau devant une pizzeria casher de Milan, ont rapporté les médias italiens et la communauté juive.

L’agresseur l’a touché à plusieurs reprises mais sans gravité à la colonne vertébrale et au visage, lors de cette attaque perpétrée vers 20H00 locales (19H00 GMT).
Le blessé a été conduit dans un hôpital milanais où son état n’inspire pas d’inquiétudes.
La victime était « facilement reconnaissable » à la tenue de juif orthodoxe qu’elle portait.
D’après l’agence AGI, l’inconnu qui l’a agressé et qui a pris aussitôt la fuite portait une capuche et n’a pas prononcé de paroles lors de l’agression.

Des témoignages de la communauté juive locale dans la presse évoquent pour leur part de la présence de trois personnes dont une femme semblant être arabes, et affirment que la victime aurait aussi reçu des coups de poing.
Dans un communiqué, le président du « Congrès juif mondial » (« WJC »), « Ronald Lauder », a jugé « impératif que les autorités italiennes traitent cet incident avec la plus grande sévérité ».

Les motifs de l’attaque ne sont pas connus.
Mais cette agression en Italie survient alors que des agressions au couteau sont perpétrées ces dernières semaines à l’occasion du regain de tension entre Palestiniens et Israéliens, et que le groupe « Etat islamique » (« EI ») a lancé des menaces contre les juifs dans le monde entier.

Source : http://www.lefigaro.fr

civilwarineurope  du 13/11/2015

Ce Fric, Eternelle Idole !

lagarde

Lagarde et le FMI…

Veulent encore plus de migrants pour nous remplacer !
Elle a vraiment une tête de vipère
D’aucuns diraient plus vulgairement qu’elle a la gueule de l’emploi.

Il est de plus en plus clair que les libéraux, les mondialistes, les Européistes et toutes les organisations supra-nationales ont décidé de couler l’Europe pour vendre, vendre, vendre… et faire disparaître les valeurs qui sont les nôtres, qui les empêchent de créer la planète dont ils rêvent.

Ils appellent même les Européens à faciliter l’envoi d’argent des « migrants » dans leurs pays d’origine.
Il faut en effet que la planète entière consomme…
Les migrants, c’est une perte pour leur pays ?
Peu importe, ils compensent en envoyant de l’argent là-bas…
Comment mieux dire que ce qui compte c’est l’argent et non le bien-être des faux réfugiés ?

« De leur côté, les pays d’origine des migrants vont certes pâtir de l’exil de leur population jeune et qualifiée, reconnaît Madame « Lagarde ». »
« Mais ils bénéficient en contrepartie de transferts de fonds des migrants vers leurs proches qui totalisent 436 milliards de dollars en 2014, soit « plus de trois fois » le montant de l’aide publique au développement, note-t-elle, en appelant à réduire les frais de ces transferts d’argent. »

L’argumentation de « Lagarde » est limpide :

« La dirigeante appelle notamment à renforcer la capacité des marchés du travail « à absorber les migrants », à améliorer leur accès à des formations et à faciliter la reconnaissance des qualifications professionnelles acquises à l’étranger. »
« La crise migratoire en Europe met à mal la cohésion de l’UE qui se divise sur la répartition de la charge de l’accueil des réfugiés venus de la Méditerranée.
Un sommet sur la question se tient mercredi entre dirigeants européens et africains. »

Si nous acceptons les migrants, les formons, reconnaissons leurs prétendues formations à l’étranger (comment des gens prétendument en fuite seraient-ils munis de diplômes en bonne et due forme ? ) il est évident que ce sera aux dépens des nôtres.

Or, il y a en Europe 23 millions de personnes sans emploi, et un taux de chômage de 9,5%.

Nous savons que 25 à 35 millions de réfugiés sont attendus dans la même Europe dans les deux ans à venir.

Cela signifie que les migrants viendront prendre le peu d’emploi qui reste, et que nous aurons 50 millions de personnes sans emploi…

Il est clair que pour le FMI cela n’a aucune espèce d’importance, ce qui compte c’est d’avoir toujours plus de consommateurs…
Voici les mots clé employés par Lagarde :

doper l’activité,
impact sur la croissance,
coût…

Ils n’osent malgré tout pas promettre de raser gratis :

« « Les calculs préliminaires du FMI montrent un impact positif modéré des migrants sur la croissance dans les pays de l’UE ».

Modéré… plus sûrement négatif ? !
Le peu de richesses que nous réussissions à faire naître va être consacré à l’accueil des « réfugiés »….

On appréciera le passage sur la population vieillissante, quand on sait qu’une politique nataliste et familiale est possible et coûterait moins cher que l’accueil des migrants…
Et puis faire des enfants dans un pays envahi où leur sécurité est de moins en moins assurée, c’est une gageure…

« Selon Madame « Lagarde », cet afflux –s’il est géré « avec les mesures appropriées– peut être d’abord bénéfique aux pays d’accueil en augmentant leur population active et en dopant l’activité. » « Les calculs préliminaires du FMI montrent un impact positif modéré des migrants sur la croissance dans les pays de l’UE », assure la dirigeante.
« Surtout, cet afflux pourrait permettre de s’attaquer au vieillissement de la population dans les pays riches et de « réduire la pression » sur le coût du système de retraites et des dépenses de santé, assure Madame « Lagarde ». »

Bref, il est évident que depuis des années ils savent tous que nous allons subir une déferlante migratoire, et qu’ils l’ont délibérément organisée.

Les peuples n’ont peut-être pas dit leur dernier mot…

Christine Tasin 

Le blog de Christine Tasin  du 13/11/2015

Djihad Lancé Contre Russie et U.S.A.!

djihad-5x3 (1)

Les Russes n’ont pas peur !

« Partout, jeunesse islamiste, déclenche le « djihad » contre les Russes et les Américains dans leur guerre de croisés contre les musulmans »,

dit le discours prononcé par le porte-parole de « l’EI », « Abou Mohammad al Adnani ».

Grossière erreur de « l’EI » de s’attaquer à la Russie, les Russes ne sont pas ligotés par la repentance !

Les Américains ont de très bonnes troupes, du matériel hight-tech…
Mais ils ont toujours des scrupules à frapper vraiment fort, ça doit dater D’Hiroshima et de Nagasaki où l’usage de la bombe atomique n’était pas réellement justifié mais où il leur fallait un « test »… grandeur nature si j’ose dire.
Sauf que le Japon allait capituler, que tout le monde le savait…
Ils ont choisi de vitrifier deux villes malgré tout, et de faire des centaines de milliers de morts directs et autant sur les années qui suivirent à cause des radiations.

Le projet « Manhattan » c’est un peu la Shoah qui colle au pied des Allemands.
Trop de victimes civiles, et la culpabilité qui reste dans les âmes et les coeurs des descendants de ceux qui ont fait ça.
Ça bloque toute velléité d’y aller à fond…
La repentance !

Les Russes n’ont pas ce problème !
Certes, le régime communiste à fait encore plus de morts, mais le régime à changé justement, et les Russes actuels n’ont aucun souci de repentance !
Ils ne sont plus communiste, ils n’entendent donc pas s’excuser des folies commises par leurs prédécesseurs.

Mais, communistes ou pas, ils restent Russes, et se battre fait presque partie de leur nature.

J’irai même plus loin, la génération actuelle connaît l’histoire de son pays, les jeunes vivent libres, mais ils ne jugent pas les anciens, au contraire, ils les écoutent avec effroi leur narrer l’époque où le mot liberté n’était qu’un mot…
Et cela leur permet d’en apprécier la valeur (contrairement à beaucoup de pays) !

La Russie a donc absolument tout.
Une population nombreuse, beaucoup de jeunes, une force de frappe incroyable…
Et aucune envie de s’être débarrassé du communisme pour le remplacer par la sharia. (ils ne vont pas passer d’un régime totalitaire pour le remplacer par un autre) !

Grosse erreur donc, je le répète, et cette erreur, l’état islamique va bientôt en faire les frais, car les Russes n’en ont rien à faire de ne pas broder dans la dentelle…
Il y a menaces !
Ils vont riposter encore plus fort !

Comme tu le sais, Christine, et comme je l’ai dit déjà ici, j’ai retrouvé mon vrai père.
Il est Russe au départ et il s’est abonné à plusieurs journaux russes.
Ces menaces ne datent pas d’il y a quelques jours, c’est un peu plus vieux que ça.

Mais la réaction des médias Russes est sans équivoque.
La phrase qui revient le plus c’est :

« Une puce compte elle vraiment faire peur à un ours ? »

Et, chose inimaginable ici…
… Le peuple est derrière son président !

Pour moi, si nos politiques avaient les couilles d’inverser l’embargo, de profiter de la faiblesse du dollar pour exiger d’Obama qu’il cesse toute livraison d’armes au proche et Moyen-Orient, « l’état islamique » mordait la poussière en quelques mois.

Mais comme les dirigeants de l’UE ne sont que des vassaux de Washington, ça prendra un peu plus de temps, mais ça n’empêchera pas la défaite de « l’état islamique ».

Avec la Russie, ce dernier a placé la barre bien trop haut !

Oh, il y aura des attentats, beaucoup même…
Mais leur seul effet sera de monter les peuples d’Europe contre leurs dirigeants, et une fois ces derniers déchus, il ne fera pas bon être musulman dans la nouvelle Europe qui naîtra bientôt.

Philippe Le Routier

Le blog de Christine Tasin  du 19/10/2015

Pegida Veut La Démission De Merkel !

pegidapg-5x3 (1)

Pegida  à Dresde.

Les attaques contre Angela Merkel ont fusé lundi soir lors du rassemblement hebdomadaire du mouvement islamophobe allemand « Pegida » à Dresde.

Les militants ont demandé la démission de la chancelière.

« Merkel a fait de l’Allemagne un gigantesque camp dans la jungle »,

a lancé face aux milliers de manifestants « Tatjana Festerling », une candidate de « Pegida » qui avait rassemblé 10% des suffrages en juin lors des municipales de Dresde, raillant la politique d’accueil de la chancelière à l’égard des demandeurs d’asile.

Pour « Tatjana Festerling », qui était absente des rassemblements précédents, la dirigeante allemande est « une bonne femme irresponsable qui bavasse », voire la « femme la plus dangereuse d’Europe », qu’elle accuse de s’abstenir « délibérément de protéger les frontières allemandes ».

Affluence stable

En l’absence de chiffres policiers, un comptage indépendant assuré par l’université de Dresde a fait état de 7500 à 9000 manifestants au rassemblement, soit une affluence stable par rapport aux deux dernières semaines.

Le ton de « Pegida » à l’égard des responsables politiques s’est nettement durci à mesure que des centaines de milliers de réfugiés affluent en Allemagne, de loin le premier pays d’accueil en Europe.

Le Haut-Commissaire de l »ONU’ pour les réfugiés (« HCR »), « Antonio Guterres », a d’ailleurs appelé lundi l’UE à accueillir davantage de réfugiés dans le cadre de sa politique de « relocalisations ».

Source : http://www.rts.ch/info/monde du 12/10/2015

civilwarineurope

du 12/10/2015

Nos médias se gardent bien de nous dire ce qu’il se passe en U.E. et dans le monde quand cela ressemble à des « problèmes », dirons-nous… pour rester vagues.
Donc les états fédérés Allemands ne semblent pas très contents.
En Autriche, l’extrême-droite talonne la gauche dans les élections municipales :
39 % pour la gauche qui sauve sa première place mais 32 % pour l’extrême-droite qui fait un bond historique.
En Biélorussie le Président sortant est très largement réélu avec plus de 83 % des voix.
On ne parle pas non plus des manifestations des noirs aux U.S.A., cela aurait une connotation « raciste » dans notre vieux continent « angélique » !
Etc, Etc !

Procédures pénales contre Merkel ?

alternative-fuer-deutschland-6x3 (1)

« Alternative pour l’Allemagne »

Fin du regroupement familial !
Procédures pénales contre Merkel !
Retour des valeurs identitaires allemandes dans les discours politiques !

Nouveau parti fondé le 6 février 2013, qui exige la souveraineté de l’Allemagne contre l’occupation américaine et  le pouvoir de Bruxelles,  restructuré en juillet 2015 par l’élimination à la suite d’un vote de son président, « Bernd Lucke »,  qui voulait finalement soutenir Bruxelles et le traité transatlantique (ce qui avait été ressenti comme une haute trahison par ses élus et la grande majorité de ses  électeurs), le parti AfD a annoncé le dépôt d’une plainte au pénal contre Angela Merkel pour  organisation criminelle constituant des réseaux de passeurs de migrants illégaux au cours de l’année 2015.

Image de prévisualisation YouTube

« AFD » porte plainte contre  Merkel,
« reine des passeuses »

« Seehofer », chef de la CSU en Bavière, allié de Viktor Orban, dépose une plainte devant la Cour constitutionnelle fédérale contre le gouvernement fédéral au motif de mise en danger de la stabilité et de la sécurité des Länder :

« Orban mérite d’être soutenu,  pas d’être critiqué ! »

Situation sociale catastrophique.

L’Allemagne sombre dans la pauvreté depuis l’instauration de « Hartz 4″ par les socialistes du « SPD », comme si tout avait été prévu pour recevoir de nouvelles populations et permettre la baisse des salaires des Allemands en adaptant ces derniers au niveau de vie de pays plus pauvres.
« Inge Hannemann », ancienne employée de l’’Arbeitsagentur’ (Pôle emploi) de Hambourg, avait dénoncé publiquement la politique inhumaine et catastrophique liée à « Hartz 4″ qui permet de sous payer les salariés, tout en enrichissant les boîtes d’interim qui touchent de l’argent de cet organisme.
Lors d’un entretien, « Inge Hannemann » avait expliqué se sentir menacée d’être envoyée en psychiatrie et elle expliquait que ses mails, son ordinateur et ses conversations téléphoniques, étaient mis sous surveillance.
« Inge Hannemann » avait refusé d’appliquer les contrôles et les sanctions contre les chômeurs.

On a aussi appris que l’’Arbeitsagentur’ a un rôle de  police puisque cet organisme a le droit de  dénoncer  les parents chômeurs au « Jugendamt » qui peut leur retirer la garde de leurs enfants !
Depuis septembre 2015, le gouvernement français, socialiste (lui aussi !)  a également décidé de mettre  en place un contrôle des chômeurs, alors que les élites politiques actuelles, incapables de gérer la société et de protéger son identité, se remplissent les poches sur le dos des citoyens.

« J’ai vu des salariés au chômage complètement écrasés physiquement et psychologiquement par les mesures de l’’Arbeitsagentur’.
Les droits les plus élémentaires ont été retirés aux chômeurs allemands.
J’ai reçu un jour un chômeur qui était allongé sur un lit roulant et je devais l’obliger à trouver un emploi.
Les médecins de cet organisme avaient en effet, validé sa capacité à travailler même pour quelques heures.
J’ai refusé de suivre ces ordres horribles ! »,

a dit « Inge Hannemann » qui a été mise à pied par l’’Arbeitsagentur’.
Aujourd’hui « Inge Hannemann », après une procédure victorieuse contre son ancien employeur, travaille auprès des handicapés de la ville de Hambourg mais elle ne s’exprime plus sur ce sujet.

Les Allemands sont dépouillés de leurs droits, ne peuvent plus facilement se défendre, ni défendre leurs familles, leurs enfants et leurs parents âgés, et actuellement l’Etat les menace.

« La pauvreté toucherait plus de 10 millions de citoyens allemands, sans compter les retraités dont les ressources ne cessent de diminuer depuis 2000 .»

a expliqué en 2014 « Inge Hannemann » dans un entretien à la « Voix de la Russie ».
Les experts veulent supprimer l’âge de la retraite à 63 ans et faire travailler les Allemands jusqu’à l’âge de 74 ans pour réduire les dépenses au lieu d’augmenter les impôts et la dette pour financer l’intégration des réfugiés.

« Les statistiques sur le chômage sont fausses !»,

a-t-elle rajouté.
Berlin, comme Paris, ment à son peuple.

Le « Frankfurter Rundschau » parle en date de février 2015 de 12 millions de pauvres dans le pays, un record en Allemagne !
L’article explique que la pauvreté serait voulue par la politique !
Il suffit de faire un tour dans les rues allemandes pour voir la souffrance de nombreuses personnes, notamment les retraités qui sont les personnes les plus vulnérables !

De plus,  il existe en Allemagne un établissement digne du film  « Soleil Vert », qui recycle les cadavres des vieillards :

www.plastinarium.de.

Les retraités pauvres qui  ne peuvent pas régler un enterrement convenable,  ont dû, de leur vivant, signer un contrat avec  la société de recyclage.
Dans l’immense centre, situé à 2 heures de Berlin dans le Land de Brandenbourg, tout près de la frontière polonaise, les dépouilles  sont entièrement recyclées pour être revendues et enrichir l’industrie qui utilise les produits dérivés obtenus à partir de la matière première gratuite.
Avec le nombre de vieux  retraités qui arrivent « sur le marché » (il est bien question d’un commerce !), l’Etat ne peut plus gérer les enterrements, d’autant plus que les pompes funèbres ont, les unes après les autres, fait faillite pour non paiement de leurs services (surtout dans les nouveaux Länder).
Les services sociaux prennent en charge les frais mais les remboursent trop tardivement, de sorte que les pompes funèbres sont en faillite.
Soutenu par les autorités du Ministère de la famille au niveau du Land qui gère les « Jugendamt », ce centre de recyclage est une chance.
Il donne du travail et permet de trouver une solution à court terme à une situation difficile à gérer, au mépris de la dimension humaine.

Une catastrophe humaine et humanitaire a lieu actuellement en Allemagne.
Dernièrement la police a trouvé des cadavres stockés dans un ancien magasin discount du Land de Brandenbourg dans des chambres réfrigérées construites à cet effet, tant l’infrastructure pour la gestion humaine de la mort a disparu.

Les services sociaux avec les « Jugendämter », les organisations de la jeunesse et des familles, retirent chaque année davantage d’enfants aux parents allemands (344 enfants par jour pour 2014).
En 2015, les  retraits d’enfants de la garde parentale  en Bavière seule,  ont augmenté de 50 % .
Un parent dénonçant les cours sur le « Gender » à l’école et refusant que ses enfants y participent, verra débarquer le « Jugendamt » chez lui pour lui prendre ses enfants.
Il en est  de même, sur dénonciation par les enseignants ou même par les médecins, quand les enfants ont des parents chômeurs.
Si l’enfant porte trop souvent les mêmes vêtements ou des vêtements troués,  si le casse-croûte paraît trop maigre (les enfants déjeunent ensemble à la maternelle et à l’école le matin dans la classe),  le Jugendamt intervient sur signalement de l’enseignant.
Très souvent les parents se trouvent nez à nez avec 3 agents du « Jugendamt » à la maternelle où à l’école en train de prendre leur enfant.
Les parents n’ont même pas le temps de rien lui dire.
Ces actions violentes précipitent leur déchéance sociale de parents dans l’impossibilité de retrouver des forces pour travailler.
De nombreux cas de parents qui ont un travail mais critiquent le système ont aussi la visite du « Jugendamt » et de leurs agents, souvent des femmes.
Ce n’est pas pour rien si le journaliste « Udo Ulfkotte » expliquait dans un entretien :

« Je n’ai rien à craindre. Je n’ai pas d’enfants… »

La Ministre du Travail fédéral a déclaré tout récemment que les migrants rentrés en Allemagne ne vont pas trouver d’emploi car ils ne parlent pas la langue allemande, une langue difficile qui nécessite un certain temps d’apprentissage.
De plus, ils sont analphabètes ce qui nuit à l’apprentissage de la langue et ne possèdent pas, dans la grande majorité des cas, une formation professionnelle.

« Ces réfugiés, 1 million, vont toucher « Hartz 4 ! » »,

a déclaré la Ministre .

Inutile de dire que les citoyens allemands sont sur le point de laisser exploser leur colère et de voter pour un parti politique qui va les protéger !

Nous arrivons à la fin de l’existence des « Grünen » et des lignes politiques suivies par la « CDU » et du « SPD ».
Le fait que l’Etat expulse des citoyens allemands de leurs maisons et appartements pour y mettre les réfugiés, alors que les pauvres  n’obtiennent pas toute cette logistique, participe à l’augmentation de la violence populaire.

Plainte pour
organisations criminelles.

Dans une conférence de presse donné le vendredi 9 octobre, « Alexander Gauland », le vice-président de l’’AfD’, responsable de l’’AfD’ pour le Land de Brandenbourg, accuse Angela Merkel d’avoir servi de  passeur pour les immigrés illégaux.

« Merkel viole constamment la loi !
Elle l’enfreint déjà sur la question de l’Europe.
Dans ce pays, si vous roulez trop vite, on vous retire votre permis de conduire mais quand vous enfreignez les lois, c’est de l’aide humanitaire et un droit de l’Etat.
Nous avons décidé de faire un dépôt de plainte au pénal contre Merkel pour violation du paragraphe 96 alinéa 1 numéro 1 B du droit de l’immigration
Merkel a décidé d’agir sans respecter le droit et les lois…
et elle a déclaré dans un entretien vouloir répéter de telles actions…
Un étranger en Allemagne doit avoir un passeport valide et un visa…
Ces illégaux n’avaient ni passeport ni de visa…
Angela Merkel a donc participé à une organisation criminelle de passeurs… ce qui est puni par le paragraphe 96 du droit sur l’immigration par 5 ans de prison ou une amende…
Nous voulons vérifier si le droit existe encore en Allemagne et  si un procureur  entame la procédure…que nous avons envoyée aujourd’hui ! »,

a déclaré « Alexander Gauland » devant la presse, en brandissant la plainte envoyée au procureur ce vendredi 9 octobre .

La présidente de l’’AfD’, « Frauke Petry », exige le contrôle aux frontières et refuse les individus sans visa. En outre, « Frauke Petry » demande d’annuler le droit aux migrants de faire venir les membres de leur famille en Allemagne par le regroupement familial.

« Pour chaque réfugié, ce sont 8 membres de la famille qui vont venir »,

a dénoncé un autre responsable politique de l’’AfD’.
L’’AfD’ et « Pediga » parlent d’une même voix.
Une nouvelle formation politique forte existe en Allemagne pour retirer le pouvoir à « Die Mutter » et prendre la direction du pays.
Avec les « Pegida » qui ne cessent de grossir, d’autres mouvements parallèles viennent d’être lancés pour occuper de manière démocratique les rues :
« www.wirsinddeutschland-plauen.de », « nous sommes l’Allemagne », un slogan qui fait suite à « nous sommes le peuple ! »
Pour refuser les illégaux et pour les renvoyer dans leurs pays.

De la Bavière, la « CSU » avec « Seehofer », celui qui soutient « Orban », a décidé de déposer une plainte contre l’instance fédérale de mise en danger de la stabilité et de la sécurité des Länder.
« Seehofer » menace de renvoyer par la force les illégaux en Autriche  et déclare agir dans ce sens pour sauver son Land.

Le pouvoir politique identitaire est revenu en force en Allemagne chez les élites politiques et devrait pouvoir compter sur la base du peuple pour changer, par des élections, la politique allemande.
Avec l’action du parti « AfD », nous avons la preuve de la soumission de nos responsables politiques, ainsi qu’en France, pour détruire nos identités.

Olivier Renault

http://ripostelaique.com/  du 11/10/2015

Notre Vice-Chancelier Présidentiel !

hollandus-merkela-4x3 (1)

Merkel et Hollande

Quand elle pulvérise Hollande et Merkel, « Marine » me rend fier de la France !

Image de prévisualisation YouTube

Marine Le Pen au Parlement Européen.

Je l’avoue, j’avais la chair de poule quand j’ai entendu « Marine Le Pen », pendant plus de quatre minutes, dire leur fait à la chancelière allemande et au caniche qui nous sert de président de la République.

Ils avaient l’air tout piteux, tous les deux, pendant le terrible réquisitoire de la présidente du Front national, qui, en peu de temps, a réussi le tour de force de tout dire.

Celui qui fut appelé le vice-chancelier de l’Allemagne paraissait avoir honte, devant sa maîtresse, et se sentait obligé d’essayer de punir l’arrogante.

Mais il est tellement mauvais !
Ce bon à rien n’a pu que bredouiller à « Nigel Farage » que ce n’était pas bien de vouloir sortir de l’Europe.
Pour un peu il lui aurait reproché de vouloir quitter l’euro, sachant que les Anglais sont encore à la livre !

Et bien évidemment, il a fait le coup des heures les plus sombres de l’Histoire à « Marine », osant lui reprocher de vouloir sortir de la démocratie.
Quand on a bafoué le vote des Français, il y a dix ans, avec la complicité de SarkÖzy, il faut oser !

Rappelons tout de même les grandes lignes du discours de Marine.
Elle a d’abord fait remarquer au « Guignol de l’Elysée » qu’il ne se comportait pas en président, et que, quand il affirmait que la souveraineté c’était le déclinisme, il violait la constitution de la France.

Elle lui a marché dessus en lui faisant remarquer qu’il avait applaudi Merkel quand, de manière irresponsable, elle avait donné son accord pour la venue de 800.000 migrants, et que, deux jours plus tard, il applaudissait encore sa volte-face quand elle décidait de fermer la frontière allemande.

Elle l’a piétiné (je suspecte Hollande, dans l’intimité, d’aimer cela) en lui reprochant sa soumission à Berlin, Bruxelles et Washington.

Elle lui a reproché d’être incapable de défendre les Français face à l’invasion migratoire et de ne pas mettre en avant l’identité de notre pays.

Elle lui a mis dans les gencives qu’il paraissait, avec sa chancelière, en séance de rattrapage, alors que leur Europe s’effondre.
Ils n’ont qu’une obsession, sauver l’euro, quitte à couler les économies des pays du Sud.

Elle parlait sous les hurlements des députés de l’UMPS, de ceux des Républicains, mais aussi des libéraux immigrationnistes qui veulent en finir avec les Etats-Nations.

« Marine », de manière superbe, s’est présentée comme l’anti-Merkel.
Elle a défendu l’Europe des peuples, des nations, de la liberté retrouvée, contre la dictature de Bruxelles, aux ordres des seuls Allemands, vassalisés aux Etats-Unis.

Pas étonnant que cela soit les islamo-collabos contre le centriste « Lagarde » qui ait le plus aboyé, dans les médias, contre la partition de la présidente du FN.

Moi qui ai milité des années chez Mélenchon, je me disais que jamais Jean-Luc ne serait capable d’un tel discours, tout simplement parce qu’il est immigrationniste et européiste, et donc incapable de rentrer dans le chou de Merkel-Hollande comme « Marine » l’a fait.
Mélenchon, c’est Tsipras, que de la gueule, mais au pied du mur, il n’y a plus personne.

Marine a une cohérence toute autre, et, pendant 4 minutes, elle m’a rendu fier d’être Français.
Je ferai tout pour qu’elle soit Présidente en 2017.

Joël Locin

http://ripostelaique.com/  du 10/10/2015

La Crainte De Perdre Son Identité !!!

merkel-burqa-5x3 (1)

Sur les écrans allemands !

La chaine allemande « ARD », en diffusant des images du Reichstag hérissé de minarets devant lequel apparaît « Angela Merkel en Burqa », a ajouté sa petite pierre au mur de contestation qui grandit contre la politique immigrationiste d’Angela Merkel.

Ce n’est pas la première fois que la dirigeante allemande est affublée d’une burqa tant sa politique pro-islamique a depuis longtemps attiré l’attention des observateurs.
L’Allemagne a encore, ces derniers jours, révisé à la hausse le nombre d’immigrés clandestins  qu’elle s’apprête à accueillir sur son territoire, les faisant passer de 800 000 à 1,5 million désormais, selon le quotidien allemand « Bild ».
La fatalité de l’invasion est agitée devant les européens comme on leur a présenté la fatalité de l’expansion de l’Etat islamique avant que la Russie en quelques jours les fassent régresser et même fuir par milliers vers la Jordanie.

La population allemande se révolte de plus en plus en dépit du renforcement des mesures répressives contre les récalcitrants au « Grand Remplacement ».

Ce « photo-montage » de la chancelière allemande en burqa, entourée de minarets, devant le siège du parlement allemand réduit en mosquée, a été diffusé dans le cadre de l’émission « Bericht aus Berlin » (Message de Berlin) le 4 octobre avec le titre Angst vor einem Verlust der Werte (crainte de la perte d’identité) sur la chaîne de télévision « ARD ».

La chaine a été accusée de propager l’islamophobie et d’encourager les partis d’extrême-droite.
L’image illustrait le sujet de l’avenir des valeurs allemandes dans le contexte de la submersion migratoire musulmane à laquelle est confrontée la population allemande.

« Comment la vie va-t-elle changer?
Comment doit-on réagir si les immigrés ont des problèmes avec l’égalité, avec les droits de la femme et la liberté de parole? »
,

s’est exclamé le présentateur avec le Reichstag hérissé de minarets et Angela Merkel en burqa, en fond d’écran.
Les responsables de l’émission « Bericht aus Berlin » ont déclaré sur « Facebook » que :

« l’image était en adéquation avec le sujet présenté par  »Rainald Becker » qui accompagnait le reportage sur les valeurs de notre société.
Le présentateur parlait des progrès de la société occidentale — de la liberté de parole et de l’égalité.
Ces valeurs étaient le sujet du photo-montage.
La chaîne voulait illustrer des contradictions en lançant ainsi une discussion.
L’usage d’images polémiques n’est pas interdit par la loi.
Nous réfutons fermement toute accusation d’incitation à l’islamophobie ».

Les gens qui arrivent ici doivent apprendre l'allemand, a déclaré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel

Des enfants récemment parvenus en Allemagne
apprennent la constitution allemande
qui a été traduite à leur intention en arabe…!

Après avoir été largement favorables à l’immigration, les Allemands à l’épreuve des faits sont maintenant minoritaires à l’accepter.

C’est ce que reflète un sondage  ’Infratest Dimap’ réalisé début octobre !
47% craignent l’afflux des clandestins désormais.
La côte de popularité de la chancelière suit le même chemin, à la baisse.
Même si elle est encore très loin des courbes d’impopularité de François Hollande.

Emilie Defresne

http://www.medias-presse.info/  du 06/10/2015

Les Européens & Ces « Mondialistes ».

 autriche-6x3 (1)

Le vent tourne en Autriche !

Premier coup de semonce électoral pour les remplacistes et les mondialistes !

L’Autriche va-t-elle devoir faire face à une forte poussée de l’extrême-droite ?
Les résultats des élections régionales dans le Land de Haute-Autriche ce dimanche 27 septembre envoie, en tout cas, un message préoccupant.
Dans cet Etat très conservateur, dominé depuis la guerre par le parti de droite classique « ÖVP » qui y a toujours obtenu plus de 42 % des voix, le parti d’extrême-droite « FPÖ » du très xénophobe « Hans-Christian Strache », proche du « FN » français et qui siège dans son groupe au parlement européen, a fait une percée remarquée.

L’extrême-droite au-dessus de 30 %

La « FPÖ » a ainsi obtenu, selon le sondage de la télévision publique ÖRF, 30,2 % des voix, soit près du double des 15,3 % obtenus au cours du scrutin de 2009.
Il se retrouve ainsi en deuxième position, juste derrière l’ »ÖVP » qui n’a mobilisé que 36,2 % des voix, son plus bas niveau de l’après-guerre dans ce « Land » et près de onze points de moins qu’en 2009.
Les sociaux-démocrates de la SPÖ sont relégués à la troisième place avec 18,4 % des voix, soit 6 de moins qu’en 2009.
C’est, là aussi, la première fois depuis 1945 que la « SPÖ » n’est pas un des deux premiers partis de ce Land.

Campagne agressive

Ce qui « inquiète » beaucoup d’observateurs, c’est que la « FPÖ » avait mené une campagne très agressive contre l’accueil des réfugiés qui ont rejoints depuis quelques semaines l’Autriche via la Hongrie et la Slovénie, parfois en cherchant à rejoindre l’Allemagne ou la Suède, parfois pour s’installer dans le pays.
Les Autrichiens avaient fait preuve de beaucoup de solidarité, mais le gouvernement fédéral avait aussi montré des signes de dépassement.
Surtout, la « FPÖ » a pu utiliser la crainte dans les régions rurales et les petites agglomérations d’un « afflux massif » de réfugiés.
Selon un sondage sorti des urnes, 61 % des électeurs de Haute-Autriche ont pris leur décision en relation avec le sujet des réfugiés.

Un contexte déjà favorable à la « FPÖ »

Le paysage politique autrichien était déjà, il est vrai, favorable à la FPÖ avant cette crise des réfugiés.
Les difficultés de la « grande coalition » à dynamiser une croissance en berne  et à faire face au scandale bancaire de « Hypo Alpe Adria » jouaient en faveur du discours de rejet des deux grands partis porté par « Hans-Christian Strache ».
Mais la crise des réfugiés semblent avoir conduit beaucoup d’électeurs conservateurs et sociaux-démocrates à rejoindre les rangs de l’extrême-droite.
Au niveau national, le dernier sondage « Unique Research » publié le 19 septembre donne 10 points d’avance à la « FPÖ » devant la « SPÖ » avec 33 % des intentions de vote.
L’ »ÖVP » n’arrive que troisième avec 21 % des voix.
En 2013, la « FPÖ » avait glané 20,5 % des voix.

Elections à Vienne le 11 octobre

Les prochaines élections régionales à Vienne, le 11 octobre, seront un nouveau test de la situation politique autrichienne.
La capitale est un bastion traditionnel de la « SPÖ » et des Verts.
Mais, là encore, la « FPÖ », qui avait déjà gagné 25 % des voix en 2010, devrait progresser.
Le dernier sondage, publié samedi 26 septembre, lui attribue 34 % des intentions de vote contre 38 % à la « SPÖ ».
Les Verts, stables à 12 %, passeraient devant l’ »ÖVP », en voie de disparition dans la capitale avec 8 % des voix (13 % en 2010).
Bref, la « FPÖ » commence donc à s’implanter comme un parti majeur dans toute l’Autriche et pourrait bien devenir incontournable en 2017 pour la formation du prochain gouvernement.

Alliances avec la « FPÖ » ?

La question est désormais de savoir si la « FPÖ » peut rejoindre une coalition gouvernementale.
Au printemps, la « SPÖ » du Land de Burgenland avait provoqué un scandale national en constituant une coalition régionale avec la « FPÖ ».
En Haute-Autriche, l’éditorialiste du quotidien viennois « Der Standard »estime que l’alliance entre l’ »ÖVP » et la « FPÖ » est possible.
Les dirigeants conservateurs locaux ne l’avaient pas exclue, mais l’ampleur du vote d’extrême-droite change la donne.
Reste que les Conservateurs, débordés sur leur droite, seront tentés de renouveler l’expérience du chancelier « Wolfgang Schüssel » qui, en 2000, s’était allié avec la « FPÖ » de « Jörg Haider » pour l’affaiblir par la pratique du pouvoir.
Un pari qui avait provoqué la colère de l’Europe et qui n’avait que temporairement réussi, car il avait débouché sur la prise du pouvoir de « l’aile dure » de la « FPÖ ».
Mais si la « FPÖ » gouverne avec les grands partis au niveau régional, il sera difficile de l’exclure du gouvernement fédéral en 2017, surtout s’il a une telle avance.

Panique dans les grands partis

En attendant, il faut se préparer à des mouvements de panique dans les grands partis autrichiens.

Ni les Sociaux-démocrates, ni les Conservateurs ne semblent épargnés par l’exode des électeurs vers la « FPÖ ».

Le danger serait d’avoir un durcissement du gouvernement de « grande coalition » pour donner des gages aux électeurs tentés par l’extrême-droite.
La politique de Vienne vis-à-vis des réfugiés pourrait donc se durcir.
Et l’ »ÖVP » pourrait jouer dans la surenchère pour ne pas perdre pied avant des élections prévues dans deux ans.
D’où un risque de déstabilisation de la coalition.
L’Autriche pourrait bientôt donner (aussi) des maux de tête aux Européens.

Source : Romaric Godin pour la « Tribune.fr »

http://civilwarineurope.com/  du 27/09/2015

Des maux de tête aux remplacistes et mondialistes, échange de mauvais procédés, mais cela va certainement réveiller beaucoup de monde en Europe ainsi que ce que je viens d’apprendre TRES brièvement :
Les indépendantistes catalans ont obtenu la majorité absolue !
Beaucoup de travail en perpective mais la Catalogne va pouvoir négocier son indépendance.

Epidémie De Viols Par Des Migrants !!!

viols-4x3 (1)

Invasion de mâles prédateurs.

Un nombre croissant de femmes et de jeunes filles hébergées dans des abris pour réfugiés en Allemagne sont violées, agressées sexuellement et même forcée à se prostituer par les demandeurs d’asile de sexe masculin, selon les organisations des travailleurs sociaux allemands ayant une connaissance de première main de la situation.

Beaucoup de viols se produisent dans des hébergements mixtes, où, en raison du manque d’espace, les autorités allemandes forcent des milliers de migrants, hommes et de femmes, à partager les mêmes zones de couchage et les toilettes.

Ces conditions de vie dans ces centres d’hébergements sont si dangereuses pour les femmes et les jeunes filles qu’elles sont décrites par les prédateurs mâles musulmans comme étant du « gibier sauvage » à disposition.
Mais de nombreuses victimes, « craignant des représailles », gardent le silence, disent les travailleurs sociaux.

Dans le même temps, « un nombre croissant de femmes allemandes » dans les villes à travers le pays sont violées par les demandeurs d’asile en provenance d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient.
Beaucoup de crimes sont minimisé par les autorités allemandes et les médias nationaux, apparemment pour éviter d’alimenter des sentiments anti-immigration.

Le 18 Août, une coalition de quatre organisations de travailleurs sociaux ainsi que des groupes de défense des droits des femmes ont envoyé une lettre de deux pages aux chefs des partis politiques du parlement régional de Hesse, un état Allemand du centre-ouest, les avertissant de l’aggravation de la situation pour les femmes et les enfants dans les abris de réfugiés.

La lettre dit:

« L’afflux toujours croissant de réfugiés a compliqué la situation pour les femmes et les fillettes au centre d’hébergement de Giessen (« HEAE ») et de ses filiales.»

« La pratique qui consiste à fournir des logements dans des grandes tentes, la promiscuité et le manque d’installations sanitaires permettant de séparer les individus de sexe différents, des locaux qui ne peuvent pas être verrouillés, le manque de refuges pour femmes et les fillettes – pour ne citer que quelques facteurs – accroissent la vulnérabilité des femmes et des enfants dans le « HEAE ».
Cette situation joue en faveur des hommes qui assignent aux femmes un rôle subalterne et traitent les femmes voyageant seules comme du «gibier sauvage».
Les conséquences en sont de nombreux viols et agressions sexuelles.
Nous recevons également un nombre croissant de rapports faisant état la prostitution forcée.
Et il faut le souligner:.. Ce ne sont pas des cas isolés.»

« Les femmes signalent qu’elles, ainsi que leurs enfants, ont été violés ou soumis à une agression sexuelle.
En conséquence, de nombreuses femmes dorment dans leurs vêtements dans la rue.
Les femmes rapportent régulièrement qu’elles n’utilisent pas les toilettes la nuit à cause du danger de viol et de vol sur le chemin vers les installations sanitaires.
Même en plein jour, traverser le camp est une situation terriblement dangereuse pour de nombreuses femmes.»

« Beaucoup de femmes – qui ont fuit les guerres ou guerres civiles – fuient également à cause de violences sexuelles y compris la menace de mariage forcé ou de mutilations génitales.
Ces femmes font face à des risques particuliers, surtout quand elles fuient seules ou avec leurs enfants.
Même si elles sont accompagnées par des parents ou des connaissances masculines, cela ne garantit pas toujours une protection contre la violence, car cela peut aussi conduire à un asservissement à leur protecteur et aux abus sexuels.»

« La plupart des femmes réfugiées ont connu une somme d’expériences traumatisantes dans leur pays d’origine et au cours de leur fuite,  sont victimes de violences, d’enlèvements, de torture, de viol et d’extorsion -.
Parfois sur des périodes de plusieurs années.
»

« Le sentiment d’être arrivé ici – en toute sécurité – et d’être capable de se déplacer sans crainte, est un cadeau pour de nombreuses femmes ….
Nous vous demandons donc … de vous joindre à notre appel pour la mise en place immédiate des locaux protégés ( appartements ou maisons vérouillés) pour les femmes et les enfants qui voyagent seuls ….»

«Ces installations doivent être équipées afin que les hommes ne possèdent pas l’accès aux locaux dédiés aux femmes, à l’exception des travailleurs d’urgence et le personnel de sécurité.
Les chambres, salons, cuisines et installations sanitaires doivent être reliés entre eux de sorte qu’ils forment un complexe autonome – et donc ne pouvant pas être accessibles aux hommes, et donc avec des accès verrouillés et surveillés ».

Le problème des viols et des agressions sexuelles dans des abris de réfugiés en Allemagne est un problème national.

En Bavière, les femmes et les filles logées dans un abri de réfugiés en « Bayernkaserne », une ancienne base militaire à Munich, sont soumises à des viols et la prostitution forcée quotidiennement, selon les groupes de défense des droits des femmes.
Bien que l’établissement dispose de dortoir séparés pour les femmes, les portes ne peuvent pas être verrouillées et les hommes contrôlent l’accès aux installations sanitaires.

Environ 80% des réfugiés/migrants dans ces centres d’hébergement sont des hommes, selon la Radio bavaroise LandesFrauenRat LandesFrauenRat (Bayerischer Rundfunk), qui relève que le prix des rapports sexuels avec des femmes demandeurs d’asile est de dix euros.
Un travailleur social a décrit l’installation en ces termes :

« C’est le plus grand bordel de Munich. »

La Police précise qu’ils ont pas de preuve que les viols ont lieu, bien que lors d’un raid de la police sur les lieux, il a été constaté que les gardes embauchés pour assurer la sécurité du site ont été parti prenante dans le trafic de drogues et d’armes et ont fermé les yeux sur la prostitution.
Le 28 Août, un demandeur d’asile érythréen de 22 ans a été condamné à un an et huit mois de prison pour avoir tenté de violer une femme irako-kurde de 30 ans dans un camp de réfugié dans la ville bavaroise de Höchstädt.
Une réduction de peine a été accordée grâce aux efforts de l’avocat de la défense, qui a persuadé le juge que la situation de l’accusé dans le camp était « moralement désespérée ».
Le 26 Août, un demandeur d’asile de 34 ans a tenté de violer une femme de 34 ans dans la buanderie d’un centre de réfugiés à Stralsund, une ville près de la mer Baltique.
Le 6 Août, la police a révélé qu’une petite fille musulmane de 13 ans a été violée par un autre demandeur d’asile dans un centre de réfugiés à Detmold, une ville en Allemagne du centre-ouest.
La jeune fille et sa mère avaient fui leur patrie pour échapper à une culture de la violence sexuelle; il se trouve, que l’homme qui a violé la jeune fille est du même pays.
Bien que le viol ait eu lieu en Juin, la police a gardé le silence à ce sujet pendant près de trois mois, jusqu’à ce que les médias locaux publient un article sur ce crime.
Selon un commentaire éditorial dans le journal « Westfalen Blatt- », la police refuse de rendre public les crimes impliquant des réfugiés et des migrants, car ils ne veulent pas donner une légitimité à la critique de la migration de masse.

Le chef de police « Bernd Flake » a répliqué que le silence visait à protéger la victime !

« Nous allons continuer avec cette politique [de ne pas informer le public] lorsque des crimes sont commis dans les centres de réfugiés. »,

at-il dit.

Au cours du week-end de Juin 12-14 une fille de 15 ans logée dans un foyer de réfugiés en Habenhausen, un quartier dans la ville du nord de Brême, a été violée à plusieurs reprises par deux autres demandeurs d’asile.
Le centre a été décrit comme une «maison des horreurs» en raison de la spirale de la violence perpétrée par des gangs rivaux de « jeunes d’Afrique et du Kosovo ».
Un total de 247 demandeurs d’asile sont hébergés au refuge, qui a une capacité d’accueil de 180 et une cafétéria avec des sièges pour 53.

Pendant ce temps,
le viol des femmes allemandes
par les demandeurs d’asile
se banalise.

Voici quelques cas il suffit de sélectionner à partir de 2015 :
Le 11 Septembre, une fille de 16 ans a été violée par un inconnu « homme au teint basané parlant peu allemand » à proximité d’un abri de réfugiés dans la ville bavaroise de Mering.
L’attaque a eu lieu alors que la jeune fille marchait de sa maison à la gare.
Le 13 Août, la police a arrêté deux demandeurs d’asile irakiens, âgés de 23 et 19, pour le viol d’une jeune fille allemande de 18 ans derrière une école à Hamm, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie.
Le 26 Juillet, un garçon de 14 ans a été agressée sexuellement à l’intérieur de la salle de bains d’un train régional à Heilbronn, une ville du sud-ouest en Allemagne.
La police recherche un homme « à la peau foncée » entre 30 et 40 ans qui a une «apparence arabe».
Aussi, le 26 Juillet, un demandeur d’asile tunisien de 21 ans a violé une femme de 20 ans dans le quartier Dornwaldsiedlung de Karlsruhe.
La police a gardé le secret du crime jusqu’au 14 Août, quand un journal local a rendu l’histoire publique.
Le 9 Juin, deux demandeurs d’asile somaliens, âgés de 20 et 18 ans, ont été condamnés à sept ans et demi de prison pour le viol d’une femme allemande de 21 ans à Bad Kreuznach, une ville de Rhénanie-Palatinat.
Le 5 Juin, un demandeur d’asile somalien de 30 ans, appelé « Ali S » a été condamné à quatre ans et neuf mois de prison pour avoir tenté de violer une femme de 20 ans à Munich.
Ali avait déjà purgé une peine de sept ans pour viol, et avait été sorti de prison pour cinq mois seulement avant d’attaquer à nouveau.
Dans un effort pour protéger l’identité de « Ali S », un journal de Munich le nomme plus « politiquement correct » « Joseph T. »
Le 22 mai, un l’homme marocain de à 30 ans a été condamné à quatre ans et neuf mois de prison pour avoir tenté de violer une femme de 55 ans à Dresde.
Le 20 mai, un demandeur d’asile sénégalais de à 25 ans, a été arrêté après avoir tenté de violer une femme allemande de 21 ans à la Stachus, une grande place dans le centre de Munich.
Le 16 Avril, un demandeur d’asile de l’Irak de 21 ans a été condamné à trois ans et dix mois de prison pour le viol d’une jeune fille de 17 ans au festival dans la ville bavaroise de Straubing en Août 2014.
Le 7 Avril, un demandeur d’asile de 29 ans a été arrêté pour tentative de viol d’une jeune fille de 14 ans dans la ville d’Alzenau.
Le 17 Mars, deux demandeurs d’asile afghans âgés de 19 et 20 ont été condamnés à cinq ans de prison pour le viol «particulièrement odieux» d’une femme allemande de 21 ans à Kirchheim, une ville près de Stuttgart, le 17 Août 2014.
Le 11 Février, un demandeur d’asile de l’Erythrée de 28 ans a été condamné à quatre ans de prison pour le viol d’une femme allemande de 28 ans à Stralsund, le long de la mer Baltique, en Octobre ici 2014.
Le 1er Février, un demandeur d’asile de Somalie de 27 ans a été arrêté après avoir tenté de violer des femmes dans la ville bavaroise de Reisbach.
Le 16 Janvier, un immigré marocain de 24 ans a violé une femme de 29 ans à Dresde.

Des dizaines d’autres cas de viol et tentative de viol – les cas dans lesquels la police sont spécifiquement à la recherche d’auteurs étrangers (la police allemande se réfère souvent à eux comme Südländer, ou «sudistes») – restent en suspens.
Voici une liste partielle seulement pour Août 2015 :

Le 23 Août, un homme « à la peau foncée » tenté de violer une femme de 35 ans à Dortmund.
Le 17 Août, trois homme «sudistes»  ont tenté de violer une femme de 42 ans à Ansbach.
Le 16 Août, un mâle « sudiste » a violé une femme à Hanau.
Le 12 Août, un mâle « sudiste » a tenté de violer une femme de 17 ans à Hanovre.
Le 12 Août, un mâle « sudiste » a violé une femme de 31 ans à Kassel.
La police a déclaré qu’un incident similaire a eu lieu dans la même région le 11 Août.
Le 10 Août, cinq hommes «d’origine turque» ont tenté de violer une jeune fille à Mönchengladbach.
Aussi, le 10 Août, un mâle « sudiste » a violé une jeune fille de 15 ans à Rinteln.
Le 8 Août, un mâle « sudiste » a tenté de violer une femme de 20 ans à Siegen.
Le 3 Août, un homme originaire d’ «Afrique du Nord» a violé une fillette de sept ans, en plein jour, dans un parc à Chemnitz, une ville en Allemagne orientale.
Le 1er Août, un mâle « sudiste » a tenté de violer une femme de 27 ans dans le centre de Stuttgart.

Pendant ce temps, les parents sont sommés de prendre soin de leurs filles.

La police de la ville bavaroise de Mering, où une fille de 16 ans a été violée le 11 Septembre, a émis un avertissement aux parents de ne pas laisser leurs enfants aller à l’extérieur non accompagnés.
Ils ont également conseillé aux femmes de ne pas aller à la gare en raison de sa proximité d’un centre de réfugiés.

Dans la ville bavaroise de Pöcking, les administrateurs de la « Wilhelm-Diess-Gymnasium » ont averti les parents de ne pas laisser leurs filles porter des vêtements légers afin d’éviter les «malentendus» avec les 200 réfugiés musulmans logés dans des hébergements d’urgence dans un bâtiment à côté de l’école.

La lettre dit:

« Les citoyens syriens sont principalement musulmans et parlent arabe.
Les réfugiés ont leur propre culture.

Parce que notre école est juste à côté de l’endroit où ils sont logés, des vêtements « modestes » devraient être portés afin d’éviter les provocations.
Tops, chemises échancrées, short ou mini-jupes pourraient conduire à des malentendus ».

Un politicien local cité par le journal « Die Welt » a déclaré :

« Quand les garçons musulmans vont dans les piscines en plein air, ils se déchaînent quand ils voient des filles en bikinis.
Ces garçons, qui viennent d’une culture où il est mal vu que les femmes,  montrent leur peau nue, suivront les filles et pourront les solliciter.
Naturellement, cela génère la peur. »

L’augmentation des crimes sexuels en Allemagne est alimentée par la prépondérance des hommes musulmans parmi les réfugiés/migrants entrant dans le pays.

Migrants hommes

Où sont les femmes ?

Ci-dessus, quelques-uns des centaines de migrants arrivés à Munich le 12 Septembre 2015.
Sur les 411,567 réfugiés/migrants qui sont entrés dans l’UE par la mer jusqu’à présent cette année, 72% sont des hommes.

Sources :
« Die Welt » – « Gatestone institute »

http://jforum.fr/  du 22/09/2015

La police Française doit être drôlement chapitrée et nos gouvernants sont de bons caniches !
C’est bizarre que ce soit par des américains et des israêliens que nous ayions ces informations.
L’Allemagne est vraiment dans le collimateur des U.S.A. !

Migrants, Volkswagen, Euro, Ukraine…

merkel-poutine5x3 (1)

 Colère des USA  !

Attaques systémiques US contre la politique pro-russe de l’Allemagne.

Les Etats-Unis ont lancé une campagne stratégique d’affaiblissement de leur vassal allemand dont ils craignent l’émancipation progressive au profit d’une politique de coopération euro-russe.
La crise ukrainienne, la crise de l’euro, la crise migratoire ou le scandale industriel autour de Volkswagen sont autant d’offensives concentriques contre Berlin dont la politique pro-russe menace l’hégémonie américaine en Europe.

Comprendre la stratégie US

Washington est fidèle à la ligne stratégique « anglo-saxonne » :
Diviser pour régner d’une part, maintenir ses alliés dans un état de faiblesse structurelle d’autre part.

Pour les Etats-Unis, la seule alliance capable de menacer l’hégémonie américaine sur le monde serait celle formée par le bloc Union Européenne / Union Eurasiatique.
Les USA s’inspirent de la stratégie arrêtée par le général polonais de l’entre-deux guerres, « Josef Pilsudski ».
En tant que Polonais, le général « Pilsudski » devait penser la position géopolitique de son pays, avec à l’esprit, que ce dernier était sous la menace constante de la Russie.
Aussi conceptualisa-t-il deux axes stratégiques à mettre en oeuvre par la Pologne pour neutraliser l’empire eurasiatique.

Premièrement, le général estimait qu’il fallait priver la Russie de ses territoires non-russes.
Il percevait à juste raison que la Russie cherchait fondamental à acquérir et maintenir une profondeur stratégique en associant, généralement de force, des territoires susceptibles de protéger le coeur de la Russie européenne.
Sans sa ceinture caucasienne, centre-asiatique ou européenne, la Russie devient fragile, faible et cesse d’être une menace.
En conséquence, le général « Pilsudski » soutenait les efforts d’autodétermination des peuples périphériques de l’empire russe.
Cette politique est aujourd’hui soutenue par les « USA », notamment dans le Caucase où ils agitent le séparatisme et l’islamisme radical, ainsi qu’en Géorgie et en Ukraine. L’utilisation de l’islamisme radical comme moyen de déstabilisation des périphéries russes a été mise en oeuvre en Afghanistan pour la première fois, sous la direction du stratège d’origine polonaise « Zbigniew Brzeziński ».
C’est là que la « CIA » armera les « moudjahidines » afghans et arabes, dont « Ousama Ben Laden » (“Opération Cyclone”, lire ici).

Deuxièmement, « Pilsudski » entrevoyait la constitution d’un vaste complexe d’états d’Europe de l’Est qui, alliés les uns aux autres, seraient en mesure de contenir la Russie.
Il devait inclure la Finlande, les Pays Scandinaves, les Pays Baltes, la Pologne, l’Europe Centrale, les Balkans, l’Italie et la Grèce.
Soit, pour ainsi, la moitié Est du continent.
Ce qu’il appelait l’ »intermarium », ou “l’entre-mers”, en référence à la jonction de ces états devant s’établir des mers polaires à la Mer Noire.

Les « USA » ont globalement repris cette idée et ont entrepris de constituer un bloc entre l’Europe de l’Ouest et la Russie, sous l’égide de l’Otan dont le rôle consiste à empêcher la jonction stratégique entre l’Allemagne et la Russie.
A cet effet, la Slovaquie, la Hongrie et la Tchéquie, sous l’égide de la Pologne, ont décidé de former un groupe de combat dit de “Visegrad” auquel est associé l’Ukraine.
Il doit entrer en service en 2016 et est explicitement tourné contre la Russie !
(lire ici).

La réaction allemande

L’Allemagne a essayé de contenir cette entreprise dont le déclenchement véritable remonte au coup d’état du 22 février 2014 à Kiev.
« Angela Merkel » a ainsi refusé de soutenir la constitution du rempart oriental inspiré par le projet de « Pilsudski » sous l’égide de l’OTAN.
C’est pourquoi l’Allemagne, en août 2014, refusa de participer au renforcement militaire de l’Alliance Atlantique dans les Pays Baltes
(lire ici).

Ce premier développement en préfigurait un second lorsque Berlin négocia avec Moscou le règlement de la crise ukrainienne lors des accords de “Minsk 2″.

Cette rébellion allemande manifeste contre le projet anglo-américain dans la région fut parfaitement illustrée par la réaction de colère de « Joe Biden », vice-président des « USA », lors de la conférence sur la sécurité de Munich.
(lire ici).
Cette attitude faisait suite au véto allemande sur la livraison d’armes à l’Ukraine.
Décision prise afin d’empêcher les USA de créer « ex-nihilo » un conflit à même de justifier par contrecoup la constitution d’un rempart antirusse.

Face à ce dangereux précédent, les « USA » ont entrepris de fragiliser l’Allemagne en compromettant ses outils de puissance au sein de l’Union Européenne.
Car ce sont eux qui permettent à Berlin d’inspirer à l’UE un positionnement pacifiste vis-à-vis de la Russie.
En isolant l’Allemagne, les « USA » entendent créer entre l’Europe de l’Ouest et la Russie une “Troisième Europe”, directement placée sous commandement américain via l’OTAN et la Pologne.

Première attaque :
l’Euro

Pour parvenir à brider le leadership allemand au sein de l’UE, les « USA » ont décidé de frapper ce qui fonde cette influence : son économie.
C’est parce que l’Allemagne est garante financièrement des membres de l’eurozone que celle-ci est mesure de les convaincre, sur d’autres dossiers, d’adopter un positionnement plus “tempéré” sur la question russe.

Les « USA » ne veulent pas “détruire l’Euro” mais le fragiliser suffisamment pour qu’il soit un levier de pression sur Berlin.
Washington a donc entrepris, dès 2013, d’utiliser l’extrême-gauche grecque dans ce plan.
Le ministère des Finances américain a ainsi bruyamment pris le parti de « Tsipras » lors des négociations autour d’un nouveau plan de sauvetage de la Grèce
(lire ici).

En février 2015, le représentant du ministère des Finances US, « Daleep Singh », se rendit à Athènes pour aider le gouvernement d’extrême-gauche à affronter Berlin.
Fait révélateur, « Singh » est un ancien membre de la banque juive américaine « Goldman Sachs » !
(lire ici).

Autre fait révélateur, « Alexis Tsipras » a choisi la banque juive « Lazard », détenue par « Mathieu Pigasse » – propriétaire du journal Le Monde – pour “restructurer la dette grecque”.
C’est-à-dire négocier avec les prêteurs nord-européens du pays.
La banque « Lazard » est liée au gouvernement américain puisqu’elle a restructuré les dettes des pays conquis par les « USA » comme l’Irak, l’Ukraine !
(lire iciet(lire ici).

Cependant Berlin n’a pas cédé.

Depuis le gouvernement d’extrême-gauche s’est rallié au programme allemand et cherche en Russie un appui géopolitique…ce qui n’était absolument pas anticipé par les « USA » !
Ainsi, Athènes a accepté de participer au projet de gazoduc euro-russe devant transiter par la Turquie afin de contourner l’Ukraine.
Ce qui a suscité la colère de Washington !
(lire ici).

Révélateur également, le refus récent d’Athènes d’obtempérer aux exigences des « USA » qui appelait la Grèce à fermer son espace aérien aux vols russes à destination de la Syrie alors que Moscou y envoie un corps expéditionnaire massif.
(lire ici).

La crise de l’Euro s’est depuis calmée, du moins temporairement.
Mais l’attaque contre la zone euro – donc contre l’économie allemande et sa zone de libre-échange – fut forte.
Si Berlin a pu endiguer cet effort américain, le flanc sud de l’UE est fragilisé.

Deuxième attaque :
Schengen

L’Allemagne était dans le même temps déjà la cible d’un flux massif d’immigrés musulmans en provenance de divers pays musulmans, dont l’Afghanistan.
Cet afflux soudain vise explicitement l’Allemagne.

On a pu relever la présence d’organisations – telle « IsraAID » – qui sous couvert d’aide humanitaire fournissent aux migrants extra-européens des cartes avec les informations requises pour pénétrer en Europe.
Des membres de cette organisation jouaient même le rôle de guide.
(lire ici).

Une information émanant du renseignement militaire autrichien affirme par ailleurs que des “organisations américaines” financent les passeurs
(lire ici).

La réaction du gouvernement allemand, par la voix de la chancelière Angela Merkel, a traduit une déstabilisation évidente :
Celui-ci, dans les premiers jours, s’est engagé à accueillir “sans limite” les clandestins.
Ce qui s’est avéré matériellement impossible.
Puis, après une semaine, les organismes de sécurité de l’Etat Allemand ont littéralement dépossédé Angela Merkel du dossier.

« Horst Seehofer », leader de la CSU bavaroise – parti allié à la CDU au pouvoir – a exigé l’adoption d’une politique “réaliste” en fermant la frontière avec la Hongrie.
(lire ici).

Ce retournement brutal a entraîné la suspension des accords de libre-échange de Schengen en Slovaquie, en Autriche, en Allemagne, en Hongrie.
Là encore, et comme dans le cas de la crise grecque, la crise migratoire a compromis la zone de libre circulation dont a besoin l’Allemagne.

Fait remarquable, les pays qui ont mené la fronde contre la volonté de Berlin – pour garantir Schengen – de répartir partout les immigrés musulmans sont les 4 pays du groupe de « Visegrad ».
La Hongrie, la Slovaquie, la Tchéquie et la Pologne.
La Finlande a également fait valoir son soutien ainsi que les Pays Baltes.
Très concrètement, la crise migratoire renforce la fracture entre la “Troisième Europe” et l’Europe de l’Ouest.
Si cela affaiblit la cohérence de l’UE sous direction allemande,
cela renforce objectivement la stratégie américaine évoquée plus haut.

Troisième attaque :
l’industrie allemande

Après l’attaque contre l’Euro et Schengen, bases de la zone de libre-échange qui fait la force de l’industrie allemande, c’est cette dernière qui a été directement visée.

Le “scandale” ciblant Wolkswagen récemment n’est pas fortuit.

Il cible un symbole de la puissante industrie allemande qui permet aujourd’hui à Berlin de contenir le bellicisme américain en Europe.
Est-ce un hasard si les “révélations” concernant le groupe automobile ont été produite par une ONG américaine ?

L’ »International Council for Clean Transportation « est financée par deux fondations californiennes :
« William and Flora Hewlett Foundation » et « David and Lucile Packard Foundation ».
Elles appartiennent aux fondateurs de la marque d’ordinateur « Hewlett Packard ».
Ces deux fondations alimentent en fonds la fondation « Climateworks » qui soutient l’ »ICCT » à l’origine des “révélations”.
La « William and Flora Hewlett Foundation » est liée au « Council of Foreign Relations » (« CFR »), un des organismes décisionnels de l’oligarchie atlantique qui définit la politique étrangère des « USA » et de leurs alliés.
(source).
Elle finance également le groupe de réflexion « Pacific Council », une succursale du « CFR »
(source).
On notera qu’appartient au « Pacific Council », l’ancien ambassadeur des USA en France, le juif « Charles Rivkin ».
Ce dernier est l’artisan de la mise en oeuvre du multiculturalisme à tous les niveaux en France, essentiellement au profit de l’immigration musulmane !
(lire ici).

Le résultat de cette opération de déstabilisation d’un des fleurons de l’industrie allemande est sans appel :
L’action du groupe automobile a perdu, en 3 jours, 25 milliards de dollars !
(lire ici).
Il est probable, au passage, que la finance judéo-américaine – dûment informée de l’imminence de la médiatisation du “scandale” – en ait profité pour spéculer sur le cours du titre.

L’attitude allemande
sur le dossier syrien

Quoiqu’il en soit, l’Allemagne continue de tendre la main à la Russie.

Alors que Moscou est en train de détruire toute la stratégie américaine en Syrie comme nous en parlions avant-hier (lire ici), le président de la CSU – « Horst Seehofer » – a clairement soutenu le plan que Vladimir Poutine entend présenter à l’ONU le 30 septembre :
(source)

“Nous avons besoin d’une initiative diplomatique conjointe des Nations unies avec la participation de la Russie, des Etats-Unis, de l’Union européenne et des puissances régionales”,

a-t-il indiqué, citant à titre d’exemple les négociations sur le dossier nucléaire iranien.
Une position radicalement différente de celle de la diplomatie américaine qui condamne l’intervention russe.
(lire ici).

Plus globalement, l’Allemagne soutient l’implication de la Russie dans une campagne contre l’ »Etat Islamique ».
(lire ici).
De la sorte, et malgré des réticences formelles quant au projet russe pour l’avenir du gouvernement syrien, Berlin entend en profiter pour permettre à Moscou d’être considéré comme un partenaire incontournable de l’Europe.

Ce qui contrarie le plan américain d’isolement de la Russie et de neutralisation de toute coordination stratégique germano-russe.

Breiz Atao

http://breizatao.com/  du 23/09/2015

Nos médias autorisés nous enfument !
Merci Breiz Atao !

Les Africains Passent Par La Suisse !!!

stopper.i.m (1)

Traversée Noire En Suisse ?

La Suisse craint désormais que les migrants tentent de rejoindre le nord de l’Europe en passant sur son territoire.

Une poignée de gardes-frontières suisses à la Gare de Chiasso, les mains gantées, se précipitent dans un train venant de Milan et en ressortent peu après avec une dizaine d’Africains qu’ils emmènent au poste.

On est bien loin des scènes de chaos de migrants venus de Syrie et d’Afghanistan déferlant par milliers dans l’est de l’Europe.
Mais alors que plusieurs pays d’Europe de l’Est ont rendu plus étanches leurs frontières, la Suisse se prépare à voir désormais transiter les migrants sur son territoire avant de rejoindre le nord de l’Europe.
A l’Organisation internationale des migrations (« OIM »), les experts se posent la même question, reconnaît un porte-parole, « Joël Millman ».

«A la fin ces flux pourraient reprendre la voie à travers l’Italie, Milan et donc arriver au Tessin, explique à l’ »AFP » le conseiller d’État tessinois « Norman Gobbi », du parti de « La Lega dei Ticinesi ».
On est en train de faire une planification éventuelle pour gérer des arrivées par milliers par jour».

En juin dernier, il avait demandé une suspension temporaire de Schengen, mais Berne avait refusé, acceptant toutefois de renforcer le corps des gardes-frontières.

Mais le maire de Chiasso, « Moreno Colombo », demande encore «une plus grande présence» de gardes-frontières, ainsi qu’une plus grande coopération des communes de la région en termes d’hébergement.

Chaque jour entre 30 à 150 migrants arrivent pour l’instant à Chiasso qui ne compte que 134 places.
La plupart sont de jeunes hommes, des Africains, en majorité des Eryhtréens.

«Pourquoi êtes-vous venus ?
Savez-vous où vous êtes ?
Où voulez-vous aller ?»

demande un garde-frontière en gare de Chiasso, en parlant lentement et fort pour se faire comprendre des migrants.
Les migrants - beaucoup sont de très jeunes Erythréens et des Gambiens - quelque peu hébétés donnent leur empreinte et enfilent un bracelet jaune avec un numéro les identifiant.

Les arrivées ont doublé en un an, selon les autorités.

Entre juin et août, un pic a été enregistré avec environ 5000 entrées au centre de Chiasso, commune de seulement un peu plus de 8000 habitants.
Malgré tout, les migrants se comptent presque au compte-goutte par rapport à ce que Chiasso, véritable porte d’entrée méridionale de la Suisse, a connu durant la guerre des Balkans dans les années 90, avec plusieurs centaines d’arrivées par jour, et durant le Printemps arabe.

«En ce moment, tout est sous contrôle, stable mais demain cela peut changer»,

prévient « Patrick Benz », en charge des migrations au sein des Gardes-frontières.

A Berne, plusieurs députés se sont emparés de la question cette semaine et ont demandé un contrôle systématique aux frontières avec la présence de l’armée.
Une demande rejetée par la présidente de la Confédération, « Simonetta Sommaruga », pour qui le pays n’est pas en danger.
De son côté, le ministre de la Défense, « Ueli Maurer », s’est voulu rassurant expliquant que l’armée pourrait donner en cas de nécessité du matériel et du mobilier.

Payer pour éviter les migrants

Pour le président du groupement des directeurs cantonaux des affaires sociales, « Peter Gomm », il n’y a actuellement aucun signe pour une arrivée massive à court terme.
Néanmoins, explique-t-il dans une interview au journal « NZZ », la Suisse dispose d’un état major spécial chargé de répondre à de tels défis.

A Chiasso, personne ne veut pas revivre l’enfer du Printemps arabe, lorsque l’alcool coulait à flot dans les rues provoquant de nombreux incidents parmi les migrants, explique le maire.

Ailleurs en Suisse, on craint le pire aussi.
La commune de Oberwil-Lieli, dans le canton d’Argovie (nord), a ainsi décidé de payer 290’000 francs suisses à Berne plutôt que de recevoir des demandeurs d’asile.

« Melekot Woldemichael », demandeur d’asile éthiopien à Chiasso depuis 5 ans, comprend que les Suisses aient peur, mais il pense que l’afflux de migrants ne va pas cesser de si tôt.
Cet ancien ingénieur en télécommunications de 50 ans estime que les médias en Afrique envoient actuellement de fausses informations sur l’accueil des migrants en Europe ce qui pousse les Africains à vendre leurs biens pour rejoindre le continent européen.

http://civilwarineurope.com/  du 24/09/2015

Cette Invasion Est Partie Pour Durer.

invasion-islam- (1)

Afflux vertigineux de migrants

Les conditions dans les camps de réfugiés dans les pays voisins de la Syrie sont «épouvantables».

Surpopulation et conditions difficiles dans les camps expliquent notamment l’afflux vertigineux actuel des réfugiés vers l’Europe, alors que la guerre a éclaté il y a 4 ans en Syrie.
Recrudescence de la violence dans la région, agenda électoral en Turquie et explosion du business des passeurs sont d’autres raisons, selon plusieurs experts.
Les conditions dans les camps de réfugiés dans les pays voisins de la Syrie sont «épouvantables», observe « Vincent Chetail », directeur du Centre des migrations globales à l’Institut de hautes études internationales et du développement (« IHEID ») à Genève.

Une part importante des réfugiés dans les pays voisins ne supporte plus ces conditions et décide de se déplacer encore une fois, ajoute « Robin Stunzi », doctorant au Centre de droit des migrations de l’Université de Neuchâtel.

«Ce sont souvent ceux qui ont les moyens financiers, mais aussi le capital culturel et social»

 Moins d’argent

« Étienne Piguet », vice-président de la Commission fédérale des migrations, invoque pour sa part les réductions budgétaires d’assistance internationale.

«Il y a eu des insuffisances importantes, qui ont dégradé les conditions de vie.
Ca pousse au départ».

La guerre en Syrie, qui perdure, explique aussi ces départs massifs, alors que la population avait dans un premier temps gardé espoir que la situation s’améliore.
Plus particulièrement, «le pourrissement de la situation, (…) et le durcissement des politiques des Etats voisins», selon « Vincent Chetail ».

La majorité des réfugiés se trouve au Liban, en Jordanie et en Turquie.
Mais, depuis janvier, le contrôle aux frontières a été renforcé, des réfugiés ont été refoulés, explique-t-il.

Crise partie pour durer

Cet afflux n’est pas une surprise pour « François Gemenne », chercheur en sciences politiques à l’Université de Liège.

«Nous avons laissé le pays à l’abandon.
Sur les 4 millions de réfugiés syriens, l’Europe n’en a pas accueilli assez»
,

ajoute l’expert en migrations, alors que plus de la moitié de la population syrienne est déplacée actuellement, pas seulement à l’extérieur des frontières.

L’arrivée massive de réfugiés n’est «pas quelque chose qui va s’arrêter demain.
Beaucoup de migrants sont prêts à tenter la traversée»
de la Méditerranée, ajoute « François Gemenne ».
Pourtant, pas de bouleversements à prévoir en Europe.

«Cela représente 1 réfugié pour 1000 habitants»,

précise-t-il.

«Ce sont des questions symboliques et nationalistes»,

qui reposent sur la peur des citoyens.

Pour « Antoine Basbous », politologue et directeur de l’Observatoire des pays arabes, le rôle de la Turquie peut expliquer l’afflux de réfugiés.

Il évoque même une stratégie liée aux législatives anticipées du 1er novembre. Le président turc « Erdogan » ayant perdu des voix aux dernières législatives dans ces régions frontières, il a cherché à instrumentaliser la question des réfugiés.

En cherchant à «soulager les électeurs dans le sud-ouest en leur disant: ‘vous avez peiné sous le poids des réfugiés, je vous en ai débarrassé’», Monsieur « Erdogan » a ouvert les vannes, analyse « Antoine Basbous ».

«D’ici au 1er novembre, « Erdogan » aura vidé une partie des camps, et montré à la population qu’il peut emmerder» le monde,

ajoute-t-il.

Un message qui s’adresse à l’Europe et aux États-Unis qu’il accuse de ne pas avoir suffisamment soutenu son pays en l’aidant à instaurer une zone d’exclusion aérienne en Syrie dans laquelle l’aviation de « Bachar el-Assad » ne pourra pas bombarder les réfugiés.

Business des passeurs

Les passeurs ont affiché toutes les informations sur les réseaux sociaux, avec leurs numéros turcs, explique Monsieur « Basbous ».

«C’est: premier arrivé, premier servi».

Ainsi, ils se précipitent.

Pour « François Gemenne », le pouvoir est actuellement entre les mains des passeurs et trafiquants.
Leur business explose.

«Ce sont eux qui décident où et quand arrivent les migrants»,

indique-t-il.

Source : La Tribune de Genève du 21/09/2015

[Une Europe indépendante de Washington aurait riposté à l'agression par migrants en occupant Constantinople et en libérant les Détroits !].
« Basbous », un observateur du Levant qui a l’oreille des services français.
Seulement voilà, ce sont les Hollande et les Fabius qui commandent…

http://civilwarineurope.com/  du 23/09/2015

 

Qui A Initié Cette Fraude Mondiale ?

volkswagen

La voiture du peuple
bafouée par le fric !

Sapin défend une enquête européenne après le scandale Volkswagen.

Le ministre des Finances français a estimé qu’une enquête était nécessaire « au niveau européen » après les révélations sur les contrôles antipollution volontairement falsifiés, menés par le constructeur automobile Volkswagen aux États unis.

L’onde de choc provoquée par la manipulation mise en place par le groupe Volkswagen et visant à contourner la législation américaine sur les émissions de gaz polluants a gagné l’Europe.

Interrogé sur la nécessité de mener une enquête pour tromperie en Europe ou en France après ces divulgations, Michel Sapin a déclaré:

« Nous sommes sur un marché européen, avec des règles européennes, c’est celles qui doivent être respectées ».

« Ne serait-ce que pour rassurer les uns et les autres, il me paraît nécessaire de le faire aussi pour les constructeurs français »,

a-t-il ajouté en précisant n’avoir aucune « raison particulière de penser que les constructeurs français se seraient conduits comme Volkswagen ».

Il est important d’agir « dans ce domaine-là qui est très important puisque c’est la pollution de l’air », « pour éviter que les gens soient empoisonnés par la pollution », a souligné le ministre, qui jugé  « nécessaire » de mener également des contrôles sur les autres constructeurs européens, lors d’une interview sur « Europe 1″.

L’agence fédérale américaine de protection de l’environnement, l’ »EPA », a révélé vendredi que 482.000 véhicules de marque Volkswagen et Audi, construits entre 2009 et 2015 et vendus aux États-Unis, avaient été équipés d’un logiciel visant à truquer les données sur les émissions polluantes.

Le groupe s’expose en théorie à des amendes d’un montant total de 18 milliards de dollars (15,8 milliards d’euros), soit près d’une fois et demie son bénéfice net 2014.

Volkswagen, qui a reconnu avoir « abusé de la confiance de ses clients », a ordonné à ses concessionnaires aux États-Unis d’interrompre la vente de certains modèles diesel.

Retombées européennes

En Allemagne, le ministre de l’Économie « Sigmar Gabriel » a appelé le constructeur à faire toute la lumière sur ces accusations en parlant d’un « grave incident ».
Il a exprimé sa crainte de voir l’affaire éclabousser tout le secteur automobile allemand, un pilier de l’économie nationale.

Un responsable du ministère de l’Environnement a pour sa part qualifié l’attitude présumée de Volkswagen de « tromperie manifeste du consommateur ».
Le gouvernement a annoncé des contrôles visant à déterminer si des données sur les émissions polluantes avaient également été faussées en Allemagne, voire dans toute l’Europe.

Les constructeurs européens
dans le viseur

La Commission européenne a dit être en contact avec le groupe allemand et les régulateurs américains.
Elle a jugé prématuré de se prononcer sur d’éventuelles mesures de surveillance en Europe et sur la possibilité que des véhicules Volkswagen soient concernés par le même problème en Europe.

http://www.euractiv.fr/  du 23/09/2015

Zone Euro Pourrie Par Les Fraudeurs !

catalogne

Va-t-on vers un « Catexit » ?

La Banque d’Espagne menace la Catalogne d’une sortie de la zone euro !

Le gouverneur de la banque centrale espagnole, membre du conseil des gouverneurs de la « BCE », tente de reprendre la menace utilisée en Grèce de l’expulsion de la zone euro pour décider les Catalans à ne pas voter pour les listes indépendantistes le 27 septembre.

Vous avez aimé la menace du « Grexit » et l’utilisation du système bancaire pour faire céder le gouvernement grec cet été ?
Vous adorerez la menace du « Catexit », autrement dit celle d’expulser une Catalogne devenue indépendante de la zone euro.
(Cette nouvelle version a été ouvertement utilisée) ce lundi 21 septembre par le gouverneur de la Banque d’Espagne, « Luis Maria Linde ».

Le « Catexit »

Ce dernier a ainsi déclaré que si la Catalogne se séparait de l’Espagne, le nouvel Etat serait « automatiquement exclu de la zone euro, car ce processus implique la sortie de l’Union européenne. »
Et « Luis Maria Linde » d’aller encore plus loin dans les menaces en dressant le tableau cataclysmique d’un « Catexit. »

« Les banques catalanes pourraient cesser d’avoir accès au refinancement de la « BCE » »,

explique-t-il.
Dans ce cas, la Catalogne serait obligée d’émettre sa propre monnaie qui serait sans doute dévaluée. Et « Luis Maria Linde » rajoute encore l’horreur à la menace :

« les dépôts pourront alors être gelés, comme cela a été le cas en Amérique latine ou en Grèce. »

Utiliser une recette
qui a bien fonctionné

A six jours des élections régionales catalanes qui prennent la forme d’un référendum de substitution, la Banque d’Espagne - et donc la « BCE » - rejoue la partition grecquechypriote et irlandaise  qui a si bien fonctionné jusqu’ici pour obtenir DES électeurs ou des gouvernements CE que désire la banque centrale.

La menace de couper l’accès à l’euro et de provoquer un chaos économique par « un mauvais choix » semble donc devenir un mode de gouvernance de la zone euro de la part de l’ »Eurosystème ».

Ce qui est nouveau, c’est qu’on est ici non pas dans un choix purement économique, mais dans un choix politique.
La Banque d’Espagne sort ici ouvertement de sa neutralité politique (?) en cherchant à apeurer les électeurs catalans.
Sa déclaration suit les annonces ce week-end des grandes banques espagnoles qui avaient menacé de quitter la Catalogne si cette dernière sortait de l’UE en cas d’indépendance.

Provoquer la panique
pour gagner les élections

Il semblerait que, à Madrid, les élections du 27 septembre commencent à provoquer la panique !
Et que l’on essaie d’affaiblir le mouvement indépendantiste catalan par la peur et la menace.
Une technique qui avait déjà été utilisée avec succès en Ecosse voici un an lors du référendum du 18 septembre 2014.
Dans les sondages, en effet, les deux listes indépendantistes, la « CUP » d’extrême-gauche et la liste commune indépendantistes « Junts pel Sí » obtiennent toujours la majorité des sièges.
En termes de voix, elles restent minoritaires, mais certaines enquêtes, comme celle de « Metroscopia »  du 16 septembre, leur attribuent près de 50 % des voix (49,6 % pour Metroscopia).
En cas de double majorité, il sera difficile de stopper la volonté indépendantiste des Catalans.

Encore un bluff ?

Les menaces de « Luis Maria Linde » sont cependant un peu courtes et pourraient bien relever du même bluff que celui du « Grexit ».
La liste « Junts pel Sí » n’entend pas, en effet, déclarer unilatéralement l’indépendance, sauf si Madrid provoque une épreuve de force.
Le programme de cette liste est celui d’une séparation négociée et sanctionnée par un référendum qui a toujours été refusé par Madrid.
Or, les indépendantistes souhaitent intégrer l’Europe dans ce processus.
« Junts pel Sí » est en effet une liste pro-européenne, militant pour une Catalogne intégrée dans la zone euro et l’UE.
L’idée est de négocier les modalités de la séparation, y compris au niveau financier et monétaire.
Cette négociation serait logique puisque les Traités, contrairement à ce que dit « Luis Maria Linde », ne prévoient pas le cas de la sécession.
Il faudra donc discuter pour combler ce vide.

Le risque du « Catexit »
pour la zone euro

Un « Catexit » chaotique provoqué par une « BCE » inflexible n’est, en réalité, pas davantage crédible que l’était le « Grexit ».

La Catalogne représente 17 % du PIB espagnol, le cinquième de la zone euro.

L’effondrement de son économie provoquerait une onde de choc qui menacerait le reste de l’Union monétaire.
D’autant que, à la différence de la Grèce, la Catalogne est une économie très ouverte et c’est aussi une économie de transit par laquelle passe l’essentiel des exportations espagnoles.
Expulser « manu militari » la Catalogne serait jouer un jeu dangereux.
D’autant que ce pourrait aussi être interprété comme un précédent par ceux qui souhaitent sortir de la zone euro.
Certes, ce ne serait pas un précédent aussi franc que le « Grexit », mais le mythe fondateur de « l’irréversibilité de l’euro » serait mis à mal, car les citoyens catalans seraient alors violemment privés de leur monnaie.
Du reste, les fondements juridiques d’une telle expulsion seront contestables, puisque le cas serait nouveau.

Enfin, le gouvernement catalan ne serait pas entièrement démuni de moyens de réponse.
Il pourrait répondre en instaurant un contrôle des capitaux et une contribution exceptionnelle pour conserver l’euro et s’appuyer sur des réserves de devises.
Son économie en pâtirait lourdement, mais ce serait aussi un coup dur porté aux sociétés espagnoles et aux nombreuses entreprises étrangères présentes en Catalogne.
La « BCE » pourra-t-elle prendre un tel risque en plein marasme économique mondial ?
Par ailleurs, la Catalogne pourrait refuser de reprendre une partie de la dette espagnole, laissant un poids insupportable au reste de l’Espagne et provoquant donc un doute sur la solvabilité du pays.
Bref, la menace d’une expulsion dans négociation n’est pas très crédible.
« Luis Maria Linde » profite sans doute de son statut de membre du Conseil des Gouverneurs de la « BCE » pour agiter un chiffon rouge en espérant qu’il aura le même impact que les menaces précédentes appliquées aux pays déjà cités.

Un jeu dangereux

Mais, cette fois, les Catalans pourraient ne pas se laisser prendre.
Plus Madrid joue les gros bras et les menaces (début septembre, le ministre de la Défense avait évoqué l’emploi des forces armées contre la Catalogne), plus les indépendantistes progressent dans les sondages.
Une autre enquête publiée ce week-end sur la télévision catalane 8TV montrait que 58,2 % des Catalans étaient prêts à « assumer le fait que la Catalogne indépendante soit expulsée de l’UE. »
L’Eurosystème prend donc un risque considérable, d’abord celui de renforcer l’indépendantisme, ensuite celui de s’aliéner un mouvement largement pro-européen qui ferait finalement passer l’indépendance avant sa présence dans l’UE, quitte à y revenir ensuite.
Reste à savoir si la menace de la Banque d’Espagne sera reprise, en cas de victoire indépendantiste, par la « BCE ».
Si c’est le cas, la question de l’indépendance de cette institution devra à nouveau être posée.

Source : « Romaric Godin » pour « latribune.fr »

http://civilwarineurope.com/  du 23/09/2015

Les Polonais Sont Contre L’ Invasion !

walesa-4x3 (1)

Pour Lech Walesa

« Les migrants n’hésiteront pas à imposer leurs coutumes » L’ancien président polonais, leader du mouvement Solidarité et Nobel de de la Paix, « Lech Walesa », met en garde l’Europe contre le risque de voir les migrants pratiquer des décapitations sur le vieux continent.

« La Pologne et l’Europe ont de quoi s’inquiéter de l’afflux de migrants. Ils viennent de pays où des gens sont décapités. Il va nous arriver la même chose. »,

a déclaré à des journalistes israéliens l’ancien dirigeant polonais.

« C’est un véritable problème.
Si l’Europe ne ferme pas ses frontières, des millions de migrants vont venir ici et ils n’hésiteront pas à imposer leurs coutumes, y compris les décapitations. »
,

a poursuivi le Prix Nobel de la Paix de 1983.

« Les Polonais ont de maigres pensions, de bas salaires et des appartements insalubres.
Je regarde les réfugiés à la télévision et je remarque qu’ils ont l’air mieux que nous.
Ils sont bien nourris, bien habillés et peut-être même sont plus riches que nous »
,

a-t-il déploré.

La Pologne a accepté d’accueillir 2.000 réfugiés, alors que la Commission européenne voudrait qu’elle en prenne 9.287 de plus.
Elle pose plusieurs conditions, dont le renforcement des contrôles aux frontières de l’UE, le droit de chaque pays de choisir ceux qu’il accepte et de refuser l’entrée aux migrants économiques.

Source : http://www.lemondejuif.info/

http://civilwarineurope.com  du 22/09/2015

Analyse De Cette Invasion – Partie III -

non-aux-migrants300 (1)

Pour un remède de cheval

Cet article est la suite des deux précédents.
(voir ici et ici).

Chez les Républicains, c’est la cacophonie !
Personne n’est d’accord sur les solutions à apporter à cette brutale invasion migratoire.
Certains penchent pour des positions proches du FN, d’autres pour le laxisme « généreux » du PS.
Monsieur SarkÖzy, quant à lui, opère une synthèse rocambolesque dans un entretien au « Figaro » (10/09/2015), qui démontre qu’il n’est pas un homme d’État.
Ses solutions sont les suivantes :

Les propositions infantiles
de Monsieur Sarkozy

1) Refuser les « quotas » de « réfugiés » imposés par la chancelière Merkel et Monsieur Junker au petit président Hollande, qui « constitueront un engrenage sans fin » (exact) et définir une « nouvelle politique migratoire européenne ».
C’est impossible :
Les Européens ne s’entendront jamais, entre le gouvernement hongrois qui veut défendre son identité ethnique et les Allemands qui sont dans une posture suicidaire d’aspiration de main d’œuvre bon marché, aucune entente européenne n’est possible.
C’est à la France –et aux Pays-Bas, à la Grande-Bretagne, au Danemark, à l’Italie, etc. – par volonté politique et souveraineté recouvrée, de redéfinir leur stratégie migratoire, quitte à créer une crise au sein de l’UE, ce qui ne pourra être que positif.

2) Ne pas modifier le régime d’accueil des réfugiés politiques « au nom de notre tradition humaniste ».
Recueillir provisoirement les « réfugiés de guerre » avec « statut provisoire » et puis les renvoyer chez eux une fois le conflit terminé.
Utopie complètement tordue :
D’abord, il est impossible de distinguer les vrais réfugiés politiques des migrants économiques, et ces derniers des « réfugiés de guerre », la majorité des demandeurs d’asile étant des imposteurs… ensuite, on ne voit pas comment forcer au retour chez eux lesdits vrais « réfugiés de guerre » qu’on aura déjà du mal à repérer.

3) « Créer des centres de rétention dans les pays périphériques à Schengen afin d’instruire les demandes d’entrée en Europe au titre du statut de réfugié politique ou de réfugié de guerre », en refusant les migrants économiques.
Complètement idiot :
Aucun pays (Maghreb, Turquie, etc.) n’acceptera de tels centres.
De plus, quand il était président, pourquoi Monsieur SarkÖzy n’a-t-il jamais rien fait contre cette « immigration économique » ?

4) « Que la France prenne l’initiative d’une conférence qui réunirait l’Union européenne et nos voisins de la Méditerranée pour préparer un accord multilatéral sur l’immigration ». Encore une ”conférence” !
Encore des palabres qui remplacent les actes !
On va donc associer des gouvernements européens en désaccord entre eux avec, par exemple, un gouvernement libyen ou syrien inexistants ?
Pourquoi pas, pendant qu’on y est, convier « Ibrahim Al-Bagdadi », le « calife » assassin de Dae’ch ?
Monsieur SarkÖzy, du temps de sa présidence, avait déjà essayé de constituer une espèce d’ « Union méditerranéenne » qui avait complètement avorté.
Ridicule.

5) Enfin, grande idée :
Renégocier l’espace Schengen de libre circulation « qui ne fonctionne plus ».
Et rétablir les contrôles aux frontières en attendant une entente sur un « Schengen II », un peu plus restrictif.
Outre l’impossibilité de parvenir à un tel accord, du fait notamment du dogmatisme du gouvernement Merkel, l’urgence de la situation exige tout simplement la dénonciation unilatérale de l’accord Schengen de libre circulation et le rétablissement des frontières nationales protégées.
Et son enterrement définitif.

Aucune des mesures ridicules du chef des Républicains n’est applicable :
Des pansements sans sparadrap.
Et pourtant (par démagogie), il assène :

« jamais, dans l’histoire de l’Europe, elle n’a eu à faire face à une telle pression migratoire ».

Raison de plus, après ce diagnostic, pour proposer des remèdes sérieux, c’est-à-dire des remèdes de cheval.
Et pas des annonces politiciennes uniquement destinées à manœuvrer au sein de cette pétaudière idéologique et d’ambitions rivales qu’est le parti LR, ex-UMP.

Les seules vraies mesures efficaces

Cette « crise des migrants » ne fait que commencer.

Quelles seraient les solutions d’urgence et à plus long terme ?
Elles sont inapplicables à l’échelle d’une Union européenne où seuls les mauvais accords « a minima » sont possibles et où les frontières communes de l’espace Schengen, théoriquement défendues par la désopilante « Agence Frontex », sont des passoires.
Examinons donc les solutions à l’échelle de la seule France.
(Cf. mon essai « Mon Programme », Éditions du Lore.)

1. Suspension unilatérale des accords de Schengen, désobéissance et retour aux contrôles aux frontières, même pour les ressortissants de pays membres de l’UE.
Ce qui suppose le refoulement effectif aux points de passage (routes, gares, etc.) de tout « migrant » dépourvu de passeport et de visa.
Ce qui exige aussi un peu de muscles dans un premier temps devant des foules invasives.

2. Destruction des bateaux des passeurs de clandestins sur les côtes d’Afrique du Nord, Libye surtout, par bombardements aériens ciblés – évidemment à vide.
Privés d’embarcations, les passeurs (qui paient un impôt à Dae’ch) ne pourraient plus transporter leur bétail humain.
On se passera d’une autorisation de l’ONU : agir d’abord, discuter ensuite.

3. Interception en mer des embarcations transportant des boat people par la Marine nationale.
Elles seront remorquées ou reconduites de force à leur point de départ !
Ou bien les passagers clandestins seront embarqués et ramenés sur les côtes africaines.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que ces trois premières mesures tariraient vite les flux, par effet d’exemplarité et de dissuasion.

Et voici maintenant une batterie de mesures dissuasives qui tariraient encore plus efficacement les flux :
Plus un sou, plus une aide.
Donc plus aucun intérêt à venir s’installer ici.

4. Arrêt immédiat de toutes les aides aux clandestins et demandeurs d’asile :
Allocations, hébergements, soins gratuits, scolarisation des enfants etc. offerts aux immigrés en situation irrégulière.
Un irrégulier n’a pas droit non plus à un compte en banque.
Suppression immédiate de l’aide à l’Accompagnement pour les demandeurs d’asile, de l’Aide juridictionnelle, de l’Aide temporaire d’attente (ATA), de l’aide à l’Hébergement, de la Couverture médicale universelle (CMU) et de l’Aide médicale d’État (AME) pour les demandeurs comme pour tout clandestin ou étranger sans permis de séjour.
Il sera mis fin au scandale de ces clandestins qui touchent davantage et vivent mieux sans rien faire (sauf travail au noir et trafics) qu’un petit retraité ou un chômeur français. Ajoutons la suppression totale de toute subvention (encore une autre aberration) aux associations d’aides aux clandestins ou « réfugiés ».

Le nerf de la guerre contre les flux migratoires, notamment clandestins, c’est l’arrêt des appels d’air et de la pompe aspirante des aides et allocations.
Pour mettre fin au parasitisme.
En effet, les expulsions physiques de clandestins et de déboutés du droit d’asile se heurtent à d’innombrables impossibilités pratiques.
Il faut donc s’attaquer aux causes et non point aux conséquences.
Cette suppression des aides stoppera immédiatement les demandes d’asile…on n’a pas besoin d’expulser ou de refouler…ceux qui ne viennent plus.
Quant à bon nombre de ceux qui restent, privés de toute ressource, de toute aide, ils préféreront partir.
Double avantage :
Une économie directe de plus de 3 milliards par an au bas mot…
Une diminution de la masse d’immigrés.

Le coût des réfugiés et demandeurs d’asile atteint, selon la Cour des Comptes, en dépit des mensonges gouvernementaux, 13.724 € par personne et par an.

La vague invasive actuelle de demandeurs, s’ajoutant aux 69.000 déjà recensés, aboutira à 100.000 par an !
Un gouffre financier.
Seuls 1% des déboutés quitteront le territoire.
80% des demandeurs sont des fraudeurs.
Les seules dépenses de santé de cette population (CMU, AME) représentent 600 millions d’euros par an.
Intenable.
Continuons la liste des mesures nécessaires.

5. Limitation drastique du droit d’asile.
La situation actuelle est ubuesque et intenable.
La meilleure façon de procéder est d’abord de décréter qu’un clandestin qui entre illégalement et ouvre un dossier de demande de droit d’asile (ce qui le rend juridiquement inexpulsable en attendant le jugement) n’a strictement droit à aucune allocation ni aide, comme vu précédemment (point N° 4)…et que toute personne ou association qui l’aide ou l’héberge est sanctionnée.
La seule annonce de cette mesure découragera 100% des faux demandeurs fraudeurs, c’est-à-dire l’immense majorité.

D’autre part, le droit d’asile ne serait applicable qu’aux persécutés prouvés comme tels (comme les chrétiens d’Orient) et non aux « réfugiés » du monde entier.
Leur dossier devra être instruit depuis leur pays de départ, avant toute autorisation d’entrée en France et délivrance de visa.
Les flux se tariraient immédiatement.
Il n’y a pratiquement pas de demandeurs d’asile au Japon.
S’est-on demandé pourquoi ?

6. Régime spécial social et économique pour les étrangers en situation régulière, c’est-à-dire :
Pas d’accès aux régimes sociaux français :
sécurité sociale,
allocations familiales,
allocations chômage,
école gratuite,
assurance maladie,
cotisations de retraite, etc.
Les étrangers extra-communautaires financent leurs propres protections et assurances sociales, médicales, frais scolaires dans le privé et autres.
Ils ne touchent que leurs salaires, selon le régime japonais.

7. Restriction des permis de séjour, de travail et des visas, c’est-à-dire :
A) Aucun permis de séjour à un immigré ne peut être délivré sans la preuve qu’il a un contrat de travail avant d’entrer en France.
Un étudiant étranger ne peut demeurer sur le territoire sans contrat de travail à l’obtention de son diplôme, ni bénéficier d’aucune aide financière ou d’aucune sorte (système américain).
L’immigration ne peut être que de travail et provisoire.
B) Les permis de séjour sont limités à un an, renouvelables.
En cas de perte d’emploi, aucune aide ni allocation ne sont versées et la personne concernée est expulsée après trois mois sans nouvel emploi.
C) Abolition du statut de ”travailleurs détachés” venus d’autres pays de L’UE soumis aux charges et cotisations. de leur pays.
D) Toute entreprise qui emploie des clandestins est passible d’une amende immédiate par saisie sur compte égale à 10% de son chiffre d’affaires annuel.
E) Les visas touristiques – très souvent utilisés frauduleusement – ne sont accordés pour l’ensemble des pays extérieurs à l’UE qu’en échange de la preuve de ressources dans le pays d’origine.

8. Fin du regroupement familial.
Cette mesure catastrophique, oeuvre de Giscard et de Chirac que De Gaulle et Pompidou refusaient absolument, est la porte ouverte à l’invasion et aux fraudes de toute nature. Aucun étranger admis, au titre de travailleur ou autre sur le sol français, ne peut faire venir ses proches.
Cette mesure contreviendrait aux directives supranationales européennes, certes.
Mais tant pis :
Il faut enfreindre les règles pour créer la crise et faire avancer les choses (voir plus bas).

9. Abolition du droit du sol.
Ce droit, qui implique que tout enfant né en France est Français de plein droit est non seulement une absurdité juridique mais un encouragement à l’immigration de peuplement puisqu’une famille qui fait des enfants en France devient juridiquement inexpulsable, ses rejetons étant Français.
C’est un vrai piège.
Le droit du sol, ou droit de nationalité automatique par le lieu de naissance, est une absurdité qui a été combattue par Périclès, père de la démocratie athénienne, qui a institué que n’était Athénien que celle ou celui nés de père et de mère (deux parents) athéniens.
Monsieur SarkÖzy a déclaré (art. cit.), dans un de ces sophismes dont il a le secret, que le droit du sol faisait partie de l’ « identité française » !
Notre identité est donc de nous défranciser…
D’où ces deux mesures :
D’une part, la nationalité française n’est accordée de plein droit et immédiatement qu’à un enfant né de deux parents de nationalité française !
d’autre part, le mariage avec une personne de nationalité française n’ouvre plus aucun droit automatique à l’obtention de cette dernière !
Cette disposition est indispensable pour contrer la vague des mariages « blancs » ou « gris ».

10. Limitation considérable des naturalisations.
Actuellement, depuis des décennies, droite ou gauche au pouvoir naturalisent de manière massive plus de 200.000 personnes par an ce qui enlève au fait d’être ” français” toute signification.
N’importe qui peut devenir Français, ce qui vide de tout sens et contenu cette qualification.
Être français (ou « européen » d’une autre nationalité) ne relève plus d’une appartenance ou d’un choix motivé mais d’un simple calcul matériel ou autre.
D’ailleurs, la majorité des naturalisés ou des innombrables « français de papier » ne se sent pas Français au sens ethno-culturel.
A) Ne pourraient donc être naturalisé français que celles et ceux qui maîtrisent parfaitement le Français, n’ont jamais eu affaire à la justice et possèdent un emploi stable depuis au moins 10 ans.
B) Il faut y ajouter une modification du régime pénal des étrangers et naturalisés : rétablissement et durcissement de la ”double peine” par expulsion définitive de tout étranger condamné au terme de sa peine…déchéance immédiate de la nationalité pour tout naturalisé convaincu de crime ou tentative.

Ces dispositions sont-elles
immorales et illégitimes ?

Oui, elles le sont par rapport à la –déjà– vieille vulgate soixante-huitarde (marxisante) qui ne s’applique plus à la situation actuelle.
Elles le sont aussi au regard d’un humanitarisme chrétien absolutiste défendu par la doctrine actuelle du Vatican, qui est loin d’être partagée par l’ensemble des chrétiens.
Néanmoins, le problème posé est important.
Il ne faut pas balayer les questions morales, il faut les adapter.
Car ces dispositions ne sont nullement ”immorales” d’un point de vue philosophique.
Au contraire, elles relèvent du bon sens, de la morale pratique, qui vaut bien plus que l’hypocrite morale abstraite.

Comme l’explique « Carl Schmitt », dans les « cas d’urgence » (et là seulement) l’acte politique par excellence d’un État est de recouvrer sa souveraineté et d’enfreindre les traités, voire les lois, qui empêchent de prendre des décisions vitales.
Le premier des soucis moraux est la protection de son propre peuple et non pas le respect protocolaire et rigide de « principes ».
Il rejoint par là « Aristote », qui séparait la morale privée de la morale publique et politique, qui ont des normes différentes.
De même, dans sa « Politeïa », « Aristote », égalitaire mais non pas égalitariste, distinguait bien la condition des étrangers et celle des citoyens au sein de la Cité…les premiers ne bénéficiant pas des mêmes droits mais devant retourner chez eux s’il n’étaient pas satisfaits.

L’hospitalité ne peut concerner que d’infimes minorités, au cas par cas et souvent provisoirement.
L’accueil de populations entières, allochtones, ne débouche que sur des conflits ingérables.
L’égoïsme ethnique et national est moral parce que facteur d’ordre et de tranquillité.
Pour cette raison, il est légitime.

Ces dispositions seraient-elles
au moins efficaces ?

En réalité, si ces mesures étaient décrétées, elles n’auraient même pas besoin d’être appliquées à 100%, jusqu’au bout.

On assisterait à un ralentissement brutal de l’invasion migratoire, par arrêt de l’appel d’air.

Un bon nombre d’immigrés installés partiraient (”démigration”).

La France deviendrait une « forteresse », bunkerisée ?
Oui, et alors ?
Un pays protégé fonctionne bien mieux qu’un moulin ouvert à tout vent.
Contrairement à la vulgate simpliste des économistes « humanistes » et libéraux (même de droite comme « Nicolas Baverez » ou « Alain Madelin »), un pays qui se protège des invasions migratoires est beaucoup mieux armé, à terme, dans l’économie mondialisée.
L’homogénéité construite est davantage une force que l’hétérogénéité sauvage et subie.
L’ordre de la porte verrouillée et de la frontière protégée vaut toujours mieux que le chaos de la porte ouverte et de la frontière absente.
De plus, à l’heure d’Internet, les échanges humains peuvent se faire sans présence physique.

De cette « crise des migrants » peut découler un effondrement partiel de l’Union européenne, avec la fin de l’espace Schengen de libre circulation des personnes.
Cela, ajouté à la fragilité d’un Euro sous perfusion artificielle, contribuera à la redéfinition de fond en comble d’une Union européenne complètement dévoyée et impuissante.
Enfreindre les règles de l’Union européenne, sans complexe, sera le meilleur moyen pour provoquer un clash, un conflit salvateur et construire une nouvelle forme d’Europe.
La vraie.

Guillaume Faye

http://fr.novopress.info/  du 19/09/2015

Analyse De Cette Invasion – Partie II -

europe-map300 (1)

Capitulation suicidaire
de l’Europe

Cet article est la suite du précédent.
Déferlante migratoire :
La vague des ”réfugiés” s’ajoute, comme un raz-de-marée, à l’inondation en cours depuis plusieurs décennies.

Alors que la majorité des peuples européens autochtones la refuse, la gauche et la droite, en France et ailleurs en Europe, comme la plupart des institutions médiatiques ou religieuses, comme aussi la Commission européenne non élue et coutumière de l’excès de pouvoir permanent, imposent aux populations, de manière dictatoriale, l’ ”accueil” de centaines de milliers de nouveaux immigrés. Sans aucun référendum.
Au non d’un devoir moral qui est à la fois une perversion de la morale et un suicide.

Mais aussi un exemple de mépris de la démocratie et de divorce irrémédiable entre les peuples et de pseudo élites.

Prélude à une explosion.

Le jeu trouble de
la pauvre Allemagne.

C’est un jeu stupide et nuisible, irréfléchi.
Les premiers « réfugiés » de la nouvelle vague invasive (13.000) sont arrivés en Allemagne le 6 septembre, accueillis par des banderoles « welcome in Germany » et des milliers de citoyens qui applaudissaient, hilares.
Des milliers d’autres sont attendus en septembre.
150.000 places d’hébergement d’urgence sont ouvertes.
Scènes pitoyables d’humanitarisme naïf où une partie d’un peuple se réjouit de sa propre invasion et de sa propre disparition, détruit à terme par cette migration de masse.
Ce genre d’image, très médiatisée, est un encouragement fort à de nouveaux flux d’entrées de « réfugiés ».
L’Allemagne, avec une natalité ultra-basse et des flux migratoires considérables, peut vivre un changement de population, peuplée à la fin du siècle par une majorité de musulmans qui ne parleront même plus allemand.
Ce « nouveau pays », devenu moyen-oriental et non plus germanique, à l’image de ses voisins béatement envahis, ne connaîtra pas la prospérité ni la paix mais, à terme, le désordre et le déclin.
Il y a une bêtise politique allemande, insondable.
Un oubli de soi.

Pour se faire pardonner et faire oublier le nazisme (qui continue d’obséder et de culpabiliser le psychisme collectif allemand) et pour donner au monde l’image d’une Allemagne exemplaire, le cœur sur la main, le gouvernement allemand se veut ouvert à toutes les immigrations.
« Thilo Sarrazin » a fait scandale en écrivant L’Allemagne disparaît, best-seller paru en 2010, contre l’immigration et l’islamisation.
40 % des Allemands sont opposés à l’accueil de nouveaux immigrés, mais ils sont une minorité….

On a l’impression que l’âme allemande profonde, incapable d’équilibre, passe d’un excès à l’autre, sans souci du juste milieu (mésotès aristotélicien), par romantisme dépourvu de raison :
de la brutalité raciste impitoyable à l’antiracisme le plus délirant.
Deux stupidités parallèles : c’est l’extrémisme allemand.
Ce romantisme, intéressant en art (jadis, plus aujourd’hui…) est débile en politique. L’Allemagne et la politique : incompatibilité absolue, ainsi que Nietzsche l’avait vu.

Comme une catharsis (« purification »), pour se faire pardonner les catastrophiques excès passés (de 1870 à 1945), les dirigeants allemands et une partie de leur peuple militent maintenant pour imposer à l’Europe une ouverture totale des frontières à l’inondation migratoire, sous prétexte de « morale ».

« Pascal Bruckner » relève cette hypocrisie :

« nous retrouvons chez les Allemands les arguments habituels des défenseurs de l’immigration :
Un ton humanitaire un peu bêlant doublé d’un calcul économique qui l’est moins.
Les patrons allemands le disent explicitement :
Nous avons besoin de main d’œuvre…
Pour eux, un tel afflux est une aubaine.

Collusion entre l’ultra-gauche sans-frontiériste et le grand patronat »

(Le Figaro, 04/09/2015).

Les élites allemandes sont égoïstes à court terme mais suicidaires à long terme.

Questions sur
la politique allemande

L’Allemagne et la Commission de Bruxelles – par l’intermédiaire de « Jean-Claude Junker », une créature de Madame Merkel – fixent autoritairement des quotas d’accueil de « réfugiés » aux pays européens, ce qui constitue un viol de souveraineté, un de plus, non prévu par les traités :
la Hongrie, la Pologne, l’Espagne, la Grande Bretagne, la République tchèque tentent de résister – jusqu’à quand ? La France de Hollande, elle, a cédé.

« Sigmar Gabriel », vice – chancelier et ministre de l’Économie, n’a pas hésité à sortir cette énormité, parlant des « réfugiés », le 8 septembre :

« nous pouvons certainement gérer un chiffre de l’ordre du demi-million chaque année »

Calcul purement économique dans un pays à faible taux de chômage, en déclin démographique et donc en déficit croissant de population active.
L’économie allemande a donc besoin d’une main d’œuvre importée à bon marché.
Cette alliance de bons sentiments chrétiens et de calcul financier, assortie d’une politique volontariste d’assimilation à la culture allemande, relève d’une démarche stupide, profitable à très court terme mais suicidaire et impraticable à moyen terme.

Pour trois raisons :
1) – Avec l’interminable chaos guerrier du Moyen-Orient et de l’Afrique (tous liés à l’islam), les masses de « réfugiés » ne vont cesser de croître, faisant exploser tous les ‘quotas’.
2) – La politique allemande d’assimilation de populations allogènes croissantes, musulmanes à 80% et prolifiques, va inévitablement échouer et déboucher sur l’importation du chaos…et sur la dégermanisation du pays.
3) – Plutôt que de relancer sa natalité (comme essaie d’y parvenir la Russie de Poutine) ou de refuser toute immigration et de miser sur la robotisation (comme le tente le Japon qui est, lui, pourvu d’une conscience ethnique et nationale), l’Allemagne, hallucinée, choisit la pire des solutions…qui, paradoxalement, va ruiner à terme sa prospérité économique en créant le chaos ethnique.
Une fois de plus, et pour des raisons différentes, depuis la fin du XIXe siècle, la politique allemande est nuisible pour l’Europe.
Tout autant, sinon plus, que la politique américaine.
Et la France ?

Naïvetés et démissions
françaises

Et la France, qui renonce à sa souveraineté, oubliant tous les principes « gaullistes » dont on se réclame avec une hypocrisie ridicule, s’aligne, surtout avec le gouvernement socialiste, sur les ordres de Bruxelles, de Berlin et de Washington.
François Hollande, la girouette, qui prônait en mai 2015 un accueil des seuls vrais réfugiés, en refusant les quotas obligatoires pour chaque pays européen, vient de céder aux injonctions de la chancelière Merkel et d’accepter ces quotas.
De ce fait, 24.000 « réfugiés » attribués à la France (sur les 160.000 à répartir) vont entrer en septembre, en plus des 6.800 autorisés à venir en juillet, dans un pays qui compte 5 millions de chômeurs en chiffres réel et qui est endetté à 100% du PIB..
Selon « Yves Thréard » (Le Figaro, 08/09/2015), il s’agit d’un « engrenage » :

« Les réfugiés, combien seront-ils demain ?
Sans doute des millions, « fuyant » la terreur islamiste.
L’avenir le montrera, ce témoignage de générosité se révèlera une erreur irréversible.
Combien de migrants dits économique vont continuer à s’engouffrer dans la brèche ?
Comment raccompagner chez eux ceux qui ne sont pas éligibles au droit d’asile ? »

En effet, 350.000 ”réfugiés” ont déjà pénétré en Europe depuis janvier, chiffre qu’il faudra tripler en décembre !
Et 4 millions sont en attente dans les camps de déplacés du Moyen–Orient.

Et ces nouveaux migrants sont tous musulmans, alors que 62% des Français estiment qu’il y a beaucoup trop de musulmans en France et que l’islam représente un danger.

Selon la Cour des comptes, seuls 1% des déboutés du droit d’asile quittent le territoire.

Réussir à entrer, c’est rester !

Le PS, dont l’idéologie fabrique à la fois le chômage de masse et l’immigration de masse, propose par le « Réseau de villes solidaires », que chaque commune accueille un quota de « migrants réfugiés » (donc de clandestins), aux frais du contribuable.
La droite LR (ex-UMP) est exactement sur la même position idéologique : l’initiative « J’accueille » lancée par le maire LR de Saint-Étienne vise à obliger, même les petites communes, à recevoir son quota de migrants illégaux « réfugiés ».
Le ministre de l’Intérieur, Monsieur Cazeneuve, est d’accord et va coordonner cette initiative immigrationniste droite–gauche.
Accepter et organiser l’invasion au nom de la charité.

Les propos d’ »Alain Denis », président des maires ruraux du Maine–et–Loire, empreints de bon sens populaire, ont « horrifié » l’oligarchie politico-médiatique parisienne :

« il faut être cohérent :
Si aujourd’hui 10.000 réfugiés sont accueillis, demain il en arrivera 100.000 et après-demain un million !
La mesure d’urgence, c’est de lutter contre les fous, les guerres et le réchauffement climatique, pour que les gens puissent rester chez eux !
Nos politiques ne font que déplacer les problèmes.
Alors on va bétonner la France pour faire des lotissements, et quand il n’y aura plus de terres agricoles, comment est-ce qu’on se nourrira ?
Et le jour où le chaos s’installera dans notre pays, qui accueillera les Français ? »

Seul le FN reprend l’opinion de la majorité des Français.

À l’Université d’été du FN, à Marseille, le 6 septembre, « Marine Le Pen » a osé énoncer l’évidence :

« l’immigration, n’est pas une chance, c’est un fardeau »,

sans aller jusqu’à avouer que c’était une catastrophe.

« Notre pays n’a ni les moyens, ni l’envie ni l’énergie d’être plus généreux avec la misère du monde ».

Elle a justement dénoncé la « lourde responsabilité de l’Allemagne », qui s’engage à accueillir 800.000 migrants, ce qui va constituer un énorme appel d’air pour de futures vagues invasives.
(Il semblerait d’ailleurs que Marine Le Pen, sous la pression de l’urgence de la crise migratoire et pour apaiser son grave conflit avec son père, revienne aux fondamentaux du FN.)

Nicolas SarkÖzy, le faux dur, politicien calculateur, a commenté en ces termes démagogiques et superficiels les propos de MLP, leur « inhumanité », leur « absence de compassion » :

« j’ai eu honte pour Madame Le Pen, de cette brutalité !
Quelle absence du moindre sentiment !
On n’a vraiment pas envie de faire partie de la famille Le Pen !
Nous sommes des êtres humains, nous avons des racines chrétiennes.
Qui n’a pas été bouleversé par ces images ? »

Quelles images ?

En finir avec l’humanitarisme et le chantage émotionnel !

On ne raisonne, plus, on ne fait plus de politique, on fait de l’ »iconophilie » ou culte des images médiatiques émotionnelles.

Ces images racoleuses sont celles d’une manipulation médiatique mondiale, de nature marketing et commerciale, montrant un enfant syrien kurde noyé sur une plage de Turquie.

Message subliminal pervers : c’est nous les coupables !

Une répugnante manœuvre de culpabilisation émotionnelle des opinions européennes a été entreprise depuis deux ans, à grande échelle à la suite de photos, de reportages – ad nauseam – de noyés en Méditerranée ou de « réfugiés » retrouvés morts dans des camions ou ailleurs.
Tout cela a été démultiplié par les réseaux sociaux Internet.
Ce chantage moral a pour effet de dissuader les Européens de se défendre de l’invasion.
C’est une véritable manipulation mentale, un lavage de cerveau « soft ».

Au nom d’une charité chrétienne mal comprise, l’Église catholique sermonne et demande d’accueillir tous les migrants, exactement comme le parti pseudo écologiste mais vraiment trotskiste EELV.
Le Pape François, dans la lignée de son discours culpabilisateur de Lampedusa, exige d’ouvrir toutes les frontières.
Et il demande à chaque paroisse d’Europe d’accueillir des « réfugiés » (pas des chrétiens d’Orient en priorité) mais tout le monde, sans distinction.

Folie pure, dans la lignée d’une « charité chrétienne » franciscaine et « jésuitique » qui perd la raison et oublie les fondements thomistes et aristotéliciens du bon sens.

Tous, inconscients, oublient les avertissement solennels aux Européens des évêques de Syrie et d’Irak dont les fidèles sont persécutés :
Ce qui nous arrive, disent-ils, va vous arriver si vous continuez, par une charité dévoyée, à laisser s’installer chez vous des centaines de milliers d’immigrés, en majorité musulmans.
Ce bon sens n’est pas entendu par les fous.

Bien entendu, les ”élites” immigrationnistes refusent de recevoir les « réfugiés » chez eux :
C’est au ”peuple” d’accomplir ce devoir d’accueil, dans les villages et les petites villes.
La droite LR (ex-UMP) essaie de conjuguer l’accueil des « vrais réfugiés » et le rejet des clandestins économiques.
Pas crédible : quand elle était au pouvoir, elle a laissé filer, tout comme la gauche, les flux migratoires.
Paroles, paroles…

Monsieur « Victor Orban », le Premier ministre de Hongrie, a choqué l’oligarchie politico-médiatique européenne en érigeant un mur de barbelés entre son pays et la Serbie et en déclarant :

« aujourd’hui, nous parlons de centaines de milliers, l’an prochain nous discuterons de millions et, d’un seul coup, nous nous retrouverons en minorité sur notre propre continent ».

L’antidémocrate Fabius a dénoncé l’attitude « scandaleuse » de la Hongrie, qui tente de se défendre.

L’Australie et « ISRAËL » font de même, en beaucoup plus fort, mais le grand donneur de morale Fabius ne les condamne pas.
Diplomatie ?

La république tchèque, la Slovaquie et la Pologne semblent s’aligner sur la Hongrie pour s’opposer à l’invasion migratoire.
Le premier ministre slovaque (de gauche), « Robert Fico », a scandalisé les vierges effarouchées de l’Union européenne en déclarant, en accord total avec son opinion publique :

« Je ne veux pas voir mon pays se réveiller un beau matin avec 100.000 personnes venues du monde arabe ».

Imposteurs et menteurs

Dans l’immédiat, c’est plus de 30.000 « réfugiés » que la France devrait immédiatement accueillir (nourrir, entretenir, payer, loger) d’ici octobre si les « quotas » imposés par Bruxelles et l’Allemagne sont entérinés.
En plus de tous les autres…
La France ?
Et pourquoi pas les richissimes pays du Golfe, qui accueilleraient ainsi leurs coreligionnaires – sauf les chrétiens, évidemment.

Les intellectuels et les inévitables « artistes » ou pseudo artistes, population bien protégée, ne sont pas en reste de fausse générosité.
Comme toujours, que ce soit en France ou aux USA, le milieu du show business, immigrationniste et bourgeois gauchisant, joue, pour des raisons médiatiques et commerciales, la carte de l’humanitarisme larmoyant.

Une cinquantaine d’ « artistes » de cour, dont Line Renaud, Daft Punk, Dany Boon, Nicolas Canteloup, etc. ont signé un appel bidon intitulé « Une main tendue » pour exiger de l’Europe d’« assumer aujourd’hui le devoir d’asile ».
Ils obéissent à l’idéologie dominante qui les entretient.
Aucun de ces saltimbanques hypocrites et surpayés n’accepterait d‘héberger chez lui le moindre « réfugié ».
Leur générosité est un simulacre qui a ses limites.

Monsieur Raffarin, le représentant de « l’aile humaniste » des Républicains est favorable à une politique des « quotas » pour les « réfugiés » et estime que « la peur » du peuple (propos méprisants d’un grand bourgeois protégé et engraissé) face à l’afflux massif d’immigrés « vient de ce que la politique d’immigration n’est pas maîtrisée ».
De qui se moque-t-il ?
Il a été Premier ministre, aux manettes de l’État !
Que ne l’a-t-il maîtrisée ?
Même remarque pour les donneurs de leçons, les politiciens SarkÖzy et Juppé.
SarkÖzy, d’ailleurs, a lancé une proposition délirante et totalement inapplicable :
Il propose de créer des « centres de rétention au Maghreb » pour les migrants clandestins en provenance d’Afrique.
On est sidéré par un tel niveau d’idiotie et d’irréalisme.

Ce SarkÖzy, qui est en partie à l’origine du chaos avec son intervention en Libye…

Pour l’instant, ils sont tranquilles dans leurs beaux quartiers, les politiciens, les journalistes, les « artistes », favorables à l’immigration massive, supportée par le peuple.
Tant que l’inondation n’est pas arrivée chez eux.
Patience, ça va venir.
Et là, avec leur lâcheté habituelle, ils retourneront leur veste.
Mais il sera trop tard.

Évacuer la mauvaise conscience

Ni la France ni l’Europe n’ont aucun « devoir d’asile », n’en déplaise à l’oligarchie politique et médiatique ni aux sermons froids des prélats catholiques.

Assez de larmes et de faux gémissements.
Pourquoi les millions de vrais ou faux réfugiés du monde entier se déverseraient-ils en Europe ?

Ce devoir d’accueil universel, quel droit le fonde ?

Parce que nous devons payer pour les ”crimes” de la colonisation ?

On a l’impression que l’Europe est sommée de devenir le déversoir du monde.

L’oligarchie culpabilise le peuple, le fait pleurer par une propagande médiatique et lui enjoint de s’ouvrir à une hospitalité illimitée qui signifie en réalité :
invasion et colonisation forcée.

Nous n’avons pas à nous sentir coupables des noyés de Méditerranée auxquels nous portons assistance alors que nous devrions les refouler.
Non, nous n’avons pas à nous laisser impressionner par les larmes de crocodiles des présentateurs télé et des politiciens.
Et les autres pays du monde, que font-ils ?

Nous ne devons pas être paralysés par la pitié pour les autres, mais, comme n’importe quel autre peuple dans le monde, préoccupés par notre survie.
Chacun chez soi, chacun responsable.
Nous ne devons pas nous soumettre aux injonctions d’une Allemagne inconséquente qui manipule les institutions européennes en oubliant d’être véritablement « européenne » dans l’âme et qui se livre à un égoïsme suicidaire pour se racheter une bonne conscience et une virginité morale.

Est-ce que les Indiens, les Chinois, les Japonais, les monarchies arabes accueillent les « réfugiés » ?
Les Etats-Unis, en quatre ans, n’ont accueilli que 1.500 réfugiés syriens !
Et pourtant, c’est en grande partie à cause de leurs interventions militaires déstabilisatrices au Moyen–Orient, avec leurs supplétifs britanniques, que nous en sommes là.
C’est aux Européens de payer leurs pots cassés.

Le prochain et dernier article de cette série, à paraître très prochainement, s’intitulera : Invasion migratoire 3. Pour un remède de cheval.

Guillaume Faye

http://fr.novopress.info/  du 13/09/2015

Analyse De cette Invasion – Partie I -

 

L’effrayant diagnostic
par Guillaume Faye

Depuis le début de l’été 2015, l’Europe est en proie à des vagues de migrations clandestines sans précédent dans son histoire, de plus en plus fortes, qui s’ajoutent à celles encaissées depuis des décennies…elles s’apparentent à des invasions et mettent tout simplement en péril notre civilisation, dans l’inconscience et la complicité des pseudo élites politiques et médiatiques, anti démocratiques et complètement coupées des intérêts et opinions des peuples européens.
Voici la première partie de cette analyse qui en comprendra trois.

Les causes de l’inondation

La déferlante des ”migrants” (euphémisme pour ne pas dire ”clandestins”) qui passe par les portes ouvertes d’une Europe aux dirigeants impuissants et incapables, provient essentiellement du Moyen-Orient (Irak et Syrie) par la voie de la Turquie (complice)… elle pénètre par la Grèce et les Balkans.
Seconde porte d’entrée : la Méditerranée, essentiellement au départ d’une Libye plongée dans le chaos.
Une partie des flux invasifs est composée de réfugiés de Syrie et d’Irak qui fuient la barbarie de l’État islamique (« Dae’ch »), ou bien d’autres qui fuient les guerres tribales et religieuses de Somalie ou d’ailleurs…
Mais, ce qu’on n’ose jamais dire, ils sont minoritaires.
En effet, profitant de cette aubaine, s’engouffrent dans la brèche des légions de clandestins, souvent faux réfugiés demandeurs d’asile bidon, qui, pour des raisons économiques, veulent s’établir en Europe.
Ils proviennent d’Afrique noire, du Maghreb et du Moyen-Orient asiatique, attirés par trois éléments qui jouent comme des appels d’air :

1) – La perméabilité de l’espace Schengen et l’absence de protection des ”frontières communes”…l’UE est le seul espace politique au monde dépourvu de frontières protégées
les marines européennes portent tous les jours assistance aux « boat people » au lieu de les refouler (idéologie humanitariste), ce qui agit comme une pompe aspirante.
Elles sont une aide à l’invasion et non plus une protection.

Du jamais vu dans l’Histoire :
Des forces armées qui assistent l’envahisseur.
Dément…

2) – Seconde pompe aspirante :
les subventions, assistances, avantages et allocations multiples qu’obtiennent les clandestins dès leur arrivée dans plusieurs pays européens, dont la France.
Aux frais des autochtones, dont les plus démunis n’obtiennent pas ces privilèges !
Préférence étrangère… C’est du parasitisme et du chantage à la charité de la part de populations incapables de se prendre en main dans leur propre pays.

3) – Troisième pompe aspirante :
les intrus savent parfaitement qu’ils sont pratiquement inexpulsables et que les autorités (plus une partie de l’opinion et des médias) sont rongées par la mauvaise conscience, la culpabilité, la paralysie compassionnelle.
Ils calculent qu’on n’osera jamais les refouler par la force.
D’où, comme on le voit à Calais et ailleurs, et récemment dans les émeutes des Balkans, une impudence et une audace incroyables jusque dans la violence.
Les ”migrants”, animés par un sentiment d’impunité, s’arrogent tous les droits, y compris celui de nous envahir ”par le bas”.

La faiblesse larmoyante des dirigeants européens, leur ”droit-de-l’hommisme” délirant, leur ”antiracisme” dogmatique et xénophile, excitent l’agressivité des ”migrants” qui pénètrent de force.
Ils se sont – et on les a –persuadés qu’ils ont un droit imprescriptible à se ”réfugier” chez nous, à s’y installer, à s’y faire entretenir.
Ils n’oseraient évidemment pas raisonner de même avec Israël, la Russie, l’Australie ni les États-Unis !

Mesurer l’ampleur de l’invasion

Les chiffres donnent le vertige.

Déjà, la France accueille chaque année 200.000 immigrants légaux.
Donc, cela fait deux millions depuis 2005, qui comptent bien rester et se reproduire. S’y ajoutent les clandestins inexpulsables et mal comptabilisés, et maintenant les vagues de nouveaux ”migrants”.

Rien qu’en Grèce, 230.000 clandestins sont entrés de force par la mer Égée de janvier à juillet, contre 17.500 pour la même période en 2014.
Ils se répandent dans l’Europe du Nord et de l’Ouest.
En Italie, depuis janvier 2015, 115.000 clandestins ont débarqué.
En tout, plus de 300.000 « boat people » ont traversé la Méditerranée depuis cette date, et cela ne fait que s’emballer.

Explosion des demandes d’asile de janvier à juin 2015 dans l’Union européenne (sans compter les demandes antérieures non encore instruites) :
417.000 demandeurs, déjà entrés en force (par voie de terre ou maritime) dont 172.000 en Allemagne et plus de 32.000 en France.
Ils s’ajoutent aux 65.000 demandeurs d’asile que la France enregistre chaque année. Proportionnellement à leur population, les pays les plus touchés, outre ces deux derniers, sont la Suède, l’Autriche, la Belgique, les Pays-Bas et la Hongrie.
Même déboutés, une « infime » minorité sera expulsée.
De plus, beaucoup ne prennent même pas la peine de demander l’asile !
Et ne sont pas comptabilisés.
C’est dire l’ampleur et l’accélération de l’invasion.

Concernant simplement la Syrie, les demandes d’asile depuis avril 2011 se montent à 99.000 pour l’Allemagne et …65.000 pour la petite Suède !
En dépit des énormes problèmes (sécurité, délinquance, préservation du mode de vie, coûts d’assistanat etc.) que l’immigration arabo-afro-orientale pose à ce pays jadis tranquille, ses dirigeants préfèrent, par dogmatisme humanitariste, sacrifier l’identité à long terme de leur peuple.

En tout, L’Allemagne a laissé tranquillement entrer 800.000 « migrants réfugiés » en 2015, qui s’ajoutent aux flux existants de clandestins et d’immigrés légaux.
On s’attend à une forte augmentation en 2016.
La France, selon l’Association française des juges de l’asile, passera dès 2016 de 100.000 à 120.000 réfugiés demandeurs par an, qui s’ajouteront aux autres arrivées, légales ou illégales.
En sachant que cela coûtera 500 à 600 millions de plus par an.
Selon la Cour des comptes, l’asile coûte déjà 2 milliards d’euros par an à notre pays surendetté… mais ces gens-là, vrais et faux réfugiés, sont prioritaires pour l’oligarchie et l’idéologie dominante par rapport à la « France périphérique » déclassée et dans le besoin.
Nos cousins belges sont dans la même situation, avec une oligarchie politico-médiatique exactement semblable.

La loi du nombre

Dans tous les cas, le désordre endémique du monde musulman, qu’ont accentué les stupides et catastrophiques interventions américaines et franco-britanniques (pour établir la démocratie) en Irak et en Libye, sont à l’origine des exodes.
Mais ce mouvement sans précédent d’invasion migratoire de l’Europe, qui est à 80% musulman, fait aussi partie d’une stratégie (organisée par exemple par L’EI. Dae’ch et la Turquie d’Erdogan) de conquête de l’Europe par l’islam.
La guerre invasive par le bas et par la ruse, par le désarmement moral.

64% des Français sont opposés à l’accueil de cette nouvelle déferlante migratoire, ce dont nos dirigeants se moquent cyniquement.

L’argument humanitariste des noyades en mer des boat people, pour nous culpabiliser et nous forcer à les accueillir, apparaît à beaucoup comme une aberrante hypocrisie :
car s’ils étaient dissuadés d’immigrer, de débarquer et si les passeurs étaient frappés, il n’y aurait ni noyades ni morts dans les camions frigorifiques ou ailleurs.
Ils resteraient chez eux.

Cet « électrochoc de l’invasion migratoire », selon la formule politiquement incorrecte d’ »Ivan Rioufol » (Le Figaro, 04/09/2015) qu’il aurait été impossible d’employer il y a peu temps dans un grand quotidien, aboutira peut-être à une révolte des peuples européens, ou peut-être pas…et cela pourrait conduire à remettre fondamentalement en cause l’architecture et le fonctionnement de l’Union européenne, idée dévoyée, idéal solaire devenu utopie lunaire.
En tout cas, si cette invasion migratoire, doucement commencée dès les années 70 et en accélération vertigineuse (progression géométrique) depuis dix ans continue, les nations européennes de l’Ouest et du Nord du Continent (dont la France et l’Allemagne), à la natalité déclinante, auront tout simplement disparu dans deux ou trois générations, à la fin de ce siècle.

Lessivées par l’implacable loi démographique, submergées par le nombre des allogènes, évacuées de l’Histoire.

Actuellement, depuis 2011, c’est entre un et deux millions de ”migrants” qui pénètrent en Europe de l’Ouest et du Nord chaque année, sous les statuts les plus divers, réfugiés, illégaux clandestins ou légaux.

Musulmans en majorité.

Ils s’ajoutent à ceux qui sont déjà présents et leur taux de reproduction est plus du double de celui des Européens.
Un simple calcul mathématique permet de prévoir l’avenir, si un renversement urgent n’est pas opéré.

Nous verrons, dans le prochain article, comment le gouvernement allemand de Madame Merkel mène un jeu très trouble mais stupide et à courte vue, servilement suivi par Monsieur Hollande, et comment l’oligarchie européenne, politique et médiatique, dominante mais minoritaire, se fait complice de l’invasion en nous culpabilisant.

Guillaume Faye

http://fr.novopress.info/ du 29/07/2015

Nos Médias Modulent Cette Hantise !

schengen (1)

Psychose en Europe !

Finis les grands discours sur l’enrichissement culturel,
Place aux forces spéciales !

Vendredi matin, « BFM TV » révélait qu’un homme arrêté en août dernier par la « DGSI » était en réalité un ancien « djihadiste » passé par la Syrie et renvoyé en France pour commettre un attentat.
Il n’avait pas encore de date pour passer à l’acte mais son projet était suffisamment sérieux pour que les services de renseignement décident de l’arrêter.

L’occasion d’apprendre, par le biais du « Figaro », qu’une arrestation de ce type a lieu chaque semaine en France.
Une arrestation par semaine, ça fait plus de 50 personnes par an, on sait qu’ils sont des milliers de « Français » à avoir rejoint l’État islamique en Irak ou en Syrie.
Très rassurant !

Quelques heures plus tard, ce même vendredi, un « Thalys » qui devait relier Amsterdam à Paris était évacué parce qu’un jeune homme s’était retranché dans les toilettes. Intervention de la police et des services de déminage.
Aucune autre précision sur le profil ou les intentions du suspect.

Au même moment, la gare centrale d’Anvers était également évacuée en raison d’un colis suspect.

Deux jours plus tôt, un sac rempli de munitions était trouvé sur des voies SNCF à Aubervilliers.
Les services de déminage annoncèrent quelques heures plus tard que ce n’étaient que des munitions de chasse.
Nous n’en saurons pas plus.

Les faits sont là :
les Européens sont paniqués, leurs services de renseignement et leurs forces de l’ordre sont aux aguets.
Les discours angéliques n’y changent rien.

Plus personne ne pense, en voyant un sac de sport abandonné, qu’il a été simplement « oublié », et rares sont ceux qui s’imaginent que le garçon enfermé dans les toilettes a simplement un coup de blues.
Tous n’ont qu’une idée en tête : attentat.
La psychose est réelle parce qu’elle a toutes les raisons de l’être.

Aux frontières de l’Europe, des scènes de guérillas sont filmées !

Dans les journaux, on publie des bouilles d’enfants décoiffées, perdues devant des rangées entières de boucliers militaires.

Dans les trains, les passagers sont évacués… sur les plateaux télévisés, on parle solidarité.

Deux réalités :
une submersion ingérable d’un côté,
une manipulation médiatique bien rodée de l’autre.

Il y a quelques jours, « Francis Huster » affirmait qu’il y avait peut-être le prochain « Montaigne » parmi ces clandestins.
Quelques secondes plus tard, il ne voyait « pas le rapport » entre les « migrants » et le risque d’attentats.
L’aveuglement idéologique à son comble.
En attendant, on a plus d’évacuation de trains que de recueils de poésie…

L’Europe n’a pas attendu cette nouvelle vague migratoire pour être à la merci du terrorisme islamiste.
Mais les Européens s’inquiètent « raisonnablement » du nombre de nouvelles recrues djihadistes qui pourraient se cacher dans les bateaux qui accostent.

L’État islamique a prévenu qu’il se servirait de ces migrations pour infiltrer l’Occident, pourquoi ne pas le croire ?
Plusieurs personnalités politiques sont réalistes et reconnaissent cette menace.

Rares sont les courageux qui prennent les mesures nécessaires pour protéger les peuples dont ils ont premièrement la charge.

Les mots prononcés par Manuel Valls après l’épisode « Charlie » reviennent en tête :

« Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats. »

Sans langue de bois, cette phrase signifie que les autorités sont dépassées.

Elles choisissent donc, en toute logique, d’ouvrir encore plus grand leurs frontières à des flux non identifiés.
À ce rythme-là, les tentatives d’attentat vont se multiplier.
Les attentats aussi, c’est mathématique !

Charlotte d’Ornellas

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/09/2015

Les « gauchos » ne sont pas dignes de gouverner puisqu’ils sont dépassés par les problèmes qu’ils ont laissé s’installer !
Quant à nos médias, ils ne sont pas avares de détails sur les situations anxiogènes, dans les colonnes de la presse comme dans les programmes télé – séries policières, crimes, violence, abus sexuels, catastrophes, etc – pratiquement sur toutes les chaînes de notre « brillante » télévision française !
Pendant ce temps, ce qui pourrait nous intéresser est soigneusement passé sous silence ou déformé.

Ce peuple de « sans dents » n’est qu’un rouage servile qu’il ne faut pas informer ni consulter.
Avec ce climat d’insécurité générale soigneusement distillée, ce n’est pas la France qui se noie, ce sont les gens  vivant sur cette terre autrefois glorieuse qui s’enfoncent dans des sables mouvants mortels.

 

sables-mouvants-3

La Dictature De L’OTAN Et De L’U.E. !

catalogne-300 (1)

Bruxelles grince des dents !

A dix jours des régionales, les instances bruxelloises ont prévenues qu’en cas de vote sécessionniste, la Catalogne se verrait exclue de l’Union européenne.
L’OTAN se montre également concerné.

La pression monte.
Le scrutin du 27 septembre pourrait placer en tête une liste indépendantiste en Catalogne.
C’est donc à dix jours des élections régionales que l’Union européenne a décidé de placer un nouvel avertissement.
La déclaration est venue de la Commission européenne, par l’intermédiaire de sa porte-parole en chef, « Margaritis Schinas » :

«Si une partie d’un Etat membre cesse de faire partie de cet Etat, parce que ce territoire devient un Etat indépendant, les traités européens cessent de s’appliquer à ce territoire.»

En d’autres termes, une Catalogne indépendante serait de fait exclue de l’Union.

«Une nouvelle région indépendante, du fait même de son indépendance, deviendrait un pays tiers par rapport à l’UE et pourrait alors poser sa candidature pour devenir un membre de l’Union»,

a expliqué Madame « Schinas ».

Un « think-tank » proche du Parti socialiste espagnol, « organe pro-européen », y est allé également de son analyse.
Dans une étude publiée jeudi, la « Fundacion Alternativas » a jugé qu’une sécession contre la volonté de l’Espagne serait «contraire au droit européen», qui reconnaît l’intégrité territoriale des pays membres.

«Une déclaration unilatérale d’indépendance, faite en contravention à la Constitution espagnole et aux traités européens, rend pratiquement impossible qu’une Catalogne hypothétiquement séparée de l’Espagne puisse être admise dans l’Union européenne ni même entamer un processus de négociation avec la Commission européenne pour y être admise»,

écrit la fondation qui rappelle qu’il faut l’unanimité des Etats membres pour entrer dans l’UE, dont l’accord de l’Espagne.

Madame « Schinas » a rappelé que cette position avait été exprimée pour la première fois par le président de la Commission « Romano Prodi » en 2004, au moment où l’Union accueillait plusieurs nouveaux pays d’Europe de l’Est.

Déjà, en 2014, l’actuel chef de la Commission, le Luxembourgeois « Jean-Claude Juncker » l’avait réaffirmé à plusieurs reprises.
Notamment lors du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse qui avait vu, le 18 septembre 2014, le pays de William Wallace refusait la scission du royaume.

Rajoy inquiet, l’OTAN aussi

Vendredi dernier, une marée humaine de plusieurs centaines de milliers de personnes  a défilé à Barcelone en soutien aux listes prônant la sécession.

Cette journée nationale de la Catalogne avait impressionné.

De là à pousser l’exécutif madrilène à la crainte, il n’y a qu’un pas.

Le Premier ministre espagnol « Mariano Rajoy » a toujours refusé un référendum sur l’indépendance catalane, estimant que tous les Espagnols doivent se prononcer sur l’unité du pays.

Moins évidents, ce sont les soucis que poseraient une éventuelle sécession catalane à l’OTAN.
L’Espagne est en effet un membre stratégique de l’Alliance.

«Un territoire se séparant d’un Etat membre de l’OTAN ne saurait rester automatiquement membre de l’Alliance»,

a déclaré un responsable.

«Il lui faudrait suivre les procédures en place s’il voulait rejoindre l’OTAN»,

a-t-il confirmé.

Les membres peuvent aussi inviter d’autres pays à les rejoindre mais cela doit se faire par «accord unanime».

Image de prévisualisation YouTube

 Rassemblement pour l’indépendance à Barcelone

Source : http://francais.rt.com/international/

http://civilwarineurope.com/  du 18/09/2015

Les peuples regimbent et font sécession !
L’Ecosse a eu froid… mais ce n’est que partie remise.
Les Catalans iront-ils plus loin ?
De toutes manières, les Européens en ont marre d’être baillonnés et asservis !
S’ils veulent leur indépendance ce n’est pas pour retourner dans la meute de caniches dressés par l’oncle Sam !
L’union européenne vassale du nouvel ordre mondial d’inspiration américaine ne sied pas aux peuples fiers de notre continent !
Elle va partir en lambeaux et nous aspirons à voir naître nos Etats-Unis d’Europe Souverains !

Plus De Peuples Refusent L’ Invasion !

invasion300 (1)

Peuples Européens et Envahisseurs

La Slovénie suspend le trafic ferroviaire avec la Croatie
La Slovénie a annoncé avoir suspendu jusqu’à vendredi soir au moins son trafic ferroviaire avec la Croatie, soulignant n’avoir pas l’intention de faciliter l’entrée sur son territoire des migrants qui ont commencé à arriver à sa frontière.

Dans une déclaration télévisée diffusée dans la nuit, le Premier ministre « Miro Cerar » a souligné que la Slovénie ne laisserait entrer « que ceux qui répondent aux critères de l’Union européenne », rapporte l’ »AFP ».

Ljubljana a prolongé jusqu’à vendredi soir au moins le gel de toutes ses liaisons ferroviaires avec la Croatie voisine, où 13.000 migrants sont arrivés depuis mercredi, à la recherche d’une nouvelle voie d’accès à l’ouest de l’Europe après la fermeture de la frontière hongroise mardi.

Un premier groupe de 150 migrants arrivés en train dans la nuit depuis Zagreb a été intercepté dans la ville-frontière slovène de Dobova.

Après avoir essayé en vain de les renvoyer en Croatie, les autorités slovènes les ont transportés dans un centre d’accueil, « dans l’attente d’un accord sur une procédure de retour en Croatie », a indiqué la police.

La Slovénie a par ailleurs renforcé sa présence policière à la frontière, notamment à Obrezje, le principal poste autoroutier entre les deux pays, où de petits groupes de migrants arrivaient dans la matinée.

Quelques kilomètres plus au nord, des dizaines de policiers slovènes surveillaient également le petit passage frontalier de Dobova, selon cette source.

En face, dans la localité croate de Harmica, des dizaines de migrants étaient rassemblés, espérant pouvoir trouver un moyen de franchir la frontière et pénétrer ainsi dans l’espace Schengen.

« Je veux juste passer ! »,

indique un jeune Syrien de 24 ans, qui précise être originaire de Lattaquié et avoir étudié l’économie.
Son pantalon mouillé trahit une tentative de franchir la Sutla, la rivière peu profonde qui sépare les deux pays.

« J’ai essayé mais ils (les policiers slovènes) m’ont intercepté avant que je ne parvienne à traverser ».

Pays charnière entre la Croatie, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie, la Slovénie, qui compte 2 millions d’habitants, entend faire respecter l’inviolabilité de la frontière de la zone Schengen, qu’elle a rejoint fin 2007.

Ljubljana a mis en place des camps de tentes et de centres d’accueil pour recevoir le cas échéant « plusieurs milliers » de migrants.

 

http://fr.sputniknews.com/international/  du 18/09/2015

 

Image de prévisualisation YouTube

Les Croates ébahis découvrent le chaos
provoqué par le passage des clandestins

http://civilwarineurope.com/  du 18/09/2015

La Morale Sociale Manque De Chaleur.

suede-242x300 (1)

La vérité sur l’immigration en Suède.

En Europe, les réfugiés en provenance de la Syrie et l’Irak ont pris d’assaut les ferry-trains de l’Allemagne vers le Danemark.

Mais une fois au Danemark, beaucoup ont refusé de descendre.
En fait leur destination de rêve est la Suède, où les aides aux réfugiés sont plus généreuses.
Quand les danois ont dit non, ils ont sauté hors des trains et sont partis en direction de la frontière suédoise en taxi, en bus ou à pied.

La Suède a la plus accueillante des politiques d’asile et les plus généreux programmes de protection sociale dans l’Union européenne.
Prenons un réfugié typique, « Natanael Haile », échappé de justesse la noyade dans la mer Méditerranée en 2013.
Sa famille restée en Érythrée ne veut rien savoir sur les dangers de son périple.
Comme il l’a dit au « New York Times », ils veulent tout savoir sur « sa voiture, les indemnités qu’il reçoit du gouvernement et ses plans pour trouver un emploi comme soudeur une fois qu’il aura terminé un stage de langue de deux ans. »
Comme tous les réfugiés enregistrés, il reçoit une allocation mensuelle de plus de 600 €.

Les généreuses aides à l’immigration de la Suède sont à l’image d’un pays qui met en avant sa référence de morale sociale.
Depuis 40 ans, l’essentiel de l’immigration en Suède a concerné autant des réfugiés politiques ou du regroupement familial, à tel point que les mots « immigré » et « réfugié » sont synonymes.

La Suède a pris davantage de réfugiés par habitant que tout autre pays européen, et ces immigrés – principalement du Moyen-Orient et d’Afrique – représentent maintenant environ 16 % de la population.
Les principaux partis politiques, ainsi que les grands médias, soutiennent ce statu quo.
Questionner ce consensus est immédiatement considéré comme xénophobe et haineux.
Et aujourd’hui, toute l’Europe est étant invitée à être aussi généreuse que la Suède.

Alors, comment les choses se passent-elles dans le pays le plus respectueux de l’immigration sur la planète ?

Désormais,
Pays de l’inégalité !

En fait pas si bien, explique « Tino Sanandaji ».
Monsieur « Sanandaji » est lui-même un immigrant, un économiste né en Iran et partit en Suède alors qu’il avait 10 ans.
Il a un doctorat en économie de l’Université de Chicago et s’est spécialisé dans les questions d’immigration.

Il y a un total manque d’intégration des réfugiés non-européens nous a-t-il déclaré.
48 % des immigrés en âge de travailler n’ont pas de travail.
Même après 15 ans passés en Suède, le taux d’emploi n’atteint qu’environ 60 pour cent chez les immigrés.
La Suède a le plus grand écart de l’emploi en Europe entre autochtones et non-autochtones.

En Suède, où l’égalité est vénérée, l’inégalité est désormais solidement implantée.

42 % des chômeurs de longue durée sont des immigrants, a déclaré Monsieur « Sanandaji ».

58 % des prestations d’aide sociale vont aux immigrants.

45 % des enfants avec la plus faible notation scolaire sont des immigrants.

Les immigrés gagnent, en moyenne, 40 % en moins des Suédois.

La majorité des délinquants inculpés de meurtre, de viol et vol sont soit immigrés de première ou deuxième génération.

Depuis les années 1980, la Suède a eu la plus forte augmentation des inégalités de n’importe quel pays de l’OCDE a déclaré Monsieur « Sanandaji ».
Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’y remédier.
La Suède est réputée en Europe pour ses efforts sur l’immigration.
Ce n’est pas la faute non plus des nouveaux venus.
Le marché du travail en Suède est à fort niveau de compétence, et même les Suédois peu qualifiés ne peuvent pas trouver du travail.

« Alors quelle chance y a-t-il pour une femme de 40 ans venant d’Afrique de trouver quoi que ce soit ? »

se demande tout haut Monsieur « Sandaji ».

Le dogme en Suède est que si vous socialisez correctement les enfants des immigrants et des réfugiés, ils vont grandir comme des Suédois de souche.

Mais cela n’a pas fonctionné de cette façon.

Une grande partie de la deuxième génération vit dans des ghettos sous aides sociales.

Les autres couches sociales sont parties et il y a une méfiance généralisée, ce qui rend la situation encore plus tendue.

La ville de Malmö à forte majorité d’immigrés, juste en face du pont du Danemark, est un cas économique et social désespéré.

La générosité de la Suède lui coûte une fortune, à un moment où la croissance économique stagne.
Le pays consacre maintenant environ 3 milliards par an pour l’accueil des nouveaux réfugiés – au lieu des 700 millions, il y a quelques années, nous précise Monsieur « Sanandaji ».

Et ils continuent d’affluer.

La Suède accepte automatiquement les mineurs non accompagnés.

« Nous devions accueillir 500 mineurs non accompagnés par an. Cette année nous en attendons à 12 000. »

dit-il.

Mais les problèmes d’immigration aiguë de la Suède apparaissent rarement dans les médias officiels.

Les journalistes considèrent leur mission principale d’arrêter le racisme, et ils préfèrent ne pas apporter de mauvaises nouvelles.

Malgré – ou peut-être à cause – de cette autocensure, le fossé entre les élites du système et les électeurs en matière d’immigration est maintenant un gouffre.

Selon un récent sondage, 58 % des Suédois pensent qu’il y a trop d’immigration, a noté Monsieur « Sanandaji ».

Le groupe des Démocrates Suédois — « anti-immigration » — représente maintenant entre 20 et 25 % de votes.

La Suède est un cas d’école pour ceux qui pensent que l’Europe est capable d’assimiler des centaines de milliers d’immigrés qui assiègent le continent, et les millions d’autres qui sont désespérément prêts à les suivre dans leur sillage.
L’argument selon lequel ces gens sont vitaux pour relancer l’économie – qu’ils créeront une croissance économique comme par magie et sortiront les Européens de leur déclin démographique – est un fantasme.

Les choses vont empirer avant de s’améliorer.
« Judy Dempsey », une analyste d’un « think tank » de de Berlin, a déclaré au « Wall Street Journal », l’Europe n’a pas encore rien vu en ce qui concerne la quantité ou les conséquences.

Pendant ce temps, le voisin danois a réduit de moitié les avantages pour les réfugiés et a passé des annonces dans les journaux libanais pour prévenir les candidats potentiels au départ.

Les danois ne veulent pas être une référence de morale sociale.
Ils ne peuvent pas se le permettre.

Source : http://www.theglobeandmail.com/
(traduction  via fr.novopress.info)

http://civilwarineurope.com/  du 16/09/2015

Image de prévisualisation YouTube

La Suède face aux immigrés

L’ Europe Bonasse Va Bientôt Craquer.

Europe

L’implosion de l’Europe !

Au fur et à mesure que l’Europe se remplit de migrants,
elle se vide de sa substance.

Le projet européen avait des objectifs clairs.
Au lendemain du nazisme et face au communisme, les pays de l’ouest du continent voulaient bâtir une union fondée sur la paix et la prospérité.
Les pays engagés dans cette construction étaient tous animés, à des degrés divers, par un courant politique se réclamant du christianisme :

la démocratie chrétienne.

Le recours régulier au référendum, notamment en France, pour construire l’Union européenne soulignait combien il est essentiel de s’appuyer sur les peuples (« demos ») pour réaliser une démocratie.
Les événements de ces derniers jours ont balayé ces illusions.
Que l’Europe ne soit nullement démocratique est une évidence.
Qu’elle soit engagée dans un processus d’implosion devient une hypothèse hautement réaliste.

L’U.E.est une anti-démocratie.

Les peuples y sont dépossédés de leur pouvoir.

Ils le sont parce qu’on ne les consulte pas sauf pour désigner des « députés » abstraits qui représentent des partis, non des citoyens, non des peuples.
Ils le sont parce qu’une oligarchie composée de politiciens, de fonctionnaires, de médias et de groupes de pression impose la ligne à suivre.
Ils le sont parce qu’à force de dénigrer les nations, c’est-à-dire les peuples, on a instauré une sorte de préférence étrangère et minoritaire.
C’est au nom de celle-ci que la Commission européenne, que les politiciens qui détiennent le pouvoir dans les principaux pays veulent installer un mécanisme permanent et obligatoire d’accueil des « réfugiés ».
Le mot « mécanisme » est à la mode en Europe.
C’est, après la prévalence des directives européennes sur les lois nationales, non seulement la disparition de la souveraineté, mais celle de la démocratie puisque ceux que les peuples ont désignés pour les conduire se déchargent ainsi de leur liberté d’agir en leur nom – leur seule légitimité, pourtant.
Sous le prétexte d’une prétendue urgence, prévisible depuis plus de trois ans et le début de la guerre civile syrienne que l’Europe a laissée se développer quand elle ne l’a pas encouragée, les peuples européens sont contraints d’accueillir une foule de migrants dont la plupart, des hommes à près de 75 %, sont des demandeurs d’emploi et non d’asile.
Cette arrivée aura des conséquences sur le chômage et sur la dépense publique, deux sujets qui intéressent les citoyens au premier chef.
L’indignation sélective,
l’émotion cultivée,
la récupération indécente de l’image d’un enfant mort,
la confusion des mots,
la tromperie éhontée sur les chiffres et sur l’identité des migrants ont éludé tout débat et toute réflexion sur la question.

Il est stupéfiant qu’une organisation qui a refusé de proclamer son héritage chrétien élève la vertu de l’altruisme, de l’accueil de l’autre, jusqu’à favoriser le lointain au détriment du prochain, l’ingénieur syrien au détriment du sans-logis européen…

Une fois encore, l’oligarchie européenne a joué contre les peuples européens.

Tous ne vont pas l’accepter.
On comprend le double intérêt des Allemands à accueillir des immigrés pour racheter leur passé et faire face au vieillissement de la population dans une économie qui a besoin de main-d’œuvre.
En revanche, les pays qui connaissent un chômage important, comme le nôtre, ceux qui ont reconquis récemment leur indépendance et cultivent leur identité retrouvée, comme les pays de l’Est européen, ceux encore qui ont toutes les raisons de craindre un afflux de musulmans comme le Danemark, ne ressentent pas le même engouement.

Schengen est évidemment nuisible plus encore qu’inutile.

Le contrôle des frontières, la gestion nationale des migrants non européens, le resserrement des conditions d’accès au territoire et à la nationalité seront pour de nombreux pays des exigences vitales.

L’Europe en implosera.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/  du 14/09/2015

Nos Frontières Doivent Être Protégées

europe (1)

Aucune Union Européenne

Y a-t-il encore un pilote dans l’avion à Berlin ?

Le ministre allemand des Transports « Alexander Dobrindt »  a dénoncé aujourd’hui « l’échec complet » de l’Union européenne à contrôler ses frontières extérieures face à l’afflux des migrants et réclamé des mesures « efficaces ».

« Des mesures efficaces sont à présent nécessaires pour stopper l’afflux » face à « l’échec complet de l’UE », dont « la protection des frontières extérieures ne fonctionne plus. »

a-t-il écrit dans un communiqué.
Selon lui, les « limites de capacité » d’accueil de l’Allemagne « sont atteintes » .

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

Opinion de civilwarineurope

Y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental allemand ?
Il y a six jours à peine le grotesque vice-chancelier et ministre de l’Economie, « Sigmar Gabriel », fanfaronnait en expliquant à la télévision publique « ZDF » que l’Allemagne, forte de sa puissance économique, était en mesure d’accueillir un demi-million de clandestins par an à moyen terme :

« Je pense que nous pouvons certainement gérer un chiffre de l’ordre du demi-million pendant plusieurs années peut-être même plus »

(http://civilwarineurope.com/2015/09/08/toujours-plus-loin-dans-le-grand-remplacement-lallemagne-pourrait-accueillir-un-demi-million-de-clandestins-par-an/).
Voici maintenant qu’un ministre du gouvernement déclare exactement l’inverse.
La vérité c’est que les dirigeants allemands ne contrôlent plus rien.
Angela Merkel en ouvrant grandes les frontières avec un discours populiste annonçant que tous les clandestins étaient les bienvenus à envoyé un signal aux millions de candidats à l’exil au-delà de la Méditerranée.
Comme l’a résumé Eric Zemmour :

« Merkel a pris la responsabilité historique de détruire définitivement une Allemagne millénaire”.

(http://civilwarineurope.com/2015/09/12/eric-zemmour-video-merkel-a-pris-la-responsabilite-historique-de-detruire-definitivement-une-allemagne-millenaire/)
Il semble que certains commencent à ne plus vouloir suivre la chancelière sur ce chemin suicidaire.

Mais il est peut-être déjà trop tard.

http://civilwarineurope.com/  du 13/09/2015

Image de prévisualisation YouTube

Echauffourées à Hambourg

Le Réel Naufrage D’ Une Propagande !

U.E.noyee

Vous n’êtes pas les bienvenus !

« Libération » reconnaît que la photo d’Aylan a fait flop dans l’opinion française !

Les frontières de l’Europe craquent de toutes parts !

Les clandestins après avoir été des migrants sont des réfugiés.

L’Union européenne, « Maman » Merkel en tête avec ses selfies en compagnie des migrants, est derrière ce changement lexical.
Les hordes qui franchissent notre « limes »  »schengenien » et envahissent notre continent sont des réfugiés.
La machine à bons sentiments fonctionne à plein régime.

Elle permet à l’aide des sécrétions moralisantes de la caste qui dégoulinent,
sur les écrans de nos télévisions,
dans les colonnes des journaux,
– les interviews,
– les pétitions
de métamorphoser en héros de notre temps les couards qui étayent leur lâcheté – le refus de voir la réalité de cette immigration musulmane – par un appel à l’humanité.

Je préfère  »Robert Ménard » à ces 600 maires collabos répondant à l’appel de Cazeneuve pour  toucher 1000 € par migrant accueilli (les deniers de Judas sont toujours d’actualité !).

Image de prévisualisation YouTube

La Loi Doit Être Respectée

Quelques pays résistent :
La Hongrie, le Danemark.

Mais pour combien de temps ?

La préférence étrangère l’emporte partout.

Jusqu’ici un Etat devait assurer la protection de SES citoyens.
Aujourd’hui, les Etat européens « émasculés » avec leur consentement par Bruxelles refusent cette protection à leurs nationaux.
Les envahisseurs islamiques sont notre avenir, glapit « Maman » Merkel.
Et le petit gros mou de l’Elysée acquiesce.

Cependant, les Français semblent résister.

Le quotidien « Libération » est « obligé » de reconnaître que :

« En France, la mort d’Aylan n’a rien changé. »

(http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/12/refugies-en-france-la-mort-d-aylan-n-a-rien-change_1380973)
C’est le titre qu’a choisi le journal de la « bobosphère » pour publier un sondage commandé à   »YouGov ».

Pas d’avant ni d’après-Aylan dans l’opinion française.

« Depuis que la photo du jeune Syrien a fait le tour du monde, début septembre, le regard sur les réfugiés semblait avoir évolué.
Du moins du côté de la classe politique, française et même européenne.
En revanche,
 déplore le journaleux, la population française ne semble pas avoir significativement changé d’opinion. »

En effet, l’évolution des résultats de deux enquêtes, la première avant le lourd épisode de propagande Aylan, la seconde après, avec à chaque fois la même question posée à un échantillon représentatif d’un peu plus de 1 000 personnes :
« La France doit-elle prendre exemple sur l’Allemagne, qui a renoncé à renvoyer les migrants syriens vers leur pays d’entrée dans l’UE, en matière d’accueil des réfugiés ? »
est très décevante.

Avant, 37 % des sondés y étaient favorables ;
après, 38 %.
Par contre le pourcentage de personnes défavorables est passé de 44 % à 49 %.

Le journaleux est dépité :

« La mort d’Aylan n’a-t-elle servi à rien en France ? »

Sous-entendu, tout le boulot que nous avons fait pour lessiver les cerveaux 24 heures sur 24 pour arriver à ça !

L’exemple de « Maman » Merkel n’est majoritaire dans pratiquement aucune catégorie de population :
les femmes y sont très défavorables (51 % contre 33 % de favorables) ;
les hommes aussi (47% contre 44%) !

Seuls les jeunes entre 18 à 24 ans sont à 49% pour un meilleur accueil des migrants, mais ils sont 38% à être contre alors qu’ils n’étaient que 22% avant la publication de la photo élaborée par la caste.

Enfin, toutes les catégories socio-professionnelles sont défavorables à un «modèle allemand» exporté en France.

Dans un autre contexte, « Jacques Ellul » dont la devise était « exister, c’est résister », a écrit:

« L’écœurante mollesse des bons sentiments fabrique des bourreaux à la chaîne car, ne vous y trompez pas, les bourreaux sont plein d’idéalisme et d’humanité.
C’est toujours au nom de l’humanisme et de l’humanité que se font les génocides. (…)
Crevez la panse de l’idéalisme.
Tordez le cou aux bons sentiments.
Videz les émotions les plus généreuses.
Faîtes exploser le message de l’humanisme.
Apprenez à regarder la vérité en face.  
»

(Lire davantage sur l’homme sur https://fr.wikipedia.org/wiki/’Jacques_Ellul’)

Les Français paraissent, pour l’instant, encore capables de regarder la vérité en face.

Ils sont réfractaires au matraquage sur l’accueil des migrants.

La photo choc a fait flop.

Encourageant !

Marcus Graven

 

http://ripostelaique.com/  du 13/09/2015

 

Image de prévisualisation YouTube

Le Droit D’Asile N’Est Pas Prioritaire…

invasion-300x148 (1)

Comme le Droit des Peuples !

La submersion migratoire de l’Europe est une déclaration de guerre !

Sous nos yeux sidérés s’accomplit, en contrepoint, un phénomène d’une singulière gravité.
Depuis des semaines, par bateaux entiers, sans y avoir été invitées, des cohortes d’étrangers d’Asie, du Moyen-Orient ou d’Afrique accostent sur nos rives, s’échouent sur nos îles, investissent nos ports et nos gares.
Officiellement, ce sont des migrants « fuyant les atrocités de leurs pays ».
Médias et politiques fourbissent alors une propagande destinée à les commuer en « sympathiques réfugiés » qu’il serait proprement inhumain de repousser.

Pourtant, nous autres Européens percevons instinctivement que les discours larmoyants ne collent tout simplement pas à ce que nous voyons, dans le cadrage trafiqué de nos téléviseurs orwelliens.
Se voulant tous plus sensationnels les uns que les autres sourdent, de ces reportages exhibant des allogènes – majoritairement masculins – dans une atmosphère surréaliste de « guerre des mondes », une tension incoercible, une hostilité à peine contenue, qu’une voix« off » irénique et moralisatrice s’évertue à travestir, nous dictant « CE » que l’on doit penser.

Or, il est un fait indéniable qu’en nous envahissant de la sorte,
l’on nous déclare la guerre !

Le discours intimidant atténue ce fait rendu d’autant plus tragique par notre cécité volontaire.

Il suffit, alors, d’aller voir ce qui est filmé par les caméras hongroises, polonaises, russes, allemandes, pour s’apercevoir que l’envahisseur, fort de sa multitude et armé de notre componction douloureuse, lorsqu’il n’est pas atrabilaire ou violent, se retranche derrière un sourire faussement reconnaissant.
Dans l’attente des jours sanglants ?

Par ignorance, la gauche politique et associative, entraînant dans son délire universaliste les fractions les plus décérébrées et asservies du peuple, euphémise une réalité à laquelle elle n’a jamais préparé les opinions publiques.
Oubliant que« la guerre s’enracine dans les temps paléolithique » (« Jean Guilaine »), nos sociétés, soi-disant avancées, ont été ramenées dans la nuit des âges farouches où l’on tenait le feu pour une manifestation surnaturelle.

Nous sommes en guerre et il est significatif qu’un pays comme le Danemark – hier, la Hongrie avec son mur et, demain, la Macédoine – ait adopté des mesures qui s’apparentent à des blocus, voire à des endiguements défensifs.
Copenhague a ainsi décidé, ce mercredi, de suspendre ses liaisons ferroviaires avec l’Allemagne.
Le refoulement systématique des hordes immigrées revient à repousser l’ennemi hors des frontières, jusqu’à prévenir leurs pays d’accueil, par voie de pages publicitaires achetées dans les journaux en langue arabe, que le Danemark subordonne leur entrée et leur séjour à une connaissance obligatoire du danois, soit – compte tenu de l’incommensurable difficulté linguistique – un minimum d’allégeance.
Soulignons que l’Autriche fait de même en fermant sa frontière avec la Hongrie.

Le Danemark offre un bouclier à la Suède et à la Norvège, eldorados de ces écornifleurs, eu égard au libéralisme de leur Code des étrangers.
La France, quant à elle, a littéralement abjuré « Charles Martel » et « Renan », quand l’Allemagne a renié « Fichte » et son discours à la nation allemande.

Nos vieilles nations, fatiguées d’elles-mêmes, ont perdu une guerre qu’elles ont uniment refusé de mener.

Aristide Leucate

http://www.bvoltaire.fr/  du 12/09/2015

Beaux Exemples De Confusion Mentale

 merkel-hollande

Obsèques de L’Europe

Le sens des mots, bien nommer les choses,
est essentiel pour pouvoir construire une pensée.

Confucius, Platon, Aristote, Descartes sont tous d’accord et personne ne les a démentis !

Et un raisonnement juridique ou politique ne peut aboutir sans maîtrise du langage.
Angela Merkel et Höllande sont l’exemple de la confusion intellectuelle qu’il faut éviter.

1) Un migrant n’est pas un réfugié.

Le droit d’émigrer existe, certes, mais il n’est pas un droit d’immigrer, qui, lui, non seulement n’existe pas mais est contraire aux droits collectifs de l’homme (droits des peuples) (art. 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) et à la souveraineté des peuples.

2) L’accueil lointain ou non du réfugié.

Le droit d’asile des réfugiés est limité aux seuls cas de danger physique, et de persécution, mais il n’est en aucun cas un droit à demeurer, travailler, acquérir la nationalité du pays refuge (art. 14).
De surcroît, on ne voit pas pourquoi le droit d’asile ne pourrait pas être exécuté dans le pays d’origine (zones humanitaires) ou à la frontière entre pays en conflit et le pays voisin.
Le migrant, comme le réfugié, a le droit de revenir dans son pays (art. 13).

Les droits individuels de l’homme ont principalement pour débiteur l’État d’origine (ainsi des droits à la vie, la liberté, la sûreté [art. 3]), l’égalité devant la loi, et la justice (art. 7 et 10), la liberté de pensée, de conscience, de religion, d’opinion, de réunion (art. 18, 19, 20), la participation aux affaires publiques (art. 21), un niveau de vie suffisant, la santé, la solidarité face aux épreuves de la vie (art. 25).

C’est le plus souvent parce que l’État d’origine n’accomplit pas ses devoirs à l’égard de ses propres citoyens que ses devoirs sont transférés aux pays de destination des réfugiés.

Ceci a nécessairement des conséquences sur la façon dont les pays, victimes de ce transfert de charges humanitaires, doivent les assumer.

Les droits collectifs de l’homme (droits des peuples) sont, bien sûr – s’il y a conflit de lois -, plus élevés dans la hiérarchie des droits de l’homme.
L’art. 4 du Pacte des Nations unies pour les droits civils et politiques prévoit que :

« Dans le cas où un danger […] menace l’existence de la nation, [celle-ci peut] prendre […] des mesures [de sauvegarde] dans le respect du droit des minorités. »

Ceci vaut pour le pays supposé d’accueil.

Mais permet aussi au juriste d’affirmer que les nations syrienne, irakienne, libyenne, érythréenne et somalienne ne sont plus représentées par leurs États respectifs et que de nouvelles instances provisoires de ces nations, nées de leur souffrance et de leur consensus démocratique, avec l’appui y compris militaire du concert des nations, peut légitimer des mesures de sauvegarde sur place, dans de vaste zones humanitaires d’asile.

Henri Temple, avocat

http://www.bvoltaire.fr/  du 10/09/2015

Vous n’avez que le DEVOIR d’obéir à des lois que, NOUS, caniches des USA, nous avons le droit d’interpréter.
Cette paire de mafieux nous prend vraiment pour des débiles !

L’ Europe Bradée Par Les Mondialistes

syrienne- (1)

Une Syrienne dénonce les faux réfugiés
et les manipulations occidentales

Voici un discours percutant à faire circuler. !

Une Syrienne prend la parole à Belgrade pour dénoncer les faux réfugiés et l’Occident lors de la manifestation organisée par le Mouvement national serbe « Obraz » de dimanche dernier.

Quelques phrases choc 

 Les personnes que vous voyez dans les rues de Belgrade en route pour l’Allemagne ou la Hollande, ne sont pas de vrais Syriens.

Laissez-moi vous poser cette question :
Si l’Occident ne veut pas que ces réfugiés périssent en mer, pourquoi ne lèvent-ils pas les sanctions qui pèsent sur le peuple Syrien qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ?

Si ce n’est pas dans l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester [chez eux] en aidant l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et faire de la Syrie un pays sûr de nouveau ? 

Pourquoi le reste des Syriens reste et résiste ? 

Il dépouille la Syrie des gens qui peuvent reconstruire le pays.
Il veut briser la Syrie et le peuple Syrien.
D’un côté, il veut voler les docteurs Syriens et leurs meilleurs étudiants et cela entraînera une fuite des cerveaux.
Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main d’œuvre bon marché de façon à baisser les salaires.

Jusqu’à maintenant, nous avons perdu cent mille soldats qui se battaient contre les extrémistes.
Je n’ai pas entendu l’Occident pleurer sur ceux qui ont donné leur vie pour défendre la nation et laissant derrière eux des familles éplorées qui ont besoin d’aide.

Et d’un autre côté il s’efforce d’aider  des personnes qui fuient leur pays.
Beaucoup d’entre eux sont des djihadistes et, qui plus est, ils sont payés des milliers d’euros pour cela.

Laissez-moi vous dire que l’argent qu’ils dépensent pour venir est suffisant pour acheter une maison dans un endroit sûr en Syrie pour une famille de cinq personnes, et entreprendre un petit boulot et bien vivre.

Ce ne sont pas des réfugiés.
Ce sont des migrants économiques.

Nos côtes sont très bien gardées, et pas un seul bateau de migrants ne part d’ici.
Un autre motif est de faire sortir les chrétiens de Syrie, historiquement, l’une des premières terres chrétiennes.
Ce que nous avons aujourd’hui en Syrie est similaire à ce que vous aviez en Serbie avant.
Leur but : notre identité, notre unité et notre souveraineté.

Image de prévisualisation YouTube

Voici un discours percutant
à faire circuler

Traduction de son discours
en anglais par Denis

Chers amis, je suis là ainsi que le fier peuple Syrien pour vous parler à propos de la situation de mon pays, ce qui est important aussi pour la Serbie.
Nous étions un peuple aimé et respecté.
Avant cette guerre, notre plus gros problème était la Palestine.
En regard de ce que nous avons aujourd’hui,  nos problèmes étaient minces :
nous voulions alors trouver une solution à la bureaucratie, la corruption dans certains domaines.
Nous ne connaissions pas l’injustice, le terrorisme ou la criminalité.
Nous avons beaucoup travaillé ces 10 dernières années avant cette guerre et nous avions fait de gros progrès.
Il y avait des choses importantes que la Syrie n’avait pas avant cette guerre.

Nous avions une profonde identité nationale.
Les personnes que vous voyez dans les rues de Belgrade en route pour l’Allemagne ou la Hollande, ne sont pas de vrais Syriens.
Ne vous méprenez pas sur ce que je dis, j’aime mon peuple, ceux qui se battent, pour la Syrie, pour notre patrie.

Oui, les civils souffrent de cette guerre, mais qui n’en souffre pas ?
Pourquoi le reste des Syriens reste et résiste ?
Si ils étaient de vrais réfugiés, ils auraient choisi de rester dans des endroits sûrs les plus proches de façon à ne pas entrer en conflit avec la police hongroise pour aller en Allemagne.

Laissez-moi vous poser cette question :
Si l’Occident ne veut pas que ces réfugiés périssent en mer, pourquoi ne lèvent-t-il pas les sanctions qui pèsent sur le peuple Syrien qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ?

Si ce n’est pas dans l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester [chez eux] en aidant l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et faire de la Syrie un pays sûr de nouveau ?

Pourquoi n’aide-t-il pas à la reconstruction des maisons détruites avec l’argent qu’il dépense pour les réfugiés ?

Il dépouille la Syrie des gens qui peuvent reconstruire le pays.
Il veut briser la Syrie et le peuple Syrien.
D’un côté, il veut voler les docteurs Syriens et leurs meilleurs étudiants et cela entraînera une fuite des cerveaux.
Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main d’œuvre bon marché de façon à baisser les salaires.

Jusqu’à maintenant, nous avons perdu cent mille soldats qui se battaient contre les extrémistes.
Je n’ai pas entendu l’Occident pleurer sur ceux qui ont donné leur vie pour défendre la nation et laissant derrière eux des familles éplorées qui ont besoin d’aide.
Et d’un autre côté il s’efforce d’aider  des personnes qui fuient leur pays.
Beaucoup d’entre eux sont des djihadistes et, qui plus est, ils sont payés des milliers d’euros pour cela.

Laissez-moi vous dire que l’argent qu’ils dépensent pour venir est suffisant pour acheter une maison dans un endroit sûr en Syrie pour une famille de cinq personnes, et entreprendre un petit boulot et bien vivre.
Ce ne sont pas des réfugiés.
Ce sont des migrants économiques.

Après quatre ou cinq ans, notre nation respecte toujours ses engagements internationaux.
Nos côtes sont très bien gardées, et pas un seul bateau de migrants ne part d’ici.
Un autre motif est de faire sortir les chrétiens de Syrie, historiquement, l’une des premières terres chrétiennes.
Ce que nous avons aujourd’hui en Syrie est similaire à ce que vous aviez en Serbie avant.
Leur but : notre identité, notre unité et notre souveraineté.

Longue vie à la Serbie !

Je veux souligner que les nations serbe et syrienne ont toujours été amies.
Nous avons une communauté orthodoxe grande et respectée.
La Syrie n’a pas reconnu l’indépendance du Kosovo et nous avons beaucoup d’ennemis communs.
Vous devriez savoir que quand vous combattez les politiciens qui œuvrent pour le nouvel ordre mondial, les intérêts des USA et les migrations massives, vous sauvez en même temps beaucoup de vies humaines.
Nous sommes alors plus liés.
Ce sont les mêmes terroristes albanais qui se battaient au Kosovo qui sont aujourd’hui en train de tuer des civils en Syrie.
Et ceci est rendu possible par l’intermédiaire des mêmes politiciens corrompus aux USA, leurs alliés de l’UE, et leurs affidés ici en Serbie.
Et faites attention que la vague de migration ne revienne pas en Serbie un de ces jours.

Chers amis, ce que je vous demande aujourd’hui, c’est d’être à nos côtés en tant que peuple. En nous défendant, vous vous défendez vous-mêmes.
Soyez avec nous dans notre armée et dans notre cause juste parce que, si nous perdons cette guerre, les djihadistes ne s’arrêteront pas à la Syrie.

Ensemble, nous résisterons jusqu’à la victoire.
Merci.

Source : https://m.youtube.com/watch?

Christine Tasin

Le blog de Christine Tasin  du 08/09/2015

Finalité Gauchiste : Suicider L’Europe

invasion-islam- (1)

“L’islam à la conquête de l’Europe”

“Le gauchisme est l’idéologie du suicide occidental”

C’est ce qu’a écrit « James Burnham » dans son livre écrit en 1964,“Le suicide de l’Ouest”.

« Burnham » prédisait que l’empathie irréfléchie des progressistes, qui subordonnent les intérêts de leurs propres peuple et nation à des impulsions utopiques et altruistes, mèneraient à la destruction de la civilisation occidentale.

Avait-il tort ?

Considérez ce qui est en train de se passer en Europe.

La Serbie, la Hongrie et la Slovaquie, de petites nations sentant qu’elles vont être submergées par des “demandeurs d’asile” venus du monde musulman, essaient de fermer leurs frontières pour sécuriser leur territoire.

Leur instinct de survie, leur conscience des principes élémentaires du “canot de sauvetage”, est juste.
Pourtant, ils sont dénoncés pour tenter de se sauver.

Pendant ce temps-là, le « Pape » appelle partout les Catholiques à accueillir les “demandeurs d’asile” et « Angela Merkel » accueillera 800 000 d’entre eux pour cette seule année, ce alors que le grondement a déjà commencé en Bavière.

Ce n’est que le début de ce qui doit venir, si l’Europe ne remonte pas le pont-levis.

Car les milliers de Syriens dans les Balkans, la Hongrie, l’Autriche et l’Allemagne ne sont que la première vague.

Derrière eux, au Liban, en Turquie et en Jordanie se trouvent 4 millions de réfugiés de la guerre civile syrienne.
Voyant le succès de la première vague, ils sont maintenant en marche.

Derrière eux se trouvent 2 millions d’Alaouites [minorité chiite de Syrie, ndlr] et 2 millions de Chrétiens qui vont fuir la Syrie lorsque le régime de Bachar Al Assad tombera au profit de l’Etat Islamique et des terroristes d’Al Qaeda qui occupent déjà la moitié de ce territoire ensanglanté.

Maintenant les Irakiens, qui vivent dans un pays où les perspectives de réunification et de pays s’éloignent, ont commencé à se déplacer.

Egalement présents parmi les milliers qui pénètrent en Europe depuis la Turquie se trouvent des Pakistanais, des Bangladeshis et des Afghans.

Quand les Américains quitteront l’Afghanistan et que les Talibans prendront leur revanche, plus d’Afghans fuiront vers l’Occident.

L’Afrique compte un milliard d’habitants, un nombre qui va doubler d’ici à 2050, et doubler encore pour atteindre 4 milliards en 2100.
Est-ce que ces milliards d’Africains vont continuer d’endurer une vie de pauvreté sous des régimes impitoyables, incompétents, corrompus et tyraniques si la porte de l’Europe reste grande ouverte ?

Ce qui va arriver
n’est pas difficile à prédire !

L’Europe va tomber à court d’altruisme bien avant qu’elle ne tombe à court de réfugiés.

Car, comme le disait le « New York Times » lundi dernier, il n’y a pas de fin en vue à la venue des migrations du Tiers-Monde et du monde musulman en Europe.

Les groupes humanitaires, dit le « Times », affirment que :

“des vagues successives de migrants… sont en route, peut-être pour des mois ou même des années, avant que les guerres, la pauvreté et les autres causes sous-jacentes des dislocations ne s’apaisent”.

Mais avec l’expansion du terrorisme, du Nigéria au Maghreb jusqu’au Moyen-Orient, les guerres s’étendant, en plus de la pandémie dictatoriale dans ces pays, est-ce que la pacifique, prospère et libre Europe ne sera pas toujours un aimant ?

Si l’Europe ne ferme pas ses frontières, qu’est-ce qui va empêcher le monde musulman et le Tiers-Monde de venir et de repeupler le continent avec les leurs, tandis que la démographie des populations d’Europe s’effondre et qu’elles disparaissent ?

Est-ce que l’Europe sera encore reconnaissable au milieu de ce siècle ?

L’inévitable réaction face à ce qui est en train de se passer a déjà commencé.

Les nations européennes vont se diviser avec des partis anti-immigrants comme le Front National en France ou l’UKIP en Grande-Bretagne qui gagneront des soutiens jusqu’à ce que les partis de gouvernement adhèrent aux restrictions sur l’immigration ou bien soient balayés.

Il y a déjà des réactions en Allemagne et en Autriche face aux dizaines de milliers d’immigrés qui ont été invités à rentrer.

L’Europe de l’Est, avec l’effondrement des naissances de ses populations de souche, a montré peu d’intérêt dans l’accueil des migrants.

Quoique attaqué par son opposition, Benjamin Netanyahou en Israël n’admettra pas de “demandeurs d’asile” arabes ou musulmans.

Ayant construit un « mur » allant de Gaza à Eilat pour empêcher les Africains de traverser le Sinaï, un autre « mur » séparant la Cisjordanie d’Israël, Benjamin Netanyahou construit à présent un « mur » le long de la frontière jordanienne.

Le chef de l’Autorité Palestinienne, « Mahmoud Abbas », a déclaré qu’il accueillerait les “demandeurs d’asile” palestiniens.
Les deux camps savent que, dans cette lutte, la démographie peut préfigurer le destin.

L’accord de Schengen qui garantit l’ouverture des frontières entre les nations de l’Union Européenne ne survivra probablement pas à cette invasion.
Les vieilles frontières nationales de l’Europe seront réétablies.

Et les divisions deviennent plus profondes entre les pays sur le nombre à accueillir, et quand fermer la porte, l’UE peut elle-même s’effondrer sur cette question particulièrement capitale et sensible.

Les milliers de migrants déferlant en Europe et les centaines de milliers puis les millions venant après eux vont forcer les Européens à répondre à une question existentielle.

Qui sommes-nous ?

Sommes-nous uniques en tant que peuples originaux issus d’une race, d’une tribu, d’une histoire, d’une foi, d’une langue et d’une culture identifiables par le reste du monde et en tant que tels dignes d’être préservés au prix de nos vies ?

Sommes-nous Allemands, Russes, Polonais, Italiens, Espagnols ou Français d’abord ?

Ou sommes nous simplement des “Européens” [au sens uniquement géographique du terme, ndlr], un peuple qui vit sur le plus petit continent du monde, partageant une croyance commune en l’égalité de tous les peuples et cultures, dans l’athéisme et la sociale-démocratie ?

A l’exception de l’homme progressiste, toutes les espèces de forme de vie animale réagissent ou s’éloignent quand d’autres espèces s’aventurent sur leur territoire.

Donc, à la fin, Burnham avait probablement raison.

Le gauchisme est l’idéologie du suicide occidental.

Source : http://breizatao.com

Pat Buchanan dans son blog
(traduit par Breiz Atao)

 

 

Image de prévisualisation YouTube

L’Exode en Tant qu’Attentat Terroriste

Refusons Le Grand Rem-placement !

banniere_fr (1)

 Stop à  l’invasion de notre Europe

 

L’afflux massif et quotidien d’immigrés illégaux est devenu le premier souci de tous les peuples d’Europe.

La première décision à prendre est de fermer les frontières – à l’échelon européen et à l’échelon national – à tout nouvel immigré en situation illégale.

Cette immigration est un fléau pour l’Europe.

– Elle fait courir un grand risque sanitaire.

– Elle génère de l’insécurité (délinquance et infiltration djihadiste).

– Elle détourne toutes les aides sociales (budgets, logements, aides alimentaires et médicales,…) au détriment des Européens les plus démunis.

Ce n’est pas du racisme que de vouloir conserver la nature gréco-latine et chrétienne de nos nations européennes et de refuser le grand remplacement de populations.

Cette immigration est un fléau pour les pays dont sont originaires les immigrés. Elle dépouille ces pays de personnes en âge de servir le bien commun de leur patrie.

Cette immigration est un fléau pour la plupart des immigrés eux-mêmes qui ne trouveront pas en Europe l’Eldorado recherché.

Accepter cette immigration, ce n’est pas de la charité mais de l’irresponsabilité.

Cette immigration ne peut être considérée comme un exode naturel en raison de la guerre.

L’Europe a connu des périodes de guerres et l’exode de ses populations. Quand on fuit la guerre, on se réfugie dans le village en paix le plus proche, voire dans un pays frontalier en paix, mais on ne traverse pas tout un continent pour en rejoindre un autre. Pourquoi cette immigration ne se dirige-t-elle pas vers des pays musulmans riches comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït, le Bahreïn, les Emirats arabes unis ou le Sultanat d’Oman ?

Par ailleurs, lors des exodes européens, ce sont les femmes, les enfants et les vieillards qui fuyaient, pas les hommes en âge de se battre. Cette immigration est exactement l’inverse : pas de vieillards, peu de femmes et d’enfants mais essentiellement des hommes en âge de se battre.

Exigeons de nos dirigeants politiques des mesures urgentes de bon sens en commençant par la fermeture des frontières.

Je signe cette pétition et je dis stop à l’immigration.

Institut Civitas
17 rue des Chasseurs
95100 Argenteuil
France

www.civitas-institut.com

 

Immigration-affiche-civitas-4

 

Image de prévisualisation YouTube

« Un raz-de-marée de la misère se développe »

12345

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43