Archive | Islam Flux RSS de cette section

Ce Que Peut Nous Promettre N.K.M. !

nkm-pas-claire

Nathalie Kosciuzko-Morizet.

NKM flirte avec les islamistes de l’UAM 93
L’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (« UAM 93″) fait état dans un communiqué retransmis par « l’Observatoire de l’islamisation » de la visite à l’UAM 93 de « Nathalie Kosciuzko-Morizet », députée et *présidente* du groupe « Les Républicains » au Conseil de Paris.
A la pêche aux voix, sans aucun doute, en quoi elle n’est pas la première, l’UAM 93 ayant déjà reçu François Fillon, le jeudi 9 octobre 2014 et Alain Juppé, le mardi 3 mars 2015.
L’amitié entre « LR » et l’ « UAM 93″ n’est pas nouvelle puisque « Oumma.com » reprochait déjà en 2012 une proximité de l’Union avec Sarközy.

NKM a promis à l’ « UAM 93″ qu’elle défendrait à l’occasion des primaires :

  • – une taxe halal pour assurer le financement du culte musulman et son indépendance
  • – la formation des imams de France en Alsace en profitant du cadre du concordat
  • – une valorisation de l’enseignement de la langue arabe
  • – la lutte contre la stigmatisation des musulmans de France

C’est ennuyeux, cette proximité de « LR » avec l’ « UAM 93″, car les militants de celle-ci font la promotion de la burqa, de la supériorité de la charia sur les lois de la république, et de la désobéissance à la police française.
« NKM » et « LR » cautionnent donc tout cela ?

source : « Marie-Béthanie » pour http://lesalonbeige.blogs.com

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 16/03/2016

On sait à quoi s’en tenir avec ce genre de *républicains* pour finir bien vite « le Grand Remplacement » !
Mais ce peuple d’autruches va se laisser faire par tous ces menteurs de gauche comme de droite ?

Islam : Ni Paix, Ni Démocratie !

ISLAM-RELIGION

Mensonge Obscène !

Je suis outrée par l’impudence et les mensonges des musulmans français !

 

Monsieur le Premier Ministre

Vous devez bien vous douter que, en tant que républicaine de la droite modérée, engagée depuis des années dans la dénonciation des fondements de l’islam et de son incompatibilité – en l’état – avec la démocratie, je ne puis qu’exprimer ma colère et ma peine immense face au meurtre abominable dont a été victime un de nos compatriotes dont la famille est meurtrie à jamais.

Face aussi aux exactions dont sont victimes, dans le monde entier, au nom d’Allah et de son prophète, des millions de gens, musulmans ou pas et souvent majoritairement athées ou chrétiens.

Mais également face à l’impudence avec laquelle les Français de confession musulmane profitent de cette occasion qui aurait dû être celle du deuil, du recueillement y compris laïque (je suis athée) du respect silencieux, pour pleurnicher une fois de plus sur la manière dont ils seraient stigmatisés en Occident en général et en France en particulier.

Pour continuer de déverser dans nos médias leur sale propagande auto-validante qui défie l’histoire avérée et le bon sens :
Dire comme l’a proféré je ne sais quel imam ce soir devant la mosquée de Paris que l’islam a conquis la Chine sans verser une seule goutte de sang, c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles et je pèse ce mot.

Ou en être un soi même.
A moins qu’il ne s’agisse de  mauvaise foi et d’hypocrisie ?
Ou d’inculture ?
Ou de Taqqya ?

C’est oublier les 80 millions d’Hindous assassinés par l’islam conquérant.
La Chine a sans nul doute obtenu que les musulmans parvenus jusqu’en ses murailles se plient aux diktats de l’Empire, mais le temps d’arriver en cet immense pays, les musulmans avaient sur leur passage fait subir bien des outrages aux civilisations humaines rencontrées, pour leur malheur…

On n’a jamais demandé aux Français si cela les dérangeait ou pas de voir s’installer sur leur territoire une communauté venue d’ailleurs, avec des préceptes et règles d’un autre âge, une manière de rogner peu à peu nos fondements laïques qui devient visible de tous, une arrogance à réclamer justice à la moindre atteinte de lèse majesté à leur orgueil déplacé, alors que les accusés vers lesquels ils pointent le doigt sont innocents de tout crime et de toute intention autre que celle d’exprimer une opinion.

La fracture française viendra aussi de ce refus des politiques de regarder en face la vérité :
Islam et Démocratie resteront incompatibles et nos concitoyens «souchiens» – pour reprendre l’élégance du néologisme de certaines passionarias – verront de plus en plus d’un très mauvais oeil s’agrandir les quartiers dits de   »dar-al-islam », c’est-à-dire « la maison de l’islam ».

Ces citoyens français dont la culture n’a rien à voir avec la nôtre et qui ne lui apportèrent rien, ne leur déplaise, doivent mettre à profit l’occasion tragique qui leur est donnée pour entamer l’exégèse de leurs ouvrages religieux, gommer dans ces textes ce qui y heurte l’humanisme de base ou du moins accorder à leurs si nombreux passages d’une rare violence la place qu’ils méritent.
Contextualiser en un mot le coran et les « haddiths ».

Les prêches devront rapidement se faire en français, les constructions de nouvelles mosquées financées par les émirats voyous gelées, les prédicateurs surveillés constamment, les ouvrages des écoles coraniques quand il y en a expurgés des appels à la haine entre chiites et sunnites ou entre musulmans, chrétiens et juifs.

Les familles qui ne surveillent pas leurs propres minorités décérébrées devront en répondre devant la justice.

Et  surtout, que l’on vire ces termes «musulmans de France» ou «musulmans en France».

On est FRANCAIS avant d’appartenir à une religion !
et cette appartenance devra désormais devenir secondaire !

Salutations républicaines,

Viviane Lamarlère

http://ripostelaique.com   du 12/03/2017

Erdogan Est Indigne D’Entrer Dans L’U.E. !

 Cizre

Cizre en Turquie

L’armée d’Erdogan brûle et décapite les kurdes !

Des histoires effrayantes du massacre présumé de dizaines de civils kurdes dans la ville de Cizre, en Turquie, ont été recueillis par le correspondant de « RT », « William Whiteman », qui s’y est rendu suite à des rumeurs de répression de la population.

Les premières informations, révélant que les troupes turques ont brûlé des centaines de civils piégés dans des sous-sols à Cizre, dans la province de Sirnak, sont tout d’abord apparues en février.
150 personnes auraient été brûlées vives dans l’un d’eux.

Cette affirmation a été faite par le député turc « Feleknas Uca », du parti démocratique des peuples (HDP), pro-kurde, dans une interview à l’agence « Sputnik ».
Les habitants de cette ville ont vu leur approvisionnement en nourriture et en eau, ainsi qu’en médicaments, restreints, voire coupés.
Cependant, jusqu’à maintenant, les atrocités présument commises par les forces turques, ne pouvaient être étayées par des preuves sur le terrain.

« William Whiteman », correspondant de « RT », est allé sur place et a trouvé des survivants de l’offensive capables de lui montrer l’endroit exact où l’exécution de masse a eu lieu, et ont fourni des détails terrifiants sur ce qu’il s’est passé.

«Je ne souhaiterais ça à personne.
Erdogan a détruit notre monde.
Il a tout brûlé»
,

a raconté à l’équipe de « RT » une femme alors qu’elle montrait des taches de sang sur les débris du bâtiment en question.

«300, 400 voire peut-être 500 personnes ont été tuées.
Des femmes et des enfants dont certains n’avaient que 10 ans.
Ils ont tué une femme enceinte»
,

a-t-elle ajouté, accusant Erdogan de s’en prendre aveuglément des innocents lors de ce qui est qualifié «d’opération antiterroriste» contre les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (« PKK »).

«Femmes et enfants y vivaient.
Erdogan les a tous tué à l’artillerie lourde.
Il a détruit cette maison»
,

a-t-elle poursuivi, en se demandant où sont les terroristes que le président prétend combattre, quand toutes les victimes sont civiles.

Au cours de l’inspection de la ville, le correspondant de « RT » a rapporté la présence d’une forte odeur de corps en décomposition.
Cela a conduit à une autre découverte perturbante.
Il s’agit d’un bâtiment dont le sous-sol a servi de fosse commune.

Entre 45 et 50 personnes y ont été brûlées vives, selon des habitants interrogés par « Whiteman ».
Et le pire, c’est que plusieurs des victimes ont été « décapitées de sang-froid » par les troupes turques, ont-ils également rapporté.

«Ils les ont tous brûlés.
Lorsque nous sommes entrés dans le sous-sol, nous avons trouvé des corps décapités.
Ils les ont brûlés et leur ont coupé la tête»./em>

a confié un témoin.

« RT » a soumis des images tournées à Cizre à l’organisation « HRW » (« Human Rights Watch »), « MSF » International et « MSF » au Moyen-Orient (« Médecins Sans Frontières »), au « CICR » (« Comité international de la Croix-Rouge »), au « HCDH » (« Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme »), et à « Amnesty International ».

La chaîne a demandé aux organisations en question si elles comptaient enquêter là-bas sur les atrocités commises par Ankara contre des civils !

Depuis le début de l’opération militaire contre la population kurde dans la zone de Cizre, des membres du parlement européen s’adressent au président turc « Recep Tayyip Erdogan » dans des lettres ouvertes et autres discours publics, l’appelant à mettre un terme à la violence dans les régions turques peuplées par les Kurdes.

Une campagne génocidaire
d’Erdogan

«L’objectif du gouvernement d’Erdogan est de mener à terme une campagne génocidaire contre les Kurdes, puisque c’est ce qui se passe en vérité»,

a noté le journaliste « Gregory Copley » du journal « Defense and Foreign Affairs ».

«C’est dorénavant un *génocide* puisque le gouvernement turc a nié qu’une opération militaire d’ampleur est en cours là-bas», a-t-il noté.

Les forces militaires turques ont clairement utilisé des «armements lourds» à Cizre, voire même peut-être «des bombardements aériens».

La Haye Pour Erdogan

«Erdogan pourrait se retrouver à la Haye pour le génocide des Kurdes»

En commentant les violences commises à Cizre, « Kani Xulam », le directeur de « American Kurdish Information Network » (« AKIN »), a accusé le gouvernement d’Erdogan de crimes de guerre.

«Ils ont attaqué des civils qui ne participaient pas au combat.
Dans un pays qui aspire à rejoindre l’Union européenne et se veut membre de l’OTAN, vous ne prenez pas pour cible toute une ville»
,

a-t-il indiqué à « RT », soulignant que les «lois de la guerre» impliquent de faire la distinction entre les civils et les belligérants.

Selon les données fournies par la Fondation turque des droits de l’Homme, 178 civils ont été délibérément pris pour cible dans trois différents sous-sols.
Le gouvernement les a non seulement ciblés et tués mais aussi brûlés.
Certaines familles ont reçu des tas d’ossements de leurs proches, a indiqué « Kani Xulam ».

Pour lui, l’offensive contre les Kurdes découle du fait qu’Erdogan souhaite devenir un «leader suprême» incontesté, ou «sultan», de la Turquie, ce à quoi la population kurde et ses députés s’opposent.
Le but consiste à faire accepter à la minorité ethnique kurde (15-30% selon différentes données) son statut «inférieur» et ainsi leur refuser leurs demandes en droits linguistiques et culturels, sans parler de leur velléité d’autonomie, a précisé l’interrogé.

L’opération de l’armée turque contre les militants du « PKK » dans le sud-est du pays a été lancée en juillet 2015, brisant l’accord de cessez-le-feu en vigueur depuis deux ans.
Au moment du meurtre de masse présumé de Cizre, la télévision d’Etat turque a annoncé que 60 «terroristes» avaient été abattus dans le sous-sol d’un bâtiment.
L’opération à Cizre, qui, selon le ministre de l’Intérieur turc « Efkan Àla », «s’est terminée avec succès» et a officiellement pris fin au début du février.

Les atrocités présumées ont reçu peu d’écho de la part des gouvernements occidentaux car la Turquie fait partie de l’OTAN et est un pays essentiel à la résolution de la crise migratoire qui fait rage en Europe.

La plupart des critiques ont été émises par les groupes des droits de l’Homme.
Amnesty International a annoncé en janvier qu’au moins 150 civils, dont des enfants, ont été tués dans ces opérations, alors que plus de 200 000 personnes vivant dans ces régions affectées par la déstabilisation sont en danger.

Les opérations de sécurité turques dans la région, principalement dans le sud-est du pays, ressemblent à une «punition collective», ont fait savoir les organisations internationales des droits de l’Homme en début d’année.
Amnesty a condamné la communauté internationale qui préfère «fermer les yeux» sur ce qu’Ankara fait endurer aux Kurdes.

source : https://francais.rt.com/international/

http://www.wikistrike.com   du 12/03/2016

Nos Forces De Sécurité Sont En Danger !

islam-hydre

 Police, Gendarmerie, Armée,
L’islamisme attaque !

Une note confidentielle, rédigée fin décembre 2015 par la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération, vient d’être révélée par « Le Parisien ».
Elle a dénombré 17 cas de transgression du principe de laïcité entre 2012 et 2015, avec une accélération dès 2014 au sein de la police parisienne, forte de plus de 27.000 policiers et agents de surveillance.

Les incidents portaient surtout sur l’exercice de la religion musulmane au sein des commissariats, notamment sur les prières quotidiennes (cinq prières chaque jour).

La préfecture de police a décidé de recenser, désormais, chaque semaine ces comportements contraires à la laïcité et qui ne peuvent que porter préjudice au bon fonctionnement des forces de l’ordre :
refus de protéger une synagogue,
chants religieux en patrouille,
refus de participer à la minute de silence,
etc.

De ces constatations, il résulte donc que des fonctionnaires (policiers) armés se radicalisent.

Il s’agit là d’un nombre – limité, certes – de policiers qui se dirigent vers un fondamentalisme musulman.

Pour un tiers, ces policiers sont des femmes :
Elles affichent des signes extérieurs de religiosité, comme le voile !

Il a même été relevé une incitation à commettre des attentats et un appel au meurtre sur « Facebook », qui a conduit son auteur devant la justice !
(On ne sait pas quelle a été la sanction ou la condamnation !)
Les dérapages les plus importants se produisent sur les réseaux sociaux.

Quatre de ces affaires de radicalisation conduisent vers des convertis à l’islam.

Ces cas recensés concernent des fonctionnaires assez jeunes, entrés comme agent de sécurité au début des années 2000 et qui ont réussi le concours interne.

Ils ne concernent que des gardiens de la paix ou des brigadiers et, jusqu’à présent, aucun cas n’a été relevé dans les échelons supérieurs.

Ces policiers savent qu’ils s’exposent à des sanctions et, à terme, à des exclusions.

Cela semble extrêmement grave et plus que préoccupant car ces policiers ont accès aux fichiers des personnes recherchées (terroristes) et aux renseignements communiqués par les services officiels.

La chaîne anglaise d’informations « Sky News »< vient d’annoncer la remise de documents indiquant les noms de 22.000 djihadistes, dont certains non identifiés, se trouvant encore en Europe occidentale et, peut-être, en France.

Nous espérons que les services du ministère de l’Intérieur prennent très au sérieux ces radicalisations qui sont excessivement dangereuses car, si l’on en croit les services concernés, elles sont susceptibles de se poursuivre au cours des prochains mois

Il serait judicieux que la transparence existe également sur les cas de radicalisation dans la gendarmerie nationale et dans l’armée.

Manuel Gomez

http://www.bvoltaire.fr   du 11/03/2016

Des policiers radicaux islamistes ?
Des gendarmes radicaux islamistes ?
Des militaires radicaux islamistes ?
La protection du peuple Français DISPARAÎT !
Ce quinquennat finit sur une catastrophe !

Non A Une Union Européenne Islamisée.

Europe islamisée

La moitié des musulmans de notre Union réclament son islamisation  !

La majorité des musulmans en Europe pense que la loi islamique de la charia devrait avoir la préséance sur les constitutions et les lois laïques de leurs pays d’accueil.

Selon une nouvelle étude, le fondamentalisme islamique progresse très rapidement en Europe occidentale.

Une enquête comparative d’intégration des immigrants turcs et marocains, effectuée dans six pays occidentaux – Autriche, Belgique, France, Allemagne, Pay-Bas et Suède -a été publiée le 11 décembre dernier par le « WZB » « Berlin Social Science Center », l’un des plus grands instituts européen de recherches en sciences sociales.

D’après cette étude, dirigée par le sociologue néerlandais Ruud Koopmans et financée par le gouvernement allemand :

  • 65% des musulmans interrogés affirment clairement que la loi islamique de la charia est plus importante à leurs yeux que les lois du pays dans lequel ils vivent.
  • 75% des personnes questionnées partagent l’avis selon lequel il n’existe qu’une seule interprétation légitime du Coran, qui devrait s’appliquer à tous les Musulmans.
  • Près de 60% des musulmans estiment que leur communauté doit revenir à ses racines islamiques.
  • 44 % des Marocains et des Turcs interrogés adhèrent à ces déclarations fondamentalistes.
  • Ces idées fondamentalistes se propagent non seulement chez les jeunes musulmans, mais également chez les plus âgés.

Les résultats de l’étude montrent que le fondamentalisme islamique est plus marqué en Autriche, où :

  • 73 % des musulmans interrogés déclarent que la charia est plus importante que les lois laïques de l’Etat,
  • 79% affirment qu’il n’y a qu’une seule interprétation correcte du coran et elle devrait s’appliquer à tous,
  • 65% pensent que les musulmans doivent revenir à leurs racines islamiques,
  • et 55% approuvent les idées énoncées ci-dessus.

L’auteur de l’étude affirme que les comparaisons avec d’autres études allemandes révèlent des tendances très similaires.

• Par exemple, en 2007, une étude sur les « Muslim in Deutschland » avait révélé que 47% des musulmans allemands estimaient que les lois de la charia étaient supérieures aux lois de l’Etat allemand.
Dès lors, suivre les règles de sa « religion » l’emportait sur la démocratie.

Grande hostilité des musulmans envers les minorités

L’enquête montre également la grande hostilité des musulmans envers les minorités, qui sont perçues comme des menaces par le groupe religieux :
60% des Musulmans interrogés rejettent les homosexuels, et 45% déclarent que les Juifs ne sont pas dignes de confiance.

Les musulmans autrichiens semblent être les plus fondamentalistes d’Europe :

  • 60% des musulmans autrichiens rejettent les homosexuels comme amis,
  • 63% affirment que l’on ne peut pas faire confiance aux Juifs,
  • 66% sont persuadés que l’Occident essaye de détruire l’islam.

A titre de comparaison, parmi les Européens non musulmans sondés pour l’enquête dans les six pays ci-dessus :

  • 8% expriment leur méfiance envers les Juifs,
  • 10% déclarent leur aversion envers les homosexuels,
  • 21% n’aiment pas les musulmans,
  • 1.4% ne supportent ni les juifs, ni les homosexuels, ni les musulmans.

Pour Koopmans, le fondamentalisme musulman n’est pas une forme innocente d’une religiosité stricte
Alors qu’un Européen sur cinq peut être considéré comme islamophobe, le niveau de phobie contre l’Occident exprimé par les Musulmans, pour lequel il n’existe pas de terme, sinon « l’occidentalophobie » est beaucoup plus élevé :
54% des Musulmans croient que l’Occident veut détruire l’islam.

Ces résultats, dit Koopmans, contredisent clairement l’affirmation souvent entendue que le fondamentalisme religieux islamique est un phénomène marginal en Europe occidentale, comparable à l’intégrisme au sein de la majorité chrétienne.
Or cette allégation est erronée, car 50% des Musulmans en Occident veulent revenir aux racines de l’islam, affirment qu’il n’y a qu’une seule interprétation du coran, applicable à tous, et que la loi islamique de la « charia » est supérieure aux lois laïques.

Parmi les Chrétiens en Occident, moins d’un sur vingt-cinq peut être considéré comme fondamentaliste.

L’intégrisme religieux islamique et ses corrélats : homophobie, antisémitisme et « occidentalophobie » devraient vivement inquiéter les gouvernements occidentaux et les leaders des communautés musulmanes. Evidemment, l’intégrisme religieux ne doit pas nécessairement être assimilé à l’envie de faire usage de la violence pour des motifs religieux, mais, vu son hostilité envers les minorités perçues comme des dangers, l’intégrisme religieux peut facilement nourrir le terreau de la radicalisation.

Une société libre peut être vaincue et soumise

« Les données ne sont pas suffisantes pour tirer de simples conclusions » écrit « DieWelt », toutefois, les démocraties doivent se méfier de ceux qui pensent qu’une société libre peut être vaincue et soumise.

D’autre part, un document de travail publié par la Fondation « Gustav Stresemann », basée en Allemagne – un groupe de réflexion dédié à la préservation et à la promotion de la démocratie libérale en Europe – lance un avertissement des plus inquiétants :
Les organisations islamiques nationales et internationales exercent de plus en plus de pression sur les politiciens occidentaux dans le but de faire criminaliser progressivement toute critique de l’islam.
La quotidien allemand « Die Welt » déclare dans un commentaire que l’étude jette de sérieux doutes sur l’optimisme angélique des « multiculturalistes » européens, pour qui les citoyens musulmans finiront par intérioriser l’état d’esprit et les valeurs des démocraties occidentales.
Le politologue scientifique « Félix Strüning », auteur du document publié par la « Fondation Gustav Stresemann » présente dans son rapport une analyse méticuleusement détaillée des efforts entrepris par le lobbying islamiste pour réduire au silence Thilo Sarrazin – politicien socialiste, économiste et banquier allemand -, via des poursuites judiciaires, pour s’être rendu coupable d’avoir critiqué le refus des immigrants musulmans à s’intégrer dans la société allemande, ce qui, paradoxalement, est précisément ce qu’ils revendiquent.

En octobre 2009, au cours d’une interview avec un magazine culturel, basé à Berlin, « Lettre International »,  »Thilo Sarrazin » avait déclaré :
“Un grand nombre d’Arabes et de Turcs de cette ville n’exercent aucune profession productive, à l’exception du commerce de fruits et légumes.
Le nombre de naissances parmi les Arabes et les Turcs est deux fois supérieur à celui de la population allemande.
Une grande partie de ces immigrants, soit refusent de s’intégrer, soit sont incapables de le faire.
La solution à ce problème serait d’arrêter l’immigration, à l’exception d’individus hautement qualifiés, et de ne plus offrir de protection sociale aux immigrants.
Les immigrants doivent faire l’effort de s’intégrer.
Je n’ai pas à accepter des personnes qui ne fournissent aucun effort.
Je n’ai pas à accepter des personnes qui vivent de l’assistanat, de la générosité d’un Etat, qu’ils rejettent par ailleurs.
Je n’ai pas à accepter des personnes qui ne s’occupent pas de l’éducation de leurs enfants, voilent de plus en plus leurs petites filles et refusent l’intégration.
Cela s’applique à 70% des immigrants turcs et à 90% des immigrants arabes de Berlin. »

Ci-dessous, quelques extraits de   »L’Allemagne disparaitNon A Une Union Européenne Islamisée. dans EUROPE*» de Thilo Sarrazin (Editions du Toucan).

Politiquement très incorrect :
« Lorsque des immigrés turcs, même de la troisième génération, ne parlent pas encore vraiment allemand, on en rend responsable l’hostilité de l’environnement, qui a empêché l’intégration.
Mais pourquoi, on se le demande, ces difficultés n’apparaissent-elles pas dans la quasi-totalité des autres groupes de migrants ? »

Jeunes musulmans agressifs :
« De façon indéniable, le problème allemand de l’éducation est le plus souvent un problème de migrants musulmans. (…)
Il existe un lien tout à fait réel entre les mauvais résultats scolaires des migrants turcs en Allemagne et les mauvais résultats du système scolaire turc à l’étude Pisa 2006.
Cette mauvaise position joue un rôle notable dans le potentiel agressif de nombreux jeunes Turcs et Arabes. »

La liste des problèmes que posent certains immigrés :
« La problématique particulière liée aux immigrés islamiques ne se limite pas à l’Angleterre.
Dans tous les pays concernés – Angleterre, France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Danemark ou Norvège –, on fait des constatations comparables à propos du groupe des migrants musulmans, à savoir :

– intégration au marché du travail inférieure à la moyenne,

– dépendance à l’égard des transferts sociaux supérieure à la moyenne,

– participation à l’éducation inférieure à la moyenne,

– taux de natalité supérieur à la moyenne,

– ségrégation topographique, avec tendance à créer des sociétés parallèles,

– religiosité supérieure à la moyenne, avec une tendance croissante à rejoindre les courants traditionnels ou fondamentalistes de l’islam;

– criminalité supérieure à la moyenne, depuis la « simple » criminalité violente dans la rue jusqu’à la participation à des activités terroristes. »

On ne peut plus clair :
« Sur le plan économique, nous n’avons pas besoin de l’immigration musulmane en Europe.
Dans tous les pays, les immigrés musulmans, compte tenu de leur faible participation à l’activité professionnelle et de leur forte consommation de prestations sociales, coûtent plus cher aux caisses de l’État qu’ils n’apportent de valeur ajoutée.
Du point de vue de la culture et de la civilisation, les images de la société et les valeurs qu’ils défendent constituent une régression. »

Un mot sur la France :
« La France a connu, en plusieurs vagues, des immigrations polonaise, juive, chinoise et vietnamienne. Toutes ont connu la réussite économique, se sont intégrées sans problème et ont peu à peu fusionné avec la société majoritaire sans avoir recours aux aides de l’État.
Mais la France a de tout autres problèmes avec les immigrés musulmans, notamment en provenance d’Algérie.
« Walter Laqueur » émet cette supposition :
« Il doit y avoir, dans l’attitude mentale de ceux qui se sentent marginalisés, quelque chose qui leur rend plus difficile l’accès à la réussite existentielle. ». »

Un peu de populisme :
em>« Une partie des Allemands – y compris de l’élite – n’a pas encore compris le problème.
Dans le monde où ils vivent, logent et travaillent, les immigrés musulmans n’apparaissent que pour venir nettoyer les bureaux, ou bien comme décor exotique lors d’une visite occasionnelle à Berlin-Kreuzberg.
Une partie des intellectuels et de la presse libérale semble même éprouver une joie secrète à l’idée que l’immigration musulmane sape la société allemande. »

L’Association turque de Berlin – Brandebourg (« Türkischer Bund Berlin – Brandebourg », « TBB ») avait poursuivi « Thilo Sarrazin » pour incitation à la haine (« Volksverhetzung »).
Toutefois, les procureurs allemands avaient rétorqué que les déclarations de « Thilo Sarrazin » étaient protégées par la liberté d’expression et clôturèrent le dossier.
Furieux, le « TBB » s’adressa alors au « CERD » (« Comité pour l’élimination de la discrimination raciale »).
Ce Comité fut chargé de déterminer si les déclarations de « Thilo Sarrazin » violaient la convention internationale sur l’élimination de la discrimination raciale.
En février 2013, le Comité affirma que les déclarations de « Thilo Sarrazin » transgressaient la convention, car elles exprimaient des idées de supériorité raciale, niaient le respect dû aux êtres humains et stigmatisaient la population turque.
Le Comité ajouta que les déclarations de « Thilo Sarrazin » incitaient à la discrimination raciale, car elles préconisaient la suspension des prestations sociales aux Turcs, à l’exception des personnes hautement qualifiées, et l’arrêt de l’immigration.
Il est important de souligner que le « CERD » a également critiqué l’article 130 du Code pénal allemand, (le paragraphe d’incitation à la haine « Volksverhetzungsparagraf »), car il protège la liberté d’expression garantie par la Constitution allemande, à condition qu’elle ne soit pas utilisée pour nuire à la paix sociale et à la sécurité publique.
Et cette dernière partie gène le « CERD ».
Le « CERD » prévoit une limite légale beaucoup plus basse, au-delà de laquelle un discours peut être qualifié de discours de haine.

La convention des Nations Unies ne stipule pas qu’un discours devient discours de haine s’il est susceptible de nuire à l’ordre public.
Le « CERD » fait dès lors pression sur l’Allemagne pour qu’elle modifie sa législation, afin d’être en conformité avec la convention des Nations Unies, en supprimant de sa loi le seuil légal délimité par « discours susceptible de nuire à l’ordre public ».
Selon « F. Strüning », si l’Allemagne devait accéder à cette exigence, il serait dès lors permis d’interdire toute déclaration sur l’islam ou les musulmans, ce qui signifierait une atteinte irréversible à la liberté d’expression.
Même si le gouvernement allemand a jusqu’à présent refusé de ré-ouvrir l’enquête sur « Thilo Sarrazin », « F. Strüning » souligne le danger que fait courir le « CERD » à la liberté d’expression et aux autres droits fondamentaux en Europe et aux USA, car il autorise les représentants d’états, qui ont clairement une autre compréhension des droits de l’homme, à porter des jugements au sein des Nations Unies.

« Les Nations se sentent obligées de vérifier si les lois existantes sont valables ou si elles doivent être ajustées.
Traiter avec des groupes musulmans implique clairement un nouveau défi politique, car de nombreux musulmans préservent farouchement leurs valeurs culturelles et religieuses et les transmettent à l’intérieur de leurs communautés, tout en les défendant de façon virulente à l’extérieur. »
« F. Strünning » déplore que les Autorités politiques allemandes se plient de plus en plus aux pressions des organisations islamiques allemandes en adoptant les définitions musulmanes de l’islamophobie, lors de discours publics, créant ainsi une incertitude légale, quant à qui peut dire quoi à propos de l’islam et des musulmans en Allemagne.
Par exemple, les autorités allemandes ont officiellement confirmé qu’elles surveillaient les sites internet allemands qui critiquent l’immigration musulmane et l’islamisation de l’Europe.

Et « Strüning » de conclure :
“Les personnes qui critiquent l’idéologie et les organisations islamiques sont constamment confrontées à des poursuites judiciaires et doivent se défendre contre les accusations de blasphème ou d’incitation à la haine. Même si elles n’aboutissement pas toujours à une condamnation, cela coûte énormément de temps et d’argent, et ces personnes voient leur réputation salie et parfois perdent leur emploi.
Dès lors, même en Occident, nous assistons à l’application de facto de la loi islamique de la « charia » en ce qui concerne l’islam. »

« Les Allemands constatent que la « spirale du silence » en relation avec l’islam est déjà appliquée aujourd’hui.
Lors d’une enquête représentative en Allemagne, la majorité des gens interrogés a admis ne pas oser critiquer l’islam et les musulmans en public »…

Rosaly :

Amer constat et conclusion d’une extrême gravité.

Jusqu’où ces irresponsables politiques, semeurs de haine envers leurs propres peuples, vont-ils pousser les limites de l’insupportable et nous imposer humiliation et soumission à l’idéologie islamique et à ses fidèles ?

A faire de nous, dans nos propres pays, des parias réduits au silence, tout en fermant les yeux sur les associations musulmanes, écoles islamiques, mosquées, qui prêchent et enseignent la haine de la société occidentale, de la laïcité, de la démocratie, de ses valeurs fondamentales, de ses citoyens, et d’Israël.

Par leur déni obstiné de la réalité, ils deviennent complices de la propagation de l’islam, l’islam suprémaciste, conquérant, belliqueux, liberticide, avec son cortège d’actions violentes et de revendications de plus en sectaires et communautaires.
Plus l’Occident se veut humaniste, altruiste, ouvert, généreux, au détriment de ses propres peuples, plus il est haï, détesté, critiqué, menacé par ceux qu’il accueille, protège et nourrit gracieusement.

Notre tolérance est aujourd’hui utilisée contre nous et l’issue ne peut être qu’une seule… soit la révolte des peuples, soit leur soumission totale à la nouvelle idéologie islamo-nazie.

Ne réalisent-ils pas qu’ils sont en train de créer le terreau propice à l’explosion de futures guerres civiles en Occident ?

Grâce à cette politique d’immigration suicidaire de l’Occident, délibérément imposée par l’UE « prix Nobel de la Paix », le spectre de conflits inter-confessionnels hante à nouveau le ciel de l’Europe.

« Islamic Fundamentalism is Widespread » de Soeren Kern

Rosaly pour « Dreuz.Info » (Traduction et Commentaires)

http://www.dreuz.info  du 24/12/2013

Initialement publié le 24/12/2013

Nous sommes en 2016, en pleine invasion migratoire, les peuples européens constatent maintenant !
Allons-nous enfin réagir !

Nouvelle Menace pour Notre Europe ?

alger

Alger !

Le régime du moindre mal en Algérie.

Dans un récent entretien au « Figaro », l’écrivain algérien « Boualem Sansal » met en garde contre la nouvelle bombe à retardement que pourrait être à ses yeux son pays.
Pour l’auteur de 2084, son économie est à l’image du président « Bouteflika », à bout de souffle.
L’effondrement du cours du baril de brut et l’avènement sur le marché de l’énergie du gaz de schiste pourraient  devenir des éléments déstabilisateurs dans un pays où la paix sociale s’achète à coups de subventions gouvernementales et de fines manœuvres politiques consistant à entretenir la peur du terrorisme dans la population.
Mais cette paix coûte cher et l’économie du pays montre des signes de faiblesse.

L’Algérie tire du gaz et du pétrole 98% de ses revenus en devises et 60% de ses recettes budgétaires.
Pour un budget à l’équilibre, le court du baril de brut doit avoisiner les 90 dollars.
Pourtant, de 148 dollars en juillet 2008, il a atteint les 26 dollars en janvier 2016.
Seul le marché du gaz, moins mondialisé, semble résister.
Mais les contrats à long terme avec les Européens ne tiennent que jusqu’en 2018.
Des contrats qui pourraient ne pas être renouvelés au même prix.
Conséquence :
Depuis 2014, les réserves en devises fondent comme neige au soleil.
Et l’année 2016 devrait mettre à rude épreuve une économie qui n’a pas su prévoir l’après-pétrole.
De 0,4% en 2013, le déficit budgétaire devrait atteindre 11% cette année !
Or, si l’Etat peut faire fonctionner la planche à billets pour ce qui est de sa propre monnaie, l’économie du pays reste fortement dépendante des importations en dollars, même pour certains produits alimentaires.

En attendant que le prix du brut remonte

Le plan du gouvernement pour sortir de cette impasse ?
Quelques mesures d’austérité, en attendant que le prix du baril de brut remonte.
La politique n’est pas nouvelle.
Depuis la nationalisation de ses richesses pétrolières le 24 février 1971, plusieurs crises ont frappées le pays.
En 1985-1986, l’effondrement des prix du brut avait provoqué une grave crise économique, et une explosion du chômage, déterminantes dans les événements d’octobre 1988 qui firent, selon le bilan officiel, 169 morts. Les années qui suivirent resteront gravées dans toutes les mémoires :
si le FLN arrive à sortir de la crise au prix du renoncement à son statut de parti unique, la victoire des islamistes aux municipales du 21 juin est la divine surprise.
Très vite, le FLN « inadapté à l’Algérie moderne » change de statut :
Il était un mal, il devient un moindre mal, un principe qui caractérisera la stratégie du pouvoir pendant la dizaine d’années de guerre civile.

Ce n’est qu’au début des années 2000 que le cours du brut permet à l’Algérie d’investir.
De grands chantiers d’infrastructures et de logements sont lancés, la dette extérieure accumulée est remboursée et les réserves de changes se densifient.
Mais l’industrie peine malgré tout à se développer.
De nouveau l’Etat choisit la solution de facilité :
Arroser la population de subventions, au lieu de tenter de construire une économie plus diversifiée, riche en emplois variés et productrice de valeur ajoutée importante.
En 2011, lors des printemps arabes, l’Algérie reste à l’écart.
Les subventions sur l’électricité,  l’essence et le pain associées à des rappels constants au chaos qui guette, apparaissent toujours efficaces.
Seulement, l’affaiblissement de son économie risque d’ébranler le « contrat national algérien ». Désormais,  la monnaie nationale a perdu presque 30% de sa valeur par rapport au dollar, l’inflation sévit, et le pouvoir d’achat dégringole.

Le pays face à un gouffre

Il semble que nous découvrions l’ampleur du gouffre devant lequel pourrait se trouver l’Algérie.
Les Algériens, eux, sont déjà lassés des discours alarmistes des médias nationaux.
Habilement, le gouvernement algérien résiste au réflexe de censure et, au contraire, laisse la presse râler et annoncer l’apocalypse.
Exactement comme le gouvernement l’a fait dans la lutte contre le terrorisme islamiste des années 1990, les responsables algériens croient qu’il est plus facile de faire peur aux masses que de gagner leurs cœurs.
Pour le pouvoir en place, il ne s’agit surtout pas de diminuer la violence mais de l’encourager jusqu’à ce que le régime honni apparaisse une nouvelle fois comme un moindre mal (si cela ressemble à la stratégie d’Assad en Syrien, ce n’est pas par hasard…).

Même logique en œuvre aujourd’hui :
Au lieu de raconter des mensonges à la manière « soviétique » sur les performances censément merveilleuses de l’économie nationale, laissons parler les medias et les gens et insinuons qu’essayer de changer le « statu quo » actuel ce serait ouvrir les portes de l’enfer – économique et sécuritaire.
Dans ce contexte, comment les citoyens algériens pourraient-ils contester un régime considéré comme un rempart contre le terrorisme intérieur et extérieur ?
(les officiels rappellent les menaces du Sahel comme de la Tunisie et la Libye).
Un régime qui apparaît même comme le garant d’un minimum de stabilité politique et économique, sans parler d’une certaine liberté (la presse critique le gouvernement presque librement et les livres de « Boualem Sansal » se vendent dans les librairies du pays).

Néanmoins, pour l’auteur du « Serment des barbares », le risque de dérive est bien réel :

« Le scénario d’une escalade de la terreur sur le modèle syrien me paraît tout à fait crédible »,

annonce-t-il sans détour.
Et de préciser :

« S’il se sent débordé, il fera tirer sur la population.
Si cela ne suffit pas, il internationalisera l’affaire en y mêlant les islamistes. »

Le parallèle avec la Syrie est certes efficace médiatiquement, mais résiste-t-il à l’analyse ?
La première différence de taille est qu’une nation algérienne existe tandis que la Syrie pâtit essentiellement de l’absence d’une nation syrienne.
La mythologie algérienne réside dans le fait qu’un peuple a pris son destin en main.
Rien de commun avec celle de la Syrie, de la dynastie des « Al-Assad » et de sa logique ethno-confessionnelle. Le pouvoir algérien a, lui, toujours su ouvrir et offrir des soupapes de sécurité, laisser des espaces de libertés allant, comme en 1988-1990, jusqu’à des sacrifices politiques majeurs (le renoncement au parti unique et le passage au multipartisme).
Voilà des stratégies jamais employées en Syrie.
En revanche, comment contredire « Boualem Sansal » lorsqu’il prévoit que :

« l’Europe sera confrontée à un mouvement migratoire de masse qu’elle ne pourra pas maîtriser » ?

Qu’il s’agisse d’un scénario catastrophe ou d’une « simple » crise économique et politique comme l’Algérie en a déjà connue, trop de jeunes algériens (mais aussi marocains et tunisiens) pensent que la mer Méditerranée est le seul obstacle qui les séparent d’un avenir décent.

Céline Revel-Dumas

http://www.causeur.fr   du 29/02/2016

Points communs : Syrie et Algérie sont des populations musulmanes, des terres d’islam.
Les algériens ont été nos premiers envahisseurs !
Leurs femmes vont pâtir de devoir porter le niqab !

La Dèche Tue Aussi Des Musulmans !

armes létales

Sans l’avis du peuple Français !

Revendiqués par les terroristes de l’ « Etat islamique », les attentats les plus meurtriers depuis le début de la révolte en Syrie ont secoué dimanche une banlieue sud de Damas et Homs, TUANT 166 CIVILS.

Le bilan des attentats perpétrés dimanche dans le sud de la capitale syrienne fait désormais état de 120 victimes, alors que le total des morts dans les explosions criminelles à Damas et à Homs se monte aujourd’hui à 166 personnes, a annoncé aux journalistes un représentant du Croissant-Rouge.

« Les attentats dans le sud de Damas ont fait 120 morts.
La série d’explosions de dimanche est devenue la plus meurtrière des cinq années de la crise syrienne »
,

a indiqué le responsable.
Le bilan précédent faisait état d’au moins 80 morts et de plus de 200 blessés.

Quatre attentats, dont un à la voiture piégée, ont frappé Sayeda Zeinab, une localité située au sud de la capitale syrienne et qui abrite un sanctuaire chiite.

Fin janvier, au moins 70 personnes ont été tuées dans une triple explosion près du sanctuaire, haut lieu du chiisme qui abrite le mausolée de l’une des petites-filles du prophète Mahomet, crime également revendiqué par le groupe djihadiste « Etat islamique » (« EI, Daech »).
Ce dimanche même, dans le double attentat à la voiture piégée perpétré dans le quartier d’Az-Zahra à Homs, dans l’ouest de la Syrie, 46 personnes ont été tuées et 115 autres blessées.

La ville de Homs est essentiellement contrôlée par l’armée syrienne et est régulièrement la cible d’attentats à l’explosif.
Le quartier d’al-Zahra a été particulièrement touché.
Le mois dernier, un double attentat-suicide revendiqué par Daech y a fait 22 morts.

La Syrie est le théâtre d’un conflit armé depuis mars 2011.
Selon les dernières informations des Nations unies, les hostilités ont fait plus de 220.000 morts.
Les troupes gouvernementales combattent les groupes terroristes dont les plus dangereux sont « Daech » et le « Front al-Nosra ».

Dossier : »Situation en Syrie »

http://fr.sputniknews.com   du 22/02/2016

Ils ont tué des musulmans !
ils n’iront pas dans leur paradis, on leur a bourré le crâne !

Obama Palabre Chez Ses Musulmans !

Musulmansvousnousmentez

Analyse du discours sur l’islam prononcé par Obama à la mosquée de Baltimore.

Souhaitant contrer le sentiment anti-islamique croissant dans l’opinion publique américaine, Barack Obama s’est rendu, le 3 février, à l’ Islamic Society de Baltimore » (une mosquée malheureusement réputée pour ses « affinités islamistes peu recommandables ») pour parler de l’islam et des musulmans.

Le discours de 5000 mots s’avère d’un grand intérêt.

Voici une analyse approfondie de ses points-clés :

« Beaucoup d’Américains n’ont jamais visité une mosquée.
À ceux qui sont dans ce cas et qui nous regardent aujourd’hui, je dis :

« Pensez à votre église, ou à votre synagogue ou à votre temple, et une mosquée comme celle-ci vous deviendra familière.
C’est ici que viennent des familles pour pratiquer leur culte et exprimer l’amour qu’elles ont pour Dieu et pour les leurs.
Il y a une école où les enseignants ouvrent les jeunes esprits.
Les enfants – garçons et filles – y jouent au baseball, au foot et au basket, et plutôt bien d’après ce qu’on m’a dit.
Ici, les scouts se rencontrent et récitent le Serment d’allégeance (au drapeau des États-Unis). »

 

Tout cela est vrai.
Mais qu’en est-il du côté sombre, à savoir le « rôle particulier joué systématiquement par les mosquées dans la diffusion d’idées totalitaires et dans l’incitation à la violence » ?
Tout cela est passé sous silence dans ce discours présidentiel à l’eau de rose.

« En tant qu’Américains musulmans, vous craignez de voir l’ensemble de votre communauté si souvent stigmatisée ou considérée comme responsable des violences commises par quelques-uns. »

Obama considère les musulmans comme d’innocents spectateurs alors qu’il existe à leur encontre une crainte tout à fait sensée quand on voit :
1) -Tant de violence émaner de ces 1 % de la population américaine et
2) -La sympathie dont les musulmans non violents font preuve envers leurs coreligionnaires violents.

« La communauté musulmane américaine demeure relativement réduite avec quelques millions d’habitants de ce pays. »

Voilà une façon évasive pour Obama de récuser, sans le dire explicitement, son « chiffre exagéré de 7 millions » avancé en 2009.

« Dernièrement, nous avons été les témoins d’une rhétorique politique inexcusable à l’encontre des Américains musulmans et qui n’a pas sa place dans notre pays. »

Une critique à peine voilée de « Donald Trump », critique d’ailleurs « méritée ».

« Rien d’étonnant donc si les menaces et le harcèlement contre les Américains musulmans sont en recrudescence. »

C’est ridicule !
S’il y a eu une recrudescence de menaces et de harcèlement – et cela reste sujet à caution étant donné le « caractère peu crédible » du propos – c’est à cause de la violence musulmane.
C’est à juste titre que les non-musulmans craignent :
-d’être décapités ou agressés par un collègue lors d’une réception,
-d’être tués par une bombe lors d’un événement sportif ou par un avion venant percuter la façade de leur bureau.
Reprocher aux non-musulmans de craindre raisonnablement pour leur vie, c’est confondre le symptôme et la cause.

« Voilà plus de mille ans que les gens sont attirés par le message de paix de l’islam. »

Certains convertis ont assurément été attirés par le côté paisible de l’islam mais beaucoup d’autres y ont vu une force militante et s’y sont convertis comme on rejoint une équipe qui gagne.
Il suffit de voir, à titre d’exemple, les convertis occidentaux qui ont rejoint l’ « EI ».
De nouveau, Obama se concentre uniquement sur le côté joyeux et ignore les aspects déplaisants.

« Le terme même, Islam, vient de salam qui veut dire « paix ». »

Comment une personne occupant un poste à responsabilités peut-elle dire quelque chose d’aussi faux ?
Islam signifie « soumission » et n’est pas un dérivé du mot « paix ».
Comme « je l’ai expliqué en 2005″ :

« Il n’y a aucun lien sémantique entre « salām » et « islām », paix et soumission.
Il s’agit de deux termes distincts qui n’ont aucun rapport l’un avec l’autre. »

Honte à Obama !

« Pour des chrétiens comme moi…« 

Comme il se trouve dans une mosquée, Obama sent apparemment la nécessité de rappeler à l’auditoire qu’il n’est pas musulman !!!
Il serait plus convaincant s’il mettait d’abord un peu d’ordre dans son autobiographie.
Par exemple, à certains moments il déclare avoir « « toujours été chrétien » » et à d’autres qu’il « « n’est pas devenu chrétien » » avant l’université.
Ce serait bien aussi s’il pouvait dater cette étape cruciale plutôt que d’offrir ce que « Jason Kissner », professeur associé de criminologie à l’Université d’État de Californie, à Fresno, considère comme « deux récits tout à fait contradictoires » quant aux dates.

« Les Américains musulmans contribuent à notre sécurité.
Ils sont nos agents de police et nos pompiers.
Ils sont dans les services de l’intérieur et du renseignement.
Ils servent avec honneur dans nos forces armées. »

C’est de nouveau vrai mais de nouveau, on oublie le côté sombre, à savoir « l’infiltration persistante des services intérieurs et militaires américains » par des ennemis islamistes.

« On ne peut nier qu’une infime partie des musulmans propage une interprétation pervertie de l’islam. »

Et c’est reparti !

L’imam Obama proclame ce que sont la bonne interprétation et l’interprétation pervertie de l’islam.
Il l’a déjà fait par le passé, à l’instar de « nombreux autres dirigeants non-musulmans », notamment d’anciens présidents américains.
C’est à la fois stupide et gênant.

« À l’heure actuelle, il existe un noyau extrémiste organisé qui fait une lecture sélective de textes islamiques qu’il déforme dans le but de justifier ses meurtres et ses actes terroristes. »

Il serait plus judicieux de dire :

« À l’heure actuelle, il existe un noyau extrémiste organisé qui s’inspire de textes islamiques médiévaux qu’il interprète dans un sens médiéval dans le but de justifier ses meurtres et ses actes terroristes. »

« Une partie de ce qui se passe au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et dans les endroits où nous assistons à des violences sectaires, est due à une instrumentalisation de la religion à des fins autres que religieuses – le pouvoir, le contrôle. »

Ce raisonnement est typique du « matérialisme de gauche » qui voit la religion comme un moyen utilisé dans un autre but, généralement lié à des avantages économiques.
Non, les islamistes sont de véritables croyants qui s’engagent dans la voie de la violence dans le but de réaliser leur projet, et non pas, comme l’affirme Obama, pour le pouvoir comme une fin en soi.

« Les adversaires de « Thomas Jefferson » ont essayé de provoquer l’agitation en faisant croire qu’il était musulman – je ne suis donc pas le premier dans ce cas.
Non, c’est vrai.
Vous n’avez qu’à vérifier.
Je ne suis pas le seul. »

J’ai vérifié !
Dans « Jefferson’s Religion », le livre publié en 2007 par Stephen J. Vicchio – et je n’ai trouvé aucun élément indiquant que « Jefferson » a été qualifié de musulman.
Ses opposants l’ont affublé de différents noms tels que « infidèle français », « infidèle patenté », « athée hurlant » ou encore « fanatique » mais jamais « Mahométan ».

« Tout comme les leaders religieux, notamment musulmans, doivent s’indigner quand les chrétiens sont persécutés dans le monde – ou quand l’antisémitisme est en recrudescence – car c’est un fait, il y a des chrétiens qui sont aujourd’hui visés au Moyen-Orient, malgré le fait qu’ils sont là depuis des siècles, et il y a des juifs qui vivent dans des endroits comme la France depuis des siècles et qui maintenant se sentent obligés de partir car ils se sentent eux-mêmes agressés – parfois par des musulmans. »

Même s’il n’est ni complet ni cohérent, ce propos demande très justement que les musulmans s’indignent face aux persécutions religieuses et fait remarquer que des juifs en Europe sont « parfois » (en réalité, presque toujours) agressés par des musulmans.
C’est un soulagement de voir le côté sombre évoqué un instant.

« On suggère en quelque sorte que je dise simplement que ce sont tous des « terroristes musulmans » et on aurait ainsi résolu le problème, apparemment (rires). »

C’est de l’humour facile.
Personne ne pense que le problème de la violence islamiste sera résolu par le fait qu’Obama utilise la bonne terminologie.
Toutefois nombreux sont ceux qui, comme moi, disent qu’il ne peut s’attaquer efficacement au problème sans l’avoir identifié précisément.

« Des organisations comme l’ « EI » sont prêtes à tout pour obtenir une légitimité.
Elles tentent de faire passer leurs membres pour des dirigeants religieux et des combattants de la guerre sainte qui parlent au nom de l’islam.
Je refuse de leur donner une quelconque légitimité. »

En réalité, l’ « EI » (ou « ISIS » ou « Daech ») ne se soucie pas de ce que peuvent penser de lui Obama ou d’autres dirigeants non-musulmans.
Seule l’opinion des musulmans sunnites compte pour lui.

Obama a beau lui refuser toute légitimité, l’EI ne s’en préoccupe absolument pas.

« L’affirmation selon laquelle l’Amérique est en guerre contre l’islam ignore le fait que les religions du monde font partie de ce que nous sommes.
Nous ne pouvons pas être en guerre contre une religion quelle qu’elle soit car les religions du monde font partie de la structure même des États-Unis et sont une caractéristique de notre nation. »

Si l’on suit cette logique infantile, « Hitler » n’aurait pas pu faire la guerre au judaïsme car les juifs faisaient partie de la structure même de l’Allemagne.

« La meilleure façon pour nous de combattre le terrorisme est de dénier toute légitimité à ces organisations et de montrer qu’ici, aux États-Unis d’Amérique, nous ne réprimons pas l’islam mais célébrons et montrons en exemple la réussite des Américains musulmans. »

Non, la meilleure façon de combattre la violence musulmane est
1) -de recourir aux moyens répressifs ou autres sur la ligne de front et
2) -d’aider les musulmans anti-islamistes à faire entendre leur voix.

« Nous ne pouvons pas insinuer que l’islam constitue en soi la racine du problème.
Cela irait à l’encontre de nos valeurs et stigmatiserait les Américains musulmans.
C’est blessant pour ces enfants qui essaient d’aller à l’école, font partie des Boy Scouts et envisagent de rejoindre notre armée. »

Ces propos résument admirablement la « mentalité de l’establishment » selon laquelle il est interdit de faire ouvertement le lien entre l’islam et la violence, un lien qu’on ne peut qu’évoquer à mots couverts et en cercles fermés.

« Les musulmans à travers le monde ont la responsabilité de rejeter les idéologies extrémistes qui essaient de s’infiltrer dans les communautés musulmanes.
Que ce soit ici, dans cette mosquée, ou ailleurs dans notre pays et dans le monde, les dirigeants musulmans sont continuellement en train de condamner le terrorisme avec une fermeté sans faille. »

L’équation établie entre le fait de « rejeter les idéologies extrémistes » et le fait de « condamner le terrorisme » montre la « compréhension superficielle » qu’a Obama du défi posé par l’islamisme en le réduisant purement et simplement à de la basse violence politique.
Il suffit d’arrêter cette violence et le problème sera résolu.
Or, c’est loin d’être le cas puisque l’islamisme légaliste présente une menace beaucoup plus grande que certains fanatiques poseurs de bombes.

« Il ne s’agit pas d’un choc de civilisations entre l’Occident et l’Islam mais bien d’une lutte entre l’immense majorité des musulmans qui partout dans le monde sont épris de paix et une infime minorité de radicaux.
Et tôt ou tard, je suis sûr que c’est l’immense majorité qui gagnera la bataille.
Ce sont les musulmans qui décideront de l’avenir de votre religion.
Et je suis confiant quant à la direction qui sera prise à ce sujet. »

J’emploierais une formulation différente pour le dire mais je suis d’accord avec cette opinion.

« Si jamais vous vous demandez si vous avez votre place ici, permettez-moi de vous le dire très clairement, en tant que président des États-Unis :
Vous avez votre place ici, dans ce pays.
Vous avez le droit d’être là.
Vous faites, vous aussi, partie de l’Amérique.
Vous n’êtes pas musulmans ou américains.
Vous êtes musulmans et américains. »

J’approuve également cette déclaration.

« Nous avons la chance de vivre dans un pays où, même si parfois nous trébuchons, même si parfois nous échouons, nous ne cesserons jamais de lutter pour nos idéaux et continuerons à cheminer vers cette union toujours plus parfaite.
Nous vivons dans un pays où, quand on travaille dur et quand on respecte les règles, on peut y arriver, peu importe qui on est et comment on prie.
Il se peut que ça ne marche pas toujours, mais ici, plus que partout ailleurs, le chance nous est donnée pour que ça marche…
Après plus de 200 ans, ce brassage qui fait notre héritage, ce patchwork que représente l’Amérique, ce n’est pas une faiblesse mais bien l’une de nos plus grandes forces.
C’est ce qui fait de nous un phare pour le monde. »

Voilà un discours patriotique et chaleureux peu banal de la part d’un gauchiste qui prend si rarement la peine de dire du bien des États-Unis.
C’est agréable à entendre.

Au final, cette allocution contient beaucoup plus de contrevérités que d’exactitudes, que ce soit des erreurs factuelles, des faux-fuyants ou encore des déformations.
Même s’il est juste sur quelques points, surtout vers la fin, le discours dans son ensemble est un exemple typique de ce qu’Obama peut produire comme médiocrité.

Daniel Pipes
(Adaptation française: Johan Bourlard)

http://fr.danielpi  le 08/02/2016

Panique Chez Daesh Et « SES » Alliés !

Déroute de la Dèche !

Déroute de la Dèche !

Pour que « Le Monde » titre « Les rebelles syriens en pleine déroute » il faut que ce soit sérieux !

Et oui, les « rebelles » syriens, doux nom pour les tueurs sanguinaires de « Daesh » et « SES » alliés, sont en pleine déroute, pourchassés par l’armée syrienne appuyée par la chasse Russe.
Beaucoup s’enfuient en Irak… et en Turquie !
En Turquie où ils sont remis en forme, avant d’être renvoyés en Syrie!

Sur le plan diplomatique c’est la panique dans les chancelleries occidentales, qui font donc le forcing pour obtenir un cessez-le-feu, espérant ainsi donner du temps à leurs alliés, les fameux « terroristes modérés » qui combattent contre l’armée syrienne sous une façade de lutte contre « Daesh », le temps de se réorganiser.

Car il serait inutile de le nier, il est parfaitement exact que la chasse Russe frappe indifféremment « Daesh », et « LES » alliés de « Daesh » soutenus par les américains.

La Turquie par ailleurs, voyant l’armée syrienne arriver à sa frontière, d’une part donc envoie des renforts à « Daesh », et d’autre part bombarde les positions kurdes en Syrie sans se soucier que ceci soit une agression directe contre un état souverain.

Et là une fois encore les américains jouent double jeu !

D’une part ils « condamnent » – mollement – ces bombardements, mais surtout ils les encouragent en sous-mains, dans l’espoir inavoué qu’ils entraineront une riposte syrienne – La Syrie a d’ailleurs pilonné des positions turques en Turquie hier – et surtout de la chasse Russe contre la Turquie, alliée de l’OTAN.
Ceci donnerait alors à l’OTAN le prétexte d’intervenir, et par la-même donnerait un répit aux « terroristes modérés » alliés de Washington.

La volonté affichée de Ryad d’envoyer également des troupes va dans le même sens puisque le but principal de Washington et de ses alliés est non pas de liquider « Daesh », mais de liquider le Président « Assad ».

Président « Assad » qui a d’ailleurs déclaré être prêt à quitter le pouvoir par le biais d’élections pour que le peuple Syrien décide de qui dirigera son pays, mais seulement après que « Daesh » ait été éliminé.
Ce qui a fait pâlir Obama qui sait pertinement que l’élimination de « Daesh », si elle s’avérait possible, prendrait plusieurs années… et surtout irait contre les intérêts des Etats-Unis qui l’utilisent comme « proxy » dans la guerre en Syrie contre la Russie.

Il est probable que la Turquie cesse ses bombardements en Syrie très rapidement, « Erdogan » sachant parfaitement qu’il ne fera pas le poids contre la Russie, allié officiel de la Syrie.
Mais dans le cas contraire il ne fait aucun doute qu’Assad ripostera bien plus dûrement qu’avec quelques salves d’artillerie contre la Turquie :
Les S-400 de défense aérienne déployés en Syrie ne feront qu’une bouchée des chasseurs turcs.
Dans cette hypothèse, Obama aurait par contre obtenu ce qu’il voulait :
L’OTAN sera en droit d’intervenir directement « pour défendre la Turquie, membre attaqué ».

C’est pour cela que pour l’instant la Russie ne répond pas militairement à ces attaques, mais ceci ne saurait durer et la Turquie devra soit se calmer d’elle-même soit… se faire calmer, avec les conséquences que cela entrainera.
La Russie n’a de toute manière aucune intention de cesser l’aide à la Syrie tant qu’une menace terroriste subsistera.

source : https://jeanfouche.wordpress.com

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 15/02/2016

Les U.S.A. Sèment Encore La Zizanie !

syria

Conflit Syrien !

Des alliés de Washington se rangent du côté de Moscou au sujet du conflit syrien.
L’Egypte, la Jordanie, les Emirats arabes unis et Israël se prononcent pour une coopération plus étroite avec la Russie afin de régler le conflit syrien.

La participation de l’aviation russe au conflit syrien pousse de nombreux alliés des Etats-Unis au Proche-Orient à intensifier leur coopération avec Moscou, écrit « The Wall Street Journal », citant des diplomates arabes, israéliens et américains.

« L’intensification des opérations militaires russes en Syrie divise les alliés de Washington dans la région :
Certains pays commencent à prendre conscience de la nécessité d’œuvrer conjointement avec le Kremlin qui soutient le régime de « Bachar el-Assad ». »
,

indique le journal.

Selon lui, les changements de ce genre compliquent davantage la situation diplomatique au Proche-Orient où les partenaires vitaux des Etats-Unis prennent des positions diamétralement opposées.
Et ce, à un moment crucial.

Les pays qui se sont investis le plus dans la révolte contre « Bachar el-Assad » (en premier lieu la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar) appellent l’opposition syrienne à ne pas faire de concessions lors des négociations inter-syriennes et à poursuivre la lutte.

Au contraire, des pays comme l’Egypte, la Jordanie et les Emirats arabes unis se déclarent prêts à reconnaître le rôle de Moscou et de Damas et soulignent la nécessité de coopérer plus étroitement avec le Kremlin.

« A l’issue de nos entretiens avec la partie russe, nous avons constaté que l’objectif principal de Moscou était de combattre les organisations terroristes.
Nous soutenons tout effort international visant à éradiquer le terrorisme en Syrie ».
,

a indiqué lundi dernier le chef de la diplomatie égyptienne, « Sameh Choukri ».

« Nous devons agir de concert, laissant de côté nos désaccords régionaux »,

a pour sa part déclaré le prince héritier d’Abu Dhabi et président des Emirats arabes unis, « Mohammed Bin Zayed Al-Nahyane », après avoir rencontré la semaine dernière le ministre russe des Affaires étrangères « Sergueï Lavrov ».

Israël et Moscou entretiennent eux aussi des contacts dans le but de définir des actions conjointes au Proche-Orient.

Selon certains analystes et diplomates, c’est la profonde déception face à la position de la Maison Blanche sur la crise syrienne qui pousse les alliés des Etats-Unis à se ranger de plus en plus souvent du côté de la Russie.

« De nombreux pays du Proche-Orient font remarquer que quatre ans se sont écoulés depuis le début de la crise syrienne.
Or, les Etats-Unis ont, soit semé le chaos en Syrie, soit n’y ont rien fait ».
,

affirme « Faysal Itani », maître de recherches à l’ « Atlantic Council », un « think tank » de l’Otan.

L’an dernier, de nombreux pays arabes étaient persuadés que l’offensive lancée par l’opposition armée dans la province de Lattaquié mettrait un terme au régime de « Bachar el-Assad ».
Les islamistes s’apprêtaient à isoler Damas du littoral, ce qui devait leur permettre « d’étrangler » le gouvernement syrien.

Cependant, au cours des derniers mois, l’armée syrienne soutenue par l’aviation russe a débarrassé Lattaquié des islamistes et les a chassés vers la frontière turque.

source :http://fr.sputniknews.com/international

 

http://www.wikistrike.com   du 14/02/2016

 

 

Pas de Musulmans En France !

 Circuler(1)

L’extermination du peuple français est en marche !

Un immense viol collectif des Françaises va avoir lieu afin de casser le moral des Français !
Ces jeunes hommes qui arrivent par centaines de milliers vont être dispatchés dans toutes les localités de France et nombre d’entre eux, forcément, vont violer les françaises d’autant plus aisément que le peuple français est désarmé :
Les rares Français détenteurs d’arme vont se la voir confisquée.

C’est ce que le gouvernement nous prépare avec sa nouvelle législation sur les armes.
Ce viol collectif ainsi réalisé livrera la France à l’islam car un peuple au moral cassé perd le combat (lire Sun Tzu).
De la même manière qu’en 1939 où le gouvernement a envoyé à la guerre des hommes désarmés :
un de mes grands -oncles a été fait prisonnier alors qu’il n’avait même pas tiré une seule balle pour la très simple raison qu’il n’avait pas d’arme.

Aujourd’hui le gouvernement, comme ses prédécesseurs pendant 40 ans, après avoir défait la France, détruit son armée, livre son peuple au génocide.
Toutes les Françaises vont être violées devant vous, Messieurs, vos mères (même âgées) vos femmes et vos filles (même impubères) et engrossées de force pour celles en âge de l’être.
Les ventres français vont être utilisés pour produire des djihadistes.

Personne ne se révolte !
Il n’y a pas un homme digne de ce nom dans ce pays capable de réagir !

Le spectacle que donne la France au monde est déplorable :
Un peuple apathique, veule, sans fierté qui se laisse voler ce qu’il possède par le fisc, qui se laisse déposséder de ses propres traditions au profit de traditions qui ne sont pas les siennes, qui laisse ses femmes et ses filles se faire violer en laissant en liberté les violeurs, qui vide les prisons en remettant en liberté les délinquants pour qu’ils récidivent…
Que faudra-t–il faire pour que cela bouge ?

Que les femmes prennent les armes ?
Le gouvernement est tout à fait capable d’ordonner aux forces de l’ordre ou à l’armée de les massacrer.
Le problème est donc de savoir si ces ordres seront obéis….

Agnès

Complément de Rosaly

« Un immense viol collectif des Françaises va avoir lieu afin de casser le moral des français ? »

Sans l’ombre d’un doute, Agnes, à l’instar de ce qui se passe actuellement dans les pays scandinaves et en Grande Bretagne, où les viols des non musulmanes explosent, tandis que les violeurs musulmans sont excusés.
Car il ne faut surtout pas stigmatiser les agresseurs, ces pauvres hommes traumatisés, par leur vécu dans leur pays en guerre !!!
Alors, sacrifions-leur nos femmes, pour les aider à surmonter leurs problèmes psychiques !

Vivement une armée d’Amazones pour nous défendre !
Car, à moins que les femmes, les filles, les sœurs, les mères de nos irresponsables islamophiles ne deviennent aussi les victimes des violeurs islamiques, rien ou très peu sera entrepris pour nous protéger contre ces obsédés, qui justifient leur crime par le coran.

L’islam est une offense pour les femmes en particulier et les non musulmans en général.

Oui, nous sommes offensés par la façon dont les musulmans traitent leurs femmes, sans aucun respect de leurs droits fondamentaux, de leur dignité.

Oui, offensés par les crimes d’honneur, les mariages forcés de petites filles, la pratique barbare de l’excision, non seulement en terre d’islam, mais aussi en Occident.

Oui, offensés par l’explosion des viols des femmes non musulmanes par des musulmans, ce crime horrible motivé par la haine, un acte de guerre, un marqueur de conquête et de victoire, un signe de puissance :
on domine la femme de l’ennemi.

La haine islamique pour les femmes occidentales qui ne couvrent pas leurs corps de tentes islamiques ne connaît pas de limite.
En 2006, le Mufti d’Australie, le « Cheikh Hilali » considérait les femmes occidentales comme de la viande «pour les chats» :

« ces femmes occidentales méritent d’être mangées (sexuellement) par les hommes musulmans qui les croisent :
« l’islam permet aux hommes musulmans de violer les femmes non musulmanes qui ne couvrent pas leur “viande”.

L’islam considère la femme comme un objet de honte.

Tout son corps, de la tête aux pieds est obscène, et il est nécessaire de le couvrir, à chaque fois qu’elle s’aventure à l’extérieur.
Cette haine extrême des femmes est enracinée dans de nombreux versets du Coran, de nombreux « sahih (authentique) hadith » qui qualifient les femmes de bestiales, mauvaises, pécheresses, lascives et stupides.

Oui, offensés par le souci des autorités de ne pas stigmatiser les agresseurs, des hommes soi disant marginalisés et traumatisés, qui n’expriment jamais aucun remord, aucune honte, aucune compassion.

Oui, offensés par les persécutions et les nettoyages ethniques des minorités non musulmanes en terre d’islam.
Le Moyen Orient a été vidé de ses Juifs et il est sur le point de voir disparaître le reste de ses Chrétiens et ce, dans l’indifférence glaciale de l’Occident.

Oui, offensés par les conséquences dévastatrices de l’immigration musulmane dans nos pays occidentaux.

Oui, offensés par cette invasion musulmane ingrate, qui saigne notre système de sécurité sociale à blanc, colonise des zones entières de nos villes et y impose son idéologie suprématiste, la loi d’Allah, au mépris de nos lois.

Pour savoir ce que l’extrémisme islamique, fort d’une expérience de 14 siècles et actuellement en plein essor, nous réserve à l’avenir, il suffit de suivre au jour le jour les ravages de cette idéologie sanguinaire au Moyen orient, en Afrique, en Asie …

Nous sommes encore en démocratie, nous avons dès lors le droit et le devoir de nous opposer à une idéologie totalitaire et intolérante, d’en dénoncer les dangers, d’appeler à la vigilance, de l’empêcher de nous vampiriser, sans être ostracisés, insultés, calomniés, menacés, n’en déplaise aux bien-pensants, aux intellectuels, aux journalistes et aux politiques de gauche, de droite ou aux écolos, pour qui la démocratie signifie se taire devant la présence de plus en plus visible de l’extrémisme islamique dans nos Sociétés.

http://resistancerepublicaine.eu   du 06/02/2016

Image de prévisualisation YouTube

Pierre Cassen et Christine Tasin

Complot Terroriste Déjoué Aux U.S.A. !

Temple maçonnique

Centre du Rite Ecossais

Un attentat terroriste visait un temple maçonnique fréquenté par des israéliens.

Un complot terroriste de masse destiné à tuer des dizaines de personnes avec des armes automatiques dans un centre maçonnique de Milwaukee a été déjoué cette semaine par des agents du FBI, ont déclaré les procureurs fédéraux mardi.

« Samy Mohammed Hamzeh » a exposé son plan pour attaquer le centre avec deux autres complices terroristes, leur expliquant comment il fallait tuer rapidement et tranquillement les premières personnes qu’ils verraient pour passer ensuite méthodiquement par toutes les pièces du bâtiment, avec l’objectif de procéder systématiquement à « l’élimination de tout le monde », selon une enquête pénale fédérale.

« Hamzeh », 23 ans, a été accusé de possession d’une mitrailleuse et d’un silencieux.
Malgré les évidences qui indiquent une tentative d’acte de terrorisme, le chef d’accusation à l’encontre de Hamzeh ne mentionne pas le terrorisme.

« Nous sommes musulmans, nous voulons défendre la religion musulmane, nous ne dépendons que de nous-même, mon cher, nous avons monté notre propre organisation »,

a déclaré « Hamzeh », au cours de l’enquête pénale, ajoutant qu’il était confiant que davantage d’attaques allaient être déclenchées aux États-Unis.

« D’entendre parler de ces actions terroristes, cela va faire que ces opérations vont augmenter en Amérique.
Les gens vont avoir peur et les opérations vont augmenter, et il y aura des problèmes partout,
… cela conduira à des affrontement entre les gens.
C’est de cette façon, que nous allons tout enflammer.
Je veux dire que nous allons vers la guerre »
,

a-t-il dit aux enquêteurs.

« Gregory J. Haanstad », le procureur en charge du dossier, a révélé qu’ils avaient mis au point un « plan détaillé pour commettre une fusillade de masse destinée à tuer des dizaines de personnes ».

« (Il) a également dit qu’il voulait que cette fusillade qu’il allait commettre soit « connue du monde entier » et « qu’elle provoque des » affrontements frontaliers.
Il est difficile de calculer le préjudice et la perte en vies humaines qui ont été empêchés grâce aux efforts inlassables du FBI et de la « Joint Terrorism Task Force » .

« Hamzeh » ne prétend pas être affilié où être en relation avec un groupe terroriste connu, selon l’enquête.
A un moment il dit :

« Nous avons notre propre groupe, nous n’appartenons pas au Hamas, … nous sommes ici pour défendre l’islam, les jeunes gens nous rejoignent pour défendre l’islam, c’est tout, c’est ça notre intention. »

« Jeff Cramer », un ancien procureur fédéral, a déclaré une plainte pénale qui permet d’arrêter quelqu’un et il semble qu’il y avait urgence à mettre  »Hamzeh » en garde à vue.
Les procureurs doivent encore présenter l’affaire devant le grand jury, en attendant peut-être des accusations supplémentaires qui seront ajoutées aux charges déjà formulées y compris les accusations de terrorisme, mais cela dépendra des faits a dit « Cramer », car ces charges nécessitent généralement l’approbation du ministère de la Justice à Washington.

« Hamzeh » a récemment travaillé dans un gymnase du centre-ville mais il a été congédié pour avoir été ‘trop intense’, a dit « Delia Luna », propriétaire du gymnase qui a comparu en cour fédérale du Milwaukee mardi et reste en détention sur ordre du magistrat juge américain « David Jones ».

« Hamzeh » aura un avocat nommé par le tribunal, mais aucun ne lui a été attribué pour l’heure, selon le défenseur fédéral « Daniel Stiller », qui n’a pas fait d’autres commentaires sur l’affaire.

« Hamzeh » avait l’intention d’attaquer le centre maçonnique Humphrey du Rite Ecossais, un bâtiment historique sur N. Van Buren St. dans le centre de Milwaukee qui héberge les mariages, conférences, réunions et autres événements spéciaux.
La loge de Rite Écossais du Wisconsin, qui a acheté le bâtiment en 1912, appartient à cette communauté depuis 1863.

« Hamzeh » avait repéré le centre maçonnique et a raconté en détail comment l’attaque devait se dérouler, révèle l’enquête.
Une femme dans le hall du centre mardi après-midi a dit à un journaliste que le personnel ne souhaite faire aucun commentaire.

« Hamzeh » était surveillé par le FBI depuis Septembre, FBI qui a utilisé des informateurs confidentiels qui ont secrètement enregistré ses propos.
Les agents du FBI l’ont arrêté cette semaine alors qu’il s’apprêtait à acheter des armes automatiques, révèle l’enquête.

« Hamzeh » avait initialement prévu de se rendre en Jordanie pour attaquer des soldats et des civils israéliens en Judée et Samarie, mais avait abandonné ces plans en raison de problèmes logistiques et s’était axé sur l’attaque d’une cible aux États-Unis, selon l’enquête pénale.

Il a élaboré son plan d’attaque du centre maçonnique avec deux autres individus, qui étaient en fait des informateurs qui coopéraient avec le FBI.

La semaine dernière, « Hamzeh » et ses informateurs sont allés sur un champ de tir local pour s’entraîner.
Ensuite, ils sont allés au centre maçonnique et ont obtenu de pouvoir visiter les lieux.
Plus tard, « Hamzeh » a parlé avec les informateurs en détail à propos de l’attaque prévue, révèle l’enquête.

Plan détaillé de l’attaque

Au cours de cette réunion, qui a été enregistrée et traduite de l’arabe en l’anglais, « Hamzeh », a déclaré qu’ils avaient besoin de trois armes automatiques, chacune avec un silencieux, pour lancer l’attaque.

Selon l’enquête :
Ils devraient entrer le visage couvert, dit-il dans l’enregistrement.
Il était important de tuer tout doucement, la réceptionniste, la première personne qu’ils étaient susceptibles de voir, dit « Hamzeh » dans l’enregistrement .

« … Si elle est seule, c’est OK, si il y a deux personnes, abattre les deux.
Faites en sorte qu’on ne voit pas le sang, vous tirez deux trois coups de feu dans le ventre et vous l’asseyez sur une chaise pour qu’on croit qu’elle dort, compris ? »

Après avoir tué les personnes près de la porte, un des attaquants devrait y rester, dit « Hamzeh ».

« … L’un de nous va rester dans l’entrée et verrouiller la porte, les deux autres vont prendre l’ascenseur (ascenseur), ils vont entrer dans les salles, et pulvériser tout le monde partout.
Celui qui va rester en bas, aussi il va tuer tous ceux qu’il voit, on va pulvériser tout le monde.»

« Hamzeh » dit :

« il faut anéantir tout le monde, jusqu’au dernier, je veux dire quand on entre dans une salle, on tue tout le monde, d’accord, c’est notre devoir. »

Pour s’échapper, le plan prévoyait de quitter les lieux par l’escalier et la porte, tranquillement et calmement.

« Nous sortirons l’air de rien, pas en courant, sans panique, en marchant tranquillement. »

Réaction mondiale espérée

Il a prédit que l’attaque pourrait attirer l’attention mondiale, et attirerait des plaintes de tous les Etats.

« Je vous le dis, si ce coup est bien exécuté, il sera connu partout dans le monde.
Bien sûr, partout dans le monde, tous les Moudjahidines en parleront aussi et ils seront fiers de nous. »

Au sujet de la cible, il dit dans l’enregistrement :

« Ce sont tous des francs-maçons…
ils jouent avec le monde comme si c’était un jeu, et nous nous sommes comme des ânes, qui ne savons pas ce qui se trame, ce n’est pas eux qui nous combattent, ce sont eux qui doivent être tués, pas le Shi ‘ IAT, parce que ce sont ceux qui sont contre nous, ce sont ceux qui nous font vivre l’enfer. »
,

dit-il dans l’enregistrement.

« 30 c’est excellent.
Si je sors de là après avoir tué une trentaine de personnes, je serai heureux à 100% …
100% heureux, parce que la mort de ces 30 là va terrifier le monde. » 

« Hamzeh » a rencontré les agents infiltrés du FBI le lundi.
Les agents lui ont montré deux armes et un silencieux et lui ont dit que ces armes étaient capables de faire feu de façon quasi entièrement automatique.
« Hamzeh » a convenu d’un prix et a payé les agents infiltrés, qui ont ensuite remis un sac à  »Hamzeh » contenant deux armes automatiques et un silencieux.
« Hamzeh » a porté le sac à sa voiture, mis le sac dans le coffre du véhicule.
Il a ensuite été arrêté.

« Robert J. Shields », agent spécial en charge de la Milwaukee FBI, a déclaré que cette arrestation était le résultat d’un travail très bien coordonné conformément à la loi, « pour contrecarrer une attaque qui aurait pu entraîner des blessures et / ou des pertes en vie humaine importantes. »

source : « abcnews.go.com »

http://jforum.fr   du 28/01/2016

« Salafistes » Est Un Film « Pas Correct » !

 omar oul hamada

 Oumar Ould Hamaha

Finalement, France 3 ne diffusera pas « Salafistes », le documentaire du mauritanien « Lemine Ould M’Salem » et du français « François Margolin » au cœur des mouvements jihadistes.

« Nous ne prendrons pas cette responsabilité dans le contexte actuel »,

a fait savoir France Télévisions.
Depuis plusieurs jours, le film, cru et sans filtre sur l’horreur de la charia, fait polémique.
Tourné de septembre 2012 à juillet 2015 au plus près des groupes terroristes du Mali et de Mauritanie, le film montre sans tabou l’application de la loi islamique dans ces pays.

Pendant plus d’une heure se mêlent des entretiens avec des chefs islamistes, des images violentes d’exactions et d’exécutions ainsi qu’un commentaire neutre et distancié.
Ainsi entend-t-on Abou Mohamed, chef de la police islamique de Gao, au Mali, déclarer en toute tranquillité :

« On est attentifs à tous.
On n’a de mépris pour personne.
Si on constate un péché, on agit avec sagesse et bienveillance. »

Sur les images diffusées pour illustrer la dite bienveillance,
on peut voir des voleurs se faire trancher la main,
un enfant fouetté en place publique,
des hommes en armes traquer les buveurs d’alcool et les femmes non voilées.

« L’homme est d’une nature rebelle à la volonté divine, il est esclave de ses passions, de ses intérêts personnels, alors il faut vraiment une action pour qu’il se soumette… »,

explique également le salafiste « Oumar Ould Hamaha », l’un des chefs du « Mujao » puis d’ « Al-Mourabitoune » et beau-père de « Mokhtar Belmokhtar ».

Aussi, le film donne longuement la parole à « Mohamed Salem al-Majlissi », charismatique cheikh mauritanien abordant l’inégalité entre hommes et femmes, l’homosexualité puni de mort ou encore l’affaire « Merah » et les attaques de Charlie Hebdo.

« Si la liberté d’expression est si ouverte en Occident, alors les trois jeunes martyrs [les frères Kouachi et Coulibaly, ndlr] n’ont fait qu’exprimer leur propre liberté d’expression »,

explique-t-il, sans jamais d’ailleurs que ne soit mentionnés ses liens avec l’État Islamique.

Projeté au Festival international des programmes audiovisuels (« Fipa ») en avant-première le week-end dernier, le film a fait l’objet d’une vive polémique.
« Delphine Ernotte », présidente de France Télévisions, avait d’ailleurs tenté d’en faire interdire la projection publique en intervenant auprès de la direction du festival.
Finalement, la Commission de classification des œuvres du « CNC » (« Centre national du cinéma ») a préconisé son interdiction aux moins de 18 ans, sort habituellement réservé aux films pornographiques ou ultra-violents.

Toujours dans l’attente de son visa d’exploitation, délivré par la ministre de la Culture « Pellerin », pour une sortie en salles, le documentaire ne sera toutefois pas diffusé, quoi qu’il arrive, sur France 3.

« Notre ligne éditoriale est claire, les images produites par Daech sont de la propagande et nous ne les montrons pas à l’antenne.
A partir du moment où nous avons cette position, il ne serait pas cohérent de diffuser ce film en l’état alors qu’il contient des extraits de vidéo de propagande de Daech et des discours très structurés de responsables salafistes intégristes.
Nous ne mettons pas en cause les intentions des réalisateurs et nous savons bien qu’ils ne sont pas dans la complaisance, mais nous pensons que ce sujet doit être traité différemment.
Ici, il n’y a pas de recul, d’explication, de décryptage.
Le problème n’est pas le sujet mais son traitement »
,

assume la direction, quand bien même les images de l’assassinat du policier « Ahmed Merabet » devant Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, ont été floutées à la demande de la famille.

Ainsi la chaîne refuse-t-elle de diffuser un film qu’elle a elle-même coproduit via sa filiale « France 3 Cinéma ».
Une première.
En interne, on explique que :

« France 3 Cinéma aurait demandé des modifications qui n’ont pas été faites.
Il n’y a pas eu de vrai dialogue »
.

Mais pour « François Margolin » co-réalisateur :

« le film a été validé en temps et en heure sans demande de coupe ».

Il dénonce ainsi une injustice.
Au « Figaro », il déplore :

« Nous avons failli mourir pour ces images, et nous nous retrouvons en position d’accusés. »

Pour lui :

« il faut absolument que l’interdiction aux moins de 18 ans soit levée, conclut-il.
Sinon, c’est la mort du film. »

http://www.ojim.fr

Il n’est pas « politiquement correct » de diffuser les vidéos de la « Dèche » d’autant plus que l’arabe n’est pas notre langue !
Mais qu’un film en langue Française ne soit pas diffusé en raison de la violence des images cela ne tient pas debout !
Autant qu’ils disent de suite qu’ils ne veulent pas écorner l’image de religion de paix de cet islam barbare !

Pas De « Charieurs » Chez Les Français !

mahometauvolant

 « Mahomet au volant,
la Charia au tournant » !

J’ai aujourd’hui la certitude que l’islam n’a pas sa place en France !

Sur « TV-Libertés », suite à la publication de son livre « Mahomet au volant, la charia au tournant », « Ghislaine Dumesnil » a répondu, durant 25 minutes, aux questions d’ « Elise Blaise ».
Notons que la jeune journaliste avait particulièrement bien préparé l’entretien, montrant qu’elle avait lu attentivement le livre.
On sent que « Ghislaine » n’est pas une professionnelle des plateaux de télévision, que c’est son premier passage, et qu’elle est émue.

Mais elle a d’autant plus de mérite à décrire très clairement, avec des mots simples, la situation de la RATP, et les changements dus au sein de l’entreprise, à la politique de la discrimination positive au profit des habitants des quartiers, parfois délinquants, majoritairement musulmans.

Elle explique les raisons de l’islamisation de son entreprise, et l’attitude passive et complice de la direction et des syndicats.

Cet entretien est marqué par deux passages forts.
Elle décrit d’abord la réaction des machinistes de la RATP, quand la désormais célèbre vidéo de « Guy Sauvage », dénonçant la souffrance des femmes machinistes devant l’islamisation de leur entreprise. Elle montre que ce furent les musulmans modérés qui défendirent, et avec quelle virulence, leur coreligionnaires radicaux barbus.

Image de prévisualisation YouTube

Scandale à la RATP !

C’est surtout la conclusion qui marquera les esprits.
Venue de la gauche et militante à la CGT, « Ghislaine » a depuis quelques semaines quitté la RATP, et depuis quelques années la banlieue parisienne.
Elle affirme clairement, suite à ce vécu, qu’au terme d’une longue réflexion, elle est aujourd’hui absolument certaine que l’islam n’a pas sa place à la RATP, pas davantage en France, et que les Français d’origine ne peuvent pas vivre avec les musulmans quand ceux-ci veulent appliquer la charia…
ce que doit faire tout pratiquant digne de ce nom.

Chapeau bas, madame.

Martin Moisan

Image de prévisualisation YouTube

L’ islamisation de la R.A.T.P.

http://ripostelaique.com   du 28/01/2016

Politique Oeucuménique Au Vatican !

 Pape et Rohani

 Eglise de Satan et Chiites !

Le pape François appelle l’Iran à œuvrer  pour la paix au Moyen-Orient.

Mardi, le pape François a exhorté l’Iran, en recevant pour la première fois son président « Hassan Rohani », à oeuvrer pour la paix au Moyen-Orient, au moment où ce pays sort de son isolement international.

Le Saint-Siège a souligné à cet égard le « rôle important » de l’Iran, puissance régionale, alors que les sanctions contre ce pays ont été levées le 16 janvier après un accord international sur le nucléaire iranien.

Les entretiens ont permis de :

« Relever l’important rôle que l’Iran est appelé à jouer, avec d’autres pays de la région pour promouvoir des solutions « politiques » adéquates aux problématiques qui affligent le Moyen Orient, pour lutter contre la diffusion du terrorisme et le trafic d’armes »,

a relevé le Vatican dans un communiqué.

« A cet égard, l’importance du dialogue interreligieux et la responsabilité des communautés religieuses dans la promotion de la réconciliation, de la tolérance et de la paix a été rappelé »,

selon ce texte.
Une allusion à la nécessaire réconciliation entre sunnites et chiites, alors que leurs chefs de file, l’Arabie saoudite et l’Iran, s’opposent, et que le conflit entre les deux branches de l’islam a des répercussions, de la Syrie au Liban en passant par le Yemen.

Même si la rivalité historique avec l’Arabie et le conflit en Syrie ne sont pas cités, le Saint-Siège n’a jamais caché son inquiétude face à la montée des tensions entre Ryad et Téhéran.
De même, le Vatican est favorable à maintenir la pression sur le camp du président « Bachar Al-Assad » en Syrie, pour qu’il ne fasse pas obstacle à une solution de paix.

Pour le Vatican, il est essentiel de ne pas avoir recours à des interventions armées, de faire agir la diplomatie, et de calmer les groupes armés que l’Iran soutient.

Le président « Rohani » a répondu à ces préoccupations, avant même de rencontrer « Jorge Bergoglio », en affirmant dans la matinée devant des hommes d’affaires italiens et iraniens que l’Iran n’intervenait pas dans les affaires intérieures des autres pays et qu’il ne souhaitait envahir aucun des pays de la région.
L’Iran est régulièrement accusé de soutenir des groupes armés en Syrie mais aussi au Liban.

Le communiqué met par ailleurs en exergue « les valeurs spirituelles communes » entre le catholicisme et l’islam chiite, et « les bons rapports » entre le Saint-Siège et l’Iran, ininterrompus depuis 79 ans.

Selon des experts des relations chiites-catholiques, un dialogue fructueux se poursuit depuis des années entre théologiens des deux religions, sans commune mesure avec celui nettement moins intense entretenu avec l’islam sunnite.

L’ancien président « Mohammad Khatami » s’était rendu en 1999 auprès de Jean Paul II.

A la fin d’un entretien de 40 minutes dans la bibliothèque du Palais apostolique, François, souriant, a pris congé de son hôte en faisant voeu d’espoir dans la paix.

« Je vous prie de prier pour moi.
Cela m’a fait très plaisir de vous rencontrer, et je vous souhaite bon travail »
,

lui a rétorqué en farsi Monsieur « Rohani », alors que le pontife argentin demande souvent à ses interlocuteurs de prier pour lui.

Pour Monsieur « Rohani », ce déplacement au Vatican est une étape obligée dans la série de rencontres qui scellent la réintégration de l’Iran dans la communauté internationale.

Plus tôt dans la matinée, il s’était livré à un exercice de relations publiques devant des dizaines de patrons italiens, afin de les inciter à investir davantage en Iran.

« L’Iran est le pays le plus sûr, le plus stable de toute la région », a assuré Monsieur « Rohani », en affirmant que les investisseurs y trouveraient leur compte dans une relation « win-win », gagnante-gagnante.

L’Italie, qui entretient depuis longtemps de bonnes relations avec l’Iran, est bien placée dans la course aux contrats qui s’est engagée depuis la levée des sanctions.
Lundi soir, Monsieur « Rohani » et le chef du gouvernement italien « Matteo Renzi » ont assisté à la signature de plusieurs contrats, pour un montant total de quelque 17 milliards d’euros.

Le président iranien doit visiter le Colisée mercredi à Rome avant de s’envoler pour Paris où il est attendu par son « homologue français » François Hollande, et des dizaines de patrons français.

source : AFP

http://www.lexpress.fr/actualites   du 26/01/2016

Le Vatican est une monarchie absolue et son chef est le souverain pontife en place !
La France Est une république laîque et son chef est un président en place.
Un Monarque n’est pas l’homologue d’un Président !
Tous ceux qui croient en Jésus-Christ sont des mécréants pour l’ islam, chiite comme sunnite.
Le Pape est un chef RELIGIEUX !
La France est une République LAÏQUE !

Le Pape doit se préoccuper des Catholiques du monde entier !
Encore la griffe du nouvel ordre mondial et de toutes ses loges !

« Charieurs » Parlant De NOS Femmes !

non-aux-migrants300 (1)
Ce sont des brutes en rut !

Les féministes, si promptes à relativiser les agressions sexuelles et les viols commis par des réfugiés d’origine arabo-musulmane et africaine, le 31 décembre 2015 à Cologne et ailleurs, au motif que la violence sexuelle fait partie de toutes les sociétés, peuvent aller se rhabiller.

Pour l’imam de la mosquée Al-Tawid de Cologne :

« les événements de la Saint-Sylvestre sont survenus par la propre faute de ces femmes, parce qu’elles étaient à moitié nues et qu’elles portaient du parfum.
Il est peu surprenant que les hommes veuillent les attaquer.
C’est comme mettre de l’huile sur le feu. »

C’est ce qu’a déclaré « Sami Abu-Yusuf », à « Breitbart London ».

Autrement dit, les Occidentales, elles l’ont bien cherché !
Tout de même, si la religion de tolérance et d’amour interdit, aussi, le parfum…

Mais, finalement, il est bien cet imam :
Il ne pratique pas la langue de bois !
Exactement comme, il y a quelques jours, « Saïda Keller-Messahli », la présidente du Forum pour un « islam progressiste », en Suisse, interviewée à propos de ces terribles événements par « illustre.ch ».

« Il fallait s’y attendre, quand on sait que l’image de la femme, et particulièrement de la femme européenne, véhiculée dans la société patriarcale musulmane est systématiquement dévalorisée, sexualisée, réduite au corps et donc à un objet avant tout sexuel.
Et quand on sait que le rapport hommes-femmes dans tous ces pays est essentiellement un rapport de pouvoir où l’homme est omnipotent.
Nous connaissons ce phénomène depuis un certain temps.
« Taharrush gamea » veut dire « harcèlement commun ».
C’est une notion arabe connue surtout en Égypte, parfois en Inde ou ailleurs, et se réfère au harcèlement sexuel des femmes. »

Chez nous, nous entendons « Éric Fassin », un sociologue, sur « Arte », prévenir doctement que « le fait que beaucoup d’entre eux [les réfugiés agresseurs] soient musulmans ne veut pas dire que c’est parce qu’ils sont musulmans »
Relayé par « Caroline Fourest », pourtant journaliste, guère investie dans la connaissance de la culture musulmane puisque, selon elle, aucune société n’a le « monopole » du machisme et du patriarcat.
Sauf que les sociétés arabo-musulmanes l’abritent et le nourrissent plus que les autres, « l’homme y [grandissant] avec une conscience qu’il a davantage de valeur rien que parce qu’il est un homme et que, parce qu’il est un homme, il est légitimé d’appliquer la violence sur la femme », s’exprimait « Saïda Keller », cette fois, sur rts.ch.

L’Allemagne autorise donc un imam salafiste à prêcher.

Un individu qui entend clairement imposer les mœurs en vigueur dans les pays islamiques.
Qui accuse les femmes allemandes d’avoir amplement mérité leur sort, parce qu’elles ont eu le tort de faire comme chez elles…
Bref, l’application de la charia, quoi !
Remarquez, on a le même genre de loustics chez nous,
dans une centaine de mosquées fortement suspectées de radicalisme…

Alors, après écoute de ce brave homme parler de la religion des agresseurs de Cologne et d’ailleurs,
est-ce toujours « une récupération raciste », pour les femmes socialistes suisses ?
Et pour les féministes socialistes de chez nous ?

On attend leur réaction… on peut toujours l’espérer !

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr   du 21/01/2016

Leurs Querelles Tueront L’Islamisme.

 islamistesjpg-1

Non Aux Islamistes

 

Deux points faibles pourraient avoir raison de la mouvance islamiste.

La mouvance islamiste semble, à première vue, plus forte que jamais,
mais à y regarder de plus près,
on décèle deux points faibles qui pourraient causer sa perte et peut-être rapidement.

Les forces islamistes sont évidentes.
Les Taliban, les Shebab, Boko Haram et l’EI portent l’islamisme – idéologie qui vise à l’application rigoureuse et intégrale de la loi islamique – à d’insoutenables excès, semant la violence et la désolation dans leur marche vers le pouvoir.
Le Pakistan pourrait passer sous leur domination.
En Iran, l’accord de Vienne a permis aux ayatollahs de reprendre leur souffle.
Le Qatar dispose du revenu par habitant le plus élevé au monde.
En Turquie, « Recep Tayyip Erdoğan » se mue en véritable dictateur.
Les agents islamistes venus de la Méditerranée essaiment en Europe.

Mais les faiblesses internes, « notamment les querelles et les désaccords », pourraient avoir raison de la mouvance islamiste.

Les luttes intestines ont commencé à faire rage en 2013 au moment où les islamistes ont brutalement modifié leur pratique, passant de la collaboration mutuelle aux guerres internes.
Même si l’ensemble des islamistes partage des objectifs communs, on distingue parmi eux différents penseurs, groupes et partis caractérisés par des appartenances ethniques diverses ainsi que des orientations stratégiques et idéologiques multiples.

Les divisions internes à la mouvance islamiste ont rapidement pris de l’ampleur.
On voit ainsi les sunnites opposés aux chiites notamment en Syrie, en Irak et au Yémen,
les monarchistes opposés aux républicains comme en Arabie Saoudite,
les partisans de la violence opposés à ceux de la non-violence comme c’est le cas en Égypte,
les modernistes opposés aux partisans d’une religiosité moyenâgeuse comme en Tunisie,
sans compter les vieilles querelles de personnes comme en Turquie.
Ces divisions handicapent la mouvance qui voit ses armes retournées contre elle-même.

Cette dynamique n’est pas neuve.
Quand les islamistes sont aux portes du pouvoir, s’engage entre eux une lutte pour la domination.
Les différences qui les séparent, dans la phase initiale, s’aiguisent à mesure que l’enjeu gagne en importance.
En Turquie, par exemple, le leader politique « Erdoğan » et le dirigeant religieux « Fethullah Gülen » ont collaboré jusqu’à l’éviction de leur ennemi commun, l’armée, de la scène politique avant de se tourner l’un contre l’autre.

L’impopularité est l’autre point faible de la mouvance et peut-être le plus dangereux pour elle.
Une fois que les populations ont expérimenté le régime islamiste, elles le rejettent.
Il y a une différence de taille entre croire en l’idée des bienfaits de la loi islamique et supporter l’application concrète de ses interdits, que ce soit les horreurs totalitaires de l’État islamique ou encore la dictature – comparativement bénigne – qui se met en place en Turquie.

Ce mécontentement se manifeste par plusieurs signes :
Rejet de la République islamique par une grande majorité des Iraniens,
exil de vagues de population de Somalie
et manifestations de masse de 2013 en Égypte protestant contre une et une seule année de pouvoir exercé par les Frères musulmans. À l’instar des régimes fascistes et communistes, le pouvoir islamiste conduit souvent les gens à voter avec leurs pieds.

Si ces deux tendances se maintiennent, la mouvance islamiste ira droit dans le mur.
Certains analystes voient déjà l’ère islamiste péricliter et de ses ruines émerger quelque chose de neuf.
À titre d’exemple, l’universitaire soudanais « Haidar Ibrahim Ali » pense que l’ère de la « post-islamisation » a commencé car « la vitalité et l’attractivité de l’islamisme se sont taries, même parmi les plus ardents de ses supporters et partisans. »

Les ennemis de l’islamisme quant à eux ont du pain sur la planche.
Les musulmans doivent tout à la fois combattre cette mouvance et, face à l’objectif d’instauration de la loi islamique, développer une alternative forte tout en expliquant de façon constructive ce que signifie être musulman en 2016.
Les non-musulmans peuvent les y aider en leur adressant des félicitations mais aussi en leur fournissant des fonds et même des armes.(???)

Les problèmes croissants que connaît l’islamisme inspirent confiance mais ils ne doivent pas conduire à la satisfaction car un nouveau revirement peut se produire à tout moment.
Toutefois si la tendance actuelle se maintient, la mouvance islamiste aura, comme le fascisme et le communisme avant lui, une portée limitée.
Elle nuira à la civilisation occidentale mais ne pourra pas la détruire.

Quelle que soit la tendance, le défi à relever est et reste la défaite de l’islamisme.

Daniel Pipes
(Adaptation française : « Johan Bourlard »)

http://fr.danielpi   du 04/01/2016

Les Migrants Ne Sont Que Des Barbares !

cologne

600 plaintes maintenant,
et ce n’est pas fini !

 

Ce que l’on sait avec certitude :

  • La police, sur ordre du gouvernement, a tout fait pour étouffer le drame parce que « Angela Merkel » ne veut pas que la population apprenne la vérité et change d’avis sur les réfugiés.
  • Le chef de la police de Cologne a servi de bouc émissaire et a été congédié.
    Il devait étouffer l’affaire et il a étouffé l’affaire.
    Mais quand il est devenu évident que le gouvernement allemand était en train d’enterrer un drame aux proportions jusque là inconnues, et que internet, qui heureusement n’est pas encore sous contrôle, a révélé l’ampleur des viols et agressions, le gouvernement ne pouvait pas admettre être à l’origine de ce scandale et a licencié « Wolfgang Albers ».
  • Hier, 379 plaintes ont été enregistrées à Cologne, contre 60 le 1er janvier.
    Mais ce matin, la police, qui se situe mal entre minimisation des faits sous la pression du gouvernement et des médias qui paniquent, et révélation de la vérité sous la pression d’un public furieux, révèle que 516 plaintes ont été déposées à Cologne.
  • A Hambourg, ce sont maintenant 133 plaintes pour agressions et agressions sexuelles qui sont maintenant enregistrées.
  • Il ne fait plus de doute que certains des agresseurs sont des migrants et réfugiés qui viennent d’arriver en Allemagne.
    • Nous avons publié les témoignages de policiers disant que des migrants arrogants leur ont déclaré :

      « vous ne pouvez rien contre moi, j’ai été invité par « Angela Merkel » »,

      un autre a déchiré son titre de réfugié et criant

      « demain j’irai en demander un autre ».

    • Des victimes ont déclaré que leurs agresseurs ne parlaient pas l’allemand.
    • Un rapport interne de la police a révélé que des papiers ont été trouvé sur les agresseurs arrêtés, avec des traductions de l’arabe à l’allemand pour dire « j’aime tes seins », « je vais te tuer ».
    • Enfin, jeudi dernier, la police indiquait que parmi les personnes arrêtées, la majorité étaient des migrants récents.
    • Le gouvernement a été contraint de reconnaitre vendredi que sur 32 agresseurs sexuels, 22 sont des réfugiés, et a déclaré que les coupables sont « en grande partie des demandeurs d’asile et des personnes se trouvant en Allemagne illégalement ».
  • Il n’empêche, les médias de gauche s’accrochent dur pour nier cette réalité, parce qu’ils n’ont rien d’autre à se mettre sous la main pour minimiser les faits, comme si le moment où ces personnes sont arrivées sur le sol allemand avait de l’importance et innocentait les autres :
    il faut raison garder chers confrères !
  • L’origine ethnique des agresseurs sexuels est essentiellement musulmane, ce qui cadre parfaitement avec leur culture et leur religion.
    Tous les témoins décrivent les agresseurs comme venant « d’Afrique du Nord, ayant l’apparence africaine et arabe », au « teint mat ».
  • Le ministre de la Justice, le social-démocrate « Heiko Maas », rejoint les analyses des experts qui n’ont pas la langue de bois.
    Il a déclaré :

    « Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifiée ».

    Je peux vous affirmer, cependant, que jamais aucun journaliste n’enquêtera pour savoir si vraiment ces atrocités ont été planifiées à l’échelle européenne, par qui, dans quel but, parce que les journalistes ne veulent pas savoir, et surtout, les rédactions ne veulent pas que vous sachiez.
    Internet, en revanche, pourrait bien vous l’apprendre…

  • La seule réponse apportée par les autorités à la population est de s’adapter et de se soumettre à la culture islamique.
    • La maire de Cologne a conseillé aux femmes allemande de rester à distance des hommes, de ne pas porter de tenues provocantes.
    • Le chef de la police de Vienne en Autriche a demandé aux femmes de ne plus se promener seules le soir.
    • « Martin Thalhammer », directeur du  »Wilhelm-Diess-Gymnasium » en Bavière a demandé aux lycéennes de se couvrir les bras et les jambes pour se protéger des réfugiés syriens de la ville, et de porter des tenues qui « accommodent les réfugiés ».
  • En Suède, où le nombre de femmes violées est maintenant le plus élevé au monde après l’Afrique du sud, et en Norvège, les femmes se teignent les cheveux en noir pour être moins facilement repérées par les musulmans parce que les pouvoirs publics refusent de les protéger.

elternbrief

« Cologne a tout changé,
les gens doutent »

a déclaré Volker Bouffier, un membre du parti conservateur allemand.

Pour ma part, je pense qu’il se trompe.
Rien n’a changé rien ne changera.
Hier, l’invasion de l’Europe par l’Islam se faisait dans le mépris du droit fondamental des peuples à disposer d’eux-mêmes, et cela continuera demain et après demain.

Aucun peuple européen
n’a été consulté.

source : Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info ».

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 12/01/2016

Eglises En Feu Mais Thé A La Mosquée

F.HOL.traitre

Les Eglises Brûlent ?
Réception
A La Grande Mosquée !

Quelques heures avant que notre Président n’aille à la Grande Mosquée rendre son respectueux hommage au recteur Boubakeur, deux églises étaient incendiées et une immense croix de pierre était abattue dans la région de Fontainebleau, à une encablure de l’Élysée, de la place Beauveau et de ladite Grande Mosquée.

Sans doute mal renseigné par les chaînes de télévision pour qui de tels faits sont mineurs, François Hollande ne s’est même pas fendu d’un communiqué.
Et notre ministre de l’Intérieur et accessoirement ministre des Cultes – mais surtout d’un seul -, Bernard Cazeneuve, s’il s’était empressé de se rendre à Ajaccio pour le mini-saccage d’une salle de prière coranique pourtant clandestine, s’est contenté d’envoyer le préfet de Seine-et-Marne déplorer des dégâts considérables.
Il finira par s’y rendre en personne 36 heures plus tard

Saint-Louis de Fontainebleau

Autel profané et détruit

Dégâts considérables et même irréparables en ce qui concerne l’église Saint-Louis de Fontainebleau puisque ont disparu dans les flammes criminelles, alimentées par un bûcher de chaises, une vierge du XIVe siècle et un autel du XVIIe qui avaient appartenu au château voisin.
Trois départs de feu ayant été constatés à l’intérieur de l’édifice religieux, l’intention criminelle ne fait aucun doute.

Ciboires volés, hosties jetées à terre…

À dix kilomètres de là, et quelques heures après, c’est l’église de Veneux-les-Sablons qui a été presque entièrement détruite.
Comme il ne fallait pas mettre de l’huile sur ce feu-là, le préfet en nie l’origine criminelle.

Le hasard serait-il satanique ?

Car ce n’est pas fini, et ce même dimanche, entre les deux églises, une croix de pierre de 2 mètres de haut, dite « Croix de Guise », a été sciée sur son socle, en pleine forêt, comme elle l’avait été une première fois en 1793.

Les révolutionnaires se seraient-ils réveillés, ou ces trois faits sont-ils des actes christianophobes dus à une nouvelle guerre de religion ?

L’Observatoire de la christianophobie de notre ami « Daniel Hamiche » a relevé sur son site, pour les onze premiers mois de l’année passée, 251 actes antichrétiens qui vont de la profanation de tombes à des tabernacles détruits en passant par des graffitis odieux et des débuts d’incendie, crèches détruites ou interdites, et aujourd’hui des incendies tout court.
On se souvient de cette église en partie détruite par la furie destructrice de « jeunes » qui avaient mis le feu à trois voitures sur le parking qui jouxtait l’église de Saint-Martin-le-Beau en Touraine, ou encore de cette voiture-bélier lancée en flammes contre les portes d’une église de Tourcoing en février dernier…

La liste est longue des 251 actes christianophobes dont nos chers policiers aux ordres trouvent rarement les coupables cachés…
251 lieux de culte vandalisés ou profanés.
Sans que ne soient comptabilisés les gestes ou comportements de certains « radicaux » envers les chrétiens.

Le pouvoir en place, comme les médias à ses ordres et ses journalistes aveugles, comptabilisent beaucoup plus aisément les rares vrais actes d’islamophobie répertoriés sur le site du CCIF.
En 2014, 764 actes contre l’islam ont été relevés par cet observatoire.
Un mauvais regard porté à une femme illégalement voilée de la tête aux pieds est signalé comme un tel acte, désormais considéré comme un délit.
En revanche, rouer de coups un prêtre comme ce fut le cas d’un « petit gris » de la communauté Saint-Jean, est-ce vraiment si grave ?
Pas d’amalgame, surtout.

C’est ainsi que la France, hier fille aînée d’une Église qui l’a façonnée, devient de plus en plus laïco-islamophile, jusqu’à complexer nos évêques qui n’osent même plus protester contre la christianophobie ambiante…

Floris de Bonneville

http://www.bvoltaire.fr   du 12/01/2016

Les Médias Contraints A Dire La Vérité !

presse-desinformation (1)

La Chimère du  ’Vivre-Ensemble’

La fiction médiatique rattrapée par la clameur réelle !

Cologne est aujourd’hui au cœur d’un scandale inédit.
Le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre des milliers d’individus « d’origines arabes ou nord-africaine », ainsi qualifié par les autorités, ont en effet agressé sexuellement des jeunes Allemandes de souche.

Des événements accablants qui constituent une fausse note sans appel dans la propagande pro-migrants de l’Union Européenne et montrent que « le vivre-ensemble » est décidément une chimère.
Des événements qui auront mis les autorités et les médias dans une situation embarrassante, entre volonté d’étouffer l’affaire et incompréhension.

Retour sur une manipulation rattrapée par le réel.

Les faits

Pour commencer, revenons sur les faits qui se sont déroulés à Cologne – mais aussi, dans une moindre mesure, dans d’autres villes européennes (Zürich, Hambourg, Stuttgart…).
Le 31 décembre, soir du réveillon du Nouvel an, entre 1000 et 2000 hommes de type maghrébin, selon les rapports de la police et les victimes, se sont rassemblés en petits groupes de 20 à 40 personnes pour ratisser la ville à la recherche de femmes.

« Nous avons traversé ce groupe d’hommes.
[Ils] ont ouvert une voie, que nous avons traversé.
Soudain, je sentis une main sur mes fesses, puis sur mes seins, à la fin, j’étais pelotée de partout.
Ce fut un cauchemar.
Nous avons crié et nous les avons frappées, mais ils continuaient.
Je suis désespérée, je pense que j’ai été touchée une centaine de fois en l’espace de 200 mètres »
,

raconte une victime.

« Plein d’hommes ont soudainement commencé à nous encercler.
Ils se rapprochaient de plus en plus.
Quand ils étaient près de nous, ils nous ont touchées.
J’ai senti des mains un peu partout : aux seins, aux fesses et entre les jambes.
Ils étaient très violents. Nous avions mal »
,

raconte une autre, précisant que :

« ils avaient tous le teint un peu foncé.
Ils ne parlaient pas bien l’allemand ».

Des dizaines d’Allemandes ont ainsi été agressées, touchées, dénudées et même parfois franchement violées par ces hordes survoltées, très probablement composées de ceux qu’il fallait, jusqu’à présent, présenter comme des « réfugiés » dans le besoin et dont 10 000 sont récemment arrivés dans la ville.

En effet, d’après les dernières informations publiées par le journal « Welt am Sonntag », la police de Cologne, bien que largement dépassée ce soir-là, dispose de nombreuses informations sur le profil des agresseurs.
Les plaintes, tout d’abord, ont aujourd’hui dépassé la barre des 120 et permettent d’y voir plus clair au travers de témoignages tous plus sordides les uns que les autres.

Aussi, le soir des faits, une centaine d’interpellations ont eu lieu dans les rues de la principale ville de Rhénanie-du-Nord, certaines se terminant en garde à vue.

« Seule une petite minorité de ces personnes étaient des Nord-Africains, la plus grosse partie était des Syriens »,

affirme le journal.

Une information qui va à contre-courant du discours officiel servi par les autorités allemandes, lequel consiste à marteler que, malgré l’abondance des témoignages, « rien ne permet de dire qu’il s’agissait de réfugiés ».

Pire :
D’après les informations du quotidien allemand, ce ne sont pas 1 000 personnes qui ont participé à ces agressions sexuelles mais « plus de 2 000 personnes, presque toutes d’origine arabe, réparties dans un rayon de deux kilomètres autour de la gare centrale ».
Des faits confirmés par un rapport de la police de Cologne daté du 2 janvier, que « Welt am Sonntag » a pu se procurer.
Tout récemment, un porte-parole du ministère fédéral de l’Intérieur a affirmé lors d’une conférence de presse que sur 31 personnes suspectées d’être impliquées dans les violences survenues, 18 avaient fait une demande d’asile en Allemagne.

Avant d’en arriver à ces comptes-rendus assez précis, il a pourtant fallu attendre plusieurs jours, le temps que les autorités et la presse d’outre-Rhin ne parviennent plus à étouffer cette choquante affaire d’agressions sexuelles de masse.

Le retard à l’allumage
des médias allemands

Quatre Jours !

C’est le temps qu’il aura fallu attendre avant que les médias allemands ne relatent les faits.
Malgré l’extrême gravité de la situation (on parle tout de même de viols organisés et coordonnés à une échelle encore jamais imaginée), presse écrite comme journaux télévisés ont observé un silence religieux jusqu’à ne plus être en mesure de nier l’évidence.

Tout a commencé par un premier mensonge de la police de Cologne.

Dans son rapport du 1er janvier traitant de la nuit de la Saint-Sylvestre, celle-ci explique que la soirée s’est déroulée sans incidents, « dans une atmosphère détendue » et que les célébrations sur la place de la cathédrale avaient été « très paisibles »…!!!

Évidemment, l’ampleur de l’événement a tué dans l’œuf cette incroyable tentative de dissimulation.
Rapidement, les témoignages ont germé sur les réseaux sociaux et, face à la multiplication des plaintes de victimes, la police a été contrainte de faire machine arrière en reconnaissant à la fois les faits mais également le profil « arabe et nord-africain » des auteurs présumés de ces agressions.

Côté médias, le silence était également de mise.

Vu l’ampleur des événements, on aurait pu penser que ces derniers auraient pu, comme ils en ont l’habitude en d’autres circonstances, se baser sur les premiers témoignages et sur les fuites sur les réseaux sociaux.
L’occasion, peut-être, d’un traditionnel « breaking news » ou d’une « édition spéciale » sur un phénomène qui concernait alors des milliers de personnes dans une ville majeure de l’Ouest allemand.
Il n’en fut rien.
Pas un reportage, pas une mention, pas une dépêche, rien.
Pas même un bandeau glissé à la va-vite au bas d’une édition en continu.

Devant ce malaise, la chaîne publique « ZDF » a même rétrospectivement présenté des excuses pour avoir tardé à relater les agressions.
Dans un communiqué publié sur Facebook et Twitter, celle-ci estime que le fait que le journal de lundi soir (donc quatre jours après les faits) « n’ait pas au moins mentionné les incidents était une négligence » et « était (…) clairement un jugement erroné ».
Un mea culpa qui fait suite à de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux.

Sur la page de la chaîne, on peut ainsi voir un spectateur mécontent déclarer que « (sa) confiance dans (cette chaîne), pour laquelle (il) paie des impôts, s’amenuise de plus en plus ».
Un autre estime que cette dernière « passe sous silence depuis un certain temps certaines choses ».
Mais la « ZDF » n’aura pas été la seule à briller par son mutisme.
D’autres, comme « l’ARD« , première chaîne publique, ou encore la « WDR », chaîne de la région de Cologne, ont également raté le train.

Au final, c’est seulement mardi 5 janvier 2015 que l’affaire a véritablement éclaté dans les médias, qui cette fois n’ont pas manqué de moyens avec des éditions spéciales à tour de bras.
Concernant les 4 jours de silence, on évoque ici et là un choix éditorial « motivé par la nécessité d’enquêter, de retrouver témoins et victimes ».
Une prudence qui n’est pas toujours de mise selon le sujet traité…
De quoi soulever de nombreuses questions :
Les médias allemands ont-ils eu peur de rapporter ces agressions sexuelles d’une ampleur inédite commises par des individus de type arabo-musulman ?

Il faut dire qu’outre-Rhin, la ligne officielle insufflée par madame « Merkel » plaide en faveur d’un accueil massif des « réfugiés ».
En 2015, l’Allemagne en a accueilli 1,1 million, soit cinq fois plus qu’en 2014.
Sans aucun doute, cet épisode des plus choquants impliquant un grand nombre d’entre eux porterait un sérieux coup dur à cette politique basée sur une vision arc-en-ciel du monde.
A-t-on estimé, dans les rédactions, qu’après tout il valait mieux étouffer ce « malheureux effet collatéral » tant qu’il en était encore temps ?
Nul ne peut le dire pour l’instant.

Quoi qu’il en soit, constatant ce mensonge par omission, de nombreux Allemands ont repris à leur compte les slogans de « Pegida », mouvement anti-immigration, qui qualifie notamment la presse de « Lügenpresse » (presse mensongère).
De son côté, le journal conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung (« FAZ ») a brocardé ses confrères sur leur position de « prudence ».

« Ne savez-vous pas sur quoi vous devez informer ? (…)
Vous devriez vous mettre au journalisme »,

a-t-il préconisé, accusant les médias de prendre les téléspectateurs pour des imbéciles incapables de ne pas verser dans le populisme.

En revanche, pour le syndicat des journalistes allemands, les chaînes publiques ont eu raison de prendre du recul car :

« Les journalistes doivent en premier lieu enquêter, et non spéculer ».

Une déclaration qui illustre bien l’alignement total des grands médias d’outre-Rhin sur la politique délirante de leur gouvernement en matière d’immigration.
La consigne est donnée :
Même si les faits le prouvent, l’amalgame ne doit pas être fait entre les agresseurs et les migrants.

…Et l’embarras
des médias français !

Dans les médias français, les rédactions ne se sont également pas jetées sur l’information.
Dans l’hexagone, il a fallu attendre 5 jours pour que la presse subventionnée commence à en parler, avec toutes les prudences de langage nécessaires.

Mardi 5 janvier, « Le Monde » rapportait l’indignation provoquée par cette nuit d’agressions.
Pour justifier son énorme retard, l’air de rien, le quotidien du soir expliquait que le pays venait tout juste de « saisir l’ampleur » des événements.

Des événements pourtant connus depuis plusieurs jours pour qui essaie de s’informer sur Internet.

D’ailleurs, la veille, « RT France » fut le premier média francophone à relater les faits, le tout sans s’embarrasser de politiquement correct.

Ainsi le site n’a-t-il pas hésité à citer le ministre de l’Intérieur de la Rhénanie-du-Nord–Westphalie, « Ralf Jäger », qui a déclaré :

« Nous n’accepterons pas que des groupes d’hommes nord-africains se rassemblent délibérément pour agresser sexuellement les femmes. »

Et de citer le chef du syndicat policier de la Rhénanie, « Arnold Plicker », pour qui :

« les réfugiés, qui ont un problème intégration dans notre société ouverte, doivent être traités avec la force de la loi.»

Aussitôt, l’article a été beaucoup partagé sur les réseaux sociaux, certains internautes en profitant pour interpeller les médias français sur leur silence.

Suite, sans doute, à un malheureux concours de circonstances (machine à café en panne, problème de connexion wifi, épidémie de grippe), il faudra attendre le lendemain (parfois même le lendemain soir) pour que les journalistes français relaient l’information.
Nous avons déjà cité « Le Monde » qui, très prudent, mettait le plus de guillemets possible concernant l’origine des agresseurs.
Le quotidien du soir est même allé jusqu’à suggérer que « certains éléments indiquent (…) qu’il pourrait s’agir de criminalité organisée, active à Cologne depuis plusieurs années ».
On pourrait également évoquer « Le Figaro », qui a tout d’abord annoncé que les violences sur les femmes de Cologne étaient le fait de « bandes de jeunes »
Ces fameux « jeunes » qui terrorisent le monde entier.

Au fil des témoignages, toujours plus nombreux, et des rapports de police, les médias français ont, comme leurs confrères allemands, été amenés à reconnaître progressivement l’évidence :

Il s’agissait bien d’individus d’origine arabe, et particulièrement de réfugiés.

Malgré tout, malgré l’implacable réalité des faits, un discours persiste dans l’hexagone comme en Allemagne :
Il ne faut pas faire d’amalgames entre ces actes barbares et les « réfugiés » et ne surtout pas poser la question du choc des cultures ayant permis cela.
Le cas échéant, le château de carte sur lequel repose toute la politique européenne risquerait de s’effondrer sous le poids de ses propres mensonges…

Ainsi « Le Point », en chœur avec le gouvernement allemand, nous explique-t-il que :

« Les opposants à la chancelière « Merkel » tentent de faire le lien avec sa politique en faveur des réfugiés ».

Et bien évidemment, ce lien est dangereux pour l’hebdomadaire bienpensant, même s’il est avéré.
Pour « L’Obs » également :

« les vols et agressions sexuelles perpétrés par des dizaines de personnes à Cologne le 31 décembre [alors qu’ils étaient des milliers, ndlr] sont utilisés par des politiques contre la politique d’immigration d’Angela Merkel ».

L’affaire est donc à prendre « avec précaution dans le contexte actuel ».

En parlant de « précaution », « Libération » en a usé et abusé dans son papier pour relater les faits (le 5 janvier) puis dans son « décryptage » (le 6 janvier).
Tout d’abord, les violences ne sont pas « commises » mais « attribuées par la police » à des « hommes d’origine nord-africaines ».
Évidemment, comme l’a noté le premier ministre allemand, « Thomas de Maizière », l’apparence des agresseurs « ne doit pas conduire à faire peser une suspicion générale sur les réfugiés qui, indépendamment de leur origine, viennent chercher une protection ».

Aussi « Libération » dénonce-t-il les réactions « surprenantes » ou « idiotes » qui n’iraient pas dans ce sens, comme celle d’un journaliste autrichien, « Thomas Mayer », qui « s’est risqué à un pseudo-éclairage à la pertinence très relative, écrivant qu’”en France, le phénomène des abus sexuels commis par des bandes de jeunes hommes (les tournantes) est connu depuis longtemps” ».
Sombre idiot, vous dit-on.

Dans l’article suivant, le « décryptage » donc, « Libé » poursuit en parlant d’« hommes présentés comme des maghrébins » et même « d’apparence maghrébine » (car il pourrait très bien s’agir d’Allemands de souche ayant un peu trop abusé des vacances à la plage ; la précision était donc nécessaire).
Et le journal d’insister sur le fait qu’il faut faire attention à la « stigmatisation des réfugiés ».
D’ailleurs, à en croire « Libé » :

« La police ne croit pas que les agressions de la Saint-Sylvestre soient le fait de demandeurs d’asile mais plutôt d’une ou plusieurs bandes de petits criminels maghrébins installés de longue date en Allemagne et pour certains déjà connus des forces de l’ordre ».

Le lendemain, la police elle-même infirmera cette information, révélant avoir contrôlé 18 demandeurs d’asile parmi 31 individus interpellés.

Pour couronner le tout, le quotidien dont les ventes sont en chute libre depuis plusieurs années citera les propos délirants de la verte « Claudia Roth », vice-présidente du Bundestag, pour qui « on ne peut pas prétendre que ce genre d’agressions soit typique des Arabes ou des réfugiés.
Il s’agit de violence masculine ».

Mais comment expliquer qu’avant l’arrivée des réfugiés, ce type d’épidémie ne se soit jamais déclaré ?

L’occasion de noter qu’aucune association féministe française n’a, à ce jour, dénoncé cette agression sexuelle de masse.
Partout, dans les ministères comme dans les rédactions, la « prudence » est de mise.

Le réel est-il d’extrême droite ?

« Je croyais que c ‘était de la propagande d’extrême droite, de « Pegida », mais non ! C’était bien réel ! »

Ainsi s’est exprimé « Ivan Jurdevic », videur de Cologne, dans une vidéo-témoignage de ce qu’il a vu le soir de la Saint-Sylvestre dans sa ville.
À l’instar de ce citoyen allemand, ébahi de voir de ses yeux ce qu’il pensait être un fantasme, il semblerait que les médias français et allemands ne parviennent plus à saupoudrer la réalité de leurs paillettes multicolores.

Le réel est implacable, et ces derniers mois d’extrême tension en Europe semble rappeler aux médias subventionnés que la réalité n’est pas toujours rose au-delà du périphérique.

Après les attentats du 13 novembre, déjà, les journalistes avaient opté pour la même stratégie de négation inconditionnelle des faits :
non, la crise des migrants n’a aucune conséquence sur la sécurité des Français ;
non, aucun terroriste de Daech ne s’infiltre parmi les clandestins.

Avec le recul et les informations fournies par la police, force est de constater que les faits leur ont donné tort.

Une fois de plus.

Un nouveau revers qui, visiblement, ne leur a absolument pas servi de leçon.
Aussitôt les violences de Cologne étaient-elles connues et rapportées que, déjà, il était question de marteler qu’aucun lien ne devait être fait avec les 1,1 million de clandestins entrés en Allemagne en 2015.

Petit à petit, le réel reprend le dessus et les manipulations médiatiques s’épuisent.
Faudra-t-il que le terrorisme entre dans les salles de rédaction pour que ceux qui nous informent voient la réalité en face ?
Cela s’est déjà produit, le 7 janvier 2015 dans les locaux de « Charlie Hebdo ».
Un an plus tard, presque jour pour jour, tout a déjà été oublié.
Les passeports retrouvés sur les terroristes ou les rapports de police n’y changeront rien.
Nos journalistes aux ordres continuent d’appliquer les directives idéologiques de Bruxelles et de préférer la négation du réel à l’implacable constat d’une politique suicidaire.

http://www.ojim.fr/cologne-chronique-dun-mensonge-rattrape-par-le-reel/    du 08/01/2016

Une Véritable Leçon D’ Intégration !

Vladimir_Putin-

Le discours le plus court
jamais prononcé.

Le temps est venu pour nos leaders élus de prêter attention au conseil de « Vladimir Poutine ».

Est-ce si effrayant que cela ?

« Vladimir Poutine », le président russe, s’est adressé à la « Dūmā »
relativement aux rapports tendus avec des minorités en Russie :

« En Russie chacun doit vivre comme des russes.
N’importe quelle minorité, de n’importe où,
si elle veut vivre en Russie,
marcher et manger en Russie,
devrait parler le russe
et devrait respecter les lois russes.

S’ils préfèrent la Loi de la Charia et vivre selon les préceptes musulmans alors nous leur conseillons d’aller vivre là où telle est la loi nationale.
La Russie n’a pas besoin de minorités musulmanes.

Les minorités ont besoin de la Russie et nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux ni n’essaierons de changer nos lois pour les adapter à leurs désirs,
peu importe leurs hurlements contre notre prétendue « discrimination ».

Nous ne tolérerons pas de manque de respect à notre culture russe.

Nous devrions savoir tirer les conséquences des suicides de l’Amérique, l’Angleterre, la Hollande et la France, si nous voulons survivre en tant que nation.

Les musulmans reprennent ces pays mais ils ne prendront pas le contrôle de la Russie…

Les coutumes russes et nos traditions ne sont pas compatibles avec leur manque de culture ou leurs coutumes primitives.

Lorsque cette honorable assemblée pense à créer de nouvelles lois, elle doit prendre essentiellement en considération l’intérêt national russe et, considérant que les minorités musulmanes ne sont pas des russes, elle ne doit pas prendre en compte la « Charia », la loi des musulmans « 

C’est par une ovation debout de cinq minutes que les membres de la « Dūmā » ont salué ce discours de « Vladimir Poutine ».

Discours du 04/08/2013

Autre Que Réseau Social

Boubakeur Est Un Islamiste Sournois

mosquees-en-france-300x300 (1)

Retour à l’ expéditeur !

Pour ceux qui ont tardé à comprendre, Dalil Boubakeur l’avait déjà dit lors de l’édition 2005 du congrès de l’UOIF :

« nos objectifs sont tous convergents, seules nos méthodes peuvent différer »
(http://www.islamisation.fr/archive/2012/07/31/boubaker.html)

Le parangon de « l’islam modéré » n’a jamais dénoncé la branche française des Frères Musulmans, mouvement totalitaire et violent dont les branches armées dénommées « Fajr » en Libye, « Hamas » en Palestine, « Liwa al Tawid » en Syrie, imposent par le « jihâd » l’établissement de la « charia ».
En Egypte, porté au pouvoir en intimidant les votants et en bourrant les urnes en 2011, le mouvement suscita une révolution populaire en 2013 envers laquelle il opposa les armes avant d’être arrêté « in extremis » par l’armée.
(détails dans ce livre : « Histoire secrète des frères musulmans » – Chérif Amir).
Au contraire, « Dalil Boubakeur » était encore cette année au Rassemblement des Musulmans de France, pour clamer qu’il faut « doubler le nombre de mosquées d’ici deux ans ».

Avec le concours des mosquées de l’UOIF donc.
En 2012, alors que six conférenciers étrangers invités par l’UOIF s’étaient vu interdire de séjourner en France -suite aux révélations de l’Observatoire de l’islamisation- « Dalil Boubakeur » avait pris clairement la défense de l’UOIF et de ses cheikhs appellent à tuer les Juifs, tuer les homosexuels et conquérir l’Europe :

« L’UOIF compte des cheikhs internationaux en son sein, je ne jette pas la pierre comme cela a été fait durant le congrès du Bourget, même si cela fait peur à une certaine presse ou à la classe politique, je n’ai rien vu d’illégal à cela.(…)
L’UOIF est composé de musulmans très rigoureux pour lesquels j’éprouve respect et fraternité, notamment pour « El Hadj Brez Touhami » qui est un homme que j’estime beaucoup.
Je suis profondément musulman et désireux de me rapprocher de mes frères qui pratiquent leur religion  avec rigueur. (…)
Nous avons besoin de vérité, et pour moi, la vérité se situe plus dans la position de mes frères de l’UOIF. »
(http://www.islamisation.fr/archive/2012/07/31/boubaker.html)

En se solidarisant ainsi avec les islamistes, « Dalil Boubakeur » et la Grande Mosquée de Paris (« GMP »), dont le programme de formation pour imam référence le cheikh psychopathe « al Qaradawi » recherché par Interpol, doivent être considérés comme des suppôts de l’islamisme international.

Il est grand temps de geler toute construction de mosquées en France, la fédération de la « GMP » en contrôlant déjà 700, et l’ »UOIF » 400 (salles de prières + grandes mosquées).

Renvoyer « Dalil Boubakeur » dans son pays, l’Algérie, avec les centaines d’imams fonctionnaires de l’Algérie qui gèrent les mosquées de la « GMP », serait d’une élémentaire précaution.

L’Algérie qui applique un islam totalitaire, a encore arrêté un chrétien pour possession de bibles récemment.

http://www.islamisation.fr/  du 07/04/2015

 §§§§§§§§§§

« Boubakeur » indésirable en France

Excellent article de « Joachim Veliocas », sur le site « islamisation.fr », qui se termine pas la seule conclusion possible :
il faut renvoyer Dalil Boubakeur en Algérie.

Par ailleurs, n’en déplaise à tous les idiots utiles qui ont cru voir en « Boubakeur » un musulman modéré, ce dernier a toujours été du côté de l’islam, contre nos valeurs démocratiques, dont la liberté d’expression.

Faut-il rappeler qu’il a approuvé la fatwa de l’ayatollah Khomeiny contre Salman Rushdie, et qu’il était en première ligne dans la plainte déposée en 2006 contre Charlie Hebdo ?
Aussi, quand « Caroline Fourest », qui, à un moment, proposait au recteur de la Mosquée de Paris de faire sa communication, découvre en 2015 que Boubakeur et l’UOIF jouent ensemble, cela laisse perplexe…

fouresttwittboubakeur

En ayant osé cette revendication ahurissante et provocatrice (deux fois plus de mosquées en deux ans !), le recteur liberticide a mis dans l’embarras tous les apologistes de l’islam de France, qu’il incarnerait.

Les masques sont tombés et c’est tant mieux.

« Boubakeur » est musulman, et donc il souhaite que la France devienne musulmane, d’où la revendication des mosquées, pour une conquête de visibilité et d’endoctrinement.
Il est parfaitement dans son rôle, et nous confirme que l’islam est incompatible avec la République et la France…

C’est pourquoi un gouvernement digne de ce nom l’aurait renvoyé en Algérie dès dimanche soir, comme il expulserait tous ceux qui, en se réclamant de l’islam, se comportent comme une cinquième colonne et menacent notre pays.

Paul Le Poulpe

http://ripostelaique.com/  du n° 402 le, 07/04/2015

§§§§§§

DOSSIER BOUBAKEUR

Caricatures danoises :
-quand Boubakeur menaçait ouvertement Charlie Hebdo

http://ripostelaique.com/2006-caricatures-danoises-quand-boubakeur-menacait-ouvertement-charlie-hebdo.html

Lettre ouverte de Sami Aldeeb à Dalil Boubakeur :
-revoir intégralement les enseignements de l’islam

http://ripostelaique.com/lettre-ouverte-de-sami-aldeeb-a-dalil-boubakeur-revoir-integralement-les-enseignements-de-lislam.html

Dalil Boubakeur et les dures exigences du mensonge

http://ripostelaique.com/dalil-boubakeur-et-les-dures-exigences-du-mensonge.html

Le recteur liberticide Boubakeur l’avoue :
l’islam n’est pas une religion comme les autres

http://ripostelaique.com/le-recteur-liberticide-boubakeur-lavoue-lislam-nest-pas-une-religion-comme-les-autres.html

Rassemblement Boubakeur :
les médias auraient tant aimé que leur belle histoire soit vraie

http://ripostelaique.com/rassemblement-boubakeur-les-medias-auraient-tant-aime-que-leur-belle-histoire-soit-vraie.html

« Dalil Boubakeur » ou la docilité bien récompensée

http://ripostelaique.com/Dalil-Boubakeur-ou-la-docilite.html

http://ripostelaique.com/  du n° 402 le, 07/04/2015

 

 

Article initialement publié le 07/04/2015

Nous sommes en 2016 maintenant et « Dalil Boubakeur » ajoute la perversité à la sournoiserie !

Paris Vu Par Une Citoyenne Russe.

identite_nationale_francaise

CE QUE LES MEDIAS FRANCAIS OMETTENT,
UN REPORTAGE RUSSE VOUS LE MONTRE

Image de prévisualisation YouTube

La France se convertit
à l’Islam

Je me suis permis de retranscrire les sous-titres en Français,
la traduction va parfois un peu vite…
et je suis trop maniaque au sujet des fautes d’orthographe ou de syntaxe !

Maintenant, en Europe, la capitale du vieux monde change son visage culturel.
Est-ce que les rois de France qui sont enterrés dans la Basilique de Saint-Denis, près de Paris, auraient pu se douter qu’il allaient reposer un jour ainsi entourés ?

Reportage sur une France méconnaissable :
Dans cette école musulmane, deux fois par semaine, le mardi et le samedi, on ne parle que l’arabe car la langue Française est interdite.
Ici, les inscriptions sont closes un an à l’avance.
Chaque jour dans l’emploi du temps, la première leçon est au sujet du Coran car un vrai musulman doit apprendre par coeur 114 « sourates » du « livre saint ».
Le dessin d’Aïsha se trouve sur le mur, il ne représente ni sa maman, ni son papa, ni même ses amis, mais Allah car ce dernier doit être, dans sa vie, à la première place.
Voici deux années que cette petite marocaine ainsi que ses huit soeurs portent le « tchador » et, dans la famille d’Aïsha, personne n’essaie d’apprendre la langue Française.
Même s’il habite en France, un bon musulman doit dire « bismillah » (au nom du Dieu clément et miséricordieux) avant de manger, de dormir ou de prier.
La loi Française interdit de se présenter dans une école en « jilbab » qui est un long vêtement couvrant la totalité du corps, à part le visage et les mains, mais la loi laïque n’est pas appliquée dans cette école musulmane.
D’ailleurs, le mot « laïc » est traduit en arabe par « anti-religieux ».
Une jeune fille nous dit :
« Moi je respecte ma religion, c’est la raison pour laquelle je porte le « tchador » et si la France est contre, alors qu’elle l’interdise aux françaises mais pas à moi.
Seul Allah peut m’interdire quelque chose. »
L’an dernier à Paris, trois écoles islamiques clandestines ont été fermées.
A l’heure actuelle des mesures ont été prises à l’endroit de ces écoles et leurs adresses ne sont plus disponibles sur internet ou dans l’annuaire de la ville.
Officiellement, ces écoles n’existent pas
Une enseignante nous parle :
« Nous apprenons à nos élèves qu’ils sont tout d’abord des musulmans et qu’ils doivent, avant tout, vivre selon les lois d’Allah parce que seul Allah est véritable.
Ne t’arrête pas et ne crains rien, sauf Allah, voilà ce qui est écrit dans le Coran. »

Couronnes est la plus grande concentration volontaire de musulmans de Paris et, effectivement ici, on n’a peur de rien !
Un passant croisé nous informe :
« Les musulmans vivent ici selon leurs propres lois. »
Sur les marchés, dans les 11ème, 18ème et 20ème arrondissements de Paris, n’est plus vendue que de la viande « halal » ainsi que des articles pour les croyants (vendus à prix réduit).
Une femme sur deux s’y promène en burqa !
Il n’y a presque plus que des musulmans à Belleville et, cinq fois par jour, retentit l’appel du « muezzin ».
« Je ne sais pas si ce sont des musulmans ou pas mais, mes enfants et moi, nous avons déjà été la cible d’agressions de la part d’adolescents, c’est dangereux d’habiter ce quartier », nous murmure une habitante avant de continuer son chemin.

Personne ne sait combien ils sont exactement mais au moins 10% de la population Française faite le « salât »(les cinq prières quotidiennes).
Cela fait environ 6 à 8 millions de personnes et c’est le record en Europe.
Chaque année 200 000 personnes viennent France légalement, il faut en ajouter 200 000 autres qui, elles, franchissent les frontières sans papiers.
Nous avons écouté Marine Le Pen :
« Mais réfléchissez un peu, nous comprenons les Français.
Nous donnons des passeports, de droite et de gauche, sans chercher à savoir si l’individu veut devenir Français, ni même s’il en est capable.

Si nous ne voulons pas que la France couvre son visage d’un voile, nous devons stopper ce flux d’immigrés, il faut absolument leur interdire d’entrer chez nous car, au train où ça va, nous risquons de vite devenir un pays islamique. »
En fait, 43% des personnes qui sont entrées en France n’ont jamais tenté de travailler, 19% d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté, dans des cartons, sur le trottoir.
Voici les propos d’un sans domicile fixe :
« Nous n’avons rien, ni logement, ni travail, et cette ville de Paris ne nous donne rien, ne nous donne pas de travail. »
Nous sommes maintenant dans une ville improvisée de personnes sans abris, juste sous les vitraux de la Basilisque de Saint-Denis qui renferme les sépulcres de 25 reines, 10 rois et 85 princes.
De nos jours , à 9 kilomètres du palais de l’Elysée, il n’est plus nécessaire de parler Français.
Environ 1500 réfugiés et mendiants vivent ici, se chauffent 24 heures sur 24, et parmi eux, un sur cinq est musulman.
Cette banlieue de Paris est la plus pauvre mais aussi la plus criminelle.

Dans cette course démographique, l’Islam a vaincu l’Europe depuis longtemps
En moyenne, Les Français de souche ont un enfant par foyer alors que les musulmans en ont cinq.
Si cette évolution continution dans ce sens, les sociologues ont déjà estimé que, dans une vingtaine d’années, la cinquième république Française sera devenue musulmane.
Il ne sera plus interdit de prier dans les rues …et les Français non-musulmans n’auront plus qu’à se résigner !

P.S.En France, il y a 2200 mosquées qui occupent une surface de 300 000 mètres carrés, selon l’évaluation du conseil des musulmans de France et chacun a besoin d’au moins un mètre carré pour effectuer ses rites religieux, cela signifie qu’il faudra plus que doubler le nombre des mosquées !

Reportage par Olga Skobaeva

https://www.youtube.com/user/SoraloFolaso  le 08/03/2013

 

Article publié initialement en 2013.

Chute Du Monde Islamique Imminente.

Chute Du Monde Islamique Imminente. dans Islam logo1-e1380755842334« Al Hayat »

Pourquoi avoir peur qu’on critique l’islam ?

La chute du monde islamique est imminente, c’est ce que « Hamed Abd el Samad » a prédit en 2010 et c’est ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux.
Il s’agit toutefois d’une chute au ralenti qui s’étirera sur vingt ou trente ans.
Elle a, sans qu’on s’en aperçoive, débuté en Somalie et au Soudan.
Ce sont les nations les plus fragiles et les plus désorganisées qui ont pris la tête du peloton.
Mais d’autres récemment ont suivi, la Lybie, la Syrie, l’Irak et jusqu’à un certain point l’Égypte, récemment libérée des griffes des « Frères musulmans », et la Tunisie dont le destin est encore mal assuré.
L’effondrement du monde islamique c’est aussi, et surtout, l’effondrement de l’islam politique et de l’idée de califat, rêve désormais irréalisable pour certains, mais cauchemar pour tous les autres.

« Hamed Abd el Samad » a littéralement disséqué le sujet.
Dans la seconde partie de l’entretien, il parle spécifiquement de la chute du monde islamique et de l’opportunité historique qu’elle offre au monde arabo-musulman, ce dernier saura-t-il en profiter ?
Rachid :
Laissez-moi vous poser cette question qui est au cœur de notre entretien :
Qu’entendez-vous par la chute du monde islamique ?
L’islam va-t-il disparaître ?
Hamed Abd el Samad :
Non !
Il y a environ un milliard et demi de musulmans, nul ne peut prétendre qu’ils vont disparaître.
Je m’attends plutôt à un changement radical quand la « respiration artificielle » s’arrêtera avec la panne des respirateurs.
Elle surviendra dans une trentaine d’années, avec le tarissement des puits de pétrole en Arabie.
Dans trente ans si nous n’avons pas élaboré un protocole de coopération avec l’occident…

Rachid :
Vous vous attendez à ce qu’il ne reste plus de pétrole dans trente ans ?
Hamed Abd el Samad :
Les réserves de pétrole seront épuisées et le monde s’oriente vers des alternatives au pétrole :
L’énergie solaire, l’énergie éolienne.
Le monde veut développer ses propres ressources en énergie et ne veut plus dépendre de cette région qu’on appelle le Moyen-Orient, qui ne lui apporte que des problèmes et des conflits.
Donc les réserves de pétrole du Golfe arabo-persique seront épuisées et cela signifie que des catastrophes guettent les pays pétroliers s’ils n’ont pas appris à développer leur économie par d’autres moyens que l’exportation de la ressource pétrolière.

Rachid :
Ils dépendent même de la main-d’œuvre étrangère pour à peu près tout.
Hamed Abd el Samad :
L’idéologie alimentée par l’argent du pétrole piquera du nez, de la même façon que les manifestations en appui aux « frères musulmans » en Égypte se sont arrêtées, par manque d’argent.
Quand la source de financement est tarie, l’enthousiasme diminue et les gens restent à la maison.
Le même phénomène s’est produit au moment des élections.
Donc le premier facteur, l’argent, quittera la scène.
Le second facteur, la haine de l’occident ne pourra pas se maintenir :
Nous ne pouvons pas témoigner de l’hostilité envers l’occident et ses valeurs éternellement
, d’autant plus qu’il est notre voisin et qu’il détient l’expertise et le 
« know how » dont nous avons besoin pour faire évoluer nos sociétés.
La haine nuit davantage à celui qui hait qu’à celui qui est l’objet de la haine.
Notre haine de l’occident ne lui a pas nui beaucoup, objectivement elle a été bien plus nuisible pour nous.
Nous avons établi l’éducation et l’instruction sur la détestation des occidentaux, nos jeunes ont investi énormément d’énergie dans la haine, sans résultats par ailleurs, parce que cette haine n’atteint pas sa cible et ne peut rien contre elle.
Cette énergie dépensée en pure perte, aurait pu être investie d’une façon plus profitable pour nous.
Quel impact cela aura-t-il sur la religion ?
Moi je crois que l’islam retournera comme au temps de ma grand-mère, un islam fortement teinté de religiosité populaire, et comportant un volet folklorique.
La religiosité populaire est simple…
Rachid :
Elle est faite de croyances, de légendes, de rites et de pratiques bénignes.
Hamed Abd el Samad :
À mesure que s’élèvera le niveau de culture des personnes, un certain degré de réserve sera observé, comme ce fut le cas pour le christianisme en occident.
L’occidental ne s’attarde pas à discuter de théologie, ni à parler de la trinité ou de sujets qui relèvent davantage de la foi que de la logique.
Dans trente ans une partie de l’islam relèvera de la piété populaire et une autre partie appartiendra au folklore, parce que, à l’ère d’ Internet et des débats qui y sont lancés sur différentes idées, aucune idéologie ne sera en mesure de leur résister, particulièrement celles qui se basent sur l’interdiction de penser et l’interdiction de discuter.
Dès à présent ce type d’idéologie n’a plus cours, les jeunes veulent connaître les dessous et le pourquoi des choses. ils n’acceptent pas qu’on leur impose de ne pas poser de questions.
La génération internet met au défi les « Grandes Certitudes ».

Rachid :
On ne peut plus leur dire: « Allah et son prophète en savent plus que nous! »
Hamed Abd el Samad :
Ce n’est plus possible, on ne peut non plus leur mettre sous le nez le verset du coran qui dit :
 » Ne posez pas de questions sur des choses, la connaissance desquelles vous causera du tort… »
Non elle ne nous causera pas du tort, répondez aux questions et ne vous en faites pas trop, nous sommes capables d’en prendre.
À présent les jeunes ont adopté cette logique, cela ne les amènera pas nécessairement à perdre la foi, ce qu’ils risquent de perdre c’est la composante d’hostilité dirigée contre l’autre.
Et si cela ne se passe pas ainsi ce sera la catastrophe.
La chute du monde islamique se fera sur tous les plans, politique social et religieux.
Selon moi cette chute constitue une opportunité… Une opportunité.

Rachid :
De sortir du cul-de-sac…
Hamed Abd el Samad :
Nous devons reconnaître notre échec pour pouvoir un jour nous tenir debout.
Tant que nous sommes dans le trou et que nous continuons à croire que nous avons atteint le sommet de l’univers, nous n’arriverons à rien.
Nous devons nous rendre compte que nous sommes malades, sans cela nous ne ferons pas appel au médecin.

Rachid :
À la page 13 du livre vous dites :
« Ce à quoi nous assistons aujourd’hui dans le monde islamique, n’est pas un conflit entre la modernité et la tradition, comme certains le prétendent, mais plutôt l’agonie de la culture arabe et islamique, laquelle se révèle impuissante à fournir des réponses crédibles aux interrogations incessantes de notre époque.
Il s’agit d’un état de confusion et de convulsion intellectuelle qui conduit certains à la schizophrénie, d’autres au désespoir et d’autres encore à l’extrémisme et à la violence.
Cet état d’indigence culturelle et spirituelle, ils tentent de le cacher derrière le voile d’une religiosité frelatée et sous des cris assourdissants à propos de sujets futiles.
C’est ainsi que l’islam disparaît graduellement des cœurs et des consciences et ne se manifeste plus que dans les barbes et les slogans.
Car celui qui hurle au nom de son dieu dans les ruelles ou à travers les écrans, l’a perdu depuis longtemps dans son for intérieur. »
Hamed Abd el Samad :
Il s’agit d’un mécanisme psychologique courant.
Je me souviens quand j’étais petit, je cherchais à m’affirmer en élevant la voix.
Mon père m’a pris à l’écart et m’a dit quelque chose qui m’est toujours resté à l’esprit, il m’a dit:
« Si tu veux me convaincre que 1 + 1 = 2, tu n’as pas besoin de crier, mais si tu veux me convaincre que 1 + 1 = 15, il faudra que tu te mettes à sauter partout. »
Celui qui a la logique de son bord, n’a pas besoin de crier.
Les gens voient les islamistes hurler, gesticuler, menacer et user de violence et ils trouvent que ce sont là des signes qui ne trompent pas de la force de l’islam politique.
Tel n’est pas le cas, ce sont plutôt des signes de sa faillite

Des signes de faillite.
Le fort ne crie pas, c’est le faible, celui qui refuse de reconnaître sa faiblesse et sa défaite, celui-là se plaît à crier.
Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas dangereux, au contraire, il est même très dangereux parce qu’il se trouve dans la phase terminale du désespoir.
Même constatation au sujet des signes religieux externes qui se répandent un peu partout, ils sont un signe de faiblesse et la preuve que les musulmans refusent de reconnaître la crise dans laquelle ils sont plongés.
Mais ce refus de prendre acte de la gravité de la situation on le rencontre également chez les réformateurs. Ils n’ont pas le courage de désigner les choses par leur nom.
La maison est à la veille de s’écrouler, mais le réformateur se sent mal à l’aise de dire la vérité à ceux qui l’habitent, après tout ce sont des voisins et des amis et il les aime bien !

Rachid :
J’ai vu qu’à la page 20 vous comparez la situation du monde islamique au naufrage du Titanic :
« Le vaisseau de l’islam se retrouve seul et gravement endommagé au milieu de l’océan glacé.
Le sauvetage semble irréalisable, on est sans nouvelles des passagers de la troisième classe, ils semblent piégés dans le ventre du navire.
Les passagers fortunés tentent de fuir sur les rares canots de sauvetage, les chefs religieux continuent de répéter les mêmes rengaines et exhortent les gens à la patience, les réformateurs de l’islam ressemblent aux musiciens du Titanic, ils continuent à jouer sans arrêt, pendant que le vaisseau s’enfonce dans l’océanils savent pourtant que personne ne les écoute. »
Quelle étrange comparaison!
Hamed Abd el Samad :
C’est exactement ce que font les réformateurs de l’islam.
Personnellement je veux que la situation change.
Quand j’ai écrit ce livre, ou quand je rédige un article, je me sens motivé par mon amour pour la société où j’ai grandi.
Je ne la déteste pas, est-il possible de détester sa mère, ses proches et ses amis ?
J’incite donc au changement.
Les réformateurs eux, vous disent :
« le peuple n’est pas encore prêt !
 » Oui mais quand sera-t-il prêt ?
Pouvez-vous me fixer la date et l’heure, si c’est dans vingt ans je serai au rendez-vous.
De tels propos nous les entendons depuis cent ans, depuis le temps de « Taha Hussein », à qui on a signifié que la société n’est pas disposée à assimiler ses idées.
Alors quand le pourra-t-elle ?
Quand le paquebot sera en train de sombrer ?
Moi je constate le choc :
le paquebot de l’islam s’est  heurté à l’iceberg de la modernité, l’eau s’est engouffrée dans les ponts inférieurs.
Nous devons trouver rapidement une issue, quitter le navire au plus vite, mettre au rancart cette idéologie.
Mais il y a des gens qui disent que les choses doivent demeurer telles qu’elles sont, immuables.
La scène du musicien dans le film, de mon point de vue est superbe, il sait que personne ne lui prête l’oreille, que le paquebot est en train de sombrer, mais il continue de jouer.
Cette allégorie est semblable à celle de la maison qui menace de s’effondrer.
Je suis quelqu’un qui n’éprouve aucune gêne à dire à mes voisins et amis :
« Mes amis cette maison va s’effondrer bientôt, je vous prie de quitter au plus vite et de vous bâtir une nouvelle maison.
Ou bien vous pouvez démolir celle-ci et en construire une autre à sa place. »
Telle est ma position.
Celle des réformateurs est à l’opposé, ils disent aux habitants :
« Procurez-vous une peinture de qualité, nous allons repeindre à neuf la maison et elle sera plus belle ! »

Mais la peinture n’empêchera pas la catastrophe, la maison s’effondrera sur ses occupants, c’est pourquoi il est important de démolir dès que possible et en construire une autre.
On dirait que nous ne voulons pas reconnaître que notre maison a pris de l’âge, que nous ne l’avons pas entretenue correctement, et qu’il est dangereux de l’habiter.
C’est à peu près cela que j’ai voulu suggérer dans mon livre.

Rachid :
Si l’on se fie à vos propos, il n’y a aucun courant réformateur à l’intérieur de l’islam qui ait des chances de réussir.
Hamed Abd el Samad :
J’ai des amis qui s’activent à l’intérieur de l’islam, que font-ils ?
Ils tentent de trouver quelques versets du coran qu’ils s’efforcent de boulonner sur notre époque, en espérant qu’ils feront l’affaire.
Mais quelque temps plus tard, du fait qu’ils ne sont pas adaptés à la situation, ou parce qu’ils ne se trouvent pas à leur place naturelle, les boulons se détachent de la coque du navire et l’eau s’engouffre de nouveau dans le Titanic.
Une réforme basée sur une compréhension différente de la religion est impossible de mon point de vue, parce que la société ne doit pas reposer sur une idéologie religieuse.
La religion est intimement liée à la spiritualité de la personne, sa place est dans son cœur et aucune force extérieure ne peut l’en déloger.
 La réforme sur le plan politique et social doit reposer sur le principe de citoyenneté et non sur une relecture à visée réformatrice du coran et des hadiths.
La réforme de la pensée religieuse de son côté doit viser l’humain et la notion de sacré.
Il faut qu’il y ait un certain degré de relativité, à savoir que ce qui est sacré pour moi, ne l’est pas nécessairement pour les autres, et que je ne suis pas autorisé à leur imposer ma conception du sacré.
Moi je voudrais que cette approche soit prise en compte et qu’il n’y ait pas d’interdit.
Celui qui ne reconnaît pas l’origine divine du coran est dans son droit quand il affirme calmement :
« Pour moi le coran n’est pas la parole d’Allah. »
Dans son cas s’exprimer ainsi n’a rien de destructeur, c’est simplement l’expression d’une opinion, il en résulte que nul n’est autorisé à le tuer.
Ceux qui croient au caractère divin et sacré du coran n’ont rien à craindre de ceux qui n’y croient pas.
Croire que l’on puisse réformer la société par la réinterprétation de tel ou tel verset du coran est illusoire, pourquoi ?
Parce que si je voulais par exemple encourager la coexistence et les bonnes relations entre chrétiens et musulmans, et faire en sorte qu’elles s’appuient sur l’islam, je dirais que le Prophète nous a recommandé de bien traiter les chrétiens, qu’il a dit que les gens du livre ont bon cœur, j’ajouterai qu’un verset dit que les chrétiens sont ceux qui témoignent le plus de bienveillance à l’égard des croyants, etc.
Si je me basais sur ces passages pour réaliser la coexistence, les fondamentalistes qui  la rejettent citeront de leur côté d’autres passages du coran à l’appui de leur orientation, tels que :
« Sont mécréants ceux qui professent que Jésus fils de Marie est Dieu. »
Et :
« Tuez-les partout où vous les trouverez. »
Etc.
Si je cite un verset par ci, ils en citeront un autre par là et nous ne nous en sortirons jamais. 
On peut même prédire que les fondamentalistes finiront par avoir le dessus, parce que les versets qu’ils citeront seront plus explicites que tout ce que je pourrai trouver
.
C’est ce qui me porte à dire qu’on ne doit ni justifier la violence, ni décréter la tolérance en se basant sur les textes sacrés, la coexistence doit reposer sur des bases strictement humaines.
L’intérêt des uns et des autres l’exige, même s’ils ne s’entendent pas ou ne se témoignent pas de sollicitude particulière, et malgré qu’ils expriment des idées diamétralement différentes, c’est tout.
L’idée ne doit être opposée que par une autre idée non par un « RPG » (lance-grenade largement utilisé par les « jihadistes »).

Rachid :
En lisant votre livre j’ai découvert l’existence de « lignes rouges » auxquelles se heurte tout réformateur, de telle sorte que le courant « salafiste » et l’État islamique finissent toujours par avoir le dernier mot.
Pouvez-vous nous parler de ces lignes rouges et de leur impact sur les tentatives de réforme.
Hamed Abd el Samad :
La réforme et les lignes rouges sont antinomiques, elles s’opposent totalement.
Il faut rejeter l’idée selon laquelle certains sujets ne peuvent jamais être abordés et que celui qui ose s’en approcher sera puni, parce que cela mène à paralyser la pensée.
L’histoire de l’islam est remplie de réformateurs qui, hélas, n’ont pas été capables de susciter un élan durable.
Nous avons eu les « moutazilites », nous avons eu « Ibn Rushd » (« Averroès »), et dans les temps modernes « Mohammed Abdou », « Taha Hussein » et « Nasr Hamed Abou Zeid », mais ce n’étaient que de petits ruisseaux au milieu du désert qui ont fini par s’assécher.
Ils n’ont pas été capables de donner un élan suffisamment puissant pour passer outre les lignes rouges.

Rachid :
Pourquoi n’ont-ils pas été capables de donner cet élan ?
Hamed Abd el Samad :
Parce qu’à l’opposé, le courant orthodoxe « salafiste » s’est avéré trop puissant du fait que les lignes rouges lui servent de remparts.
Le réformateur se fait dire :
« STOP , ne dépasse pas les limites, le coran a dit ceci ou cela, ne touche pas au Prophète, n’aborde pas tel sujet, ne parle pas de « Darwin », etc. »
On se sert du sacré pour bloquer le chemin.
La vraie réforme consiste à ramener les lignes rouges au niveau de l’individu qui tient à les respecter, comme c’est le cas pour un ami « salafiste » qui m’est très cher.
Cet homme m’a dit textuellement :
 » Si je devais dans ton cas tenir compte des lignes rouges, je n’aurais d’autre choix que de te tuer !

Rachid: Ah!
Hamed Abd el Samad :
Mais il a ajouté :
 » J’ai décidé de vivre exactement comme le Prophète l’a ordonné, mais seulement à l’intérieur de ma maison et pas plus loin ! »
Je n’ai aucun problème avec ce type de pratique religieuse, cet homme applique ses préceptes sur lui-même et ne se reconnaît ni le droit ni l’obligation de me forcer à les suivre.
Ses lignes rouges le concernent personnellement et il ne les impose à personne d’autre.
Il faut d’autre part admettre que les lignes rouges qu’on impose à la société instillent la peur.
Elles engendrent la lâcheté et le mensonge.
La peur, la lâcheté et le mensonge sont des plaies qui défigurent les sociétés.

La personnalité de l’individu, qu’il s’agisse d’une jeune femme ou d’un jeune homme, s’en trouve mutilée et rendue stérile, à force de se mentir à soi-même et à autrui.
L’individu doit pouvoir se libérer de tous ces fardeaux, de toutes ces valises pesantes qui entravent son mouvement et qui l’écrasent, pour entreprendre son voyage d’un pas léger.

Rachid :
Vous avez traité de l’échec des réformateurs, j’aimerais quand même parler du courant coraniste qui rejette les « hadiths », la « Sira » du Prophète, l’histoire de l’islam des origines et d’autres choses comme le « tafsir » (l’exégèse du coran) et qui s’en tient au coran, au coran et rien d’autre.
Il y a aussi des gens comme le prédicateur « Adnan Ibrahim » qui tentent d’introduire la notion de « raison » dans l’examen des textes et qui font le tri dans les « hadiths », ceux qui sont compatibles avec la raison sont retenus, ceux qui s’y opposent sont mis de côté.
Croyez-vous que ces gens ont des chances de réussir, ou qu’ils vont se heurter également aux lignes rouges?
Hamed Abd el Samad :
Ils se heurteront aux lignes rouges, et de toute façon ceux qui font usage du « takfir » (l’excommunication islamique) ne font pas de différence entre un réformateur et un apostat comme moi.
Moi je crois qu’ils perdent leur temps.
Cependant ils pourraient jouer un rôle positif.
L’intérêt de ces courants réside dans l’attrait qu’ils exercent sur les jeunes, dans la mesure où ils les incitent à réfléchir et à examiner les sujets d’un point de vue différent.
Mais la réforme ne peut se faire sur des bases religieuses, la réforme de la société doit se faire sur la base de la citoyenneté.

Rachid :
Et cela pourrait même s’avérer négatif, si les réformateurs s’avisent d’embellir ou de maquiller ce qui devrait être changé, ou comme vous le dites, de repeindre une maison qui menace de s’écrouler.
Et pour ce qui est du coran, ils ne peuvent faire autrement que l’étirer au-delà du raisonnable, pour lui faire dire ce qu’ils aimeraient y trouver.
Il y a du positif chez les réformateurs mais aussi du négatif.
Hamed Abd el Samad :
Bien sûr, car même si nous mettons de côté la « Sira » du Prophète, les « hadiths », l’histoire de l’islam et le « tafsir » et que nous nous en tenons seulement au coran, nous allons nous heurter à des choses incompatibles avec le monde moderne.
Le coran approuve les « malakat el yamine » (les esclaves sexuelles) il légalise l’esclavage en général, il valorise le combat à mort dans le sentier d’Allah et prescrit l’amputation des extrémités comme châtiment...
Il y a du beau dans le coran et du laid, on y trouve la tolérance mais également la violence.
Cela dépend de celui qui le lit et qui observe ses commandements.
Moi je recommande de placer le coran à sa place dans son contexte, celui du septième siècle quand il servait à répondre aux préoccupations des gens de son temps.
Ces gens avaient une mentalité particulière, ils vivaient dans un milieu géographique particulier.
Le coran, par exemple, parle du paradis comme d’un endroit où on ne subit pas la chaleur du soleil.
Si j’en parlais à des suédois ils seraient déçus car ils préfèreraient un paradis ensoleillé !
Le coran reflète la mentalité et le goût des hommes de son temps, du fait qu’il a « palabré » avec eux et qu’il a fourni des réponses à leurs questions, comme par exemple au sujet du vin, est-il permis d’en boire ?
Ou au sujet de l’impôt religieux, il a donc échangé avec la société de son temps.
Or il n’est pas possible pour le coran d’échanger avec la société d’aujourd’hui du fait de l’absence de communication en direct, comme au temps du Prophète.

Rachid :
Donc le coran ne fait qu’imposer !
Hamed Abd el Samad :
Il impose les « ententes » qu’il a négociées au 7e siècle, pour régler les problèmes de cette époque.
Mais nos problèmes et nos défis en ce 21siècle sont radicalement différents.
L’esclavage sexuel ou l’esclavage tout court ne sont plus acceptables, en Égypte personne ou presque ne peut concevoir qu’un copte soit traité en dhimmi, qu’il n’ait pas le droit à une carrière militaire et qu’il soit contraint de payer la « jizia » (la rançon).
Celui qui veut vivre dans une société moderne doit accepter que cette société se dote d’une structure et de méthodes modernes.
Nous craignons de nous appuyer sur ce que le monde a réussi à mettre au point, parce que nous avons honte de nous-mêmes, honte de n’avoir pas su créer  au cours des siècles passés nos propres structures politiques, sociales et économiques.
Nous refusons d’imiter les autres, mais l’imitation quelque fois est nécessaire ou inévitable, comme quand on se sert du téléphone, de la télé et des autres instruments qui sont autant d’inventions où nous n’y sommes pour rien. 
Il existe donc un type de gouvernement, que l’occident a mis au point et qui a largement fait ses preuves, bien qu’il ait des défauts, pourquoi ne pas l’adopter ?

Pourquoi ne pas comparer les pays qui ont séparé la politique de la religion, avec ceux qui les ont mélangées ? Comparer l’Iran, l’Arabie Saoudite, la Somalie, le Soudan, l’Afghanistan d’un bord et la Suède, la Norvège, l’Allemagne de l’autre ?
Et examiner objectivement ce que chacun de ces deux groupes de pays est parvenu à réaliser.

Rachid :
Vous avez abordé le sujet des manuels scolaires qui sont remplis de choses qu’on inculque aux élèves dès l’école maternelle, et je suis d’accord avec vous quand vous attribuez au système éducatif une place centrale dans la crise que nous traversons.
Parmi les points que vous soulevez à la page 28 j’ai relevé ceci :
« Nous injectons à nos enfants dans les écoles, et à nos dévots dans les mosquées, la haine d’un ennemi que leurs mains ne peuvent atteindre, ce faisant nous détournons de nos sociétés des énergies dont elles ont absolument besoin pour réaliser les changements, et nous détournons leur attention de sujets autrement plus importants. »
Quand, à travers les manuels scolaires, nous apprenons à nos enfants à haïr, quand nous enseignons par exemple qu’Allah a changé les juifs d’un certain village en singes et en porcs, que les juifs d’aujourd’hui sont les frères ou les descendants des singes et des porcs, que les chrétiens sont des « kouffars » (des mécréants), que leur témoignage n’est pas valide etc.
Trouvez-vous que ces éléments ont quelque chose à voir avec la chute du monde islamique ?
Hamed Abd el Samad :
Évidemment, comme je vous l’ai mentionné déjà, si la civilisation arabe du Moyen-âge a atteint un tel niveau d’avancement, c’était à cause de son ouverture.
Elle a traité les adeptes des autres cultures comme des êtres humains ayant des habiletés particulières, dont elle a su profiter.
Les traducteurs, les savants, les médecins ont été accueillis en son sein et elle a assimilé leur savoir.
Ce n’est pas l’islam en tant que religion qui a édifié cette civilisation, s’il en avait été autrement, la Mecque et Médine seraient devenues les centres principaux du savoir.
Mais ces centres se sont trouvés à Bagdad, au Caire, à Damas, en Andalousie, là où il était possible de rencontrer d’autres cultures et les adeptes des autres religions, lesquels ont transmis leur patrimoine scientifique et intellectuel à la culture arabe.
Avec ce type d’enseignement, nous érigeons un mur culturel, affectif et moral entre nous et les adeptes des autres religions et des autres cultures.
Ce mur nous empêche de tirer profit de leurs réalisations et de coopérer avec eux, au contraire il nous incite à les éviter, à nous en méfier, à les suspecter, à polémiquer avec eux, et même à leur déclarer la guerre.
 Une guerre largement fantasmatique, qui n’a rien de concret, comme s’il nous était possible d’appareiller une flotte de cuirassés pour aller détruire l’Europe et l’Amérique ! 
Nous gaspillons l’énergie de nos jeunes dans cette haine, les réduisant à se battre contre des moulins à vent sans résultat
.
Alors pourquoi dépenser ces énergies en pure perte ?
Partout dans le monde l’enseignement consiste à apprendre à l’enfant à réfléchir et à prendre des décisions, à lui apprendre comment bien penser et non quoi penser.

Rachid :
Mais notre enseignement c’est bien souvent du par cœur.
Hamed Abd el Samad :
Nous leur disons quoi penser, nous ne leur donnons même pas le choix entre deux possibilités.
Nous disons à l’élève :
« C’est ça la vérité et c’est ce que tu dois penser, ton Histoire est grandiose, elle est sans défaut, bien au-dessus de celle des autres ! »

Le danger de ce type d’enseignement est qu’il ne peut former des personnalités solides.
Quand un individu qui a été formé par cet enseignement se retrouve dans la société occidentale, sa personnalité se fissure au premier contact, malgré son intelligence et son savoir.

Rachid :
Elle ne résiste pas au choc.
Hamed Abd el Samad :
Parce qu’elle n’a pas la solidité nécessaire pour se mouvoir dans une société qui sur le plan intellectuel privilégie l’analyse rationnelle et non les certitudes immuables.
Le musulman qui discute avec l’européen à coup de citations et d’arguments tirés du coran, ne sait pas au départ que son argumentation n’a aucune valeur.
Il découvre tout d’un coup qu’il ne lui suffit pas de dire avec assurance :
« c’est mentionné dans le coran c’est donc la vérité ! »
Son interlocuteur européen exige de lui des arguments rationnels qu’il lui est impossible de trouver, n’ayant pas appris à raisonner.

Rachid :
Traitant du même sujet vous dites :
« Un coup d’œil dans les manuels d’histoire du Yémen, d’Arabie Saoudite, de Syrie et on en arrive aux mêmes conclusions :
Les autres sont la cause de nos malheurs, l’occident est le Grand Satan !
 Le plus étrange est que la plupart des chefs d’État arabes sont les alliés de l’occident, ils préservent ses intérêts, lui témoignent leur loyauté et reçoivent de sa part de l’aide et des armements. »
En moins de quatre lignes vous avez ciblé une réalité bien curieuse, comment expliquez-vous ce paradoxe ?
Hamed Abd el Samad :
Tout dictateur se doit de noyer la pensée libre, s’il veut maintenir son contrôle sur le peuple.
Il doit le convaincre que le règne actuel est exceptionnellement reluisant, que l’ennemi extérieur est responsable de ses problèmes.
Nous sommes donc en présence d’une contradiction, le chef de l’État est l’ami de l’occident, et en même temps il incite à la haine de l’occident dans les manuels scolaires.
Il s’efforce de montrer l’Europe et l’Amérique sous un mauvais jour pour que les gens ne se mettent pas à rêver à la démocratie.
Mais les choses commencent à changer parce que le manuel scolaire n’est plus l’outil principal d’apprentissage. D’autres ressources, en particulier Internet, ont commencé à diffuser des informations différentes :
« Tu me dis que l’Amérique ressemble à ça, mais la « BBC » me montre une image très différente, sur le Net j’ai des amis qui me disent autre chose. »
On en vient à présent à modifier les manuels scolaires, histoire de préserver la crédibilité du système d’éducation.
Il faut les épurer des éléments qui incitent à la haine et à la diabolisation de l’autre.
L’autre a toujours été diabolisé.
 Diviser le monde entre bons et méchants mène à la confrontation finale d’où ne pouvons sortir que perdants, parce que l’autre s’est équipé avec des armes dont nous ne détenons pas l’équivalent.
Isoler nos enfants, couper leur esprit du monde réel, les obliger à vivre dans un monde fait d’illusions, où notre Histoire est idéalisée, et où les autres sont responsables de nos tragédies, cette vision ou plutôt ce regard que nous jetons sur le monde, nous a coûté cher et continue de nous coûter très cher.

À présent que nous en avons terminé avec les « Frères musulmans » en Égypte, qui nous débarrassera des maîtres d’école et des « imams » de mosquées qui continuent d’instiller ces idées et cette haine.
Nous nous empoisonnons nous-mêmes et nous nous empoisonnons les uns les autres, et pour finir nous appelons ça notre identité !

Rachid :
Je cite un autre passage de votre livre :
« La question qui se pose actuellement, n’est pas de changer certains articles de la constitution, tels ceux qui concernent les principes qui régissent les élections, elle concerne plutôt la compréhension qu’ont les gens de la logique démocratique et leur aptitude à participer à la vie politique, c’est bien plus cela qui sera le véritable moteur du changement. »
Vous semblez dire que même si la constitution est modifiée et que des règles pour assurer des élections crédibles sont établies, cela ne fera pas de différence.
Hamed Abd el Samad :
La démocratie n’est pas un fruit qui tombe de l’arbre prêt à être mangé, la démocratie, c’est l’arbre lui-même.
On doit le soigner et l’arroser, jusqu’à ce qu’il atteigne la maturité et donne des fruits.
Si nous vivons dans une société détraquée, les résultats des élections le seront tout autant.
Nous avons vu ce que les élections en Égypte ont donné comme résultats.

Je l’avais d’ailleurs écrit dans mon livre.
La pratique démocratique ne se résume pas aux outils de la démocratie, il faut en premier lieu ancrer la notion de citoyenneté, ce qui veut dire que Rachid est chrétien, moi je suis musulman, moi voisin est athée, un autre est bahaï, leur religion les concerne personnellement, ils vivent dans la même société que moi, je ne les juge pas d’après leur religion et je les traite comme des citoyens détenteurs des mêmes droits.
Si on me permet de construire une mosquée, on doit te permettre de bâtir une église, et à l’autre un temple pour son culte, c’est une question de droit.
En quoi cela me dérange si les « chiites » bâtissent un lieu de culte pour eux, où est le problème, de quoi dois-je avoir peur ?
La vague « chiite » ou la vague de conversion au christianisme dont on parle en Égypte suscite l’inquiétude, pourtant les musulmans en Europe ne se privent de prêcher l’islam librement et de convertir des gens.
Pourquoi donc cette peur si l’on est sûr de sa foi ?
Pourquoi avoir peur qu’on critique l’islam, du moment qu’on est convaincu que l’islam est fort ?
S’il l’est vraiment, alors ses adeptes doivent supporter la critique qui le vise
, et si un musulman abandonne l’islam pour une autre religion, pourquoi en faire une tragédie ?

Rachid :
Dans votre livre on trouve quelques prédictions, je tiens à souligner qu’il a été publié en 2010, avant les révolutions du « printemps arabe », vous avez écrit ceci : 
« Les pays arabes en particulier, sont menacés d’effondrement.
La démographie, la désertification, le niveau de consommation, la fermeture d’esprit ne cessent de croître.
La production, le niveau d’instruction, les ressources naturelles sont en constante diminution.
Le tarissement prévisible des puits de pétrole, les changements climatiques menacent l’agriculture, la production de denrées alimentaires et le tourisme.
L’Égypte, la Jordanie, la Syrie et le Maghreb connaîtront-ils prochainement le même sort que l’Algérie, le Soudan et la Somalie ?
 »
Vous avez écrit cela en 2010.
Il se passe des choses en Égypte, en Syrie la guerre civile se poursuit sans répit.
S’agit-il de prophétie, d’intuition, de déduction, d’un pur hasard ou d’une lecture précise de la situation et de ce qu’elle pourrait engendrer ?
Hamed Abd el Samad :
C’est simplement une lecture de la réalité, je ne suis ni prophète ni devin et je ne possède pas de boule de cristal. Toute personne qui use de logique, qui réfléchit et qui observe ce qui se passe en Égypte, en Syrie…
J’ai visité tous ces pays et j’ai observé leur société, j’ai perçu un bouillonnement interne et en même temps la stagnation et l’immobilisme en surface.
J’ai flairé l’odeur d’une explosion prochaine.
Je n’ai pas dit qu’il y aura des révolutions, j’ai parlé qu’il y aura une explosion, à cause du nombre extrêmement élevé de jeunes, du taux incroyable de chômage et de la fermeture d’esprit.

Tous ces ingrédients assemblés au même endroit et au même moment, m’ont convaincu de l’imminence de l’explosion. J’ai prédit que l’État perdra son contrôle sur les gens, que les gens perdront le contrôle sur eux-mêmes et que nous assisterons à des scénarios de guerre civile, parce que le monde arabe a négligé ou a tardé à faire ses devoirs alors qu’il était encore temps.
J’ai dit aussi que cette explosion et cette chute pourraient ouvrir la voie à un nouveau début.
La chute provoquera une prise de conscience, à l’effet que cette fois l’édification de la société doit se faire sur des bases saines, sur la base de la non-discrimination entre la femme et l’homme, entre musulmans et adeptes des autres religions, que la société soit établie sur des principes découlant de la raison et non sur des bases dogmatiques
.
Si l’on veut vivre dans le monde d’aujourd’hui il faut accepter les principes de la modernité.
La loi de la nature c’est la pluralité et la souplesse, celui qui s’y oppose se condamne à tomber.

Rachid :
Que répondez-vous à celui qui dit que « Hamed Abd el Samad » a eu un choc culturel quand il a abordé la civilisation occidentale ?
Il a ressenti de la colère, s’est rebellé contre la religion, a abandonné l’islam, est devenu un athée.
Il a écrit un livre pour ventiler sa haine, il dit que le monde islamique va s’effondrer, mais le monde islamique a 1400 ans et ne s’est pas effondré, ce n’est donc qu’un fantasme, des souhaits qu’il lance à la face du monde, à l’exemple de beaucoup d’autres qui ont déclaré la guerre à l’islam et on prédit sa chute, mais l’islam est inébranlable en dépit de la haine, de l’envie…
Hamed Abd el Samad :
Pour ce qui est du choc culturel je ne peux pas le nier, mais ce genre de choc je le souhaite à tout le monde parce qu’il nous aide à changer notre façon de réfléchir et nous amène à penser d’une façon plus rationnelle.
Pour ce qui est de la haine que je suis supposé ressentir, je peux dire qu’au contraire, j’aime la société dont je suis issu, ainsi que toutes les sociétés arabes, et j’aimerais donc qu’elles fassent partie des meilleure sociétés, et que mes amis puissent jouir de la meilleure qualité de vie possible.
À ceux qui prétendent que ce que j’ai écrit relève de la calomnie, je leur réponds :
« regardez honnêtement autour de vous, soyez francs avec vous-mêmes, voyez comment fonctionnent les sociétés où vous vivez et comparez-les au reste du monde.
Si vos sociétés trouvent grâce à vos yeux, vous avez un grave problème !

Si elles ne vous plaisent pas, lisez mon livre vous trouverez de quoi alimenter votre réflexion.

Rachid :
Où trouverons-nous la solution.
Vous avez prédit la chute du monde islamique et ça nous donne le cafard, parce que nous espérions autre chose.
Que faire ?
Attendre la chute et tenter de sauver ce qui peut être sauvé, ou bien entreprendre quelque chose pour la prévenir ? Mais vos prédictions font état d’une chute inévitable, que doivent faire les jeunes ?
Avons-nous matière à espérer ?
Hamed Abd el Samad :
La chute a effectivement commencé, celui qui sait lire les signes du temps, la voit clairement.
Nous devrons nous réinventer en peu de temps, nous traversons une étape que l’Europe a vécue aux 19e et 20e siècles, et nous reproduisons ce qu’elle a fait soit la réinvention de l’État, mais ce processus est coûteux.
Nous devrons réaliser les changements en très peu de temps.
Nous ne disposons pas de centaine d’années pour accomplir la tâche
.
Nous devons reconnaître le principe de citoyenneté, la constitution doit être inclusive et exempte de discrimination.
Il est indispensable de nettoyer le système éducatif de tous les poisons qu’on y a introduit et de nettoyer le système économique de l’arbitraire et de la barbarie.
Le système politique doit se doter d’une vision planificatrice pour l’avenir.
Il faudra trouver des alternatives au pétrole et au tourisme
.
Tout cela exige que nous nous débarrassions de la haine, de l’inflation de soi, de l’orgueil mal placé et du suprématisme, à savoir que nous formons, comme le dit le coran, la meilleure communauté parmi les hommes !
Sauf votre respect, en vertu de quoi prétendez-vous vous placer au-dessus de tout le monde ?
Si vous prétendez être les meilleures personnes sur terre, vous avez le fardeau de la preuve.
Dites-nous ce que vous avez apporté à l’humanité.
Le dévot qui s’installe confortablement dans la mosquée, pour lire le coran, dans un espace climatisé en plein été, est convaincu qu’il ira au paradis et que celui qui a inventé le climatiseur ira en enfer !
Le fait qu’il existe des gens qui pensent aujourd’hui de cette façon est grave, aussi grave qu’un crime contre l’humanité
.
Nous devons donc nous débarrasser complètement de ces idées délirantes, et nouer des liens d’égal à égal avec le reste du monde.
Nous préoccuper de justice, surtout envers les minorités, pour que nous puissions profiter de leur contribution, au lieu de leur faire peur et de leur faire payer le prix de nos complexes.

Rachid :
«  Hamed Abd el Samad » je vous remercie.
J’ai appris de vous que vous comptez publier un nouvel ouvrage prochainement, peut-être aurons-nous l’occasion de vous inviter pour en parler.
Quel est le titre de ce nouveau livre?
Hamed Abd el Samad :
C’est un livre qui traite du fascisme religieux, du lien entre l’islam et le fascisme, et des mouvements de l’islam politique qui l’incarnent.
Rachid :
Quand sera-t-il publié ?
Hamed Abd el Samad :
Il doit sortir en janvier prochain au salon du livre si l’édition se déroule comme prévu.
Rachid :
Le fascisme religieux sera donc le titre de votre prochain livre, le même titre que la conférence qui vous a attiré tant d’ennuis.
Espérons que ce livre ne vous en apportera pas d’autres.
Je vous souhaite donc un plein succès et espère vous retrouver dans une autre émission avec la grâce du Seigneur. Merci beaucoup « Hamed Abd el Samad » !
Hamed Abd el Samad :
C’est à moi de vous remercier.

http://www.postedeveille.ca  du 24/09/2013

 

Article paru initialement le 03/10/2013 sous le titre « La chute du monde islamique-fin ».
« Al Hayat » (« La Vie ») est propriété du prince saoudien « Khalid bin Sultan ».

La Guerre Civile Couve En Turquie !

kurdistan

Ça ne vous rappelle rien ?

La Turquie peut facilement devenir une nouvelle Syrie !

Une centaine de femmes Kurdes ainsi que des enfants ont été tués dans le sud-est de la Turquie au cours des six derniers mois.
C’est un chiffre encore susceptible d’évoluer, les victimes ayant péri lors des opérations militaires gouvernementales et des affrontements armés…

Ça ne vous rappelle rien ?

Les mêmes constats sont déjà devenus tristement habituels, mais s’agissant d’un autre pays, la Syrie.
Ces derniers temps, pourtant, les tensions se sont embrasées entre les autorités turques et les Kurdes.

« Kani Xulam », activiste Kurde et directeur du réseau d’informations américano-kurde, s’exprime sur le sujet des actes de génocide exercés par le gouvernement turc à l’encontre du peuple Kurde.

« Un couvre-feu a été imposé dans plusieurs villes et les habitants ne peuvent pas sortir dehors.
La région est pilonnée, sans discontinuer, et si l’on est blessé, on n’a pas la possibilité de se rendre à l’hôpital »
,

raconte « Kani Xulam » dans un entretien accordé à « Sputnik ».

« Les maisons sont restées sans électricité et sans eau.
C’est une guerre non déclarée que la Turquie mène contre ses civils Kurdes dans le sud-est du pays ».

D’après lui, environ 20 millions de Kurdes vivent en Turquie dans une absence totale de droits de l’homme fondamentaux et de droits politiques.
Ils sont contraints d’adopter une culture qui leur est étrangère, la culture turque, ainsi que la langue et la littérature.

Logique, qu’ils en aient marre.
Les Kurdes briguent une autonomie locale et souhaitent, depuis déjà plusieurs mois, faire entendre leur voix.

C’est un génocide culturel et ethnique, censé couper la voix à ceux qui n’ont pas le droit de s’exprimer sur le sol turc.
Ce qui va à l’encontre de toutes les lois internationales, de toutes les normes, maintient Monsieur « Xulam ».

« Dans sa constitution, la Turquie nie l’existence même des Kurdes et les oblige à s’assimiler dans la société turque ».

Ce qui est effrayant, c’est que la Turquie semble emprunter la voie du scénario syrien.
Les pierres d’achoppement sont les mêmes, avec la majorité sunnite souhaitant réprimer les minorités kurdes et alaouites.

« La Turquie peut facilement devenir une nouvelle Syrie »,

résume l’interlocuteur de « Sputnik ».

Alors que les Kurdes veulent voir Ankara mener une enquête pour révéler son implication dans les sales jeux de Daech, ce dernier ne consentira jamais à un projet qui pourrait dénoncer ses crimes.
Et cette confrontation peut aller jusqu’à ce que les parties en conflit défendent leurs positions par les armes, pour finir ensuite par une guerre civile, met en garde Monsieur « Xulam ».

http://fr.sputniknews.com/international   du 24/12/2015

Et nous accepterions ce pays dans l’Union Européenne ?
Ils sont musulmans, sunnites, oppressent les Kurdes, aident l’Etat Islamique…tout pour être de « vrais » Européens…à la sauce mondialiste de qui vous savez !

Pas D’ Islam En Corse !

Pas D' Islam En Corse ! dans FRANCIA ajaccio-300x123

Article de 2013 !

Tirs contre une boucherie islamique le jour de son ouverture à Propriano

 Une boucherie « halal » qui devait ouvrir ses portes à Propriano   ce jeudi 27 juin, a été la cible de plusieurs tirs dans la nuit de mardi à mercredi.

Deux impacts de balles ont été retrouvés sur la vitrine.

Constatations et enquête de voisinage sont en cours.

Plus d’informations dans l’ édition du 27 juin 2013 de Corse Matin.

Les commentaires des lecteurs de Corse Matin ne semblent guère condamner cet acte haineux envers la diffusion de la religion de la charia sur l’Ile de beauté.

Parmi eux on lit un odieux  »basta le halal » ; un délirant « à quand la mosquée ? » ; et un dépréciatif « regardez ce qu’est devenu Marseille » et d’autres commentaires peu versés dans l’interculturalité, tombant sous le coup de la loi que nous ne pouvons retranscrire.

Toujours est-il que les Corses semblent se replier frileusement sur leur identité millénaire en refusant d’ouvrir leur ile à la richesse de la culture islamique comme le fait avec grand succès la métropole.

(Observatoire de l’islamisation)

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 28/06/2013

Bien sûr que l’île ne s’ouvrira pas à l’islam !
Que croient donc les muslis ? 

La retranscription n’a pu être faite, sans doute ,faute d’interprètes.  

Les Corses ne veulent pas des musulmans parmi eux,  comme en témoignent toutes les tours gênoises toujours entretenues.

______

publié en premier le 29/06/2013

La Corse Vue Depuis Le Continent !

mosqueeajaccio 

Salle de prières musulmanes
devastée sans blessés !

Comme cela s’est déjà produit des milliers de fois en France, des pompiers ont été agressés, suite à un guet-apens, dans la nuit de Noël, à Ajaccio.
Tout le monde sait que dans notre pays, quand des actes de violence sont commis contre les soldats du feu, les coupables sont 99 fois sur 100 (et encore) des jeunes racailles maghrébines.
(http://www.lepoint.fr/societe/deux-pompiers-et-un-policier-blesses-apres-un-guet-apens-a-ajaccio-25-12-2015-2005242_23.php)

Qui aurait pu envisagé, il y a trente ans, que les pompiers, ces héros de l’imaginaire de notre enfance, qui risquent leur vie pour sauver la nôtre, pourraient être systématiquement attaqués, et que les agresseurs, dans la France de Hollande, Valls, Cazeneuve et Taubira, bénéficieraient systématiquement de la clémence des autorités… quand ils sont arrêtés ?

Sauf que cette fois, dans une ambiance particulière, en Corse, deux événements viennent de se dérouler.
D’abord, six cents manifestants ont protesté contre cette agression, véritable guet-apens, donc acte de guerre, où deux pompiers et un policier ont été blessés.
Mais trois cents d’entre eux ont convergé vers la cité de l’agression, voulant en découdre avec les racailles.
(http://www.fdesouche.com/684143-pompiers-agresses-ajaccio-au-moins-300-personnes-font-une-descente-dans-la-cite)

Pour une fois que ce sont les voyous maghrébins qui sont attaqués, et les Gaulois qui redressent la tête, nous n’allons pas bouder notre plaisir.
Apparemment, une salle de prières musulmane aurait subi quelques dégâts, ce qui montre par ailleurs que les Corses ont parfaitement fait le lien entre la délinquance qu’ils subissent et la religion des racailles. Surtout que certains élus locaux, loin de désavouer l’opération, ont réagi d’une manière politiquement incorrecte, comme le président du « Sdis » de Corse-du-Sud « Charles Voglimacci ».

« Je dis aux individus de ce soir, les pseudo courageux, que nous ne sommes pas dans certains quartiers du continent où règnent la terreur et le chaos.
Ici c’est Ajaccio et nous ne laisserons personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville.
Si cela les indispose, ils sont libres de partir ».

Dans ce contexte, où, faut-il le rappeler, la France est en guerre, dixit Hollande, Manuel Valls a montré une fois encore l’ampleur de sa dhimmitude, dans un « tweet » scandaleux où il ose renvoyer dos-à-dos l’agression des pompiers et des policiers, qui auraient pu coûter des vies, et le saccage d’une salle de prière, qui n’est qu’une opération de colère et de représailles – dont on peut discuter de l’opportunité – suite à une agression inqualifiable.

vallscorse

Notons par ailleurs que les trois blessés corses de la nuit de Noël ne lui avaient pas donné envie de twitter…
Par ce texte, il montre le peu de cas qu’il fait de la sécurité de ses hommes,
et sa lâcheté devant les musulmans.

Faut-il rappeler à notre Premier ministre, auteur de ce relativisme crapuleux, que nos pompiers jouent un rôle indispensable dans la société Française, alors que, dans les mosquées, les musulmans apprennent à respecter le Coran, qui demandent juste aux soldats d’Allah de tuer tous les infidèles, rien de moins…

Faut-il rappeler à notre Premier ministre, qui ose demander aux Corses de respecter la loi républicaine (quelle insulte que ce mot dans sa bouche) que la première fonction d’un gouvernement est de protéger ses compatriotes, ce que ce régime n’est pas capable de faire. Donc, quand l’Etat est défaillant, il est légitime que les citoyens pallient ces lacunes et se protègent eux-mêmes.

Donc, notre dhimmi de premier ministre, véritable fasciste déguisé en socialiste, renvoie également dos à dos les racailles maghrébines qui ont agressé les pompiers et les citoyens corses qui, excédés de tels actes sur leur île, décident de châtier les coupables.
Intéressant, mais tellement révélateur de l’idéologie socialiste où le cambriolé qui se défend se retrouve en prison suite à la plainte de son voleur.

C’est par ailleurs, à notre connaissance, la première fois que des Français en colère attaquent physiquement une salle de prière musulmane, et cela révèle que le contexte est en train de changer dans notre pays, et que nos compatriotes en ont marre de l’islam, de ses mosquées, de ses voiles, de son halal, de ses voyous et de ses crimes.

Si nous avions un gouvernement digne de ce nom, il préciserait que la France est en guerre contre les soldats d’Allah, et que les mosquées étant leurs casernes (dixit « Ergodan »), il les fermerait toutes, ce qui serait un acte de légitime défiance nécessaire.

On peut s’attendre, dans les heures qui vont suivre, à une instrumentalisation de ces événements, de la part de tous ceux qui ont enfumé les Français au lendemain des attentats de Charlie et du Bataclan.
La victimisation musulmane va battre son plein, et les Corses vont être stigmatisés et qualifiés de racistes.

Pourtant, comme le disait le blogueur algérien « Aldo Stérone », évoquant le FN, les Corses, « remontent le pantalon des Français » et montrent à nos compatriotes que la peur doit changer de camp malgré les traîtres qui nous dirigent et qui protègent les racailles.

Par ailleurs, nous tenons à la disposition des pleureurs le nombre d’agressions d’églises, en 2015, et, nous pouvons dire que, même avec les événements d’Ajaccio, les mosquées sont encore loin derrière, quoi qu’en dise le CCIF.
(http://www.valeursactuelles.com/societe/673-atteintes-aux-lieux-de-cultes-chretiens-en-2014-52320)

Paul Le Poulpe

http://ripostelaique.com du 26/12/2015

Pendant La Nuit De Noël A Ajaccio !

pompiers

« Agression honteuse à Ajaccio »

Deux pompiers et un policier ont été blessés après avoir été piégés lors d’une intervention à Ajaccio, en Corse.

Deux pompiers et un policier ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d’une intervention pour un incendie « volontairement allumé pour (les) attirer (…) dans un guet-apens » dans une cité d’Ajaccio, a annoncé la préfecture.

En fin d’après-midi jeudi, dans le quartier dit des Jardins de l’empereur, les forces de l’ordre et les services municipaux avaient procédé à l’enlèvement préventif de « 400 palettes de bois, une tonne de pneumatiques et un engin incendiaire », précise le sous-préfet « François Lalanne » dans un communiqué.

Mais au cours de la nuit, vers 00H30, « un incendie a été volontairement allumé sur le terrain du +Citystade+ aux Jardins de l’empereur pour attirer les forces de l’ordre et les pompiers dans un guet apens en leur jetant des projectiles et en s’en prenant directement aux sapeurs pompiers », poursuit M. Lalanne.

« De nombreux jeunes encagoulés »

Deux pompiers ont été « sérieusement » blessés par des éclats de verre après des « agressions physiques » au cours desquelles des vitres de leur véhicule d’intervention ont été détruites, toujours selon le sous-préfet, qui évoque « de nombreux jeunes encagoulés » impliqués dans les échauffourées.

L’intervention des forces de l’ordre, au cours de laquelle un policier a, à son tour, été « légèrement » blessé, a duré jusqu’à 02H45, heure à laquelle le calme est revenu dans le quartier.
Une batte de baseball, des clubs de golf et une bouteille d’acide ont été saisis, mais aucune interpellation n’a eu lieu.

« Plusieurs éléments d’identification utiles ont été recueillis »,

précise toutefois Monsieur « Lalanne ».

« Soutien total et fraternel aux pompiers agressés à Aiacciu ».
« Vargogna à quelli ch¿anu fattu què » (« Honte à ceux qui ont fait ça! »),
a réagi sur Twitter le tout nouveau président du Conseil exécutif de Corse, « Gilles Simeoni ».

« Aggressione vergugnosa in Aiacciu » :

« Solidarité sans faille avec les pompiers »,

a de son côté tweeté « Jean-Guy Talamoni », président de l’assemblée de Corse.

 

http://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/   du 25/12/2015

 

Les Musulmans Sont A Bonne Ecole !

Saudi-Arabia

Islamisme ou Mondialisme ?

Une trentaine de pays musulmans forment une coalition antiterroriste.
L’Arabie saoudite a annoncé la création d’une coalition de 34 pays majoritairement musulmans dont l’objectif sera de « combattre le terrorisme militairement et idéologiquement » dans un contexte de montée en puissance de groupes djihadistes.

Les pays membres de cette alliance échangeront des informations, fourniront du matériel et de la formation et mettront des forces à disposition si nécessaire, a déclaré à Paris le chef de la diplomatie saoudienne « Adel Al-Jubeir ».

« Le terrorisme a frappé les pays musulmans.
Il est temps que le monde musulman prenne position »
,

a-t-il dit.

Ni l’Iran, ni l’Irak, ni la Syrie ne font partie de la liste de ces Etats diffusée mardi par l’agence officielle saoudienne « SPA » après l’annonce surprise de Ryad.

Des analystes ont estimé qu’il était trop tôt pour dire quelles actions cette alliance militaire islamique pourrait entreprendre, alors que l’Arabie saoudite qui la dirige est déjà directement engagée dans une guerre coûteuse au Yémen, où elle combat des rebelles chiites.

L’annonce est surtout « chargée de symbole », a jugé « Adam Baron », de « l’European Council on Foreign Relations ».

La coalition comprend des pays majoritairement « sunnites » comme l’Egypte, la Turquie, le Pakistan et le Sénégal.
Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad, a ajouté « SPA ».

L’alliance témoigne de la volonté du « monde islamique de combattre le terrorisme et d’être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau », a expliqué le vice-prince héritier et ministre saoudien de la Défense « Mohamed Ben Salmane » lors d’une conférence de presse à Ryad.

« Notre guerre »

« La guerre contre le terrorisme » est « notre guerre », celle « des musulmans contre les terroristes qui commettent leurs actes horribles au nom de la religion », a réagi le porte-parole du gouvernement jordanien, « Mohamad Momani ».

La prestigieuse institution de l’islam sunnite basée au Caire, « Al-Azhar », a exhorté « tous les pays musulmans » à rejoindre cette coalition.

Les 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie de la coalition sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (« OCI »), basée à Jeddah (ouest de l’Arabie saoudite).

Dix autres pays, dont l’Indonésie, le plus grand pays musulman par sa population, pourraient se joindre ultérieurement à la coalition, selon SPA.

Certains des pays membres, comme l’Arabie saoudite, font déjà partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, combat le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

A la question de savoir si la nouvelle coalition se consacrerait à la lutte contre l’EI, le prince « Mohamed », fils du souverain saoudien « Salmane », a répondu qu’elle allait combattre « toute organisation terroriste qui fait son apparition » dans le monde musulman, « le premier à avoir souffert du terrorisme ».

Parmi les pays ou régions confrontés au terrorisme, il a cité « la Syrie, l’Irak, le Sinaï (Egypte), le Yémen, la Libye, le Mali, le Nigéria, le Pakistan et l’Afghanistan ».

« La coalition va combattre le terrorisme militairement, idéologiquement et médiatiquement, en plus de l’effort sécuritaire »,

a affirmé le prince « Mohamed ».

Accusations de laxisme

Le royaume saoudien, régi par l’idéologie wahhabite (une version rigoriste de l’islam sunnite), est régulièrement accusé en Occident de laxisme envers le djihadisme.
Certaines personnalités l’accusent même de financer des mosquées et des groupes radicaux.

« Je pense que cette coalition est une réponse de l’Arabie aux allégations persistantes de la communauté internationale sur son engagement insuffisant contre l’EI »,

estime « Farea al-Muslimi », du « Carnegie Middle East Centre ».
Selon lui :

« Elle est  peut-être une façon de sauver la face pour les Saoudiens ».

D’après un diplomate occidental, la volonté saoudienne de répondre à ce type d’accusations est bien un facteur expliquant la création de cette coalition.
Mais il en voit deux autres:
la menace sécuritaire que représente pour le royaume un groupe comme l’EI
et l’effort actuel de l’Iran de persuader l’Occident que les chiites sont de « bons musulmans » par rapport aux sunnites.

« C’est pour ces raisons que les Saoudiens ont pris l’initiative »,

dit-il.
Le prince Mohamed, qui s’exprimait lors de sa première conférence de presse depuis son entrée au gouvernement, formé en janvier, incarne la nouvelle politique internationale de Ryad, plus visible et plus affirmée.

La formation de cette nouvelle coalition s’inscrit dans cette tendance, selon l’analyste « Adam Baron ».

Son annonce intervient alors que les Etats-Unis multiplient les déclarations sur la nécessité de mobiliser des troupes au sol, notamment arabes, pour réussir la guerre contre les djihadistes de l’EI.

http://www.bvoltaire.fr   du 16/12/2015

Les Médias Nous Enfument Toujours !

islam-hydre

Régionales…Et Après ?

On va se retrouver avec quelque chose de pire que l’État islamique !

Ce ne sont pas des fantaisies fumeuses pour « guider » les populations affolées vers les urnes dimanche prochain.
Non, ce sont les derniers chiffres donnés par les services américains.

30.000 islamistes radicaux sont partis cette année faire le djihad en Syrie.
C’est deux fois plus que tous ceux passés dans les camps « d’Oussama Ben Laden » en Afghanistan entre 1996 et 2001.

« Le phénomène est véritablement mondial »,

dit le rapport.
Ils viennent d’une centaine de pays et 30 % d’entre eux sont francophones.
On estime à 5.000 les recrues européennes quand leur chiffre n’était que de 2.500 en juin 2014.

« C’est d’Europe occidentale et de Russie que les nouveaux djihadistes ont afflué en plus grand nombre au cours des dix-huit derniers mois »,

nous dit-on, avec une surreprésentation de… Français :
1.700 sur le terrain à ce jour.
Très loin devant les Britanniques, les Allemands et les Belges.

À noter l’augmentation exponentielle des enragés venus de Turquie :

« Entre 2.000 et 2.200, contre 400 seulement il y a dix-huit mois. »
De même, « le nombre de combattants venus de Russie et d’Asie centrale a également explosé, de près de 300 %, à 4.700, dont 2.400 Russes ».

C’est l’une des raisons pour lesquelles « Poutine » intervient militairement aux côtés de « Bachar el-Assad » en Syrie, dit le rapport.
Car la crainte du président russe, c’est le retour au pays de fanatiques surentraînés, ce que confirme également le rapport :

« Ils sont justement entre 20 et 30 % à rentrer dans leur pays.
250 Français sont ainsi revenus dans l’Hexagone. »

Avec, pour une majorité d’entre eux, la très ferme intention d’y semer la terreur.

Plus « terrorisant » pour nos « petites » cervelles occidentales, on apprend que sur ces contingents de fanatiques, les femmes sont nombreuses :
25 % en ce qui concerne les radicalisés français !
Et l’on aurait tort de croire, même si c’est commode pour nos pseudo élites et nos politiques, que tout ce monde là sort de nos banlieues-ghetto après y avoir grossi les rangs de « l’échec scolaire » et des abonnés au tribunal de Bobigny.
Comme le rapporte « Le Point », cela peut arriver dans n’importe quelle famille.
Ainsi cette jeune femme du bassin minier, aujourd’hui en Syrie, mariée et mère sans que ses parents l’aient su…issue pourtant d’une famille d’enseignants, chrétienne, musicienne et sportive, très bien insérée, et qui a basculé en quelques mois lorsqu’elle est entrée en classe prépa à Lille !

« Ça n’arrive pas que dans les familles où les enfants sont délinquants ou désœuvrés »,

dit sa mère, et ce n’est certes pas la petite « Journée de laïcité » de « notre amie Najat » qui va suffire à enrayer le phénomène.

Les services spécialisés de nos belles démocraties sont particulièrement inquiets. L’intensification des frappes contre l’EI entraîne manifestement la riposte, et il faut s’attendre à « un effort accru pour renvoyer des combattants étrangers dans leur pays d’origine pour des opérations de représailles », relève un spécialiste londonien.
Pour l’instant, les services français ont les yeux rivés sur les « rentrants » qui, s’ils sont repérés, sont presque immédiatement traduits en justice.

« Mais, au moins pour ceux dont la justice ne pourra pas prouver qu’ils ont du sang sur les mains, les peines de prison seront de l’ordre de sept à dix ans »,

dit (anonymement !) l’un des hauts responsables français de la lutte antiterroriste.

« donc ils vont en purger une partie.
Ça veut dire que dans quatre/cinq ans, les premiers sont dehors »
.

Et l’on peut douter qu’ils soient alors devenus des agneaux…

C’est la conclusion alarmiste de Mathieu Guidère :

« Après la destruction de l’EI, on va assister à une fragmentation du noyau central.
Et comme ne survivent que les plus aguerris, les plus radicaux, on va se retrouver avec quelque chose de pire que l’EI. »

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr  du 10/12/2015

Nous savons que l’Europe de l’Ouest comporte en « caniche » des U.S.A..
Nous savons que nos frontières sont des passoires.
Nous savons que des centaines de milliers d’immigrants, pour la plupart clandestins, sont entrées en Europe ces dernières décennies, que de nombreux enfants d’immigrés sont nés français et ont grandi sur notre sol.
Il n’y a pas à être étonné que les éléments francophones djihadistes soient plus nombreuses à ce jour qu’avant.
Avant leur prophète il n’y avait pas de musulmans !!!…Mais la terre existait, les hommes aussi…même le monothéisme !
Les médias bavent, crachent, éludent, mentent, enfument, font n’importe quoi sauf informer sur ce qui importe réellement au peuple Français !
Bien sur que l’EI sera toujours là, mais les Français en ont vraiment raz-le-bol de la tambouille politicienne anti-démocratique et de ne plus être considérés comme des Français à part entière !

12345...9

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43