Archive | Islam Flux RSS de cette section

Pas De Turquie Islamiste En Europe.

sainte-sophie (1)

L’oeuvre d’Atatürk jetée à bas !

Des manifestants turcs exigent que « Sainte-Sophie » redevienne une mosquée !
A Istanbul, autrefois Constantinople, « Sainte-Sophie », basilique chrétienne construite en 532 puis embellie au cours des siècles, a été pendant un millénaire la cathédrale phare de l’Empire byzantin.
En 1453, les Turcs ont détruit cet État chrétien, terminant à l’avantage de l’islam une guerre commencée par Mahomet en personne.
En effet, le Prophète a, semble-t-il, lancé dès 639 un raid infructueux contre les héritiers orientaux de l’Empire romain.
Le sultan ottoman Mehmet II (le bien-nommé !) a symboliquement pénétré à cheval dans la cathédrale Sainte-Sophie.
Il a ordonné de la transformer en mosquée pour marquer de manière éclatante la victoire du croissant sur la croix.
Conformément aux préceptes de l’islam, les fresques murales qui ornaient l’église ont été recouvertes de stuc.

En 1934, « Kemal Atatürk », dont il faut une nouvelle fois saluer la largeur d’esprit et la modernité de la pensée, a décidé (en 1934) que Sainte-Sophie deviendrait un musée.

Il l’a fait restaurer dans son état primitif.

On a notamment libéré de leur gangue de plâtre les magnifiques décorations et les peintures chrétiennes.

Depuis 10 ans, les milieux islamiques turcs mènent une guerre sourde et implacable afin que « Sainte-Sophie » redevienne une mosquée.
Ils font du « lobbying », organisent sans cesse des jeûnes et des manifestations.
Ils viennent par milliers défiler devant l’ancienne église et ont prévu de rompre le prochain ramadan sur son parvis.
Le président turc, Monsieur  »Erdoğan », ne leur a pas encore donné gain de cause mais il hésite à le faire.
En attendant, il vient d’évoquer la réouverture au culte de la « Mosquée bleue » qui fait face à « Sainte-Sophie ».

Ce combat des islamistes est évidemment symbolique !
La victoire de Mehmet II sur le lamentable Empire byzantin est pour les extrémistes une date qu’il faut commémorer encore et toujours.
Pour eux, la place de la chrétienté n’est pas à côté de l’islam mais en dessous, dans un rang subalterne.

Dans l’eschatologie musulmane, un des signes de la fin du monde est la chute du second Empire romain.
Cette défaite précédera de peu la venue de l’Antéchrist et la descente du ciel de Jésus.
Certains pensent donc qu’en réactivant le symbole le plus visible de la prise de Constantinople, on se rapprochera de la fin des temps.

Cette quête des signes imprègne l’islam extrémiste.
On ne comprend rien à certaines décisions de « Daech » si on ne s’y réfère pas.
Par exemple, des islamistes identifient les USA comme ce fameux second empire romain.
Or, une tradition musulmane prophétise que la bataille finale entre les forces du croissant et les Romains aura lieu près d’une petite ville syrienne sans intérêt stratégique.
L’ »État islamique » a tout fait pour s’en emparer et s’y maintenir contre toute logique militaire.

« Atatürk » avait imposé à son pays un islam moderne.
Le voile était interdit.
La Turquie avait réussi à se moderniser sans se renier.
Son œuvre est jetée à bas !
Si « Sainte-Sophie » redevenait une mosquée, il n’en resterait plus rien !

Christian de Moliner

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 30/05/2015

L’ Islam N’ Est Que De La « Dèche » !

militaire_djihadiste (1)

Direct « la Dèche »
par l’Algérie !

Il n’est pas nécessaire de se rendre en Turquie pour rejoindre « l’Etat islamique » et « Daech », il suffit de passer par l’Algérie.
C’est ce que nous apprend le journal algérien « El Watan » dans son édition de vendredi dernier.

« C’est encore un « Daech » ! »

Avait soupiré l’agent de la sécurité à son arrivée à l’aéroport.

« Début mai, un jeune homme a été interpellé à l’aéroport d’Alger.
Il a 25 ans, les yeux bleus et une petite barbe sous le menton.
  »

Il avait perdu l’un de ses bagages mais n’avait pas fait de réclamation et c’est grâce au contenu du sac à dos que le jeune homme a été retrouvé et convoqué car ce sac contenait un plan de l’Algérie, trois clés USB, un IPAD sur lequel on trouva des vidéos de scènes de décapitation et de flagellation organisées par des membres de l’Etat islamique, des cours d’islam radical et un adhésif contenant des produits chimiques suspects.
Il avait quitté la France, et plus précisément son département de la Loire, une semaine auparavant.
Le nouveau passager avait rejoint d’autres « barbus » dans la salle d’attente.

La majorité de ces « barbus », sont enrôlés dans des groupes terroristes sur place et rejoignent des camps d’entraînement avant de partir en opération.
Ils sont des centaines d’Européens convertis à rejoindre chaque année l’Algérie pour s’enrôler dans des « katibas » des régions de Tizi-Ouzou, Boumerdès, Tébessa, du Grand Sud ou de Bouira (où récemment l’Armée Nationale Populaire a abattu 25 terroristes d’ »Al Qaïda »).

Certains poursuivent leur route jusqu’en Libye et Syrie, en passant par la Tunisie.

Pour la plupart ce sont des Français, des Belges et des Allemands, des Européens de « souche » ou d’origine maghrébine, et ils n’ont aucune difficulté à entrer sur le territoire algérien.

Ils quittent l’Occident pour rejoindre des « Terres de djihad ».
Des terres où la guerre est justifiée parce qu’il faut appliquer la « charia » et instaurer une « dawla islamya ».

C’est le discours qu’on leur inculque dans leurs pays d’origine, notamment en France.

Selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, les candidats sont principalement originaires de six régions :
L’Ile de France, Rhône Alpes, PACA, Nord Pas-de-Calais, Languedoc Roussillon et Midi Pyrénées.

Depuis les événements du 11 septembre, les Printemps arabes, les guerres en Libye, Syrie, Mali, Yémen, les affaires Mérah, Coulibaly et Kouachi, on a noté une forte montée en puissance de cet islam intégriste.

Ils sont recrutés principalement dans les prisons où ils sont repérés par des individus qui ont, eux aussi, l’habitude des prisons et connaissent les méthodes de recrutement.

Parmi les candidats on découvre de très nombreux récidivistes.

Selon des spécialistes algériens, les candidats au « djihad » tombent entre les mains de multirécidivistes  expérimentés qui leur font un lavage de cerveau.

Ils ressortent déterminés pour accomplir des attentats et cela malgré l’arsenal juridique mis en place.
Pour ces spécialistes, il est absolument nécessaire de construire des prisons et de trouver un système pour isoler les recruteurs des autres prisonniers afin qu’ils ne puissent approcher les futures recrues potentielles.

Selon l’islamologue « Kamel Chekkat », les jeunes qui sont pris dans cet engrenage n’écoutent plus les discours modérés.
Ils ont pour instruction de ne discuter avec personne qui pourrait les détourner de leur objectif.

Les Algériens ont compris que les Européens convertis sont plus dangereux que les autres et qu’ils sont le fer de lance du « djihad » dans lequel l’islam radical s’est lancé depuis quelques décennies.

Manuel Gomez

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/05/2015

Mieux Vaut Un PeuTard Que Jamais !

islam-roubaix-300x170 (1)

A quoi sert « Vigipirate » ?

Le 8 mai, la mosquée « Abou Bakr », dans le quartier du Pile à Roubaix, a accueilli, « pour la troisième fois » en deux ans,le cheikh « Mohammed Ramzan al-Hajiri ».

Celui-ci n’est pourtant, en théorie, pas autorisé à pénétrer sur le territoire français.

C’est une note, adressée au directeur général de la police nationale, tombée entre les mains du « Canard enchaîné ».
Elle est quelque peu embarrassante pour les services de renseignement.
Elle signale que le cheikh saoudien « Mohammed Ramzan al-Hajiri » est présent à Roubaix.
Or, il n’a en théorie pas le droit de pénétrer sur le sol français.
Interdit de séjour jusqu’en 2050, précise le « Canard » dans son numéro paru ce mercredi.

Pour être précis, le prédicateur salafi n’est pas sous le coup d’une mesure judiciaire.
Il fait l’objet d’une fiche « TE » d’opposition à son entrée sur le territoire, délivrée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) car il serait un « individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ».
Tous les pays de l’espace Schengen en sont informés et ne doivent pas lui laisser franchir leur frontière.
Apparemment, le cheikh aurait rusé, modifiant légèrement son nom en Alhajri sur son visa.
Les douaniers italiens n’y auraient vu que du feu.

Le ressortissant saoudien jugé indésirable par la DGSI a donc passé le week-end prolongé du 8 Mai dans la mosquée « Abou Bakr Essedik », dans le quartier du Pile à Roubaix.

Comme en août 2013 et en avril 2014.

« Farid Gacem », responsable de la mosquée, ne voit pas le problème :

« Aucun élément, recommandation ou document officiel n’atteste cette interdiction de séjour »,

dit-il.
Le séminaire, qui a accueilli environ 1 500 personnes, n’était pas caché :

« Nous avons bien sûr prévenu les autorités »,

précise « Farid Gacem » – et la présence de « Ramzan al-Hajiri » absolument pas secrète – son nom était inscrit en grand et en toutes lettres sur les tracts.

Aux yeux du responsable de la mosquée, il est important d’inviter les « savants » pour parler de l’islam aux jeunes en ces temps troublés.

« Lutter et mettre en garde contre le fléau du terrorisme au nom de l’islam »

était un des objectifs du séminaire.
Il insiste :

« Nous sommes les premiers touchés par ces événements, par le départ de ces jeunes perdus vers une guerre inutile. »

La mosquée du Pile ne serait elle-même « pas non plus à l’abri d’une attaque de leur part ».

Pour la « DGSI », l’homme représenterait pourtant une « menace grave ».
Mais faute de pouvoir étayer cette accusation, elle n’a pas délivré à son encontre de vraie interdiction de séjour, susceptible d’être retoquée par un juge.
Il lui reste à espérer que le cheikh ne revienne pas une quatrième fois à Roubaix.

Source :   »Le Canard Enchainé »

Youenn martin

http://www.lavoixdunord.fr/  du  20/05/2015

Toujours de la fumée, des broutilles, des informations tronquées, mais cette information ne fait surface que grâce au « Canard Enchaîné » !
Mais combien de temps après ce « séminaire »?
Ne critiquons pas vainement, nous connaissons tous les consignes !

Des Magouilles Contre Notre Patrie !

france-565x250 (1)

Notre législation nous dépouille !

Deux nouvelles mosquées à Mantes-la-Ville dans les prochains mois !
Le maire FN « Cyril Nauth » donne la mesure de l’irréalisme d’une France, FN ou pas, débarrassée de l’islam.

Il y avait déjà la Mosquée Mantes Sud, Boulevard Roger Salengro, la Mosquée de Limay, et le Centre islamique « Tariq ibn Ziyad » aux Mureaux.

Mais les Musulmans font des enfants, pas les Français de souche, qui visiblement n’ont toujours pas compris la puissance de l’arme démographique, et ne s’en servent pas.
Je le dis très froidement : ils ne savent pas combien ils ont tort.

Le maire frontiste avait souhaité qu’il ne se construise pas d’autres mosquée à Mantes-la-Ville.
La dure réalité lui a sauté aux yeux :
Les musulmans ont le droit de posséder un lieu de culte, et vouloir les interdire détourne des vrais problèmes sans ni les poser ni les régler.

  1. La Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (Camy) a vendu à l’ »Association des musulmans Mantes-Sud » (AMMS) l’ancienne trésorerie municipale, qui sera transformée en salle de prière.
    La commune, exclue de la transaction, a été court-circuitée et n’a pas eu son mot à dire.
  2. Et même si la mairie avait été prévenue ….
    Un autre projet, discrètement préparé par « Zoher Abbadia », le président de l’autre association musulmans de la ville, « El Fethe », pourrait voir le jour si la mairie ne préempte le pavillon du quartier des Merisiers qu’il entend acheter.
    (la Mairie ne peut préempter un bien que dans l’intérêt général)
  3. Cette autre association musulmane est une rivale de l’AMMS.
    Ne rêvez pas, les conflits entre sunnites et chiites ne sont pas réservés au Moyen Orient.
    Informé, le maire FN avait rencontré « El Fethe » :

    « Ce n’est pas un dossier sur lequel je suis intervenu, ni pour le bloquer, ni pour l’encourager »,

    a déclaré Cyril Nauth.

Cyril Nauth :

« S’il y a deux mosquées qui s’installent à Mantes-la-Ville, c’est parce qu’on me l’aura imposé »,

conclut le maire FN qui déclare pourtant n’avoir rien fait pour bloquer la mosquée d’ »El Fethe »…

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info/  du 16/05/2015

colere-cochon-283x300 (2)

Et Qu’ Eût Fait Notre « Belle » Justice ?

morsi-300x201 (1)

Mohamed Morsi
condamné à mort !

L’ex-président islamiste égyptien « Mohamed Morsi », destitué par l’armée en 2013, a été condamné à mort en première instance samedi pour des évasions de prison et des violences durant la révolte populaire de 2011.

Une centaine d’autres hommes et une femme, dont des dirigeants éminents de sa confrérie des « Frères musulmans », ont également écopé de la peine capitale qui doit, pour tous les accusés, recueillir l’avis, non contraignant, du mufti d’Egypte avant d’être confirmée ou infirmée le 2 juin.

Monsieur Morsi, premier président jamais élu démocratiquement en Egypte, peut faire appel.
Il avait déjà été condamné à 20 ans de prison il y a trois semaines dans un premier procès pour des violences contre des manifestants durant sa courte mandature d’un an.

Le tribunal, qui le jugeait au Caire, devait prononcer les verdicts dans deux procès :
--Le premier concernant Monsieur  »Morsi » et 128 co-accusés, dont des membres des « Frères musulmans », du « Hamas » palestinien et du « Hezbollah » libanais, pour des évasions massives de prison suivies de violences pendant la révolte populaire de 2011 ayant chassé le président « Hosni Moubarak » du pouvoir,
-Le second pour espionnage, de 2005 à 2013, notamment au profit du Hamas, du Hezbollah et de l’Iran.

Dans ce second procès, Monsieur  »Morsi », qui comparaissait souriant dans une cage insonorisée, a échappé à la peine capitale, dont ont écopé 16 accusés.

Dans le procès pour évasion, le prédicateur islamiste « qatari » « Youssef al-Qardaoui » figure parmi les condamnés à mort mais il était jugé par contumace.

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 16/05/2015

Il Est Mortel De Contredire Le Coran !

expression-300x300 (1)

Un islamisme destructeur et criminel.

C’est au tour du Bangladesh d’être le théâtre d’une barbarie très probablement islamiste, ces derniers jours.
Le corps du blogueur américain d’origine bangladaise, « Avijit Roy », athée fondateur du blog « Mukto-Mona » (« libre pensée »), a été retrouvé couvert de sang, jeudi dernier.

Il a été tué à coups de machette à Dacca, après avoir reçu de multiples menaces de la part des islamistes.
Sa femme a même été blessée dans l’attaque commise par deux agresseurs encore non identifiés.

L’homme avait le malheur de défendre l’athéisme.
Selon son père, il aurait effectivement reçu de nombreux messages « menaçants » par courriels ou par le biais des réseaux sociaux, de la part d’islamistes rendus fous par ses écrits.

« Avijit Roy » ne mâchait pas ses mots ni ses attaques dans la dizaine de livres qu’il avait écrits. Le dernier s’intitulait en effet « Biswasher Virus », le « virus de la foi ».

L’attaque n’est pas la première.
En 2013 déjà, un autre blogueur athée, « Ahmed Rajib Haider », avait également été tué à coups de machette par un groupe islamiste inconnu.
Un meurtre qui avait d’ailleurs provoqué de grandes manifestations dans ce pays de 160 millions d’habitants à 90 % musulman.

Jeudi dernier, le couple se trouvait à bord d’un pousse-pousse lorsqu’ils ont été pris en embuscade par deux assaillants qui les ont entraînés sur le trottoir avant de les frapper à coups de machette.
Si les islamistes sont visés, c’est parce que plusieurs de leurs organisations réclament depuis longtemps l’exécution publique des blogueurs athées ainsi que l’adoption d’une loi interdisant tout écrit critique vis-à-vis de l’islam.

Une nouvelle illustration du problème fondamental que les islamistes ont avec la liberté.

Les athées sont capables d’insulter ce que les islamistes (comme tous les croyants) ont de plus précieux.

Les islamistes, eux, répondent en assassinant.

Quelle étrange conception de l’amour de Dieu !

Il n’est pourtant pas difficile de comprendre que si Dieu nous a créés libres de le choisir ou non, ce n’est pas à l’homme de surpasser Dieu en refusant cette liberté, aussi douloureuse soit-elle à constater.

Des yézidis, des chiites, des chrétiens… et maintenant cet athée.
Morts parce qu’ils refusaient de prononcer la profession de foi islamique.
Ils auraient pu le faire par peur ou par contrainte, sans la moindre adhésion de l’âme.

Un homme qui aime et choisit un trésor peut légitimement désirer que les autres le découvrent et l’aiment à leur tour.
C’est tout le sens de l’élan missionnaire ou simplement charitable.
Qu’un gouvernement n’encourage pas le blasphème est une chose, que des hommes le punissent par la mort en est une autre…
Quel intérêt peut-il y avoir à contraindre à l’amour ?

Il n’y a pas une once d’amour dans la soumission à Dieu que prônent ces islamistes, parce qu’il n’y a aucune liberté.

Il n’y a que crainte malsaine et servilité mortelle.

Cette même haine de la liberté malheureusement partagée par l’athéisme communiste en URSS autrefois, en Chine, en Corée du Nord ou dans tout pays communiste aujourd’hui.

Cet homme partageait avec les journalistes de « Charlie Hebdo » la même détestation de la foi.
Mais « Charlie » est devenu muet devant les autres victimes de la barbarie islamiste, ne trouvant pas même le courage d’élever la voix pour un camarade de lutte.

Un camarade mort à cause de ce même islamisme destructeur et criminel encouragé et pratiqué par l’Arabie saoudite et le Qatar, sans que ne s’élève la moindre voix « humaniste ».

La vie n’a décidément que peu de prix au regard d’intérêts financiers ou politiques : les « Charlie » haut placés n’en finissent pas de prouver l’hypocrisie de leur « résistance ».

Charlotte d’Ornellas

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/05/2015

Juifs Puis Chrétiens Ou Musulmans ?

sainte_trinite-280x300 (1)

Décoration Ethiopienne

Le Christianisme demande d’aimer
quand l’islam demande d’obéir

La Bible hébraïque unit juifs et chrétiens, mais elle est rejetée par les musulmans comme falsifiée par leurs prédécesseurs.
La Bible est la base des deux religions de l’alliance, ce qui renvoie à une historicité commune.
On peut constater que les écrits du nouveau testament sont élaborés à partir de matériaux entièrement issus du premier testament. De ce fait, l’Eglise chrétienne n’existe que greffée sur le tronc initial hébraïque, en partageant une forme d’élection, tandis que l’islam se situe clairement comme vérité a-historique, tel que présenté dans un livre sacralisé, compilation d’injonctions venues du ciel.

Allah ne correspond pas au Dieu sauveur de la Bible judéo-chrétienne

Le Christianisme, fondé par des juifs, a ouvert l’alliance à des peuples prêts à reconnaître le Dieu d’Israël et à vivre de l’éthique des dix paroles.
Dans l’islam, cette alliance est absente.
Le seul pacte est celui d’Allah avec Adam, ce qui fait de l’islam la religion adamique par excellence.
Allah ne correspond pas au Dieu sauveur de la Bible judéo-chrétienne.
Pas étonnant que les 99 noms d’Allah de la tradition islamique aient « oublié » de l’appeler « al mukhalliç » (le sauveur) et « al fâdî » (le rédempteur).
On comprend aussi pourquoi l’islam refuse de donner à Jésus son vrai nom « Yehoshua » : Dieu sauve…

Ceux qui complaisamment veulent nous faire croire à un « tronc commun » des trois religions sont des aveugles voulant guider des aveugles.
Cela, pour minimiser la parenté entre juifs et chrétiens d’une part, et pour raccrocher artificiellement l’islam à la tradition biblique, d’autre part.

Ce n’est pas un hasard si, depuis le Concile Vatican II, c’est le même dicastère pour l’œcuménisme qui encadre à Rome les relations entre catholiques, protestants et orthodoxes (même religion chrétienne, traditions différentes) ET les relations entre chrétiens et juifs (même référence à l’alliance, traditions religieuses différentes).

Quand on sait que le terme « oekumene » dans le monde grec signifiait « l’assemblée universelle », on est donc bien sur un axe de critères fondamentaux semblables entre chrétiens et juifs, puisque la « qehila » en hébreu s’applique à « l’assemblée convoquée par le D.ieu d’Israël », puis à la primitive Eglise, branche dissidente « messianique » originellement composée uniquement de membres hébraïques, avant de s’ouvrir aux nouveaux venus d’origine païenne.

En se donnant un air savant, les médias nous parlent des « trois monothéismes » pour entretenir l’amalgame, ou encore des « religions abrahamiques » comme si l’on parlait du même Abraham, quand ce n’est pas des « religions du Livre », expression pourtant spécifiquement islamique

Notre époque politiquement correcte joue sur les ambiguïtés, au nom d’un multiculturalisme idéalisé !
Et c’est souvent le cas lorsqu’il s’agit de manifestations ou de rencontres entre chrétiens et musulmans, afin de laisser croire à une appartenance commune entre l’église et la mosquée totalement fictive.
Ce contresens se nourrit de l’illusion encore bien répandue qu’au fond c’est du même Dieu qu’il s’agit de part et d’autre, comme si le coran n’était qu’une variante de la bible, comme si Jésus était le porte-parole d’Allah…

Or, la problématique des liens entre chrétiens et musulmans ne relève pas de l’œcuménisme – qui supposerait un noyau dur originel identique – mais de l’interreligieux, concept à géométrie variable et arbitraire.
Ces confusions entretiennent des fausses symétries bien aléatoires.
Pour en comprendre la genèse, il faut remonter aux années 60, berceau des idéologies qui ont accompagné la période de la décolonisation, de la croissance, et d’une certaine modernité.
L’Eglise n’échappait pas à cette pression des événements lorsque fut convoqué le concile Vatican II par le pape Jean XXIII.

C’est dans ce climat conjoncturel, au nom d’une générosité « d’ouverture », et d’un souci volontariste d’« aggiornamento », que le Concile voulait encourager les esprits à dépasser le traditionnel ecclésio-centrisme pour prendre en compte tout ce qui est vrai et bon chez les autres courants de pensée présents dans le monde (cf Lumen Gentium, 1965).

C’est dans ce contexte particulier que la rédaction de la déclaration « Nostra Aetate » fut laborieuse, en raison de protestations véhémentes de patriarches moyen-orientaux opposés à toute réconciliation judéo-chrétienne.
Centré au départ sur une relation judéo-chrétienne enfin réactivée, le texte remanié se contentait, au bout du compte et de manière très générale, d’inviter les catholiques à accueillir comme signe de l’Esprit l’expérience religieuse des autres croyants, islam compris.
Une affirmation théologique vitale se laissait donc édulcorer en invitation sentimentale facile à manipuler.

S’il rouvrait enfin la voie longtemps bloquée des relations fraternelles entre chrétiens et juifs, le Concile manquait de rigueur en laissant de ce fait s’établir la possibilité d’une symétrie ambiguë inscrivant quasiment sur le même plan le dialogue avec les musulmans.
Cette manière plus sociologique que théologique de poser le problème allait engendrer des malentendus à n’en plus finir parmi les chrétiens, auxquels le Magistère ne fournissait pas l’ancrage spirituel indispensable ni les garde-fous précis pour se lancer dans une telle aventure.
De plus, la théologie catholique du judaïsme encore balbutiante après 2000 ans de dérive n’offrait pas de structures de pensée reflétant suffisamment l’histoire respective des deux courants issus du même tronc hébraïque.

Heureusement, par la suite, sous le pontificat de Jean Paul II, des documents officiels vinrent rectifier en grande partie ces manques de clarté en ce qui concerne le lien vital et irréversible entre judaïsme et christianisme, mais l’élan initial de « Nostra Aetate » formulé de manière angélique avait quelque peu brouillé les cartes et laissé libre cours à des perspectives équivoques dans la relation au monde musulman, lui-même en pleine effervescence.

Pour ce qui touche à la question de l’islam, dans le monde catholique, le danger était bel et bien de passer d’une attitude d’ouverture et de bienveillance envers des personnes à un comportement de complaisance et de compromission avec un système doctrinal.
Rappelons-nous la rencontre islamo-chrétienne de Tripoli (Lybie) en 1976, où « Khadafi » profita des bonnes dispositions des participants chrétiens pour appeler tout le monde à se convertir à l’islam.

Autre repère essentiel dans le débat, la rencontre d’Assise en 1986, à l’initiative du pape Jean Paul II.

Là aussi, les malentendus furent considérables et le message fut aisément brouillé.

Les quelque 100 dignitaires religieux de toutes appartenances avaient répondu présents à cet appel du pape à manifester une attitude commune de dialogue respectueux dans une sorte de concert pacifique des religions.
Beaucoup en déduisirent que Jean Paul II avait prié avec les musulmans, et qu’ainsi une caution chrétienne était apportée à la validité spirituelle de l’islam, religion montante.
Or, le pape avait prié à côté des musulmans, chacun selon sa foi, ce qui est sensiblement différent.
Aux côtés des autres traditions plus discrètes, le pape ne se voulait pas plus proche des imams sunnites du Caire que des shamans indiens du Dakota.

Sans doute le quiproquo est-il là encore fondé sur le fait ambigu que le Concile n’avait évoqué que le souhait légitime de meilleures relations à établir entre catholiques et musulmans.
Le Concile n’a jamais reconnu ou officialisé une relation théologique entre christianisme et islam.
La déclaration parle en termes de musulmans et non pas d’islam.
Il s’agissait donc simplement de créer des liens courtois dans l’ordre du « vivre ensemble », avec l’arrière-pensée d’inciter les musulmans à progresser vers la réciprocité, attitude cependant impensable en islam.

Pourtant, ce n’est pas parce que, naturellement, la « dawa » exige d’islamiser le monde et donc aussi le christianisme, que les chrétiens doivent se fabriquer à tout prix une idée chrétienne de l’islam !
Les chrétiens ont une fâcheuse tendance à ramener à une attitude affective ce qui devrait relever d’abord de l’analyse critique !

De nombreux militants chrétiens s’imaginent retrouver dans l’islam leurs propres valeurs, en toute sincérité mais en totale incompétence.
Car les termes-clés en arabe de la religion de Mahomet ne peuvent pas trouver d’équivalent dans le registre judéo-chrétien, l’islam ne se situant pas sur le terrain biblique, et ayant une anthropologie totalement différente :

  • Malgré l’enchaînement des événements un peu partout dans le monde, peu de chrétiens sont conscients du sens de l’expression, devenue banale, « Allah ou akbar » clamée lors de l’appel à la prière mais aussi lors d’assassinats ou d’attentats.
    Cette phrase répétitive ne signifie pas de manière bucolique « Ah ! Que Dieu est grand ! » mais de manière polémique : « Allah est le plus grand !», ce qui est évidemment une revendication à placer l’islam comme supérieur à toutes les autres croyances.

« Vous êtes la meilleure communauté au monde ! » 

dit le coran aux musulmans.
C’est cette même visée qui les incite à construire des minarets plus élevés que les clochers des églises ou à imposer leurs coutumes en terres juives ou chrétiennes.

  • Peu de chrétiens savent que la profession de foi musulmane, la « chahada », (ashadu an la ilaha illa I-illah) est une expression négative.
    « Il n’y a pas de dieu si ce n’est Allah ».

Cette « négation affirmative » est en fait une profession de foi exclusiviste :
Elle implique le rejet du polythéisme mais aussi et surtout celui de la foi trinitaire des chrétiens, appelés associateurs.
Dénonciation méprisante des infidèles et des impies, puisque le plus grand péché pour les musulmans est le « shirk », le fait d’associer à Allah un être humain, en l’occurrence Jésus.
(Leur prophète devait être humain puisqu’il est décédé.
Ils sont obligés de l’associer à leur dieu, sans ce prophète ils auraient un autre coran…ou pas de coran.
Les imams mènent leurs ouailles en bateau-pelosse
)

N’oublions pas que pour les juifs et les chrétiens, la bible est un ensemble d’écrits humains inspirés par Dieu.
On peut donc décortiquer, analyser les textes, sérier les messages, les interpréter selon leur contexte et leur symbolique.
Pour les musulmans, en revanche, le coran n’est pas un écrit humain.
C’est la parole même d’Allah incarnée dans un livre sacré.
L’incarnation de Dieu dans la personne du Christ a son parallèle antagoniste avec « l’inverbation » d’Allah dans le livre du coran.
D’où l’impossibilité absolue de critiquer la moindre virgule, de remettre en question la sourate même la plus effrayante… car on peut commenter mais pas interpréter, sous peine de blasphème.
A partir de quoi est instaurée – depuis le Xème siècle avec la fermeture de « l’ijtihad » – la fixité définitive de la parole coranique, rendant par conséquent impossible toute évolution ultérieure.

L’Ecriture Sainte des juifs et des chrétiens est considérée par les musulmans comme abrogée, dépassée.
D’ailleurs les musulmans ne lisent ni la bible hébraïque, ni les évangiles, car le coran est la vérité première restituée et la vérité ultime proclamée.
Le coran, qui loue le Miséricordieux mais ignore le mot « amour » s’ouvre par la « Fatiha », une sourate considérée par la tradition islamique comme matricielle… elle serait comme un résumé théologique de l’ensemble du coran.
Or, selon une tradition millénaire, le verset 7 de cette sourate, après avoir dit tout le bien des vrais croyants, (les musulmans), exècre deux catégories à bannir :
les juifs « ceux qui sont l’objet de la colère d’Allah » (al-magdubi ‘alyhim) et les chrétiens « ceux qui se sont dévoyés loin de sa volonté » (ad-dalin).

Les chrétiens qui se réjouissent un peu vite de retrouver Jésus et Marie dans la religion islamique devraient y regarder à deux fois.
Car cette Myriam, même si elle est vierge, est la sœur de Moïse qui a vécu 1350 ans auparavant !
Et ce Jésus appelé Issa n’est pas celui de la foi néo-testamentaire issue de la Bible :
Issa ibn Myriam est un bon musulman, un prophète de l’islam dont les hadiths nous disent qu’il viendra à la fin des temps pour :

« briser les croix, tuer les porcs et instaurer la seule vraie religion, celle d’Allah »
(Abou Dawoud)
.

Il éliminera les juifs et les chrétiens – ainsi que toutes les autres catégories d’infidèles – pour purifier le monde de tout obstacle impur au règne d’Allah.

Ce Issa n’est pas le Jésus des évangiles.
Il n’est pas mort sur la croix, nous dit le coran.
Il n’est en tout cas pas un Fils de Dieu, puisque Allah n’est pas père, et comme il n’y a pas de péché, il n’y a pas de rédemption ni de salut.
On peut constater à quel point l’islam est diamétralement opposé au cœur du message chrétien et des références bibliques qui le sous-tendent.
Pas d’alliance, pas d’amour, pas de péché, pas de rédemption, pas de salut, mais avant tout :
une loi, la « charia », c’est-à-dire des règles à observer pour ne pas fâcher le souverain céleste, inconnu, lointain, implacable.
L’islam demande d’obéir, le christianisme demande d’aimer.

L’islamologue et islamophile « Louis Massignon », référence des militants des relations islamo-chrétiennes, va même dans un moment (exceptionnel) de lucidité jusqu’à reconnaître que :

« la tendance générale de la théologie islamique va à affirmer Dieu plutôt par la destruction que par la construction des êtres »

(Louis Massignon, PassionJuifs Puis Chrétiens Ou Musulmans ?  dans Islam*).

Dans le reste de ses écrits, le même « Massignon » a visiblement renforcé une islamophilie naïve chez les chrétiens, sur des bases totalement contestables liées à son ambiguïté personnelle.

Alors, quelles relations avec l’islam ?

L’islam n’est pas demandeur de dialogue.
Ce qui l’intéresse, c’est d’amener des chrétiens sur son terrain, fût-ce par le biais des soufis – mystiques d’influence judéo-chrétienne honnis par les autorités islamiques.

Non seulement avec la répétition du «pas d’amalgame» face aux attentats, l’islam cherche encore toute opportunité d’apparaître officiellement aux côtés du judaïsme et du christianisme comme une grande religion d’Europe où vivent des dizaines de millions d’immigrés musulmans en progression continue…

En réalité, malgré les slogans enjôleurs et les présentations complaisantes, il n’y a aucune convergence théologique et spirituelle entre christianisme et islam.
Il y a certainement des possibilités de bonnes relations entre personnes, l’expérience le prouve.
Mais en ce qui concerne la confrontation des systèmes de pensée, le traitement réservé aux chrétiens dans de nombreux pays islamiques – médiatisé seulement à une période récente mais trop longtemps occulté – aurait déjà dû ouvrir les yeux de tant d’occidentaux inconscients du péril mondial qui s’affirme.

Abbé Alain René Arbez pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 11/05/2015

 

 dans JESUS

 

Serait-Ce La Lutte Finale Pour Eux ?

deche

Parti Islamique du Turkestan

Des « brigades internationales djihadistes » en Syrie.

C’est la conclusion que l’on doit une nouvelle fois tirer lorsqu’on analyse quels « djihadistes »sont actuellement impliqués dans la nouvelle offensive dans la région d’Idlib.
C’est ainsi qu’on retrouve le « Parti islamique du Turkestan » (« TIP ») qui collabore étroitement avec le « Front al Nosra », branche officielle d’ »Al-Qaïda » en Syrie.

Ces groupes opèrent avec d’autres dans une coalition ponctuelle qui est calquée sur la coalition « Jaysh al Fateh » (Armée de la Conquête) qui a repris Idlib ville le mois dernier.
On retrouve dans cette nouvelle coalition  »Ahrar al Sham » (Libres du Levant), « Ansar al-Sham » (défenseurs du Levant), « Jaysh al-Islam » (Armée de l’Islam), mais aussi « Jabhat Ansar al Din ».

Ce dernier groupe est particulièrement intéressant en ce qui concerne notre sujet puisqu’il inclut entre autres un groupe tchétchène (« Jaysh al Muhajireen wal Ansar ») et un groupe marocain (« Harakat Sham al Islam »).

Bien évidemment, plusieurs de ces groupes sont membres de la nébuleuse d’ »Al-Qaïda » :

« Ahrar al Sham », « Jabhat Ansar al Din »…

Dans une vidéo récemment publiée par les djihadistes, on mentionne une « Katibat Turkistani » ou « Bataillon du Turkestan ».
Il semblerait donc que ce soit sous ce nom que les membres du « TIP » se battent en Syrie.
Plusieurs comptes « Twitter djihadistes » ont également confirmé que des « Turkestanais » se battent dans la région.

Le « TIP » était déjà actif en Syrie aux côtés du « Front al-Nosra ».
Ainsi en mai de l’année dernière, un de ses combattants, « Dadullah al Turkistani », s’est  fait exploser dans une attaque suicide.

Le « TIP » a aussi revendiqué plusieurs martyrs en Syrie.

Le « Parti islamique du Turkestan » opère également en Chine ainsi qu’en Asie centrale et du Sud.
On estime qu’il possède aussi des dizaines de combattants dans les zones tribales du Pakistan et en Afghanistan.
Plusieurs de ses combattants ont été tués par les forces de la coalition en Afghanistan et par des frappes de drones américains au Pakistan.

Plusieurs hauts responsables du  »TIP » ont également occupé des fonctions dans le réseau d’ »Al-Qaïda » au Pakistan.

Dans la région, on retrouve aussi le groupe « Junud al Sham » qui est un groupe essentiellement composé de combattants originaires du Caucase du Nord.
Ce groupe est allié à « Al Nosra » , donc à « Al Qaeda ».
Le groupe est dirigé par « Mouslim Shishani » (alias « Murad Margochvili »), un Tchétchène de la Géorgie.
Il avait déjà été combattre dans le Caucase dans une Brigade internationale islamique d’ »al-Qaïda » en Tchétchénie.

C’est bien l’internationale « djihadiste » qui envoie toutes ses forces en Syrie !

www.noterror.eu

http://www.noterror.fr/  du  04/05/2015

Daesh Appelle A Tuer Les Mécréants.

france-565x250 (1)

Daesh  parle aux
musulmans de France !

L’organisation « Etat islamique » a lancé lundi un appel aux musulmans à tuer des citoyens, notamment Américains et Français, des pays formant la coalition internationale mise en place pour combattre le groupe jihadiste en Irak et en Syrie.

« Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen - en particulier les méchants et sales Français- ou un Australien ou un Canadien, ou tout citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière« ,

a déclaré « Abou Mohammed al-Adnani », le porte-parole de l’ »EI », dans un message publié en plusieurs langues.

« Tuez le mécréant qu’il soit civil ou militaire »,

a-t-il ajouté.

« De n’importe quelle manière »

Les Etats-Unis et la France sont les deux pays qui ont, jusqu’à présent, mené des frappes aériennes en Irak sur des positions de l’ »EI », un groupe qui a déclaré en juillet un « califat » à cheval sur la Syrie et l’Irak, dont ils contrôlent de larges secteurs.

Le message, publié sous forme audio en arabe, avec une traduction sommaire en anglais, en français et en hébreu, donne des instruction sur la manière de mener à bien la mission sans équipement militaire.

« Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d’un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le« ,

indique-t-il.

 

Le porte-parole dresse par ailleurs des louanges aux militants actifs dans la péninsule du Sinaï en Egypte, les appelant à « trancher la gorge » des défenseurs du régime du président « Abdel Fattah al-Sisi ».

  »La France n’a pas peur »

Fustigeant cet « appel au meurtre », le ministre, dans une déclaration solennelle place Beauvau à Paris, a martelé, à plusieurs reprises :

« La France n’a pas peur ».

« Ce n’est pas la première fois qu’elle est menacée par des terroristes.
Elle sait pouvoir compter sur la solidarité de tous les citoyens de France quelles que soient leurs origines ou leur confession » et la « vigilance » des forces de l’ordre qui sont la « meilleure réponse ».

« Leurs menaces n’entameront en rien notre détermination à mettre fin à leurs exactions et à secourir les populations »,

a-t-il déclaré.

« Nous devons aussi éliminer le risque que représente « Daech » pour notre sécurité »,

a-t-il ajouté.

source : www.sudouest.fr

http://www.noterror.fr/  du 05/05/2015

Cette « Dèche » malodorante s’enhardit de jour en jour avec la complicité de nos oligarques !

Sommes-Nous Déjà Des « Dhimmis » ?

dhimmi-300x235

L’esprit dhimmi en France !

À l’instar de Charb, Luz ne dessinera plus le prophète Mahomet.

Le personnage en question, pourtant assez haut en couleur, ne l’inspirant apparemment plus.

La raison officielle en est une certaine forme de lassitude.

« Je m’en suis lassé, tout comme celui de Sarkozy.
Je ne vais pas passer ma vie à les dessiner »
,

a récemment déclaré le caricaturiste.

Il est vrai que de nos jours, en termes d’espérance de vie, ce choix pourrait sembler assez judicieux, voire d’un pragmatisme républicain digne de l’espritCharlie.
Croquer le prophète, « a fortiori », sous une forme qui pourrait offusquer ses adeptes, souvent tatillons, étant en soi un facteur de risque qui peut mener directement à la case croque-mort sans passer par les cases « joies du vivre ensemble » ou même « richesses du multiculturalisme ».

La ligne éditoriale du torchon en question, qui a vu d’ailleurs ses ventes chuter de 90 %, reprendra probablement les classiques maison :
-l’Église catholique,
-les Le Pen,
-les franchouillards,
-les beaufs,
-etc.
Thèmes fondamentaux assez inoffensifs, somme toute, le risque étant assez ténu qu’un garde suisse débarquât dans les locaux de l’hebdo, Nouveau Testament à la main, pour arroser à l’eau bénite, comme d’autres l’ont fait à la kalach’, les survivants des attentats du 7 janvier, en vociférant :

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Mais au-delà du fait que Luz a tout simplement rejoint l’écrasante majorité hypocrite du cheptel des journalistes officiant au sein des organes de propagande subsidiée qui la pratiquent plus ou moins tacitement, voilà que, petit à petit, se confirme dans nos sociétés occidentales dites libres et éclairées cette autocensure volontaire envers un culte spécifique.
Cette autocensure, après avoir pris les traits de la défense d’un multiculturalisme imposé, par ignorance ou par déloyauté, se convertit au sein de cette même caste médiatique, en connaissance de cause cette fois-ci, en un instinct de survie, confirmant dans la République l’implémentation pérenne des « « règles de Rushdie » », avec une rigueur qui ferait pâlir de jalousie toutes les autres Républiques islamiques.

Ces règles découlent de la fatwa de mort qu’a émise celui qui a bénéficié, à Neauphle-le-Château, de l’hospitalité républicaine, l’ayatollah « Khomeini », à l’encontre de l’auteur des « Versets sataniques ».
Elles établissent, notamment, le statut supérieur de l’islam et de ses adeptes, et l’obligation de tous les musulmans de défendre partout et par tous les moyens les valeurs dites islamiques ainsi que l’honneur de leur prophète.

Imaginez, maintenant, un instant, que le pieux vœu de notre ministre de la Rééducation nationale, « Najat Belkacem », devienne réalité et que l’islam devienne matière obligatoire dans les écoles de la République des Lumières.
Dans cet esprit-là, émettre une critique, fût-elle fondée ou non à l’encontre desdits prophète ou culte, serait-il passible d’une punition de circonstance :
100 fois «Je ne dois pas critiquer l’islam en primaire», lynchage à la récré en secondaire ?

Après l’esprit « Charlie », voici pointer celui de dhimmi.

C’est ça, aussi, l’esprit de la République actuelle.

Pierre Mylestin

http://www.bvoltaire.fr/  du 02/05/2015

La Nouvelle Stratégie De L’Oligarchie.

kiki (1)

Insécurité et islamisme 

Du déni de réalité à l’orchestration de la peur, c’est la toute nouvelle stratégie de l’oligarchie.

La novlangue au service
du déni d’insécurité

Face à l’augmentation de la délinquance, conséquence de l’idéologie laxiste qu’elle a mise en œuvre, l’oligarchie a d’abord inventé dans les années 1980 le fameux « sentiment d’insécurité », une sorte de phobie d’extrême droite qui faisait, selon elle, voir la réalité sous un jour trop sombre.
Elle a aussi inventé le concept « d’incivilités » qui permettait de « banaliser »la progression des délits, notamment ceux imputables aux jeunes issus de l’immigration.

1067 véhicules incendiés durant le Nouvel an : chiffre en baisse de 10% par rapport à l'année précédente

On nous a ainsi expliqué, par exemple, qu’il était « traditionnel » de brûler des voitures à la Saint-Sylvestre !
Car chaque fait divers se trouvait dépeint sous des couleurs les plus lénifiantes possibles :
on nous présentait les délits voire les crimes comme « incompréhensibles » car intervenant toujours jusque-là dans des quartiers « populaires » mais « tranquilles » ou « sans histoire ».
( Exemple :
« « Sid Ahmed Ghlam », étudiant sans histoires et terroriste amateur », Le Monde du 24 avril 2015.)

On ne comprenait donc pas le « coup de folie » qui avait pu saisir les auteurs de ces actes :
Sans doute parce qu’« un banal vol de sac à main », une « drague » ou une « bagarre par balles » avait « mal tourné ».
Bref, ce n’était pas vraiment la faute de ces individus « bien connus des services de police », mais plutôt le fait de victimes de la malchance, du « chômage » et de la « discrimination ».

La novlangue au service
du déni d’islamisme

L’apparition de délits commis par des personnes se réclamant de l’islam a subi le même traitement politico-médiatique.
On a ainsi assisté à la négation systématique du caractère islamiste de ces agissements, comme par exemple lors des attaques commises en France à la Noël 2014.

L’oligarchie a donc mis l’accent sur le caractère isolé de ces « loups solitaires »", victimes d’une« autoradicalisation » pathologique.
Même si ensuite on découvrait que leurs proches faisaient l’objet de poursuites ou que des « filières » avaient été « démantelées » !

Ou bien on les présentait comme des individus au comportement « incompréhensible » ou« incohérent », comme, par exemple, dans le cas du profanateur du cimetière de Castres.
Ou bien encore des individus « dérangés », ce qui permettait d’ôter toute signification autre que médicale à leurs actes.
On a même été jusqu’à nous présenter l’auteur musulman d’un attentat à l’arme automatique en Belgique comme un « amateur d’armes » !

Pas d’amalgame

Dans le souci de « ne pas faire d’amalgame » avec l’islam on a aussi beaucoup insisté sur le fait que ces criminels n’étaient pas de vrais bons musulmans, ou bien des « convertis » de fraîche date, donc connaissant mal leur nouvelle religion.
On nous a dit aussi que finalement les victimes étaient… les musulmans eux-mêmes dont l’image risquait de pâtir de ces agissements.

Ce type d’argumentaire est largement répandu en Europe.
On se souvient, par exemple, de ce que déclarait le premier ministre anglais à la suite de l’assassinat horrible d’un militaire décapité en pleine rue :

« Ce n’était pas seulement une attaque contre laGrande-Bretagne et le mode de vie britannique.
C’était aussi une trahison de l’islam et des communautés musulmanes qui apportent tant à notre pays.
Rien dans l’
islam ne justifie un tel acte épouvantable »

(« L’évident caractère antichrétien de l’acte a été nié par le procureur « Charlotte Beluet ». Reconnaissant qu’il s’agissait d’un étranger musulman, portant un vêtement typique, répétant des prières islamistes en boucle, elle a pourtant prétendu qu’il n’y avait “pas de revendication religieuse” (rigoureusement sic).
La volonté de faire échapper le criminel à la justice est évidente :
le suspect a été hospitalisé d’office dans un établissement psychiatrique.»)
Le même discours a été entendu en France.

Le déni de la cathophobie

On a aussi systématiquement nié le caractère antichrétien de certains délits ou agressions.

Ainsi, pour nos médias les églises ou les cimetières chrétiens ne sont jamais « profanés », à la différence des sépultures juives ou musulmanes.

Ils sont seulement « dégradés » ou à la rigueur« vandalisés ».

Pour la même raison on n’a mis l’accent que sur les actes antimusulmans ou antijuifs :
Une façon de dénier toute réalité aux actes antichrétiens et à l’existence d’un racisme antifrançais ou antiblanc que, curieusement, la justice n’arrive jamais à identifier.

Enfin, les médias nous ont beaucoup parlé du « fait religieux » en général (cf. notamment la dernière enquête sur le fait religieux dans l’entreprise) :
une manière de cacher la progression des revendications musulmanes.

Bref, l’oligarchie a mobilisé la novlangue et tout le puissant appareil médiatique au service du déni de réalité.

Une nouvelle stratégie

Cette stratégie a cependant fait long feu en 2015.

Certes, l’oligarchie reste attachée à la ligne « pas d’amalgame », dans le souci de ne pas se couper de l’électorat musulman d’ici 2017.

Les différents plans « contre le racisme » et« l’islamophobie » remplissent la même fonction séductrice.

Mais il n’empêche que la réalité est plus forte que la novlangue.

La progression de la délinquance ne peut plus être cachée par les services de police et de gendarmerie, pas plus que celle de la violence islamiste.

L’oligarchie a donc progressivement décidé de changer de stratégie en 2015 :

De passer du déni de réalité à l’orchestration de la peur.

Pour plusieurs raisons.

Le déni n’est plus crédible

D’abord parce que la situation lui échappe de plus en plus.

Derrière les annonces périodiques relatives aux « coups de filets »,
aux attentats miraculeusement « déjoués »,
censés démontrer l’efficience de nos forces de l’ordre,
ou relatives à l’inflexion prétendue des statistiques de délinquance,
l’actualité migratoire ou criminelle, en France ou à l’étranger, rend de moins en moins crédible la stratégie du déni.
Et l’EI se charge de son côté de la démentir.

Mais surtout l’oligarchie a compris qu’elle avait tout à gagner à orchestrer la peur.

Opération Je suis Charlie

L’opération « Charlie Hebdo » autour des attentats de janvier 2015 marque le coup d’envoi de la nouvelle stratégie du pouvoir.

Car du jour au lendemain on ne nous parle plus de « loups solitaires » ou d’actes« incompréhensibles » :
désormais on ne nous parle plus que
-de « filières djihadistes »,
-d’attentats terroristes commandités de l’étranger, 
-de caches d’armes
-et de complices.
La langue officielle et médiatique se délie comme par enchantement.
Et les incendiaires d’hier revêtent la tenue des pompiers.

Dans un premier temps l’opération « Charlie Hebdo » tente de rejouer la séquence du président de la République « chef de guerre » et de « l’union nationale » contre le terrorisme : ce sera la« marche républicaine » censée remettre en selle un pouvoir à l’impopularité abyssale et destinée aussi à créer un nouveau cordon sanitaire contre la progression du Front national, pour le plus grand profit de l’UMPS.

Cette tentative a cependant échoué :

L’image de marque du gouvernement socialiste retombe aujourd’hui progressivement à son niveau d’avant le 11 janvier.

Et le Front national est devenu en nombre de voix le premier parti de France lors des élections départementales.

De nouveaux leviers d’action

Le déni de réalité avait l’inconvénient de priver l’oligarchie de prétextes :
S’il n’y a pas de péril sécuritaire ou islamiste, il n’y a pas de raison d’agir contre.
Reconnaître, au contraire, la réalité permet de réclamer de nouveaux moyens d’action.

Le prétexte de la « lutte contre le terrorisme » permet ainsi de faire passer la loi sur le renseignement qui a pour objectif réel de censurer Internet et de mettre en place une surveillance généralisée de la population.
Comme partout ailleurs en Occident.
Par ce biais, les dispositifs liberticides de surveillance mondiale des communications dénoncés par les lanceurs d’alerte américains se trouvent aussi légitimés.
Coup double pour l’oligarchie !

Bien entendu, comme l’a indiqué ingénument le ministre de l’Intérieur lors du débat sur la loi sur le renseignement, cette surveillance portera sur la détection des « discours de haine », également imputés aux milieux identitaires, par exemple.

La liberté de censurer
désormais reconnue

L’effet « Je suis Charlie » a permis, en faisant croire que les islamistes visaient la liberté d’expression, de renforcer la chape du politiquement correct « antiraciste » et « contre l’islamophobie » en France.

La prétendue « liberté d’expression » sert à promouvoir « la liberté de censurer » en toute bonne conscience puisqu’il s’agit de garantir le « vivre ensemble » ou les valeurs de la République – et, par exemple dans le cadre du nouveau plan de lutte contre le racisme, de remettre en cause ouvertement les protections offertes par la loi sur la liberté de la presse de 1881.

Vive la peur !

La peur : Des militaires patrouille devant la cathédrale Notre Dame de Paris.

Des militaires patrouillent devant
la cathédrale Notre-Dame de Paris.

L’oligarchie a finalement très bien compris le caractère contre-productif de la stratégie du déni de réalité.
Elle sait maintenant que plus les citoyens ont peur pour leur sécurité, leur emploi ou leurs économies, moins ils peuvent se mobiliser sur d’autres causes, a fortiori s’agissant des autochtones vieillissants.
D’ailleurs, il n’y a aujourd’hui que la« communauté asiatique », identitaire et dynamique, qui manifeste contre l’insécurité en France !
Les vieux Européens n’osent rien dire.

Et il suffit de regarder les télévisions pour se rendre compte que l’on programme consciemment partout la mise en scène de la peur et de la violence :
aux actualités sanglantes s’ajoutent
les séries policières,
les histoires de juges,
de femmes-flics ou de femmes harcelées,
les affaires criminelles,
sans oublier les émissions édifiantes montrant nos forces de l’ordre en pleine action contre la délinquance.
Sans parler des militaires qui patrouillent désormais dans les rues.

«La peur soutenait déjà un fructueux commerce sécuritaire.
Elle devient aujourd’hui un puissant moyen de sidération des autochtones à qui l’on apprend ainsi très tôt à raser les murs »

Rien de tel pour mâter le populisme en Europe et consolider le Système !

Michel Geoffroy

http://www.polemia.com/  du 01/05/2015

Ce n’est pas parce que l’on se tait que l’on n’en pense pas moinsni qu’on n’agit pas dans l’ombre, sagesse et vieillesse obligent.
Les oies « gavées » sont promises à l’abattoir à moins que ce soit un infarctus ou un AVC qui les privent d’une vieillesse dorée.
A ce sujet, je demande toujours un bilan médical actualisé de notre numéro 1 national !
Intuition, porte-poisse, je ne sais, je sens anguille sous roche.
Quoi qu’il en soit, les mauvais plis perdurent les stratégies de même, nous le constaterons bientôt.

Les Africains Se Font Plus Agressifs !

fiers (1)

Une Sénégalaise veut
nous jeter hors de France  !

« Fatou Diome » nous annonce sur « France 2″ que nous devons déménager parce qu’elle a l’intention d’y rester.
Mais moi, je n’ai pas envie que « Fatou Diome » reste en France !

Beau discours bien appris par coeur mais terminer celui-ci par :

« Déménagez d’Europe parce que j’ai l’intention d’y rester »

soit une faute de goût soit une déclaration de guerre.

Elle affirme que les immigrés sont des citoyens productifs.
J’avoue que Fatou Diome a au moins un argument vérifiable, nos immigrés produisent de nombreux enfants à grands coups d’aides sociales, 40% selon « Fatou ».
En réalité ce chiffre ne concerne que des maternités situées dans certaines zones ou les médecins, pompiers et policiers se font caillasser.
Cela dit un citoyen productif ou non n’a pas autorité à me faire quitter mon domicile.

J’imagine, et c’est bien naturel, que vous souhaitez connaître notre miss Fatou Diome. Alors voici le pedigree trouvé sur Wikipédia:

« À treize ans, elle quitte son village dans l’île de Niodor pour aller poursuivre ses études dans d’autres villes du Sénégal tout en finançant cette vie nomade par de petits boulots : puis elle va au lycée de « M’bour », travaille comme bonne en « Gambie » et finit par entamer des études universitaires à « Dakar ».
À ce moment, elle songe à devenir professeur de français, loin de l’idée de quitter son pays natal.

Mais à vingt-deux ans, elle tombe amoureuse d’un Français, se marie et décide de le suivre en France.
Rejetée par la famille de son époux, elle divorce deux ans plus tard et se retrouve en grande difficulté, abandonnée à sa condition d’immigrée sur le territoire français.
Pour pouvoir subsister et financer ses études, elle doit faire des ménages pendant six ans, y compris lorsqu’elle peut exercer la fonction de chargée de cours durant son « DEA », fonction qui lui apporte un revenu insuffisant pour vivre. »

En 1994, elle s’installe à Strasbourg.
Après des études de lettres à l’université de Strasbourg où elle présente son Doctorat ès lettres sur « Le Voyage, les échanges et la formation dans l’œuvre littéraire et cinématographique » de « Sembène Ousmane », elle a enseigné à l’’Université « Marc-Bloch » de Strasbourg et à l’Institut supérieur de pédagogie de Karlsruhe, en Allemagne.

Beau parcours digne d’une production « Walt Disney » dans le genre Cendrillon.

Sortez vos mouchoirs pour cette pôvre malheureuse.
Précision pour Wikipédia et pour le lecteur :
Un chargé de cours ne peut être qu’un étudiant ayant déjà obtenu un DEA ou un DESS et qui poursuit son cursus en effectuant un doctorat.
En principe « miss Diome » n’a jamais pu être chargée de cours avant de terminer le troisième cycle d’étude.
Elle finira quand même par obtenir un doctorat es lettres grâce à la bonne fée France qui lui paiera ses études.
Formidable, rangez vos mouchoirs, c’est du « Walt Disney », ça finit donc bien.

Enfin, bien ?
Pour elle c’est évident, pour nous ce qui est évident c’est qu’elle nous demande tout simplement de quitter le sol dans lequel reposent nos ancêtres et en particulier ceux qui ont donné leur vie pour que ce sol appartienne à leurs enfants libres pour qu’on lui laisse la place, les clefs de la maison, celles de la voiture, le code de la carte bleue … etc.
Belle mentalité que voilà.
Mes chats sont plus respectueux envers celui qui leur donne à manger et qui les caresse que cette écrivain qui peine à vendre ses bouquins malgré la pub que lui fait notre service public audio-visuel.
Au passage je note que ce service public manque à ses devoirs, promouvoir une personne qui désire notre fin et faire vendre des écrits à son profit n’est pas son rôle.
On peut même qualifier cet acte de détournement de bien public.

Vous trouverez un extrait de la vidéo ici :
http://www.fdesouche.com/592371-acceptez-nous-ou-bien-demenagez-deurope-parce-que-jai-lintention-de-rester

et l’intégralité ici :
http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais/videos/apres_le_drame_de_lampedusa_peut-on_accueillir_toute_la_misere_du_monde__24-04-2015_777023

Madame « Fatou Diome » veut nous lancer une « OQTF » (« Obligation de Quitter le Territoire Français »).

Bien, mais qu’elle ne vienne pas se plaindre d’être rejetée par ceux qu’elle déteste,ceux qui ont construit la France y compris de fins lettrés comme « Léopold Sédar Senghor » qui lui aussi venait du Sénégal pour enrichir notre nation par son amour de notre langue commune.

Non Madame « Fatou Diome », vous n’aurez jamais un fauteuil à l’Académie Française, simplement parce que vous n’aimez pas la France.
Et si vous n’aimez pas les Français, retournez au Sénégal.

Philippe Legrand

http://ripostelaique.com/  du n° 405, le 30/04/2015

La Dèche Parle Trop Dans Nos Villes.

no_mosque_1jpg (1)

La mosquée El Fath sévit encore…

Alors que « Sid Ahmed Ghlam » est en prison !

« Joachim Veliocas », l’animateur de l’excellent site islamisation.fr, nous fait savoir que son site est actuellement piraté, et demande de faire suivre massivement cet article, que ses lecteurs ne peuvent plus consulter.
Naturellement, par solidarité militante, mais aussi parce que cet article est excellent, nous le portons à la connaissance de nos lecteurs, et souhaitons à « Joachim » de retrouver un site en état de marche au plus vite.

§§§§§§

Mon site étant HS, cette petite enquête sur la mosquée El Fath où enseigne « Sid Ahmed Ghlam » n’est plus en ligne, c’est fort dommage.

Merci de diffuser sur vos médias :

« Sid Ahmed Ghlam a » enseigné l’arabe à la mosquée El-Fath (La Conquête) de Saint-Dizier, ainsi que l’a affirmé sa soeur devant les caméras d’I-Télé.
En se renseignant sur les activités de la mosquée, tirant son nom de la sourate guerrière 48 du Coran, on remarque qu’elle a organisé un bus spécial pour que ses fidèles se rendent au Rassemblement annuel de l’UOIF qui regorge de littérature djihadiste (voir notre reportage [dès que disponible])

Aussi un séminaire d’apprentissage du coran a été dirigé par un cheikh de «Château Chinon» soit la ville où siège l’école d’imams de l’UOIF, l’« IESH aux orientations radicales »[dès que disponible] :

Parmi les références inquiétantes de la mosquée, on remarque sur sa page Facebook officielle qu’elle relaie une vidéo de l’ancien grand mufti d’Arabie Saoudite, Abdelaziz Ibn Baz’ (1910-1999) dont les « fatwa » récusent l’idée d’un jihâd seulement défensif :

« Allah lui (Mahomet) a révélé ses versets qui commandent le jihad contre tous et de ne pas rechigner à combattre tout le monde jusqu’à ce qu’ils entrent dans la religion d’Allah ou jusqu’à ce qu’ils paient la « jizya », s’ils font partie des gens de la « jizya » comme mentionné précédemment. » (…)
L’islam invite d’abord les mécréants à se convertir mais s’ils refusent, ils devraient payer la « jizya », et s’ils refusent, ils devraient être combattus tant que possible comme l’a déclaré le précédent hadith de Bourayda. »

Le Jihâd en tant que
concept uniquement défensif ?

« Allégation basée sur du vent ».

« Cheikh Salih Ibn Ahmad al-Masou’y  a réfuté ces allégations et invalidé ce que ces auteurs prétendent, que le jihad en islam n’est accompli que dans un but défensif.
Également, notre bien-informé frère « Abou al-A’la al-Mawdoudy » a écrit un traité sur le jihad et expliqué la fausseté de ces affirmations, en disant que cela est une allégation basée sur du vent. »

Extraits de  Majmou’ Fatâwa wa-Maqalât Moutanawi’a, ‘Abd al-‘Azîz Ibn Bâz, volume 3, p.190-201, Dâr al-Qâsim.

Aussi, dans une vidéo de la page Facebook de la mosquée El Fath (publiée 11 août 2014) on entend l’auteur expliquer qu’à la fin des temps une guerre totale éclatera entre les musulmans et les mécréants, et que nous entrons justement dans cette époque apocalyptique.
Gloups.

Une autre vidéo postée (le 8 octobre 2014) traite des signes de la fin des temps, où le Mahdi est attendu après la restauration du califat « dans les pays du Machrek, ça peut passer par l’Irak, l’Iran  ou le Pakistan, il a dit où apparaissent ces étendards noirs de ces pays là, il a dit si vous pouvez allez-y, même en rampant, parce qu’il y aura le califat d’Allah et le Mahdi (…) on a vu que 99% des signes de la fin des temps se sont passés déjà » explique « Adbelrahman » de la mosquée de la Guynemere à Creil, relayé sur la page de la mosquée de Saint-Dizier.

Ou comment faire comprendre aux fidèles que rejoindre « l’Etat Islamique » fait partie du dessein d’Allah…

La mosquée est toujours ouverte à cause du laxisme total du gouvernement socialiste redoutant la réaction de son électorat musulman en cas de mesures fermes adoptées à l’encontre des islamistes étrangers en France.

« Sid Ahmed Ghlam » est sous les verrous, mais sa mosquée parle toujours…

Joachim Veliocas 
Observatoire de l’islamisation,
le 27 avril 2015

http://ripostelaique.com/  du n° 405, le 29/04/2015

Bon courage, « Joachim », à ta disposition !

L’ Histoire Se Répète Dans Sa Douleur.

defense-168x3001 (1)

L’antichristianisme criminel,
du simple mépris au génocide

La récente scandaleuse affaire de la « RATP » est un nouvel épisode de l’antichristianisme délirant en Occident et particulièrement en France.

L’organisme d’état a refusé une affiche au prétexte qu’elle violerait la laïcité car on y voit la mention chrétiens d’Orient.
Il ne faut pas nommer les choses pour respecter la laïcité.
Cachez ces chrétiens que je ne saurais voir !

Fort heureusement, une réaction prompte de la « Coordination des chrétiens d’Orient » (« Chredo ») et une mobilisation sans faille a permis de faire reculer la « RATP », qui a dû admettre benoitement sa faute.
L’affaire fit du bruit, entrainant même l’intervention critique du très antichrétien « Mélenchon ».

D‘autres affaires illustrant l’antichristianisme sont passées inaperçues ou ont été cautionnées par nos élites :
-agressions des Femen contre des lieux de cultes et des fidèles,
-vandalisme contre des églises et des cimetières chrétiens,
(bien plus nombreux que les juifs et musulmans, [eux, médiatisés]),
-diffusion de films,
(Amen de Costa-Gavras, Da Vinci code de Ron Howard, Rose et noir de Gérard Jugnot),
-dessins de presse (Plantu et  »Charlie Hebdo »)
-et autres interventions médiatiques de diverses personnalités, de « Caroline Fourest » à « Pierre Bergé ».

On me rétorquera que cette situation est normale, qu’elle s’inscrit dans le cadre de la libre critique des religions en milieu démocratique.
Mais l’invocation de la démocratie a bon dos quand il s’agit d’attaquer incessamment une religion et ses fidèles de la manière la plus « dégueulasse » (il faut le dire) tout en épargnant une autre, constituant de ce fait un deux poids deux mesures des plus troublants.

En l’occurrence, l’autre religion est l’islam, désormais considérée comme deuxième religion de France et qui a subi bien peu d’attaques.
Quelques rares dessins de « Charlie Hebdo », les interventions de personnalités comme « Eric Zemmour » et « Michel Houellebecq », mais l’islam est largement soutenu par une élite acquise à sa cause, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, de « Claude Askolovitch » à « Alain Soral », et les critiques censés être les plus virulents se liment soigneusement les crocs (Michel Onfray, Jean-Luc Mélenchon) alors qu’ils furent bien moins compatissants pour le christianisme.

Du reste, la « RATP » avait déjà exposé des affiches publicitaires mentionnant le ramadan et le hijab.

Le message est clair :
Le christianisme doit être mis au pilori, l’islam toléré, voire promu et valorisé.

Dès lors, comment s’étonner que le sort des chrétiens d’Orient laisse indifférent au point de susciter cette réaction minable de la RATP ?
Que leur extermination en cours suscite si peu de réactions, même en arrivant à son point fort ces deux dernières années ?

J’ai démontré que ce génocide n’est que le résultat d’une longue histoire de persécutions et d’exactions banales et admises en terre d’islam… à de très rares exceptions.
Que des régimes politiques sunnites et chiites, des organisations terroristes, exterminent des chrétiens est assez logique, presque normal, au risque de paraitre cynique :
C’est ce que leur nature totalitaire les amène à faire.

Il ne pouvait en être autrement, cette nature remonte loin dans l’histoire :
-pogroms antichrétiens dans l’empire Ottoman du XIXe siècle,
-piraterie barbaresque et razzias d’esclaves chrétiens en mer Méditerranée,
-oppression des chrétiens au Moyen-Age qui conduisit aux croisades).

En revanche, l’inaction de l’Occident voire la recherche de raisons grotesques pour ne pas dénoncer les horreurs est absolument anormal et demeurera dans l’histoire comme une terrible et grande marque de honte dans l’histoire de notre civilisation, car le christianisme, qu’on le veuille ou non, fait partie intrinsèque de l’histoire de l’Occident qu’il a forgé.

L’Europe a d’ailleurs longtemps tenu le rôle important de protecteur des chrétiens d’Orient, en particulier la France, lors de son intervention au Liban en 1861.

La réaction peut aussi se comprendre au vu de l’idéologie de notre élite dirigeante de gauche et d’extrême-gauche au sens large, de « Besancenot » à Chatillon, qui communient dans la haine du christianisme, et qui voient probablement d’un bon œil l’éradication de la population indigène par le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

La France, dirigée depuis des décennies par une gauche néo-marxiste, quelques soient les partis, promeut ouvertement une idéologie antichrétienne, islamophile, et refuse de dénoncer ouvertement l’antichristianisme.

Ainsi, le président François Hollande n’a pas fait état de la haine antichrétienne, dans ses déclarations sur le massacre des coptes en Libye, ou celui de 148 chrétiens du Kenya.

C’est également le cas du président américain Barack Obama, qui a rappelé sa position hostile aux chrétiens lors du « National Prayer breakfast » en février dernier, et dans son discours islamophile du Caire en 2009.
Obama a eu des propos très durs en réaction au meurtre de trois musulmans aux Etats-Unis, mais n’a pas un mot pour les centaines de chrétiens tués par des musulmans depuis des années.

Cédant à ses préjugés idéologiques minables, le régime au pouvoir laisse éradiquer un peuple et une civilisation bimillénaire, indigène et intrinsèquement liée à l’Europe, par une société islamique colonialiste, génocidaire et farouchement anti-occidentale.

Et il favorise incessamment les sociétés islamiques présentes sur notre sol.

En langage psychiatrique, on appelle cela acte intentionnel d’autodestruction, en langage politique, on parle de trahison.

Ce régime n’agit pas autrement que ces prédécesseurs (de gauche déjà) qui ont refusé d’intervenir militaire contre l’Allemagne nazie dans les années 1930, ont signé les accords de Munich de septembre 1938, ont promu le pacifisme, et ont finalement versé dans la collaboration active, les « Laval », « Déat », « Doriot » et autres « Luchaire ».

Certains avaient agi par idéologie pacifiste et antimilitariste, d’autres par antisémitisme.
Tous ont laissé faire ou même participé à l’extermination des juifs dans les chambres à gaz.

Leurs héritiers spirituels laissent faire ou participent à l’extermination des chrétiens d’Orient par idéologie tiers-mondiste et pro-islam ou par antichristianisme.
Et ils aideront sûrement à massacrer les opposants à l’islam.

La comparaison est d’autant plus pertinente que les islamistes sont tout aussi antisémites qu’antichrétiens, qu’ils tuent des juifs en Europe, à Toulouse, à Paris et à Copenhague, tandis qu’ils oppriment les rares qui vivent encore dans les pays musulmans.

L’histoire se répète douloureusement.

Cependant, ces nouveaux collabos ne se doutent visiblement pas qu’ils dressent eux-même l’échafaud sur lequel ils seront exécutés, et que leurs « amis » musulmans finiront par s’occuper d’eux un jour.

Pour paraphraser « Churchill », les islamophiles attendent que le crocodile islamiste massacre les chrétiens, qu’il n’ait plus faim et les épargne.

Mais ce crocodile a l’appétit insatiable, et leur tour viendra.
A ce moment, fatalement, il n’y aura plus personne pour les défendre.

La fin de ces dirigeants ignobles signifiera la fin de l’Occident, la main-mise totale et la prise de pouvoir du panislamisme et de ses partisans.

Il importe de ne pas attendre que le diable dévore ceux qui s’invitent à sa table.
Il faut les combattre, maintenant, par tous les moyens légaux possibles.

Les conséquences de la propagande haineuse contre les chrétiens, complaisante envers les musulmans se vérifie :
massacre de coptes en Libye, de chrétiens au Nigeria et au Kenya dans l’indifférence ou, dans le meilleur des cas, dans le fatalisme.

Bientôt, très bientôt, cela pourrait se produire en Europe, en France, plus seulement contre des journaux libertaires et des dessinateurs de presse.

Dénoncer l’antichristianisme de l’élite de gauche corrompue, l’extermination en cours des chrétiens d’Orient, ce n’est pas seulement un impératif éthique.
C’est une nécessité concrète pour chacun de nous.

François Préval pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info/  du 26/04/2015

Consommer Avec Grande Modération.

colere-cochon-283x300 (2)

A l’imam de Villetaneuse

Dans tout homme il y a un cochon qui sommeille !

A mon frère Mehdi,

Salam âlik, labess âlik,

Nous sommes frères puisque nous croyons au même dieu créateur de l’univers.

Alors, frère Mehdi, je viens te faire part de mes réflexions suite à la lecture de ton sermon du 5 avril 2013 (déjà 2 ans !) traitant de la consommation de la viande de porc et de ses conséquences sur les humains.

Moi-même, spécialiste de la nutrition animale, je suis en accord total avec tes « savants » pour dire que l’alimentation a un impact direct sur n’importe quel individu.
Sans parler de sous-nutrition, une simple carence fruste en vitamine A (contenue dans les végétaux verts sous forme de provitamine A) peut entrainer des troubles de croissance, des troubles de la vision (héméralopie, cécité),
une carence en lysine (un des principaux acides aminés) va se répercuter sur le développement musculaire,
de-même avec les minéraux et les oligo-éléments :
une carence partielle en fer et c’est l’anémie qui s’installe lentement et entraine un changement de comportement.

Mais ensuite je ne suis plus du tout d’accord avec ce que racontent « tes savants musulmans » (des oulémas je suppose), dont tu ne donnes aucun nom, aucune référence, peut-être par crainte qu’on ne leur demande des preuves tangibles ?
Ne s’agit-il pas d’un certain « Souhail Amzir » qui a écrit la même chose sur le site ‘ Islam de France’ : « les interdits en islam » ?
C’est vrai qu’en islam on peut dire ;

« tout est bon….pour avoir raison »

en employant la Taqiyya.

Si on applique le principe que :

« la nourriture a un impact sur le comportement et le tempérament de l’être »,

sans la moindre recherche, sans la moindre expérimentation, sans preuve, tout peut être dit mon frère, même les plus énormes « conneries » au nom de Dieu.

Les chinois mangent du chien …..alors les chinois aboient,
ils montrent les dents quand ils sont en colère,
ils mordent parfois,
ils peuvent transmettre la rage…. !
Les arabes musulmans mangent beaucoup de mouton…..
alors ils se mettent à bêler,
ils sentent fort le suint
et vivent toujours groupés,
en troupeaux compacts,
les mâles ont des cornes qui poussent (c’est pour cela que leurs femmes se cachent).
Ne sont-ce pas là des affirmations farfelues comme le sont, cher frère, tes affirmations sur les consommateurs de viande de porc ?

Nulle part dans le Coran n’existent de tels écrits insultants mais dignes de son auteur.
Dans les sourates 2 et 16 il est simplement dit :

« il vous est défendu de vous nourrir de cadavre, de sang et de la chair du porc, ainsi que toute nourriture sur laquelle aurait été invoqué un autre nom que celui d’Allah. ;
mais si quelqu’un y était contraint qu’il le fasse, pas comme impie et transgresseur.
Allah le lui pardonne ».

J’en conclus deux choses :
– Qu’Allah n’interdit rien d’autre que la consommation de viande de porc :
aucune objection portant sur la manipulation, le transport et le commerce de cette denrée alimentaire.
– Qu’Allah est moins ….. que mon frère Mehdi !

J’ai également conclu que les seules personnes au monde qui, selon « tes Savants », ont le comportement et le tempérament de bons êtres humains : ce sont les « anthropophages ».
Eh oui ! Ne mangeant que de la chair humaine en plus des végétaux ils restent ‘humains’, ils gardent le comportement des humains :
ils sont propres et ne sentent pas mauvais,
ils ne s’embrassent pas et ne copulent pas devant tout le monde,
ils ne sont pas malades et vivent vieux.
Alors j’ai décidé de faire comme eux, c’est-à-dire manger de l’humain mais de l’humain ‘sain’ donc des petits musulmans qui n’ont jamais mangé de porc.
Qu’en pensent « tes savants » ?
J’aimerai au moins connaitre ton point de vue sur ce choix.

Frère Mehdi, j’ai encore deux choses à te dire et elles ne vont pas te réjouir :

– Moi qui suis né en Tunisie j’ai toujours mangé du cochon (du hallouf) même au cours de ma jeunesse tunisienne et en France je me régale avec du jambon de Bayonne, de l’andouille de Vire, de la saucisse de Morteau, etc.
D’ailleurs en France on dit « dans le cochon tout est bon ».
Des millénaires avant les gaulois le porc occupait le pays et il n’y a pas un atome de terre de France qui n’ait pas transité par un porc.
Alors toi mon frère, que je suppose né en France, tu vis en terre impure, au milieu de gens malsains ; quel châtiment quotidien, bien plus atroce que la « géhenne » !
Le contenu de ton sermon révèle un drame intérieur et je pense que tu serais bien plus heureux « fi dar al islam », dans le pays de tes origines, comme cela s’est produit pour moi !
Que t’en semble ?
Mais pourquoi ne pas manger du cochon ?
C’est actuellement la viande la plus saine qui existe dans les pays occidentaux car la filière est extrêmement bien suivie sur le plan sanitaire et il n’y a aucun risque de zoonose.
Allah doit savoir cela, c’est la Vérité.

Le mouton par contre est porteur de nombreuses maladies microbiennes (fièvre aphteuse, encéphalopathie spongiforme, brucellose,…) et de beaucoup de parasites internes et externes (distomatoses, strongyloses, cysticercoses, galles, poux ….).
Il peut même transmettre la rage comme cela se produit en Tunisie, à Borj Cédria (banlieue sud de Tunis)

– En deuxième info.
Je dois te dire des choses délicates, infâmes, mais vraies :
en France et dans les pays industrialisés 100% d’un porc sont utilisés,
dans l’alimentation directe,
dans l’industrie agro-alimentaire,
dans l’industrie des cosmétiques,
dans l’industrie chimique et pharmaceutique.
Il est quasiment impossible d’éviter le porc dans la vie courante !
Allah ne l’avait pas prévu !

Les restes du porc à la sortie des abattoirs prendront 185 destinations différentes, et pas seulement pour usage alimentaire mais :
-pour la fabrication de gomme pour la clarification de jus de fruits,
-dans la fabrication de la réglisse et des bonbons,
-aussi dans la gélatine que l’on trouve dans les crèmes fouettées, yaourts et certains beurres,
-dans un certain nombre de médicaments (par exemple : les analgésiques, les cachets multivitaminés…).

Les acides gras extraits de l’os de porc sont utilisés dans :
-les shampoings,
-les revitalisants,
-les lotions pour le corps,
-les fonds de teint
-et les crèmes pour le visage.
La glycérine à base de graisse de porc est aussi un ingrédient des dentifrices… !

La peau de cochon très similaire à la peau humaine est parfois utilisée pour des patients brûlés.
Les porcs apportent une grande contribution à la médecine :
Avec l’insuline qui permet de traiter quotidiennement les diabétiques, sinon ils meurent (et les musulmans ne sont pas exemptés d’être diabétiques), avec les valvules cardiaques de l’animal pour remplacer celles d’un malade.

Vois-tu mon frère Mehdi, le fonctionnement complexe de l’industrie agro-alimentaire mondiale et de l’industrie de transformation fait en sorte qu’il est impossible d’éviter le PORC !
Maintenant que tu sais toutes ces vérités évite de tromper tes fidèles et de les maintenir dans l’ignorance animale.

Et pour t’achever je t’informe qu’en 2007, des généticiens français, américains et suédois ont mis en évidence la proximité génétique entre le porc et l’homme :
presque 99% de leurs génomes sont communs !;
nous sommes donc plus proches du porc que du singe ((98,5%).
Tu sais bien que dans tout homme il y a un cochon qui sommeille !

Image de prévisualisation YouTube

Voilà mon frère quelques réflexions et informations récentes pour ta gouverne car je pense qu’il ne faut pas vivre avec des connaissances datant de plus de 14 siècles ! c’est de l’arriération mentale (et non de « l’arrièrement » comme tu le dis).
Tu profites de la science moderne :
pour te faire soigner et opérer,
pour te déplacer autrement que sur le dos d’un âne,
en prenant l’avion par exemple,
en utilisant les techniques modernes de communication…
Alors, ne sois pas hypocrite – Allah n’aime pas les hypocrites – et surtout ne provoque pas la haine par des discours et des sermons malhonnêtes et mal intentionnés, sinon l’Enfer t’attend !

Pierre Le Jeune

http://ripostelaique.com/  du n° 404, le 22/04/2015

 

 

Les Leçons D’Un Triste Centenaire.

crucifies-300x133 (1)

À propos du génocide arménien.

Ce 24 avril, le centenaire du génocide arménien sera commémoré, à Erevan, en présence de plusieurs chefs d’État étrangers dont François Hollande.
Il le sera aussi dans les pays de diaspora, et au premier chef en France, où 600.000 de nos compatriotes sont d’origine arménienne.

L’ampleur du massacre perpétré dans l’Empire ottoman à partir du 24 avril 1915 est incontestable et, dans l’état des connaissances historiques, la qualification de génocide, c’est-à-dire de massacre prémédité et systématique d’un peuple ou d’un groupe ethnique à fin d’extermination, ne peut, elle-même, être déniée.

Il est impossible de relativiser l’horreur par l’horreur comme certains, et en particulier les autorités turques, l’ont fait pendant trop longtemps.
Les massacres qui ont eu lieu antérieurement dans l’Empire, en particulier sous Abdülhamid II, surnommé le « Sultan rouge », puis après sa déposition par les Jeunes Turcs du Comité Union et Progrès, en 1909, pendant que d’autres se déroulaient ailleurs comme les pogroms des Juifs en Russie, l’extermination parallèle à celle des Arméniens, en pleine Première Guerre, des Grecs pontiques et des Yazidis (déjà !), aux deux extrémités de l’Empire, ou les quelques Turcs tués par des ressortissants des peuples minoritaires, ne changent strictement rien au problème.

Les historiens ont aussi fait justice depuis longtemps de l’allégation par les bourreaux et par leurs avocats du contexte de la Grande Guerre et du fait que les Arméniens auraient constitué une cinquième colonne préparant un soulèvement général en appui des Russes, ennemis des Turcs.

Quant au génocide lui-même, il est évidemment difficile à prouver définitivement, car les documents les plus compromettants, des ordres officiels aux archives de l’Organisation spéciale chargée de l’exécution, ont été systématiquement détruits par les responsables.
Il reste néanmoins des épaves, les travaux de la cour martiale de 1919, les multiples témoignages des survivants, mais aussi de fonctionnaires turcs et de diplomates étrangers et le fameux «carnet noir» du ministre de l’Intérieur de l’époque « Talaat Pacha », instigateur et maître d’œuvre, texte révélé en 2005.

Il est plus que probable que plus d’un million d’Arméniens vivant alors dans l’Empire ont été tués sur l’ordre d’Istanbul, les autres n’étant épargnés que parce qu’ils vivaient dans la capitale ou à Smyrne, où le gouvernement ne pouvait agir aussi facilement sous les yeux des étrangers et de l’opinion, parce qu’ils réussirent à fuir ou parce qu’ils furent sauvés par l’avancée de l’armée russe.
Pour ceux qui voudraient de plus amples informations, je les invite à lire l’excellent ouvrage « Comprendre le génocide des arméniens, 1915 à nos jours »Les Leçons D’Un Triste Centenaire.  dans Islam, codirigé par « Hamit Bozarslan », « Vincent Duclert » et « Raymond Kévorkian » (Tallandier, 2015).

Cela signifie-t-il pour autant qu’il faut légiférer en la matière ?
Non !
Depuis un quart de siècle, les responsables politiques français font fausse route avec des lois mémorielles comme la loi Gayssot de juillet 1990 ou la loi Taubira de mai 2001.
Dans le cadre de notre propos, une loi a reconnu le génocide arménien, en janvier 2001.
Mais un historien sérieux et un responsable politique doivent le dire :
-ce n’est pas au législateur d’écrire l’Histoire comme cela se fait dans les régimes totalitaires,
-ce n’est pas à lui de figer la recherche,
-ce n’est pas à lui de donner démagogiquement dans le compassionnel,
-d’encourager la concurrence victimaire,
-de donner un alibi aux complotistes,
-ce n’est même pas à lui d’affirmer un fait historique, fût-il indiscutable !

En novembre 2008, après de nouvelles controverses, les députés avaient pris la décision de ne plus se prononcer que par des résolutions dans le domaine de la mémoire.
Trois ans plus tard, cette décision plus sage était oubliée.
La loi visant à réprimer la contestation de l’existence des génocides reconnus par les lois déjà évoquées fut votée.
Elle a justement été sanctionnée par le Conseil constitutionnel comme contraire à la Constitution, le 28 février 2012.

Depuis, le président François Hollande, qui a fait du pathos l’un de ses chevaux de bataille, a envisagé de refaire, une fois de plus, du Parlement un tribunal de l’Histoire.

De grâce, laissons les historiens travailler et donnons ensuite de l’écho à leurs recherches ! N’instrumentalisons pas la souffrance ou ne la desservons pas en croyant bien faire !

Si le déni du gouvernement turc est insupportable, il ne pourra être éternel. Sa réaction à la déclaration historique du pape François et sa volonté d’atténuer les commémorations du 24 par l’organisation, en grande pompe, du centenaire du débarquement des Dardanelles (avec, au passage, un tour de passe-passe historique puisque celui-ci eut lieu le lendemain) ne passent pas, y compris en Turquie, et ont été tournées en dérision.
Les mentalités évoluent.
La normalisation des relations turco-arméniennes est au bout.
Encore est-il souhaitable qu’elle ne tarde pas trop et que le gouvernement turc comprenne rapidement où se trouve son intérêt !

C’est pourquoi, en plus de ce que nous devons à nos compatriotes d’origine arménienne, il est capital de participer aux commémorations du 24 avril à travers toute la France et de leur donner le plus grand écho possible.

Cela nous incitera peut-être aussi à ne pas fermer les yeux sur un autre massacre, celui qui se déroule actuellement aux confins des Empires ottoman et perse de jadis et qui frappe d’autres chrétiens !

Eric Anceau

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/04/2015

Cette Poubelle La Vie Est Un Attentat

danger-300x300 (1)

Prosélytisme islamique
sur France Télévision

«Tu vas gagner si c’est toi qui décide, et avec l’aide d’Allah.»
(PBLV ( plus belle la vie)– saison 11, épisode 27)

Dans un Etat laïc, la série   »PBLV »de FR3, discrètement saupoudrée de prosélytisme islamique, ferait scandale.

Mais en France, la pratique de la terre brûlée des laïcs sert à détruire la chrétienté pour faire place libre à l’islam.

Voici comment ils s’y prennent.

Tandis que les laïcards font retirer les statues de la Vierge Marie et les crèches de Noël de l’espace public, les islamophiles rouges – les liens avec les premiers ne sont pas un secret – incitent à se convertir à la religion musulmane au moyen du vecteur le plus puissant de tous : la télévision.

Pour que la manœuvre fonctionne, elle doit être discrète, et il lui faut un cerveau disponible, aux résistances endormies.
Et un cheval de Troie : une série télé policière.

Ceux qui ont décidé que les Français devront se convertir à l’islam ont visé le public le plus malléable, les jeunes.
Ils ont opté pour un prosélytisme par petites touches courtes que le cerveau, absorbé par l’histoire principale, n’a pas le temps de rejeter.
Le tout, caché dans une insoupçonnable série B.

Cela ressemble fortement aux procédés des Frères musulmans :
il n’est pas question de conspiration : tout est au grand jour.

FR3, dont l’obligation de neutralité est considéré par la chaine d’Etat comme une bonne blague, bénéficie-t-elle de la complaisance passive du CSA ?

Aucun mot ne suffirait pour décrire le tremblement de terre que déclencheraient les gardiens auto-déclarés de la laïcité, si FR3 encourageait avec cette perfection le retour vers la foi catholique.

Le logo de la série est une mosquée qui masque la base d’une église.

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 18/04/2015

islamophobie

La Révolution Robotique Et L’ Islam ?

muslis-300x206 (1)

Il faut s’attendre au pire !

Dans la foulée de la révolution numérique qui, en deux ou trois décennies, a métamorphosé notre vie quotidienne et modifié radicalement l’économie mondiale, des robots, de plus en plus performants et de plus en plus nombreux, sont en train d’envahir tous nos espaces.
Aucun pouvoir politique n’est en mesure de ralentir ou d’orienter le phénomène, défini par les mathématiciens comme à la fois « exponentiel et combinatoire ».
2030 sera aussi différent de 2015 que 2015 est différent de 1970 (avant l’informatique généralisée) et 1970 de 1880 (avant l’électricité pour tous).
Dans vingt ou trente ans, les machines porteront le coup de grâce à la civilisation néolithique, née il y a dix ou onze millénaires…
Certains physiciens, et pas des moins sérieux, prédisent que l’humanité, un jour, pourrait être remplacée par ces golems qu’elle a créés.
(Pour un état présent des lieux et les prévisions à court et moyen terme, on peut lire l’excellent« Confucius et les automates »de « Charles-Edouard Bouée »,en collaboration  avec « François Roche », édité par Bernard Grasset.)

En quoi cet immense chambardement peut-il, dans les années qui viennent, influer sur l’Islam et les relations entre les Musulmans et les autres ?

On peut, sans entrer dans la spéculation sans frein, faire plusieurs remarques :

  1. La robotisation ne va pas seulement faire disparaître les emplois sans qualification,
    elle accélèrera encore la « mondialisation » ou « globalisation » avec les effets que l’on connaît : *domination du marché par de très grandes entreprises (du type Apple, Google, Amazon…),
    *développement de l’économie de la finance,
    *accroissement du différentiel entre pays très riches et pays très pauvres, entre individus très riches et très pauvres,
    *etc.

Il est amplement démontré que les pays musulmans souffrent de handicaps culturels qui les rendent incapables d’entrer dans cette nouvelle modernité.
donne à penser que leur décrochage ne peut que s’aggraver.

D’où des masses de plus en plus pauvres et en marge de l’histoire, en proie à un sentiment de frustration, générateur d’instabilité chronique et de violence.
D’où, notamment, des révolutions, des dictatures, des coups d’Etat…
(Faut-il dire : Comme d’habitude ?) Adieu, l’utopie des printemps arabes !

  1. La mondialisation s’accompagne partout d’une amplification du sentiment identitaire.
    Les peuples, déboussolés par des changements toujours plus rapides et qui ne leur permettent pas de dessiner un futur où ils auraient leur place, se raccrochent à leur identité profonde, qui leur garantit l’indispensable fierté d’appartenance et où ils pensent trouver des recettes qui ont fait leur preuve.

En Islam, ce mouvement est d’autant plus puissant que le retour au passé comme référence, « l’involution », est le sens même de la dynamique temporelle.
C’est la « sunna », et la « sunna » est le gène directeur de l’islam.

Les salafistes de toutes nuances, qui prônent l’imitation à l’identique de Mahomet, « le beau modèle » selon le Coran, vont se multiplier, et, avec eux, en conséquence, les modèles d’actions puisés dans sa vie :
meurtres, massacres, déportation de minorités…, toutes les formes du djihad par la ruse et par la violence.
Al-Qaida, l’Etat islamique, Boko Haram… sont annonciateurs d’un tsunami terroriste.

  1. Les pays musulmans s’asphyxient sous le poids de leur démographie folle.
    La robotique va nécessairement y augmenter le nombre des « hommes en trop ».
    Les lois sur les modes de compensation à l’excèdent démographique (telles qu’exposées au siècle dernier par le polémologue « Gaston Bouthoul ») permettent de prévoir des guerres, intramusulmanes ou contre les Infidèles, l’éradication des minorités, des émigrations de masse…

D’autre part, la valeur de la vie humaine étant en baisse constante, le nombre des attentats suicides connaîtra une forte hausse.

  1. Dans les pays ayant accueilli une importante diaspora musulmane, il faut s’attendre au pire :
    *pression migratoire accrue,
    *intégration impossible et, d’ailleurs, refusée de part et d’autre,
    *économie souterraine efflorescente,
    *criminalité inflationniste…
    *et fin de l’utopie d’un islam-religion, « modéré » et prétendument compatible avec la démocratie.

Voilà ce que nous apportent les robots à coup sûr.

En conclusion, on pourrait dire :
Heureuses les nations à la démographie basse et sans communauté immigrée inassimilable, comme, par exemple, le Japon.
Tiens, le Japon est justement le pays qui, l’an dernier, s’est doté du plus grand nombre de robots (16% du total mondial, devant la Corée du Sud et la Chine).

Quant à la France,  il lui faudra choisir.
-Ou prendre sa part résolument dans la mutation civilisationnelle induite par les nouvelles technologies de la robotique, c’est-à-dire rester parmi les nations qui ont un avenir,
-ou tolérer en son sein une communauté musulmane de plus en plus nombreuse, revendicative, pesante, entravante, et finalement mortifère.

René Marchand

http://ripostelaique.com/  du n° 403, le 19/04/2015

 

reconquista-207x300 (1)

L’Occident Se Met Dans La « Dèche » !

islamisme-300x225 (1)

L’ islamisme agresse,
l’Occident s’excuse

Quand allons-nous nous décider à considérer que l’Islam a déclaré la guerre à l’Occident et plus particulièrement aux chrétiennes et aux juives.

En Afrique, au Moyen-Orient, en Asie… les Chrétiens et les Juifs sont des cibles privilégiées.
Massacres, expulsions, exactions sont commis tous les jours, sans que personne n’intervienne.
Certes, bien des pays occidentaux «condamnent avec la plus grande fermeté»… on blâme on désapprouve, on proscrit, mais de punitions, de sanctions, point.

L’Occident ferme les yeux par lâcheté, pleutrerie, craignant des représailles ou des réprobations du monde islamique.

150 à 200 millions de Chrétiens dans le monde sont meurtris, empêchés dans leur foi et poussés à l’exil.
Et la liste s’allonge tous les jours sans que les grandes puissances n’interviennent.

En Irak, les Chrétiens sont condamnés à l’exode

En Arabie Saoudite, ils vivent dans la clandestinité

Au Liban, leur vie est en suspens

En Turquie, ils ont quasiment disparu

Au Soudan, ils sont victimes d’actions génocidaires

En Libye, ils n’existent plus

En Egypte, ils survivent, dissimulés……..

Cette vague de terreur planétaire est une déclaration de guerre contre tout ce qui n’est pas musulman.

Une simple caricature de Mohamed engendre un vent de folie vengeresse, des assassinats, des appels au meurtre.
Tout propos, toute allusion au Coran, au prophète, étant blasphématoire et devant être châtié.

A croire que les Mahométans, les Islamistes, les Musulmans ont une sensibilité exacerbée, présentant des manifestations allergiques d’intolérance à la critique, à l’humour, à la dérision.

Que le monde musulman soit intolérant, sectaire et entretienne peu ou prou un fanatisme délirant, seuls les ignorants, les sourds et les aveugles, les béats, pourront le nier.

Il n’est pas normal que Yahvé ou Jésus-Christ soient raillés, insultés, brocardés par ceux dont l’intolérance, l’irritation permanente, au prurit chronique, présentent des signes révélateurs d’une susceptibilité découlant d’une vanité incommensurable, d’un orgueil schizophrénique.
S’ils ne sont pas fous, ils sont malades, ou les deux à la fois.

La faute en revient à l’Occident,
pleutre et pusillanime.

Face aux excités, aux exaltés, aux fous de Dieu, l’Occident leur oppose des paroles d’apaisement, se voile la face, verse quelques larmes, émet quelques critiques, et les massacres continuent.

Le plus triste, le plus accablant est de constater notre impuissance, notre velléité face aux pays du golfe, croulant sous leurs fortunes, armant et finançant ces mouvements terroristes (Al Quaida, Akmi, Daesh…).

Ces commanditaires, et autres sponsors, Arabie Saoudite en tête, Quatar…sont choyés et chéris par les pays occidentaux qui favorisent et acceptent tous les investissements dans leur économie.

L’Occident a pris le parti de pactiser avec des potentats, qui parrainent des assassins, des enragés, et qui pratiquent un double jeu. Nous sommes des irresponsables et de véritables salauds.
Comment a-t-on pu accepter, qu’une semaine après les attentats et tueries de Janvier 2015 à Paris, un ancien ministre, chantre des bobos socialistes osât déclarer ?:

«arrêtons de verser des larmes de crocodile, de stigmatiser l’Islam, car l’Islam est une religion de paix et de lumière » (Sic)

Comment avons-nous pu tolérer les déclarations de « BernardCazeneuve », ministre de l’Intérieur ? :

« ce n’est pas un délit de prôner le Djihad »

et plus encore :

« Evoquer les racines chrétiennes de la France c’est faire une relecture historique frelatée qui a rendu la France nauséeuse »…(sic)

Comment peut-on dérailler à ce point ?

Oui, ces déclarations donnent la nausée et engendrent un profond mépris, une répugnance à l’encontre de ces hérauts d’un humanisme de salon.

Nous sommes coupables, nous sommes tous coupables de notre mollesse, de notre apathie.
Nous payons aujourd’hui le prix de notre lâcheté, demain ce sera notre décomposition, voire l’apocalypse.

La tolérance a des limites, ce sont les intolérances des autres.

Le plus attristant, le plus affligeant est de constater que les évènements, les changements dans notre quotidien, qui interviennent de façon lente mais continue, submergent et anesthésient notre conscience, ne provoquant ni réaction ni révolte.

Nous sommes tous coupables.

Coupables de fermer les yeux devant le génocide chrétien

Coupables de ne pas pourchasser et éradiquer ces mouvements djihadistes

Coupables de ménager ceux qui nous haïssent

Coupables de se fustiger et de cultiver la repentance

Coupables à l’égard de nos générations futures

Coupables de détruire notre patrimoine et notre identité

Coupables de croire que la religion islamique est compatible avec la démocratie

Coupables de ne pas être fiers de notre pays, de notre histoire, de nos moeurs

Oui, nous sommes coupables d’entrainer notre pays dans une irréductible décadence.

Quel homme providentiel, quel miracle, quelle prise de conscience nous sont offerts aujourd’hui ?

 

Yves Rectenwald

http://ripostelaique.com/  du n° 403, le 16/04/2015

Battre sa couple n’est guère positif Monsieur Rectenwald, je ne passe pas mon temps à le faire mais à tenter de réveiller nos concitoyens qui ne sont pas tous coupables…votre « nous » doit être une formule poétique, prenons la comme telle.
A moins que vous accordiez ce vocable à nos médias manipulateurs ?
Par ailleurs, il n’y a pas que des hommes providentiels…oubliez-vous notre Jehanne d’Arc nationale ?
Bien sur, il faut connaître notre Histoire de France Catholique avant la révolution de 1789.

Ils Sont Vraiment Dans La « Dèche » !

militaire_djihadiste (1)

D’ex-militaires français
reconvertis dans le djihad..

Un ancien commando des forces spéciales aurait été en contact avec les frères Kouachi au Yémen.
Au total,neuf ex-militaires, dont certains combattent en Syrie, ont été identifiés par le renseignement français.

Les faits.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé en janvier 2015 de nouvelles mesures pour répondre aux  »failles sécuritaires » révélées par les récents attentats.
Le chef du gouvernement évalue à «près de 3000» le nombre de personnes à surveiller en France.
Au total 2680 emplois supplémentaires vont être créés pour lutter contre le terrorisme au cours des trois prochaines années.
Un projet de loi sur le renseignement sera présenté au Parlement début avril.
Par ailleurs, la baisse des effectifs militaires sera réduite de 7500 postes d’ici à 2019, mais cette mesure n’est pas encore financée.

Neuf anciens militaires français ayant rejoint les réseaux djihadistes ont été, à ce jour, identifiés par les services de renseignement.
Comme l’Opinion le révèle, l’un d’entre eux est même un ancien des forces spéciales.
Issu d’une famille originaire de Tunisie de confession musulmane, né en 1974 en Seine-Saint-Denis, il s’était engagé au 1er RPIMa de Bayonne, l’un des régiments d’élite de l’armée française, rattaché au Commandement des opérations spéciales.
Il y a notamment suivi le stage « Rapas » (recherche aéportée et action spécialisée), où sont formés les commandos.
A l’issue de son engagement de quatre ans, il a quitté l’armée comme caporal, et rejoint, en 1998, des sociétés de sécurité privée françaises.
Pour l’une d’entre elles, il a notamment travaillé à la protection de sites pétroliers dans la péninsule arabique.
C’est alors qu’il s’est progressivement radicalisé, en 2011, se laissant pousser la barbe et adhérant à l’idéologie salafiste.
Licencié, il a attaqué son employeur aux prud’hommes pour discrimination.
Il disparaît ensuite des écrans radars, même si sa présence est signalée en Mauritanie, au Liban, en Israël et au Yémen.
Dans ce dernier pays, les services de renseignement estiment qu’il a pu être en contact avec les frères Kouachi, dans le cadre d’ »Al Qaïda » dans la péninsule arabique (« Aqpa »).
Il n’est en revanche pas établi qu’il se soit rendu en Syrie ou en Irak.

Les services considèrent comme possible qu’il soit aujourd’hui revenu en France.

Pour les terroristes, ce quadragénaire est une recrue de choix, du fait de sa formation militaire puis de son expérience d’une dizaine d’années dans la sécurité et la protection.
Le stage « Rapas », qu’il a suivi dans son ancien régiment, est l’un des plus sélectifs de l’armée de terre – comparable à la sélection pour le GIGN ou les commandos-marine.
Les militaires y acquièrent des techniques de combat, de tirs, de sabotage, de survie etc.
Cet ancien de Bayonne n’est pas le seul ex-militaire français a avoir rejoint les rangs djihadistes, comme l’a également confirmé le journaliste « Didier François », sur Europe1.

Selon plusieurs sources, ils seraient « une demi-douzaine», «moins d’une dizaine».
A ce jour, selon nos informations, neuf ont été formellement identifiés, dont l’ancien des forces spéciales.
Dans la plus grande discrétion, la « Direction de la sécurité et de la protection de la Défense » (« DPSD », ex- »Sécurité militaire ») suit ces dossiers de près, tout comme la « DGSE » (« renseignement extérieur ») et la « DGSI » (« sécurité intérieure »).
De son coté, « Radio France Internationale » assure que parmi la «dizaine d’anciens militaires français» présents en Syrie, «l’un d’eux a d’ailleurs mis ses compétences au service d’un encadrement de jeunes jihadistes français».

La présence d’anciens militaires dans les rangs djihadistes, pour dangereuse qu’elle soit, n’est pas massive.
Ils représentent moins de 1% des jeunes Français impliqués dans les réseaux djihadistes.
Mais leur expérience peut leur être précieuse.
Le ministre de la Défense « Jean-Yves Le Drian » a assuré mercredi que «les cas d’anciens militaires tentés par une aventure jihadiste sont d’une extrême rareté».
Toutefois, dans son entourage, on estime que la «vigilance» est indispensable.

Selon les chiffres fournis en décembre par Bernard Cazeneuve lors d’un conseil des ministres, «1200 ressortissants français ou résidents habituels en France sont en lien avec les filières terroristes en Syrie et en Irak».
Depuis lors, ce chiffre aurait encore augmenté, le Premier ministre Manuel Valls parlant de 1400 personnes «concernées».
Selon le « Figaro », 393 personnes sont présentes en Syrie-Irak, où 60 auraient déjà trouvé la mort. Environ 230 personnes seraient en transit vers ce théâtre et 240 de retour, dont 190 en France…..//

//…En juin 2013, une enquête sur la base navale de Toulon, à la suite d’un vol de matériel militaire, avait permis de découvrir que le frère d’un jeune marin avait rejoint la Syrie.
Il était lié à la «cellule de Cannes» qui avait attaqué à la grenade une épicerie juive à Sarcelles.

Au ministère de la Défense et dans les armées, on reconnaît être préoccupé par ces «processus de radicalisation» qui touchent certains jeunes militaires, au même titre que d’autres jeunes Français.
De source militaire, on rapporte que des jeunes, déployés dans le cadre de « Vigipirate » pour assurer la protection de lieu de cultes juifs auraient dit, en désignant une synagogue :

«On saura sur qui tirer !»

De tels cas sont, heureusement, très rares, mais les moyens de surveillance vont être renforcés rapidement, avec notamment la création de 65 postes au sein de la « DPSD ».
Ce service de la Défense se concentre sur les militaires en activité, pas sur les anciens.
Fussent-ils des forces spéciales

Source :
Jean Dominique Merchet -
Secret Defense

http://infos.fncv.com/  du 04/04/2015

Serait-ce discriminatoire de ne pas permettre certains stages aux musulmans ?
Il semblerait que les anciens militaires soient aussi suspects si ce n’est plus.

Il Nous Prend Pour De Vrais Charlots !

cloches (1)

Notre semaine sainte est passée

Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d’ici deux ans !
Le président du « Conseil français du culte musulman », « Dalil Boubakeur », a appelé samedi à doubler le nombre de mosquées d’ici deux ans pour pallier le manque de lieux de culte pour les « millions de musulmans français ».

« Nous avons 2.200 mosquées.
Il en faut le double d’ici deux ans »,

a souhaité M. Boubakeur (qui est également recteur de la mosquée de Paris), lors du Rassemblement annuel des musulmans de France, organisé par l’Union des organisations islamiques de France (« UOIF ») au Bourget.

Pour les 7 millions de musulmans de France, les mosquées actuelles ne suffisent pas,

a souligné le président du « CFCM ».
Les estimations du nombre de musulmans en France varient de 4 à 5 millions.

« Il y a beaucoup de salles de prières, de mosquées inachevées, et il y a beaucoup de mosquées qui ne sont pas construites, je pense qu’il faut le double de mosquées »,

a-t-il insisté.

Le président du « CFCM » n’a pas précisé comment ces constructions pourraient être financées, un sujet sensible alors que le gouvernement cherche à éviter leur financement par des Etats étrangers.

« Il faut que le nombre de mosquées reflète le nombre de musulmans (…)
Nous avons le « droit » de construire des mosquées, (le droit) que les maires ne s’y opposent pas »,

a précisé son hôte, le président de l’UOIF, « Amar Lasfar ».

« Il y a de moins en moins de maires qui s’opposent systématiquement à la construction de mosquées »,

s’est-il toutefois réjoui.

Monsieur « Boubakeur » a également insisté sur la nécessaire formation des imams, annonçant avoir bon espoir d’aboutir bientôt à un accord avec « certaines universités parisiennes » pour le volet non-religieux de cette formation.

Ces cours auraient pour objectif :

« de transmettre des connaissances de la France, de la loi, des traditions françaises à nos imams, pour qu’ils aient une formation complète, religieuse et républicaine »,

a-t-il ajouté.

« Nous avons besoin d’une formation religieuse soutenue, acceptée et reconnue et nous devons faire tout pour que nos imams soient des modèles de paix et soient des modèles qui animent nos mosquées, qui sont des lieux de paix »,

a déclaré le président de l’instance qui représente le culte musulman en France.

http://actu.orange.fr/  du 04/04/2015

Qui Donc Est Accueilli En Europe ?

immigresitalie (1)

Combien de terroristes islamistes
dans le flux  des « migrants » ?

« Gilles de Kerchove », Coordonnateur de l’Union Européenne contre le terrorisme, vient de déclarer à Vienne en marge d’une réunion avec des ministres des nations des Balkans, d’Autriche et d’Italie :

« Nous devons être vigilants.
Il est relativement facile de pénétrer dans l’Union européenne quand on se mêle au flux de migrants »

Les écailles semblent être enfin tombées des yeux de certains eurocrates.
Le belge « Gilles de Kerchove », qui reconnaît avoir jusqu’alors « évité d’évoquer le risque d’infiltrations par voies humanitaires« , admet qu’il fallait désormais « être vigilant« .
Il a en outre reconnu que l’Europe, jusqu’ici confrontée à des infiltrations ponctuelles de terroristes de l’ »Etat Islamique », devait s’attendre à des attentats de « grande ampleur ».
Ce qui est intéressant c’est que le Coordonnateur a mis ses constatations en parallèle avec le fait que, selon « Eurostat » (« office européen de statistiques »), les demandes d’asile politique dans l’Union ont explosé en 2014 pour avoisiner le demi million (dont 20% de « syriens »).

C’est un premier pas.

Le raisonnement qui en découle n’est que de bon sens :
s’il y a – ou s’il est seulement possible qu’il y ait- nombre grandissant de suppôts de l’ »Etat Islamique » noyés dans la masse des « migrants » en provenance de pays islamisés, et si ces gens là sont d’évidence des terroristes potentiels formés au djihad, l’accueil massif des « migrants » constitue donc un danger et en vertu du simple principe de précaution il importe donc d’interdire et d’empêcher toute cette immigration dont, de toutes façons, l’Europe n’a aucune utilité.

Ne rêvons pas trop tout de même, même si les dirigeants de l’UE prennent conscience du risque grandissant de puissante pénétration djihadiste dans les fourgons de l’immigration allogène, il est peu probable qu’ils en tireront les conséquences qui s’imposent, des conséquences jugées indignes au nom des angéliques et castrateurs droid’lomes ou impensablement hostiles aux desiderata du « nouvel ordre mondial » lequel « in fine » vise à éradiquer le caucasien.

Et la politique du « grand remplacement » risque de continuer quelles qu’en soient les dégâts collatéraux… jusqu’à ce que le populaire « souschien » se débarrasse de toute cette engeance, au besoin « manu militari », et prenne son destin en main.

Yves Darchicourt

http://synthesenationale.hautetfort.com/  du 21/03/2015

Et Ce N’est Pas En Leur Nom ? ! ? !

coran-islam

Cela pourrait se produire en France !

Une musulmane « modérée » tente de décapiter sa fille au hachoir pour laver son honneur.
Une mère musulmane modérée et non voilée de Montréal (Canada) a tenté de décapiter sa fille de 19 ans qui avait découché pour laver l’honneur de la famille dans la pure tradition de l’islam.

Le 13 juin 2010, « Bahar Ebrahimi », 19 ans, rentre à l’aube d’une soirée avec des amis.
Sa mère, « Johra Kaleki », très pratiquante, a demandé à son mari de monter à l’étage, disant qu’elle allait «s’occuper de Bahar».

Elle demande alors à sa fille de s’étendre sur un canapé, sur le ventre, avec les bras en croix, au prétexte qu’elle allait lui masser le dos.

Mais « Kaleki » avait une autre idée en tête :
Elle a sorti un hachoir à viande, et a frappée sa fille qui a été blessée à la tête, au cou, aux épaules et aux doigts.
Ses cris avaient alors alerté son père, qui s’est jeté sur son épouse pour la neutraliser, et a appelé la police.

«Je veux la tuer, je veux l’achever»,

avait hurlé  »Johra Kaleki », 42 ans, aux policiers qui l’arrêtaient à son domicile de Dorval en 2010, alors qu’elle avait donné un cou de hachoir au cou à sa fille « Bahar Ebrahimi », qui revenait d’une sortie pour faire la fête.

«Maintenant, elle fait le trottoir comme une prostituée et elle a apporté la honte sur la famille»,

avait déclaré « Kaleki » aux policiers, ajoutant

«Je voulais qu’elle soit en paix.
C’est ma fille, je peux faire ce que je veux.»

Lors de son procès, elle a plaidé la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, et avait même subie à sa demande une évaluation psychiatrique, mais cela n’a pas convaincu les juges, qui viennent de la condamner pour tentative de meurtre sur sa fille, car il n’y a pas encore assez de musulmans au Canada pour introduire le crime d’honneur dans le code pénal.

Le procureur de la Couronne, « Anne Gauvin », a soutenu que la femme, très religieuse et contrôlante, avait eu un excès de colère envers sa fille qui ne respectait pas les règles.

« Il est clair que madame « Kaleki » savait très bien, non seulement que ses actes étaient contraires à la loi, mais qu’ils étaient moralement répréhensibles suivant les normes d’un individu normal, »

a précisé le juge Paradis dans sa décision, ajoutant :

« il n’y a aucun doute que son intention était de tuer sa fille. »

Elle s’est rendue au tribunal accompagnée de son mari et de la victime, sa fille, qui lui avait pardonné et ne voulait pas déposer plainte.

« Bahar Ebrahimi » a quitté la salle d’audience dès que la sentence fut prononcée.

Christian Larnet pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 12/03/2015

Les Muslis VeuLent Nous Embrouiller.

islam-565x250 (1)

De quel antisémitisme parle-t-on ?

«Tuer des innocents, promouvoir l’antisémitisme, c’est anti-islamique!»
Brillant orateur, « Tariq Ramadan »  a appelé, dimanche à Montpellier, les musulmans de citoyenneté française à respecter les peurs que les Français non musulmans peuvent nourrir à l’égard de l’islam.

«Respecter les peurs, ce n’est pas s’y soumettre, mais se faire comprendre.
Il faut faire ce travail de respect des peurs»,

a-t-il lancé.

http://www.lefigaro.fr/  du 09/03/2015

D’une enquête publiée dans le magazine néerlandais « Elsevier »courant 2010, il ressortait qu’un enseignant en histoire sur cinq, dans les écoles secondaires des quatre plus grandes villes néerlandaises par ordre d’importance (Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Utrecht), avait déjà avait été confronté à l’impossibilité d’aborder le sujet de l’holocauste en classe.
L’article précisait dans la foulée que le problème se posait essentiellement avec les élèves musulmans.

Le sujet resurgit cinq ans plus tard à l’occasion d’une table ronde, à laquelle ont été conviés les enseignants, les organisations juives, ainsi que des représentants de la communauté musulmane, suivi d’un débat à la deuxième chambre (sénat, ou chambre basse) organisé par le parti du centre « ChristenUnie ».
Ainsi, le 4 mars 2015, le journal « Algemeen Dagblad » titrait :
« Cours sur l’holocauste ? Bullshit, disent les élèves »

Le journal poursuit, par la voix d’un enseignant, « Wissam Ferriani » :

« l’enseignant parle des juifs ?
Les élèves répondent Gaza.
L’enseignant dit holocauste ?
Les élèves répondent bullshit »

Le dirigeant du parti « ChristenUnie », « Arie Slob », emboîte le pas :

« lorsque j’entends dire que le survivant des camps « Bloeme Evers » n’ose pas faire de conférence dans certaines écoles, je suis effrayé.
Il n’est pas acceptable que l’année de la soixante dixième commémoration de l’holocauste soit celle également de la résurgence de l’antisémitisme »

Nos chers politiques…

D’un bout à l’autre de cette pauvre Europe en décomposition multiculturelle avancée…
À mal nommer le problème…
De quel antisémitisme s’agit-il ?
De celui qui descend des juifs à la kalashnikov dans une supérette ?
Ou celui qui descend une petite gamine dans une école juive ?
Ou des visiteurs d’un musée juif à Bruxelles ?

Ciel !
Y aurait-il un lien entre cette floraison de meurtres, de départs accélérés de juifs pour Israël, de problèmes tous plus ou moins identiques partout en Europe, y compris dans l’enseignement, et ces personnes se réclamant toutes d’une certaine religion en fort bonne santé, celle qu’il ne faut pas même nommer, car nommer, c’est déjà stigmatiser ?

Soit, le sang qui coule et les têtes qui roulent, ce n’est pas l’Islam !, clament main sur le coeur nos « instances » modérées, d’une modération fanatique.
Tenez, ce proche de « Coulibaly » dont la petite amie, gendarmette et mise à pied, a tenté de fouiner dans les fichiers confidentiels de la gendarmerie à propos de ses potes…
Elle était récemment convertie à l’islam.
À quoi, dites vous ?
L’islam, répondent nos « instances » fanatiquement modérées.
Mais puisqu’on vous dit que ce n’est pas l’islam tout ça !
Elle s’est convertie au pipeau, c’est tout !

Ou encore cet antisémitisme infect, en majuscules et majeurs, vécu par un journaliste israélien qui se promena dix heures durant dans les rues de Paris dernièrement, kippah au vent et caméra dissimulée, insulté, craché dessus, quasi exclusivement par nos chances pour la France, par la diversité ?

Cerise sur le gâteau, mardi matin, notre activiste musulman médiatique préféré, Tariq Ramadan, proclame dans « Le Figaro » :

« Promouvoir l’antisémitisme est anti-islamique. »

Évidemment, le connaissant…

Moi ce qui me tracasse, c’est cette sourate, qui tourne en rond dans ma tête, lancinante, mystérieuse, proclamée dans les mosquées de France et partout en Europe en ce moment-même, et dont je n’ai jamais entendu même le plus modéré des musulmans affirmer qu’il n’y adhérait pas.

Sourate 9, 30 :

« les Juifs disent :
“Uzayr est fils d’Allah”
et les Chrétiens disent :
“Le Christ est fils d’Allah”.
Telle est leur parole provenant de leurs bouches.
Ils imitent le dire des mécréants avant eux.
Qu’Allah les anéantisse !
Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? »

Je réfléchis à une interprétation qui ne soit ni « rigoriste » ni « fondamentaliste » de ces mots de sombre augure.
Plus sombre encore, le silence, ce terrible silence de nos musulmans à leur égard et au nôtre, celui des mécréants.

Silvio Molenaar

http://www.bvoltaire.fr/  du 11/03/2015

Notre Terre N’ Est Pas Terre D’ Islam !

islamophobie

Combien de morts causés
par l’islamophobie ?

François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et toutes les vierges effarouchées d’un PS grabataire commencent à nous les briser menu à force de «fopastigmatisé» et surtout «padamalgam», tout cela au prétexte que les manifestations d’agressivité vis à vis de l’Islam auraient, selon eux, littéralement explosé en France depuis les attentats islamistes de janvier 2015.

La condamnation, d’une rapidité pour une fois exemplaire, d’un sexagénaire (peut-être quelque peu dérangé, ça arrive aux non-musulmans aussi !)) pour avoir manifesté bruyamment son hostilité à l’Islam en jetant des grenades d’exercice remplies de plâtre, donc absolument inoffensives, dans l’enceinte d’une mosquée est à peu près la seule marque tangible de la «dangerosité» de cette méfiance teintée de colère à l’égard d’une religion sujette à débat, c’est le moins que l’on puisse dire…

Alors, disons le franchement, l’islamophobie, jusqu’à plus ample informé, n’est pas (encore) un délit, c’est une opinion et, jusqu’à preuve du contraire, la France est LE pays de la liberté d’opinion, même si son expression devient de plus en difficile.

Il faut dire que l’autocensure a une nette tendance à prendre de l’ampleur dans les merdias et les lois en préparation pour le contrôle d’Internet permettront la fermeture de certains sites jugés « dangereux » par le pouvoir en place (en vertu de quels critères ?) sans le contrôle de la justice. On essaie bien de nous faire croire que c’est pour mieux lutter contre l’extrémisme mais on se garde bien de préciser lequel…

Alors, soyons clairs.

-Lorsque cette islamophobie se manifeste par la critique publique d’une religion, elle ne s’attaque pas aux hommes mais à une idéologie qui tend à confondre le spirituel et le temporel et à imposer dans notre cher et vieux pays un mode de vie dont aucun vrai Français ne saurait s’accommoder.

-Lorsqu’elle se manifeste par un humour potache consistant à décorer la mosquée du coin (ou ce qui en tient lieu) d’attributs porcins rappelant la vieille tradition charcutière de la gastronomie française, elle veut signifier aux musulmans que ce n’est pas à la France de s’adapter à leurs us et coutumes mais bien à eux de s’adapter aux nôtres à défaut de les adopter.

-Lorsqu’elle prend la forme d’inscriptions plus ou moins désagréables à l’égard d’une communauté qui ne fait rien pour se fondre dans le paysage gaulois, c’est assurément regrettable mais ni plus ni moins que les manifestations d’agressivité et l’apartheid dont sont victimes dans les «quartiers» les petits blancs qui n’ont pas encore pu « émigrer » faute de moyens.

Il faut donc ramener à de justes proportions tous ces signes de défiance qui n’ont strictement aucune commune proportion avec tous ces assassinats commis sur le sol français au nom d’Allah et qu’on essaie de faire passer pour des actes isolés de «loups solitaires» ou d’arriérés mentaux et qui n’auraient prétendument «rien à voir avec l’Islam».

Bien sûr, tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais il se trouve que, depuis quelques temps, quasiment tous les terroristes sont musulmans et non pas chrétiens, juifs, bouddhistes ou disciples de Confucius…

Bernard Campan

http://ripostelaique.com/  du n° 398, le 09/03/2015

Il Y A Danger Pour Nos Démocraties.

immigresitalie (1)

Des Patriotes Européens Parlent A Rome.

Invités par l’association « Una via per Oriana Fallaci », « Pierre Cassen », « Christine Tasin », « René Marchand » et la Suissesse « Mireille Vallette » sont intervenus, avant de rejoindre la manifestation de la Ligue du Nord, à quelques centaines de mètres de là.
Le député européen « Mauro Borghezio » prit également la parole.
Merci au caméraman suisse « Bernard Migy », à qui nous devons ces images exclusives.
(https://www.youtube.com/channel/UCYsPbK1S–4Z9MmTnxui_wA)
Martine Chapouton

http://ripostelaique.com/  du n° 396, le 04/03/2015

Ecoutons-les

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube
Comment se passe la guerre de l’islam contre la France

Image de prévisualisation YouTube
Pourquoi l’Europe ouvre ses portes aux musulmans

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 Image de prévisualisation YouTube

 

(https://www.youtube.com/channel/UCYsPbK1S–4Z9MmTnxui_wA)
Ce lien contient d’autres vidéos qui ne sont pas de la seule journée du 28février dernier.

Nos Médias Nous Ont Caché Ce Vote.

diffuser

Loi primordiale votée en Autriche.

Le parlement vote une loi d’exception dont les musulmans auront du mal à se remettre !
Mercredi 25 février, le parlement Autrichien, appuyé par une forte majorité, a voté une loi d’exception anti-coran et pour la transparence du financement des musulmans et de l’islam en Autriche.

La loi prévoit notamment que :

  • Tout groupe autrichien déclaré comme représentatif de la communauté musulmane devra dorénavant utiliser une traduction standardisée et en allemand du Coran.
  • Tout financement étranger des organisations islamiques est désormais interdit.
  • Tout imam exerçant en Autriche devra parler l’allemand afin que leurs commentaires soient plus accessibles et plus transparents, et permettent de faciliter l’intégration de l’islam dans la société autrichienne.
  • Les 450 organisations musulmanes du pays devront prouver qu’ils ont une «approche positive envers la société et l’Etat» si elles veulent continuer à être officiellement reconnues.

C’est un «islam au caractère européen» que souhaite le gouvernement autrichien, et le parlement a pour cela muselé l’influence des nations, organisations et financements musulmans, dans un contexte européen de développement de l’islam radical.

« Nous voulons un futur dans lequel un nombre plus important d’imams parlant allemand ait grandi en Autriche, et puisse servir d’exemple positif pour les jeunes musulmans»,

a déclaré « Sebastian Kurz », le ministre de l’intégration.

Cette loi, qui vise spécifiquement la minorité musulmane, essentiellement d’origine turque, a pour objectif déclaré :

«De limiter l’influence politique de pays musulmans étrangers,de donner une chance aux musulmans de se développer librement dans nos sociétés et dans le respect de nos valeurs européennes communes »,

a précisé  »Kurz ».

Le demi million de musulmans d’Autriche, soit environ 6% de la population, est essentiellement composé des familles des travailleurs émigrés de Turquie.

Un sondage publié ce mardi par l’institut « OGM » a révélé que 58% des musulmans autrichiens étaient en voie de radicalisation.

La plupart des imams autrichiens sont envoyés par la Turquie, dont le directoire des affaires religieuses assure également les salaires.

En réaction, la communauté musulmane a courbé la tête, car elle a rencontré, sur cette loi, une population très largement catholique et soudée.

La Turquie a « vertement » réagi.

Le responsable turc des affaires religieuses,  »Mehmet Gormez », a condamné la nouvelle loi.

«L’Autriche revient 100 ans en arrière dans sa liberté religieuse »,

a déclaré Monsieur « Gormez », selon l’agence d’information  »Anadolu », en passant totalement sous silence que la construction des églises est interdite en Turquie, et que les prêtres étrangers obtiennent très difficilement des visas de séjour et de travail, ce qu’aucun responsable européen n’ose lui rappeler.

200 musulmans autrichiens, y compris des femmes et des enfants, sont partis en Syrie et en Irak rejoindre des factions terroristes dont l’ »Etat islamique ».

La Suisse, l’Allemagne et la France ont manifesté de l’intérêt pour cette nouvelle législation, et regardent avec un réel intérêt l’application concrète et taille réelle.

L’union islamique turque, la plus grande fédération d’associations de mosquées, a déjà annoncé son intention de porter plainte devant la cour constitutionnelle.

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info/  du 27/02/2015

L’ Islamisme N’Est Pas Un Fascisme.

coran-islam

L’anachronisme est bien la pire et
la plus dangereuse des idéologies.

On les voit venir avec leurs gros sabots !
Nos dirigeants, de gauche et de droite d’ailleurs, se veulent des enfants de la résistance au fascismo–nazisme.
C’est leur référence absolue.
Il ne peut y avoir de mal plus grand que le fascisme dont le nazisme est un avatar.
Combattre l’islamisme radical aujourd’hui, c’est donc continuer le combat des démocraties contre le fascisme.
Et c’est pourquoi le soviétisme, allié dans cette guerre, est épargné malgré ses horreurs.

C’est bien sûr totalement faux.
C’est juger le présent par rapport au passé de la même manière que l’on juge le passé par rapport aux valeurs du présent.
L’anachronisme est une sclérose qui empêche l’analyse.
C’est une maladie de l intelligence.

Le fascisme n’a jamais été un obscurantisme.
Un totalitarisme oui, un obscurantisme non.
Le fascisme n’a jamais été une lecture fanatique d’une religion monothéiste, souvent bien au contraire.

Le fascisme, certes, cultive le culte du passé mais dans une démarche progressiste.
Le fascisme est un socialisme, pas un traditionalisme.
Il veut moderniser en valorisant le passé, il invoque la longue mémoire de l’histoire, il ne veut pas ramener la société au comportement de temps révolus.

Dans les pays musulmans de plus, le fascisme a toujours été un anti-islamisme, c’est vrai de la Turquie « kémaliste » comme de l’Egypte « nassérienne ».
La laïcité dans les pays musulmans a été un fascisme non avoué et c’est l’échec de ces régimes totalitaires laïcs, notamment face au sionisme, qui explique la montée d’un islamisme anti-israélien devenu en Europe un nouvel anti-sémitisme.
Vouloir par confort intellectuel ramener tout anti-sémitisme au fascisme pour, en fait, exonérer les islamistes et donc l’islam de ce péché raciste majeur pour nos dirigeants est une stupidité dangereuse.

Il y a un nouvel anti-sémitisme qui est un islamisme et qui est lié au terrorisme qui frappe les juifs, pas que des juifs mais tous ceux qui sont des impies au regard des égorgeurs du sectarisme djihadiste.
On peut parler d’islamo-sectarisme, car on a à faire à une secte musulmane issue de l’islam.
Mais parler d’islamo-fascisme est une désinformation historique par aveuglement idéologique.

Les fascistes n’ont jamais été des islamistes et les islamistes ne sont pas des fascistes.

Ils sont des obscurantistes musulmans sans lien avec les racines européennes et sociales du fascisme.

Les islamo- obscurantistes veulent ramener l’islam au passé, dans la lecture la plus rétrograde du coran par haine de l’autre.

Ils ne veulent pas restaurer la grandeur de Rome comme le « Duce ».
Ils veulent une mosquée à la place de St Pierre au Vatican.
Même un enfant de l’anti franquisme militant, pour qui la guerre contre le fascisme n’est jamais finie, devrait voir la différence.

Ceux qui conseillent l’amalgame islamisme et fascisme pour lutter, on l’a bien compris, contre l’ amalgame islamisme-islam sont des malhonnêtes et surtout des apprentis sorciers.

Raoul Fougax

http://www.polemia.com/  du  24/02/2015

Image de prévisualisation YouTube

 

C’ Est Toujours La Même Puanteur.

corruption-1

Fabius crache sur les milliers de victimes des musulmans !

Laurent Fabius,
l’abjection faite homme.

Dimanche 15 février, interrogé sur « Itélé », dans l’émission «Le Grand Rendez-Vous», au sujet des attentats musulmans de Copenhague, le ministre des Affaires Étrangères de la France, Laurent Fabius, déclare que :

«les premières victimes de ce qui se passe, physiques et psycho-politiques, ce sont les musulmans».

https://twitter.com/itele/status/566898407470825474

Cette déclaration abjecte constitue un véritable crachat sur les cadavres de « Finn Nørgaard » et de « Dan Rosenberg Asmussen », victimes du terrorisme musulman.

Les musulmans décapitent
les non-musulmans

Le jour où Laurent Fabius faisait sa déclaration abjecte sur « Itélé », les musulmans de l’État Islamique décapitaient 21 chrétiens coptes sur une plage de Libye, en face de l’Italie.
(http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/15/97001-20150215FILWWW00192-libye-l-etat-islamique-decapitent-dans-une-video-21-coptes.php).

21-chretiens-coptes-decapites-15-02-15 (2)

(http://www.fdesouche.com/563275-dans-sa-derniere-video-letat-islamique-execute-21-chretiens-egyptiens-en-libye)

Mais pour Laurent Fabius, les musulmans décapiteurs sont les premières victimes.

Quant aux milliers de chrétiens décapités par les musulmans de l’État Islamique en Syrie, en Irak, en Libye et en Algérie, …         (où le Français Hervé Gourdel a été décapité le 23 septembre 2014),…
Laurent Fabius s’en moque et crache sur leurs cadavres.
(http://ripostelaique.com/decapitations-lhistoire-sanglante-de-lislam-de-mahomet-a-aujourdhui-attention-videos-horribles.)
(http://ripostelaique.com/lislam-a-decapite-herve-gourdel-nous-devons-decapiter-lislam) (7)

Les musulmans crucifient
les non-musulmans

Depuis plusieurs années, les musulmans de l’État Islamique ont crucifié des centaines de chrétiens en Syrie.
-(http://www.rtl.fr/actu/international/syrie-des-chretiens-crucifies-par-des-jihadistes-selon-une-religieuse-7771289567)
-(http://www.jerusalemplus.com/video-homme-crucifie-devant-des-enfants-en-syrie/)

Mais pour Laurent Fabius, les musulmans crucifieurs sont les premières victimes.

Quant aux centaines de chrétiens crucifiés par les musulmans de l’État Islamique en Syrie, Laurent Fabius s’en moque et crache sur leurs cadavres.
(http://www.blogdelazare.com/2014/08/syrie-8-chretiens-crucifies-par-l-etat-islamique-en-irak-et-en-syrie-isis.html)

Les musulmans réduisent
en esclavage les non-musulmans

Au Nigeria, les musulmans de Boko Haram ont enlevé et réduit en esclavage des milliers de jeunes filles chrétiennes.
En avril 2014, les musulmans de « Boko Haram » ont enlevé plus de 200 lycéennes chrétiennes dans la ville de Chibok, les ont réduites en esclavage puis vendues à des « maris ».
De tels enlèvements de chrétiennes par des musulmans sont monnaie courante au Nigeria.
-(http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/05/07/au-nigeria-les-captives-de-boko-haram-restent-introuvables_4412786_3212.html)
-(http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/05/97001-20140505FILWWW00120-nigeriarapt-revendication-de-boko-haram.php)
-(http://www.leparisien.fr/international/nigeria-boko-haram-aurait-converti-et-marie-de-force-les-219-lyceennes-enlevees-31-10-2014-4256169.php)
-(http://fr.wikipedia.org/wiki/Enl%C3%A8vement_des_lyc%C3%A9ennes)

En Irak, les musulmans de « l’État Islamique » ont enlevé et réduit en esclavage des milliers de jeunes filles yézidies et chrétiennes.
Ils ont même publié un document fixant le prix des esclaves yézidies et chrétiennes selon leur âge.
(Prix des esclaves :
-une fillette de 1 à 9 ans coûte 200.000 dinars (138 euros),
-une fille de 10 à 20 ans 150.000 dinars (104 euros),
-une femme de 20 à 30 ans 100.000 dinars (69 euros),
-une femme de 30 à 40 ans 75.000 dinars (52 euros)
-et une femme de 40 à 50 ans 50.000 dinars (35 euros).)
Et «Comment traiter une esclave sexuelle», le terrifiant guide de « Daech ».

-(http://www.metronews.fr/info/comment-traiter-une-esclave-sexuelle-le-terrifiant-guide-de-daech/mnlj!J3M1PiavamrI/)
-(http://www.parismatch.com/Actu/International/Les-femmes-esclaves-de-l-Etat-islamique-1-2-659700)
-(http://www.parismatch.com/Actu/International/Les-femmes-esclaves-de-l-Etat-islamique-2-2-660084)

Mais pour Laurent Fabius, les musulmans violeurs et esclavagistes sont les premières victimes.

Quant aux milliers de femmes yézidies et chrétiennes violées et réduites en esclavage par les musulmans de l’État Islamique en Syrie et par les musulmans de « Boko Haram » au Nigeria, Laurent Fabius s’en moque et crache sur leurs corps martyrisés.

Les musulmans exterminent
les non-musulmans

Les 7, 8 et 9 janvier derniers, trois terroristes musulmans (les frères algéro-français Kouachi et le malio-français Coulibaly) assassinaient 17 Français à Paris.

Mais pour Laurent Fabius, les premières victimes sont les musulmans !

Nul doute que les familles des 17 Français exterminés par les musulmans Kouachi et Coulibaly apprécieront de voir Laurent Fabius cracher sur les cadavres de leurs proches !
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_de_janvier_2015_en_France)

Le 24 mai 2014, un terroriste musulman (l’algéro-français Mehdi Nemmouche) assassinait quatre personnes dans le Musée juif de Bruxelles.
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuerie_du_Mus%C3%A9e_juif_de_Belgique)

Mais pour Laurent Fabius, ce sont les musulmans exterminateurs de Juifs qui sont les premières victimes, pas les Juifs exterminés !

En 2014, les musulmans ont commis des attentats contre les non-musulmans en France, Belgique, Canada, Australie, États-Unis, Royaume-Uni, Philippines, Nigeria, Syrie, Ouganda, Cameroun, Inde, Indonésie, Irak, Pakistan, Libye, Égypte, Israël, Algérie, Russie, Thaïlande, Liban, Bangladesh, Kenya, Émirats Arabes Unis, Chine, Mali, Congo, Somalie, Tchétchénie, Soudan, Arabie Saoudite, Afghanistan, République Centrafricaine, Turquie (liste non-exhaustive).

Mais pour Laurent Fabius, les musulmans exterminateurs sont les premières victimes.

Quant aux dizaines de milliers de non-musulmans exterminés par les musulmans en 2014, Laurent Fabius s’en moque et crache sur leurs cadavres.

Laurent Fabius,
le négationniste

Les historiens et statisticiens ont établi que les musulmans ont assassiné 270 millions de non-musulmans depuis l’invention de l’islam par Mahomet, au VIIe siècle.
(http://www.politicalislam.com/tears/pages/tears-of-jihad/)

Depuis près de 1400 ans, les musulmans massacrent, égorgent, décapitent, éventrent, crucifient, brûlent vifs, lapident, pendent, tuent, poignardent, étranglent, mutilent, violent, torturent les non-musulmans sur toute la planète.

Bref, à l’inverse de ce que prétend le négationniste Laurent Fabius, les musulmans ne sont pas les premières victimes, ils sont au contraire les premiers coupables.

Maxime Lépante

http://ripostelaique.com/  du n° 395, le 20/02/2015

Est-ce Du Con Texte Ou Du Contexte ?

coran (1)

Le coup du contexte du Coran  !

Allah t’es pas fatigué qu’on se foute de ta gueule ?

Ben oui, il faudra s´y faire : le « Kouffar » moyen commence à s´informer.
Il lit.
Et se met à mesurer la distance qui sépare une “religion de paix” d’une doctrine de sang et de bêtise.

Entre autres, le très « flower power » verset “en religion point de contrainte” a fait flores. Abrogé « intra utero ».
Jamais appliqué, même si quelques islamo-féaux type « Aymeric Caron » le répètent « ad nauseam ».
Bref, « l´Islam Peace and Love tendance Woodstock », ça coince grave.
Surtout par les temps qui courent, entre enfants enterrés vivants et tournées générales de décapitations.

Mais le vice, ne manquant pas de ressources…pécuniaires ou autres, a réponse à tout.

Certes, quelques versets seraient vaguement empreints de bellicisme.
“Tuer”, “égorger”, “anéantir” augurent mal du côté « fleur bleue » qui aurait pu leur permettre de figurer sur une demande en mariage à l´ancienne.
Pas grave, il faut les lire “dans le contexte”.
Comme nous l´explique l´Immense « jack Lang », bénévole notoire et désinteressé chronique.
Et le tour est joué.

“Le contexte”.
Relativisation spatio-temporelle de la parole éternelle.
Pratique.
Gomme les aspérités et efface les risques de malentendus.

“Dans le contexte” En voilà une qu’elle est bonne.
Et le contexte en question, jusqu’où ne va-t-il pas se nicher !

Saviez-vous que si Allah redéfinit les positions selon lesquelles on peut besogner sa femelle, ce serait pour couper court à une vieille croyance juive qui disait que les enfants conçus “en levrette” étaient enclins à naître avec un bec-de-lièvre ?

LE CONTEXTE, vous dis-je !
Mais il est vrai que le « Mot Sacré » n’a pas été transmis que par le coeur.

Bon mais après tout, toute croyance étant par définition agrémentée de vagues lambeaux de superstition, sachons rester peuple.

Par contre, quelques détails chiffonnent un tantinet:

1/ Le Coran, incréé, est la parole de Dieu.
Et relativiser l´absolu, même avec “le contexte”, est par définition impossible, sauf à vouloir faire entrer le dieu en question dans une misérable enveloppe charnelle, ce qui serait le pire des anathèmes.

2/ Le Coran a été écrit APRES la mort du prophète.
Le “contexte” ayant évolué entre-temps, faites-moi penser à demander à Allah quel est l´intérêt d’avoir immortalisé un certain nombre de versets mort-nés, périmés avant même d´avoir rejoint les étals du rayon « Halal » du supermarché du coin.
Le “contexte” visait quelques milliers d´individus, et sur une période limitée.
Alors que des dizaines de milliards de fidèles sont censés être et avoir été concernés par une parole intangible.
Le “contexte” prend les musulmans pour des cons.
Et le pire, c´est que souvent, ça marche.

3/ Dieu ((Allah ?) a dicté le Coran eu égard au “contexte”.
L´ennui, c´est qu´en principe, « ce contexte », c´est lui-même, omnipotent, qui l´a défini.
Pour vous résumer:
Vous pouvez lire l´avenir et influer sur lui.
Vous savez que demain, vous risquez de vous couper un doigt en épluchant les patates.
Ben, l´avenir en question, vous le modifiez, non ?
Dieu (Allah ?), lui, aurait choisi de “s´adapter au contexte” et de courir à la pharmacie s´acheter du sparadrap, en prévision de l´accident.

Allah, t´es pas fatigué qu´on se foute de ta gueule ?

Jacques Vinent

http://ripostelaique.com/  du n° 395, le 16/02/2015

1...456789

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43