Archive | INSOLITE Flux RSS de cette section

La France à Bon Marché !

Connaissez-vous le  ’bon marché’  (‘low cost’ en ‘ricain’)  politique  Français  ?

Conséquence de la crise européenne, le « bon marché » (low cost en ricain) se développe partout.
Cette expression anglo-saxonne pour « bas prix » signifie que les Européens, ayant de moins en moins de ressources, du moins les autochtones d’en bas, se trouvent réduits à consommer des produits de moindre qualité, mais aux prix plus abordables.
Les entreprises pratiquent de leur côté depuis longtemps le « bon marché », consistant à rogner sur la qualité pour réduire leurs coûts de production.
Mais les Français, toujours à la pointe de l’innovation, expérimentent au surplus la politique « bon marché » depuis un certain temps.

La démocratie « bon marché »
Il y a déjà l’alimentation « bon marché », où l’on se procure des produits sans choix de marque.
On connaît aussi les médicaments bon marché (pour la Sécurité sociale, s’entend) qu’on appelle des « génériques ». Il y a aussi les voitures bon marché comme la Logan : elles roulent encore sur quatre roues.
On trouve aussi des avions bon marché, où les passagers doivent s’estimer heureux de ne pas voyager debout à bord.
Certaines compagnies envisagent même de faire payer l’accès aux toilettes en vol, pour réduire leurs coûts.
A l’heure du bon marché politique, nous devons donc nous habituer à ce que les politiques fassent le minimum d’efforts pour répondre à nos attentes : uniquement lors des campagnes électorales pour obtenir nos voix.
Ensuite, ils font tout le contraire, quand ils font quelque chose.
C’est cela la démocratie « bon marché » !

Les génériques politiques
Comme chez « Lidl », la politique bon marché nous vend des produits génériques.
Finies la gauche et la droite :
voici le générique UMPS, l’équivalent politique des boîtes de « pâtes » ou de « sardines à l’huile ».
Ce générique applique en effet le même programme, avec les mêmes résultats : atlantisme, défense de l’euro coûte que coûte, immigration de peuplement, lutte contre l’islamophobie, baisse du coût du travail, aide aux grandes entreprises, augmentation des impôts, etc.
Et la droite conduit une opposition bon marché, tout comme la gauche combat « l’argent qui corrompt » – comme disait François Mitterrand – en mode bon marché comme nous l’a rappelé M. Cahuzac.
Evidemment, la qualité n’est pas tout à fait au rendez-vous mais c’est quand même beaucoup plus simple pour l’électeur qui n’a plus le souci de choisir entre les étiquettes !

Le Parlement « bon marché »
Nous avons aussi, comme chez « Leader Price », le Parlement bon marché :
Les législateurs n’ont qu’à « transposer » les directives de Bruxelles et de toute façon les juges légifèrent à leur place.
En outre, comme nous n’élisons pas ces derniers, cela coûte moins cher en frais électoraux.
Le même Parlement vient aussi, après le PACS, de nous faire entrer, avec la loi Taubira, dans le monde du mariage bon marché : un mariage unisexe, le même pour tous.
Et avec un peu de chance, bientôt nous aurons la citoyenneté bon marché :
Celle où les étrangers ont les mêmes droits politiques que les nationaux.

L’Etat en « Leader Price »
Nous bénéficions aussi de plus en plus de services publics bon marché, du moins ceux qui n’ont pas encore fermé.
L’Education nationale et l’Université produisent, par exemple, depuis longtemps un savoir bon marché, selon un menu à base de calories intellectuelles : avec culture et orthographe basiques, diplôme pour tous et panne d’ascenseur social garantie.
On connaît, bien sûr, aussi les administrations bon marché : les armées sans troupes, comme les services sans fonctionnaires – et les administrations sans formulaires (merci à l’usager de les télécharger à ses frais) et que l’on ne peut joindre que par téléphone, à condition de s’armer de patience et de savoir pianoter sur son clavier (personnes âgées s’abstenir).
Nous avons de même une excellente médecine bon marché , où il est recommandé de ne pas tomber malade ni de vouloir accoucher la nuit, les « week-ends » et jours fériés, pendant les mois d’été ni, bien sûr, ailleurs que dans les villes.

Un président « bon marché »
Bref, la France autochtone d’en bas – pas l’oligarchie, je vous rassure – est fortement priée de s’habituer à vivre dans un monde bon marché :
Un monde où la sécurité, l’emploi, la protection sociale, la promotion sociale, l’accès à la culture ou la liberté sont de plus en plus « génériques », c’est-à-dire remplacés par des ersatz, mais qui leur coûtent néanmoins de plus en plus cher en tarifs, taxes, cotisations et impôts divers, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes.
Pour bien nous y préparer on nous a certes doté d’un président de la République à faible empreinte carbone également :
Un chef d’Etat bon marché qui « s’engage pour l’emploi » en attendant, telle sœur Anne, que la croissance revienne.
Un petit gros qui ne fait pas le poids.
C’est ce que pensent en tout cas 73% de nos concitoyens selon le sondage TNS Sofres du 24 au 27 avril.
Manifestement, ce Système bon marché séduit de moins en moins les consommateurs qui attendent plus de qualité pour le même prix.

Michel Geoffroy de Polemia

Source : fr.novopress.info » du 08/05/2013

Je suis fière d’utiliser, pour ce blog, un de nos patrimoines culturels, la langue Française.
Tant de mots américains ont envahi notre vocabulaire quand nous avons plusieurs façons de dire « low cost » chez nous, rien que pour ce texte de Michel Geffroy.
Qu’il veuille bien m’excusez, mais tout le monde ne comprend pas l’américain et je n’ai mis que la première signification dans notre langue.
Je distingue l’anglais de l’américain car ce dernier, qui submerge même nos écrans, a oublié de retenir le raffinement du premier.

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Le « France » Mal Barré !

Le

Médias  et  justice  complices  de  Hollande  et  du  changement  de  civilisation.

Dans les années 1970, à l’époque du programme commun.
Il était de bon ton, chez nombre de journalistes et d’hommes politiques de droite, de faire peur au bon peuple, en brandissant l’épouvantail de l’arrivée de la gauche au pouvoir.
Certains allaient jusqu’à prévoir un défilé de chars soviétiques sur les Champs Elysées, d’autres, plus subtils, évoquaient la fuite des capitaux, la faillite des entreprises, le désordre social, la guerre civile et donc l’inévitable ruine de la France.
Cela n’a pas empêché la gauche d’arriver au pouvoir !

Curieusement, 40 années plus tard.
La même rhétorique est utilisée par l’ensemble de la caste médiatique, et des politiciens de gauche et de droite, contre la seule Marine Le Pen, coupable de vouloir sortir de l’Union européenne et revenir au franc.
Peu leur importe qu’à gauche, un groupuscule dirigé par l’ancien président « d’Attac », Jacques Nikonoff, réclame, lui aussi, la sortie de l’Union européenne.
Peu leur importe qu’Emmanuel Todd, celui que toute la clique journalistique vénère comme un petit génie, prévoit, lui aussi, l’explosion de l’Europe et de l’euro, et pense que ce piège mortel va se refermer sur Hollande.
Le rouleau compresseur demeure, et politiciens européistes et journaleux aux ordres martèlent, du matin au soir, que l’irresponsable Marine Le Pen va ruiner les Français, et provoquer une catastrophe économique irréparable, la faillite, la guerre civile… comme la gauche 40 ans plus tôt !

Il est vrai que pour la caste médiatique, et ses employeurs, la situation est grave.
L’imposteur dont ils ont favorisé la venue au pouvoir est au plus bas dans les sondages, un an après sa victoire et les drapeaux étrangers de la place de la Bastille.
Les Français ont vite compris qu’ils avaient affaire à un incompétent et à une équipe de bras cassés, beaucoup plus efficaces pour défendre leurs propres intérêts, ceux des nouvelles populations, que pour agir efficacement au service de leurs concitoyens.
En plus, la République irréprochable que « Moi Président » avait promis a du plomb dans l’aile.
Un premier ministre condamné en 1997 pour favoritisme dans l’attribution de services publics, cela fait désordre.
Un repris de justice Jean-Philippe Desir, préféré à un autre repris de justice, Jean-Christophe Cambadelis, à la tête du PS !
Un ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, surpris en flagrant délit de mensonge au réveillon de fin d’année, et qui reste en poste !
Un ministre du Budget, chargé de lutter contre la fraude fiscale, qui avait un compte en Suisse, contrairement à ce qu’il avait juré…
Comme si cela ne suffisait pas, un autre ministre, Pascal Canfin, qui refuse de monter dans un avion pour aller, missionné par le gouvernement, au Mali, parce qu’un clandestin, par ailleurs violeur d’un mineur, va être renvoyé dans son pays.
Un autre ministre, l’ineffable Duflot, le soutient…
Et ils sont toujours en poste !
Que dire du fils Fabius, qui est capable d’acheter, alors qu’il ne paie l’impôt sur le revenu, un appartement parisien qui vaut davantage que le patrimoine déclaré par son ministre de père !
Rien à voir avec Papa Laurent ?
Imaginons une fille Le Pen agir de la sorte…
Et, pour finir, on apprend que Hollande a triché dans sa déclaration d’impôts, et que sa concubine n’a pas le statut pour mériter les avantages de la République !
Elle nous coûte plus de 200.000 euros par an !

Dans n’importe quel pays démocratique au monde, cela s’appellerait un « Hollandegate », et ce gouvernement sauterait dans les 24 heures.
En France, il ne se passe rien, les journaleux protègent tant qu’ils le peuvent le Président et ses ministres, et font le service minimum quand un scandale éclate, souvent grâce à la presse internet.
Le pompon est atteint par le désormais célèbre « Mur des Cons » du Syndicat de la Magistrature qui, faut-il le rappeler, à appelé à voter Hollande, ce qui en dit long sur la neutralité supposée de notre justice.
Un journaliste, Clément Weill-Raynal, découvre, lors d’un reportage dans les locaux de ces braves magistrats, qui pèsent 30 % aux élections professionnelles, ce fameux mur, où sont épinglés hommes politiques de droite, journalistes mal-pensants et même, de manière sordide, deux pères de jeunes victimes sauvagement assassinés.
Et que se passe-t-il ?
Un grand numéro de « Touche pas à mes potes ». Mélenchon, la CGT et les syndicats de journalistes SNJ et SNJ-CGT montent au créneau pour lapider le coupable, exiger des sanctions contre lui !
Jamais on aura vu marcher ensemble, de manière aussi visible, deux soutiens essentiels de Hollande et sa clique, les journaleux et les magistrats partisans.
C’est qu’ils remplissent un rôle complémentaire.
Jacques Philarchein, dans un excellent article, parlait des racailles comme des fonctionnaires officieux du pouvoir.
C’est une excellente formule, et cela explique pourquoi ils bénéficient d’une telle indulgence de la part de certains magistrats, adeptes d’une justice où les coupables issus de la diversité sont forcément d’abord des victimes des inégalités sociales, et où nos compatriotes, descendants de colonisateurs racistes, ont bien cherché ce qui leur arrive.

Méthodiquement, à cause d’une immigration massive sans intégration, se met en place le changement de civilisation, et donc de population, voulu par les mondialistes et le système qu’ils servent.
Journalistes et magistrats en sont des rouages essentiels, avec bien évidemment les politiciens UMP et PS-Verts-Mélenchon.
Il suffit de lire le livre de Laurent Obertone, « La France Orange Mécanique », pour constater, par centaines, des situations où un coup de couteau dans la nuque, une multiplication d’actes violents de la part de multirécidivistes, parfois même un viol (!) ne valent à leur auteur qu’un simple rappel à la loi, donc aucune sanction, et une remise en liberté immédiate.
A noter que les rares Gaulois qui osent parfois se défendre (Papy Galinier, William et Monique) ne bénéficient pas de la même indulgence.
Autrement dit, ces magistrats, soutenus par les journaleux et ce pouvoir, nous expliquent, par leurs verdicts, que Brigitte Bardot, Eric Zemmour, Fanny Truchelut, Pascal Hilout ou Pierre Cassen sont bien plus dangereux pour la société que les racailles psychopathes violents qui multiplient, en toute impunité, agressions, viols, vols, insultes, et ne se voient condamnés qu’au bout d’une dizaine de délits.
C’est cela, la justice Taubira et celle du Syndicat de la Magistrature !

Et cela n’a rien d’un hasard.
En humiliant quotidiennement les nôtres, en les obligeant à baisser les yeux pour éviter de risquer leur vie, voire de la perdre, les racailles remplissent un rôle social, au service de ceux qui les protègent, le pouvoir politique.
Un peuple humilié sur son propre sol est beaucoup moins disponible pour lutter contre le gouvernement qui l’opprime, il pense d’abord à sa survie, et à celle de ses enfants.
C’est pourquoi, loin d’être le fruit d’une pratique irresponsable, l’immigration, l’islamisation et « l’ensauvagement » de la France sont au contraire la conséquence d’une politique programmée, avec un objectif précis :
mettre fin à cette France, à son peuple, à sa civilisation, et agir de même dans les autres pays européens.

Par ailleurs, il y a toujours de l’espoir, même dans les situations qui paraissent les plus désespérées.
Hollande a beau être protégé par tout le système, les Français ne sont pas dupes, et plus grand monde ne le croit capable d’aller au bout de son mandat.
Mélenchon a beau être gonflé à l’hélium comme une baudruche par les médias pour canaliser le mécontentement à gauche, il ne progresse pas.
Les anciens trotskistes, très influents dans les médias et au PS, ont beau nous faire le coup des années 1930 avec Marine Le Pen, cela ne marche pas, il suffit de lire les derniers sondages.
Il se trouve même un journaliste, Bruno Dumortier, dans un milieu où règne la censure et la dictature du politiquement correct, pour parler d’une conférence de René Marchand, à Troyes, au lendemain d’une soirée où il a rempli une salle de 150 personnes.
Et, cerise sur le gâteau, il en parle objectivement, ne se croyant pas obligé d’amalgamer l’auteur au Front national ou à l’extrême droite.
On espère que cela ne lui vaudra pas un procès politique des vaillants syndicats de journalistes, voire un procès, tout simplement, de la part des imposteurs anti-racistes, pour incitation à la haine en raison de…
Signalons, à ce sujet, que Jean-Marie Le Pen, pourtant parfois égratigné par Riposte Laïque en raison de quelques déclarations ambiguës sur l’islam, a fait, lui aussi, la promotion du livre de René Marchand, dans son journal de bord… où il a malgré tout attaqué l’auteur, coupable, selon lui, de ne pas avoir précisé que le FN n’était pour rien dans l’islamisation de la France.
Nous considérons « normal » que les représentants du Front national commentent des livres qui marquent la société, comme « La France Orange Mécanique » ou « Reconquista ou Mort de l’Europe ».
Ce qui est beaucoup moins « normal » c’est qu’ils soient les seuls à le faire, et qu’il faille passer par internet pour faire passer le message.

Dans le gouvernement secret de Jean-Luc Mélenchon, que, de manière facétieuse, Riposte Laïque a mis en ligne, figure un ministère, occupé par Esther Benbassa appelé Ministère du contrôle Internet.
Ce n’est pas qu’une boutade ironique, nous savons que ce gouvernement, aux abois, ne pourra tolérer longtemps l’espace de liberté et de contre-pouvoir qu’offre Internet, et que, comme toutes les dictatures en péril, il est prêt, à la première occasion (par exemple une affaire Breivik en France) à verrouiller un outil qui lui taille des croupières régulièrement et ébranle le pouvoir médiatique qu’il subventionne abondamment.
Avant d’en arriver là, pour museler la liberté internet, il a à son service des lois liberticides, et des juges qui, comme ceux du Syndicat de la Magistrature, et bien d’autres, préfèrent condamner nos compatriotes que de veiller au respect de la liberté d’expression.
Pour retrouver une véritable information neutre et objective, ainsi qu’une justice rendue au nom du peuple français, un grand ménage s’impose dans les médias et dans la magistrature.
Ce ménage, Nicolas Sarkozy n’a pas été capable de le faire pendant cinq ans, et c’est pour cela, entre autres, qu’il a perdu.
Ce ménage, seul un rassemblement des patriotes, déterminé à défendre enfin la France et les intérêts des nôtres, sera capable de le faire.

Un an après la victoire de Hollande, le plus tôt sera le mieux.

Cyrano

Source : « ripostelaïque.com » du n° 302

 

Les lamentations ne servent à rien, unissons-nous et chantons la « Marseillaise » !

Pelosse

 

les Français on la mémoire courte on a eu ,la droite ,la gauche qui nous ont gouverné mais ils ont eu peur du changement et pourtant il fallait changer de cap ,trop tard ,la FRANCE sera exangue dans peu de temps si ce n’est déjà fait et que l’on nous le cache savament en loi de toutes sortes.

Mami 84

 

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Mme « La Hollandaise ».

Mme

Doit-on   entretenir   la   concubine   de   François   Hollande ?

On vient tout juste de l’apprendre en lisant le Journal officiel :
Les cinq collaborateurs de Valérie Trierweiler nous coûtent, chaque mois, exactement 19.742 €.
Et Jean-Marc Ayrault d’ajouter, perfide :
« À titre de comparaison, huit collaborateurs étaient affectés au service de la première Dame en janvier 2012, pour une rémunération nette globale de 36.448 €. »
On l’aura compris, Carla Bruni nous coûtait les yeux de la tête.
Et, finalement, Valérie Trierweiler est une bonne affaire… pour notre porte-monnaie, s’entend.

Reste que ce n’est pas tout à fait la question.
Le problème n’est pas de savoir si la concubine de François Hollande nous coûte plus ou moins chère que Madame Sarkozy, mais ce qui justifie que nous prenions en charge ses frais divers et variés.
En clair, certains n’hésitent pas à accuser Valérie Trierweiler d’occuper des locaux à l’Élysée et d’employer du personnel payé par de l’argent public, alors qu’elle n’est dépositaire d’aucune autorité légale.
Ainsi, Xavier Kemlin vient de déposer une seconde plainte, la première ayant été déboutée par le parquet de Paris.
Il accuse la journaliste de « recel de détournement de fonds publics ».
Il estime en effet
 que les impôts qu’il paye en France « ne peuvent servir à loger, nourrir, blanchir, vêtir, payer les voyages ainsi que le personnel d’une dame avec qui la nation n’a aucun lien juridique ».
Parce que non mariée avec le chef de l’État mais seulement « concubine notoire » au regard du Code des impôts.

Une argumentation que partage l’association Contribuables associés.
Pour Olivier Bertaux, juriste fiscaliste :
« Dépourvue de statut matrimonial officialisant sa relation avec le président de la République, les avantages que lui octroie précisément l’État ne semblent reposer sur aucun fondement juridique ou même institutionnel. »
Et d’en conclure :
« Le cabinet de cinq personnes ainsi que les avantages matériels dont dispose madame Trierweiler ne sont justifiés ni par un mandat, ni par une fonction, ni par des frais d’emploi. »
Du coup, affirme Contribuables associés, « on pourrait considérer qu’il s’agit d’avantages en nature qui, à ce titre, seraient imposables sous forme de traitement ou salaire, de revenus distribués ou de revenus innommés assimilables de par la loi à des bénéfices non commerciaux. »

Il sera intéressant de voir de plus près la déclaration de revenus de Valérie Trierweiler pour l’année 2012…

Emmanuelle Duverger

Source : « bdvoltaire.fr » du 06/05/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Histoire Censurée !

Histoire Censurée ! dans INSOLITE cristiada

Cristiada,  un film  à  succès  américain  que  vous  ne  verrez  pas…. censure  socialiste  !

Vous ne verrez pas en France le film américano-mexicain Cristiada sorti en 2012.
C’est pourtant une production à succès aux États-Unis, au Mexique et dans les pays où la censure socialiste franc-maçonne ne s’exerce pas ou s’exerce avec moins de rigueur qu’en France.
Son metteur en scène Dean Wright et des acteurs renommés, comme Andy Garcia qui joue le rôle principal, ainsi que la manière « américaine » dont il a été tourné, avec des simplifications, des libertés prises pour les besoins du film par rapport à la véritable histoire des Cristeros et des scènes de bataille très bien faites, en font un succès commercial garanti pour les salles de cinéma.
Le problème, c’est que le film Cristiada raconte l’histoire vraie du Mexique des années 1920 dirigé après la révolution mexicaine par un président et un gouvernement socialistes et franc-maçons, élus démocratiquement mais dont le laïcisme forcené a plongé le pays dans la guerre civile et a fait du Mexique un pays où les libertés religieuses étaient jusqu’à récemment encore très restreintes.

La révolte de ces Cristeros mexicains dont le cri de guerre était Viva Cristo Rey ! (« Vive Christ Roi ! ») a duré de 1926 à 1929.
La constitution mexicaine issue de la révolution de 1910-17 interdisait à l’Église catholique de gérer des écoles primaires et de dispenser des cours de catéchisme.
Elle délégalisait tous les ordres religieux et interdisait toute cérémonie en dehors des édifices religieux.
Elle a également imposé la nationalisation de tous les biens de l’Église.
En 1934, elle a encore été amendée pour imposer dans les écoles une éducation socialiste libre de toute référence à la religion.
Dans les années 1920, le pays était dirigé par le président Plutarco Elías Calles, fondateur du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) qui a régné sur le pays sans interruption de 1929 à 2000.
Le président Calles, socialiste et franc-maçon, était connu pour son athéisme et son anticatholicisme virulents.
Après avoir remporté les élections de 1924, il a mis à exécution de manière très stricte la constitution de 1917 et notamment son point qui prévoyait la suppression de la personnalité morale de l’Église catholique mexicaine, l’interdiction aux prêtres et religieux de voter et d’exprimer des opinions critiques contre les décisions du gouvernement et des tribunaux, la réduction du nombre de prêtres par décision administrative des gouverneurs des États de la fédération mexicaine, l’expulsion de tous les prêtres étrangers et la fermeture des dernières écoles catholiques.

Après une période d’opposition démocratique et pacifique, avec notamment une pétition en faveur d’une réforme de la constitution qui a réuni deux millions de signature mais qui a été traitée par le mépris, puis le refus par les catholiques de payer leurs impôts et le boycott des produits et services gérés par l’État, et devant la violence croissante des répressions, les catholiques mexicains ont fini par prendre les armes.
La révolte s’est rapidement étendue à l’ensemble du pays et le gouvernement mexicain a réagi par l’assassinat de nombreux prêtres et par des exécutions publiques d’opposants.
Si un accord a été trouvé en 1929, les restrictions contre l’exercice de la religion sont restées telles que les catholiques ont à nouveau pris les armes dans les années 30 pour défendre leurs libertés fondamentales.
Ces restrictions sont en grande partie restées en vigueur jusqu’à la fin du XXe siècle et aujourd’hui, alors que les libertés religieuses sont de plus en plus attaquées en Europe, il n’est pas étonnant que, comme au Mexique où le sujet de la révolte des Cristeros était passé sous silence, ce film fasse l’objet d’une censure qui ne dit pas son nom.

Alors que le gouvernement français, dans lequel les loges franc-maçonnes exercent un pouvoir parallèle qui échappe au peuple, affiche son mépris pour les valeurs traditionnelles et pour les catholiques et que le ministre de l’Éducation ne cache pas son projet de transformer la République en instrumentalisant l’école au profit d’une idéologie, alors que la Grande-Bretagne a de fait interdit à l’Église catholique de gérer des centres d’adoption et pourrait bientôt engager des répressions contre les institutions religieuses qui refuseront de célébrer les « mariages » homosexuels, alors que l’Allemagne met en prison des parents qui refusent que leurs enfants assistent à des cours d’éducation sexuelle teintés d’idéologie du genre, l’histoire de la révolte des Cristeros au Mexique nous rappelle qu’il existe aussi un intégrisme laïque, un socialisme théoriquement démocratique qui s’inspire à la fois de la Révolution française et du socialisme bolchevique et qui n’a pas renoncé à transformer la société en faisant violence à la nature humaine, une idéologie somme toute réactionnaire puisqu’elle nous est resservie de manière récurrente à différentes sauces depuis la fin du XVIIIe siècle.

La censure qui entoure ce film comme celle qui entoure d’autres films et toutes sortes d’informations boycottées par l’ensemble des médias « mainstream » français pose aussi la question du degré réel de démocratie en France et du caractère centralisé ou spontané du grand lavage de cerveaux national et européen.
Peut-être serait-il aussi temps de s’interroger, un siècle après la séparation de l’Église et de l’État, sur la séparation de la franc-maçonnerie et de l’État.
Comment se fait-il en effet que des ministres et des hauts-fonctionnaires puissent être plus ou moins secrètement membres d’organisations parallèles qui ressemblent fort à des sectes ?

Qui est aujourd’hui capable de nous dire quelle est l’influence réelle des loges franc-maçonnes sur le pouvoir politique, judiciaire, médiatique et économique ?
Dans le Mexique des années 1920, leur rôle liberticide et antidémocratique est aujourd’hui avéré même si le film Cristiada n’y fait pas allusion.
Qu’en est-il de la France des années 2010 ?

Olivier Bault

Source : « NDF.fr » du 04/05/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Retour A L’Envoyeur !

Monsieur  le  Président,  je  vous  renvoie  ma  médaille  de la  famille  !

Monsieur le Président,

Le 23 avril dernier, l’Assemblée nationale a adopté un projet de loi visant à permettre l’union de personnes de même sexe et l’adoption d’enfants de la part de ces mêmes personnes, en appliquant à cette union le terme de mariage.

Cette réforme modifie fondamentalement la conception de ce qu’est le mariage et la famille, selon l’acception des termes usités jusqu’à ce jour et depuis des siècles.
Il ne s’agit pas d’une réforme sociale, mais d’un changement de nature imposé à toutes les familles.

Il y a une vingtaine d’années, au mois de mai 1993, m’a été remise la médaille d’or de la famille française.
Avec mon mari, nous avions à ce moment-là dix enfants, le onzième est né quelques années plus tard.
Ni mon mari ni moi n’avions fait de demande pour obtenir cette médaille mais, après avoir écouté les sages avis de notre entourage, nous avions compris qu’on ne refuse pas une décoration si rien de fondamental ne nous oppose à l’institution qui nous la remet.

Le jour de la fête des mères, en ce 30 mai 1993, après la messe, nous nous sommes donc rendus à la mairie de Guidel où le maire m’a remis la médaille au nom du préfet du Morbihan.

« La médaille de la famille est une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent ou qui ont élevé dignement de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites, et de leur témoigner la reconnaissance de la nation », dit le code de l’action sociale et des familles (article D215-7).

Dans la reconnaissance que la nation octroie à ces familles, il y a la considération d’un service.
C’est le simple service, naturel mais exigeant, d’une mère et d’un père de famille qui laissent venir à la vie les enfants qui sont nés de leur amour.
Dans la logique de l’amour, ils les éduquent, non pas seulement pour eux et pour leur droit, mais pour construire la civilisation de demain.

« Peuvent obtenir cette distinction les mères ou les pères de famille dont tous les enfants sont français qui, par leurs soins attentifs et leur dévouement, ont fait un constant effort pour élever leurs enfants dans les meilleures conditions matérielles et morales. » (art. D215-7 id.)
C’est ce que, avec mon mari aujourd’hui défunt, nous avons prétendu réaliser, en toute simplicité, mais au prix d’efforts parfois considérables.
Aujourd’hui, nos enfants étudient pour les plus jeunes, ou travaillent pour les plus grands, contribuant à l’essor de notre pays.

Vous trouvez là, monsieur le Président, une contradiction profonde entre la conception de la famille prônée par la République jusqu’à aujourd’hui, et ce que vous mettez en place dans votre politique.
Par votre réforme, la famille n’est plus au service de la nation, elle n’est plus la nation de demain ; elle est l’expression de droits individuels et est sujette aux formes que chacun veut lui donner.

Bien évidemment, nous n’avons jamais ignoré les modes de vie particuliers de certains.
Si nous les avons trouvés étranges, nous n’avons pas discuté ou combattu leur liberté.
Mais quelle idée absurde de vouloir les regrouper sous le nom de famille : la filiation n’est pas un jeu de poker où gagnerait le meilleur tricheur !
Je vois sur le site officiel que la loi votée par votre Parlement reproduit à l’identique les dispositions de la précédente pour l’attribution de la médaille de la famille : les décorerez-vous lorsqu’ils auront acheté en nombre suffisant les enfants dont ils auront eu envie sur ces nouveaux marchés aux esclaves tels qu’il en existe déjà dans certains pays étrangers ?

Voilà pourquoi, monsieur le Président, je prends la décision de vous renvoyer la médaille reçue sous la présidence de monsieur Mitterrand.
Cette distinction perd tout son sens dès lors que la famille ne correspond plus à ce qui est prôné par les valeurs qui en justifient l’attribution.

Je sais qu’un certain nombre de mères de famille qui partagent mon opinion vous renverront aussi leurs propres médailles.
C’est notre manière d’exprimer combien il serait incohérent de conserver une décoration qui n’est plus qu’un leurre dès lors qu’elle est vidée de sa valeur symbolique.

Veuillez agréer, monsieur le président de la République, l’expression de la considération que je dois à votre fonction.

Françoise De Roeck

Source : « bdvoltaire.fr » du 03/05/2013

Bravo ! Le « mariage pour tour tous » et tout ce qui va avec n’a rien à voir avec l’union sacrée d’un homme et d’une femme qui FONDENT une famille !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Lettre Ouverte A Terme.

 Lettre ouverte à monsieur Francois Hollande, notre président actuel.

Monsieur,

Pour commencer n’attendez pas de moi la plus petite marque de respect, en vous donnant du « Monsieur le Président » ;
j’ai bien trop d’égard envers cette noble fonction, pour la confondre, ne fusse que l’espace d’un courrier, avec l’usurpateur que vous êtes.

N’ayant pas voté pour vous, je n’ai aucun remords personnel, ce qui ne m’empêche pas de plaindre très sincèrement, tous ceux (hormis les deux « communautés » qui, bien que minoritaires, s’avèrent être les uniques objets de toutes vos attentions) qui se sont laissés prendre à votre mensonger chant des sirènes, et ont voté pour vous.

Depuis, neuf mois ont passés et le nombre des citoyens broyés par l’étendue de vos gabegies, injustices et exactions envers la France, croît chaque jour davantage !
Neuf mois ! Le temps d’une gestation, aboutissant normalement à un heureux événement …

Malheureusement, force est de reconnaître que compte tenu de l’effrayant bilan qui est le vôtre à ce stade, il aurait mieux valu que la France avorte de votre candidature quand il en était encore temps !

Vous êtes le plus cynique personnage politique dont la France ait eu à pâtir de toute son Histoire.
Bien évidemment vos prédécesseurs n’étaient pas des innocents et encore moins des « anges », néanmoins vous les battez tous à plates coutures pour ce qui est du mensonge et de la trahison des citoyens , y compris ceux vous ayant porté au poste que vous avez eu l’outrecuidance de convoiter, malgré votre manque de… TOUT !

Car plutôt que faire la liste de ce que vous n’êtes et ne serez jamais, j’aurais plus vite fait de lister vos qualités qui se résument en fait à deux seuls petits mots : INEPTE et INAPTE, ou pour utiliser un vocabulaire par vous compréhensible, INCAPABLE et NUL !

Tout comme votre prédécesseur, tant décrié par vous et les vôtres alors que vous faites la même politique en pire, vous avez trahi vos électeurs et tous les citoyens français puisque vous avez vous même déclaré avec le cynisme qui vous anime, que vous seriez le président de tous les français, omettant simplement de préciser qu’il s’agirait principalement de tous les Français de papier, ceux qui haïssent la France et ses citoyens, et tous ceux qui par leurs turpitudes pourront vous aider dans votre entreprise de démolition de toutes les belles valeurs pour lesquelles la France étaient jusqu’à présent vénérée dans le monde entier.

Aujourd’hui, vous la ridiculisez tellement cette France, avec votre humour à deux balles, vos costumes mal taillés, votre braguette mal fermée, vos décisions irréfléchies totalement stupides, que nous les citoyens normaux de ce pays, après avoir bien ri de toutes les caricatures et plaisanteries douteuses qui circulent sur vous sur le Net, ne pouvons que sangloter d’être assez sots pour vous laisser assassiner notre Nation sans réagir plus fermement.

Quelques exemples, tirés d’une liste non exhaustive et pourtant déjà tellement longue qu’un seul article n’y suffirait pas :
- Vous n’avez pas l’indispensable qualité, nécessaire à un politique visant l’échelon ultime :
celle de savoir s’entourer de collaborateurs talentueux pouvant l’assister avec brio.
Même en cela vous avez fait tout le contraire en appelant auprès de vous un bel échantillon de bandits «en délicatesse avec la Justice» pour parler l’hypocrite politiquement correct, et dont l’unique talent est leur célérité à détrousser les honnêtes citoyens imposables.
- Votre premier ministre doit passer l’essentiel de son temps à siffler des arrêts de jeux pour distribuer des cartons rouges à ses troupes, aussi minables que lui, tirant le gouvernement à hue et à dia.
Il se permet, du haut de son incommensurable sottise, d’injurier un contribuable aux revenus honnêtement gagné (contrairement à certains ayant mené leur municipalité à la ruine …) réussissant à se l’aliéner et à perdre du même coup de conséquents impôts…
- Votre Ministre de l’Intérieur, excelle dans la compassion envers les assassins et pratique le mépris des victimes et de leurs familles…
Il est par ailleurs totalement incapable de faire régner l’ordre sur notre sol, ignorant le nombre croissant de zones de non droit où sa police se fait caillasser … mais part en Afghanistan proposer sans vergogne l’aide de nos gendarmes pour former leur militaires … Cynisme ou connerie monumentale ?
J’ai bien peur que ce soit les deux mon Général !
- Son alter ego, la Garde des Sceaux , se vautre dans l’injustice la plus ignoble en fermant les yeux sur les crimes les plus odieux, pour mieux accuser les descendants de colonisateurs (sans qui elle habiterait peut-être encore dans une case) de tous les forfaits, occultant aveuglément ceux de certains colonisés qui font bien pire encore de nos jours !
- Votre Ministre du Redressement Productif, supporte avec stoïcisme la ridicule appellation dont vous l’avez affublé, bien trop occupé dans son insondable orgueil à « donner des leçons » à de grands industriels qui, s’ils ne sont pas des anges, ont au moins le talent dont il est lui totalement dépourvu pour défendre et faire progresser nos usines.
- Votre Ministre du Logement ne trouve rien de mieux que d’allumer l’Eglise Catholique en souhaitant réquisitionner certains de ses locaux, sans voir que des « Abbé Pierre », « Mère Teresa », « Soeur Emmanuelle » … et tant d’autres, ne l’ont pas attendue pour prodiguer une charité qui lui est totalement étrangère, elle ne connaissant que « charité commence toujours par soi-même » !

J’ai dit liste non exhaustive, alors je vais m’arrêter là, d’autant plus que comme chaque fois qu’il est question trop longtemps de vous et des vôtres, je sens la nausée me gagner.
Car vous, monsieur le minable, vous cautionnez tout cela, et vous en êtes même fier !

Jouissez donc monsieur, pendant qu’il en est encore temps, jouissez bien de tout car je vous prédis qu’au train d’enfer où vous menez la France vers la ruine, vous n’en sortirez pas indemne non plus.
Car si par malheur nous n’arrivions pas à vous y précipiter d’abord, soyez sûr que nous vous entraînerons avec nous dans l’abîme.
Ne pensez pas pouvoir nous échapper en vous enfuyant au bout du monde, de nos propres corps si nécessaires, nous bloquerons toutes les pistes de décollage.

Ce courrier sera accompagné de la copie d’un autre, qui navigue sur le Net depuis plusieurs semaines, émanant d’un internaute ayant eu le courage de le signer, relayé par l’armée des citoyens en colère, que malgré toutes vos tentatives actuelles, il est déjà trop tard pour la museler.

Et si, demain, je suis traînée en justice, ou même directement embastillée, pour insulte au plus « haut » personnage de l’Etat, les patriotes français sauront jusqu’où vous pouvez aller dans l’ignominie, qui dans votre sinistre cas est sans limites.

J’assume ce risque, persuadée que grâce à votre « Ministre de la Justice » qui vide les prisons des racailles, vermines, assassins de toutes sortes, pour mieux y enfermer les citoyens de souche qu’elle hait sans raison et sans mesure, je m’y trouverais donc en excellente compagnie… et qu’il resterait dehors encore suffisamment de patriotes courageux pour fomenter enfin la violente révolution visant à expurger le Pays de vos humiliantes et dangereuses présences.

Monsieur l’auto-proclamé président normal, vous êtes en fait anormalement incapable et dangereux pour l’Etat français et ses citoyens, et avez fait suffisamment de mal comme cela.

Il est temps que nous les patriotes reprenions la main, en vous arrachant les pouvoirs que vous nous avez confisqués.

Attendez-vous à du remue-ménage très bientôt, il n’est pas nécessaire d’être devin ni même descendante d’une ancêtre pythonisse, pour vous le prédire sans gros risque de se tromper.

Ce sera là ma souriante conclusion, monsieur que je ne salue pas.

Josiane Filio

Hélas ,trois fois hélas, FRANCAIS REVEILLEZ-VOUS !!!!

Publié le 4 mars 2013 par Josiane Filio de « riposte laïque.com »
Nous avons eu,déjà, les manifestations contre le « mariage gay », mais ce n’est pas fini, la France gronde en province, les mois qui viennent ne vont guère être calmes avec tant de chômeurs, donc de mécontents, de vacanciers fauchés, donc de mécontents, de gens déçus par le pouvoir d’achat, donc de mécontents, cela fait bien du monde contre la force publique qui n’ est pas inépuisable…et ne fait qu’obéir aux ordres, combien de temps encore ?
Il est à parier que le coût des voyages présidentiels sera considéré comme des vétilles.
Par contre, les manifestations populaires vont faire gonfler les notes au ministère de l’intérieur et le peuple sera rendu responsable d’échec dans la politique financière.

Mais les lamentations ne servent à rien, chantons la « Marseillaise » pour nous rassembler !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Notre Laïcité Pratiquée.

Notre Laïcité Pratiquée.  dans INSOLITE depasser-democratie1-193x300

LES FAUX SEMBLANTS DE LA PRETENDUE LAICITE

La grande presse française s’est émue de la condamnation par la Cour pénale d’Istamboul à dix mois de prison avec sursis du pianiste turc de renommée internationale Fazil Say, pour blasphème.
Or, en présence d’un tel cas, jamais les journalistes du Système ne semblent remarquer que nombre de personnes sont condamnées en France, sous l’empire de la « république laïque », tout pareillement pour blasphème…
Peut-être plus ici que là-bas, puisque l’on peut lire dans le Figaro du 16 avril dernier que « les procès pour blasphème ne sont pas très courants en Turquie (…) Mais les plaintes se multiplient, et la censure rôde ».

En revanche, cela fait belle lurette que les plaintes, procès et condamnations de ce type se multiplient en France, à l’initiative de la LICRA, du MRAP, de la Ligue des droits de l’homme ou du Parquet…

Les propos qui ont valu à Fazil Say sa condamnation
Si l’on en crois toujours le Figaro, l’un des propos qui ont valu sa condamnation au pianiste virtuose consistait en ceci :
« Je ne sais pas si vous vous en êtes aperçus, mais, s’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste ».
La correspondante du quotidien français, Laure Marchand – tout comme vraisemblablement la majorité de ses lecteurs – ignore manifestement que la phrase incriminée qu’elle cite… tomberait en France sous le coup de la loi Pleven.
C’est en effet bien ce que permet l’article 24 alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881 modifiée par la loi du 1er juillet 1972, contre notamment la provocation à la haine religieuse – la haine contre les agnostiques ou athées relevant toujours de la liberté d’opinion.

La différence, c’est que l’on peut supposer que la loi turque sur le blasphème – l’article 216 du Code pénal turc, selon la même source – défend la religion musulmane, alors que la loi française défend l’essence religieuse, quelle que soit la religion considérée pourvu, en pratique, qu’elle soit monothéiste.
Aussi a-t-il fallu à notre législateur inventer le concept de « secte », pour éliminer de cette essence républicaine sacrée les religions sans reconnaissance sociale certaine, oubliant au passage qu’une religion n’est jamais qu’une secte qui a réussi… « Selon que vous serez puissant ou misérable », etc.
Le poète a toujours raison…

Les faux-semblants de notre laïcité « républicaine »
Il est loisible à tout un chacun de dire que telle idéologie rend ses adeptes pervers.
Vous pouvez donc publiquement vous en prendre, par exemple, au communisme en disant qu’il rend méchant… pour rester poli.
En revanche, si vous faites de même avec, par exemple, l’islam (horresco referens), pour rester dans le cadre de notre turquerie de l’instant, vous serez condamné à de la prison et à une amende.
Tel quel, pianiste ou pas, comme Fazil Say avec ses juges stambouliotes !
Mais du fait de leur multiplication, les lois idéologiques et moralisantes qui ont ruiné les efforts d’impartialité de notre droit sont nimbées de flou artistique aux yeux d’une presse bien pensante, acquise à l’ordre moral antidiscriminatoire.
Etre islamophobe, c’est du racisme ; être judéophobe, pire encore ; être christianophobe, seulement un peu moins risqué…
Nous sommes là bien évidemment en plein délit d’opinion, mais il n’est pas de mise de le dire :
La République c’est le Bien, la liberté, la tolérance et bien d’autres choses encore plus suaves.
Question de non-dit, question d’éducation, question de conditionnement, tout simplement.
La justice française peut y aller sans crainte :
Les condamnés, réputés « racistes » par une singulière extension du terme due à la loi Pleven, ne doivent pas espérer quelque mobilisation que ce soit contre les persécutions « républicaines ».
En tout cas surveillez votre langage car aujourd’hui, ici et maintenant, des oreilles ennemies nous écoutent.
Comme à Istamboul.

Vérité en France, erreur en Turquie : les valeurs républicaines sont vraiment toutes en nuances.

Eric Delcroix de Polémia

Source : « fr.novopress.info » du 26/04/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Uruguay A Surveiller !

Uruguay A Surveiller ! dans INSOLITE moutons-300x187

Il s’appelle « Beurfranc »

DES   MOUTONS   TRANSGENIQUES   SONT   NES   EN   OCTOBRE   2012   !

Ces moutons d’un nouveau genre doivent leur originalité à la présence d’un gène de méduse dans leur ADN.
L’expérience pourrait permettre de faciliter la production de médicaments dans le futur.
Placés sous une lumière ultra-violette, les moutons deviennent phosphorescents.
Un groupe de scientifiques uruguayens, en partenariat avec l’Institut Pasteur de Montevideo, a annoncé mercredi la naissance de ces animaux génétiquement modifiés, premiers du genre en Amérique latine.

« Cette réussite positionne l’Uruguay au plus haut niveau scientifique mondial », se sont félicités l’Institut de reproduction animale Uruguay (IRAUy) et « l’Institut Pasteur » dans un communiqué.
Les moutons uruguayens sont nés en octobre 2012 à l’IRAUy, où ils se sont développés normalement, sans présenter de différences avec leurs homologues non-transgéniques, a indiqué Alejo Menchaca, président de l’Institut.

Des moutons avec le gène d’une méduse
Seule spécificité : le gène d’une méduse a été introduit dans leur ADN, rendant possible la transformation.
L’opération n’a pas de but en soi, si ce n’est de vérifier l’efficacité de la méthode d’introduction d’un gène étranger dans l’ADN de ces animaux :

C’est une technique très efficace, car tous ceux qui sont nés sont positifs. Maintenant, nous pouvons travailler avec un autre gène, qui sera d’un plus grand intérêt, pour produire une protéine spécifique
( selon Alejo Menchaca)

Visée thérapeutique
Les chercheurs étudient par exemple la possibilité de prendre un gène responsable de la production d’une protéine manquante dans certaines pathologies humaines.
Exemple : l’insuline dans le cas des diabétiques.
Le gène en question serait alors incorporé dans l’ADN d’une brebis, qui à sa naissance le produira dans son lait.
Selon eux, il serait ensuite possible d’isoler cette protéine pour fabriquer des médicaments plus facilement qu’avec les méthodes actuelles.

Les moutons phosphorescents ne sont pas les seuls animaux génétiquement modifiés dans la région.
Une vache transgénique produisant des protéines humaines dans son lait avait été créée en Argentine en 2011, et des chèvres génétiquement modifiées au Brésil, qui produisent également des protéines à usage humain.

Source : « rtl.fr » du 25/04/2013

les médias n’en parlent pas mais , l’annonce est faite, les mammifères sont génétiquement modifiés…comme le maïs !

Ou va t-on ?
Surement pas vers de bonnes choses,  pauvre humain qui se détruit tout seul , courage pour les générations futures, ils sont bien à plaindre,  nous ne leur laisseront pas une terre bien propre et exploitable.
mami 84

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Lettres sur La Toile.

 

Lettres sur La Toile. dans INSOLITE hollande-lapin-e1373993289823

 

NOTRE   MAJORITE   N’ A   SUREMENT  PAS   PENSE   A   TOUT   CELA… DU   CIRQUE   EN   PERSPECTIVE   !

Monsieur le Président

En ces temps troublés de guerre sur le front extérieur, contre le djihad au Mali, mais aussi sur le front intérieur, contre le mariage en France, alors que notre pays se prépare, d’un côté, à former une armée malienne forcément exemplaire et, de l’autre, à renoncer aux concepts de « père » et de « mère » forcément rétrogrades, je me permets d’attirer votre attention sur un carambolage imprévu entre ces deux événements et sur ses conséquences potentielles.

Bien avant qu’il ne circule largement sur internet, figurez-vous que je tiens le texte suivant d’un jeune… Malien !

Ce jeune garçon, rencontré au début des années 90 à l’occasion d’un reportage dans la brousse sénégalaise sur les à-côtés peu glorieux du Paris-Dakar, était venu un matin frapper à ma tente (si j’ose dire…) pour me demander conseil.
Il voulait échapper à l‘armée de son pays et avait donc recopié une lettre à l’attention de votre homologue malien.
Ce texte savoureux était visiblement déjà connu en Afrique et ce jeune illettré, un peu timide, un peu perdu, en possédait une mauvaise photocopie !

Je me souviens de l’avoir recopié à mon tour et de l’avoir conservé précieusement dans mes archives personnelles, loin de me douter, à l’époque, que la situation de mon propre pays ajouterait un jour, au comique de ces lignes, non seulement un peu d’actualité mais aussi beaucoup de pertinence.

C’est donc bien volontiers que je le livre aujourd’hui à votre réflexion, ne doutant pas qu’il alimentera de nombreux débats d’experts au sein de vos services, juridiques notamment, sur le thème :

« Des conséquences imprévues de la recomposition -ou de la décomposition, c’est comme on voudra…- des familles modernes ».

La notion de filiation, au cœur des polémiques actuelles, y est en effet largement développée, y compris sous ses angles les plus inattendus.

Voici ce fameux texte :

« Monsieur le Président

Permettez-moi de prendre la respectueuse liberté de vous exposer ce qui suit, et de solliciter de votre bienveillance l’appui nécessaire pour obtenir une démobilisation rapide.

Je suis sursitaire, âgé de 24 ans, et je suis marié à une veuve de 44 ans, laquelle a une fille qui en a 25.
Mon père a épousé cette fille.
À cette heure, mon père est donc devenu mon gendre, puisqu’il a épousé ma belle-fille.
De ce fait, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu’elle est la femme de mon père.
Ma femme et moi avons eu la joie de donner naissance à un fils en janvier dernier.
Cet enfant est donc devenu le frère de la femme de mon père, donc le beau-frère de mon père et, en conséquence, mon oncle,
puisqu’il est le frère de ma belle-mère.
Mon fils est donc mon oncle.
Autre bonne nouvelle : la femme de mon père a eu, à Noël dernier, un garçon qui est donc à la fois mon frère
(puisqu’il est le fils de mon père) et mon petit-fils (puisqu’il est le fils de la fille de ma femme).
Je suis ainsi le frère de mon petit-fils.
Et comme le mari de la mère d’une personne est le père de celle-ci, il s’avère que je suis à la fois le père de ma femme, et le frère de mon fils.
Je suis donc mon propre grand-père.

De ce fait, Monsieur le Ministre, ayez l’obligeance de bien vouloir me renvoyer dans mes foyers :
La loi interdit en effet que le père, le fils et le petit-fils soient mobilisés en même temps. »

À la lumière de l’actualité récente, je reste pour ma part curieux des commentaires que vous inspirera ce texte formidable recopié en plein désert, dans un campement de fortune, un beau jour de 1992…

Dans la tente (!) , je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes meilleurs sentiments. »

Christophe Labarde , le 29 janvier 2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Rire Jaune En Algérie

QUELLE SURPRISE, L’ALGERIE S’EN PREND A SES IMMIGRES IRRESPECTUEUX DE SA CULTURE !

Les arroseurs arrosés.
Depuis plusieurs semaines, la presse algérienne se fait l’écho de tensions entre la communauté chinoise installée en Algérie et la population locale.
Tensions qui ont donné lieu cet été à de graves agressions à l’encontre de ces immigrés asiatiques
et dont la violence a même poussé les autorités chinoises à intervenir auprès de leurs homologues maghrébins pour leur demander de mettre fin à ces pugilats. …..

Les Chinois ont abusé de la gentillesse des Algériens.
On les a acceptés malgré leurs défauts, aujourd’hui ils nous agressent chez nous, a déclaré « Mounir » à l’A.F.P. —
Ils boivent de l’alcool devant leurs boutiques au vu et au su des Algériens et s’exhibent parfois en short dans le quartier.
Ce sont des comportements contraires à notre religion et notre culture », a précisé « Abdellah », un autre habitant du quartier.
Des critiques que « Song » explique par « un sentiment de concurrence et de jalousie ».
A « Bab Ezzouar », à Alger, plus de 200 commerces appartiennent à des Chinois.
« Leurs produits sont vendus à des prix très compétitifs, ils sont ouverts tous les jours, donc ils gagnent de l’argent, ce qui déplaît aux Algériens », observe-t-il.
Étonnant, non ?
Ces mêmes Chinois sont implantés en France depuis des lustres mais n’ont que rarement attisé le ressentiment des Français, contrairement à d’autres communautés.

Mais que les Algériens se rassurent, leurs immigrés Chinois ne brûlent pas encore le drapeau national dans la rue.
Ils n’imposent pas leurs coutumes alimentaires dans les écoles,
Ils n’exigent pas la construction de temples,
Ils ne réclament pas d’horaires de piscine aménagés,
Ils ne contredisent pas l’enseignement des sciences,
Ils se satisfont de médecins masculins pour leurs épouses,
Ils ne profitent pas indûment des aides sociales… etc.,etc….

Cela mériterait d’être expliqué avec moults détails à nos concitoyens issus de l’immigration.
Bizarre que les médias autorisés ne nous parlent pas de ces donneurs de leçons !
Pourtant, de l’autre côté de la grande bleue, comme de la muraille de Chine, certains journaux en ont fait état, leurs extraits sont ils présentés lors des débats sur l’Identité Nationale chez nous ?

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Grand Corps Malade…

 

Grand Corps Malade... dans INSOLITE drapeau-france-300x180

 

GRAND   CORPS   MALADE   CENSURE   PAR   LA   RADIO   ET   LA   TV   FRANCAISE  !

A écouter , c’est courageux de la part de Grand Corps Malade !
Très jolie musique. Très beau texte remarquablement bien tourné.
Mais voilà, gros problème, il exprime des choses qui ne sont pas « politiquement correctes ».

Un rappeur peut injurier la France, lui cracher dessus, la menacer, même de mort, mais un Français ne peut pas parler « vrai », même modérément.

Alors, radios, télés, au service du gouvernement actuel, censurent ce chanteur.
Ecoutez-le, ne serait-ce qu’une fois, faites-vous une idée.

Voulez-vous savoir pourquoi “Grand corps malade” ne passe plus sur les chaînes TV et autres médias ?

La démonstration est sur le lien ci-dessous : il n’est vraiment pas « politiquement correct »!

http://www.youtube.com/embed/NpDi27DrCVk grand corps malade

http://www.resistancerepublicaine.eu

Précisons que les paroles sont de « PeupledeFrance » de « Résistance Républicaine »

 

 

Muslis A Bordeaux ?

En Egypte, les soldats d’Allah massacrent les chrétiens, à Bordeaux, Juppé offre une mosquée à l’UOIF

Tandis qu’en France « Normale » la volaille sortie des urnes tel le poussin de sa coquille, s’agite, le front plissé par la vicissitude patrimoniale de la condition politique, au Caire, la Cathédrale Saint-Marc brûle.
Oh, rassurons nous, elle ne brûle pas entièrement, du moins pas encore.
Mais voici que le symbole d’un peuplement premier sinon fort ancien, subit les assauts d’un voisin de palier devenu majoritaire au fil du temps, lequel voisin ne dissimule plus son désir de voir le logement du locataire précédent réduit en tas fumant de pierres.

Tandis qu’au Nigéria chrétien, des commandos musulmans s’abattent sur les fidèles assemblés dans les églises pour les mutiler, les égorger, enlever leurs enfants promis à l’esclavage et mettre le feu au reliquat d’une civilisation vieille de plus de mille ans, la Ville de Bordeaux concrétise l’accord avec les islamistes de l’UOIF (Frères Musulmans, Ramadan, Qaradawi, homos pendus à des grues, voleurs empalés, etc, etc), pour la construction de la Grande Mosquée aquitaine, ce phare de lumineuse culture au creux duquel des générations de gosses robotisés apprendront à haïr, jusqu’à devoir s’en débarrasser, l’hôte qui aura installé là leur ascendance.

Tandis que, dans les camps de réfugiés syriens en Turquie et au Liban, loin des zones « libérées » où les enfants sont dressés à la haine du mécréant, des marchands de viande humaine attirés là comme les frelons chinois par le joli thorax de nos frêles abeilles, font leur marché de proies sexuelles pour les bordels et les palais de nos très chers alliés saoudiens, qataris et autres seigneurs de l’énergie fossile, la voix qui compte ici, j’entends par là, d’une oreille fatiguée, celle de nos médias, nous indique qu’il ne s’agit en fait, dans tout cela, que d’un banal affrontement inter-confessionnel et de ses conséquences statistiquement imprécisables.

Ouf ! On aurait pu croire qu’un milliard et quelques de musulmans parfaitement observants de la démocratie, des droits de l’homme et de ceux de la femme, se ruaient, sous nos yeux, sur quelques centaines de milliers de tenants d’un ordre totalement obsolète, dépassé par l’accélération de l’Histoire et donc, de ce fait, promis très logiquement à la disparition.

Il n’en est rien, bien sûr, et Monsieur Juppé, qui installe dans sa bonne ville le nid d’hyménoptères d’où sortiront, juste le temps pour lui d’être grand-père, les escadrilles qui piqueront sa descendance comme El Juli le sixième toro des Fêtes de Bayonne, peut rentrer tranquillement chez lui. Bordeaux, c’est loin de Damas, de Khartoum et de Lagos.
Bordeaux, ça baigne dans le jus de la treille, le caviar de Gironde et le contentement de soi.
Bordeaux, c’est comme la France en quelque sorte, la morale sereine de la planète, la mousse sous laquelle on peut boire à la source du fric et du pouvoir, le chai odorant où la pourriture noble du Sauternes exhale soudain des senteurs bizarres de dattes moisies

Alain Dubos

Source : « ripostelaïque.com » du n° 298

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Manifestons Tous !

LE JOURNAL « LE MONDE » AFFICHE SON MEPRIS POUR LA « MANIF POUR TOUS » !

Chez Jean-Luc Godard, « Le Mépris » peut être classieux, croupe de BB oblige ; au « Monde », il est juste méprisable.
Ainsi, en apprentis entomologistes, les tâcherons du fameux quotidien vespéral ont-ils entrepris de dresser une sociologie des associations formant le collectif de « La Manif pour tous ».
Mépris, donc, qui évoque « La Grande Illusion », pour continuer de filer la métaphore cinéphilique.
Ces associations seraient donc au nombre de 37.
Sous d’autres lieux et d’autres latitudes, cela serait tenu pour indéniable succès ; là, non :
« En apparence, « la Manif pour tous » représente de larges pans de la population.
En apparence seulement.
Car en réalité, nombre de ces mouvements sont des coquilles vides qui n’ont aucune existence.
Quant aux autres, ils sont presque tous liés à l’Église, soit directement, soit par les engagements de leurs responsables. »
Ils attendaient quoi, les mecs, des adeptes de Raël, du Grand Orient de France ou de Riposte laïque ?
Et « Le Monde » de s’étonner, dans un graphique en forme de camembert, de ce tiers de « coquilles vides », les deux autres tiers étant le fait d’associations « religieuses ».
Soit. Et alors ?
Oui, la plupart de ces associations ont été montées dans l’urgence.
Leurs sites Internet ne sont pas forcément quotidiennement remis à jour et certaines ont sûrement dû oublier de se faire enregistrer à la préfecture.
Et alors, une fois de plus ?
C’est du happening… Fait à la ramasse.
Soit tout ce que « Le Monde » devrait aimer.
Ras l’front, bidule antilepéniste, n’a jamais vraiment eu non plus, ni raison sociale officielle, ni pas-de-porte soumis à patente.
Pas plus que les « Femen », collectif inattendu, mais dont la légitimité administrative se limite à une seule page Facebook.
Pourtant, ces deux « organisations » ont toujours eu table ouverte et ronds de serviette allant avec, dans le journal jadis fondé par un Hubert Beuve-Méry qui doit depuis se retourner dans sa tombe, façon centrifugeuse.

Les « Femen », au fait, petites chéries de l’inénarrable Caroline Fourest, qui est un peu à l’homophilie ce que « Riposte laïque » est à l’islamophobie, déclarent ainsi, en forme de carnet de route intellectuel :
« Nos seins sont nos armes. Sors, déshabille-toi et gagne ! » Bravo.
C’est beau comme une vidéo de chez Marc Dorcel ; sauf que chez le pornocrate en question, les donzelles sont moins farouches qui, non contentes de dévoiler le haut, exhibent également le bas, tout en n’hésitant pas à s’en servir.
Il n’empêche que, pour les limiers du Monde, plus d’un million de Français de toutes origines, de toutes confessions et de toutes opinions, ce n’est rien.
Élémentaire charité chrétienne, il est de notre devoir de leur rappeler que « LGBT », c’est, par grand vent, 1 300 adhérents et « Act Up », 150 seulement…
Dialoguer avec des cons participe immanquablement de l’exercice périlleux, sachant qu’on prend aussi le risque de les instruire. Nonobstant, ne barguignons pas et allons-y franco, tel qu’aurait dit le défunt général.
« Le Monde », toujours lui, s’étonne donc de la présence d’associations catholiques, protestantes et même musulmanes dans le collectif en question.
Et se hérisse ensuite de la participation des « Fils de France », association de Français de confession musulmane très en pointe dans l’affaire ; voire d’un autre collectif, « Homovox », paraît-il composé d’homosexuels qui seraient catholiques de tradition.
Et alors, être à la fois pédé et catho, ce ne serait pas une grande première.

Il y a encore un fait qui aurait pu faire figure d’étonnement d’enfant pour ces gens : la position des Français ultramarins.
En effet, revenant juste de vacances martiniquaises, j’ai pu voir plusieurs camionnettes arborant le logo de « la Manif pour tous », assorti de ce slogan : « La Martinique contre le mariage pour tous ».
Après discussion autour d’un rhum vieux avec ces militants, cette simple réponse de bon sens :
« Chez nous, il y en a autant qu’en métropole.
On les appelle juste les “messieurs-dames”.
Ils sont comme ils sont, personne ne les embête.
Mais jamais ils n’auraient l’idée de fonder une famille.
Parce que chez nous, la famille, c’est important.
C’est papa dans maman… »
Rhétorique un brin sommaire, certes.
Mais qui ramène aux fondamentaux de ce qu’on peut appeler une civilisation.
Après, allez seulement expliquer tout cela aux « journalistes » du « Monde »…

Nicolas Gauthier

Source : « bdvoltaire » du 24/03/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

12345

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43