Archive | FRIC Flux RSS de cette section

La Turquie Trafique Avec La « Dèche » !

palmyre

Ruines Pillées !
Trafics d’antiquités !

RT révèle des documents qui prouvent le trafic d’antiquités entre Daesh et la Turquie.
Les combattants de Daesh possèdent plusieurs importantes sources de revenu :
pétrole,
armes et…
héritage historique !
Les antiquités, dont le prix peut s’élever à plusieurs milliers de dollars, se trouvent en effet aux mains des terroristes.

L’équipe de « RT Documentary », qui avait déjà mis au jour des documents montrant les routes du trafic de pétrole des djihadistes, a retrouvé cette fois, avec l’aide des Kurdes, des Unités de protection du peuple (« YPG »), une maison ayant abrité des combattants de Daesh dans la ville d’Al-Chaddadeh, située dans la province syrienne de Hassaké, pleine d’objets d’antiquité, ainsi que des lettres et des documents qui prouvent que les djihadistes les vendaient sur le marché noir.

«Pour le frère responsable de la frontière.
Aide le passage par ton poste du frère « Hussein Hania Sarira » accompagné d’un homme *turc*, le marchand d’antiquités, pour qu’ils puissent travailler avec nous au département des antiquités du ministère des Ressources naturelles.
Puisse Allah te bénir, ton frère « Abu Uafa At-Tunisi »»
,

lit-on dans une lettre apportée par les Kurdes à l’équipe de RT.

La comparaison des lettres déjà vues lors de l’enquête sur le trafic pétrolier de Daesh en Turquie, a montré que les signes figurant en haut de cette missive et de la facture des terroristes sont identiques.

Parmi les artefacts, l’équipe de RT a retrouvé des vases, des objets antiques et une ancienne carte française qui remontait au temps colonial ce qui signifie que les terroristes auraient pillé des musées et autres dépôts d’antiquités.

RT a également eu accès à une vidéo filmée par les Kurdes.
Sur les images, « Abu Ayub al-Ansari », un jeune combattant de Daesh de la ville de Tall Abyad capturé par les milices d’ »YPG », y déclare que cette ville constitue un «couloir commercial» entre la Turquie et Daesh.

«On m’a envoyé servir à Tall Abyad, près de la frontière turque.
De temps en temps nous traversions la frontière pour agir en Turquie.
L’armée turque est déjà passé à proximité, mais il n’y a jamais eu lieu aucune sorte de conflit entre nous»
,

a déclaré « Abu Ayub al-Ansari ».

«Quand les milices kurdes ont capturé Tall Abyad, la connexion a été perdue et les combattants étrangers ne pouvaient plus arriver.
La communication avec les services de sécurité *turcs* a aussi été rompue, nous ne pouvions plus communiquer qu’à l’aide de civils ou d’espions»
,

a-t-il poursuivi.

Le jeune combattant de Daesh a également précisé que depuis la rupture du trafic pétrolier, les problèmes financiers se sont multipliés au sein du groupe terroriste.

«Nous savons que nous dépendons financièrement du pétrole.
Auparavant, on disait que nous n’en vendions qu’aux civils mais ils ne pouvaient pas en acheter beaucoup.
Nos salaires variaient de 50 à 100 dollars.
Le montant dépendait de si vous aviez une femme ou non.
Je suis marié et j’ai un enfant, c’est pourquoi je touchais 135 dollars.
Quand l’approvisionnement pétrolier a été interrompu, les problèmes ont commencé»
,

a-t-il déclaré.

En juin 2015, les terroristes de Daesh ont subi une importante perte.
Les forces kurdes ont capturé la ville de Tall Abyad, qui était un point clé des passages clandestins avec la Turquie à travers lequel le groupe faisait transiter des armes, des combattants, du pétrole et des antiquités.

source : https://francais.rt.com/international

http://www.wikistrike.com   du 31/03/2016

L’Arme Suprême Du Nouvel Ordre Mondial

cartes bancaires

Disparition des espèces !

C’est une « chimère » qui agite les progressistes de tout poil tels que « Christine Lagarde » ou « Jacques Attali » et qui surgit à chaque fois que les événements lui en donnent l’occasion.
Tout récemment, à Davos, le patron de la « Deutsche Bank » en avait même fait le thème central de son intervention :

« La fin des paiements en espèces pourrait intervenir dans les dix prochaines années. »

Depuis quelques années en effet, banques centrales et gouvernements s’ingénient à limiter au maximum l’usage des espèces.

Leurs arguments sont connus :
Billets et pièces de monnaie coûtent cher à fabriquer et davantage encore à manipuler.
Mais c’est surtout comme moyen de lutter contre le crime organisé qu’ils font mouche.

Toutefois, au cours de la période récente et en parallèle à cette évolution mi-spontanée mi-orientée, une résistance citoyenne s’est organisée sur la thématique des libertés, avec pour toile de fond le fameux « Big Brother » et pour unique média Internet.
Sans doute le combat en vaut la peine et je ne saurais trop encourager nos lecteurs de s’y associer car l’affaire est d’une grande importance.
Mais vu le peu de cas qu’un grand nombre de nos compatriotes font des atteintes répétées à nos libertés fondamentales, je doute que cela suffise.
Porter le fer sur le terrain de notre porte-monnaie me semble bien plus avisé.

Il ne vous a pas échappé – je m’en étais même fait l’écho sur « Boulevard Voltaire » – que, depuis le 1er janvier dernier, les dépôts bancaires pourront dans certaines circonstances être saisis pour renflouer des banques en difficulté .
Autrement dit, on peut d’ores et déjà affirmer que la sécurité de nos dépôts bancaires n’est plus garantie à 100 %.
D’un autre côté, la disparition des espèces impose « ipso facto » l’ouverture d’un compte en banque, il n’y a pas d’autre choix.

Comment va-t-on concilier cette contrainte avec le droit de propriété inviolable et sacré garanti par la « Déclaration des droits de l’homme » et, disons-le, avec le bon sens le plus élémentaire ?

Il ne vous a pas échappé non plus que les banques centrales ont ouvert « la boîte de Pandore » des taux négatifs.
Combien de temps cela va-t-il durer ?
Nul ne le sait :
plusieurs années,
une décennie,
une génération ?

Tout est possible mais vous vous en doutez bien, tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre, les banques commerciales feront peser cette charge sur leurs déposants.
Là aussi, comment concilier une obligation – celle de conserver sur un compte bancaire toute notre épargne liquide – et un prix à payer pour s’y conformer, sous la forme d’un taux d’intérêt versé à la banque comme s’il s’agissait d’un impôt, qui plus est versé à une entité privée ?

On voit donc bien que mener de front la disparition des espèces et la possibilité de spolier les déposants, le tout dans un environnement de taux négatifs, aboutit à une situation ubuesque.

Est-ce le résultat d’une énorme sottise comme seules les bureaucraties totalitaires peuvent en produire,
ou bien alors s’agit-il d’une stratégie mûrement réfléchie,
en somme le coup de force définitif pour mettre au pas les peuples récalcitrants ?

Christophe Servan

http://www.bvoltaire.fr   du 20/03/2016

Les Réserves D’Or Allemandes Rapatriées.

lingots or

Réserve en lingots d’or !

Actuellement, la « Banque fédérale d’Allemagne » fait revenir ses réserves d’or des dépôts étrangers pour les entreposer à l’intérieur du pays, annonce ce dimanche « Jens Weidmann », président de la Bundesbank.

Selon le banquier central, la démarche actuelle fait partie du travail de mise en conformité avec la nouvelle conception allemande de stockage de l’or.
Plus précisément, la moitié de toutes les réserves d’or de l’Allemagne devra être transmise à Francfort avant 2020.

Selon la déclaration de Monsieur « Weidmann » citée par « Deutsche Welle », depuis l’adoption de la nouvelle conception des dépôts, 366 tonnes d’or pour un montant total de près de 11,5 milliards d’euros ont été transmises à Francfort.
Le responsable a précisé que cette ville hébergeait actuellement près de 1.400 tonnes d’or allemand, soit 41,5% de toutes les réserves d’or du pays.

Le reste des réserves allemandes d’or sera gardé à New York et à Londres, et l’accord concernant le dépôt à la Banque centrale française à Paris est annulé, ajoute le président de la « Bundesbank ».

Selon Monsieur « Weidmann », les réserves d’or représentent en effet des ressources monétaires supplémentaires pour l’Allemagne.
Selon les informations de la « Bundesbank », les réserves allemandes d’or se chiffrent à près de 3.400 tonnes ce qui leur permettent de se placer deuxièmes dans le monde après celles des Etats-Unis.

Les réserves d’or représentent non seulement des garanties pour l’économie allemande, mais également, dans une certaine mesure, un instrument pour rendre stable l’Europe unie où l’Allemagne joue un des rôles essentiels.

Les autorités allemandes avaient commencé à former les réserves d’or du pays en 1951, suite à l’essor économique important.

source : https://fr.sputniknews.com/economie

http://www.wikistrike.com   du 20/03/2016

Le TAFTA Se Négocie En Grand Secret !

TAFTA

 Traité Transatlantique !

Selon un rapport , les U.S.A. pourraient changer les lois de l’U.E. !

La Commission européenne sera obligée de consulter les autorités américaines avant d’adopter de nouvelles propositions législatives à la suite de la mise en vigueur de l’accord avec les Etats-Unis sur le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), selon un document divulgué.

Un document divulgué, obtenu par le groupe d’action indépendant « Corporate Europe Observatory » (« CEO ») au cours des négociations entre l’UE et les Etats-Unis sur le « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » (« TTIP »), a révélé qu’une commission non élue sera mise en place, elle aura le pouvoir de décider dans quels domaines une coopération avec Washington devrait avoir lieu, en écartant ainsi les Etats membres de l’UE et le Parlement européen, rapporte le quotidien britannique « Independent ».
L’objectif principal du « TTIP » est d’harmoniser les règles transatlantiques dans un éventail de domaines, y compris la sécurité alimentaire et les produits de consommation, la protection de l’environnement ainsi que les services financiers et bancaires.

Le document divulgué concerne le chapitre « coopération réglementaire » des négociations, qui, selon l’Union européenne, se traduira par « réduire les formalités administratives pour les entreprises de l’UE sans rogner leurs droits ».

Toutefois, le document démontre un labyrinthe de procédures qui pourraient ligoter toutes les propositions de l’UE qui vont à l’encontre des intérêts des Etats-Unis, estime le groupe d’actions.

Selon les procédures révélées par le document, les autorités réglementaires américaines auront un « rôle discutable » dans le processus législatif de Bruxelles et affaibliront ainsi le Parlement européen.

« La détermination de l’UE et des Etats-Unis de mettre les grandes entreprises au cœur des processus de prise de décisions est une menace directe faite aux principes démocratiques.
Ce document montre comment la coopération réglementaire du « TTIP » facilitera l’influence des grandes entreprises ainsi que l’influence des Etats-Unis sur le processus législatif avant qu’une proposition ne soit même présentée aux parlements »
,

a déclaré « Kenneth Haar », analyste de « CEO ».

« Nick Dearden », directeur du groupe d’action britannique « Global Justice Now », affirme que c’est « effrayant » que les Etats-Unis puissent obtenir le pouvoir de contester et de modifier les règlements européens avant que les politiciens européens aient l’occasion d’en discuter.

« Nous parlons de la souveraineté actuelle dans ce pays (le Royaume-Uni, ndlr), il est difficile d’imaginer une menace plus grave à notre souveraineté que cet accord commercial »,

a-t-il indiqué.

TTIP, TAFTA ou encore Traité transatlantique :
Trois noms pour un même projet qui doit abolir tous les obstacles aux échanges de chaque côté de l’Atlantique.

Depuis le lancement des négociations sur cet accord, une coalition d’ONGs et de partis politiques européens dénonce l’opacité qui entoure l’accord sur le TTIP.

Il est effectivement discuté dans le plus grand secret, loin des médias et des citoyens.

http://www.wikistrike.com   du 18/03/2016

Conseillers Remplacés Par Des Robots !

banque anglaise

C’est  Au Royaume – Uni !

La « Royal Bank of Scotland » (« RBS »), l’une des plus importantes banques du Royaume-Uni, entend limoger 550 employés pour les remplacer par des robots, annonce le quotidien « The Guardian ».

Selon l’administration de la banque, des robots seront chargés de conseiller les clients souhaitant investir des sommes relativement modestes (à partir de 500 livres sterling, soit moins de 650 euros).
Les conseillers humains ne seront utilisés que pour des clients investissant des sommes supérieures à 250.000 livres sterling (environ 323.000 euros).

Ces robots conseilleront leurs clients en fonction des réponses données au questionnaire qui leur sera proposé.

Cette démarche est l’une des mesures prises en vue de réduire les coûts, la banque étant confrontée à des difficultés financières.
Fin 2015, la « RBS », contrôlée à 73% par l’État, affichait des pertes équivalentes à 2 milliards de livres sterling (près de 2,6 milliards d’euros).

Les représentants de la société déclarent que la demande de services de conseillers est en baisse, les clients souhaitant de plus en plus consulter leur banque en se servant de technologies numériques.

La « RBS » s’est trouvée dans une situation financière difficile en 2008, suite à la crise financière mondiale.
Le gouvernement du pays a été obligé de prendre part au capital de la banque afin d’éviter la faillite et la remise en question de tout le système financier de la Grande-Bretagne.
Depuis, les autorités ont maintes fois évoqué la nécessité de privatiser cette banque, mais aucune mesure n’a été prise en ce sens.

source : https://fr.sputniknews.com/international

http://www.wikistrike.com   du 14/03/2016

Soit nos voisins arrivent à l’âge d’avoir un compte avec toutes les connaissances pour remplir le questionnaire et jongler avec les termes bancaires, soit ils sont encore plus radins que nos célèbres provinciaux !
N’ont-ils pas de robots pour ceux qui mettent les pieds, pour la première fois, dans la banque pour ouvrir un « petit » compte ?
Le « matériel » humain n’est réservé qu’aux gros clients !
Et ceux qui sont analphabètes ou étrangers comment font-ils ?
Grosse banque pour les gros sous, petites banques pour les petites gens…n’est-ce pas de la ségrégation dans un pays donneur de leçons ?

La Guerre Des Pipelines en Syrie ?

 oléoduc

Des morts pour du pétrole !

Pourquoi l’Union européenne laisse-t-elle les États-Unis l’entraîner dans cette guerre « froide » et peut-être « chaude » avec la Russie, contre ses propres intérêts ?
Tout cela pour soutenir l’Ukraine, un des pays les plus corrompus !
(« Le Monde » du 5 février 2016)

Dans « Le Monde diplomatique » de juin 2015, « Jean-Pierre Chevènement » explique que :

« la russophobie médiatique relève d’un formatage de l’opinion comparable à celui qui avait accompagné la guerre du Golfe en 1990-1991.
Cette mise en condition de l’opinion repose sur l’ignorance et l’inculture s’agissant des réalités russes contemporaines, quand ce n’est pas sur une construction idéologique manichéenne et manipulatrice.»

Et en effet, selon un article de l’avocat « Robert Kennedy » Junior, neveu de « JFK », publié dans le magazine américain « Politico », et résumé sur « Boulevard Voltaire » le 29 février dernier :

« La décision américaine d’organiser une campagne contre « Bachar el-Assad » n’a pas commencé avec les manifestations pacifiques du printemps arabe en 2011, *mais en 2000*, lorsque le Qatar a offert de construire un pipeline pour dix milliards de dollars qui traverserait l’Arabie saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie. »

Une proposition refusée par la Syrie et, donc, par son allié de toujours, la Russie, qui avait un autre projet :
Un pipeline traversant l’Iran et la Syrie pour aboutir à la mer par le Liban.

Tous ces morts au Moyen-Orient, et tous ces mensonges, depuis le début de ce siècle pour cause de guerre des pipelines !

C’est ainsi que la CIA, la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite ont soutenu l’insurrection djihadiste en Syrie et permis l’instauration de l’État islamique.

La CIA fournit 6 millions de dollars à « Barada TV », une chaîne de télévision britannique, pour produire des programmes en faveur du renversement du président syrien.
Le Qatar investit 3 milliards de dollars pour renforcer l’insurrection, etc.

« Robert Kennedy » Junior rappelle que, durant les années 50, les États-Unis ont fourni une aide militaire secrète à des dictateurs et autres tyrans en Arabie saoudite, en Jordanie, en Irak et au Liban, animés d’une idéologie djihadiste, en pensant qu’elle constituait un antidote au marxisme soviétique.

Que la CIA a mené des opérations clandestines contre « Mossadegh » en 1953, parce qu’il voulait dénoncer les contrats de l’Iran avec les compagnies pétrolières.
Que, dès 1957, elle arma des militants islamistes contre le régime syrien.

Qu’elle installa Saddam Hussein en Irak, etc.

Comment Se fait-il qu’aucun journal de la presse écrite et qu’aucune télévision ou radio n’aient retransmis cette information fondamentale alors que, depuis 2011, l’ensemble des médias disent le contraire sur la Russie et la Syrie ?

Philippe Annaba

http://www.bvoltaire.fr   du 12/03/2016

Notre Gratin Dîne Casher A Nos Frais !

Dîner du Crif

Salut les copains !

Hollande, Valls, Vallaud-Belkacem, Sarkozy, Juppé, Cazeneuve, Macron, Hidalgo, Fillon, Le Maire…etc.

Ils sont tous là !

Pour participer au dîner annuel du « Conseil représentatif des institutions juives » (« Crif »), il vous en coûtera 900 euros, comme en atteste le carton d’invitation qui circule sur les réseaux sociaux.
Mais 800 euros sont déductibles d’impôt.
Pour « Daniel Schneidermann », ce sont donc les contribuables qui ont financé l’événement à hauteur de 528 euros par personne.
(171)

Dîner du Crif

Un couvert à 900 euros déductibles d’impôts.
François Hollande en conversation avec le président du Crif, « Roger Cukierman », et l’acteur « Dany Boon », au fond à gauche, lors de la trentième édition du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives.

C’est un chiffre qui fait tourner la tête !
Depuis mardi, une photo circule sur les réseaux sociaux.
Celle du carton d’invitation du trentième dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives (Crif).
Une coquette somme si vous souhaitez y assister :
Il y est indiqué que le couvert se chiffre à 900 euros par personne.
Mais pas de panique, en bas du même carton, une annotation précise « Cerfa à 800 déduction ».
Dans un billet publié sur le site « Arrêt sur images », « Daniel Schneidermann » explique que ce « dîner de gala » se déroule « aux frais du contribuable » puisque « le carton d’invitation [ouvre] droit à une déduction fiscale de 800 euros ».

Mais ça c’est un détail !

Joint par « Arrêt sur images », « Yonathan Arfi », vice-président du Crif, s’explique:

« Non, l’Etat ne rembourse pas 800 euros.
La mention indique seulement que sur les 900 euros dépensés pour participer au dîner, seuls 800 euros sont considérés comme un don, les 100 euros restants sont le prix du repas uniquement.
Et seuls les 800 euros ouvrent droit à une déduction fiscale, et non un remboursement ».

Sur ces 800 euros donc, 66% sont déductibles d’impôt, comme tout don à une association.
Ainsi, les participants-donateurs peuvent potentiellement déduire du fisc 528 euros.
Les contribuables sont de cette manière mis à contribution pour financer la soirée.
Mais le vice-président tient à préciser que de nombreuses personnalités sont invitées et ne versent ainsi pas un centime au bénéfice du Crif.

source : http://www.metronews.fr

http://www.wikistrike.com   du 06/03/2016

Et nous nous serrons la ceinture pour payer nos impôts !
Mais ce « Crif » a-t-il le statut d’association ?
Il y a tellement de magouilles !

Un Servage Pervers D’Actualité !

fiscalité mondiale

Fiscalité des pays riches !

La France sous Hollande, médaille d’argent…
des pays les plus taxés !

Pour celui qui se disait parti en guerre contre la finance,

le résultat est
plutôt bien nul

« Aussi, un bon exemple vaudra mieux que de longs discours. »

Partons de l’hypothèse suivante :

Un débutant décide de réaliser son premier investissement immobilier.
Son choix s’arrête sur un bien présentant les caractéristiques suivantes :

  • prix d’achat de l’appartement : 60 000 euros
  • frais d’agence : 5500 euros
  • frais de notaire : 6000 euros
  • financement de l’opération : fonds propres, ce qui, évidemment, est à proscrire !
  • loyer : 500 euros
  • base du calcul : 20 ans

Dans cet exemple, vous allez voir que celui qui gagne facilement de l’argent n’est pas celui que l’on croit !

Notre investisseur est plutôt content de son acquisition qui lui permet de dégager une rentabilité d’environ 10 % brute :

Il conserve donc cet appartement durant 20 ans.

Durant ce laps de temps, voici ce que cette opération va rapporter au fisc :

  • TVA sur commission d’agence = 1078 euros (si TVA à 19,6%)
  • frais de notaire (part du fisc) =  3 900 euros, soit environ 65 % des frais dits « de notaire »
  • taxe foncière = 550 euros / an soit 11 000 euros au bout de 20 ans
  • impôts sur les revenus locatifs + prélèvements sociaux = 1200 euros par an ; partant du principe que notre investisseur laissera environ 20 % de ses revenus locatifs en impôts, soit 24 000 euros.
    Ceci sera évidemment fonction de la composition du ménage, des autres revenus, des éventuels crédits et réductions d’impôts…
  • taxe d’habitation 500 euros par an soit 10 000 euros, réglée par le locataire

Soit au total près de 50 000 euros !
À 10 000 euros près, c’est le prix de l’appartement !
C’est pourtant bien l’investisseur, personne privée, qui a pris le risque !!!

Il y aura encore une taxe sur la plus-value si, au bout de 20 ans, il décide de revendre, les biens n’étant exonérés de cette taxe qu’au bout de 22 ans et de 30 ans pour les prélèvements sociaux.
Tout dépendra du prix de revente, de la plus-value réalisée, des éventuels travaux à déduire…
Complexité fiscale oblige !

Source : « Lahire » pour http://lesalonbeige.blogs.com

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 04/03/2016

Le Tourisme Dans Notre France !

Campanile italien

Visitez Un Campanile !

Mais il y a aussi l’hôtelier français “Campanile” !

Cette chaîne d’hébergement de passage,
le long des autoroutes françaises,
vous la connaissez et peut-être,
y avez-vous logé une nuit ?

Maintenant vous saurez, n’y passez plus jamais, ne serait-ce qu’une nuit !

 L’hôtelier français “Campanile” supprime de sa publicité les références aux fêtes chrétiennes. 

Un Hôtel « Campanile » ne souhaite plus à ses clients Français de “Joyeuses Fêtes” ou un “Joyeux Noël”, termes probablement « trop Chrétiens », remplacés dorénavant par Joyeux Hiver… ironique cette année !.

IL FAUT LE FAIRE
QUAND MEME !

Vu de près, rien n’arrive au hasard, puisque “Hôtel Campanile” est l’une des marques du Groupe“LouvreHôtels” dont le développement actuel au Maghreb est financé à hauteur de 1,5 milliards d’euros, entre autres par le « QATAR ».

Le Qatar aurait-il exigé de “Louvre Hôtels” l’islamisation des « Campaniles » de France (en effaçant progressivement les références chrétiennes),  en échange d’un développement du groupe en terre d’islam ?

Affaire à suivre …

Insidieusement, les mosquées, voiles, viande hallal ne seraient finalement que la partie « visible » de l’islamisation à outrance de la France.

Le ver est bien dans la pomme !

Donc, frappez fort, et là où ça fait mal : A la caisse !

BOYCOTTEZ
HOTEL CAMPANILE !

Sur la route des vacances, ce ne sont pas les relais qui manquent le long de nos autoroutes !

ET cela vaut quelques kilomètres de plus, ne croyez-vous pas ?

 

Autre Que Réseau Social

Notre CondOr Elyséen Au Salon !

F.HOL farine La Gueule Enfarinée !

Comme tous les hommes politiques, surtout quand ils sont en campagne – or, de son état, il est homme politique sans être pour autant homme d’État, et il se trouve qu’il est en campagne -, François Hollande n’a pas manqué, hier matin, le rendez-vous annuel que les travailleurs de la terre, qui ne ment pas, donnent aux professionnels de la politique, qui seraient bien en peine d’en dire autant.

Cette année, il n’y était pas le bienvenu !

L’agriculture française traverse une crise qui n’est pas seulement financière et technologique mais morale et même existentielle.
Comment l’ignorer quand nos éleveurs et nos producteurs de lait, de fruits et de légumes, crient leur colère et leur détresse depuis des mois sur les routes et dans les villes de France et de Navarre, quand ceux mêmes qui ne se sont pas pendus, qui n’ont pas fait faillite, qui n’ont pas baissé les bras et qui ont tenu à être présents, quand même, au Salon de l’agriculture se disent au bord de la ruine, sans moyens, sans espoir, condamnés à la mort par les lois impitoyables du marché ?

François Hollande ne l’ignore donc pas.
Le président de la République, « qui est bien informé », tenait à dire aux derniers paysans de France qu’il connaissait leur situation.
Le président de la République, « qui n’est pas sourd », avait à cœur de leur faire savoir qu’il entendait leurs cris de souffrance.
Le président de la République, « qui n’est pas bête », comprenait leur révolte.
Oui, mais connaître n’est pas subir,
entendre n’est pas écouter,
comprendre n’est pas partager,
et surtout, parler n’est pas agir.

Au point où ils en sont, nos agriculteurs savent très bien ce qu’ils veulent et ce qu’ils obtiendraient évidemment de l’État… « s’il y avait encore un État ».

À court terme, l’arrêt du stupide embargo décrété contre la Russie, auquel la solidarité occidentale (en clair, la soumission aux consignes de Washington) nous interdit de mettre fin.
À moyen terme, l’obligation pour la grande distribution de rémunérer à leur juste prix les produits de notre agriculture, la taxation des importations de viande et de lait
- des Pays-Bas,
du Danemark,
de l’Allemagne
et de la Pologne qui nous font une concurrence déloyale sur la base de bas salaires et d’une industrialisation forcenée.
Mais le ralliement de nos dirigeants à l’économie de marché, à la philosophie du libéralisme, les abandons de souveraineté que nous payons aujourd’hui et les accords qui nous ligotent font que l’État français ne dispose plus d’aucun moyen d’action ni sur les grandes surfaces ni sur nos partenaires européens.

À long terme, une politique de réorientation et de restructuration de notre agriculture fondée sur la recherche de la qualité.
Mais nos dirigeants d’un jour ou d’un quinquennat n’ont pas de politique du long terme, et les agriculteurs, plus lucides que les gouvernements, savent parfaitement que ce n’est pas à coups de subventions, d’exonérations et de reports de dettes qu’on va guérir la maladie chronique qui les ronge.
Ils n’ont que faire des bonnes paroles et des aumônes – des clopinettes – qui, loin de les apaiser, les exaspèrent.

Dans ces conditions, l’accueil fait à Môssieur Hollande a été celui qu’une famille en deuil ferait à l’individu qu’elle tiendrait pour responsable de la mort du défunt et qui, le jour des obsèques, aurait le culot de venir lui présenter ses condoléances à la sacristie.

Arrivé la bouche en cœur et la main tendue, le président de la République a été hué et conspué à la porte de Versailles.

S’y attendait-il ?
Dans ce cas, on lui reconnaîtra un certain courage.

Ne s’y attendait-il pas ?
On s’étonnera de son inconscience.

Dans l’une ou l’autre hypothèse, il était en tout cas gonflé, aux deux sens du mot !

Dominique Jamet

Image de prévisualisation YouTube

Enfin des Français courageux !

http://www.bvoltaire.fr    du 28/02/2016

Comme pour toutes ses promesses, notre « CondOr Elyséen » ne doit pas se souvenir de ce qu’il a pu dire fin avril 2012 sur son compte « Facebook » :

« Je plains le candidat-sortant.
Je me déplace partout, je peux aller vers vous, c’est un grand bonheur !
Lui, ça paraît plus difficile ! »

Inconscience ou sénilité précoce ?
Il est allé et cela n’a pas été facile pour lui !

PROJET De Loi Plagié Bien A Droite !

Copie

Copie Périmée !

L’information a fait le « buzz » sur les réseaux sociaux :

« Le plan d’urgence contre le chômage du gouvernement est la photocopie du « plan Barre » de 1977. »

Ceux qui l’ont conçu à l’époque sont très certainement désormais à la retraite !
(même si les hauts fonctionnaires bénéficient de privilèges leur permettant de « jouer les prolongations »… « dans certains cas au-delà de 67 ans »…).
Leurs lointains successeurs auraient donc :
– soit retrouvé le dossier d’origine (en version papier forcément, ce qui serait un exploit, au fin fond des archives),
– soit, par je ne sais quel phénomène étrange de transmission de pensée à travers les décennies, auraient reproduit, à une mesure près, le même dispositif.
Le plus vraisemblable est beaucoup plus simple.

Les fonctionnaires qui rédigent les notes pour les ministres ont toujours les mêmes croyances.
A tout problème :
– un dispositif public…complexe, forcément complexe, ça donne l’air intelligent, qui s’ajoute au passage aux multiples strates précédentes,(?)
– de l’argent public…tel pour les médecins de Molière, qui saignaient à répétition le malade et s’étonnaient qu’il aille de plus en plus mal, on dépense toujours plus de deniers publics, et on s’étonne que la situation économique et sociale ne s’améliore pas !
– un suivi…évaluation des politiques publiques.

C’est tout bénéfice !

De l’emploi ?…
Surtout pour certains !

Les politiques montrent qu’ils ne sont pas passifs face aux problèmes (même si leurs initiatives précédentes ont contribué à les créer et/ou à les aggraver).
Cela assure aussi du travail aux fonctionnaires, chargés d’abord d’en élaborer les grandes lignes, puis les textes d’application, ensuite d’en contrôler la mise en oeuvre, et enfin d’évaluer le dispositif.

Plus c’est complexe, plus il faut vérifier, surtout s’il y a des primes à la clé, comme pour la mesure 2 (« Soutenir l’embauche ») !
Sinon, c’est bien connu, il y aura des effets d’aubaine, les chefs d’entreprise étant tous des chasseurs de prime plus que des développeurs d’affaires.

Mais aussi, plus c’est complexe, plus il y a d’acteurs impliqués, comme pour la mesure 3 (« Former deux fois plus de demandeurs d’emploi en 2016″), plus il faut coordonner.
Donc là aussi, les fonctionnaires ne risquent pas l’oisiveté.
Ira-t-on même nous expliquer qu’ils ne sont pas assez nombreux, et qu’il faut recruter ?

Certes, les mesures 4 (« Elargir l’offre de formation de l’apprentissage ») et 5 (« Mieux adapter l’apprentissage aux réalités ») paraissent enfin frappées au coin du bon sens.

Mais quelque chose m’échappe !

Depuis 30 ans, on vante le « modèle allemand » de l’apprentissage, si vertueux.
Depuis le temps, j’étais persuadé que nos gouvernements successifs avaient pu construire un plan solide, cohérent et efficace.
J’ai dû manquer quelque chose.
Et je me demande comment, si toutes les tentatives passées ont échoué, cette fois-ci ça va marcher.

Demi-tour… ?

Mais ne soyons pas injustes.

Saluons quand même les mesures 6 (« Lever les freins à l’entreprenariat ») et surtout 1 (« introduction d’un plafonnement des indemnités de licenciement »).
Pour ce qui concerne la mesure 6 (« Lever les freins à l’entreprenariat »), on se demande quand même pourquoi le gouvernement a fait l’inverse au début du quinquennat en multipliant les initiatives contrariant l’entreprenariat, et « maintenant » se donne des airs modernes en découvrant que ce sont les entreprises qui créent l’emploi.
Mais au moins, tout cela aura donné du travail aux agents publics…

D’abord pour faire,
Ensuite pour défaire !

Enfin, la mesure 1 est presque révolutionnaire.
Mais d’une part, de nombreuses exceptions ont été prévues,
(les fameuses « atteintes graves au droit du travail »),
ce qui permettra toujours à certains plaideurs de contester le motif de licenciement — et là où le chef d’entreprise pensait pouvoir provisionner un coût connu, il pourrait avoir une mauvaise surprise.
Et d’autre part, la mesure paraît si osée à de nombreux soutiens de la majorité actuelle qu’il est bien possible qu’elle finisse à la trappe.

On a beaucoup ironisé sur un plan qui vise surtout à garantir l’emploi du président sortant en 2017.
Toutes les idées qui circulaient et reconnues comme vraiment efficaces,
(transfert des charges sociales sur la TVA, contrat unique, dynamitage des seuils sociaux, consolidation ambitieuse du statut d’auto-entrepreneur, etc.)
sont absentes.
On peut donc être dubitatif sur les effets réels de ce programme.
Mais au moins il assurera, comme la plupart des mesures gouvernementales, un plan de charge pour les fonctionnaires.
La baisse des impôts financée par des économies de dépenses publiques n’est pas pour demain.

Alors que les acteurs privés ont déjà vu tout le profit qu’ils pouvaient tirer de la généralisation du processus d’ « uberisation » et du développement des plateformes internet qui mettent en contact vendeurs et acheteurs de prestations, et que nous vivons un contre-choc pétrolier, la puissance publique ressort un plan conçu au lendemain du premier choc pétrolier.

Nouvelle illustration
d’un système à bout de souffle.

Lorsque les élites trahissent, par incompétence ou par avidité, leur mission, les peuples changent d’élites.

source : « Olivier Myard » pour http://www.economiematin.fr

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 24/02/2016

Décidément, aucune originalité dans ce PROJET qui, s’il passait, ne porterait pas le nom de celui qui l’a élaboré !
Nous n’avons pas de pétrole et nos idées sont toujours volées, plagiées, copiées !

Notre Santé Est En Grand Danger !!!

degagez

Les additifs alimentaires
nous empoisonnent !

Cette liste des additifs est claire.
Elle est classée par ordre de dangerosité.

Maintenant, vous savez…

additifs grand

Ils sont partout !

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 21/02/2016

 

 

Cherchez « additifs alimentaires » sur n’importe lequel des moteurs de recherche, vous serez écoeuré !

Condamnés A Mort Car Trisomiques !

 transhumanisme

Les Trisomiques !

« Les premières victimes du transhumanisme »

Nos sociétés occidentales étaient récemment outrées par une information fausse selon laquelle l’État islamique aurait condamné à mort les enfants trisomiques…

Mais si les trisomiques ont disparu de notre vie quotidienne, ce n’est pas parce qu’ils sont guéris.
C’est parce que nous avons usé de nos prouesses techniques pour les éliminer consciencieusement, en raison même de leur trisomie.

« Ou nous les guérirons de leur innocence, ou ce sera le massacre des innocents »,

affirmait le professeur « Jérôme Lejeune », pionnier de la génétique moderne qui découvrit un jour l’origine de la trisomie 21.
Il était le plus grand jusqu’à ce que le monde scientifique s’en détourne parce qu’il regrettait publiquement que sa découverte serve à éliminer ceux qu’il aurait préféré guérir.

En digne héritier, « Jean-Marie Le Méné » signe « Les Premières Victimes du transhumanisme ».

Le débat n’est pas celui de l’avortement, mais celui de l’avortement utilisé pour cibler une population en raison de son génome imparfait.
Le vrai sujet de ce livre, c’est l’eugénisme, contre lequel l’Histoire récente aurait dû nous vacciner pour longtemps…
Et pourtant !

On achève les 150 pages avec effroi  !
Parce que le constat est glaçant, mais également parce que les conséquences de la politique ouvertement eugéniste menée à l’égard des enfants trisomiques laissent entrevoir des conséquences terrifiantes dans une société qui a remplacé la transcendance par le progrès.

Aucune femme au monde ne souhaite accoucher d’un enfant trisomique, il faudrait être fou.
Mais lorsque, d’une grossesse sur 700, l’enfant est atteint, que faire ?
96 % d’entre eux sont avortés et la société se félicite de la disparition d’un mal, semblant confondre la maladie et celui qui en est atteint.
Pire encore : la médecine change de camp pour abonder dans le même sens…

La réalité que dévoile ce livre, c’est que l’élimination rapporte plus d’argent que la recherche.
Notre bonne conscience n’a fait que changer le sens des mots pour justifier l’injustifiable, comme si souvent.

Dans son ouvrage facilement abordable jusque dans les questions techniques, « Jean-Marie Le Méné » se fait l’avocat de ceux qui n’en ont plus.
Ces enfants accusés d’être des « poisons » par un professeur de médecine au micro de France Inter sont l’objet d’une traque médicale, scientifique, technique et finalement financière dont très peu réchappent.
Mais cela ne suffit pas :
Un député a osé s’offusquer, sur les bancs de l’Assemblée nationale, qu’il en naisse encore 4 %… La disparition doit être totale !

Dans les dernières pages de son livre aussi concis que précis, « Jean-Marie Le Méné » évoque un épisode décisif dans sa décision d’écrire, qu’il doit au CSA.
Juin 2015, ce dernier décide d’interdire un clip intitulé « Chère future maman », qui met en scène des personnes trisomiques devenues adultes, souriantes et rassurantes.
Selon le CSA, le message aurait pu culpabiliser les femmes qui auraient choisi d’avorter.
L’entreprise mortifère va donc jusqu’à supprimer aux trisomiques le droit de dire au monde qu’ils sont heureux quand même.

Il est vrai qu’un trisomique coûte plus cher vivant que mort et c’est le seul critère qui a orienté la course folle du dépistage anténatal ciblant la trisomie 21, proposé par une société qui s’enorgueillit sans cesse de son « humanisme »…

« Jean-Marie Le Méné » peut être fier de ce nouveau cri de détresse qui lui vaut des injures :
Il est vrai que l’on est tenté de détester ce livre qui égrène nos trahisons ou démissions successives et inavouables… mais tous les hommes attachés à leur liberté devraient faire l’effort de lire, au moins pour savoir.

Charlotte d’Ornellas

http://www.bvoltaire.fr   du 16/02/2016

Ils Sont Exemplaires Ces Diplomates !

valise diplo

Valise diplomatique !

Des barres d’or et des stéroïdes retrouvés dans la voiture d’un diplomate européen en Israël.

De l’or en barres pour plusieurs millions d’euros et des stéroïdes ont été retrouvés dans la voiture d’un représentant de l’UE alors qu’il passait la frontière entre la Jordanie et Israël.

Seul le chauffeur a été convoqué au tribunal.

Ce n’est pas la voiture d’ « Ali Baba » qui a été arrêtée mais celle d’un représentant de l’Union européenne révèle le Jpost, la version en ligne du « Jerusalem Post ».

Le diplomate, dont l’identité et la nationalité n’ont pas été divulguées, aurait tenté de se rendre en Israël depuis la Jordanie en dissimulant dans son véhicule pour plus de deux millions d’euros d’or, de bijoux, des centaines de smartphones et plusieurs dizaines de kilos de stéroïdes.

Lui et son chauffeur ont été arrêtés au point de passage d’Allenby, près de Jéricho, puis mis en garde à vue.

Originaire du nord de Jérusalem, le chauffeur a été convoqué chez le juge après son arrestation, mais pas son illustre patron, sans doute protégé par son immunité diplomatique.

source : https://francais.rt.com/international

http://www.wikistrike.com   du 04/02/2016

Dix Mille Gosses Disparus, Un Bandeau !

FRANCE-BRITAIN-MIGRANTS-REFUGEES

 Jeunes migrants à Calais.

Prostitution, trafics d’organes ?
Dix mille jeunes migrants ont disparu en un an et demi !

C’est une information contenue dans une dépêche de l’ « AFP », reprise de l’hebdomadaire anglais « The Observer », que nos médias nationaux se sont globalement contentés de reproduire sans plus de commentaires.
Elle passait dimanche soir en bandeau sur « BFM TV » :
« Plus de 10.000 enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois. »

Du sensationnel !
Sans explication.
On se dit qu’une telle information mériterait les gros titres.
La stupéfaction.
L’indignation générale.
Pourtant, rien de tout cela.
Du coup, quand on se souvient des heures de télé consacrées au cadavre du petit « Aylan » sur une plage de Turquie en août dernier et le séisme que ses photos ont déclenché, on se dit que Staline avait raison :

« La mort d’un homme est une tragédie.
La mort d’un million d’hommes est une statistique. »

Alors, pensez, 10.000 gosses disparus, ce n’est même pas la peine d’en parler !

Eh bien, justement, parlons-en !

Ce chiffre n’est pas une estimation fumeuse sortie de la « fachosphère » anti-immigrationniste  !
Non, c’est celui donné par « Brian Donald », patron d’ « Europol », l’instance de police criminelle intergouvernementale chargée de faciliter les échanges de renseignements à travers l’Europe.
Il concerne, nous dit-on, « les enfants dont toute trace a été perdue après leur enregistrement auprès des autorités européennes », sachant qu’environ « la moitié d’entre eux ont disparu en Italie ».
Précisément, « Brian Donald » affirme dans son interview qu’on a perdu la trace de 5.000 de ces mineurs après leur enregistrement en Italie, et 1.000 d’entre eux en Suède.
De plus, la Grande-Bretagne « a vu doubler le nombre des disparations en 2015 ». Bref, une « infrastructure criminelle de grande envergure » serait à l’œuvre sur le continent, conclut Monsieur  »Donald ».

Les ONG avancent de leur côté des chiffres encore plus alarmants.
Ainsi, « Save the Children International », gestionnaire d’un camp d’accueil à Preševo, en Serbie, estime que :

« 26.000 mineurs sont arrivés seuls en Europe en 2015 »

et a, dès la mi-janvier, alerté sur la situation gravissime des enfants.
Europol admet d’ailleurs que son estimation de 10.000 disparus est sans doute bien en dessous de la vérité dans la mesure où 27 % du million des demandeurs d’asile arrivés en Europe en 2015 étaient des mineurs.

« Certains de ces jeunes ont rejoint leur famille, d’autres se cachent par peur d’être renvoyés, mais Europol dit disposer de preuves quant au fait qu’une partie d’entre eux est exploitée sexuellement, en Allemagne et en Hongrie notamment »,

peut-on lire ce lundi sur le site du « Monde ».

Nos guerres menées au nom du bien en Serbie, au Kosovo, dans les Balkans y ont créé une situation florissante pour les mafias.
Notamment la mafia albanaise.
L’immigration massive en provenance du Moyen-Orient est une nouvelle aubaine pour tous ces groupes criminels. Ainsi, nous dit-on :

« Des organisations criminelles de passeurs seraient désormais en relation avec des gangs gérant des réseaux de prostitution et d’esclavage.
Leurs membres profitent de la confusion qui règne dans divers pays :
Ils se font passer pour des proches et emmènent les enfants.
D’autres, des passeurs payés pour acheminer des mineurs vers leur famille, organisent leur disparition. »

Les adolescents migrants font des troupes fraîches pour cette prostitution dont raffolent les gros Allemands pansus.
Plus besoin d’aller à l’autre bout de la planète pour y pratiquer le tourisme sexuel :
La marchandise est désormais livrée à domicile.
Sans oublier cet autre trafic dont on évite bien de parler :
Le trafic d’organes.
Marché noir florissant, là aussi, qui fournit 15 % des greffons.

Pour « l’affaire Medicus », révélée en 2011 – un chirurgien turc et un néphrologue israélien (jamais extradés) greffant des organes de contrebande dans une clinique du Kosovo -, combien d’autres toujours prospères ?

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr   02/02/2016

Les gouvernants européens sont les hauts responsables de ces dérives et tous les organes de presse n’osent s’y attaquer !

Les Migrants, Eux, Ne Glandent Pas !

Europe-Luxembourg

 Cour Européenne des comptes,
à Luxembourg

La Commission tente d’éluder un audit sur l’immigration !

La Commission « Juncker » s’est lancée dans un bras de fer avec la Cour européenne des comptes à propos d’un rapport sur l’immigration.

L’organe d’audit de l’UE, théoriquement indépendant selon ses statuts, avait mis le sujet de l’immigration à son ordre du jour en 2015.
Une équipe s’est donc penchée sur l’évaluation de la « coopération avec les pays tiers sur les politiques d’immigration et d’asile ».
Et plus précisément sur les financements de l’ENPI, ou instrument européen de voisinage et de partenariat.
Un programme qui permet de financer le développement de petites entreprises et de faire du développement économique local, pour un montant avoisinant 1 milliard d’euros sur 6 ans.

Or ledit rapport, transmis en octobre à la Commission européenne, n’a visiblement pas plu.
Il évoquait un manque d’évaluation et des coûts démesurés de programmes qui permettent à des migrants de retour au pays d’acheter des vaches, comme en Géorgie, ou de vendre des pâtisseries au Maroc.
Au total, 23 projets ont été étudiés, relevant le plus souvent de microfinancement de l’ENPI.
La Commission a fait part, à l’automne dernier, de réponses incendiaires et violentes à la Cour des comptes, rendant la procédure contradictoire particulièrement tendue.

« Les remarques de la Commission étaient tellement démesurées que l’ensemble n’avait plus de sens pour le lecteur ».

regrette une source bien informée.

Une lettre pour faire pression ?

Mi-novembre, la Commission européenne a aussi envoyé un courrier directement au président de la Cour des comptes européenne, « Vitor Caldeira », pour faire part de ses griefs.
La missive, non datée, mais signée par trois vice-présidents de la Commission européenne, dont les deux premiers vice-présidents « Frans Timmermans » et « Federica Mogherini », ainsi que « Kristalina Georgieva », montre que tout le poids politique de la Commission a été mis dans la balance.

Dans ce texte, la Commission conteste à la fois la méthode et les conclusions de l’audit, qui se consacre pourtant à des dépenses engagées par la commission Barroso.

« Cette lettre, c’est une erreur politique »,

assure une source proche du dossier, assimilant le procédé à une pression déplacée, et s’interrogeant ce que l’on penserait

« d’un ministère qui tenterait d’influence son auditeur dans un des pays membres ? ».

Prenant compte des remarques de l’audité, la Cour des comptes européenne a modifié son rapport, en éliminant le terme trop brûlant de « réfugié » du texte.
Une adaptation :

« assez logique, parce que le rapport traite des politiques destinées à éviter les migrations, mais n’aborde pas les politiques d’asile qui dépendent des pays membres, et non pas de politiques européennes ! »

assure la même source.

Un rapport déjà amendé

Le nouveau rapport a aussi changé de titre.
Il s’intitule désormais :

« Dépenses extérieures de l’UE dans les pays voisins du Sud de la Méditerranée et de l’Est ».

Il reste malgré tout en travers de la gorge du gouvernement européen.
Qui joue la montre en faisant trainer le dossier.

« Les réponses de la Commission ont été transmises fin  2015 ! »

assure une porte-parole de la Commission.
Mais la Cour des comptes européenne n’avait rien jusqu’au 28 janvier dernier.
Date à laquelle la Commission a remis des commentaires plus convenables, mais toujours agacés par ce rapport qui intervient selon elle « dans un contexte compliqué ».

Le premier vice-président, « Frans Timmermans », avait évoqué en décembre dernier, devant la Commission des budgets du Parlement européen, l’idée de fusionner le rapport déjà écrit avec les sujets sur lesquels la Cour des comptes doit se pencher, en 2016.
Dans son programme 2016, la Cour prévoit toute une série d’audits sur l’asile, la migration et la sécurité, dont la coopération de l’UE et l’aide financière en faveur de la Tunisie, déjà traitée dans l’audit en suspens.

« C’est très intéressant, ce rapport sur les migrations, nous souhaitons le voir ! »

avait réclamé l’eurodéputée tchèque « Martina Dlabajova » le 3 décembre dernier, au vice-président de la Commission, « Frans Timmermans ».

« C’est à la Cour des comptes de décider si la portée du rapport est pertinente, ou non, et si le moment est opportun, ou non. »

s’était alors défendu le numéro deux de la Commission Juncker.
La Cour des comptes devrait au final se pencher sur la question fin février, après de nouveaux échanges avec les auditeurs.

Mais l’idée de caviarder cet audit rend certains protagonistes furieux.

C’est le cas de l’eurodéputée allemande « Ingeborg Grässle ».

« Ce serait donc vrai que l’audité détermine ce que fait l’auditeur ? »

s’est étonnée la présidente de la Commission de contrôle budgétaire du Parlement européen.
Les coordinateurs du comité de contrôle budgétaire ont adressé un courrier sur ce sujet au président de la Cour des comptes européenne, « Vitor Caldeira », fin 2015.

Faute de publier le rapport, la Cour des comptes pourrait décider de le déguiser en « communication » de la part du président de la Cour des comptes, ce qui reviendrait à la passer à la trappe.

Dilution de la responsabilité de la Commission

Dans tous les cas, la sensibilité de la Commission sur ce sujet illustre ses difficultés à faire face au challenge de l’immigration.
Le commissaire en charge du sujet, « Dimitri Avramopoulos », dont la direction générale des affaires intérieures est théoriquement, depuis fin 2014, également chargée de l’immigration, n’est en effet pas directement en charge du dossier puisque trois vice-présidents de la Commission et un autre commissaire, « Johannes Han » pour la politique de voisinage, s’y penchent également, ce qui a tendance à diluer les responsabilités.

Aline Robert

http://www.euractiv.fr   du 01/02/2016

L’ Avenir De L’ Euro Est En Question !

euro

Les migrants mettent
l’Euro en danger !

Il est fort probable que la crise actuelle au sein de l’Union européenne puisse entraîner la fin de l’espace Schengen.
Une telle chute se répercuterait immédiatement sur les échanges économiques, ainsi que sur la monnaie européenne.

Les autorités européennes comprennent que si dans de brefs délais les pays ne sont pas en mesure de reprendre le contrôle de la situation et de parvenir à un accord sur les mesures pour résoudre la crise migratoire, l’espace Schengen sera fortement menacé, annonce le « Deutsche Welle ».

Les dirigeants européens ne disposent que de peu de temps pour trouver une solution au problème, parce que l’avenir de l’Europe unie sera discuté lors du sommet de l’Union européenne des 17 et 18 mars prochains.

Les craintes sur la fin possible de la zone Schengen sont plausibles, estime l’expert du fonds berlinois Science et politique « Nikolaï von Ondarza ».
Dans son commentaire pour « Deutsche Welle », il a souligné les difficultés auxquelles beaucoup de pays européens sont confrontés à cause de la crise migratoire.

Le flux des migrants pourrait se renforcer au printemps prochain, et si à ce moment-là les responsables ne trouveront pas une porte de sortie convenable, alors, il est possible que d’autres pays suivent l’exemple de l’Autriche en suspendant les accords de Schengen sur leurs territoires, explique l’analyste.

Les européens commencent à comprendre que les tentatives de résoudre le problème via la fermeture des frontières à l’intérieur de l’Union européenne mèneront à des conséquences économiques sérieuses, et finalement, remettront en question l’existence de l’euro en tant que monnaie unique.

« Si nous fermons les frontières, si le marché intérieur commence à souffrir, il arrivera un jour où nous nous mettrons à douter de l’utilité de la monnaie unique »,

a déclaré « Jean-Claude Juncker », président de la Commission européenne, lors de son discours au Parlement européen, mercredi dernier.

La crise migratoire actuelle qui semble être la plus grave depuis l’époque de la Seconde Guerre mondiale remet en question le principe de libre circulation des personnes dans l’Union européenne. Pour le secteur financier, les conséquences de la fin possible de la zone Schengen pourraient être particulièrement sérieuses.

source : http://fr.sputniknews.com/international

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 24/01/2016

 

La France Fait Honte Au Mondialisme !

 EDF-GDF

GDF-Suez devient Engie !

La mondialisation jusque dans les mots !

Les dirigeants du groupe « GDF-Suez » ont annoncé en avril 2015 le changement de nom de leur groupe pour le rebaptiser « Engie », sans qu’aucune opération de cession ou d’acquisition ne le justifie en modifiant le périmètre ou la nature de ses activités.
Il s’agit donc d’une décision de pure communication.

Au-delà du consternant manque d’imagination de ceux qui ont accouché de ce « sobriquet », plus proche d’un tube estival que de celui d’une grande entreprise industrielle, il faut dénoncer le symbole.

Cette nouvelle appellation répond à une logique, dont ont été victimes depuis des années les grandes entreprises Françaises :
Il faut supprimer toute racine ou référence historique à la France pour offrir le visage lisse et aseptisé qui sied à l’économie mondialiste.

Finies les sociétés dont on percevait la nationalité ou le métier au travers du nom.

Comme il y a quelques années « France Telecom » devenu « Orange », fini donc « Gaz de France » et l’héritière de la compagnie du canal de Suez, hommage lointain aux épopées de « Ferdinand de Lesseps » qui ont pourtant transformé le commerce international.

Désormais, pour séduire l’investisseur chinois, russe ou américain et les grandes banques d’affaires, il faut des noms déracinés, des codes mnémotechniques que les traders de la planète pourront s’approprier aisément, du globish planétaire.

Rappelons que plus de 50% du capital des entreprises du CAC 40 appartiennent à des non-résidents, et même plus de 70% pour Total, Michelin ou Gemalto.

Messieurs les dirigeants de nos grandes entreprises, allez-vous bientôt également débaptiser « Air France » ou « EDF » ?
Allez-vous supprimer ce mot France qui semble pour vous plus un handicap qu’un motif de fierté ?

Bernard Monot

http://www.frontnational.com    du 22/01/2016

Le Musée des Tissus A Lyon Menacé !

Musée des tissus

Une pétition pour le sauver de la fermeture !

En quelques heures, les Lyonnais et les amoureux de la culture et des tissus se sont mobilisés.

Sur le site « Change.org », une pétition a été lancée pour sauver le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs de Lyon, menacé de fermeture suite à la baisse des dotations de l’Etat.
Ce mercredi matin, plus de 6000 personnes avaient signé cet appel adressé à « Fleur Pellerin », la ministre de la Culture.

« Le Musée des Tissus de Lyon est une des plus prestigieuses et importantes (sinon la plus grande) institution au monde consacrée aux textiles en terme de qualité comme de quantité.
Il représente le patrimoine textile de la France et est une source inépuisable pour la recherche ainsi qu’un lieu d’inspiration pour la création textile actuelle.
Il doit exister et rester ouvert pour le bien de la ville, de la région et pour le rayonnement de la France »
,

lui indiquent les signataires.

Pour rappel, le Musée des Tissus ne pourrait bientôt plus pouvoir bénéficier du soutien financier de la « CCI » de Lyon.
Cette dernière lui octroyait une somme représentant les 3/4 de son budget annuel.

http://www.lyonmag.com/article/77179/musee-des-tissus-menace-une-petition-pour-le-sauver-de-la-fermeture  du 09/12/2015

PETITION

https://www.change.org/p/madame-fleur-pellerin-3-rue-de-valois-non-%C3%A0-la-fermeture-du-mus%C3%A9e-des-tissus-de-lyon?

 

À Qui Peut – On Se Fier A Saint – Denis ?

logeuse

Jawad Bendaoud
est une drôle de logeuse

On l’a vu promener sa « belle » gueule de « bolos » devant les caméras avant que la police ne lui passe des bracelets qui n’étaient pas de platine.
Le jeune caïd à lunettes, fines tresses, barbichette et doudoune en cuir a fait le tour du « PAF » et la joie des réseaux sociaux.
Il s’appelle « Jawad Bendaoud » et c’est un beau spécimen de petite ordure comme on en compte, hélas, en nombre dans cette pauvre ville de Saint-Denis.

Entendant mercredi le-dit « Bendaoud » raconter sa petite histoire sur « BFMT-V, tandis que les super-flics et l’armée remballaient leur matériel après la fusillade de la rue du Corbillon, la France aimante et compassionnelle lui aurait donné le bon Dieu de tous les croyants sans confession.
Un garçon généreux, à l’entendre, si prêt à rendre service qu’il ne s’inquiète pas de savoir qui il dépanne :

« J’ai appris que c’était chez moi et que les individus sont retranchés chez moi et… voilà. J’étais pas au courant que c’était des terroristes, moi…
On m’a dit d’héberger deux personnes pendant trois jours et j’ai rendu service…
Si j’avais su, vous croyez que je les aurais hébergés ? »

C’est vrai, quoi, c’est à vous dégoûter de rendre service !
À qui peut-on se fier, je vous le demande ?

Eh bien, surtout pas à « Jawad Bendaoud » !
Ce type, pour ce qu’on en sait aujourd’hui, est une petite crapule de la pire espèce.
Tout à la fois « bête, violent et dangereux », ont confié les services de la mairie de Saint-Denis au « Figaro ».
C’est que le bonhomme est du genre nerveux.
C’est comme ça qu’en 2006 il a tué son meilleur copain à coups de hachoir pour une histoire de téléphone portable.
Condamné en 2008 à 8 ans de réclusion pour « coups et blessures ayant entraîné la mort », il est sorti de taule voilà quelques mois.
Pour se lancer dans l’immobilier parallèle…

« Bendaoud » est une logeuse d’un genre particulier.
Son « job », c’est rabatteur pour marchands de sommeil.
Notamment dans l’immeuble délabré où s’étaient retranchés les terroristes qui ont ensanglanté Paris le vendredi 13 novembre.
Un immeuble qui compte 38 logements dont 10 squats, et dont la mairie précise qu’il était en principe interdit à la location puisque faisant l’objet, depuis 2012, d’une procédure d’insalubrité avec injonction de faire des travaux.
Mais comme souvent dans ces contrées où le « DAL » et autres défenseurs des droits des mal-logés viennent assez peu fourrer leur nez, les propriétaires n’en ont cure.
Car la misère est leur « cœur de cible ».

Ces « Thénardier » d’un nouveau genre sont bien connus.
Il s’agit de trois frères (dont, étrangement, « ON » ne nous donne pas le nom) qui possèdent des dizaines de logements du même type en Seine-Saint-Denis mais que « la justice » laisse gentiment continuer leur sale racket.
La mairie assure avoir pourtant signalé leurs agissements au procureur de la République de Bobigny en 2011 puis en 2013, mais sans aucun effet.
Pas plus sous Sarközy que sous Hollande, donc…

Et « Jawad Bendaoud » est leur homme de main, au propre comme au figuré.
Rabatteur et cogneur, c’est le gars qui encaisse les loyers de façon musclée.
D’autant plus peinard qu’il cible « des sans-papiers, des personnes en détresse mais aussi des trafiquants ou consommateurs de drogue qui restent quelques jours ou quelques semaines ».
La clientèle rêvée, en somme, c’est-à-dire celle qui paye en liquide et n’ira pas porter plainte pour voies de fait.

Il paraît que le commissariat central de Saint-Denis croule sous les mains courantes contre cette petite frappe qui plastronne dans la rue du Corbillon.
Des plaintes de riverains excédés par ses menaces, excédés surtout de le voir perpétrer ses méfaits au vu et au su de tous sans que jamais quiconque n’intervienne.

Mais on sait où vont les mains courantes :
Dans le puits sans fond des affaires inexistantes.

Et si « Bendaoud » n’avait pas été pris à son propre piège par plus minables et plus dangereux que lui, il serait toujours à faire le « kéké gominé » dans les rues de Saint-Denis.

D’où cette question :
A qui profitent ses crimes ?

Quelle paix sociale croit-on encore acheter en fermant les yeux sur l’économie mafieuse qui gangrène nos banlieues ?

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 24/11/2015

Le Casino Mondial Sent Trop La Dèche.

esclavage_moderne-1

L’argent n’a vraiment pas d’odeur !

« Daech », partenaire financier de la Haute finance internationale ?

Le « Figaro » vient de publier un inventaire des principales sources de financement de « Daech ».
Il en conclut qu’elle est « l’organisation terroriste la plus riche de l’histoire et a réussi à se forger une indépendance financière. ».

cart EI 2015.PNG

Le « territoire » de l’Etat islamique, grand comme le Royaume-Uni, regorgerait de multiples ressources naturelles
(pétrole, gaz, phosphate, blé et orge).

Des impôts/taxes/ pénalités frapperaient les 10 millions d’habitants (industrie, commerce, banques) qui sont sous son contrôle.

Son patrimoine s’élèverait à 2260 milliards d’euros avec un revenu annuel en 2015 de 2,6 milliards d’euros, selon les toutes dernières estimations que « Jean-Charles Brisard », expert en financement du terrorisme et président du Centre d’analyse du terrorisme.

Cette richesse non négligeable permet de :
– «armer, nourrir et payer les quelques 30.000 combattants environ 300 dollars par mois,
- verser des pensions aux familles des militants tués,
- entretenir les bases militaires,
- administrer les territoires nouvellement occupés,

- réaliser des clips de propagandes à la manière de Hollywood,
- «rééduquer» les enseignants avant de rouvrir les écoles,
- et embaucher des ingénieurs et des traders pour faire tourner leurs sites pétroliers et gaziers ».

Commerce de femmes rendues esclaves

Selon Monsieur « Brisard », le calcul du patrimoine de 2,26 trillions de dollars représente les installations pétrolières et gazières, des mines de phosphates, des terres agricoles, des sites culturels etc. situés sur le territoire contrôlé par l’État islamique.

« Grâce à ses nouvelles conquêtes, Le patrimoine de « Daech » aurait progressé de 217 milliards en une année seulement… « 

Monsieur « Brisard » constate une baisse des revenus entre 2014 et 2015.
Les recettes de « Daech » provenant du pétrole (et autres ressources naturelles) diminuent tandis que celles provenant des taxes et des confiscations grimpent.

60% des recettes de l’État islamique proviennent ainsi en 2015 des ressources naturelles exploitées sur le territoire.
Les revenus du pétrole représentent le quart des rentrées financières…

Daech en chiffres

Exportation des ressources naturelles à prix cassés

On constate sur les graphiques ci-dessus que « Daech » dispose de beaucoup de ressources naturelles et archéologiques.

Cela signifie que ces produits ont des clients.
Beaucoup de clients !

Or on peut difficilement imaginer que les peuples syriens et irakiens, restés sur place, puissent générer un chiffre d’affaires de plus de 2.6 milliards de dollars.

L’article du « Figaro » précise que « Daech » est autonome pour sa consommation d’hydrocarbures et arrive même à en vendre dans le reste de la Syrie et de l’Irak (à l’opposition !).
De plus l’organisation peut semble-t-il exporter sa production via la frontière « poreuse » Nord syro-turque…

Alors qui sont les clients d’une organisation supposée terroriste ?

Est-il pensable que les pays qui dénoncent « Daech » bénéficient directement de cette manne inattendue qui casserait littéralement les coûts de production et améliorerait les marges bénéficiaires des entreprises ?

En tout cas, le « Figaro » constate que si le pétrole s’échangeait en 2014 autour de 100 dollars le baril, il se traite actuellement à moins de 50 dollars.
Mais l’ »EI » offre un discount redoutable qui passe de 25 dollars le baril l’année dernière à 15 dollars actuellement environ assure « Jean-Charles Brisard ».

Transactions financières sur le circuit de la haute finance internationale

Qui dit exportation,
dit transaction financière.

Or, chaque transaction financière est scrutée par les autorités des marchés financiers.
On se souvient tous que la Suisse par exemple a dû renoncer au secret bancaire au nom de la « Weissgelg » disait la ministre des finances du pays.
Cette promotion de la stratégie de l’argent propre devrait répondre à l’exigence de transparence des standards internationaux.

D’ailleurs, un couple suisse qui voulait envoyer quelques centaines de dollars au Liban pour raison humanitaire s’est vu devoir détailler le pourquoi du comment de l’envoi.

Un autre exemple se passe cette fois en Belgique.
Ca donne l’échange téléphonique suivant:

« Bonjour Madame, BNP Paribas au téléphone.
Le service de sécurité s’interroge sur l’une de vos transactions.
Pourriez-vous passer au plus vite à notre agence? »
– « euh… De quoi s’agit-il ?
Depuis quand doit-on justifier ses transactions? »

– « Il semble que vous ayez réservé des billets Thalys il y a 15 jours.
Nous voudrions savoir la raison de votre déplacement… »
– « C’est une blague ou quoi? »

Alors ?
Comment des transactions financières issues d’exportations, elles-mêmes supposées illégales, peuvent-elles se faire quand même ?
En cash ?
Difficile de penser 30 secondes que des sommes pareilles circulent physiquement.

« Et voilà que  Jean-Charles Brisard confirme dans cette vidéo que 24 banques qui sont sous le contrôle de l’Etat Islamique opèrent toujours sur la scène financière internationale. »

Tout Est Dit !

Côté hypocrisie des autorités financières nationales et internationales, nous rappellerons tout simplement la légalisation de la finance de l’ombre (shadow banking) depuis la crise des subprimes de 2007.
Et voici ce qu’en disait récemment un journal belge:

« Le système bancaire parallèle, dit « shadow banking », a continué de croître l’an passé pour peser quelque 80.000 milliards de dollars, selon un rapport du Conseil de stabilité financière (« FSB ») publié jeudi en amont du sommet du G20 à Antalya. »

Ces sommes ne sont évidemment pas comptabilisées dans les bilans des grandes banques pour lesquelles les peuples se saignent quotidiennement pour les renflouer…

Elles sont le fruit des activités méprisables du casino géant mondial.

esclave.PNG

On pourrait supposer que le casino mondial n’a pas peur de la clientèle du genre « Etat islamique » qui possède son marché aux esclaves…

Souvenons-nous des multiples scandales des firmes transnationales qui appartiennent à la Haute finance internationale et qui font travailler loin des regards des enfants-esclaves…

Force est de constater que les frontières morales sont elles aussi poreuses…

Liliane Held-Khawam

source : https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/

source : http://philippehua.com/

http://www.citoyens-et-francais.fr/  du 23/11/2015

Ce Fric, Eternelle Idole !

lagarde

Lagarde et le FMI…

Veulent encore plus de migrants pour nous remplacer !
Elle a vraiment une tête de vipère
D’aucuns diraient plus vulgairement qu’elle a la gueule de l’emploi.

Il est de plus en plus clair que les libéraux, les mondialistes, les Européistes et toutes les organisations supra-nationales ont décidé de couler l’Europe pour vendre, vendre, vendre… et faire disparaître les valeurs qui sont les nôtres, qui les empêchent de créer la planète dont ils rêvent.

Ils appellent même les Européens à faciliter l’envoi d’argent des « migrants » dans leurs pays d’origine.
Il faut en effet que la planète entière consomme…
Les migrants, c’est une perte pour leur pays ?
Peu importe, ils compensent en envoyant de l’argent là-bas…
Comment mieux dire que ce qui compte c’est l’argent et non le bien-être des faux réfugiés ?

« De leur côté, les pays d’origine des migrants vont certes pâtir de l’exil de leur population jeune et qualifiée, reconnaît Madame « Lagarde ». »
« Mais ils bénéficient en contrepartie de transferts de fonds des migrants vers leurs proches qui totalisent 436 milliards de dollars en 2014, soit « plus de trois fois » le montant de l’aide publique au développement, note-t-elle, en appelant à réduire les frais de ces transferts d’argent. »

L’argumentation de « Lagarde » est limpide :

« La dirigeante appelle notamment à renforcer la capacité des marchés du travail « à absorber les migrants », à améliorer leur accès à des formations et à faciliter la reconnaissance des qualifications professionnelles acquises à l’étranger. »
« La crise migratoire en Europe met à mal la cohésion de l’UE qui se divise sur la répartition de la charge de l’accueil des réfugiés venus de la Méditerranée.
Un sommet sur la question se tient mercredi entre dirigeants européens et africains. »

Si nous acceptons les migrants, les formons, reconnaissons leurs prétendues formations à l’étranger (comment des gens prétendument en fuite seraient-ils munis de diplômes en bonne et due forme ? ) il est évident que ce sera aux dépens des nôtres.

Or, il y a en Europe 23 millions de personnes sans emploi, et un taux de chômage de 9,5%.

Nous savons que 25 à 35 millions de réfugiés sont attendus dans la même Europe dans les deux ans à venir.

Cela signifie que les migrants viendront prendre le peu d’emploi qui reste, et que nous aurons 50 millions de personnes sans emploi…

Il est clair que pour le FMI cela n’a aucune espèce d’importance, ce qui compte c’est d’avoir toujours plus de consommateurs…
Voici les mots clé employés par Lagarde :

doper l’activité,
impact sur la croissance,
coût…

Ils n’osent malgré tout pas promettre de raser gratis :

« « Les calculs préliminaires du FMI montrent un impact positif modéré des migrants sur la croissance dans les pays de l’UE ».

Modéré… plus sûrement négatif ? !
Le peu de richesses que nous réussissions à faire naître va être consacré à l’accueil des « réfugiés »….

On appréciera le passage sur la population vieillissante, quand on sait qu’une politique nataliste et familiale est possible et coûterait moins cher que l’accueil des migrants…
Et puis faire des enfants dans un pays envahi où leur sécurité est de moins en moins assurée, c’est une gageure…

« Selon Madame « Lagarde », cet afflux –s’il est géré « avec les mesures appropriées– peut être d’abord bénéfique aux pays d’accueil en augmentant leur population active et en dopant l’activité. » « Les calculs préliminaires du FMI montrent un impact positif modéré des migrants sur la croissance dans les pays de l’UE », assure la dirigeante.
« Surtout, cet afflux pourrait permettre de s’attaquer au vieillissement de la population dans les pays riches et de « réduire la pression » sur le coût du système de retraites et des dépenses de santé, assure Madame « Lagarde ». »

Bref, il est évident que depuis des années ils savent tous que nous allons subir une déferlante migratoire, et qu’ils l’ont délibérément organisée.

Les peuples n’ont peut-être pas dit leur dernier mot…

Christine Tasin 

Le blog de Christine Tasin  du 13/11/2015

L’ Espoir Change De Camp En Syrie !

russia-5x3 (1)

À l’ Est, du nouveau !

À Bruxelles, où s’étaient réunis les ministres de la Défense de l’’OTAN’, le secrétaire général de l’organisation, Monsieur  »Jens Stoltenberg », a dénonce ce qu’il n’hésite pas à qualifier d’« escalade inquiétante », bien que, de son propre aveu, l’Alliance ne soit pas « directement impliquée en Syrie ».

Pour sa part, le secrétaire d’État américain à la Défense, un certain Monsieur  »Ashton Carter », dont on découvre le nom, l’existence et la fonction à cette occasion, ne craint pas de parler d’« erreur fondamentale. »

Que s’est-il donc passé hier, quel événement grave, quelle nouvelle défaite sur le terrain qui justifient la mise en garde de l’un et la condamnation de l’autre ?
« Daech » aurait-il jalonné de têtes coupées une nouvelle avancée de ses troupes ?
Le « Front Al Nosra » aurait-il coupé l’axe vital qui relie Damas à Alep en passant par Hama et Homs ? La Turquie aurait-elle remporté un succès militaire décisif sur les Kurdes ?

Rien de tout cela.
Mettant ses actes en conformité avec ses paroles, la Russie de « Vladimir Poutine » vient déployer dans une impressionnante démonstration de force toute sa puissance de feu dans le ciel de la Syrie.
Après des frappes aériennes massives, la marine russe, depuis la mer Caspienne, à quinze cents kilomètres de distance, a lancé des dizaines de missiles sur des cibles dûment repérées et signalées par ses alliés syriens.
Pour la première fois depuis des mois, l’armée de « Bachar el Assad » s’est sentie en mesure de déclencher une offensive terrestre contre les zones tenues par la rébellion autour d’Idlib.
L’espoir change enfin de camp…

Qu’en adviendra-t-il ?
Il est trop tôt pour le dire.
Mais ce qui est apparu en pleine clarté, ce sont les arrière-pensées, c’est l’hypocrisie de la prétendue coalition qui étale depuis des mois dans le conflit syrien son impuissance et ses divisions.
Loin de se réjouir que la Russie, l’Iran et l’armée syrienne fassent à leur place le sale travail qu’ils étaient censés faire, les uns, tout à leur obsession de voir tomber le régime alaouite, les autres, obnubilés par la crainte de voir naître un Kurdistan autonome, d’autres encore, qui font de leur mieux pour qu’Al Qaida l’emporte sur Daech, ont condamné l’intervention militaire qui pourrait déjouer leurs plans et changer le cours des choses.

Pour la première fois depuis le début de la guerre qui ravage la Syrie et l’Irak, qui met en péril la paix de la région et du monde, qui jette des millions de malheureux sur les routes de l’exil, et qui a permis à la barbarie de prendre son essor, une des plus grandes puissances du monde tente de barrer sa route atroce à la démence.
L’intervention militaire russe a déjà contraint un certain nombre de tartuffes à lever le masque et à montrer où vont leurs préférences.

C’est une victoire de la vérité, en attendant l’autre.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr/  du 09/10/2015

Ils Sont Fous Ces Ricains Pollueurs !

barack-obama-300x133 (1)

Noire aussi la banquise !

Obama vient d’autoriser les forages dans l’Arctique.

Quand on se promène dans les Rocheuses, au Colorado par exemple, on croise encore les vestiges des anciennes mines d’or qui tendent leurs bras de ferraille rouillée au bord des torrents. C’est, avec quelques anciens saloons et quelques boutiques de minéralogie, l’essentiel du folklore local.
Une attraction pour les touristes.

Au Texas, grand État du Sud, on fait peu de tourisme.
Il y aurait pourtant beaucoup à voir.
Pas moins de 250 villes fantômes, par exemple, et des milliers d’hectares de derricks, abandonnés sur cette terre martyrisée, défoncée jusque dans ses entrailles et morte à jamais car jamais dépolluée.
Partis voir ailleurs si l’or était plus noir, les pétroliers n’ont jamais fait le ménage.

Et demain ?
Demain, et même aujourd’hui, on commence aussi à abandonner les milliers de puits de pétrole de schiste qui, en trois ou quatre ans seulement, ont ravagé ce qui restait de paysages vierges au Texas et transformé en sol lunaire les vastes terres agricoles du Dakota du Nord.
Y compris, d’ailleurs, un parc naturel en principe préservé !

Avec la baisse du prix du baril, l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste a pris un grand coup de frein.
En un an exactement, depuis octobre 2014, 40 % des puits ont fermé aux États-Unis.
« François Lenglet » disait ce mercredi matin sur « RTL »:

« Depuis le début de cette année, près de 20.000 emplois disparaissent chaque mois dans le secteur de l’énergie au Texas ou dans le Dakota du Nord ».

La folie du gaz puis du pétrole de schiste pourra s’inscrire dans l’Histoire comme l’aventure du saccage et du grand gaspillage énergétique.

En effet, si tant de puits ferment, depuis la chute du prix du pétrole, c’est simplement parce qu’ils ne sont plus rentables, le processus d’extraction et les conditions d’exploitation étant beaucoup plus coûteux que les techniques traditionnelles.
Ce qui est, aussi, l’une des raisons du gaspillage.
On a tous vu les images de ces milliers de torchères brûlant, dans le bassin de Bakken, le gaz à peine extrait.
Parce qu’on n’avait pas le temps de créer les structures pour le stocker, encore moins pour l’acheminer.
Le pétrole était plus rentable, il fallait faire du pognon tout de suite.
On a asséché les terres agricoles pour pratiquer la fameuse « fracturation hydraulique », pollué les nappes phréatiques, perdu à jamais les réserves en eau…

Mais l’argent rentrait à flot et c’est ça, l’important.

« Car à l’époque du boom, certains comtés de ces États avaient vu leur population doubler en trois ans.
Le taux de chômage s’était effondré jusqu’à 2,5 % alors qu’on pratiquait des salaires de 2.000 euros par semaine pour des emplois médiocrement qualifiés »

avec parfois 90 heures de boulot hebdomadaires.

« Pour recruter dans ces situations de tension, les entreprises étaient contraintes de donner une allocation en plus qui allait jusqu’à 150 euros par jour. Les logeurs faisaient fortune.
Dans certaines villes, ils avaient des listes d’attente de plus de 2 ans malgré des prix de folie »
,

dit « François Lenglet ».

Ainsi, la petite ville de Williston, Dakota du Nord, sur laquelle se penchaient récemment « Les Échos ».
Dix mille puits forés en 5 ans, représentant 12,5 % de la production totale des États-Unis.
La population y est passée de 15.000 à 32.000 habitants.
La nouvelle conquête de l’Ouest…
Le « FBI » a ouvert un bureau à Williston en mars dernier, et la ville voisine de Watford City a lancé la construction d’une nouvelle prison : capacité 130 prisonniers.
Les prix de l’immobilier y sont parmi les plus chers des États-Unis, semblables à ceux de New York.

Et puis…

20.000 sociétés pétrolières s’étaient créées, mais aujourd’hui ces exploitations « tombent comme des mouches, et la grande vague de financement s’est tarie ».
On dit que 30 milliards de dollars auraient été retirés du secteur dans les dernières semaines.
Alors, on remballe.
On s’en va voir ailleurs, une fois de plus, une fois encore…

Le grand Obama, le prix Nobel de la paix qui se balade sur son bateau dans les fjords avec sa petite caméra pour dénoncer la pollution de la planète, vient d’autoriser les forages dans l’Arctique.
Et les mêmes dégueulasseront demain la banquise comme ils ont dégueulassé les plaines du Texas et du Dakota.

« Business as usual… »

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/09/2015

Comme d’habitude ! Ils vont tout salir ! Comme d’habitude !

Qui A Initié Cette Fraude Mondiale ?

volkswagen

La voiture du peuple
bafouée par le fric !

Sapin défend une enquête européenne après le scandale Volkswagen.

Le ministre des Finances français a estimé qu’une enquête était nécessaire « au niveau européen » après les révélations sur les contrôles antipollution volontairement falsifiés, menés par le constructeur automobile Volkswagen aux États unis.

L’onde de choc provoquée par la manipulation mise en place par le groupe Volkswagen et visant à contourner la législation américaine sur les émissions de gaz polluants a gagné l’Europe.

Interrogé sur la nécessité de mener une enquête pour tromperie en Europe ou en France après ces divulgations, Michel Sapin a déclaré:

« Nous sommes sur un marché européen, avec des règles européennes, c’est celles qui doivent être respectées ».

« Ne serait-ce que pour rassurer les uns et les autres, il me paraît nécessaire de le faire aussi pour les constructeurs français »,

a-t-il ajouté en précisant n’avoir aucune « raison particulière de penser que les constructeurs français se seraient conduits comme Volkswagen ».

Il est important d’agir « dans ce domaine-là qui est très important puisque c’est la pollution de l’air », « pour éviter que les gens soient empoisonnés par la pollution », a souligné le ministre, qui jugé  « nécessaire » de mener également des contrôles sur les autres constructeurs européens, lors d’une interview sur « Europe 1″.

L’agence fédérale américaine de protection de l’environnement, l’ »EPA », a révélé vendredi que 482.000 véhicules de marque Volkswagen et Audi, construits entre 2009 et 2015 et vendus aux États-Unis, avaient été équipés d’un logiciel visant à truquer les données sur les émissions polluantes.

Le groupe s’expose en théorie à des amendes d’un montant total de 18 milliards de dollars (15,8 milliards d’euros), soit près d’une fois et demie son bénéfice net 2014.

Volkswagen, qui a reconnu avoir « abusé de la confiance de ses clients », a ordonné à ses concessionnaires aux États-Unis d’interrompre la vente de certains modèles diesel.

Retombées européennes

En Allemagne, le ministre de l’Économie « Sigmar Gabriel » a appelé le constructeur à faire toute la lumière sur ces accusations en parlant d’un « grave incident ».
Il a exprimé sa crainte de voir l’affaire éclabousser tout le secteur automobile allemand, un pilier de l’économie nationale.

Un responsable du ministère de l’Environnement a pour sa part qualifié l’attitude présumée de Volkswagen de « tromperie manifeste du consommateur ».
Le gouvernement a annoncé des contrôles visant à déterminer si des données sur les émissions polluantes avaient également été faussées en Allemagne, voire dans toute l’Europe.

Les constructeurs européens
dans le viseur

La Commission européenne a dit être en contact avec le groupe allemand et les régulateurs américains.
Elle a jugé prématuré de se prononcer sur d’éventuelles mesures de surveillance en Europe et sur la possibilité que des véhicules Volkswagen soient concernés par le même problème en Europe.

http://www.euractiv.fr/  du 23/09/2015

Zone Euro Pourrie Par Les Fraudeurs !

catalogne

Va-t-on vers un « Catexit » ?

La Banque d’Espagne menace la Catalogne d’une sortie de la zone euro !

Le gouverneur de la banque centrale espagnole, membre du conseil des gouverneurs de la « BCE », tente de reprendre la menace utilisée en Grèce de l’expulsion de la zone euro pour décider les Catalans à ne pas voter pour les listes indépendantistes le 27 septembre.

Vous avez aimé la menace du « Grexit » et l’utilisation du système bancaire pour faire céder le gouvernement grec cet été ?
Vous adorerez la menace du « Catexit », autrement dit celle d’expulser une Catalogne devenue indépendante de la zone euro.
(Cette nouvelle version a été ouvertement utilisée) ce lundi 21 septembre par le gouverneur de la Banque d’Espagne, « Luis Maria Linde ».

Le « Catexit »

Ce dernier a ainsi déclaré que si la Catalogne se séparait de l’Espagne, le nouvel Etat serait « automatiquement exclu de la zone euro, car ce processus implique la sortie de l’Union européenne. »
Et « Luis Maria Linde » d’aller encore plus loin dans les menaces en dressant le tableau cataclysmique d’un « Catexit. »

« Les banques catalanes pourraient cesser d’avoir accès au refinancement de la « BCE » »,

explique-t-il.
Dans ce cas, la Catalogne serait obligée d’émettre sa propre monnaie qui serait sans doute dévaluée. Et « Luis Maria Linde » rajoute encore l’horreur à la menace :

« les dépôts pourront alors être gelés, comme cela a été le cas en Amérique latine ou en Grèce. »

Utiliser une recette
qui a bien fonctionné

A six jours des élections régionales catalanes qui prennent la forme d’un référendum de substitution, la Banque d’Espagne - et donc la « BCE » - rejoue la partition grecquechypriote et irlandaise  qui a si bien fonctionné jusqu’ici pour obtenir DES électeurs ou des gouvernements CE que désire la banque centrale.

La menace de couper l’accès à l’euro et de provoquer un chaos économique par « un mauvais choix » semble donc devenir un mode de gouvernance de la zone euro de la part de l’ »Eurosystème ».

Ce qui est nouveau, c’est qu’on est ici non pas dans un choix purement économique, mais dans un choix politique.
La Banque d’Espagne sort ici ouvertement de sa neutralité politique (?) en cherchant à apeurer les électeurs catalans.
Sa déclaration suit les annonces ce week-end des grandes banques espagnoles qui avaient menacé de quitter la Catalogne si cette dernière sortait de l’UE en cas d’indépendance.

Provoquer la panique
pour gagner les élections

Il semblerait que, à Madrid, les élections du 27 septembre commencent à provoquer la panique !
Et que l’on essaie d’affaiblir le mouvement indépendantiste catalan par la peur et la menace.
Une technique qui avait déjà été utilisée avec succès en Ecosse voici un an lors du référendum du 18 septembre 2014.
Dans les sondages, en effet, les deux listes indépendantistes, la « CUP » d’extrême-gauche et la liste commune indépendantistes « Junts pel Sí » obtiennent toujours la majorité des sièges.
En termes de voix, elles restent minoritaires, mais certaines enquêtes, comme celle de « Metroscopia »  du 16 septembre, leur attribuent près de 50 % des voix (49,6 % pour Metroscopia).
En cas de double majorité, il sera difficile de stopper la volonté indépendantiste des Catalans.

Encore un bluff ?

Les menaces de « Luis Maria Linde » sont cependant un peu courtes et pourraient bien relever du même bluff que celui du « Grexit ».
La liste « Junts pel Sí » n’entend pas, en effet, déclarer unilatéralement l’indépendance, sauf si Madrid provoque une épreuve de force.
Le programme de cette liste est celui d’une séparation négociée et sanctionnée par un référendum qui a toujours été refusé par Madrid.
Or, les indépendantistes souhaitent intégrer l’Europe dans ce processus.
« Junts pel Sí » est en effet une liste pro-européenne, militant pour une Catalogne intégrée dans la zone euro et l’UE.
L’idée est de négocier les modalités de la séparation, y compris au niveau financier et monétaire.
Cette négociation serait logique puisque les Traités, contrairement à ce que dit « Luis Maria Linde », ne prévoient pas le cas de la sécession.
Il faudra donc discuter pour combler ce vide.

Le risque du « Catexit »
pour la zone euro

Un « Catexit » chaotique provoqué par une « BCE » inflexible n’est, en réalité, pas davantage crédible que l’était le « Grexit ».

La Catalogne représente 17 % du PIB espagnol, le cinquième de la zone euro.

L’effondrement de son économie provoquerait une onde de choc qui menacerait le reste de l’Union monétaire.
D’autant que, à la différence de la Grèce, la Catalogne est une économie très ouverte et c’est aussi une économie de transit par laquelle passe l’essentiel des exportations espagnoles.
Expulser « manu militari » la Catalogne serait jouer un jeu dangereux.
D’autant que ce pourrait aussi être interprété comme un précédent par ceux qui souhaitent sortir de la zone euro.
Certes, ce ne serait pas un précédent aussi franc que le « Grexit », mais le mythe fondateur de « l’irréversibilité de l’euro » serait mis à mal, car les citoyens catalans seraient alors violemment privés de leur monnaie.
Du reste, les fondements juridiques d’une telle expulsion seront contestables, puisque le cas serait nouveau.

Enfin, le gouvernement catalan ne serait pas entièrement démuni de moyens de réponse.
Il pourrait répondre en instaurant un contrôle des capitaux et une contribution exceptionnelle pour conserver l’euro et s’appuyer sur des réserves de devises.
Son économie en pâtirait lourdement, mais ce serait aussi un coup dur porté aux sociétés espagnoles et aux nombreuses entreprises étrangères présentes en Catalogne.
La « BCE » pourra-t-elle prendre un tel risque en plein marasme économique mondial ?
Par ailleurs, la Catalogne pourrait refuser de reprendre une partie de la dette espagnole, laissant un poids insupportable au reste de l’Espagne et provoquant donc un doute sur la solvabilité du pays.
Bref, la menace d’une expulsion dans négociation n’est pas très crédible.
« Luis Maria Linde » profite sans doute de son statut de membre du Conseil des Gouverneurs de la « BCE » pour agiter un chiffon rouge en espérant qu’il aura le même impact que les menaces précédentes appliquées aux pays déjà cités.

Un jeu dangereux

Mais, cette fois, les Catalans pourraient ne pas se laisser prendre.
Plus Madrid joue les gros bras et les menaces (début septembre, le ministre de la Défense avait évoqué l’emploi des forces armées contre la Catalogne), plus les indépendantistes progressent dans les sondages.
Une autre enquête publiée ce week-end sur la télévision catalane 8TV montrait que 58,2 % des Catalans étaient prêts à « assumer le fait que la Catalogne indépendante soit expulsée de l’UE. »
L’Eurosystème prend donc un risque considérable, d’abord celui de renforcer l’indépendantisme, ensuite celui de s’aliéner un mouvement largement pro-européen qui ferait finalement passer l’indépendance avant sa présence dans l’UE, quitte à y revenir ensuite.
Reste à savoir si la menace de la Banque d’Espagne sera reprise, en cas de victoire indépendantiste, par la « BCE ».
Si c’est le cas, la question de l’indépendance de cette institution devra à nouveau être posée.

Source : « Romaric Godin » pour « latribune.fr »

http://civilwarineurope.com/  du 23/09/2015

Le Futur Marché Mondial Aux Esclaves.

nom300 (1)

L’ AURORE   ROUGE

Voilà un texte  qui exprime le projet politique du   »Nouvel Ordre Mondial ».

Un texte écrit en 1985 qui pourrait être actuel tant ce qui est décrit semble s’accomplir sous nos yeux.

A vous de vous faire votre opinion mais rien n’arrive par hasard…

Voici, ci-dessous, un texte particulièrement intriguant, censé , selon le journaliste « Serge Monast » -mort subitement et surtout prématurément tout comme  son compatriote le « Père Régimbald »-, avoir été concocté dans une loge crypto-maçonnique dénommée « 666″.

« Serge Monast » – tout comme le « Père Régimbald » – fut l’un des pionniers de la lutte contre le Nouvel Ordre Mondial, alors même que celui-ci n’était encore dans les médias de l’époque qu’une « théorie du complot »limitée à 2 ou 3 énergumènes plus ou moins dérangés, avant de devenir aujourd’hui l’objectif, voire l’obsession, des « Grands de ce Monde » et de leurs (très) puissants Maîtres.

But du Projet Mondialiste:

ÉTABLISSEMENT DE L’OCCULTE MONDIAL

Moyens de Financement du Projet:
Contrôle du « F.M.I. »,
du « G.A.T.T. ».,
de la« Commission de Bruxelles »,
de l’« OTAN »,
de l’« O.N.U ».
et d’autres Organismes Internationaux.

« Les dernières dix-huit années furent très profitables pour l’avancement de nos projets mondiaux.
Je peux vous dire, Frères, que nous touchons maintenant presque au but.

La chute des États-Nations n’est plus qu’une question de temps, assez court, dois-je vous avouer en toute confiance.
Grâce à nos Agents d’infiltration et à nos moyens financiers colossaux, des progrès sans précédents ont maintenant été accomplis dans tous les domaines de la Science et de la Technologie dont nous contrôlons financièrement les plus grandes corporations.

Depuis les réunions secrètes avec Monsieur de « Rothschild » dans les années 56, et qui avaient pour but de mettre au point le développement, et l’implantation mondiale des « Ordinateurs », il nous est maintenant possible d’entrevoir la mise en place d’un genre « d’Autoroute Internationale » où toutes ces machines seraient reliées entre elles.

Car, comme vous le savez déjà, le contrôle direct et individuel des populations de la planète, serait à tout le moins totalement impossible sans l’usage des Ordinateurs, et leur rattachement électronique les uns par rapport aux autres en un vaste « Réseau Mondial ».

Ces machines d’ailleurs ont l’avantage de pouvoir remplacer des millions d’individus. De plus, elles ne possèdent ni conscience, ni morale aucune… ce qui est indispensable pour la réussite d’un projet comme le nôtre.

Surtout, ces machines accomplissent, sans discuter, tout ce qui leur est dicté.
Elles sont des esclaves parfaits dont ont tant rêvé nos prédécesseurs, mais sans qu’ils aient été à même de se douter qu’un jour, il nous serait possible d’accomplir un tel prodige.

Ces machines sans patrie, sans couleur, sans religion, sans appartenance politique, sont l’ultime accomplissement et outil de notre Nouvel Ordre Mondial.
Elles en sont la « Pierre angulaire » !
L’organisation de ces machines en un vaste « Réseau mondial » dont nous contrôlerons les leviers supérieurs, nous servira à immobiliser les populations.
Comment ?

Comme vous le savez, la structure de base de notre Nouvel Ordre Mondial est composée, dans son essence, d’une multitude de « Réseaux » divers couvrant chacun toutes les sphères de l’activité humaine sur toute l’étendue de la planète.

Jusqu’à ce jour, tous ces « Réseaux » étaient reliés entre eux par une base idéologique commune :
Celle de l’Homme comme étant le « Centre » et « l’Ultime Accomplissement » de l’Univers.
Ainsi, grâce à tous ces « Réseaux » unis par le lien de la « Nouvelle Religion de l’Homme pour l’Homme », nous avons pu facilement infiltrer tous les secteurs humains dans tous les pays Occidentaux, et en modifier la base « Judéo-Chrétienne ».

Le résultat est qu’aujourd’hui, « cet Homme », qu’il fasse partie du Politique, de l’Economique, du Social, de l’Education, du Scientifique ou du Religieux, a déjà, depuis notre dernière Réunion de fin Juin 67, abandonné son héritage passé pour le remplacer par notre idéal d’une Religion Mondiale basée uniquement sur l’Homme.

Coupé ainsi qu’il est dorénavant de ses racines historiques, cet Homme n’attend plus, en définitive, que lui soit proposé une nouvelle idéologie.
Celle-ci, bien entendue, est la nôtre… celle du « Village Communautaire Global » dont il sera le « Centre ».

Et c’est précisément ce que nous lui apporterons en l’encourageant à faire partie, « Corps et Ame », de ce « Réseau Électronique Mondial » où les frontières des États-Nations auront été à tout jamais abolies, anéanties jusqu’à leurs racines les plus profondes.

Pendant que cet homme égaré sera absorbé par son enthousiasme aveugle à faire partie de sa nouvelle « Communauté Mondiale » en faisant partie de ce vaste « Réseau d’Ordinateurs », pour notre compte, nous verrons, à partir des leviers supérieurs qui lui seront cachés, à le ficher, à l’identifier, à le comptabiliser, et à le rentabiliser selon nos propres objectifs

Car à l’intérieur de cette « Nouvelle Société Globale », aucun individu ayant un potentiel de « Rentabilité » pour nous, ne pourra nous échapper.
L’apport constant de la « Technologie Électronique » devra nous assurer de tous les moyens pour ficher, identifier, et contrôler tous les individus des populations de l’Occident.

Quant à ceux qui ne représenteront aucune « Rentabilité Exploitable » par nous, nous verrons à ce qu’ils s’éliminent d’eux-mêmes à travers toutes les guerres intestines locales que nous aurons pris soin de faire éclater ici et là en nous ayant servi :
- et de la « Chute de l’Économie » des États-Nations,
- et des « Oppositions et des Revendications » des divers groupes composant ces mêmes États.

Voici donc la manière détaillée par laquelle nous procéderons d’ici 1998 pour paver la route à la naissance de notre « Gouvernement Mondial ».

1. – Décupler la « Société des Loisirs » qui nous a été si profitable à date.
En nous servant de l’invention du « Vidéo » que nous avons financé, et des jeux qui lui sont rattachés, finissons de pervertir la morale de la jeunesse.
Offrons-lui la possibilité de satisfaire maintenant tous ses instincts.

Un être possédé par ses sens, et esclave de ceux-ci, nous le savons, n’a ni idéal, ni force intérieure pour défendre quoi que ce soit.
Il est un « Individualiste » par nature, et représente un candidat parfait que nous pouvons modeler aisément selon nos désirs et nos priorités.
D’ailleurs, rappelez-vous avec quelle facilité nos prédécesseurs ont pu orienter toute la jeunesse allemande au début du siècle en se servant du désabusement de cette dernière !

2. – Encourager la « Contestation Étudiante » pour toutes les causes rattachées à « l’Écologie ».
La protection obligatoire de cette dernière sera un atout majeur le jour où nous aurons poussé les États-Nations à échanger leur « Dette Intérieure » contre la perte de 33 % de TOUS leurs territoires demeurés à l’état sauvage.

3. – Comblons le vide intérieur de cette jeunesse en l’initiant, dès son tout jeune âge, à l’univers des Ordinateurs.
Utilisons, pour cela, son système d’éducation.
Un esclave au service d’un autre esclave que nous contrôlons.

4. – Sur un autre plan, établissons le « Libre-Échange International » comme étant une priorité absolue pour la survie économique des États-Nations.

Cette nouvelle conception économique nous aidera à accélérer le déclin des « Nationalistes » de toutes les Nations… à les isoler en factions diverses, et au moment voulu, à les opposer farouchement les uns aux autres dans des guerres intestines qui achèveront de ruiner ces Nations.

5. – Pour nous assurer à tout prix de la réussite d’une telle entreprise, faisons en sorte que nos Agents déjà infiltrés dans les Ministères des Affaires Intergouvernementales et de l’Immigration des États-Nations fassent modifier en profondeur les Lois de ces Ministères.

Ces modifications viseront essentiellement à ouvrir les portes des pays occidentaux à une immigration de plus en plus massive à l’intérieur de leurs frontières (immigrations que nous aurons d’ailleurs provoquées en ayant pris soin de faire éclater, ici et là, de nouveaux conflits locaux).

Par des campagnes de Presse bien orchestrées dans l’opinion publique des États-Nations ciblées, nous provoquerons chez celles-ci un afflux important de réfugiés qui aura pour effet, de déstabiliser leur économie intérieure, et de faire augmenter les tensions raciales à l’intérieur de leur territoire.

Nous verrons à faire en sorte que des groupes d’extrémistes étrangers fassent partie de ces afflux d’immigrants… ce qui facilitera la déstabilisation politique, économique et sociale des Nations visées.

6. – Ce « Libre-Échange » qui, en réalité, n’en est pas un car il est déjà contrôlé par nous tout au sommet de la hiérarchie économique, noyautons-le en « Trois Commissions Latérales » :
[celle de l'Asie, celle de l'Amérique, celle de l'Europe].
Il nous apportera la discorde à l’intérieur des États-Nations par la hausse du chômage relié aux restructurations de nos Multinationales.

7. – Transférons lentement, mais sûrement, nos multinationales dans de nouveaux pays acquis à l’idée de « l’Économie de Marché », tels les pays de l’Est de l’Europe, en Russie et en Chine par exemple.
Nous nous fichons bien, pour l’instant, si leur population représente ou non un vaste bassin de nouveaux consommateurs.

Ce qui nous intéresse, c’est d’avoir accès, en premier lieu, à une « Main-d’œuvre-Esclave » (à bon marché et non syndiquée) que nous offrent ces pays et ceux du Tiers-monde.
D’ailleurs, leurs gouvernements ne sont-ils pas mis en place par nous ?
Ne font-ils pas appel à l’aide étrangère, et aux prêts de notre « Fond Monétaire International » et de notre « Banque Mondiale » ?

Ces transferts offrent plusieurs avantages pour nous.
Ils contribuent à entretenir ces nouvelles populations dans l’illusion d’une « Libération Économique », d’une « Liberté Politique » alors qu’en réalité, nous les dominerons par l’appétit du gain et un endettement dont ils ne pourront jamais s’acquitter.

Quant aux populations occidentales, elles seront entretenues dans le rêve du [Bien-Être Économique] car les produits importés de ces pays ne subiront aucune hausse de prix.

Par contre, sans qu’elles s’en aperçoivent au début, de plus en plus d’industries seront obligées de fermer leurs portes à cause des transferts que nous aurons effectués hors des pays occidentaux.
Ces fermetures augmenteront le chômage, et apporteront des pertes importantes de revenus pour les États-Nations.

8. – Ainsi nous mettrons sur pied une « Économie Globale » à l’échelle mondiale qui échappera totalement au contrôle des États-Nations.
Cette nouvelle économie sera au-dessus de tout… aucune pression politique ou syndicale ne pourra avoir de pouvoir sur elle.
Elle dictera ses propres « Politiques Mondiales », et obligera à une réorganisation politique, mais selon nos priorités à l’échelle mondiale.

9. – Par cette « Économie Indépendante » n’ayant de Lois que nos Lois, nous établirons une « Culture de Masse Mondiale ».
Par le contrôle international de la Télévision, des Médias, nous instituerons une « Nouvelle Culture », mais nivelée, uniforme pour tous, sans qu’aucune « Création » future ne nous échappe.

Les artistes futurs seront à notre image ou bien ne pourront survivre.
Fini donc ce temps où des « Créations Culturelles Indépendantes » mettaient à tout moment en péril nos projets mondialistes comme cela fut si souvent le cas dans le passé.

10. – Par cette même économie, il nous sera alors possible de nous servir des forces militaires des États-Nations (telles celles des États-Unis) dans des buts humanitaires.

En réalité, ces « Forces » nous serviront à soumettre des pays récalcitrants à notre volonté.
Ainsi les pays du Tiers-Monde et d’autres semblables à eux ne pourront pas être en mesure d’échapper à notre volonté de nous servir de leur population comme main-d’œuvre-esclave.

11. – Pour contrôler le marché mondial, nous devrons détourner la productivité de son but premier (libérer l’homme de la dureté du travail).
Nous l’orienterons en fonction de la retourner contre l’homme en asservissant ce dernier à notre système économique où il n’aura pas le choix de devenir notre esclave, et même un futur criminel.

12. – Tous ces transferts à l’étranger de nos Multinationales, et la réorganisation mondiale de l’économie auront pour but, entre autres, de faire grimper le chômage dans les pays occidentaux.

Cette situation sera d’autant plus réalisable parce qu’au départ, nous aurons privilégié l’importation massive des produits de base à l’intérieur des États-Nations et, du même coup, nous aurons surchargé ces États par l’emploi exagéré de leur population à la production de services qu’ils ne pourront plus payer.
Ces conditions extrêmes multiplieront par millions les masses d’assistés sociaux de tous genres, d’illettrés, de sans abris.

13. – Par des pertes de millions d’emplois dans le secteur primaire… à même les évasions déguisées de capitaux étrangers hors des États-Nations, il nous sera ainsi possible de mettre en danger de mort l’harmonie sociale par le spectre de la guerre civile.

14. – Ces manipulations internationales des gouvernements et des populations des États-Nations nous fourniront le prétexte d’utiliser notre F.M.I. pour pousser les gouvernements occidentaux à mettre en place des « Budgets d’Austérité » sous le couvercle de la réduction illusoire de leur « Dette Nationale »… de la conservation hypothétique de leur « Cote de Crédit Internationale »… de la préservation impossible de la « Paix Sociale ».

15. – Par ces « Mesures Budgétaires d’Urgence », nous briserons ainsi le financement des États-Nations pour tous leurs « Méga-Projets » qui représentent une menace directe à notre contrôle mondial de l’économie.

16. – D’ailleurs toutes ces mesures d’austérité nous permettront de briser les volontés nationales de structures modernes dans les domaines de l’Énergie, de l’Agriculture, du Transport et des Technologies nouvelles.

17. – Ces mêmes mesures nous offriront l’occasion rêvée d’instaurer notre « Idéologie de la Compétition Économique ».
Celle-ci se traduira, à l’intérieur des États-Nations, par la réduction volontaire des salaires, les départs volontaires avec [Remises de Médailles pour Services rendus]… ce qui nous ouvrira les portes à l’instauration partout de notre « Technologie de Contrôle ».
Dans cette perspective, tous ces départs seront remplacés par des « Ordinateurs » à notre service.

18. – Ces transformations sociales nous aideront à changer en profondeur la main d’œuvre « Policière et Militaire » des États-Nations.
Sous le prétexte des nécessités du moment, et sans éveiller de soupçons, nous nous débarrasserons une fois pour toutes de tous les individus ayant une « Conscience Judéo-Chrétienne ».
Cette « Restructuration des Corps Policiers et Militaires » nous permettra de limoger sans contestation, le personnel âgé, de même que tous les éléments ne véhiculant pas nos principes mondialistes.

Ceux-ci seront remplacés par de jeunes recrues dépourvues de « Conscience et de Morale », et déjà toutes entraînées, et favorables à l’usage inconsidéré de notre « Technologie de Réseaux Électroniques ».

19. – Dans un même temps, et toujours sous le prétexte de « Coupures Budgétaires », nous veillerons au transfert des bases militaires des États-Nations vers l’Organisation des Nations-Unies.

20. – Dans cette perspective, nous travaillerons à la réorganisation du « Mandat International des Nations-Unies ».

De « Force de Paix » sans pouvoir décisionnel, nous l’amènerons à devenir une « Force d’Intervention » où seront fondues, en un tout homogène, les forces militaires des États-Nations.

Ceci nous permettra d’effectuer, sans combat, la démilitarisation de tous ces États de manière à ce qu’aucun d’entre eux, dans l’avenir, ne soient suffisamment puissants (indépendants) pour remettre en question notre « Pouvoir Mondial ».

21. – Pour accélérer ce processus de transfert, nous impliquerons la force actuelle des Nations-Unies dans des conflits impossibles à régler.
De cette manière, et avec l’aide des Médias que nous contrôlons, nous montrerons aux populations l’impuissance et l’inutilité de cette « Force » dans sa forme actuelle.

La frustration aidant, et poussée à son paroxysme au moment voulu, poussera les populations des États-Nations à supplier les instances internationales de former une telle « Force Multi-Nationale » au plus tôt afin de protéger à tout prix la « Paix ».

22. – L’apparition prochaine de cette volonté mondiale d’une « Force Militaire Multi-Nationale » ira de pair avec l’instauration, à l’intérieur des États-Nations, d’une « Force d’Intervention Multi-Juridictionnelle ».
Cette combinaison des « Effectifs Policiers et Militaires », créée à même le prétexte de l’augmentation de l’instabilité politique et sociale grandissante à l’intérieur de ces États croulant sous le fardeau des problèmes économiques, nous permettra de mieux contrôler les populations occidentales.

Ici, l’utilisation à outrance de l’identification et du fichage électronique des individus nous fournira une surveillance complète de toutes les populations visées.

23. – Cette réorganisation policière et militaire intérieure et extérieure des États-Nations permettra de faire converger le tout vers l’obligation de la mise en place d’un « Centre Mondial Judiciaire ».

Ce « Centre » permettra aux différents « Corps Policiers des États-Nations » d’avoir rapidement accès à des « Banques de Données » sur tous les individus potentiellement dangereux pour nous sur la planète.

L’image d’une meilleure efficacité judiciaire, et les liens de plus en plus étroits créés et entretenus avec le « Militaire », nous aideront à mettre en valeur la nécessité d’un « Tribunal International » doublé d’un « Système Judiciaire Mondial »… l’un pour les affaires civiles et criminelles individuelles, et l’autre pour les Nations.

24. – Au cours de la croissance acceptée par tous de ces nouvelles nécessités, il sera impérieux pour nous de compléter au plus tôt le contrôle mondial des armes à feu à l’intérieur des territoires des États-Nations.
Pour ce faire, nous accélérerons le « PLAN ALPHA » mis en œuvre au cours des années 60 par certains de nos prédécesseurs.

Ce « Plan » à l’origine visait deux objectifs qui sont demeurés les mêmes encore aujourd’hui :
Par l’intervention de « Tireurs fous », créer un climat d’insécurité dans les populations pour amener à un contrôle plus serré des armes à feu.

Orienter les actes de violence de manière à en faire porter la responsabilité par des extrémistes religieux, ou des personnes affiliées à des allégeances religieuses de tendance « Traditionnelle », ou encore, des personnes prétendant avoir des communications privilégiées avec Dieu.

Aujourd’hui, afin d’accélérer ce « Contrôle des Armes à Feu », nous pourrons utiliser la « Chute des Conditions Économiques » des États-Nations qui entraînera avec elle, une déstabilisation complète du Social… donc augmentation de la violence.
Je n’ai pas besoin de vous rappeler, ni de vous démontrer, Frères, les fondements de ce « Contrôle » des armes à feu.

Sans celui-ci, il deviendrait presque impossible pour nous de mettre à genoux les populations des États visés.
Rappelez-vous avec quel succès nos prédécesseurs ont pu contrôler l’Allemagne de 1930 avec les nouvelles « Lois » mises en application à l’époque…
Lois d’ailleurs sur lesquelles sont fondées les Lois actuelles des États-Nations pour ce même contrôle.

25. – Les dernières « Étapes » se rapportent à la « PHASE OMEGA » expérimentée à partir des expérimentations effectuées au début des années 70.
Elles renferment la mise en application, à l’échelle mondiale, des « Armes Électro-Magnétiques ».
Les « Changements de Climat » entraînant la destruction des récoltes… la faillite dans ces conditions, des terres agricoles.

L’avenir du « Contrôle des Populations » de ces États passe obligatoirement par le contrôle absolu, par nous, de la production alimentaire à l’échelle mondiale, et par la prise de contrôle des principales « Routes Alimentaires » de la planète.
Pour ce faire, il est nécessaire d’utiliser l’Électro-Magnétique, entre autre, pour déstabiliser les climats des États les plus productifs sur le plan agricole.

Quant à l’empoisonnement de la nature, elle sera d’autant plus accélérée que l’augmentation des populations l’y poussera sans restriction.
La dénaturation, par moyens artificiels, des produits alimentaires de consommation courante… l’empoisonnement de la nature par une exploitation exagérée et inconsidérée, et l’utilisation massive de produits chimiques dans l’agriculture; tout cela, Frères, mènera à la ruine assurée des industries alimentaires des États-Nations.

26. – L’utilisation de l’Électro-Magnétique pour provoquer des « Tremblements de Terre » dans les régions industrielles les plus importantes des États-Nations contribuera à accélérer la « Chute Économique » des États les plus menaçants pour nous… de même qu’à amplifier l’obligation de la mise en place de notre Nouvel Ordre Mondial.

27. – Qui pourra nous soupçonner ?
Qui pourra se douter des moyens utilisés ?
Ceux qui oseront se dresser contre nous en diffusant de l’information quant à l’existence et au contenu de notre « Conspiration », deviendront suspects aux yeux des autorités de leur Nation et de leur population.

Grâce à la désinformation, au mensonge, à l’hypocrisie et à l’individualisme que nous avons créé au sein des peuples des États-Nations, « l’Homme est devenu un Ennemi pour l’Homme ».

Ainsi ces « Individus Indépendants » qui sont des plus dangereux pour nous justement à cause de leur « Liberté », seront considérés par leurs semblables comme étant des ennemis et non des libérateurs.

L’esclavage des enfants, le pillage des richesses du Tiers-Monde, le chômage, la propagande pour la libération de la drogue, l’abrutissement de la jeunesse des Nations, l’idéologie du « Respect de la Liberté Individuelle » diffusée au sein des Églises Judéo-Chrétiennes et à l’intérieur des États-Nations, l’obscurantisme considéré comme une base de la fierté, les conflits inter-ethniques, et notre dernière réalisation : « les Restrictions Budgétaires »tout cela nous permet enfin de voir l’accomplissement ancestral de notre « Rêve » :

celui de l’instauration de
notre NOUVEL ORDRE MONDIAL .

Ecrit fin juin 1985

http://laurorerouge.blogspot.fr/  du 08/06/2011

Cela Commence A Faire Beaucoup !!!

corruption300 (1)

Corruption à gauche… encore !

Pratiquement tous les élus accusés de malversation, quel que soit leur penchant politique, tiennent à peu près le même langage :

« Je suis soulagé d’être mis en examen.
Cela va me permettre de faire taire les rumeurs.
 »

Curieux !

Moi, ce qui me soulagerait, c’est de n’être pas mis en examen, de ne pas être accusé d’avoir mis la main dans le pot de confiture, de ne pas susciter des commentaires acrimonieux ou rigolards de ma concierge, d’avoir toujours été d’une probité telle, et reconnue, que l’ombre du soupçon ne puisse jamais l’écorner, et en un mot, d’être un citoyen honnête.

On ignore si le sénateur « Philippe Kaltenbach » est honnête ou pas.
Tout ce que nous savons, c’est que l’ex-maire de Clamart a été mis en examen en 2013 pour corruption passive – il aurait accepté de l’argent.
Sur le même banc se trouve son adjoint de l’époque, « Mohamed Abdelouahed », poursuivi, lui, pour corruption active – c’est lui qui aurait proposé la liasse de billets.
L’affaire était jugée vendredi.

Cela commence à faire beaucoup, dans la république irréprochable du président Hollande.
Les médias ont beau matraquer sur l’autre côté de l’échiquier politique, tout finit par se savoir : Beaucoup de gens de gauche se sont engouffrés avec gourmandise dans la brèche brillamment ouverte par Jérôme Cahuzac en mars 2013.
Le « parti-la-vertu » qui nous la joue la main sur le cœur, drapé dans une intégrité proclamée partout et en toutes occasions, sort assez amoché,
de ces coups à répétition,
de ces entorses à la morale élémentaire,
de ces pieds de nez à la droiture, ou même à la vérité.

Le sénateur que l’on jugeait vendredi possède un blog.
On y trouve les renseignements habituels de ce genre de publications :

« Moi en séance publique »,
« Moi en excellent gestionnaire » avec, en contre-chant
« Les élus d’à-côté sont des minables »,
« La commission Machin me donne raison »,
« Moi en souteneur patenté de l’excellent politique de cet excellent gouvernement », etc, etc…

En revanche, pas un mot sur l’affaire qui nous occupe aujourd’hui, pas le plus petit entrefilet sur le complot qui, selon lui, vise à l’abattre.
Selon le bon principe « Assez de paroles, des actes ! », monsieur ‘Kaltenbach’ a renoncé à se présenter aux dernières municipales, dans la ville dont il était pourtant l’édile depuis 14 ans.
Et l’âge n’y est probablement pour rien, le bonhomme n’a pas 50 ans.

Les peines possibles ne sont pas légères :
inéligibilité,
10 ans de prison,
150.000 euros d’amende.
Vendredi, le procureur a requis contre Monsieur  ’Kaltenbach’  deux ans de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende, ce qui n’est pas rien, tout de même.
Evidemment, le sénateur affirme qu’il n’est pas corrompu.

Quand j’étais plus jeune on s’amusait, en cour de récré, avec cette phrase à prononcer le plus rapidement possible :

« Chaviro, rotentacha, chamipataro, robrulapatacha ».

Le sens caché – pareil dans « Je suis content d’être accusé… » – met du temps à apparaître :

« Chat vit rôt.
Rôt tenta chat.
Chat mit patte à rôt.
Rôt brûla patte à Chat. »

Et si Chat était monsieur « Kaltenbach », et Rôt, une liasse de billets ?

Yannik Chauvin
Docteur en droit

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/09/2015

Trop Pénible Casse-Tête Pour Bercy !

homme(1)

Arrivée de « réfugiés »
Sortie de contribuables

Trop Pénible Casse-Tête Pour Bercy ! dans FRANCIA

Cocorico !

La France, enfin, ose se regarder au fond des yeux.

S’émeut devant son miroir de salle de bains devant sa grandeur retrouvée.

Il aura suffi d’une photo pour nous racheter, nous pardonner, nous absoudre.

Foin des querelles et des humeurs maussades :
ce matin, nous sommes tous l’abbé Pierre.

immigration_en_france

Depuis l’aube, la nouvelle passe en boucle sur les radios :
Les 200 premiers réfugiés partis mardi soir de Munich sont arrivés ce matin à Champagne-sur-Seine !
Je n’ai pas vu les images, mais j’imagine la fanfare et les pompiers.
Peut-être monsieur Cazeneuve aussi, et le président Hollande au bout du tapis rouge s’il n’a rien de plus urgent à faire.
Et puis, si ce n’est aujourd’hui, ce sera pour demain puisque entre mercredi et vendredi, on attend 1.000 personnes.
Sur 24.000 (et plus si affinités).

Du coup, l’information rapportée au petit matin dans la rubrique « Trois minutes pour comprendre » (« Matinale RTL ») est passée bien inaperçue !

Il s’agit d’un rapport de Bercy sur l’évasion fiscale, rapport qui devrait être communiqué aux parlementaires à la fin de ce mois.
Il a « fuité », sans doute échappé des mains d’un fonctionnaire zélé qui craignait de le voir comme tant d’autres enterré.

exit

« Réfugiés Fiscaux…Ailleurs »

Faut les comprendre, aussi, à Bercy… !

Ce rapport, donc, concerne les familles françaises en route pour l’exil.

Des « réfugiés fiscaux », en quelque sorte.

Des gens, pourtant, qui « ne fuient pas toujours l’impôt ».

Tout cela est légal, tient-on à préciser.
En effet, « il ne s’agit pas d’évasion fiscale », mais de départs très officiels vers des lieux plus propices à l’entreprise individuelle et collective.
En effet, la première catégorie d’exilé, « la grosse masse », est constituée des « cadres de grandes entreprises et les jeunes très diplômés ». Précisément, chiffres du ministère à l’appui :
« Les trois quarts des exilés fiscaux actuels ont moins de 40 ans. »
En général célibataires et surdiplômés.
Ce sont les « High-po », les jeunes à potentiel élevé pour qui l’on a banqué l’école gratuite et obligatoire, souvent aussi les grandes écoles, et qui vont voir ailleurs s’ils ont une autre perspective que le chômage national.
Destination favorite : Londres et l’Asie.
Là où le monde regarde devant et pas derrière lui.

Peut-être « plus inquiétant » encore pour le gouvernement : l’exil des retraités.
Leur eldorado : le Portugal.
Et pas seulement pour toutes les « Maria » et les « Luis » qui se sont usé les reins à cirer les parquets et monter des parpaings.
Jusqu’en 2012, ceux-là ont constitué la première vague, celle du retour au pays.
Et puis en 2012, donc, le Portugal a offert à ceux qui viendraient vivre au moins six mois par an dans le pays une exonération de tout impôt pour une durée de 10 ans.
Motivant, non ?
Résultat : on se bouscule au portillon.
Avant 2012, 250 dossiers par an en moyenne.
En 2013, Bercy comptabilisait 617 départs.
On parle aujourd’hui de 2.000 dossiers en attente.

« Plus gênant » encore pour les finances françaises, les expatriés sont « de plus en plus riches » :

« En 2012, les retraités qui s’envolaient pour Lisbonne payaient en moyenne 3.948 euros d’impôts.
Aujourd’hui, ceux qui partent payaient 6.489 euros d’impôt sur le revenu. »

Les fiscalistes parlent d’une « véritable hémorragie ».
Ce que Bercy tente certes de minimiser, mais les chiffres sont là.

« C’est lourd pour le budget de l’État.
Cette population des plus riches ne représente qu’un contribuable sur 1.000, mais ils pèsent 10 % des recettes fiscales (7 milliards d’euros).
À chaque fois que l’un d’eux s’en va, c’est un trou énorme dans la caisse »
,

commentait ce matin « Loïc Farge ».

Qui va les remplacer ?

Les « réfugiés », peut-être ?

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 10/09/2015

 

 

Valls Déçoit A Nouveau Les Eleveurs !

AFP_1212204336.jpg

Derrière la FNSEA et Manuel Valls,
les éleveurs cocus…

Jeudi, 1500 tracteurs et 91 bus sont entrés dans Paris, soit par Issy soit par Ivry, comme chantait « Reggiani »…

Trois jours à 35 km/heure sur l’autoroute pour rallier la capitale depuis leur cour de ferme.
Et trois jours pour y retourner, la larme à l’œil et la rage au cœur.

« La France ne lâchera pas ses agriculteurs.
Le désespoir, l’humiliation, la colère, nous les entendons.
Et avec le gouvernement (…), nous y répondrons. »
,

leur a assuré le Premier ministre.

Charles Péguy, si tu l’entends…

Réforme en juillet au temps des moissons,
réforme en septembre au temps des vendanges…
– et réforme en novembre, au temps des semis ?

C’est à craindre, car les mesures annoncées hier par un Manuel Valls adressant aux éleveurs « un message d’amour » (sic) ne changeront pas grand chose ou souvent même rien du tout à leur sort.
Le romantisme bucolique et les vers de mirliton ne font pas une politique, tout juste de minables calculs électoraux :

Différer pour mieux sauter, en espérant que d’autres sauteront à votre place une fois passées les élections…

« Trois milliards d’euros en trois ans investis dans l’agriculture et l’élevage »

a dit Manuel Valls.
En réalité ce n’est rien d’autre que ce qui a été promis en juillet, un peu majoré : – « Année blanche » pour le remboursement des dettes des plus étranglés,
prise en charge des intérêts d’emprunt et des cotisations sociales,
moratoire sur les réglementations tatillonnes…
En somme, il est urgent d’attendre.

On verra – ou pas – après les élections.

Un seul s’est félicité de ces accords « emportés de haute lutte » : c’est « Xavier Beulin ».
Un seul aussi a été hué par une partie de la foule aux cris de « Vendu ! » ou « Démission ! » :
C’est le même « Xavier Beulin », patron de la « FNSEA », syndicat qui tient dans ses mains les rênes de l’agriculture française depuis… 1964.

D’un gouvernement à l’autre, en jouant à « je te tiens tu me tiens par la salopette… »

Il est vrai qu’à regarder ce bonhomme qui dirige le syndicat depuis 2010, on se demande s’il est bien qualifié pour représenter les sous-smicards de la profession.
En 2011, d’ailleurs, « Isabelle Saporta » dénonçait dans « Le livre noir de l’agriculture » l’entreprise de sape de ce syndicat « antipaysan » qu’est la « FNSEA ».

Quant à son président, son fantastique parcours apporte à lui seul un brillant éclairage sur sa politique.

Certes, « Xavier Beulin » connaît le métier, ayant repris à 18 ans la ferme paternelle au décès de son père.
Mais à 56 ans aujourd’hui, c’est un gros céréalier et un businessman avisé.
Il dirige toujours en Beauce, avec ses frères, une exploitation céréalière de 500 hectares qui fait du blé, du colza, du tournesol, de l’orge.
Au moins il n’y fait pas du maïs pompeur d’eau…

Mais il est aussi et surtout, depuis 15 ans, président du groupe Avril, géant de l’industrie agroalimentaire, numéro 1 français des huiles avec les marques Lesieur et Puget, producteur des œufs Mâtines, des marques Sopral, Terrial, Theseo, Novaol, Abera (viande de porc), Adonial, Expur… Il dirige également Sofiproteol, le « partenaire stratégique de l’agro-industrie et de l’agroalimentaire », dit sa pub, dont la filiale Farmor (Glon-Sanders), à Guingamp, importe des centaines de milliers de tonnes de poulets industriels brésiliens produits dans des conditions ignobles.

Bref, comme le disait « Périco Légasse » dans une interview au Figaro (22/07) :

« D’une main j’envoie mes éleveurs de volailles faire des actions commandos, d’une autre j’importe en masse ce qui les conduit à la ruine. »

Entre biocarburants et aliments pour animaux vendus aux agriculteurs, le chiffre d’affaires du groupe Avril que dirige « Xavier Beulin » est de 7 milliards d’euros.
Effectifs : 8.000 salariés.

Dernière précision :
« Xavier Beulin » préside aussi le Grand Port Maritime de La Rochelle, qui est…
le 2e port français pour l’exportation de céréales !

Parce qu’on n’est jamais bien servi que par soi-même, c’est connu.

En quoi ce monsieur est-il qualifié
pour représenter, à la table des négociations,
des petits paysans à 1000 euros par mois
pour 70 heures de travail semaine ???

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 05/09/2015

123456

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43